ACCUEIL JEAN XXIII PROPHETIES OVER

LAS PROFECÍAS DEL PAPA JUAN XXIII/LE PROFEZIE DI PAPA GIOVANNI XXIII

Fin des temps


Cette section fait référence aux sections des prophéties sous l'onglet ''Analyse''.

Les prophéties de la semaine sainte

Septembre 2022

22 septembre

LA GRANDE PROSTITUÉE

Les Nations-Unies ont voté une résolution le 2 septembre dernier considérant l’avortement comme faisant parti des droits de l’homme.
Réplique du Vatican : rien.

Pourtant, il y a un délégué du Vatican attitré aux Nations-Unies.

Cette semaine, les évêques de la Flandre en Belgique ont publié un rite de « bénédiction » des unions homosexuelles.
Réaction du Vatican : nil.

« L’initiative des évêques de Flandre n’est pas un acte de rébellion ouverte, surtout pas contre le pape François. Depuis son élection, celui-ci mène l’Eglise avec détermination sur la voie d’une reconnaissance de l’homosexualité. Ce projet est un fil rouge de l’actuel pontificat et est considéré comme l’une de ses principales préoccupations….

Le 15 mars 2021, la Congrégation pour la doctrine de la foi, dans sa réponse (responsum) aux doutes (dubia) concernant une bénédiction de couples homosexuels, a répondu par un non clair et a déclaré que de telles bénédictions de couples homosexuels n’étaient « pas possibles » selon l’enseignement de l’Église. Le pape François a « réparé » la démarche de la Congrégation pour la doctrine de la foi en exprimant son étonnement face au texte et s’est vengé de la défense de la doctrine de la foi qu’il n’avait pas souhaitée en purgeant la Congrégation pour la doctrine de la foi des responsables du document. … » (benoit-et-moi.fr)

La bête avance, « sort de l’eau » comme l’affirme la prophétie de Jean XXIII.

En effet, nous voyons effectivement le vrai visage de l’église conciliaire post Vatican II, la grande prostituée de l’Apocalypse.

Elle est complice, sinon l’initiatrice des attaques de la morale contre la doctrine catholique.

Babylone Vatican agit en parallèle avec Babylone Nations-Unies (les deux Babylone de la prophétie de Jean XXIII) dans cette montée du phénomène social « woke » qui n’est qu’une perversion des mœurs.

Rome a choisi son camp.

Et c’est celui de Satan.

Il n’est pas surprenant que nombre de prophéties prévoient la destruction de Rome.

Voici la :

« Déclaration de Monseigneur Carlo Maria Viganò concernant les « bénédictions » des couples homosexuels célébrées en Belgique
de Carlo Maria Vigano

Avec un grand scandale pour le salut des âmes et pour l’honneur de l’Église du Christ, la Conférence épiscopale de Belgique a approuvé et publié un rite de « bénédiction » pour les unions homosexuelles, contrevenant effrontément à l’enseignement immuable du Magistère catholique, qui elle considère ces unions comme « intrinsèquement perverses » et qui, comme telles, non seulement ne peuvent les bénir, mais doivent plutôt les condamner comme contraires à la morale naturelle. Le fondement idéologique de ce rite sacrilège est indiqué dans les propos subtilement trompeurs d’ Amoris lætitia , selon lesquels « toute personne, quelle que soit son orientation sexuelle, doit être respectée dans sa dignité et reçue avec respect ».

Le processus de dissolution doctrinale et morale mené par la secte bergoglienne se poursuit sans arrêt, quels que soient la désorientation qu’il provoque chez les fidèles et les dommages incalculables qu’il cause aux âmes.
Il est maintenant évident, au-delà de tout doute, l’absolue inconciliabilité entre l’enseignement de l’Évangile et les déviations de ces hérétiques, qui abusent de leur pouvoir et de leur autorité en tant que pasteurs dans le but opposé à celui pour lequel le Christ a institué la Hiérarchie sacrée dans l’Église. Et c’est encore plus évident le jeu pervers des rôles qui assigne à ceux qui siègent à Rome la formulation de principes hétérodoxes en opposition avec la doctrine catholique et à leurs complices dans les diocèses leur application scandaleuse, dans la tentative infernale de saper la morale afin de obéir à l’esprit du monde.

Les excès honteux de certains représentants de la Hiérarchie trouvent leur origine dans un plan délibéré et voulu d’en haut, qui, grâce à la voie synodale, veut rendre l’épiscopat rebelle autonome dans la propagation des erreurs de foi et de morale, tandis qu’avec l’autoritarisme il empêche les fidèles de proclamer la Vérité du Christ.

21 septembre 2022

Matthieu l’apôtre et l’évangéliste

Mercredi, les Quatre Saisons de Septembre » 

15 septembre

En cette fête de Notre Dame des Douleurs. :

Je désire auprès de la croix
Me tenir, debout avec toi,
Dans ta plainte et ta souffrance.

Vierge des vierges, toute pure,
Ne sois pas envers moi trop dure,
Fais que je pleure avec toi.

Du Christ fais-moi porter la mort,
Revivre le douloureux sort
Et les plaies, au fond de moi.

Fais que Ses propres plaies me blessent,
Que la croix me donne l’ivresse
Du Sang versé par ton Fils.

Je crains les flammes éternelles ;
Ô Vierge, assure ma tutelle
À l’heure de la justice.

Ô Christ, à l’heure de partir,
Puisse ta Mère me conduire
À la palme des vainqueurs.

À l’heure où mon corps va mourir,
À mon âme, fais obtenir
La gloire du paradis.

L’heure est grave.

Les tambours de la guerre sonnent de plus en plus.

Le 16 octobre sonnera la fin des 42 mois révolus depuis l’incendie de Notre Dame de Paris, si cela était un signe important qui nous était révélé.

Le « grand éclair à l’Orient » n’aura jamais été aussi près.

La Russie a averti. Les frappes nucléaires sont à la porte de l’Europe si l’occident continue à maintenir l’Ukraine.

Israël est prêt à faire de même avec l’Iran.

C’est un monde sans paix. C’est la fausse paix des prophéties qui est terminée.

C’est le résultat de l’apostasie générale.

Saint Paul dans sa lettre aux romains a bien vu.

Le salaire de cette apostasie est la mort éternelle.

« Il faut le dire clairement : le monde est en train de se transformer en une Sodome et Gomorrhe universelle. Nous ne pourrons pas y échapper en déménageant ailleurs, car cette transformation est universelle. Il faut garder notre calme, mais s’y préparer dès maintenant, avec tous les moyens à notre disposition, pour ne pas être surpris au réveil.

La Sodome et Gomorrhe universelle

Il est toujours difficile de faire le prophète de malheur, mais parfois il n’est pas possible de s’y soustraire. Une culture diabolique s’installe chaque jour davantage dans le monde. Après avoir refusé Dieu par l’apostasie et l’athéisme, l’humanité contemporaine veut inévitablement se substituer à lui. Et les résultats sont sataniques. C’est l’homme qui prétend déterminer le bien et le mal. C’est lui qui prétend choisir de vivre ou de mourir, d’être tel ou telle, d’accorder la vie ou de la supprimer... Bref, de décider tout ce que Dieu était censé décider, et cela à une échelle universelle.

Mais le pire de tout cela, c’est la volonté manifeste d’initier les innocents à ces principes abominables. Il y a une attention toute particulière portée sur l’enfance et la jeunesse, dans le but de les introduire dès leur plus jeune âge dans cette nouvelle vision de la réalité, de les corrompre, et de leur apprendre ce que seuls les adultes sont censés connaître, et aussi ce que même les adultes ne devraient pas connaître dans une société encore humaine et saine. Moralement parlant, on constate une véritable volonté de détruire l’innocence là où elle est censée se trouver naturellement. Nous en sommes là. Le problème n’est pas seulement le péché qui envahit le monde et qui contamine tout sur son passage, mais le fait que tout cela soit approuvé et imposé. C’est le signe que Dieu, abandonné par l’homme, a à son tour abandonné l’homme à son sort.


La faiblesse des hommes d’Église

Devant cet état de fait, l’Église issue du Concile se trouve dans une impasse. Cela était inévitable depuis le jour où le dialogue a remplacé la prédication de la vérité. La volonté de se conformer au monde, de l’accepter tel qu’il est, sans plus le condamner dans ses égarements, sans plus l’affronter, cette volonté est en train de porter ses derniers fruits. Il y a déjà des portions considérables de l’Église qui prônent ouvertement l’acceptation des abominations évoquées plus haut. D’autres portions de l’Église semblent ne plus savoir au nom de quoi on pourrait s’y opposer. Bref, tout est prêt pour une nouvelle Sodome et Gomorrhe.


Menzingen, le 3 septembre 2022,
en la fête de de saint Pie X
Don Davide Pagliarani, Supérieur général »

(fsspx.news)

« « UN JOUR VIENDRA… » : LA PROPHÉTIE TROUVÉE DE PIE XII

En 1972, une biographie sur le Pape Pie XII intitulée Pie XII devant l’Histoire, écrite par Mgr. Georges Roche et Philippe Saint Germain, jamais traduits en italien. Les auteurs rapportent des confidences inédites que le Cardinal Eugenio Pacelli, alors « lointain », fit à deux amis, le Comte Enrico Pietro Galeazzi et Monseigneur Slozkaz, concernant les apparitions de Fatima et l’apostasie de l’Église catholique. Il est intéressant de noter que Sœur Lucia Dos Santos n’a écrit les visions et les secrets qu’en 1941 et 1944, donc ce que le cardinal Pacelli de l’époque a dit – qui se réalise tragiquement – suggère que tout ne nous a pas été révélé pendant le Jubilé de 2000. Nous vous avons traduit ces confidences, véritables prophéties du futur Pie XII : lisez et méditez.

« Supposons que le communisme soit l’un des instruments de subversion les plus évidents utilisés contre l’Église et les Traditions de la Révélation Divine. Nous verrons alors la contamination de tout ce qui est spirituel : philosophie, science, droit, enseignement, arts, médias, littérature, théâtre et religion.

Je m’inquiète des confidences de la Vierge à la petite Lucie de Fatima. Cette insistance de la Bonne Dame sur les dangers qui menacent l’Église est une mise en garde divine contre le suicide qui représente une altération de la Foi dans sa liturgie, sa théologie et son âme.
Je sens autour de moi que les innovateurs veulent démanteler la Sainte Chapelle, détruire la flamme universelle de l’Église, rejeter ses ornements et la rendre coupable de son passé historique. Ici, je suis convaincu que l’Église de Pierre devra se réapproprier son passé, sinon son propre tombeau sera fouillé.

Je mènerai ce combat de toutes mes forces à l’intérieur de l’Église, comme à l’extérieur, même si les forces du mal peuvent un jour profiter de ma personne, de mes actes ou de mes écrits, comme on le sent aujourd’hui déformer l’histoire de l’église. Toutes les hérésies humaines qui altèrent la Parole de Dieu sont faites pour apparaître meilleures qu’elle.

Il viendra un jour où le monde civilisé reniera son Dieu, où l’Église doutera comme Pierre a douté. Il sera alors tenté de croire que l’homme est devenu Dieu, que son Fils n’est qu’un symbole, une philosophie comme tant d’autres. Dans les églises, les chrétiens chercheront en vain la lampe rouge où Jésus les attend ; comme le pécheur en larmes devant le tombeau vide, ils crieront : « Où l’ont-ils emmené ? ».

Ce sera alors que des prêtres d’Afrique, d’Asie, des Amériques – ceux formés dans les séminaires missionnaires – se lèveront et diront et proclameront que le « pain de vie » n’est pas un pain ordinaire, que la Mère de Dieu-homme n’est pas une mère comme beaucoup d’autres. Et ils seront déchirés pour avoir témoigné que le christianisme n’est pas une religion comme les autres, puisque son chef est le Fils de Dieu et que l’Église (catholique) est son Église ». » (itreamoribianchi-araldidelvangelo.com)

Préparez-vous.

Le système économique va tomber.

Il tombe toujours quand le monde entre en guerre.

Les prophéties de l’Église vont se dérouler à grande vitesse aussitôt les deux signes importants accomplis :

Le décès de Benoît XVI, signifiant la mort éminente de Babylone Vatican, et le « grand éclair à l’Orient » pour la chute du système Babylone Nations-Unies.

Les funérailles d'Élisabeth II auront lieu le 19 septembre, soit le jour anniversaire de l’apparition de la Salette.

Un autre symbole fort représentant la chute imminente de Babylone.

8 septembre

Tout un symbole…

La reine Élisabeth II est décédée le jour de la nativité de la Sainte-Vierge Marie.

Une nouvelle étape s’enclenche pour la fin des temps si les prophéties de Marie-Julie Jahenny ( de 1881) s’adressent ce monarque :

« En Angleterre : A cette époque, l'Angleterre aura trahi son peuple sous l'empire d'une reine ; à sa descente du trône , les choses ne se passeront pas comme le Seigneur l'exige.

… Avant même, peut être que la première crise de la Fille ainée de l'Eglise ne soit commencée, il y aura des nouvelles douloureuses de ces peuples : Angleterre, Perse ( Iran, Iraq, Turquie) , Jérusalem. Tous auront subi de grands maux.

A la sortie de ce trouble, il y aura un nouveau règne pour la terre anglaise et un choix se fera , quand soudain, la mort viendra frapper ceux qui ont en main le gouvernail de ce royaume. Pour cette terre, il se fera bien du mal et elle sera divisée en quatre parties, car leurs volontés ne s'accorderont nullement. Le choix des catholiques sera rejeté.

L'Angleterre reviendra au catholicisme après les châtiments. La France, ne pourra s'empêcher, à cause de sa charité, d'envoyer ses enfants au secours de ce peuple en péril. »

Comme on le sait, l’Angleterre et toute l’Europe est en ébullition à cause des hausses des coûts de l’énergie (voulus) liés à la guerre en Ukraine.

Charles Sannat : « Danger. Vers des révoltes en Europe sur les prix de l’énergie ! »

Cette crise majeure mondiale est voulue parce que la mondialisation est dans un cul de sac.

L’inflation voulue (qui était supposée être temporaire soit dit en passant) mettre le peuple à genoux (taux d’intérêts relevés) afin de causer un chaos contrôlé pour permettre la grande réinitialisation.

L’Europe pousse ainsi ( en fait l’occident au complet) la guerre à tout prix, quitte à faire souffrir son peuple.

Ainsi la nouvelle première ministre britannique fraîchement confirmé cette semaine : « Quand « la » nouvelle Premier ministre britannique promet l’apocalypse » (benoit-et-moi.fr).

Rappelons aussi que l’entente proposée sur le développement d’armes nucléaires avec l’Iran est tombée à l’eau aujourd’hui.

Tous des signes que nous attendions avec impatience depuis longtemps.

Pourquoi?

C’est l’imminence de la prophétie du « Grand Éclair à l’Orient » qui malgré le chaos sème l’espoir marial.

N’oublions pas aussi que les élections de mi-mandat américaines arrivent à grands pas en novembre (en référence à l’assassinat au sud de Luther (voir analyses des prophéties politiques).

Le roi européen Macron est en poste.

L’esprit trouble, fille des fugitifs de Nuremberg (les nazis) domine l’actualité, c’est à dire l’Ukraine.

La terre est sur le bord du massacre.

L’Europe a soif, elle aura du sang dans les rues (effectivement, elle sacrifie son peuple à la guerre).

Les assassins sont en Europe spécifie la prophétie.

« Mais aussi de grandes processions et la Vierge Heureuse descendra sur terre. Vous ne la verrez pas dans la grotte, mais dans un cœur qui revivra. Depuis les ténèbres, elle apportera la parole que tous comprendront.
C'est le temps des lettres. »

Ce retour de la Sainte Vierge dans les cœurs est exactement la résurrection des deux témoins de l’Apocalypse.

Et ce réveil ne peut avoir lieu que si Benoît XVI décède (voir analyse précédente), donc dans les prochaines semaines???

Les prochains mois seront mouvementés et importants.

C’est le temps des lettres : l’Alpha et l’Oméga, le début et la fin, c’est à dire la Pâques, le passage, le nouveau cycle, soit la chute de Babylone avant le retour de NSJC (voir le calendrier de la fin des temps dans les analyses précédentes)

02 septembre

L’Église est éclipsée.

Mais Benoît XVI veille quoique qu’il est très diminué physiquement.

Dernière apparition de Benoît XVI pour la visite des nouveaux cardinaux issus du Consistoire.

Benoît XVI est le katechon, celui qui retient le bras de Jésus.

Sa disparition est le signal de la destruction des deux Babylone (voir la prophétie le concernant et les analyses précédentes), et cela se produira lors de la célébration de ses obsèques devant la tombe de Jean-Paul II à la basilique Saint-Pierre selon la prophétie.

Devra-t-on attendre la fin du synode 2023 ou le signe donné par Bergoglio sur son intention de supprimer la présence réelle par une nouvelle messe œcuménique?

Évidement, non.

Car Benoît XVI est l’image de la Tradition, de la branche conservatrice au Vatican, du dogme et de la Foi.

À sa mort, les progressistes « danseront » de joie.

C’est écrit. C’est la mort des deux témoins de l’Apocalypse : « Et les habitants de la terre se réjouiront à leur sujet ; ils se livreront à l'allégresse et s'enverront des présents les uns aux autres, parce que ces deux prophètes ont fait le tourment des habitants de la terre. » ( Apocalypse 11.10 )

Analyse du 28 décembre 2021 et du 1 janvier 2022 :

« … Benoît XVI: comme pape émérite ayant démissionné de sa charge administrative du Vatican, et non comme pape, qui reste saint, comme le saint aux pieds nus dans sa simplicité, dépouillé de tout, dans sa prison au monastère Mater Ecclesiæ sur le mont au Vatican.

En effet, le monastère Mater Ecclesiæ, qui tient son nom de l'expression latine Mater Ecclesiæ qui signifie « Mère de l'Église », est sur un mont au jardin du Vatican.

C’est très significatif en ce qui concerne la fin des temps.

« Alors le saint aux pieds nus descendra du mont et, devant la tombe du va-nu-pieds, éclatera le règne béni de la Très Sainte Vierge. » (fin de la prophétie concernant Benoît XVI)…

« Ton règne sera grand et bref. Père, il sera bref mais il te mènera loin, dans la lointaine terre où tu es né et où tu seras enseveli. » (prophétie concernant François)

Cette prophétie s’adresse évidement à Bergoglio.

Lors de son décès,  « A Rome ils ne voudront pas te donner. ».

Évidement, car il est la figure de proue de l’église conciliaire progressiste.

C’est Rome qui ne veut pas le donner, et non l’Église de la Tradition, qui au contraire, y verra une libération,  la résurrection de la foi via la résurrection des deux témoins!

« Et il y aura un autre Père, avant que tu sois enseveli, pour prier loin pour toi, pour les blessures de la Mère. »

« Avant que tu sois enseveli » ne veut pas nécessairement dire qu’il est mort.

C’est un ordre de temps : AVANT

La conclusion évidente est qu’un autre pape serait immédiatement élu après le décès de Bergoglio, anticipant même une consécration immédiate du cardinal Pietro Parolin, sans conclave, face à la situation exceptionnelle qui arrivera (i.e. la terre frisera le massacre ou simplement la dernière trouvaille de Bergoglio, soit nommé un pape successeur avant la mort du pape ne fonction). »

Anne Catherine Emmerich  avait reçu la grâce de voir cette période qui est la nôtre :

« J’ai vu également la relation entre les deux papes … J’ai vu combien seraient néfastes les conséquences de cette fausse église. Je l’ai vue augmenter de dimensions; des hérétiques de toutes sortes venaient dans la ville (de Rome). Le clergé local devenait tiède, et j’ai vu une grande obscurité ».

« Je vois le Saint-Père dans une grande angoisse. Il habite dans un bâtiment autre que celui d’avant et il n’y admet qu’un nombre limité d’amis qui lui sont proches. Je crains que le Saint-Père ne souffrira beaucoup d’autres épreuves avant de mourir. Je vois que la fausse église des ténèbres fait des progrès, et je vois l’énorme influence qu’elle a sur les gens ».

« Je vis l’Église des apostats prendre de grands accroissements. Je vis les ténèbres qui en partaient se répandre alentour et je vis beaucoup de gens délaisser l’Église légitime et se diriger vers l’autre, disant : «Là tout est plus beau plus naturel et mieux ordonné ».

« Je vis croître la tiédeur du clergé local, je vis un grand obscurcissement se faire. Alors la vision s’agrandit de tous côtés. Je vis partout les communautés catholiques opprimées, vexées, resserrées et privées de liberté. Je vis beaucoup d’églises fermées. Je vis de grandes misères se produire partout. Je vis des guerres et du sang versé. Je vis le peuple farouche, ignorant, intervenir avec violence ».

« Je vis le secours arriver au moment de la plus extrême détresse ».
«Tous devaient y être admis, pour être unis et avoir des droits égaux: évangéliques, catholiques et sectes de toutes dénominations. Telle devait être la nouvelle Église ... Mais Dieu avait d'autres projets»

Inutile de prouver que nous sommes bel et bien dans cette période.

Les extrêmes climatiques depuis quelques mois mettent bien des gens à l’épreuve.

Ce n’est que le début.

Car l’inflation et la récession liés à ces caprices météorologiques (la guerre de la nature selon les prophéties de Jean XXIII)  vont plonger le monde dans un chaos tel que l’humain n’a jamais été témoin.

D’où l’importance de la Foi et du Rosaire car psychologiquement, ce sera difficile.

Mais pour nous, c'est la résurrection des vivants et des morts qui pointe à l'horizon.

Août 2022

26 août

Deux grandes constatations surgissent des derniers mois.

La première, de causes naturelles (alors que nous savons que c’est la « guerre de la nature » des prophéties de Jean XXIII) est la sécheresse catastrophique dans toutes les parties du globe.

Le manque d’eau potable ainsi que des rendements insuffisants des récoltes feront de 2023 une année très difficile pour les populations à risque.

Ces manques d’eau, ont par ailleurs, une répercussion énorme sur la chaîne d’approvisionnement comme on a pu le constater avec la navigation restreinte sur le Rhin en Allemagne, ou par les coupures d’énergie dans les usines de la Chine.

La deuxième, pour ceux qui ont les yeux pour voir, est la provocation pure et simple, intentionnelle, de la chute de l’économie mondiale pour servir la cause de la grande réinitialisation.

Toutes les banques centrales des pays occidentaux, sans exception, augmentent les taux d’intérêts intentionnellement pour contrer la très redoutée poussée inflationniste causée par eux avec les confinements obligatoires pendant deux années.

En même temps, ces mêmes pays poussent l’économie vers des énergies plus vertes à des coûts exorbitants provenant à même les impôts de la classe moyenne, car dans cette grande réinitialisation, la survie de l’élite en dépend.

Les pays asiatiques, dépendant de la demande gargantuesque des occidentaux, luttent pour garder le rythme de production.

C’est une guerre économique contre la Chine, évidement, qui a déjà de la difficulté avec la sécheresse « exceptionnelle », qui se joue.

Tous doivent être « motivés », par la force s’il le faut, à joindre le mouvement mondialiste basé sur la religion humaniste avec comme langage commun le réchauffement climatique.

D’où la guerre en Ukraine pour affaiblir la Russie.

Relisez la prophétie politique #32 « Le Temps est Proche ».

Tout y est.

Et cela se produit juste avant la fin des 7 ans de règne de la fille de Caïn.

Et comme on soupçonne que la fille de Caïn est la nouvelle église œcuménique de Bergoglio qui s’est fait jour à la face du monde lors de la signature avec les luthériens en octobre 2016, les sept années se terminent en 2023.

Les dates sont quand mêmes assez révélatrices…

Après avoir reçu les luthériens au Vatican le 13 octobre 2016, Bergoglio se rend ensuite en Suède pour le pacte avec les luthériens.

La semaine de Daniel de 7 ans commencerait donc en octobre 2023.

Comme prophétisé par Daniel, le sacrifice et l’oblation ont été interrompu à la moitié de la semaine, avec la Pâques du 12 avril 2020.

Le monde a été témoin d’une Pâques sans fidèle au Vatican et les églises fermées un peu partout à travers le monde à cause des confinements n’ont pas célébrer la Pâques.

Au même moment, au niveau politique, la bête de la Terre :

« Macron : « La Bête de l’événement est là » » (entrevue accordée au Financial Times le 16 avril 2020).

Emmanuel Macron, a confirmé dans son discours du 13 avril 2020 le « plan de l’après 11 mai ».

Et Macron ce 24 août 2023 ( agence Reuters):

« Les Français doivent se préparer à d’avantage d’efforts et de sacrifices alors que le monde est confronté à une grande bascule ». à prévenu Macron mercredi en préambule au conseil des ministres Le ton grave, le chef de l’état à appelé à l’unité alors que nous sommes en train de vivre  » une grande bascule, un grand bouleversement, avec la fin de l’abondance, la fin d’une forme d’insouciance, et la fin des évidences »…
« Le moment que nous vivons peut sembler être structuré par une série de crises plus graves les unes que les autres ».

Guerre économique, guerre religieuse, guerre par les armes, guerre de la nature…

C’est dans l’habitude de l’élite remplie d’orgueil d’annoncer à l’avance leurs plans. Ils ne se cachent plus car ils sont sûrs de la victoire.

Mais Dieu avait d’autres plans…

2023 sera un signe de purification par le feu, par le feu du Saint-Esprit pour ceux qui sont en état de grâce, car la conclusion du synode d’octobre 2023 risque de faire des flammèches.

On surveille le Consistoire du 29 août de Bergoglio.

On le soupçonne de vouloir introduire un coadjuteur du pape, c’est-à-dire un cardinal élu pape qui n’entre en fonction que lorsque l’autre meurt, pour assurer la continuité de son travail de destruction progressiste de l’église.

Ce qui, confirmerait, sans surprise pour nous, une phrase clé de la prophétie de l’église #10 concernant François : « Et il y aura un autre Père, avant que tu sois enseveli, pour prier loin pour toi, pour les blessures de la Mère. »

Dans nos analyses, nous avons toujours soupçonné que le cardinal Pietro Parolin accéderait à la papauté intérimaire sans conclave, et devenir le « Pierre le Romain » de la prophétie de Saint-Malachie.

Voilà qui pourrait être la réponse.

11 août

Quelques articles sur l’état de l’église ainsi qu’une confirmation de la grande apostasie par le cardinal Burke qui nous laisse une note encourageante.

Nous sommes mis à l’épreuve et comme dans la parabole des 10 vierges, il nous faut garder de l’huile pour l’arrivée de l’époux, c’est à dire garder notre flamme de la Foi allumée.

« L’évêque de la « théologie pop » à la tête de l’Académie pontificale de théologie

Le pape François a nommé Mgr Antonio Staglianò, actuellement évêque de Noto, président de l’Académie pontificale de théologie.
La mission de l’académie, rappelle le Vatican, est de « promouvoir le dialogue entre la foi et la raison ainsi que l’approfondissement de la doctrine chrétienne, en suivant les indications du pape », et Staglianò était considéré comme l’homme juste au bon endroit.
L’annonce a été faite par l’évêque lui-même, qui s’est dit reconnaissant au pontife et heureux de la reconnaissance « pour la prédication de l’Évangile, pour l’œuvre de charité, et aussi pour la tentative faite dans notre Église locale d’inventer, en le sens de découvrir de nouvelles formes de communication « au service de l’Evangile ». « Nous – a poursuivi l’évêque de Noto – l’appelons théologie pop « .
En me nommant – a poursuivi l’évêque -, le pape signifie que « je peux, en travaillant dur, apporter l’académie, la science théologique au peuple de Dieu ». »

Ci-dessous, vous pouvez voir et écouter quelques leçons de théologie pop données par l’évêque : (vidéo en italien mais qui donne le ton de cette mimique charismatique aldomariavalli.it )

Ils essaient de changer la mentalité des nouvelles générations, autant au Vatican, que dans la population en général.

En plus de ceci qui confirme ce qui s’en vient à la conclusion du synode des synodes… les valeurs inversées, c’est à dire que le peuple veut et non ce que Dieu veut.

« CHICAGO ( LifeSiteNews ) – Le chef ouvertement pro-homosexuel de la commission épiscopale européenne a de nouveau mis en doute la doctrine catholique éternelle sur l’homosexualité et a semblé suggérer qu’il pense que l’Église catholique peut changer son enseignement à travers le « Synode sur la synodalité,  » et a affirmé qu’il savait qu’il était « en plein accord avec le pape François » sur la question.
Dans un échange de 90 secondes capturé sur vidéo dimanche à la paroisse Holy Child Jesus à Chicago, Illinois, le cardinal jésuite Jean-Claude Hollerich, qui joue un rôle important dans le synode du pape François sur la synodalité en tant que rapporteur général, a déclaré que « nous devons donner une interprétation à l’enseignement biblique » lorsqu’on lui a demandé ce qu’il pensait d’un éventuel changement dans la doctrine catholique sur l’éthique sexuelle.

Néanmoins, des documents synodaux de diocèses du monde entier ont déjà signalé des appels, apparemment de la part de paroissiens, à des changements dans les enseignements concernant les unions homosexuelles et le célibat sacerdotal.
Lors de la visite de Hollerich aux États-Unis, l’activiste catholique laïc Richard Smaglick a demandé si le cardinal de haut rang pensait que la sodomie ne pouvait plus être considérée comme un péché grave dans la doctrine catholique à la suite du processus synodal mondial.

« Je ne sais pas ce que le synode apportera », a répondu Hollerich, « nous écoutons maintenant les gens du monde, ce qu’ils expriment ».

« Je commence à recevoir des rapports. Comme vous le savez, je suis le rapporteur général du synode et donc, en lisant tout cela, en septembre, nous ferons une première ébauche pour les rencontres continentales qui auront lieu », a expliqué le cardinal, qui est également archevêque de Luxembourg. , ajoutant plus tard qu’il « ne considérerait jamais la sexualité séparée de l’amour »…

« La Bible dit que le soleil tourne autour de la terre », a poursuivi Hollerich. « Ainsi, la Bible est… [nous] devons donner une interprétation à la Bible… »

Suite à la visite de Bergoglio au Canada...

« Nécromancie papale en mondovision. Bergoglio participe à un rituel païen invoquant « le cercle sacré des esprits »….

Il fut un temps où, dans l’Église, cet « accès au cercle sacré des esprits » était désigné par un nom spécifique, la nécromancie. Et condamné et poursuivi par l’autorité catholique. Mais maintenant, dans la néo-église conciliaire, même cela devient permis – en fait, encouragé en personne, dans le monde entier, par le pontife romain lui-même…

Il faut comprendre comment ce rituel d’accès au monde des esprits est présent dans tout l’ésotérisme – c’est-à-dire à l’opposé de la religion catholique. On le retrouve même dans les rites d’initiation de la ‘Ndrangheta, où, peut-être en raison de l’influence de la secte maçonnique, des invocations sont faites à une « chaîne sainte » d’esprits du triumvirat du Risorgimento italien (c’est-à-dire maçonnique) : « Sous la lumière des étoiles et la splendeur de la lune, je forme la chaîne sainte, au nom de Garibaldi, de Mazzini et de La Marmora, dans les mots d’un homme d’humilité, je forme la société sainte ».

Revenant sur le scandale au Canada, après le rituel païen, François a prononcé un discours dans lequel il a condamné la « colonisation idéologique », déplorant une « mentalité colonialiste » passée qui, selon lui, « négligeait la vie concrète des gens et imposait certains modes culturels prédéterminés ».

Au contraire, Bergoglio semble soutenir avec véhémence les rites païens des peuples indigènes, affirmant que « le Saint-Siège et les communautés catholiques locales s’engagent concrètement à promouvoir les cultures indigènes par des formes spécifiques et appropriées d’accompagnement spirituel, qui incluent l’attention à leurs traditions culturelles, leurs coutumes, leurs langues et leurs processus éducatifs, dans l’esprit de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples indigènes ».

Absolument : oui au paganisme, et sous les auspices de l’ONU – deux choses auxquelles le Vatican est soumis aujourd’hui.

Auparavant, lors de sa visite au Canada, le pape, portant la coiffe traditionnelle indigène, avait assisté à une « danse de guérison », pleine de tambours qui étaient apparemment censés imiter « le battement de cœur de la mère terre » – c’est-à-dire, en traduction amazonienne, de Pachamama, la mère terre, son idole de prédilection.

Le chef religieux indien a déclaré : « De l’ouest, nous avons le vent, l’oxygène que nous respirons, c’est le gouvernement de la terre mère. Et du côté nord, nous avons la terre mère, la terre mère est ce que nous sommes. La terre mère est toute la vie végétale, la terre mère, notre mère, est aussi la mère de toute la vie des insectes, la terre mère est aussi la mère de tous les animaux sur terre, dans l’eau, dans l’air ».

« La mère terre est bien sûr la mère de toute l’humanité », a ajouté le chef « spirituel ».

Le processus de paganisation dont le pape est un intermédiaire, sinon un organisateur, est désormais indéniable. Et embarrassant. Désespérant. » (benoit-et-moi.fr)

Le cardinal Burke, qui célèbre toujours la messe tridentine, :

« ... met en garde contre "l'avancement de l'apostasie" dans l'Église lors de l'homélie de la messe en latin

WAUSAU, Wisconsin ( LifeSiteNews ) – Le cardinal Raymond Burke a offert encouragement et espoir aux catholiques traditionnels dans une récente homélie, déplorant le « poison de la pensée mondaine » au sein de l'Église.

Au cours de son homélie du 7 août à l'Oratoire Sainte-Marie dirigé par l'Institut du Christ Roi Souverain Prêtre (IKCSP) à Wausau, Wisconsin, Burke s'est adressé aux fidèles catholiques, mettant en garde contre les attaques à l'intérieur et à l'extérieur de l'Église catholique.

« Des temps comme le présent ne sont pas différents de ceux du peuple élu avant la chute de Jérusalem », a-t-il déclaré. « La culture laïque est une rébellion ouverte et violente contre le bon ordre que Dieu a inscrit dans la nature et surtout dans le cœur humain.

"L'intégrité du mariage et de la famille, la dignité inviolable de la vie humaine et la liberté fondamentale de religion sont régulièrement violées au profit d'une culture fondée sur la volonté de cœurs humains corrompus", a poursuivi Burke.

"Le poison de la pensée mondaine affecte la vie de l'Église, éloignant les cœurs du Christ, du respect de la vérité de la doctrine chrétienne et de l'adoration de Dieu en esprit et en vérité", a averti Burke.

Son homélie intervient au milieu de restrictions croissantes sur la messe latine traditionnelle alors que le cardinal Cupich de Chicago a annulé les messes publiques et les confessions des prêtres de l'ICKSP dans son diocèse, laissant quelque 400 à 500 fidèles chaque dimanche privés de la messe et des sacrements traditionnels.

Cette décision est intervenue après que les prêtres de l'ICKSP ont refusé de signer une lettre présentée par Cupich, déclarant que la messe Novus Ordo est la seule véritable expression du rite romain, rejetant ainsi le rite romain traditionnel et son charisme.

"L'apostasie est douloureusement évidente dans la vie de ceux qui prétendent être de fervents catholiques tout en ignorant la tradition apostolique", a déclaré Burke.

"Dans de tels moments, les cœurs sincères luttent pour comprendre la volonté permissive de Dieu tandis que Satan les tente au doute et au découragement, et à l'abandon de la bataille quotidienne contre les forces du mal", a-t-il déclaré.

"Mais nous ne devons jamais céder au doute, au découragement et à l'abandon de la bataille quotidienne pour défendre notre Seigneur et sa sainte Église", a déclaré Burke, ajoutant, "même des ennemis de l'intérieur de l'Église".

Le cardinal Burke a toujours exprimé son soutien à la messe en latin, défendant la Tradition contre de nouveaux documents publiés par la Congrégation (aujourd'hui Dicastère) pour le culte divin et la discipline des sacrements (CDW). »

9 août

LA PERSÉCUTION DE L’ÉGLISE

« Voici donc que je te donnerai quelques-uns de la synagogue de Satan, qui se disent être juifs et ils ne le sont pas, mais ils mentent. » (Apoc. 3:9)

Dans l’Apocalypse, ces paroles sont données à l’église de Philadelphie, la dernière de la suite, la 7ème, pointant ainsi sur la fin des temps, sur la dernière persécution de l’Église.

Avec la venue du Christ, les « juifs » sont devenus les chrétiens, le peuple de Dieu.

Ainsi, ceux qui se disent du Christ mais ne le sont pas, mentent.

L’abbé Julio Meinvielle (théologien argentin), « Les juifs dans le mystère de l’histoire » (réédition février 2007):

« Saint Paul, dans son Epître aux Romains, où il révèle le mystère du peuple juif, fait voir comment Esaü, l’aîné selon la chair, c’est le peuple juif uni à Abraham par les simples liens du sang, et Jacob le frère cadet, c’est l’Église (formée de Juifs et de Gentils), qui, parce qu’elle est unie par la foi au Christ, est préférée à Esaü. »

« Face à l’Eglise, qui est Isaac, Jacob, Abel, que va faire la Synagogue ? Que va faire le juif ? Il remplira le rôle d’Ismaël, d’Esaü, de Caïn.
Que faisait Ismaël avec Isaac ? Il se moquait de lui et le persécutait. Que faisait Esaü contre Jacob ? La Genèse nous dit : (XXVII) « Donc Esaü hait toujours Jacob pour la bénédiction que son père lui avait donnée. Et il disait en son cœur : viendront les jours de deuil de mon père, et je tuerai mon frère Jacob. »

Voici le rôle qui incombe dès lors à la Synagogue, au juif qui reste juif et ne veut pas reconnaître le Christ : il s’emploiera à persécuter l’Église, comme le fait remarquer l’Apôtre.

Et il devra le faire parce que telle est sa mission, son rôle théologique. Alors le juif sera l’agent de l’iniquité. »

« Après le Christ, il n’y a, pour les descendants d’Abraham, que deux chemins : ou bien être chrétiens en adhérant au Christ, ou bien être juifs. Celui, qui sciemment, ne se convertit pas sincèrement au Christianisme, est juif, avec toutes les perversités sataniques de la race stigmatisée. »

« Dans le monde actuel, dans toutes les manifestations de la vie, il ne peut y avoir que deux modes véritablement fondamentaux, deux pôles d’attraction : le chrétien et le juif. Seulement deux religions : la chrétienne et la juive. Seulement deux internationalismes : le chrétien et le juif. Tout ce qui n’est pas du Christ et pour le Christ se fait en faveur du judaïsme. De là vient que la déchristianisation du monde va de pair avec sa judaïsation.

Pourquoi ne peut-il y avoir que ces deux modes ? Parce que ce sont les seuls voulus par Dieu. Ce sont les seuls théologiques. Dieu a réparti le monde entre Isaac et Ismaël, entre Jacob et Esaü, entre Caïn et Abel, entre le Christ et l’Anti-Christ. Toutes les forces humaines doivent se replier sur l’un ou l’autre front. »

« Mais plus est élevée la grandeur d’Israël, qui a été prédestiné dans le Christ, plus grande devra être sa fidélité au Christ. Malheur à ce peuple s’il en vient à répudier Celui qui est son salut ! Alors il continuera à être le premier, mais le premier dans l’iniquité. Et tout ce que le monde peut produire de plus inique et de plus pervers sortira aussi de ce peuple. »

C’est donc ce déchaînement satanique auquel nous assistons.

Tout ce qui n’est pas lié à la doctrine de l’Église fondée et voulue par le Christ, est contre le Christ.

Ainsi, la Tradition est le phare des deux témoins de l’Apocalypse.

C’est inscrit dans le catéchisme :

« L’Épreuve ultime de l’Église

675 Avant l’avènement du Christ, l’Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants (cf. Lc 18, 8 ; Mt 24, 12). La persécution qui accompagne son pèlerinage sur la terre (cf. Lc 21, 12 ; Jn 15, 19-20) dévoilera le " mystère d’iniquité " sous la forme d’une imposture religieuse apportant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l’apostasie de la vérité. L’imposture religieuse suprême est celle de l’Anti-Christ, c’est-à-dire celle d’un pseudo-messianisme où l’homme se glorifie lui-même à la place de Dieu et de son Messie venu dans la chair (cf. 2 Th 2, 4-12 ; 1 Th 5, 2-3 ; 2 Jn 7 ; 1 Jn 2, 18. 22).

676 Cette imposture antichristique se dessine déjà dans le monde chaque fois que l’on prétend accomplir dans l’histoire l’espérance messianique qui ne peut s’achever qu’au-delà d’elle à travers le jugement eschatologique : même sous sa forme mitigée, l’Église a rejeté cette falsification du Royaume à venir sous le nom de millénarisme (cf. DS 3839), surtout sous la forme politique d’un messianisme sécularisé, " intrinsèquement perverse " (cf. Pie XI, enc. " Divini Redemptoris " condamnant le " faux mysticisme " de cette " contrefaçon de la rédemption des humbles " ; GS 20-21).

677 L’Église n’entrera dans la gloire du Royaume qu’à travers cette ultime Pâque où elle suivra son Seigneur dans sa mort et sa Résurrection (cf. Ap 19, 1-9). Le Royaume ne s’accomplira donc pas par un triomphe historique de l’Église (cf. Ap 13, 8) selon un progrès ascendant mais par une victoire de Dieu sur le déchaînement ultime du mal (cf. Ap 20, 7-10) qui fera descendre du Ciel son Épouse (cf. Ap 21, 2-4). Le triomphe de Dieu sur la révolte du mal prendra la forme du Jugement dernier (cf. Ap 20, 12) après l’ultime ébranlement cosmique de ce monde qui passe (cf. 2 P 3, 12-13).

680 Le Christ Seigneur règne déjà par l’Église, mais toutes choses de ce monde ne lui sont pas encore soumises. Le triomphe du Royaume du Christ ne se fera pas sans un dernier assaut des puissances du mal.

681 Au Jour du Jugement, lors de la fin du monde, le Christ viendra dans la gloire pour accomplir le triomphe définitif du bien sur le mal qui, comme le grain et l’ivraie, auront grandi ensemble au cours de l’histoire .

682 En venant à la fin des temps juger les vivants et les morts, le Christ glorieux révélera la disposition secrète des cœurs et rendra à chaque homme selon ses œuvres et selon son accueil ou son refus de la grâce. »

Le prince du mensonge est donc à l’œuvre pour envoûter le plus d’âmes possibles.

Bergoglio, tout en gardant les mêmes mots et les mêmes noms façonne le mensonge de la doctrine en en changeant le sens, ce qui cause la confusion au sein même de l’Église.

Un dernier exemple d’une de ses paroles de la semaine dernière :

« Je vous encourage à continuer à travailler sur la culture de la rencontre, qui raccourcit les distances et nous enrichit de nos différences, comme l’a fait Jésus, qui s’est fait proche de tous. »,

Ce Jésus est l’image du Jésus fabriqué à la sauce de la miséricorde infinie (« Qui suis-je pour juger? »).

Ce n’est pas celui des Évangiles.

Il applique ce même principe à Marie et à l’Église.

Les faits, les fruits de son pontificat, démontrent qu’il méprise Marie, et le Christ (voir analyses précédentes).

Il faut être vigilant.

La conclusion du synode des synodes d’octobre 2023 ne fera qu’accentuer cette persécution de l’Église et de ses fidèles de la tradition, les deux témoins, ceux fidèles à la Loi et aux Prophètes, laïcs et clergé.

Et dans toute cette confusion, un petit mais grand signe porteur d’espoir… qui prouve si ce n’est pas truqué, que la présence réelle toujours d’actualité (sachant que le but ultime de Bergoglio est sa messe œcuménique éliminant la présence réelle) :

« GUADALAJARA, Mexique ( LifeSiteNews ) – Un prétendu miracle eucharistique a été signalé la semaine dernière au Mexique.
Le 22 juillet 2022, une vidéo a été enregistrée à la paroisse Notre-Dame du Rosaire dans la ville de Zapotlanejo, près de Guadalajara, au Mexique. La vidéo montre une hostie consacrée dans un ostensoir qui semble battre au rythme d’un cœur humain. ..
Le prêtre argentin Père Carlos Spahn, fondateur et supérieur de la Famille Religieuse du Cœur Immaculé et de la Miséricorde Divine, prêchait à la paroisse et venait d’exposer le Saint-Sacrement à l’adoration des fidèles.

S’adressant à ACI Prensa, l’agence de presse sœur de langue espagnole de CNA, le P. Spahn a expliqué que l’événement a eu lieu pendant l’Adoration juste après qu’il ait offert la messe. « Nous avons exposé le Saint-Sacrement ; J’ai dit les prières pour l’exposition, et quand je me suis levé pour aller à la sacristie, cela a commencé à arriver.

« Certaines personnes l’ont vu », a-t-il poursuivi. Ils « ne pouvaient pas croire ce qu’ils voyaient, et nous avons au moins deux séquences », a-t-il déclaré. Ces vidéos ont été prises par « des gens qui ont rapidement sorti leur téléphone portable, l’ont filmé », qui ont immédiatement remis la séquence au prêtre « pour qu’ils ne la modifient pas ou quoi que ce soit ».

« J’atteste donc que c’est authentique, à partir du moment exact », a déclaré Spahn.

Offrant «une interprétation personnelle» de l’hôte palpitant, le P. Spahn a dit qu’il révèle « le cœur du Christ, qui bat d’amour pour les hommes », et qui, a-t-il déploré, « est si outragé, si abandonné, si méprisé… que parfois nous ne le traitons pas comme nous le devrions, avec plus de soin. , avec plus de foi, avec plus de dévouement.

Mettant en garde contre toute position officielle sur l’événement avant un jugement de l’Église, Spahn a précisé : « Je ne dis pas officiellement que c’est un miracle, car je n’ai pas l’autorisation de le faire ».

Après l’événement, le prêtre a dû se déplacer rapidement vers un autre diocèse où il devait également prêcher. L’affaire a donc été laissée au curé local pour qu’il la soumette au diocèse pour examen.

Spahn a expliqué juste après son départ : « [l]’archidiocèse n’a pas été consulté à ce sujet parce que nous n’étions que de passage ; maintenant je suis dans un autre diocèse en train de prêcher. Cependant, il a déclaré que le prêtre local serait en mesure de trouver « des personnes pour signer et témoigner de ce qu’elles ont vu, et cette documentation peut être envoyée à la personne appropriée ». »

La vidéo.


Juillet 2022

17 juillet

Tous les papes post Vatican II vont être canonisés pour prouver que cette église conciliaire est valide, même ceux à l'image de Jean XXIII qui n'ont pas eu les miracles nécessaires pour justifier la cause.

En vue de la béatification de Jean-Paul I le 4 septembre prochain, un retour sur son décès troublant.

« "Il criait au pape": un prêtre catholique affirme que le cardinal franc-maçon a tué Jean-Paul Ier

ROME (LifeSiteNews) — Le dernier homme à avoir parlé au pape Jean-Paul Ier, bientôt béatifié , était un cardinal de la curie romaine que le pape avait l'intention de destituer en raison de son appartenance à la franc-maçonnerie. Quelques heures seulement après une réunion houleuse avec le cardinal au Palais apostolique, le pape a été retrouvé mort.

Le 25 septembre 1978, à peine trois jours avant que le nouveau élu Jean-Paul Ier ne soit retrouvé mort, le Saint-Père rencontra Mgr Edouard Gagnon. Pr. Charles Murr, le secrétaire de Gagnon, a détaillé les circonstances de cette rencontre dans un livre récent intitulé Meurtre au 33e degré ...

Lors de cette réunion, Gagnon a présenté à Jean-Paul Ier les conclusions d'une enquête de trois ans sur l'ensemble de la curie romaine qu'il avait menée sur ordre du pape Paul VI. L'enquête visait spécifiquement à découvrir la présence de francs-maçons dans les bureaux du Vatican.

Deux hommes se sont distingués dans cette enquête par les postes qu'ils occupaient au sein de la Curie : l'archevêque Annibale Bugnini, l'architecte de la liturgie du Novus Ordo, et le cardinal Sebastian Baggio, le chef de la Congrégation pour les évêques, responsable de la nomination des évêques à travers le monde.  Sous le mandat de 12 ans de Baggio, un âge de retraite de 75 ans a été imposé à l'épiscopat, lui permettant de nommer des évêques de tendance libérale dans le monde entier. L'appartenance de Baggio et de Bugnini à la franc-maçonnerie a été confirmée par des documents vérifiés comme authentiques par des agents spéciaux d' INTERPOL, l'Organisation internationale de police criminelle, selon le témoignage de Murr.

En 1978, en raison de son implication dans la franc-maçonnerie, Bugnini avait été envoyé par Paul VI en Iran en tant que nonce apostolique, où, selon Murr, on pensait qu'il pouvait faire le moins de mal. Baggio, cependant, occupait toujours son poste au Vatican lorsque Jean-Paul Ier a été élu à la Chaire de Pierre. Sa destitution fut l'un des principaux sujets de la rencontre de Gagnon avec Jean-Paul Ier le 25 septembre 1978.

Au cours de cette réunion, Jean-Paul I a accepté de traiter avec le cardinal Baggio et son appartenance à la loge, selon le témoignage de Murr, qui a conduit Gagnon à la réunion et lui a parlé immédiatement après. Trois jours plus tard, le 28 septembre, le pape téléphone au cardinal pour venir le rencontrer ce jour-là. Après avoir répondu que son emploi du temps était chargé, Baggio a accepté de rencontrer le Saint-Père dans son bureau ce soir-là.

Le 28 septembre à 20 heures, le cardinal Baggio entra dans les appartements pontificaux. Personne d'autre ne devait être présent pendant que deux gardes suisses attendaient devant la porte. L'heure de la journée et l'absence des autres à la réunion étaient toutes deux inhabituelles. La rencontre a duré environ une heure. Le seul témoignage concernant cette réunion papale est venu quelques jours plus tard de l'un des gardes suisses en service: que la voix en colère de Baggio s'était élevée et pouvait être entendue à travers la porte, suggérant une confrontation houleuse avec le pontife.

« A 8 heures, Baggio monta à la résidence du Saint-Père dans le Palais apostolique, raconte Murr, et resta avec lui pendant environ une heure. Et il y avait des cris. Pas le pape. Le pape ne criait pas. Baggio criait au pape. Comment savons-nous cela? Il se trouve que je le connais. il se trouve que je sais. C'était par un garde suisse qui était à l'extérieur de la porte. Il y avait deux gardes suisses. Ils ont rapporté ces cris. Baggio est parti. Furieux. Après une heure."

Jean-Paul I a été retrouvé mort le lendemain matin à 4h45. Le rapport officiel du Vatican sur la cause de sa mort a changé plusieurs fois. Le dernier rapport était que le Pontife a subi une crise cardiaque dans la nuit vers 23 heures. Aucune autopsie ou test sanguin n'a jamais été effectué.

La dernière rencontre de Jean-Paul Ier avec le cardinal Baggio et l'appartenance de ce dernier à la franc-maçonnerie ont été tenues secrètes par le Vatican pendant des décennies. Un article du Time Magazine racontant l'histoire est la seule preuve de l'époque où le P. Charles Murr a pu récupérer comme preuve extérieure. « Le seul endroit », dit Murr, « où j'ai vu un rapport de la rencontre entre le Saint-Père, Jean-Paul Ier et le Cardinal Baggio, Sebastian Baggio, était dans Time Magazine . J'en ai une copie. Ça m'a coûté cher à trouver.

Murr allègue que la confrontation entre le pape et le cardinal de haut rang, membre à la fois de la curie romaine et de la loge maçonnique, a très bien pu être ce qui a causé à Jean-Paul Ier une crise cardiaque quelques heures plus tard. Mais étant donné la nature de la confrontation, Murr allègue également que les circonstances de la mort du Pontife la qualifieraient de meurtre maçonnique.

«Le pape, qui avait un cœur malade, prend des médicaments contre l'hypertension, je crois, à cause de cette rencontre, a subi une crise cardiaque deux ou trois heures plus tard et est décédé. Maintenant vous dites, eh bien, ce n'est pas vraiment un meurtre… J'ai demandé au cardinal Gagnon : Pensait-il que le pape avait été assassiné ? Et il a dit : 'Tu sais, Charles. Il y a bien des manières de tuer un homme. Je crois que c'est ce qui s'est passé. Je crois que c'est le meurtre. C'est le meurtre dont je parle.

Murr a appelé le Vatican à publier le rapport d'enquête Gagnon sur la présence de francs-maçons au sein de la Curie romaine, y compris la documentation sur Bugnini et Baggio. L'appel est particulièrement pertinent compte tenu de la béatification prochaine de Jean-Paul Ier le 4 septembre. Le rapport Gagnon pourrait faire la lumière non seulement sur la mort de Jean-Paul Ier, mais sur les événements qui ont plongé l'Église dans sa crise actuelle. »

« Dans Desiderio desideravi, Benoît XVI est totalement absent,..

depuis la promulgation de la lettre apostolique Traditionis custodes il y a un an, qu’entre celui qui exerce actuellement le ministère pétrinien et son prédécesseur immédiat (qui n’est plus pape, mais qui est toujours vivant), il n’existe pas seulement une différence d’accentuation, ni même une différence de position, mais une véritable discontinuité ; et pas sur une question secondaire, mais sur quelque chose qui est au cœur même de notre foi. Pour le dire en termes très simples et populaires, adaptés aux simples soldats que nous sommes : l’un des deux pense que la Messe vetus ordo est vivante, l’autre pense qu’elle est morte. Comme deux médecins qui, face à un corps humain, disent : « il est vivant, c’est une personne vivante » ; « non, c’est juste un cadavre » [allusion à une page du « Pinocchio » de Collodi]. Sauf que nous ne sommes pas dans une page de Pinocchio…

Si l’Église catholique change de doctrine, un problème se pose. Je dirais un gouffre. Si le pape dit : ‘la messe Vetus Ordo – que certains, même des jeunes, insistent pour demander, après cinquante ans ! (ce qui doit signifier quelque chose) – doit être déracinée parce qu’elle ne correspond pas à la foi de l’église’, de deux choses l’une : soit elle ne correspond plus à la foi de l’église parce que cette foi a changé ( !?!?!?!?!), soit elle était déjà mauvaise avant (!?!?!?!?!?!). Le seul tertium proposé, pour échapper à ces deux désastres, est de soutenir que la « vieille messe » correspond et exprime la foi de l’église (donc elle est bonne !), mais que, face à la demande de beaucoup de ses enfants qui demandent à être nourris d’une nourriture qu’ils reconnaissent en conscience comme la plus appropriée pour leur bien spirituel, la mère église refuse de la leur donner simplement parce qu’elle en a décidé ainsi. Mais quel genre de mère serait-ce ? Benoît XVI, qui tout au long de sa vie a placé la liturgie au centre de sa réflexion théologique et de sa pastorale (et qui aurait peut-être mérité qulque attention de la part des rédacteurs de Desiderio desideravi), en tant que pape a senti qu’il devait le leur donner, ce pain que les fidèles demandaient. François, au moins depuis un an, a décidé exactement le contraire : il leur en laisse un petit peu en attendant qu’ils meurent, et puis plus rien. Ils ne peuvent pas avoir raison tous les deux.

Si Benoît s’est trompé, François devrait le dire et éventuellement le prouver. Faire comme si ce n’était pas le cas est contraire à la vérité. Et s’il n’y a pas de vérité, il ne peut y avoir de beauté non plus.

C’est pourquoi le silence sur Benoît XVI dans cette lettre apostolique est à mon humble avis incompréhensible et inacceptable.

Leonardo Lugaresi
6 juillet 2022 » (benoit-et-moi.fr)

On voit depuis quelques jours un montée des prêtres qui disent finalement tout haut ce qui se passe à la tête du Vatican.

Le cardinal Sarah qui a été écarté comme préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements en 2021 revient à la une.

Il était probablement un obstacle à la nouvelle messe en préparation.

(punit pour la sortie de son livre dont la préface avait été signée par Benoît XVI tout juste avant le rapport amazonien qui voulait redéfinir le sacerdoce: « Le pape émérite Benoît XVI et le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, signent un livre intitulé « Des profondeurs de nos cœurs », dédié au sacerdoce, dévoile le Figaro le 12 janvier 2020. Ensemble ils y réaffirment comme principe fondamental le célibat sacerdotal. » https://fr.aleteia.org/2020/01/13/benoit-xvi-et-le-cardinal-sarah-reaffirment-dans-un-livre-limportance-du-celibat-sacerdotal/),

« Sarah en couverture. La rédaction de Paris Match se révolte …

L’éditorial, en revanche, s’inquiète du fait que « les positions les plus controversées du cardinal Sarah ont été étouffées ». Or, il ne semble pas que le préfet émérite de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements ait jamais eu d’autres positions que celles que l’on trouve depuis toujours dans la doctrine de l’Église catholique. » (benoit-et-moi.fr)

Récemment dans sa dernière entrevue sur la décennie de son pontificat, Bergoglio concluait: « Je n’ai pas inventé ce que j’ai fait. J’ai recueilli ce que les cardinaux avaient dit dans les réunions pré-conclave ».

Ici, il fait sûrement référence à la mafia St-Gall qui l’a élu.

Petit retour en arrière, car la messe œcuménique fait partie des ces réunions pré-conclave:

« Le biographe du pape : Le synode à venir transformera l’Église conformément à « Objectifs de la mafia de St-Gall »

( LifeSiteNews ) – L’homme qui a décrit avec enthousiasme le pape François comme un « grand réformateur » seulement un an et demi après le début de sa papauté prédit maintenant que le prochain synode des évêques sur la synodalité pourrait apporter une transformation révolutionnaire de l’Église catholique.

Austen Ivereigh a écrit jeudi sur les objectifs du synode « Pour une Église synodale », qui doit commencer en octobre, le qualifiant de « bouleversement historique » et de « potentiellement le moment le plus transformateur du catholicisme depuis le Concile Vatican II, qui cherche à s’ancrer de façon permanente dans la vie de l’Église.

« Le « synode de deux ans sur la synodalité », a écrit Ivereigh dans Commonweal , « est destiné à marquer le christianisme pour toujours. » Il a noté: «Pourtant, jusqu’à présent, le désengagement a été presque total. (Votre curé a-t-il mentionné quelque chose ? C’est ce que je pense.) »

L’aspect peut-être le plus « transformateur » du synode, a écrit Ivereigh, est que le « peuple de Dieu » ne sera plus composé de « spectateurs passifs », mais sérieusement consultés pour discerner la voix du Saint-Esprit. Les évêques restent les « juges en chef » et le Pape a la décision finale dans ce processus.

Ivereigh a écrit : « Ainsi, ‘le but de ce synode’ – et en effet, le but d’une Église synodale – ‘est d’écouter, en tant que peuple de Dieu tout entier, ce que le Saint-Esprit dit à l’Église.’ » Il a en outre noté que le document préparatoire du synode affirmait que c’était le rôle du diable (« les diabolos ») « d’essayer de séparer » le peuple de Dieu, le Saint-Esprit et les évêques dans un synode.

Le vademecum , ou manuel du synode, stipule expressément que le processus de discernement synodal de « l’écoute » doit inclure « les catholiques qui pratiquent rarement ou jamais leur foi, etc. de la foi, les personnes d’autres traditions religieuses, les personnes sans croyance religieuse, etc.

« Personne – quelle que soit son appartenance religieuse – ne devrait être exclu du partage de son point de vue et de ses expériences, dans la mesure où il souhaite aider l’Église dans son cheminement synodal à la recherche de ce qui est bon et vrai », lit-on dans le texte.

Selon Ivereigh, ce processus de consultation ne sera pas au service d’un « programme » idéologique particulier : « Un synode n’est pas appelé à défendre ou à changer quoi que ce soit ; elle est appelée à permettre une assemblée qui discerne ce que l’Esprit Saint demande à l’Église en ce moment par rapport à la mission pour laquelle elle existe : évangéliser.

En effet, les « noyaux thématiques » du document préparatoire à explorer lors du synode sont quelque peu vagues et davantage orientés vers le processus que vers les « problèmes ». Ces sujets incluent des variations du thème de la «synodalité», que le cardinal Mario Grech a expliqué «est la forme de communion de l’Église – Peuple de Dieu». En conséquence, les « noyaux thématiques » comprennent « les compagnons de route », « l’écoute », « la parole » et « le dialogue dans l’Église et la société », entre autres sujets.

Mais Ivereigh croit aussi que la synodalité aboutit à une sorte de synthèse, ou ce qu’il appelle « l’alchimie », de différents points de vue : « Entrer en synodalité, c’est embrasser une alchimie dans laquelle l’Esprit agit comme une complexio oppositorum , et tout ce qui est bon et valide, est préservé dans une nouvelle vision », écrit-il.

Les attentes d’Ivereigh concernant le prochain synode, telles que publiées dans Commonweal, font écho aux thèmes de sa biographie de 2014 du pape François, « Le grand réformateur : François et la création d’un pape radical ».

Comme l’a expliqué un critique de cette biographie, Ivereigh a déclaré qu’il existe trois « clés de la papauté de François ». L’une de ces clés est la détermination de François à « apprendre et entendre l’infaillibilité du saint peuple fidèle de Dieu ». Ivereigh l’a réitéré dans une interview avec Raymond Arroyo, affirmant que le pape François s’est « toujours enraciné dans ce qu’il appelle le saint peuple fidèle de Dieu ».

Une autre « clé » est la nécessité pour le Pape de « réunir de véritables synodes de gouvernance et de démanteler les structures » afin de réaliser une « réforme institutionnelle » de l’Église. Au cœur de tout cela se trouve ce que Ivereigh a soutenu être un objectif déterminé des partisans de Bergoglio depuis le début : la mise en œuvre de la collégialité par l’Église.

La biographie d’Ivereigh ne se limite pas à décrire le passé et l’idéologie du pape François, mais tient à prédire comment le «programme ambitieux» du pape François «se terminera probablement», car Ivereigh est parvenu à une connaissance intime du long et déterminé ordre du jour du groupe de cardinaux qui ont soutenu Bergoglio : la mafia St-Gall.

Bien qu’Ivereigh ne les qualifie pas de « mafia », le cardinal Godfried Daneels, l’un des proches du groupe, a révélé en 2015 que c’est ainsi que le groupe s’appelait lui-même.

Karim Schelkens, l’un des biographes de Daneels, a déclaré dans une interview en 2015 : « L’élection de Bergoglio a été préparée à Saint-Gall, sans aucun doute. Et les grandes lignes du programme que le Pape met en œuvre sont celles dont Danneels et Cie commençaient à discuter il y a plus de dix ans.

Ivereigh a écrit dans la biographie du pape François que le groupe de Saint-Gall a été formé à la fin des années 1990 en raison d’une « préoccupation croissante » concernant une « position » qui « ressemblait à certains critiques comme si elle remontait aux jours précédant le Concile Vatican II. » : la position selon laquelle il n’y a « qu’un seul « Magistère », ou autorité enseignante, dans l’Église, et que l’Église universelle est « ontologiquement antérieure » à l’Église locale.

Le groupe de Saint-Gall considérait cette position traditionnelle comme opposée à la véritable « collégialité », qu’Ivereigh décrit comme l’un de ses objectifs les plus ardemment souhaités pour l’Église. Selon Ivereigh, la collégialité est une sorte d’autorité conjointe dans laquelle les évêques aident à gouverner l’église cum et sub Petro – avec et sous le pape. Dans son idée de collégialité, « l’Église locale participe au gouvernement de l’Église universelle ».

« Le groupe de Saint-Gall croyait que ce qu’il fallait, c’était une réforme en profondeur de la gouvernance, un rétablissement de l’équilibre entre les Églises locales et universelles, vers une authentique collégialité », a écrit Ivereigh.

La « mafia » autoproclamée a déploré le manque de collégialité de l’Église comme un obstacle à l’évangélisation, ainsi qu’à « l’unité chrétienne ». Quelque chose d’aussi fondamental que « l’affirmation du pouvoir papal » après la Réforme, a écrit Ivereigh, a été « cité comme une pierre d’achoppement majeure » par les dirigeants des « traditions réformées ou orthodoxes ».

Cette vision radicale et hétérodoxe de la collégialité a été articulée par l’un des membres du groupe de Saint-Gall, l’actuel cardinal Walter Kasper, en opposition à un document de 1992 du cardinal Ratzinger.

Ivereigh a expliqué que Kasper a fait valoir « dans un article largement publié en décembre 2000 » que la position du cardinal Ratzinger « est devenue « vraiment problématique lorsque la seule Église universelle est identifiée à l’Église romaine, et de facto avec le Pape et la Curie romaine », la décrivant comme « une tentative de restaurer le centralisme romain ».

Ivereigh a déclaré que Kasper « a poursuivi en affirmant que la collégialité était vitale pour résoudre les questions pastorales telles que l’admission des personnes divorcées et remariées à la communion, ainsi que pour rendre crédible l’invitation catholique à l’unité avec les autres chrétiens. Le progrès de l’unité dépendait, soutenait-il, de cette reconnaissance de la valeur de l’Église locale. « Le but ultime n’est pas une Église unie uniforme, mais une Église dans la diversité réconciliée. L’expression « diversité réconciliée » a été adoptée par Bergoglio à Buenos Aires lorsqu’il a discuté des relations avec d’autres chrétiens et d’autres confessions. »

Ivereigh a expliqué que ces premières préoccupations du groupe de Saint-Gall ont été reprises dans les discussions lors du conclave suivant la démission du pape Benoît XVI. « On a beaucoup parlé de réforme de la gouvernance… et de contact fluide entre Rome et l’Église locale », a écrit Ivereigh. Il a cité le porte-parole du Vatican, le P. Federico Lombardi a déclaré aux journalistes le 9 mars, quelques jours avant le conclave papal, que « la collégialité avait été » un thème constant dans ces discussions « .

Ivereigh a également cité le cardinal Seán O’Malley de Boston comme se souvenant : « Nous étions tous à peu près certains qu’il y aurait des changements spectaculaires et une nouvelle façon de voir la Curie, avec plus de collégialité. »

« Le diagnostic du groupe de Saint-Gall au début des années 2000 était désormais le plat du jour », écrit Ivereigh.

Ivereigh lui-même est l’ancien assistant du cardinal Murphy-O’Connor, qu’Ivereigh a décrit dans « Le grand réformateur » comme faisant partie du « noyau » du groupe de Saint-Gall depuis ses débuts.

Dans un article de septembre 2017 pour The Tablet , Ivereigh a décrit Murphy-O’Connor comme un « faiseur de rois » lors du conclave qui a élu le pape François. Ivereigh a déclaré que le cardinal était « fier d’avoir ouvert ce canal pour que le Saint-Esprit se mette au travail ». »

« … Une autre humiliation s’est produite lorsque le pape a éliminé la plupart des membres existants de la Congrégation pour le culte divin et les a remplacés par des personnes plus hostiles à Sarah et à ses opinions liturgiques. Et il y a la question de la « messe œcuménique », une liturgie destinée à unir catholiques et protestants autour de la Sainte Table. Bien que jamais officiellement annoncé, un comité relevant directement du pape François travaille sur cette liturgie depuis un certain temps. Certes, ce sujet relève de la compétence de la Congrégation pour le Culte Divin, mais le Cardinal Sarah n’a pas été officiellement informé de l’existence du comité. Selon de bonnes sources, le secrétaire de Sarah, Arthur Roche – qui occupe des fonctions opposées à celles de Benoît XVI et de Sarah – est impliqué, tout comme Piero Marini, le bras droit de Monseigneur Bugnini, auteur notamment de L’église en Iran et Novus Ordo Missae.

A ces noms s’ajoutent le sous-secrétaire du Culte divin, Corrado Maggioni, et un laïc, le liturgiste extrêmement « progressiste » Andrea Grillo. Récemment, Grillo a durement attaqué Benoît XVI après que le pape émérite ait écrit dans la préface d’un des livres de Sarah qu’avec Sarah, « la liturgie est entre de bonnes mains ». Et Grillo a attaqué Sarah lui-même, l’appelant « incompétent et inadéquat ». Si Grillo se comporte aussi grossièrement, c’est qu’il est sûr d’être protégé par des amis haut placés. . . »
(Marco Tosatti, 23 octobre 2017)

ET qui est actuellement le préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements?
Mgr Arthur Roche, qui sera élevé comme cardinal ce 27 août 2022.

Benoît XVI, comme plusieurs, trouve le temps long...

« Je n’aurais pas pensé que le dernier bout de chemin entre le monastère et les portes du ciel où se tient Pierre pouvait être aussi long », a dit le prélat allemand (Benoît XVI)… Puis les larmes le reprennent lorsqu’il évoque plus spécifiquement la santé faiblissante de Benoît XVI : « Entre temps, le pape émérite… [ l’archevêque tente tant bien que mal de retenir ses sanglots et laisse s’écouler quelques secondes de silence ] … est devenu un homme très âgé, physiquement fragile, mais dont l’esprit et le regard sont, Dieu merci, toujours aussi éveillés et brillants. Même si sa voix est de plus en plus faible et incompréhensible. Les dernières années ont eu raison de ses forces. Mais malgré ses forces déclinantes, il a conservé l’humble sérénité de son cœur. Comme elle se manifestait peut-être le plus clairement autrefois devant le monde entier dans les moments où il répondait aux questions des enfants, toujours de manière totalement libre et rafraîchissante. »… » (benoit-et-moi.fr)

Il faut être attentif pour voir les signes. Dieu est à l’oeuvre pour freiner cette guerre épouvantable mais nécessaire eschatologiquement parlant.

J’en ai fait la remarque dans quelques posts: ce n’est pas les incendies et la chaleur qu’il faut regarder, normale certes pour l’été (néanmoins des records sont battus partout) mais anormale lorsqu’elle est mondiale, et que la sécheresse est mondiale, ce qui veut dire famine et manque d’eau à l’horizon.

Exemples:

« Les quatre coins du monde menacés » : Ouest américain, Inde, France, Chili, Corne de l’Afrique, Maroc… (lapresse.ca)

Un milliard de chinois dans la « rôtissoire »  (zerohedge.com)

Et on pourrait ajouter une dizaine de liens sur le même sujet sur la situation à travers le monde.

Ils ont tous un point en commun: la perte des récoltes.

Après avoir perdu les récoltes du blé d’hiver, le mid-ouest américain a perdu sa récolte de maïs (plus de 80% de pertes) parce que la chaleur extrême a empêcher la floraison.

Même situation dans l’ouest canadien quant à la moutarde, le colza et le blé.

Ailleurs, comme au Pakistan, Bangladesh, Australie, etc… C’est la pluie en abondance, autre menace pour les récoltes.

2023 va être une épreuve hors de l’ordinaire pour les deux Babylone.

08 juillet

Plus de preuves que Bergoglio est le faux témoin, l’Antéchrist personne de la deuxième Babylone des prophéties de Jean XXIII.

«  ( LifeSiteNews ) – Nous sommes honorés de publier ci-joint une lettre ouverte au Père Jesusmary Missigbètò, écrite par Sa Grâce l'archevêque Carlo Maria Viganò, honorant ce prêtre africain pour sa défense loyale de la vérité de la foi catholique.

Le père Jésus-Marie – un pseudonyme de l'abbé Janvier Gbénou – avait commencé à dénoncer publiquement certaines des déclarations scandaleuses du pape François, après que le pape eut publiquement soutenu les unions civiles homosexuelles en octobre 2020. Le prêtre africain a été expulsé par l'Opus Dei et suspendu en tant que prêtre pour exactement cette critique charitable et bienveillante du pape, et en juin de cette année, le pape François lui-même a approuvé ces sanctions sévères.

Le Père Jésus-Marie n'est pas autorisé à exercer son ministère sacerdotal et ne peut célébrer la Sainte Messe en privé que s'il s'abstient de toute nouvelle critique publique du pape François.

À la lumière de cette punition pour un prêtre des plus humbles et des plus aimables, c'est une grande joie et un grand soulagement pour nous que l'archevêque Viganò vienne à sa défense. Le prélat italien souligne à juste titre que le Père Jésus-Marie a fait ce qu'il fallait et que cela doit être honoré pour son témoignage catholique.

En vérité, je vous le dis, ce sera plus tolérable pour le pays de Sodome et Gomorrhe au jour du jugement que pour cette ville.

Amen, je vous le dis : ce sera plus tolérable pour le pays de Sodome et Gomorrhe au jour du jugement que pour cette ville. Mt 10:15

Révérend Père Janvier, cher Père Jésus-Marie Missigbètò,

J'ai appris par la presse la nouvelle de votre suspension a divinis et de votre expulsion de l'Opus Dei, qui vous a été imposée par la Congrégation des Évêques comme sanction canonique pour avoir manqué de « respect et d'obéissance au Souverain Pontife. ”

Permettez-moi de vous exprimer ma proximité spirituelle à un moment de grande épreuve pour vous : en tant que catholique baptisé et en tant que ministre de Dieu, il doit être douloureux pour vous d'être accusé par la même personne qui, avec la miséricorde qui distingue son chaque acte, reçoit des avorteurs notoires, des cohabitants publics, des travestis, des sodomites, des ecclésiastiques rebelles, des hérétiques, des usuriers et ceux qui affament leur peuple.

J'imagine qu'il est très décourageant de se voir reprocher ce qui en d'autres temps aurait mérité des louanges – sinon même la gloire des autels – pour les saints qui n'ont pas hésité à gronder, même durement, la corruption de la Cour pontificale. Un saint Pierre Damien ou une sainte Catherine de Sienne seraient aujourd'hui scandalisés par la duplicité de celui qui ne manque jamais une occasion de dénigrer les bons catholiques et de plaire aux ennemis du Christ et de son Église.

Ce que vous affrontez pour votre fidélité au Magistère et pour votre véritable respect du Siège du Très Saint Pierre est une occasion d'expier les fautes et les scandales des ecclésiastiques, dans l'esprit d'expiation et de réparation qui nous unit en tant que membres du Corps Mystique pour Notre Seigneur qui en est le Chef, immolé sur la Croix en réparation des offenses commises par les hommes contre la Très Sainte Trinité.

Votre épreuve, cher et révérend Père Gbénou, vous unit à ces autres épreuves, souvent encore plus dures à supporter, auxquelles beaucoup de vos frères prêtres ont été soumis par leurs Supérieurs : prêtres chassés de leurs paroisses et contraints de vivre et de dormir dans leur voitures ou dans des logements de fortune ; les pasteurs retirés de leurs paroisses parce qu'ils ne veulent pas renoncer à la célébration du Saint Sacrifice dans le Rite Apostolique ; les religieux renvoyés de leurs monastères et couvents parce qu'ils ne veulent pas renoncer à leur fidélité au charisme de leur Ordre ; séminaristes qui se trouvent empêchés de se former au sacerdoce simplement parce qu'ils n'acceptent pas la dissipation et la mondanité qui leur sont imposées.

Si jamais vous avez des doutes sur les intentions de ceux qui, usurpant l'autorité contre le but pour lequel elle a été instituée par le Christ, se déchaînent contre ceux qui sont bons, je vous invite à considérer comment leur sévérité se dissout face aux insuffisances beaucoup plus graves du clergé fornicateur, des prélats corrompus et des cardinaux qui sont des agresseurs et des voleurs.

Votre crime, Révérend Père, c'est d'avoir créé avec eux un dangereux terme de comparaison, en découvrant le tombeau grouillant de vers qu'est l'église bergoglienne. Si vous aviez participé à la « Gay Pride » en publiant vos photos dans des poses indignes, je ne dirai pas d'un ecclésiastique, mais même d'un païen ; si vous aviez fait scandale en vous livrant à des relations honteuses avec un autre prêtre ; si vous aviez nié les vérités catholiques ou contesté la morale chrétienne, vous seriez désormais à la tête d'un dicastère romain, ou l'évêque d'un diocèse prestigieux, et vous vous trouveriez dans vos atours ecclésiastiques enfilés juste à côté de celui qui vous a privé de la faculté de célébrer la messe, d'entendre les confessions et de prêcher. Tout comme vous, de nombreux autres prêtres et pas mal d'évêques et même de cardinaux se voient plutôt tournés en dérision, offensés, trop catholique.

Je me demande si, face à la honte de la corruption du clergé corrompu qui plaît tant à Bergoglio au point de s'entourer d'eux dans les chambres de Santa Marta, vous devez considérer les sanctions qui vous ont été infligées comme un motif de fierté. L'esilio che m'è dato, onor mi tegno - L'exil qui m'a été donné, je le considère comme un honneur (Dante). Si la maison de Dieu est devenue un repaire de voleurs, celui qui veut rester près du Seigneur doit secouer la poussière de ses pieds (Mt 10,14), et ne daigne même pas saluer ceux qui renient le Christ et Le crucifient chaque jour en leur conduite.

Réjouissez-vous donc, cher et révérend Père, car si les ennemis de Dieu ne trouvaient en vous aucune raison de vous persécuter, cela signifierait que vous ne témoignez pas de votre fidélité au Seigneur. Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant vous (Jn 15,18), a dit la Sagesse Incarnée. Les épreuves présentes sont donc une cause de consolation spirituelle, une occasion de sanctification et une occasion d'édification des simples. Le Seigneur vous rendra au centuple ce que vous endurez.

À toi, cher Père, et à tous ceux qui, comme toi, sont persécutés propter iustitiam (Mt 5, 10), je dédie mon souvenir chaque fois que je prie dans le Saint Sacrifice de la Messe.

+ Carlo Maria Viganò, archevêque

6 juillet 2022

«  Abidjan – 1er juillet 2022

Au Souverain Pontife le Pape François

Cher Père,

Je viens de recevoir le Décret de la Congrégation pour les Évêques, signé par vous et le Cardinal Marc Ouellet, dans lequel vous validez les sanctions qui m'ont été imposées par la Prélature de l'Opus Dei parce que, selon le Décret, j'ai manqué « de respect et d'obéissance au Souverain Pontife » (Code de Droit Canon 273). Bref, il m'est interdit de prêcher, de confesser et de célébrer la messe en public et en privé.

Je prends note de votre décision que je n'approuve pas car elle est injuste. De plus, je ne peux pas, en conscience, renoncer à ma critique publique du pape François car, depuis 2016, vous avez vous-même gravement manqué « de respect et d'obéissance à Dieu et au Peuple de Dieu ». En effet, avant d'être pape et évêque, vous êtes prêtre et, selon le Code de droit canonique, « dans la conduite de leur vie, les clercs sont tenus d'une manière particulière à poursuivre la sainteté puisque, ayant été consacrés à Dieu par un nouveau titre en la réception des ordres, ils sont dispensateurs des mystères de Dieu au service de son peuple » (276). De plus, en tant qu'évêque et pape, vous êtes concernés par les canons suivants : « un apostat de la foi, un hérétique ou un schismatique encourt une excommunication latae sententiae » (1364) ; « Une personne qui, dans un spectacle ou un discours public, dans un écrit publié ou dans d'autres utilisations des instruments de communication sociale, prononce un blasphème, porte gravement atteinte aux bonnes mœurs, exprime des insultes ou excite la haine ou le mépris contre la religion ou l'Église doit être punie. avec une peine juste » (1369).

Ô Père, laissez-moi vous dire que vous avez manqué à votre devoir de sainteté sacerdotale, épiscopale et papale ; et que vous avez propagé des hérésies et gravement porté atteinte aux bonnes mœurs. Et dans votre cas, plus que pour un simple prêtre ou évêque, c'est même très grave, car le bon exemple d'un pape peut faire beaucoup de bien, tandis que son mauvais exemple peut faire beaucoup de mal. Souvenez-vous des paroles suivantes de Jésus-Christ, Notre Seigneur et Maître, Vrai Juge de tous les hommes et même du Pape François : « On demandera beaucoup à celui qui a reçu beaucoup, et on demandera encore plus à celui qui a reçu plus » (Luc 12:48); "Celui qui fait tomber un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu'une grande meule soit attachée autour de son cou et qu'il soit jeté dans l'abîme de la mer... malheur à l'homme par qui le la chute vient ! » (Matthieu 18 :6-7). Mais vous avez plusieurs fois scandalisé le monde entier en contredisant la Tradition chrétienne. Permettez-moi maintenant de vous en donner la preuve...

1. Est-il moralement juste qu'un chrétien, un prêtre ou un évêque prenne l'initiative de demander des lois sur la coexistence homosexuelle ? Dieu et l'Église catholique ont toujours dit "non". Le pape saint Jean-Paul II et le pape émérite Benoît XVI nous ont rappelé que tout chrétien a le « devoir de témoigner de la vérité » et de montrer « une opposition personnelle absolue à de telles lois », faute de quoi il commet « un acte gravement immoral » (Document de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, 3 juin 2003). Malheureusement, vous avez répondu "oui". En effet, le 21 octobre 2020 et le 15 septembre 2021, vous avez appelé publiquement à l'adoption de lois civiles de coexistence homosexuelle (cf. ma 1ère lettre ouverte) : « Ce qu'il nous reste à faire, c'est une loi civile de coexistence ; ils ont le droit d'être couverts légalement. J'ai défendu cela. Permettez-moi de vous indiquer, Père, où se situe votre erreur : vous confondez « lois de coexistence » et « lois de protection ». Les lois de coexistence sont liées à l'idéologie LGBTQ tandis que les lois de protection sont liées à la discrimination humaine. Il existe des lois de protection pour les enfants, les femmes enceintes, les personnes handicapées, les migrants, les prisonniers, etc. Toutes ces personnes ont droit à une considération et à un traitement humains, mais elles n'ont pas besoin de lois spéciales sur la coexistence homosexuelle.

2. Est-il moralement juste de donner le sacrement de l'Eucharistie à des politiciens publiquement favorables à l'avortement qui ne renoncent pas à l'avortement ? Dieu et l'Église catholique ont toujours répondu « non » (cf. Code de droit canonique 915-916). Malheureusement, vous avez répondu "oui". En effet, le 15 septembre 2021, vous avez publiquement donné votre accord, avec l'incroyable soutien des cardinaux Ladaria, Peter Turkson, Wilton Gregory, des archevêques Paglia et Michael Jackels, etc. (cf. ma 4e lettre ouverte). Le 29 juin 2022, certainement consciemment et avec préméditation, vous avez permis à Nancy Pelosi, publiquement connue pour son soutien à l'avortement, de recevoir la Sainte Eucharistie au Vatican, lors d'une messe célébrée par vous, et sachant très bien que cela était publiquement interdit à elle par son évêque-résident. Ainsi, vous conduisez l'Église catholique à manquer de respect à ses propres lois énoncées dans le Code de droit canonique et vous manquez de respect à Dieu et au peuple catholique.

3. Est-il moralement juste de pratiquer une hystérectomie (ablation de l'utérus) avec l'accord d'experts médicaux mais sans urgence médicale pour la santé de la mère ? Dieu et l'Église catholique ont toujours dit "non". Le pape saint Jean-Paul II et le pape émérite Benoît XVI ont clairement indiqué que si un groupe d'experts médicaux confirment à une femme que ses futures grossesses ne constitueront pas une menace pour sa santé ou sa vie, elle ne peut pas se faire enlever l'utérus sous prétexte que ses futures grossesses n'arriveront jamais à terme (cf. Document de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ; 31 juillet 1993). Malheureusement, vous et la Congrégation pour la Doctrine de la Foi avez répondu « oui ». En effet, le 10 décembre 2018, avec le cardinal Luis Francisco Ladaria Ferrer, S.J., (préfet) et l'archevêque Giacomo Morandi (secrétaire), vous avez ouvert la porte à la stérilisation directe, la première mesure anti-nataliste de l'Église catholique et la première erreur de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (cf. ma 3ème lettre ouverte).

[NB : Pour une analyse approfondie des erreurs dans cette décision du CDF, voir Joshua Schulz et William Hamant, "Non-sterilising Hysterectomies ? A Catholic Critique of the CDF," Linacre Quarterly 2020, vol. 87(2) 182-195, disponible ici ; ainsi qu'une analyse plus courte ici.--Ed.]

4. Est-il moralement juste de dire que « l'engagement de vivre dans la continence peut être proposé » aux chrétiens et est « une option » ? Dieu et l'Église catholique ont toujours répondu "non". Tous les catholiques ayant un minimum de formation chrétienne orthodoxe (et même les non-chrétiens qui s'efforcent de vivre la loi morale naturelle) savent que la chasteté n'est jamais une option mais un devoir moral sérieux pour tout être humain (cf. Catéchisme de l'Église catholique 2331- 2400). Malheureusement, vous avez répondu "oui". En effet, le 5 septembre 2016, vous et les évêques de la Région pastorale de Buenos Aires ont affirmé que « l'engagement à vivre dans la continence peut être proposé. Amoris laetitia n'ignore pas les difficultés de cette option... l'option mentionnée peut, en fait, ne pas être faisable". 108). En 2000 ans d'histoire catholique, c'est la première erreur doctrinale-morale papale ainsi enregistrée dans les Archives du Vatican (cf. ma 2ème lettre ouverte), avec le soutien étonnant de plusieurs cardinaux, évêques et prêtres : Parolin, Kasper, Schönborn, Coccopalmerio , Vallini, Cupich, Grech, Paglia, Forte, Scicluna, Fenoy, McElroy, Spadaro, Bordeyne, etc.

Ma sanction ce matin montre clairement que vous, et [Monseigneur] Fernando Ocáriz, et le cardinal Marc Ouellet, conservez toujours une capacité de jugement moral. Pourquoi alors vos silences coupables et scandaleux face à des cardinaux qui manquent gravement « de respect et d'obéissance à Dieu et au Peuple de Dieu » ? Cardinal Hollerich, S.J. (qui a déclaré publiquement que « l'enseignement de l'Église selon lequel l'homosexualité est un péché est faux »), le cardinal Marx (qui a déclaré publiquement que « l'homosexualité n'est pas un péché »), le cardinal Matteo Maria Zuppi (qui a permis au père Gabriele Davalli de bénir un homosexuel couple lors d'une messe le 11 juin 2022), le cardinal Blase Cupich (qui a permis au père Joe Roccasalva d'autoriser un couple homosexuel à prononcer l'homélie lors d'une messe le 19 juin 2022, fête des pères), etc.

Quelle sanction pour ces cardinaux infidèles à l'enseignement traditionnel de l'Église catholique ? Aucun. Au contraire, les postes de responsabilité et de louange publique du Pape François alors que les prêtres fidèles à la Tradition chrétienne sont sanctionnés. Ô Père, quelle est cette justice injuste du Pape François et du Vatican ? Êtes-vous sûr que Dieu peut accepter une telle injustice ? Pourquoi aujourd'hui ce vent de dictature dans l'Église catholique contre ceux qui préfèrent obéir à la loi divine absolue au lieu de suivre votre désobéissance flagrante à cette loi divine éternelle ? Avec tout cela, pensez-vous vraiment mériter le respect des chrétiens, quand vous les amenez à offenser Dieu et à mépriser sa loi éternelle ?

Enfin, la condamnation que j'ai reçue dans le décret de ce matin est injuste parce qu'elle ne tient pas compte des paroles suivantes de Jésus-Christ (dont, je le dis avec respect, il serait bon que vous et [Monseigneur] Ocáriz et le cardinal Ouellet méditiez calmement) : « Pourquoi remarques-tu l'écharde dans l'œil de ton frère, mais ne perçois-tu pas la poutre en bois dans ton propre œil ? Comment peux-tu dire à ton frère : ‘Laisse-moi enlever cette écharde de ton œil’, alors que la poutre est dans ton œil ? Hypocrite, ôte d'abord la poutre de ton œil ; alors tu verras clair pour enlever l,écharde de l'œil de ton frère. (Matthieu 7:3-5) Quelles sont mes erreurs (écharde) par rapport aux erreurs du pape François (poutre en bois) ?

J'espère que les intellectuels catholiques auront le courage de défendre cette vérité, par amour de Jésus et de son Église. Quel est le plus grand crime du prêtre africain aujourd'hui sanctionné ? Avoir eu l'audace de contredire en public le Pape François et sa Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Cependant, Jésus (30 ans) n'a-t-il pas fait de même avec les chefs religieux de son temps (60, 70, 80 ans) parce que c'était lui qui était dans la vérité ? Malheureusement, ils l'ont livré pour être crucifié. Pourtant, c'est de ce sacrifice que Dieu a tiré sa victoire : la lumière de la Vérité a brillé sur les ténèbres de l'erreur et du mensonge. Père très cher, je me réfugie dans le flanc ouvert de Jésus Crucifié et dans les larmes de la Vierge Marie au pied de la Croix...

Votre fils en Jésus, Marie et Joseph,

Abbé Janvier Gbénou

(nom de plume : Père Jesusmary Missigbètò) »

Dernier commentaire de Mgr Vigano après la parution de la lettre apostolique sur la liturgie.

On passe tous les longues réflexions sur l’État profond (trop long). On sait tous ce qu’est le système Antichrist maintenant.

Ce qui concerne l’Église:

« … Mais si au cours des dernières décennies les adeptes du « progressisme catholique » – expression qui en elle-même est déjà un oxymore – se sont efforcés de saper la Tradition et de la remplacer par son antithèse, en ces dix années du « pontificat » bergoglien, la culture de l’annulation a pris le dessus les connotations d’une fureur idéologique, allant de l’éthique de situation d’ Amoris Laetitia à l’écologisme néo-malthusien de Laudato Si’ en passant par l’œcuménisme maçonnique de Fratelli Tutti , mais se manifestant aussi par la suppression effrontée des signes extérieurs, des vêtements liturgiques aux vêtements papaux insignes et titres, et même avec Traditionis Custodes et Desiderio Desidera viallant jusqu’à l’annulation substantielle de la Liturgie apostolique, à laquelle le Motu Proprio Summorum Pontificum avait donné une parenthèse de relative liberté après quarante ans d’ostracisme.

L’Église profonde et l’État profond évoluent en parallèle et en synchronisation, car ce qui les émeut tous les deux, c’est la haine de Jésus-Christ. La matrice antichristique réside dans la tromperie, qui est la marque du Menteur : une tromperie qui a commencé par faire croire à Adam et Ève que leur désobéissance les rendrait semblables à Dieu, alors qu’en réalité ils avaient été créés « à l’image et à la ressemblance de Dieu ». ” précisément en se conformant librement au cosmos divin impressionné par le Créateur dans les créatures et dans la création. On retrouve la même duperie à nous faire croire que l’homme peut renier Dieu et se rebeller contre sa Sainte Loi sans conséquences, alors que Satan d’abord, péchant par orgueil, s’est damné pour l’éternité. Le mythe de la liberté, dont la licence et le libertinage sont des contrefaçons, est un mensonge. L’État laïc, qui nie la seigneurie du Christ-Roi dans la société, est un mensonge. L’œcuménisme, qui place la Vérité de Dieu sur le même plan que l’erreur au nom d’une paix et d’une fraternité qui ne peuvent exister en dehors de l’unique Église du Christ, la Sainte Église catholique, est un mensonge. C’est un mensonge d’avoir érigé le progrès en bien absolu, car ce qu’il considère comme un bien est en réalité un mal qui affecte les individus et la société, tant la société laïque que la société spirituelle.

C’est pourquoi, face à toutes les absurdités bergogliennes, qui célèbrent sans conteste les succès de Vatican II et les conquêtes de l’Église post-conciliaire malgré la présence d’une crise énorme, tout commentaire est superflu. Ce qui nous est vendu comme la dernière découverte de la modernité – de l’idéologie du genre à l’idéologie néo-malthusienne de la santé – est de vieux rebuts idéologiques dont le seul but est d’éloigner les âmes de Dieu, de sorte que l’adage « la misère aime la compagnie » devient un résumé approprié de l’action maléfique du diable, qui est envieux que les créatures douées d’une âme et d’un corps aient été accordées par la Providence la Rédemption que les anges, en tant qu’esprits purs, n’ont pas été accordée. Une Rédemption accomplie au moyen de l’Incarnation de la Seconde Personne de la Très Sainte Trinité, perpétuée dans ses fruits par le Corps Mystique du Christ, la Sainte Église.

Bergoglio accuse les gens de gnosticisme et de pélagianisme s’ils ne peuvent accepter l’idée d’un pape gnostique et pélagien, pour qui le bien ne consiste pas à se conformer au modèle de perfection qui nous est destiné par Dieu le Créateur et Rédempteur, mais plutôt à faire n’importe quoi que chacun de nous croit bon. Mais ce n’est, après tout, rien d’autre que le péché de Lucifer, ériger son Non Serviam en règle morale.
L’archevêque Crepaldi a bien fait de souligner la matrice antichristique de la culture Cancel . Mais cette analyse, valable et vraie de ce qui se passe dans le monde civil, doit aussi être courageusement étendue au monde catholique, dans lequel la même matrice antichristique existe sans conteste depuis que le Concile Vatican II a fait du nouveau et éphémère, niant deux mille ans de Tradition fondée sur la Parole de Dieu et sur l’enseignement des Apôtres et des Pontifes romains. La fureur idéologique de Bergoglio n’est que la conséquence logique de ces prémisses, et le fait qu’un massothérapeute puisse concevoir le logo gay-friendly du Jubilé 2025 ( ici ) n’est que la dernière et lamentable confirmation d’une métastase en cours.

J’exhorte mes frères dans l’épiscopat, les prêtres et tous les fidèles à comprendre cet aspect fondamental de l’apostasie actuelle, car nous ne pourrons faire aucun bien pour convertir la société civile et rendre la couronne royale au Christ tant que cette couronne a été usurpée par ses ennemis dans le sein même de l’Église.

+ Carlo Maria Viganò, archevêque

2 juillet 2022 » (marcotasatti.com)

Pour ceux qui n'ont pas encore vu le logo du jubilé 2025 dont fait référence Mgr Vigano ci-dessus, curieusement révélé plus de 2 ans à l'avance, voir vaticannews.va.
 
Il a été dévoilé en juin, mois de la fierté gay en opposition au Sacré-Coeur.

Sur la mer agitée en termes de corruption morale, d’un monde où l’identification au Christ est relégué au second plan au Vatican pour l’inclusion LGBT, suivez la tendance horizontale avec les couleurs des voiles LGBT, et là, vous avez un choix à faire, « Pèlerins de l’Espérance », vers le haut avec le Christ, ou vers les abîmes avec l’ancre.

2025 est l’année du choix.

Effectivement, tout doit être conclu avant mai 2026 selon la prophétie de Don Bosco, c’est à dire le retour du Lys avant mai 2026.

06 juillet

LA TROISIÈME ROME

Alexandre Douguine est le conseiller de Poutine sur la question du mystique, du religieux.

Ses écrits nous indiquent une piste concernant l’état d’esprit en arrière plan de cette guerre (la guerre entre la faction judéo-maçonnique libérale, progressiste, et la faction judéo-maçonnique nationaliste, sur le terrain de l’Ukraine, mais surtout de la Syrie, car c'est dans cette direction qu'il faut regarder).

Il s’agit de la thèse de la Troisième Rome sur laquelle repose la vision eschatologique du peuple russe, qui se résume à ceci :

Pour eux Rome a perdu sa fonction de représentant du Christ sur terre lors du grand schisme entre l’Orient et l’Occident en 1054.

Byzance est alors devenu la deuxième Rome, représentant la fonction ecclésiale suprême sur cette terre (lire ici l’orthodoxie), au grand dam des catholiques.

Or, lors de la chute de Constantinople en 1453 aux mains des turcs, le patriarcat de Moscou s’est senti alors responsable de la tradition, comme seule dépositaire de la lignée depuis le Christ, prenant alors la fonction comme troisième Rome.

«« Moscou – Troisième Rome »... (références tirées d'un article paru sur mospat.ru)

La source du concept de « Troisième Rome », profondément mystique, est à chercher dans l’eschatologie biblique…

( Note : dans le dernier royaume prédit par le prophète Daniel, chapite 7, 23 : «  Il me parla ainsi : " La quatrième bête, c'est un quatrième royaume qui sera sur la terre, différent de tous les royaumes, et qui dévorera toute la terre, la foulera et la réduira en poudre. »)

La « formule de Philothée »

« Sache, ami du Christ et ami de Dieu, que tous les royaumes chrétiens sont arrivés à leur fin et se rassemblent dans l’unique royaume de notre souverain, c’est-à-dire le royaume romain, suivant les livres prophétiques. Deux Rome sont tombées, la troisième est debout, et il n’y aura pas de quatrième. L’apôtre Paul mentionne souvent Rome dans ses épîtres, et il est dit dans les commentaires : « Rome est le monde entier ». Vois, élu de Dieu : tous les royaumes chrétiens sont emplis d’infidèles ; seul tient le royaume de notre souverain, par la grâce du Christ. Il convient à celui qui règne de s’en tenir à cela avec grande crainte en invoquant Dieu, de ne pas espérer en l’or et en la richesse qui passent, mais en Dieu qui donne tout. »

Le sens véritable de la « formule de Philothée » est contenu dans ces derniers mots : une responsabilité morale écrasante – le poids de la « Troisième Rome », du dernier royaume terrestre – pèse sur le souverain russe. Responsable du monde entier, il doit régner « avec grande crainte », mettant son espoir non dans les biens terrestres, mais dans l’aide de Dieu...

Sous Pierre le Grand, l’idéologie changea radicalement. Pierre n’aimait pas Byzance qui, selon lui, avait péri à cause de la bigoterie de ses dirigeants et de son dédain de l’art militaire. Son idéal n’était pas la seconde Rome, mais la première, comme en témoigne l’adoption du titre d’empereur et l’institution du Sénat. Si l’Empire russe continuait à prétendre au rôle de leader dans le monde chrétien, cette prééminence avait perdu sa dimension mystique de « dernier royaume ». ..

Le starets Philothée, en proposant il y a 500 ans cette formule, ne faisait que constater une réalité historique de son époque : hormis la Russie moscovite, tous les États orthodoxes avaient été rayés de la carte et toutes les Églises autocéphales (y compris le Patriarcat œcuménique de Constantinople) étaient soumis à l’autorité de dirigeants hétérodoxes. Surtout, le concept même de Dernier Royaume, ni alors, ni par la suite, ne renvoyait à une prétention de la Russie à l’héritage politique byzantin ou, encore moins, à l’hégémonie.

Au contraire : la Troisième Rome était l’image mystique du « dernier royaume » de l’histoire universelle, une responsabilité morale exceptionnelle pesant sur ses dirigeants. Devant répondre du sort de l’humanité, il leur fallait mettre leur espoir non dans les richesses qui passent, ni en la force ou en la gloire de « ce siècle », mais uniquement en Dieu. »

Évidemment cette thèse est inacceptable pour les catholiques, et même pour les autres communautés orthodoxes non dépendantes du patriarcat de Moscou.

Renier l’héritage d’un millénaire d’expansion et de rayonnement mondial de la sainteté et l’universalité de L’Église catholique est un non lieu.

Mais cette thèse explique très bien le combat eschatologique qui a lieu présentement, duquel est imbibé le président Poutine qui y croit dur comme fer depuis le retour de l’influence de l’église orthodoxe russe dans la nouvelle constitution (auparavant précédé de nouvelles constructions d’église sous le règne de Poutine).

Poutine ne s’est-il pas identifier à Pierre Le Grand dernièrement, affirmant seulement comme lui vouloir reprendre les territoires qui lui appartiennent?

Selon Douguine : « La Troisième Rome-Moscou et le tsar orthodoxe sont dotés d’une fonction eschatologique pour rassembler sous leur ombre salvatrice tous les peuples du monde avant la fin du monde. »

« Après la chute de l’empire byzantin, la mission de la Sainte Russie était d’être la terre choisie, l’espace eschatologique du Nouvel Israël, prêt à servir de véhicule à la Seconde Venue, à l’apparition de la Nouvelle Jérusalem. »

C’est la fusion nécessaire, voulu, entre le pouvoir ecclésiastique et le pouvoir politique russe.

Cette guerre est d’abord et avant tout religieuse.

Elle est le prélude à la grande guerre annoncée dans les prophéties de Jean XXIII.

Douguine: « Le messianisme russe remonte au XVè siècle, c’est à dire à l’époque où seule la Sainte Russie demeurait la dernière grande puissance orthodoxe. Conformément à la doctrine orthodoxe de la symphonie, le peuple russe et le tsar russe ont repris à Byzance la vocation de servir de barrière contre l’arrivée du fils de perdition. La Russie sacrée est devenue sainte et le peuple russe s’est transformé en porteur de Dieu ; c’est un fait théologique absolument évident et strictement conforme à la foi orthodoxe. La formule du starets Philothée -Moscou, Troisième Rome- est la base de l’identité de l’Eglise russe. Depuis la chute de l’empire byzantin, être russe signifie être choisi pour une confrontation apocalyptique avec Satan libéré juste avant la fin du monde. »

Douguine attribue au dernier empire orthodoxe (la Russie) la fonction eschatologique du katechon, ce dernier rempart évoqué par saint Paul, et qui bloque l’arrivée de la bête, de l’Antéchrist.

Poutine considère que l’Occident avec son capitalisme, et sa foi dans un humanisme tous deux débridés, constituent l’Antéchrist.

C’est l’Antéchrist système que nous avons pu identifier via les analyses.

Sur ce point, ils ont raison.

Quelqu’un, quelque part, doit être le sonneur d’alarme en ces temps si importants.

Et c’est le rôle de la Russie, rôle identifié par le père Malachi Martin dans ses écrits.

Cette thèse explique le soutien du patriarche Kirill dans cette guerre.

La vision eschatologique est la même.

Parce qu’il y a toujours  « un lien étroit entre le facteur national et étatique avec la vérité eschatologique et métaphysique de la foi orthodoxe. » indique Douguine.

La troisième Rome a sonné l’alarme.

Le jour de la séparation du bon grain de l’ivraie est à nos portes.

Dieu utilise la Russie comme fléau du monde en ces derniers temps.

Combien de gens réalisent que c'est une guerre pour les âmes?

« Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus qui crient à lui nuit et jour, et il tarderait à leur égard ?

 Je vous le dis, il leur fera bientôt justice. Seulement, quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? » (Luc 18, 7-8)

01 juillet

LE SEPTIÈME VOILE

« Devant la situation de l’Église d’aujourd’hui, nous avons le sentiment que par quelque fissure la fumée de Satan est entrée dans le peuple de Dieu… » Paul VI, 29 juin 1972.

Pour remettre ce sermon de Paul VI dans son contexte, en rapport avec le sacerdoce et la liturgie, qui sont les deux seules possibilités pour tenter d’éliminer la présence réelle : une nouvelle liturgie, ou une formation du sacerdoce qui n’aura plus rien de sacré.

Bergoglio en profite donc pour renforcer son Motu Proprio Traditionis Custodes de Bergoglio en cette fête des Saints Pierre et Paul :

« Le Pape publie une Lettre apostolique sur la Liturgie

Le Pape François publie ce 29 juin «J’ai désiré d’un grand désir», une Lettre apostolique au peuple de Dieu offrant des pistes de réflexion sur la célébration de la liturgie. Un an après la publication du Motu proprio Traditionis Custodes, François invite les fidèles à redécouvrir la beauté de la liturgie, notamment à travers la formation…

Le texte, divisé en 65 paragraphes, revient sur les résultats de la plénière du Dicastère du Culte divin de février 2019. Il fait suite au Motu proprio Traditionis custodes, publié le 16 juillet 2021, qui a réaffirmé l’importance de la communion ecclésiale autour du rite issu de la réforme liturgique post-conciliaire.

Cette Lettre apostolique, indique François, n’est pas une nouvelle instruction ou un directoire avec des normes spécifiques. Elle souhaite davantage apporter des pistes de réflexion pour comprendre la beauté de la célébration liturgique et son rôle dans l’évangélisation. Elle se conclut par un appel du Pape François: «Abandonnons nos polémiques pour écouter ensemble ce que l’Esprit dit à l’Eglise. Sauvegardons notre communion. Continuons à nous émerveiller de la beauté de la liturgie».

“«Ce n’est pas un hasard si cet immense effort de réflexion du Conseil œcuménique – qui est la plus haute expression de la synodalité dans l’Église et dont je suis appelé, avec vous tous, à être le gardien de la richesse – a commencé par une réflexion sur la Liturgie.» – Pape François”

Or, en tant que catholique, on ne peut pas, précise-t-il, «reconnaître la validité du Concile et ne pas accueillir la réforme liturgique née du « Sacrosanctum Concilium »». C’est pourquoi le Saint-Père a estimé de son devoir d’affirmer que les livres liturgiques promulgués par Paul VI et Jean-Paul II, conformément aux décrets du Concile Vatican II, étaient l’unique expression du Rite romain…

Le Pape conclut la Lettre apostolique en demandant «à tous les évêques, aux prêtres et aux diacres, aux formateurs des séminaires, aux enseignants des facultés de théologie et des écoles de théologie, à tous les catéchistes et catéchistes, d’aider le peuple saint de Dieu à puiser à ce qui a toujours été la source première de la spiritualité chrétienne.» Il réaffirme ce qui a été établi dans Traditionis custodes, afin que «l’Église puisse élever, dans la variété des langues, une seule et même prière capable d’exprimer son unité». Cette unique prière est le Rite romain issu de la réforme conciliaire, et établi par les saints pontifes Paul VI et Jean-Paul II. » (vaticannews.va)

Bergoglio affirme bien qu’il offre des pistes de réflexion…

C’est ainsi affirmer qu’il prépare une réforme de la liturgie.

Ce n’est plus un secret.

Un peu plus de précisions sur Lifesitenews:

« … « La non-acceptation de la réforme liturgique, comme aussi une compréhension superficielle de celle-ci, nous détourne de l’obligation de trouver des réponses à la question que je reviens répéter : comment pouvons-nous grandir dans notre capacité à vivre pleinement l’action liturgique ? ? Comment continuer à se laisser émerveiller par ce qui se passe dans la fête sous nos yeux ?
En conséquence, le pape a déclaré qu’il est de son « devoir d’affirmer que « les livres liturgiques promulgués par saint Paul VI et saint Jean-Paul II, conformément aux décrets du Concile Vatican II, sont l’expression unique de la lex orandi de la Rite », réitérant son décret du document Traditionis custodes .

Plus loin dans le document, le pape appelle « tous les évêques, prêtres et diacres, les formateurs dans les séminaires, les instructeurs dans les facultés de théologie et les écoles de théologie, et tous les catéchistes » à tenir compte de son commandement de ne pas « revenir à cela », à la forme rituelle que les pères du Concile [Vatican II], cum Petro et sub Petro , ont ressenti le besoin de réformer, approuvant, sous la conduite de l’Esprit Saint et suivant leur conscience de pasteurs, les principes d’où est née la réforme.
François a souligné le travail des papes Paul VI et Jean-Paul II comme garantissant « la fidélité de la réforme du Concile ».

« C’est pourquoi j’ai écrit Traditionis custodes , afin que l’Église élève, dans la variété de tant de langues, une seule et même prière capable d’exprimer son unité.

« Comme je l’ai déjà écrit, j’entends que cette unité soit rétablie dans toute l’Église de rite romain », a déclaré François…

« Bergoglio a l’intention de mettre fin à la messe traditionnelle en latin en imposant le Novus Ordo à tout le rite romain sous prétexte d’unité », a averti le clerc, affirmant plus tard que l’exhortation du pape à « abandonner nos polémiques pour écouter ensemble ce que l’Esprit dit à l’Église » est une manière voilée de dire « nous devons abandonner la Tradition et nous soumettre à sa volonté [de François] ».

La journaliste vaticane Bree Dail a écrit que, « selon plusieurs sources, le pape François » ne croit plus au débat en cours « sur » l’herméneutique de la continuité « , mais « a clairement exprimé sa position personnelle, en rupture avec son prédécesseur, Benoît XVI »… »

Bergoglio se contredit intentionnellement:

« C’est pourquoi j’ai écrit Traditionis custodes , afin que l’Église élève, dans la variété de tant de langues, une seule et même prière capable d’exprimer son unité. »

On sait tous qu’il donne le pouvoir de célébrer l’Eucharistie aux évêques pour s’adapter aux coutumes locales, l’exemple amazonien en est un, et ainsi provoquer une multiplication de prières, et non une seule.

Il ment.

On juge l'arbre à ses fruits: Il désacralise la messe petit à petit.

C’est une opération de préparation psychologique pour la conclusion du synode des synodes en octobre 2023.

Rappelons que la limite de Babylone selon les précédentes analyses :

Entre la fin du synode 2023 et 2025.

La prophétie « Le Temps est Proche » nous donne l’échéance : les deux possibilités de l’identité de la fille de Caïn qui prophétise pour 7 ans étant Greta Thunberg ou la nouvelle église œcuménique de Bergoglio.

Or, plus on avance dans le temps plus il semble que cela a rapport avec le synode :

La fille de Caïn est la nouvelle église œcuménique de Bergoglio qui part de la signature avec les luthériens en octobre 2016, ce qui débute la semaine de Daniel, l'arrêt du sacrifice en mars 2020 à cause du coronavirus et les sept années se terminent en 2023.

« La fille de Caïn est montée au Nord, pour prêcher. Luxure dans la nouvelle Babylone, pour sept ans.

La septième année tombe le septième voile de Salomé, mais il n'existe pas d'empereur, il n'existe pas qui saura lever l'épée et couper le cou de Jean.

Le temps est proche. »

Qu’est-ce que la danse des 7 voiles et pourquoi fait-elle partie ce cette prophétie?

La danse des 7 voiles est parfois reliée à la danse exécutée par Salomé pour Hérodote Antipas afin d’obtenir la tête de Saint Jean-Baptiste.

Il s’agit en fait d’une modification judéo-chrétienne d’un mythe sumérien dont la protagoniste est la déesse , Ishtar, déesse des conflits et des inversions (ce qu’est exactement Bergoglio, le maître des conflits et de l’ambiguïté; il affirme d’ailleurs dans sa dernière interview sur son bilan de la décennie:  « Je n'ai pas inventé ce que j'ai fait. J'ai recueilli ce que les cardinaux avaient dit dans les réunions pré-conclave ") qui descend aux enfers.

Bref, Ishtar ou Vénus, l’étoile du matin, ou le pentagramme…

C’est en référence à Lucifer.

La fille de Caïn est montée au Nord pour prêcher (c’est à dire Bergoglio en Suède en octobre 2016 pour signer le pacte avec les luthériens; fille de Caïn qui tua Abel, donc l’église conciliaire, la prostituée de l’Apocalypse qui éclipse l’Église traditionnelle.)

Luxure dans la nouvelle Babylone, pour sept ans : ici donc luxure au Vatican.

À partir d’octobre 2016, Bergoglio au nom de l’église catholique conciliaire, enlève un voile à chaque année, voile enlevé qui petit à petit révèle le vrai visage de la prostituée, qu’on ne reconnaît plus, et qui aboutira à son apogée en octobre 2023 :

La septième année tombe le septième voile… et il n’y aura plus d’empereur pour couper la tête de Jean.

L’empereur ici est probablement Bergoglio car la prophétie spécifie bien que les deux autres empereurs politiques sont morts.

Est-ce que Bergoglio va décéder ou démissionner avant la fin du synode?

Donc, on se prépare à faire entrer dans le rang ces « traditionalistes » de la messe tridentine suite à ce deuxième avertissement de la lettre apostolique du 29 juin.

Jamais, au grand jamais, car ils sont les témoins qui feront renaître l’Église, les traditionalistes ne lâcheront le morceau.

Ils sont déjà marginalisés.

Bergoglio va donc les pousser au bord du précipice.

Quand l’église conciliaire enlèvera le 7ème voile, on verra son visage définitif suite à sa « transformation » annoncée à chaque étape depuis 2016 :

Nouveau sacerdoce (mariage des prêtres, ordination des femmes), nouvelles mœurs (accueil des LGBT et mariage religieux homosexuel), nouvelle organisation (prise du pouvoir des laïcs via la « démocratisation » diocésaine) et nouvelle messe œcuménique sans Présence Réelle.
Alors la Tradition au sens large ne pourra pas rester dans l’église de Rome.

Elle devra quitter.

Et la prostituée les accusera de tous les maux, eux qui n’ont rien compris à « l’évolution » de cette société qui veut le bien de tous, esclave de l’humanisme donc de Satan.

Ce sera la mort des deux témoins.

Rappel du calendrier de la fin des temps :

LE CALENDRIER DE LA FIN DES TEMPS

Selon l’ordre chronologique donné dans l’Apocalypse, nous avons :

1) Mort des témoins (3,5 jours)
2) Résurrection des témoins

Fin de la sixième période donc en octobre 2023.

Entrée dans la 7ème période qui se termine avant mai 2026:

3) Mort de l’Antéchrist
4) Chute de Babylone (3ème malheur, Ap. 11, 14)
5) Retour du Christ
6) Jugement dernier
7) Règne définitif et sans partage du Christ (Ap. 21-22)

Juin 2022

19 juin

ALERTE ROUGE

« Et la famine arrête les armées.
Les hommes se comptent mourir.
Et après la famine; la peste.
Dieu a déchaîné la guerre de la nature pour empêcher la guerre des hommes. » (Prophétie de Jean XXIII le « Temps est Proche »)

Nul doute que nous y sommes.

Les signes en cette saison 2022 sont inquiétants quant aux récoltes.

D’où l’importance d’avoir un plan de résilience pour soi et la famille.

Les conditions de sécheresse sont à leurs plus hauts niveaux, du jamais vu depuis des décennies, et le tout lié à une population mondiale à nourrir la plus importante ayant existé sur cette planète.

« Alerte à la sécheresse » (lapresse.ca, résumé incluant des photos)

C’est partout sur le globe.

Des températures au-delà de 50 degrés dans le sud ouest américain.

En Europe, en Amérique du Sud, dans sud-ouest canadien, en Inde…

Qui dit sécheresse extrême dit pluie extrême à certains endroits, comme au Bangladesh. Il faut bien que les nuages aillent quelque part.

Dans ce contexte de dé-mondialisation où chaque pays se referme sur lui-même pour assurer ses chaînes de production (ce qui prendra du temps, temps qu’ils n’auront pas), il se passe la même chose au niveau de l’industrie agro-alimentaire.

L’Inde a interdit l’exportation de blé et de riz pour assurer sa survie alimentaire.

Ce n’est pas le seul pays à le faire.

C’est donc dire que plusieurs chaînes alimentaires verront les produits de base se raréfier d’ici l’automne.

Il est temps d’aller vers les « montagnes » à la demande du Christ, c’est à dire de se préparer à cette chute de Babylone et de la Grande Prostituée de l’Apocalypse.

Ceux qui vivent de la Sagesse du Saint-Esprit voient les signes.

Et à l’image de la parabole des vierges folles, ils font réserves d’huile, au niveau temporel et surtout spirituel.

Les deux empereurs de la prophétie, les présidents chinois et russe, achèvent leur temps sur terre.

« Le premier empereur meurt de faim, enfermé dans la tour de son rêve.
Le second empereur dans le désert, attaqué par les animaux de la peste, inconnus. »

C’est le point positif avec l’arrêt de la guerre.

« La fille de Caïn est montée au Nord, pour prêcher. Luxure dans la nouvelle Babylone, pour sept ans.
La septième année tombe le septième voile de Salomé, mais il n'existe pas d'empereur, il n'existe pas qui saura lever l'épée et couper le cou de Jean.
Le temps est proche.»

18 juin

RÉSILIENCE

C’est l’heure de son plan de résilience personnel : temporel mais surtout spirituel.

C’est la fin du mondialisme. La chute sera brutale pour le commun des mortels.

Les conséquences de cette chute résumées par Pierre Hillard (vidéo).

Vivre en dehors de Babylone tout en étant de Babylone n’a jamais été aussi important.

Nous avons évidement l’aspect spirituel de la fuite dans les montagnes enseignée par le Christ en Matthieu 24, c’est à dire rechercher le confort dans la prière et conserver sa foi face à l’abomination de la bête-système et de sa représentation au Vatican en cette fin des temps.

Mais dans cette « Pâques » satanique, ce passage judéo-maçonnique initié volontairement, et qu’ils nomment « grande réinitialisation » ou Agenda 2030, se trouve obligatoirement une réalité temporelle qui sera dure à vivre sans la Foi.

La chute du système économique, volontaire, provoquée, est un sacrifice obligatoire à leurs yeux pour atteindre l’objectif.

Foi, Espérance, Charité n’ont jamais été aussi d’actualité pour le chrétien catholique.

On ne doit pas oublier la Charité.

Plusieurs en auront grandement besoin.

Les causes visibles de cette chute économique sont claires : pénuries par dysfonctionnement des chaînes de production et de distribution à cause des confinements covidiens, guerre en Ukraine, distribution de monnaie des gouvernements pour maintenir la demande durant les confinements qui s’est maintenant tarie.

70% de l’économie dans un pays est générée  par la demande des consommateurs.

La demande entraîne l’inflation.

Mais cette inflation est atypique et est maintenant majoritairement générée par les pénuries.

Le signe : la production pétrolière est au maximum, c’est à dire que physiquement on ne peut plus extraire plus de pétrole.

« À l’exception de deux à trois membres #OPEC, tous sont au maximum de la production pétrolière. Le monde doit accepter ces faits brutaux. C’est un défi mondial. – Barkindo, secrétaire général de l’OPEP »

Cette inflation galopante (voulue) durera jusqu’à ce que les banques centrales avec les hausses de taux d’intérêts réussissent à renverser la croissance mondiale, car augmenter la production demande des investissements et et du temps.

Mais tout ceci a un prix.

Ils préparent donc la seule solution valable, et qui sert leur cause, c’est à dire une récession semblable à la grande récession de 1929.

Et pour y arriver, la guerre doit être totale.

À l’image des prophéties apocalyptiques politiques de Jean XXIII.

Nous sommes sur le point d’entrer dans une économie de guerre.

« « Cela va tout changer. Macron annonce l’entrée dans une économie de guerre » L’édito de Charles SANNAT

… Vous devez retenir ceci.

« Une modification législative pour pouvoir réquisitionner, dans certaines circonstances, des entreprises civiles à des fins militaires »
Macron (qu’on l’aime ou pas n’étant pas le sujet) a dit deux choses importantes et qu’il ne faut pas ignorer.

1/ Nous rentrons dans une économie de guerre.

2/ Nous allons réquisitionner des entreprises civiles à des fins militaires.

Nous allons entrer dans une autre phase d’un autre monde et cela va secouer très fort…. »

Les deux Babylone de la prophétie concernant Benoît XVI seront éventuellement abattues.

Babylone Nations-Unies pour le côté géopolitique, temporel de cette terre, et Babylone Vatican II pour le côté spirituel qui a renié le Christ.

C’est le but du synode des synodes d’octobre 2023.

Un grand chamboulement s’y prépare, décidé d’avance :

« Mariage des prêtres, femmes diacres ou prêtres, transparence dans les décisions paroissiales, révision de la liturgie… Les propositions issues des diocèses de France pour «le synode sur la synodalité», voulu par le pape, pourraient bouleverser l’ordre établi dans le sacerdoce des prêtres. «Une réelle reconnaissance» envers eux est pourtant soulignée. Elles ont été étudiées, mercredi à Lyon, par les évêques, puis transmises à Rome, à la suite d’un vote sur le principe de les communiquer «en l’état» au Vatican et «sans retouche», accompagnées d’une lettre, également votée par les évêques, qui les met en perspective en soulignant certaines «aspirations» et certains «manques»… » (lefigaro.fr)

La plupart des suggestions des évêchés envoyées dans la phase 1 du synode se terminant en août gardent le flou concernant la modification de la liturgie.

Le sujet est en effet sensible mais on sait déjà que le but visé est en rapport avec le synode amazonien : paganisme et œcuménisme.

Reste donc à savoir quand ils feront leur annonce ou leurs intentions quant à la modification de la Sainte Messe pour une messe œcuménique diabolique qui annoncera la tentative de suppression de la présence réelle.

Après le décès de Benoît XVI car il est le katéchon qui les en empêche.

Nous le saurons bien vite.

À partir de ce moment, le calendrier de la fin des temps raccourcira à vitesse grand V pour le peuple aveuglé.

La résilience est de mise d’ici ce temps.

C’est un passage obligatoire.

02 juin

DÉJÀ LA BÊTE SORT DE L’EAU (Jean XXIII)

La grande messe élitiste de Davos est passée.

Ils passent à une vitesse supérieure pour la fusion entre l’humain et la technologie, c’est à dire à un contrôle à la chinoise grâce à l’intelligence artificielle.

Pour le chrétien allumé, la bête, il la voit depuis longtemps.

Pour le monde ordinaire, la bête est envoûtante, mais ils en voient les effets collatéraux : inflation, pénuries, crises financières, guerres, famines qui pointent…

C’est le chaos contrôlé, le sacrifice « bon » de l’élite judéo-maçonnique qui plaît à son dieu, qui provoque la transition, la déstabilisation, et qui amène le messie tant attendu.
Pierre Hillard : Le mondialisme est profondément satanique. (vidéo)

À cette étape, Mgr Vigano tente d’avertir les « endormis » à propos de ces esprits tordus de la bête :

« Votre Excellence, la crise du Covid-19 et la réglementation pandémique entre dans sa troisième année ; pendant ce temps, la guerre en Europe de l’Est, et surtout la guerre politique et médiatique massive, ont ajouté au mélange. Comment évaluez-vous cette évolution ?

Clarifions un point fondamental : la crise ukrainienne a été délibérément provoquée par l’ État profond pour forcer le monde à mener à bien les réformes de la Grande Réinitialisation, en particulier la soi-disant « transition technologique » et le « tournant vert ». C’est le deuxième niveau du coup d’État des technocrates mondialistes après la farce pandémique.

La psychopandémie a marqué le premier palier d’une véritable attaque lancée pour s’approprier le contrôle gouvernemental. En réalité, ils ne cherchent aujourd’hui qu’à contourner le pouvoir politique, qui jusqu’à présent n’était qu’un simple exécuteur d’ordres. Sous prétexte de pandémie, des systèmes de contrôle de la population à grande échelle ont été mis en place, y compris les systèmes de traçabilité des citoyens individuels, inoculés avec le sérum génétique expérimental.

Tout récemment, lors du Forum de Davos, le PDG de Pfizer, Albert Bourla, a déclaré : « Imaginez une puce biologique incluse dans une pilule qui, une fois avalée et pénétrant dans l’estomac, envoie un signal. […] Imaginez les applications, la possibilité de faire obéir les gens. […] Ce qui se passe dans ce domaine est fascinant » ( ici). Et il dit « ce qui se passe » parce qu’il s’agit de technologies existantes, pas de projets imaginatifs. La présence de graphène et de nanocircuits auto-assemblés est désormais aussi admise par ceux qui, il y a un an, pointaient du doigt comme des « théoriciens du complot » qui ont tiré la sonnette d’alarme. La population des nations adhérant à l’Agenda 2030 est en grande partie « vaccinée », c’est-à-dire qu’elle est génétiquement modifiée et que son système immunitaire est irréversiblement compromis. Et peut-être – comme le dénoncent certains juristes – on découvrira qu’avec le sérum génétique ils ont inoculé des puces qui peuvent aussi contrôler les réactions des gens, interférer avec leur comportement, les rendre dociles en cas d’émeutes ou violents s’il est nécessaire d’avoir prétexte à des interventions militaires. Nous sommes bien au-delà du coup global : c’est le plus grand, le plus sensationnel.

Vous pouvez bien imaginer le risque découlant de donner à l’OMS le contrôle souverain des États sur le système de santé en cas d’urgence pandémique, alors que qui doit décider des campagnes de vaccination et des thérapies, des mesures de confinement et de verrouillage, est financé par des sociétés pharmaceutiques et la Fondation Bill & Melinda Gates, qui théorise la pandémie perpétuelle et le rappel vaccinal perpétuel. La résolution qui devait être votée par l’OMS – et qui du moins pour l’instant a été évitée – allait également dans le sens d’un contrôle total par la synarchie mondialiste. Ne soyons donc pas surpris si, dans une pitoyable tentative de dissimulation des effets néfastes du sérum génique expérimental, l’OMS tire désormais la sonnette d’alarme sur le prétendu monkeypox, dont les symptômes sont curieusement similaires à certains des effets secondaires du « vaccin » à ARNm ( ici ). L’OMS et l’EMA (financées à 75% par BigPharma) se sont montrées en conflit d’intérêts clair et totalement dépendantes de l’industrie pharmaceutique.

Quant à la crise russo-ukrainienne, ce qui aurait pu être une opération de paix visant à mettre fin à la persécution ethnique de la minorité russophone en Ukraine par des extrémistes néo-nazis a été délibérément et coupablement transformé en guerre. Les appels répétés de Poutine à la communauté internationale pour que le protocole de Minsk soit respecté sont tombés dans l’oreille d’un sourd.
Pouquoi? Pour la simple raison que c’était une excellente opportunité.

Tout d’abord pour créer une crise énergétique mondiale à table, avec laquelle forcer la transition vers des sources d’énergie alternatives avec toutes les affaires que cela représente. Sans crise, comment la hausse du prix du gaz et du pétrole se justifie-t-elle comme un outil pour forcer les entreprises et les particuliers à faire la fameuse « transition écologique » pour laquelle personne n’a jamais voté et qui a été imposée par des bureaucrates asservis à l’élite ?

Deuxièmement, détruire de manière contrôlée et impitoyable toutes les entreprises considérées comme inutiles ou nuisibles à l’économie mondiale des multinationales. Des millions d’entreprises artisanales, de petites entreprises qui rendent les pays d’Europe et l’Italie en particulier uniques, sont contraintes de fermer car, après les catastrophes causées par les fermetureset par les règles de la psychopandémie, une augmentation des prix du gaz et du pétrole a été provoquée, avec une spéculation criminelle de la part du « marché » et sans que la Fédération de Russie ne prélève un centime de plus. Tous voulus par l’Union européenne sur ordre de l’OTAN, à travers des sanctions qui touchent ceux qui les ont imposées. L’annulation de l’économie traditionnelle n’est pas une conséquence malheureuse d’un conflit inattendu, mais l’action criminelle préméditée d’une mafia mondiale, par rapport à laquelle la mafia traditionnelle est un partenariat bénéfique. L’avantage de cette opération subversive revient aux multinationales qui peuvent acheter des entreprises et des biens immobiliers au prix de la faillite, et aux institutions financières qui profitent de prêts usuraires pour des millions de nouveaux pauvres. Ici aussi, les visées idéologiques – et infernales – des élites dirigeantes profitent de la complicité de potentats économiques qui n’ont que des visées lucratives. Avec la guerre, l’industrie de guerre et la non moins florissante des technologies de l’information et des mercenaires ont l’opportunité de conclure des affaires lucratives, avec lesquelles récompenser généreusement les politiciens qui ont voté pour l’envoi d’armes et de moyens à l’Ukraine.

Troisièmement, la guerre en Ukraine devait permettre la dissimulation du scandale Hunter Biden, impliqué avec la société Metabiota dans le financement des bio-laboratoires dans lesquels sont produites en masse des armes biologiques. Le siège de l’aciérie d’Azovstal a été motivé précisément par la nécessité de cacher à la fois les membres des forces étrangères de l’OTAN ainsi que les néonazis d’Azov et de Pravj Sektor, ainsi que les biolabs interdits par les conventions internationales et qui devaient mener à bien expériences sur la population locale.
Quatrièmement, parce que le récit psychopandémique, malgré la complicité du courant dominant, n’a pas empêché la vérité de fuir et de se répandre progressivement dans des secteurs toujours plus larges de l’opinion publique. La crise en Ukraine devait être une excellente opération de distraction de masse, pour éviter la visibilité aux nouvelles de plus en plus incontrôlables sur les effets létaux du sérum expérimental et les conséquences désastreuses des mesures prises par les États lors de l’urgence pandémique. La falsification des données est désormais manifeste ; la dissimulation délibérée des résultats de la première phase de l’essai est autorisée par les entreprises pharmaceutiques elles-mêmes ; la prise de conscience de l’inutilité du port du masque et du confinementest certifié par plusieurs études; l’atteinte à l’équilibre psychophysique de la population et en particulier des enfants et des personnes âgées est incalculable, tout comme elle l’est pour les élèves suivant l’enseignement à distance. Pour ne pas laisser les gens commencer à comprendre ce qu’on leur a fait, les occuper devant la télé ou sur les réseaux sociaux avec de la propagande anti-russe est la moindre des choses que peuvent faire ces criminels fous, responsables à la fois de la pandémie et la crise russo-ukrainienne.

Si l’on reprend le scénario de ce scénario voulu par l’élite mondialiste, on constate qu’au scénario de la pandémie s’ajoutent d’autres scénarios non moins inquiétants, que l’on a déjà vus anticipés par les médias depuis l’année dernière : la crise énergétique, non pas comme une conséquence malheureuse d’un conflit imprévisible en Ukraine, mais comme un moyen par lequel d’une part imposer l’ économie verte motivée par une urgence climatique inexistante, et d’autre part détruire les économies nationales, faisant échouer les entreprises pour au profit des multinationales, provoquant du chômage et créant ainsi une main-d’œuvre sous-payée, obligeant les États à s’endetter parce qu’ils sont privés de leur souveraineté monétaire ou en tout cas en déficit perpétuel pour cause de seigneuriage.

L’urgence alimentaire est aussi dans le scénario de Klaus Schwab : elle a commencé pour certains produits aux Etats-Unis et en Europe et plus généralement pour les grains et produits céréaliers dans de nombreux pays d’Afrique ou d’Asie. Ensuite, nous découvrons que Bill Gates est le plus grand propriétaire terrien des États-Unis au moment même où il y a une pénurie de céréales et de produits agricoles ; et que Bill Gates est aussi à la tête d’une start-up qui produit du « lait humain artificiel » alors qu’aux États-Unis il y a pénurie de lait en poudre pour les enfants. Et n’oublions pas que les multinationales agricoles parviennent à imposer l’usage de leurs semences stériles – qu’il faut racheter chaque année – et à interdire les semences traditionnelles, ce qui permettrait aux pays pauvres de ne pas en dépendre.

Celui qui a conçu la série de crises actuelles, dont les bases ont été posées au début des années 1990 avec la privatisation des entreprises publiques, a également veillé à placer les gouvernements, les institutions et les organismes internationaux en charge des banques centrales et des grands actifs stratégiques, dans les médias et dans les principales religions mondiales, des personnalités formées et entraînées par le Forum économique mondial à cet effet. Regardez les premiers ministres des grands pays européens, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande : ils ont tous été recrutés par les Young Global Leaders for Tomorrow, et le fait qu’ils soient au sommet de ces nations, l’ONU et la Banque mondiale devraient être plus que suffisant pour les juger tous pour subversion et haute trahison.

Les accusations faciles de « complot » ne tiennent plus, tout comme l’accusation de « collaborationnisme » ne tient plus pour quiconque s’interroge sur la crise russo-ukrainienne et sa gestion au niveau international.

Ceux qui ne veulent pas comprendre l’intrigue parce qu’ils ont peur de ce qu’ils pourraient découvrir s’obstinent à nier qu’il y ait un scénario et un réalisateur, qu’il y ait des acteurs et des figurants, des décors et des costumes. Mais on peut vraiment croire que les personnes les plus riches et les plus puissantes du monde accepteraient de lancer une telle attaque contre l’humanité pour réaliser leur rêve mondialiste délirant, avec un énorme déploiement d’énergie et de ressources, sans avoir tout prévu dans le détail et en effet tout quitter au cas? Si ceux qui doivent planifier l’achat d’une maison ou le démarrage d’une entreprise agissent ainsi, pourquoi serait-ce une « complot » de reconnaître que pour obtenir des résultats indicibles et criminels, l’élite doit recourir au mensonge et à la tromperie ?

Si vous me permettez une analogie, je dirais que notre attitude face aux faits présents est similaire à celle de quelqu’un qui se retrouve à devoir reconstituer un puzzle de milliers de pièces, sans avoir l’image finale devant lui. Ceux qui ont construit le puzzle mondialiste l’ont fait précisément pour rendre méconnaissable ce qu’ils voulaient réaliser. Cependant, ceux qui voient l’image entière ou même une partie considérable de celle-ci reconnaissent comment les différentes pièces s’emboîtent. Et ceux qui ont vu l’image finale savent aussi interpréter les silences et la connivence des gouvernants et même des partis d’opposition, comment expliquer la complicité des médecins et des ambulanciers dans les crimes commis dans les hôpitaux contre toute preuve scientifique, ou celle des évêques et des curés qui sont arrivés pour priver les non-vaccinés des sacrements. Lorsque de grandes zones du puzzle sont clairement visibles – et c’est ce qui se passe – les tuiles restantes peuvent être placées plus facilement. Et à ce moment-là, Klaus Schwab, George Soros, Bill Gates, les autres conspirateurs et ceux qui les manœuvrent du haut du dôme, prendront la fuite, pour éviter d’être lynchés. » (aldomariavalli.it)

Cette comparaison du casse tête de Mgr Vigano est du domaine de la bête aux 7 têtes et 10 cornes de l’Apocalypse.

On en voie maintenant l’image.

Voici ce qui ressort de Davos 2022:

En un mot, technologie, ou contrôle par l’intelligence artificielle.

C’est l’agenda des 12 prochains mois.

Une nouvelle application qui sera testée par Alibaba mesurant l’empreinte carbone du sujet, aboutissant à un système de point, crédit social à la chinoise.

««Le panéliste du WEF se vante d’un « suivi de l’empreinte carbone individuelle »: le président du groupe Alibaba se vante du développement d’un « suivi de l’empreinte carbone individuelle » pour surveiller ce que vous achetez, ce que vous mangez et où... »

Évidemment, ils ont besoin de la reconnaissance faciale:

« Alors que nous nous précipitons « tête baissée vers un avenir où les nouvelles technologies convergeront pour aggraver ce risque », nous devons nous préparer à l’aube d’une « technologie de reconnaissance faciale presque parfaite et d’autres identifiants, de la démarche humaine à la respiration en passant par l’iris, » selon Salomon.

Selon le chercheur en technologie, les bases de données biométriques d’un avenir pas trop lointain seront de nature centralisée. Opaques à l’extrême, nos données seront récoltées par les personnes occupant les postes les plus élevés imaginables – vous savez, le genre de personnes qui se rendent à Davos pour des débats polis. De plus, a ajouté Solomon, jetez la géolocalisation des identifiants dans le mélange, et vous avez une recette pour le chaos absolu. Ces identifiants vous suivent, plus précisément le vous numérique, en temps réel. Vous pouvez courir autant que vous voulez, mais vous ne pouvez pas vous cacher… » (zerohedge.com)

Et un besoin essentiel d’une monnaie mondiale électronique, pour le particulier pour son crédit social, et pour les échanges entres nations afin de remplacer SWIFT:

Le président de Mastercard:

« Miebach, participant à un panel sur les monnaies numériques des banques centrales au WEF et organisé par le Global Blockchain Business Council, était l’un des rares participants à vouloir suggérer que le système SWIFT, longtemps dominé par les intérêts occidentaux, pourrait devenir obsolète le long avec la prolifération des monnaies numériques parmi les banques centrales. »(zerohedge.com)

Bref, sans électronique, pas de bête mondiale.

Le miracle du soleil du 13 octobre 1917 est une bonne indication où tout s’en va.

Parlant de soleil, le cycle 25 commencé à l'automne 2020 (cycle de 11 ans) s'avère bien plus actif que les prédictions.

(suivi du cycle solaire via le site de la NOAA)

Le maximum prévu est pour 2025, exactement avant le mois des deux lunes pour le retour du lys prophétisé par Don
Bosco (voir analyses précédentes).

Les tempêtes solaires sont l'ennemi de la technologie élitiste.

Le Seigneur veille, en cette dernière heure.

« N'aimez point le monde, ni ce qui est dans le monde.
Si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est pas en lui. Car tout ce qui est dans le monde, la concupiscence de la chair, la concupiscence des yeux, et l'orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais du monde.
Le monde passe, et sa concupiscence aussi ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement.
Mes petits enfants, c'est la dernière heure. Comme vous avez appris que l'antéchrist doit venir, aussi y a-t-il maintenant plusieurs antéchrists : par là nous connaissons que c'est la dernière heure.
Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n'étaient pas des nôtres ;
car s'ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous ; mais ils en sont sortis, afin qu'il soit manifeste que tous ne sont pas des nôtres... » (Jean, 1ère lettre, chapitre 2)

Mai 2022

23 mai 2022

Plus nous nous enfonçons dans le gouffre avec cette guerre, plus nous allons assister à toutes sortes de chaos un peu partout.

Le krach économique arrive avec sa récession brutale.

Voir Charles Sannat :
Pourquoi le krach vous menace?

Inflation = récession préparez vous !

En témoigne le Sri Lanka présentement.

Cela fait parti intégrante de la prophétie politique #32 « Le Temps est Proche » où « Les cris et les barrières de la contestation se lèvent, mais déjà la Bête sort de l'eau. »

La bête évoqué par Macron qui sort de l’eau, c’est à dire des foules, aux yeux de tous, est associé au fameux code QR (code QR : voir Pierre Hillard  « De la tirannie sanitaire au nouvel ordre mondial »)

Cette bête fait la guerre à la Mère.

C’est un combat spirituel qui a ses répercussions temporelles, et ce sera effroyable.

Les trois critères tirés de la vidéo de Pierre Hillard :

1. Rejet de la Sainte Trinité
2. Rejet du Christ comme Fils du Dieu Incarné
3. Rejet de la Sainte Vierge

(Allez à 33 minutes direct pour l’aspect religieux du combat actuel.)

Le programme résumé dans le noachisme, la religion pour les goïm, c’est à dire ceux qui ne font pas parti de la clilque judéo-maçonnique, diffusé uniquement en 1914, explique que :

« La Sainte Trinité doit disparaître, Jésus doit être considéré comme un simple prophète appelé à une auguste mission religieuse, et disparition du sacerdoce. »

La disparition du sacerdoce entraîne automatiquement la suppression évidente du sacrifice et l’oblation, de la présence vivante dans les Espèces, étant donné le niveau de désacralisation des prêtres formés sous l’ombre de Vatican II.

Revenons au code QR, le moyen de contrôle choisi par l’élite pour atteindre l’objectif de l’Agenda 2030.

Qui avait réellement entendu parlé du code QR avant la psycho pandémie de 2020?

Aujourd’hui, elle fait partie des mœurs même si les autorités ont abandonné le passeport sanitaire…

Pour l’instant…

Pour l’instant car avec cette nouvelle psycho pandémie de la variole simienne, les autorités amènent le peuple tranquillement vers des objectifs précis.

Tout juste avant le sommet de Davos (qui s’est ouvert aujourd’hui), on entend parlé de ce variole du singe.

Le premier cas a été rapporté en Grande-Bretagne le 7 mai.

On pensait que c’était bénin, localisé.

Soudainement, plus de 11 pays déclarent au moins un cas quelques deux semaines plus tard (tableau sur zerohedge.com).

On n’en meurt pas encore…

Pour l’instant.

Mais comme par hasard, une simulation en biosécurité tenue à Munich à l’automne 2021 avait comme agent virulent…

La variole simienne.

Dans le scénario, l’ « attaque » a lieu le 15 mai 2022 et au 10 janvier 2023, plus de 1.3 millions de morts, alors que…

Selon les scientifiques des articles ci-haut on ne meurt pas de ce virus.

Alors pourquoi autant de morts dans cette simulation?

Dans la simulation, le 10 mai 2023, le nombre de morts en comparaison de janvier passe à 27 millions et à 271 millions au premier décembre 2023.( simulation via zerohedge.com)

Et cette nouvelle psycho pandémie arrive juste à point…

Au moment où les états mondiaux s’apprêtent à donne plus de pouvoir à l’Organisaiton Mondiale de la Santé, en termes de confinements et de vaccination…

Le vote a lieu à la fin de la semaine de la rencontre annuelle de l’OMS.

D’où l’avertissement de Mgr Vigano:

« (LifeSitenews.com) – Dans les prochains jours, les nations qui adhèrent à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) voteront des résolutions concernant la gestion des pandémies par l’OMS. Ces résolutions transféreront la souveraineté en matière de santé des citoyens à un organisme supranational largement financé par l’industrie pharmaceutique et la Fondation Bill & Melinda Gates. Si ces résolutions sont approuvées à la majorité, l’OMS aura l’autorité internationale exclusive en cas de pandémie pour imposer toutes les règles, y compris les quarantaines, les confinements, les vaccinations obligatoires et les passeports vaccinaux. Il convient également de garder à l’esprit que cette organisation jouit de l’immunité et que ses membres ne peuvent donc être ni jugés ni condamnés s’ils commettent des crimes.

Étant donné que la cession de souveraineté est considérée comme un crime de haute trahison par les lois de chaque nation, et que les parlements ne peuvent légiférer contre les intérêts de la Nation, encore moins violer les libertés naturelles et les droits fondamentaux des citoyens qu’ils représentent, je crois qu’il n’échappera à personne que cette tentative de l’OMS de s’approprier un pouvoir proprement national vise à empêcher toute forme d’opposition à « l’Agenda 2030 », qui dans le domaine de la santé vise aussi à accomplir le la réduction drastique des services médicaux et hospitaliers, la privatisation de l’industrie de la santé et la prévention des maladies grâce aux vaccins.


Le Saint-Siège doit réaffirmer les droits, protéger les personnes sans défense

Le Saint-Siège – qui est Observateur permanent auprès des Nations Unies et également de l’OMS depuis un an maintenant – a le devoir de réaffirmer le droit des individus d’accepter ou de refuser des traitements de santé, en particulier face au danger concret d’effets indésirables, encore en partie inconnues, de ce traitement génétique expérimental. Et si jusqu’à présent Bergoglio et sa cabale se sont livrés aux délires de Gates, Schwab et Soros, le moment est venu pour l’Église catholique de défendre les plus faibles, les enfants à naître, les enfants et les personnes âgées sans défense, ainsi que ceux qui ont fait l’objet d’un chantage par le cynisme d’hommes d’affaires et de conspirateurs afin de les forcer à être inoculés avec un sérum contaminé par des lignées cellulaires de fœtus avortés .

Le silence conspirateur actuel du Vatican, après les déclarations hâtives qu’il a faites au début de la pandémie et ses approbations honteuses de Big Pharma, sera imputé à la condamnation du Sanhédrin romain, qui s’est rendu complice d’un crime contre Dieu et l’homme. Jamais dans toute l’histoire la Hiérarchie ne s’est prostituée au pouvoir temporel d’une manière aussi servile et abjecte. Prions pour que certains évêques trouvent le courage de se distancer de la ligne collaborationniste de Bergoglio et trouvent les mots pour ouvrir les yeux de ces braves gens qui ont jusqu’ici été trompés par la propagande mondialiste. »

Préparez-vous, surtout spirituellement, car on approche de la limite de Babylone à grands pas.

Les avertissements sur la famine mondiale 2023 fusent de partout, et même de la publication économique officielle des Rothschild, The Economist.

L’image vaut milles mots.

13 mai

Le président français et la présidente de l’union européenne ont poussé encore plus loin le concept d’une Europe fédérée à la conférence sur l’avenir de l’Europe qui s’est achevée le 9 mai dernier.

Ils se disent prêt à revoir tous les traités afin d’y parvenir dans un court laps de temps, ce qui favoriserait l’entrée de l’Ukraine dans l’Union Européenne.

Nous assistons à vitesse grand V à la consolidation de grands blocs économiques comme l’a bien souvent « prophétisé » Pierre Hillard dans ses ouvrages.

« Son rêve c’est d’être empereur d’Europe » à propos d’Emmanuel Macron (Olivier Delamarche vidéo).

« Ce n'est pas le temps d'un roi, ce ne l'a jamais été. Depuis la mort de Frédéric, chaque roi est usurpateur. Que le roi s'en aille, reste le peuple.

L'Europe a soif, elle aura du sang dans les rues. » (prophétie Grand Éclair à l’Orient).

Nous y sommes donc.

C’est bien Emmanuel Macron qui est visé dans cette prophétie.

La révolte du peuple est proche.

Ils la veulent.

La guerre.

Du chaos naîtra la « grande réinitialisation ».

C’est leur concept du phœnix.

Mais pour nous, c’est la délivrance qui approche.

« Mais aussi de grandes processions et la Vierge Heureuse descendra sur terre. Vous ne la verrez pas dans la grotte, mais dans un cœur qui revivra. Depuis les ténèbres, elle apportera la parole que tous comprendront.»

C’est la seconde pentecôte.

La lueur d’espoir du Jugement pour les justes.

C’est la résurrection des « deux témoins » de l’Apocalypse, ce silence d’une demi-heure pour convaincre les tièdes.

Après la guerre?

Qu’est-ce qui arrêtera la guerre?

C’est limpide dans la prophétie « Le Temps est Proche » :

C’est la famine : « Et la famine arrête les armées. »

N’entendons nous pas les cris d’alerte sur la famine dans les médias ces jours-ci?

Dieu y ajoutera la sécheresse comme composante outre la guerre.

Il les prendra au mot.

Voici un résumé de l’activité solaire d’avril:

Niveau d’intensité très au-dessus de la normale par rapport aux derniers cycles solaires.

Début mai: plus de 20 éruptions de masses coronales (CME) en une semaine.

Quelques classe X de force 1.5 en moyenne, en majorité non dirigées vers la terre.

L’astre solaire est plus chaud, il n’y a pas que le réchauffement climatique généré par l’humain car la NASA mesure une augmentation des températures sur les autres planètes.

Dieu avait d’autres plans…

Sécheresse un peu partout ce printemps. Le Mid-Ouest américain n’a pas reçu de pluies depuis octobre. Les niveaux d’eau des barrages au Colorado sont à quelques centimètres de ne plus être capable de générer de l’électricité.

Plus de la moitié des États-Unis est en état de sécheresse.

Carte américaine des conditions de sécheresse

Vidéo qui dit tout (en anglais mais les images sont stupéfiantes).

« Une tempête de poussière déferle sur une ville du Dakota du Sud » (lapresse.ca)

L’effet de la Niña est présent pour une troisième année consécutive. (El Niña est le contraire de l’effet El Niño ou Enfant Jésus).

Fait très rare.

Tout cela en plus de la guerre en Ukraine laisse envisager des réserves alimentaires beaucoup moindre pour la masse.

Déjà les pays sud américains ont arrêté les exportations de céréales après leur saison d’été désastreuse.

ET la peste reviendra : « Et après la famine; la peste. »

Nouvelle mutation de la Covid?

« Et la Mère n'a pas de père, parce que beaucoup veulent être son père. Et deux seront soutenus par les adversaires. »

Donc, tout se passe lorsque les deux papes sont en fonction.

Car après la disparition de Benoît XVI, c’est le septième sceau qui sera ouvert.

Le septième sceau, c'est la mort du système Antéchrist et de ses deux bêtes, celle de la mer, et de la terre.

Encore une fois, le calendrier de la fin des temps (voir limite de Babylone 29 novembre 2021) :

Selon l’ordre chronologique donné dans l’Apocalypse, nous avons :

1) Mort des témoins (3,5 jours)
2) Résurrection des témoins

Fin de la sixième période.

Entrée dans la 7ème période :

3) Mort de l’Antéchrist
4) Chute de Babylone (3ème malheur, Ap. 11, 14)
5) Retour du Christ
6) Jugement dernier
7) Règne définitif et sans partage du Christ (Ap. 21-22)

N’oublions pas qu’au septième sceau, tout ira très vite.

La majorité des tribulations et châtiments ont lieu durant cette courte période.

Un petit reste doit y survivre afin que des âmes justes ne se perdent dans ce système.

08 mai

LES SIGNES

« Dieu a déchaîné la guerre de la nature pour empêcher la guerre des hommes. »

Outres les inondations dans l’hémisphère sud, ce sont les conditions de sécheresse qui inquiètent les autorités.

Aux États-Unis, des conditions apocalyptiques, les pires en 1200 ans selon les scientifiques (voir la carte ici ).

En Irak, 5 tempêtes de sable majeurs durant le mois d’avril.

Du jamais vu.

Première tempête de sable du mois de mai : La ville de Nassiriya recouverte de sable (lapresse.ca)

Ces conditions météorologiques liées à l’effondrement de l’exportation de céréales à cause de la guerre en Ukraine, créent une situation intenable pour certains pays, surtout en Afrique.

C’est la famine qui pointe à l’horizon :

« Une crise sans précédent pour le continent » africain, selon un représentant de l’ONU » (lapresse.ca)

La guerre de la nature prophétisée par Jean XXIII s’accroît en intensité avec la guerre des hommes.

« Grand éclair à l'Orient. Vous n'entendrez pas le tonnerre, lui aussi sera imprévu.
Ceci arrivera quand en Orient sera mort un chef et en Occident, sera tué un chef. Au sud de Luther. (…) »

Les rumeurs que le président russe souffrirait d’un cancer de la thyroïde s’intensifient.

Simples rumeurs? Ou serait-il ce chef en Orient qui décédera?

On peut facilement imaginé tout le chaos qui s’ensuivrait car Poutine gère seul et il n’y a pas de dauphin pour prendre le relais.

Or, n’est-il pas prophétisé que la « terre frisera le massacre »?

« Le premier empereur meurt de faim, enfermé dans la tour de son rêve.»

Effectivement, le président russe qui rêve du retour à la grande Russie est enfermé dans sa tour. Il s’isole de tous, par peur de la Covid-19 ou parce qu’il serait immunodéprimé par les traitements de son cancer.

En Chine, la stratégie nationale de « zéro COVID-19 » dans le pays est entrain de rendre la population folle… et affamée.

La plupart des 25 millions d’habitants de Shanghai sont confinés depuis début avril et sont surveillés par des mesures restrictives dignes du roman 1984.

« Le second empereur dans le désert, attaqué par les animaux de la peste, inconnus. »

Les villes chinoises sont désertes, rien ne bouge ou presque, comme dans le désert, et les « animaux » de la pandémie du Covid pullulent, et que la grogne monte chez le peuple.

« Le grand frère d'Orient fera trembler le monde par la croix renversée sans les lis. Le nouveau Père ira vers lui mais laissera la Mère orpheline. »

Et si le grand frère d’Orient était le patriarche orthodoxe russe?

Car présentement, il se colle plus à Satan, sans surprise, qu’à l’enseignement du Christ.

« Le pape François a averti le chef de l'Église orthodoxe russe, le patriarche Cyrille, de ne pas devenir "l'enfant de chœur de Poutine", a-t-il déclaré dans une interview cette semaine. Dans ses paroles les plus fortes à ce jour contre le patriarche pro-guerre, François a également critiqué Kirill pour avoir approuvé les raisons invoquées par la Russie pour envahir l'Ukraine. "Je lui ai parlé pendant 40 minutes via Zoom", ... "Les 20 premières minutes, il m'a lu, une carte à la main, toutes les justifications de la guerre." "Je l'ai écouté et je lui ai dit : je ne comprends rien à cela", a déclaré le pape. "Frère, nous ne sommes pas des clercs d'État, nous ne pouvons pas utiliser le langage de la politique mais celui de Jésus". "Le patriarche ne peut pas se transformer en enfant de chœur de Poutine", a déclaré le pape. »

01 mai

L’ALPHA ET L’OMÉGA

« Je suis l'alpha et l'oméga " [le commencement et la fin], dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était et qui vient, le Tout-Puissant. » (Apocalypse 1, 8)

Nous arrivons à la fin du cycle.

Le temps du choix : la vie éternelle ou la seconde mort.

« Puis il me dit : " C'est fait ! Je suis l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif, je donnerai gratuitement de la source de l'eau de la vie. Celui qui vaincra possédera ces choses ; je serai son Dieu et il sera mon fils. Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les magiciens, les idolâtres et tous les menteurs, leur part est dans l'étang ardent de feu et de soufre : c'est la seconde mort. » (Apocalypse 21, 6-8)

La déchristianisation des nations chrétiennes a rendu le monde aveugle.

Qui est assez allumé de nos jours pour reconnaître la réalité spirituelle?

Cette fin de cycle n’est perçu que par le petit reste, et encore.

La majorité vit sur l’espérance du « retour à la normale », au dieu consommation matériel et aux délices de Capoue.

Tous les avertissements des Saints papes contre le modernisme, le socialisme, etc. ont été mis aux oubliettes.

L’Église, et par ricochet ce monde, sont dans une spirale descendante qui achève.

La fin est rapide, au grand étonnement de tous, folle, trop forte pour le mental sans le soutien de la prière, comme au temps de Noé.

Ce monde sera surpris… comme un voleur nous avait avertit le Christ.

La vision « holocaustique » de l’élite judéo-maçonnique pour un bien suprême, le messie tant attendu, le peuple prêtre finalement « élu » à la place du Verbe Incarné comme seul lien direct avec Dieu, se manifeste intensément avec cette dernière phase du sacrifice ultime, une guerre à grande échelle, un sacrifice de masse qui fait ressortir tout le mal qu’il y a dans l’humain.

Cette guerre spirituelle dépasse l’entendement humain à cause de l’apostasie généralisée.

Et ceux qui ont le pouvoir de faire éclater la Vérité sont jetés dans le même panier que les « complotistes », terme à la mode et outil très astucieux avancé par Satan et ses sbires.

C’est le dernier acte des aveugles qui conduisent les aveugles.

Du loup déguisé en agneau.

« Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point que toutes ces choses n'arrivent. Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. » (Matthieu 24, 34-35)

C’est ainsi que NSJC nous a donné les signes cités en rapport avec la parabole du figuier au printemps.

L’abomination de la désolation est sur le trône et cette génération chrétienne a oublié ses paroles.

Comme le peuple juif a été jugé comme n’étant plus le peuple élu (avec transfert de la mission à l’Église catholique, gardienne des Lois et de la Foi; les « deux témoins »), avec la destruction du temple de Salomon en 70, elle aussi sera jugé.

L’illusion de la miséricorde infinie entretient l’indifférence quant à l’importance de la conversion véritable en marge du Jugement imminent.

Ce Jugement n’aboutira pas à un règne de 1000 ans de paix comme plusieurs le croient.

Cette période est du passé.

Les 1000 ans sont l’âge d’or des Pères de l’Église, un tournant majeur, commencé avec la conversion de l’empereur Constantin en 312.

L’Église débute alors une époque de forte croissance après l’époque des persécutions romaines.

C’est l’affirmation progressive de Jésus comme Dieu Un et Trin, qui marque ce temps fécond.

Cette période de 1000 ans est témoin de la naissance de la Fille Aînée de l’Église, la France, qui prend forme avec le baptême de Clovis par Saint Rémi, et qui produit une royauté de droit divin.

Cette royauté atteint son apogée sous Saint Louis en tant qu’unité spirituelle et politique catholique.

Cela devrait toujours être le cas dominant sur cette terre aujourd’hui, puisque la parole du Christ a été prêché presque partout.

Cette période de 1000 ans confronte le Verbe Incarné à la synagogue de Satan qui refuse ce Messie et qui déchaîne tout sa haine via le Talmud (création entre 500 et 600) .

Ce travail patient et sournois aboutit aux Lumières et à la révolution de 1789 mettant fin à cette royauté de droit divin.

Le point tournant fut le règne de Philippe IV le Bel qui rejeta l’autorité spirituel du Vicaire du Christ.

« … En 1296, le pape rappela au roi que “ le clergé ne pouvait être soumis à aucun impôt sans l’accord du Saint-Siège.” et plus tard, en 1302, le pontife romain insista sur “la supériorité du pouvoir spirituel sur le pouvoir temporel, et par ce biais la supériorité du pape sur les rois, ces derniers étant responsables devant le chef de l’Église.” La guerre entre les deux souverains était déclarée. Pour asseoir son autorité et pour emporter l’adhésion populaire à sa politique, le roi de France convoqua pour la première fois des États Généraux du royaume… » (catholiquedefrance.fr)

La suite est claire. En 1303, Phillippe IV le Bel décida de remplacer le pape via un concile œcuménique à Lyon pour le juger et le déposer. Le pape excommunia le roi et s’ensuivit des événements clés qui aboutirent à la mort du pape.

Le règne du roi Philippe le Bel durant le XIVème siècle marque la fin des Templiers. L’ordre est accusé d’hérésie. Le pape Clément V prononce la dissolution de l’ordre le 3 avril 1312.

Le règne de 1000 ans est terminé : 312 – 1312.

C’est alors le début d’une longue pente descendante pour l’Église (dont la réforme protestante; création de la franc-maçonnerie en 1717, etc.), et pour la Fille Aînée de l’Église,  avec une laïcisation progressive qui continua de croître sous le règne de Charles VII avec l'application de la « Pragmatique Sanction de Bourges», malgré la triple donation de  Sainte Jeanne d’Arc qui redonnait le Royaume du Christ à son lieutenant temporel.

« Les États Généraux furent un tournant dans l’histoire de France et dans celle de l’Église. Cet événement entraîna la dislocation progressive de l’Église et par conséquent du royaume de France. L’Église s’affaiblira par le grand schisme d’Occident au XIVe siècle, par la Réforme protestante puis par les Lumières. Le royaume de France, quant à lui, changera de dynastie rapidement après la mort de Philippe IV le Bel pour entrer dans celle de Valois et des Bourbons amenant doucement la Révolution française. Saint Rémi, lors du baptême de Clovis, avait prévenu :
Le roi sera victorieux et prospère tant qu’il sera fidèle à la foi romaine. Mais il sera châtié toutes les fois qu’il sera infidèle à sa vocation. Il soumettra tous les peuples à son sceptre. Il durera jusqu’à la fin des temps !  » (catholiquedefrance.fr ci-haut)

« Si un jour cette race royale que j'ai tant de fois consacrée au Seigneur, rendant le mal pour le bien, lui devenait hostile; envahissait ses Églises, les détruisait, les dévastait: (…) », alors les châtiments viendraient. (voir testament de Saint Rémi)

Les 1000 ans sont donc du passé.

Ce monde est séduit comme prévu dans l’Apocalypse.

C’est le temps de Gog et Magog pour le combat final autour de la Syrie (malgré le fait qu’on tourne notre regard vers l’Ukraine).

Le « Grand Éclair à l’Orient » nous surprendra affirme la prophétie de Jean XXIII.

Au Vatican, l’abomination de la désolation est sur le trône, c’est à dire le faux prophète.

La bête est là nous a affirmé E. Macron.

La bête « Gardien de la Paix et de la Sécurité » a été placée aux Nations-Unies le 21 décembre 2021 (et peu après la guerre éclata…)

Cette bête est semblable à la description dans l’Apocalypse… Et elle représente le retour aux sacrifices façon Inca, c’est à dire le « sacrifice humain ».

Les acteurs du dernier acte sont donc tous en place…

L’Apocalypse (21, 7-10) spécifie bien que c’est après les milles ans que Satan est relâché de prison pour détruire l’Église.

Ce qui a pris plusieurs siècles (et n’oublions pas les derniers 100 ans accordés selon la vision du pape Léon XIII).

Pierre Hillard refait le résumé dans son nouveau livre (vidéo).

« Quand les mille ans seront accomplis, Satan sera relâché de sa prison, et il en sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre extrémités de la terre, Gog et Magog, afin de les rassembler pour le combat : leur nombre est comme le sable de la mer. Elles montèrent sur la surface de la terre, et elles cernèrent le camp des saints et la ville bien-aimée; mais Dieu fit tomber un feu du ciel qui les dévora. Et le diable, leur séducteur, fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète, et ils seront tourmentés jour et nuit aux siècles des siècles. »

Et c’est après que vient la conclusion du Jugement, avec un troisième affirmation de l’alpha et l’oméga, montrant au peuple ce qui l’attend s’il ne se convertit pas :

« Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d'avoir droit à l'arbre de la vie, et afin d'entrer dans la ville par les portes ! Dehors les chiens, les magiciens, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime le mensonge et s'y adonne ! C'est moi, Jésus, qui ai envoyé mon ange vous attester ces choses, pour les Églises. C'est moi qui suis le rejeton et le fils de David, l'étoile brillante du matin. » (Apocalypse 22, 13-16)

L’Alpha de cette génération à partir du Verbe Incarné s’achève avec son retour glorieux (spirituel et non physique), l’Oméga.

Aujourd’hui, du strict point de vue humain, Satan semble avoir gagné la partie.

Mais c’est sans compter sur NSJC et de notre Sainte Mère Marie.

Quand tout semblera perdu, c’est là que nous serons témoins de cette intervention aussi vite que l’éclair, soudaine, qui fera que les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre l’Église, et que le Cœur Immaculée de Marie triomphera tel que promit à Fatima.

C’est l’Alpha et L’ Oméga du temps long, de la Genèse jusqu’à la victoire du Christ Roi et la Sainte Vierge.

« je mettrai une inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité ; celle-ci te meurtrira à la tête (Oméga), et tu la meurtriras au talon. » (Genèse 3, 15).

Tout a un sens.

Ce long cycle destiné à racheter les âmes depuis Adam et Éve qui ont chuté est sur le point de connaître son apogée.

Avril 2022

15 Avril

LE  SACRIFICE DE L’ÉGLISE

« Jésus leur répondit : " L'heure est venue où le Fils de l'homme doit être glorifié. En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il demeure seul ; mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie, la perdra ; et celui qui hait sa vie en ce monde, la conservera pour la vie éternelle. Si quelqu'un veut être mon serviteur, qu'il me suive, et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu'un me sert, mon Père l'honorera. » (Jean 12, 23-26)

Hors de Babylone, des deux Babylone.

Fuite dans les montagnes, dans les grottes… de notre âme.

Nous sommes dans Babylone mais nous devons la fuir en s’isolant par la prière et par des gestes de charité qui prouvent que nous ne lui appartenons point.

Comme le Christ s’est sacrifié pour la rémission des péchés, l’Église, l’Épouse du Christ, doit se sacrifier pour le Salut du Monde.

L’enfer ne prévaudra pas sur son Église affirme le Christ. Elle doit ressusciter.

Mais ce passage, cette Pâques nécessaire pour mériter la vie éternelle, demandera beaucoup de courage, de volonté et de prières pour les chrétiens qui font partis de ce corps mystique.

Le Christ a instauré par son acte ultime la pérennité du sacrifice non sanglant par l’instauration de la Sainte Messe.

Les talmudistes ont une autre vision du sacrifice.

Pour ces derniers, par le refus de reconnaître le Messie, le sacrifice sanglant demeure.

Il est même nécessaire, car dans la pensée judéo-maçonnique c’est le moyen de faire venir leur messie.

Ce messie talmudiste, c’est l’ultime dominance du peuple juif (lire ici l’élite) sur le monde tel que promis par le Dieu de l’Ancien Testament.

Alors que le Messie est venu pour toutes les âmes.

Nous arrivons à cet aboutissement.

En langage d’aujourd’hui : le nouvel ordre mondial.

C’est le refus du Verbe Incarné, le Christ, le Messie, par le peuple juif qui nous mène à ce point crucial en 2022, la grande réinitialisation ou Tikoun Olam pour les kabbalistes (voir Pierre Hillard ou les analyses précédentes).

Ces sacrifices modernes, à l’image des sacrifices dans l’Ancien Testament, sont la Covid via la vaccination, la guerre en Ukraine qui a débuté le 24 février 2022, et tout se qui découlera de la chute du système provoquée: angoisses financières, famines, révolutions, soulèvement des peuples, ...

C’est pour eux la rédemption par le péché.

Plus on sacrifie, plus Dieu sera à l’écoute de son peuple.

Le talmud est en opposition au catholicisme et doit placer le peuple juif en tant que serviteurs souffrant de l’humanité, pour accélérer la venue messie.

Il y a donc une notion ici de « quantité quant aux sacrifices nécessaires ».

Voir  Mort au cléricalisme ou sacrifice humain. Mgr Gaume

C’est le combat final entre Dieu et Satan.

L’élite judéo-maçonnique pense faire renaître de ses cendres le système mondial après le chaos instauré.

Combien de fois avons nous vu le phœnix comme symbole de cette renaissance chez l’élite (voir analyses précédentes)?

Ils sont passé à une vitesse supérieure grâce à la Covid.

Contrôle de la population en vue à la manière chinoise, grâce à la technologie.

Une guerre nécessaire et voulue.

Par la création monétaire à l’infini depuis la crise de 2008 (le système financier est sous respirateur artificiel), les pays se sont endettés encore plus par les programmes de soutien durant la pandémie.

Pénuries, chaînes d’approvisionnement interrompues, injection de monnaie abondante, ont créé un inflation incontrôlable qui ne se résorbera pas.

L’élite via les banques et les réserves fédérales coupe les vivres aux récalcitrants (la Russie par exemple) et augmente les taux d’intérêts pour faire tomber le système et pousser les pays vers la faillite.

C’est l’heure du phœnix, qui doit renaître des cendres du sacrifice sanglant, avec une monnaie unique, un peuple prêtre maître du monde, l’homme déifié à son apothéose, le 666 dans toute sa trinité.

Mais Dieu avait d’autres projets pour citer Anne Catherine Emmerich.

Dieu interviendra avant par la guerre de la nature pour sauver le petit reste.

Et cette terre sera purifiée par le sacrifice ultime de l’Épouse du Christ, l’Église.

« La terre détruira le ciment et de terre sera, Reine, ta nouvelle Église. Et sur la terre de blé, pour la faim de tes peuples, fleur sur son nouvel autel. Amen. » (prophétie de Jean XXIII concernant Benoît XVI)

Deux signes majeurs du dernier acte avant le Jugement dont nous ne connaissons ni le jour ni l’heure :

- La chute de Babylone, du système actuel dont nous a prévenu NSJC en Matthieu 24, et qui précède le Jugement (voir calendrier de la fin des temps 29 novembre 2021).

- Le décès de Benoît XVI qui annonce la mort des deux témoins, donc de l’Église traditionnelle, puisque la prophétie de Jean XXIII ci-haut est bien un déclencheur des derniers événements.

Cette Pâques 2022 est importante.

Elle est liée à Benoît XVI, à son anniversaire, demain, samedi saint.

« Je suis né un samedi saint, le 16 avril 1927, à Marktl am Inn. Ma naissance, le dernier jour de la Semaine sainte et la veille de Pâques, n’est jamais passée inaperçue dans l’histoire familiale, d’autant plus que j’ai été baptisé dès le matin de ma naissance avec l’eau tout juste bénite la « nuit pascale », célébrée à l’époque le matin. Et être le premier baptisé avec l’eau nouvelle fut considéré comme un signe du Ciel. Le fait que ma vie ait été ainsi plongée dès le début dans le mystère pascal m’a toujours rempli de gratitude, car ce ne pouvait être qu’un signe de bénédiction. Bien sûr, ce n’était pas le dimanche de Pâques mais le samedi saint ; or plus j’y repense, plus cela me semble être en accord avec notre vie humaine toujours en attente de Pâques, qui n’est pas encore dans la pleine lumière, mais s’en approche dans la confiance. »

Ma vie, souvenirs, Joseph Ratzinger, (éd. Fayard, pages 8-9)

8 avril

ÉLIE, LE PRÉCURSEUR

Le 24 juin, nous fêtons la Saint-Jean Baptiste, au solstice d’été.

Jean-Baptiste on le sait, est le précurseur du Christ.

Il annonce cette lumière qui vient illuminer les ténèbres.

Sans cette lumière, nous étions voué à la mort de l’âme par nos péchés.

Jean-Baptiste fut comparé de nombreuses fois au prophète Élie dans le nouveau testament.

Élie occupe une place importante.

Il fut, bien des années auparavant, précurseur du Christ.

Le jour de la transfiguration, c’est Élie et Moïse qui sont au côté de Jésus.

Ils représentent les deux candélabres, les deux oliviers,… les deux témoins de l’Apocalypse.

Les "deux fils de l'huile", c'est-à-dire les deux oints de Dieu, sont le roi et le grand prêtre qui préfigurent le Christ.

C’est aussi ceux qui sont fidèles à la loi et aux prophètes.

Dans le livre des rois, Élie a le pouvoir de faire pleuvoir, ou bien de retenir la pluie, tout comme les 2 témoins de l’Apocalypse, c’est à dire d’ouvrir le passage pour recevoir les grâces sanctifiantes en cette fin des temps.

Élie, c’est le Carmel.

Que fait Élie au Mont Carmel ?

Élie a le rôle de ramener le roi Achad dans le droit chemin car ce dernier a abandonné Dieu pour sacrifier au dieu Baal.

C’est le retour au paganisme… comme aujourd’hui au Vatican.

Alors il convoque l’ensemble du peuple sur le mont Carmel ainsi que 450 prêtres de Baal pour les confondre.

Tel sera le rôle des deux témoins prochainement.

L’autre épisode reliant la Sainte Vierge Marie et Élie selon les pères de l’Église est celui-ci :

« Élie monta au sommet du Carmel et, se penchant vers la terre, il mit son visage entre ses genoux, et il dit à son serviteur : « Monte, regarde du côté de la mer. » Le serviteur monta et, ayant regardé, il dit : « Il n'y a rien. » Et Élie dit : « Retourne sept fois. » A la septième fois, il dit : « Voici un petit nuage, comme la paume de la main d'un homme, qui s'élève de la mer. » » (1 Rois, 18, 42-44)

(Notez encore l’importance du chiffre sept (voir analyses précédentes) tout comme dans l’épisode de Jéricho et les allusions nombreuses dans les prophéties de Jean XXIII.

En effet ce n’est qu’au septième tour au septième jour que les murs de Jéricho s’effondrent et qu’il y a libération.)

Le Carmel, c’est aussi les deux apparitions de la Sainte Vierge en Notre Dame du Carmel, soient le 13 octobre 1917 à Fatima, et le 16 juillet

1878 pour la 18ème et dernière apparition à Lourdes.

Elle montre la fin d’un cycle. L’Oméga dans l’« Alpha et L’Oméga ».

« Mais aussi de grandes processions et la Vierge Heureuse descendra sur terre. Vous ne la verrez pas dans la grotte, mais dans un cœur qui revivra. Depuis les ténèbres, elle apportera la parole que tous comprendront. C'est le temps des lettres. » (prophétie Grand Éclair à l’Orient)

« Quoi qu'il en soit, la signification profonde n'est pas douteuse. Après s'être révélée comme la Vierge du Rosaire, Notre-Dame se montre à nous le 16 juillet comme la Reine du Mont Carmel, et il semble que tous les détails de l'Apparition prennent leur pleine signification, quand on les met en parallèle avec la vision du prophète Élie, que la liturgie rap­pelait et fêtait ce jour-là.

Notre-Dame du Carmel était particulièrement ho­norée à Lourdes. Une confrérie y avait été érigée depuis des siècles. Les confrères étant contraints d’aller à Tarbes pour gagner l’indulgence, on avait obtenu du provincial des Carmes l’autorisation de la gagner dans l’église paroissiale, à condition qu’on bâtît une chapelle; pour l’édifier on avait démoli une partie du collège de la ville.

Toutes les familles chrétiennes de Lourdes portaient le scapulaire, y compris la famille Soubirous. Le matin même du 16 juillet, Bernadette, à une époque où la communion n’était pas fréquente, avait reçu l’Eucharistie…

Cette petite nuée, disent unanimement les saints Pères, était la figure de la Vierge qui allait naître au septième âge du monde petite par son humi­lité, nuée par sa fécondité ; s’élevant de la mer, parce que Marie s’est élevée de notre nature viciée sans participer à son amertume; toute brillante, parce que le soleil de justice l’a enveloppée de ses rayons ; marquée de l’empreinte du pied d’un homme pour rappeler au serpent maudit le talon qui doit l’écraser.

Le 16 juillet 1858, Bernadette sera l’Élie des temps nouveaux.

Or, de loin, la ligne qui cintrait la niche royale de Notre-Dame de Lourdes dessinait assez exactement la figure du nuage de la vision d’Élie. Et donc, se détachant sur le ciel déjà obscur, la lu­mière qui enveloppait la Vierge reproduisait au­-dessus du torrent – à cette époque fort large en cet endroit – la nuée lumineuse qui avait surgi du sein de la mer. Mais, pour Bernadette, la réalité remplaçait le symbole. La nuée du prophète livrait son mystère.

Et de même qu’Élie fut comblé de joie à ce spectacle, songeant à la pluie qui allait tomber sur les campagnes désolées de la Judée, de même, parce que le mystère de Lourdes se clôture sur cette vi­sion, une immense allégresse fait tressaillir notre espérance. La nuée mystique est apparue à Lourdes. La rosée fécondante ne peut tarder à se déverser sur la terre assoiffée… » (laportelatine.org)

Le chiffre 16 est un chiffre important.

Il représente la Résurrection.

Les évangiles nous apprennent que Jésus est crucifié le jour de la préparation de la Pâque, c’est à dire, dans le calendrier mosaïque, le 14 Nizan, puisque la Pâque a lieu dans la nuit du 14 au 15 Nizan.

C’était un vendredi puisque le lendemain, jour de la Pâque, tombait cette année là sur un jour de sabbat, donc un samedi.

Nous savons, toujours par les évangiles, que Jésus meurt à la 9ème heure (15h) le 14 Nizan puis est mis au tombeau avant la nuit pour ressusciter le troisième jour, à savoir le 16 Nizan au petit matin.

Donc deux moments critiques comme indices de la fin des temps.

La 9ème heure, reliée ici à Benoît XVI, car nous sommes dans la 9ème année depuis sa démission, démission donnée à la date anniversaire de la première apparition à Lourdes.

Et la résurrection à l’aube du 16 qui nous donne la preuve de la divinité de NSJC.

Puisque nous somme à la 9ème heure, le 16 juillet 2022 risque d’être un jour eschatologique majeur et porteur d’un signe que peu pourront renier.

Rappelons que Notre-Dame du Mont Carmel, c’est le scapulaire qui protège à la fin des temps.

Le 16 juillet, c’est aussi la date de publication de Traditionis Custodes en 2021, tentative vaine pour essayer de faire taire ce qui reste des deux témoins.

Le 16 avril est la date de naissance de Benoît XVI.

Notre-Dame du Carmel est fêtée le 16 juillet.

Or, le prophète Élie est fêté le 20 juillet.

Il y a trois jours et demi entre les deux fêtes…

Et comme les deux témoins de l’Apocalypse doivent ressusciter après trois jours, il y a cette possibilité donc :

Mort des témoins le 16 juillet et résurrection le 20 juillet.

À surveiller donc.

03 avril

DE LA SALETTE À FATIMA : LOURDES et Benoît XVI

Le secret donné à Mélanie à la Salette devait être rendu public à partir de 1858.

1858, c’est l’année du début des erreurs du modernisme (condamnés par Léon XIII) : Les origines des espèces de Darwin, La liberté de Mill, et Une contribution à La critique de l’économie politique de Karl Marx.

Dans ces trois ouvrages sont résumés les erreurs de l’âge moderne.

L’homme annonçait son INDÉPENDANCE vis-à-vis de Dieu.

C’était le début de la déification de l’homme aboutissant à ce que nous vivons maintenant.

1858, c’est l’année des apparitions de Lourdes, exactement  le 11 février 1858 à la grotte de Massabielle.

La Sainte Vierge s’identifie comme « Je suis l’Immaculée Conception ».

Le révérend Fulton Sheen souligne qu ' « au moment même où le monde a nié le péché originel, notre Mère a revendiqué sa prérogative uniquement comme la sienne ... elle seule a été conçue de manière immaculée - tous les autres sont nés dans le péché originel ».

Lors de l'apparition de la Sainte Mère à Lourdes, note Sheen, Dieu a répondu à la prétention arrogante de l'homme à l'indépendance et a fourni la preuve de ses erreurs en démontrant que le Ciel existe et qu’il veille.

La Salette renvoie sur Lourdes, qui elle-même renvoie sur Fatima, les deux apparitions qui annoncent le Fils, le retour de NSJC dans sa Gloire.

Un retour dans la Gloire mais sans autre signe que ce qu’il y a à partir du 7ème sceau de l’Apocalypse, inclus dans le secret de Mélanie (la Salette).

Ce sera un retour éclair, frappant, soudain : « je viendrai comme un voleur » , « personne ne se doutera de rien » dans les deux Babylone « Vatican » et « Nations-Unies ».

Sauf les 144 000 justes, c'est à dire ceux qui sont restés « éveillés ».

Le 11 février est aussi la date anniversaire des accords de Latran de 1929, où le « royaume Vatican » fut officialisé.

Ces accords furent la première étape d’une longue route du déclin de l’Église et de son basculement vers l’Antéchrist système et maintenant l’Antéchrist personnifié.

Entre 1929 et 2013 il y a 84 ans.

Nous connaissons l’importance du 84 (voir analyses précédentes): c’est l’âge de la prophétesse Anne le jour de la purification de la Vierge Marie.

Or, 84 c’est aussi 2×42 : « il faudra rendre à Babylone au double de ses œuvres » (Apoc. 18, 6)

Le 11 février 2013 était donc le début de la purification de ce monde.

Benoît XVI est né le 16 avril 1927, soit le jour de la mort de sainte Bernadette Soubirous, la voyante de Lourdes.

Les conditions de sa démission sont douteuses, puisqu’on lui a forcé la main par un chantage financier, à savoir la coupure du Vatican du système bancaire SWIFT en janvier 2013.

Benoît XVI annonçait ensuite sa démission le 11 février 2013.

Dieu nous conserve deux papes simultanément, nous montrant que le vrai pape subsiste parallèlement au faux prophète.

Son départ fut le signe de l’entrée de l’humanité dans l’ultime temps de pénitence des dernières tribulations (d’où l’importance de la date de départ).

Celui qui le suit est le dernier de la prophétie de saint Malachie.

Ainsi se déroule présentement la dernière persécution de la Sainte Église romaine, avant le Jugement dernier.

Ainsi le 13 février 2022, nous sommes entrés dans la 9ème heure, heure de la mort du Christ sur la croix (soit 9 ans depuis la démission de Benoît XVI).

11 jours après, la guerre en Ukraine était lancée.

Le 11, c’est le chiffre préféré des kabbalistes.

L’éventuel décès de Benoît XVI, on le sait, annoncera la mort des deux témoins de l’Apocalypse, et sonnera la fin de la sixième période, avant l’ouverture du 7ème sceau.

La prophétie politique « Grand Éclair à l’Orient » est de plus en plus claire :

« Ce n'est pas le temps d'un roi, ce ne l'a jamais été. Depuis la mort de Frédéric, chaque roi est usurpateur. Que le roi s'en aille, reste le peuple. L'Europe a soif, elle aura du sang dans les rues. » en référence  à Frédéric de Hohenstaufen (Frédéric II), qui connut des conflits permanents avec la papauté et se vit excommunié par deux fois. Le pape Grégoire IX l'appelait l'Antéchrist.

En 2022, ce personnage est probablement Emmanuel Macron, oint choisi pour la gouvernance mondiale en Europe, en sauveur, dans ce dernier droit avec la guerre en Ukraine.

« Mais aussi de grandes processions et la Vierge Heureuse descendra sur terre. Vous ne la verrez pas dans la grotte, mais dans un cœur qui revivra. Depuis les ténèbres, elle apportera la parole que tous comprendront. C'est le temps des lettres. »

Remarquez ici qu’on ne verra pas la Sainte Vierge dans la grotte, comme à Lourdes, mais dans un cœur qui revivra, alors que nous serons dans les ténèbres.

Elle apportera la PAROLE.

C’est le temps des lettres, de la fin du cycle, de l’Alpha et l’Oméga.

C’est la seconde Pentecôte.

C’est prophétisé par Mélanie de la Salette :

« … j’appelle les Apôtres des derniers temps, les fidèles disciples de Jésus-Christ qui ont vécu dans un mépris du monde et d’eux-mêmes, dans la pauvreté et dans l’humilité, dans le mépris et dans le silence, dans l’oraison et dans la mortification, dans la chasteté et dans l’union avec Dieu, dans la souffrance et inconnus du monde.

Il est temps qu’ils sortent et viennent éclairer la terre. Allez, et montrez-vous comme mes enfants chéris ; je suis avec vous et en vous, pourvu que votre foi soit la lumière qui vous éclaire dans ces jours de malheur. Que votre zèle vous rende comme des affamés pour la gloire et l’honneur de Jésus-Christ.

Combattez, enfants de lumière, vous, petit nombre qui y voyez, car voici le temps des temps, la fin des fins. »

Même si certains ont des doutes quant aux visions de Maria Valtorta, il est intéressant de voir que le rôle de Notre Sainte Mère est central, c'est par Elle que nous est donné le Fils et le Saint-Esprit :

« Et puis voilà la Lumière, le Feu, l’Esprit-Saint, qui entre avec un dernier bruit mélodieux sous la forme d’un globe très brillant et ardent dans la pièce close, sans remuer les portes et les fenêtres, et qui plane un instant au-dessus de la tête de Marie à environ trois palmes de sa tête qui est maintenant découverte, car Marie, voyant le Feu Paraclet, a levé les bras comme pour l’invoquer et a rejeté la tête en arrière avec un cri de joie, avec un sourire d’amour sans bornes. Et après cet instant où tout le Feu de l’Esprit-Saint, tout l’Amour est rassemblé au-dessus de son Épouse, le Globe très Saint se partage en treize flammes mélodieuses et très brillantes, d’une lumière qu’aucune comparaison terrestre ne peut décrire et descend pour baiser le front de chaque apôtre. » (maria-valtorta.org)

« Alors le saint aux pieds nus descendra du mont et, devant la tombe du va-nu-pieds, éclatera le règne béni de la Très Sainte Vierge.
Écoutez ses paroles. »

01 avril

« Les hommes se comptent mourir. Et après la famine; la peste. Dieu a déchaîné la guerre de la nature pour empêcher la guerre des hommes. » (Prophétie politique #32 Le Temps est Proche)

La guerre en Ukraine par les deux factions judéo-maçonniques fait partie du plan de la grande réinitialisation (lire aussi Agenda 2030) de Davos.

Une mise au point par Pierre Hillard sur le sujet (vidéo).

À venir donc pour accomplir l’Agenda 2030 : pseudo-pandémie (presque du passé) pour conserver la culture de la peur et du contrôle de la population, krach économique à venir pour établir les bases de la nouvelle monnaie électronique mondiale, famine mondiale pour réduire la population, et guerre pour semer le chaos car l’ordre vient du chaos selon eux.

« Aujourd'hui, on a parfois l'impression de parler du Nouvel Ordre Mondial, de la Grande Réinitialisation , de l'Agenda 2030, de Davos, etc. Ceux qui tentent de réfléchir à ces questions sont dépeints, selon les informations dominantes, comme des théoriciens du complot, des populistes, des extrémistes qui pourraient peut-être rejoindre les rangs du front no vax vitupéré.. Le but de cet article est d'essayer de clarifier, sur la base d'une analyse objective du texte, l'Agenda 2030 pour le développement durable, une résolution adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies le 25 septembre 2015. Avec cela, nous entendons initier une série de réflexions et d'arguments qui, au-delà du climat actuel d'opposition exaspérée, voudraient éclairer les esprits assombris par ce nouveau climat « idéologiquement correct » qui afflige le système politique, financier et médiatique.

Qu'est-ce que l'Agenda 2030 pour le développement durable

Pour pouvoir s'exprimer convenablement sur n'importe quel sujet, surtout en cette époque de confusion embarrassante et de superficialité, il est nécessaire de lire les textes, de s'en tenir aux sources officielles et d'éviter tout raccourci. Les 35 pages au format A4 qui contiennent les indications de l'Agenda 2030 explicitent la volonté de transformer le monde à travers 17 Objectifs, condensés dans une petite page, et déjà dès le Préambule ils transmettent un contenu et un langage sur lesquels il faut réfléchir. En premier lieu, l'adjectif « durable » apparaît plus de 200 fois, tout comme dans le texte on recourt massivement à des adjectifs tels que « inclusif », « résilient » ou à des expressions telles que « égalité des sexes », « droit à la santé reproductive ». » qui transmettent souvent des idéologies de genreou ils ont tendance à légitimer les pratiques d'avortement. Le contenu est enveloppé dans un langage liquide, dans lequel les termes sont placés de manière ambiguë et imprécise, mais qui révèle ce que le père Cornelio Fabro appelait le "principe d'immanence".

Tout est conçu et situé sur un plan horizontal, sans aucune dimension spirituelle ni tension éthique, où non seulement la présence de Dieu et de sa Grâce n'est jamais évoquée, mais où tout peut être résolu à partir de l'homme. Le point 53 de l' Agenda 2030 se lit comme suit : « L'avenir de l'humanité et de notre planète est entre nos mains », tout comme le point 59 nie la référence à toute vocation transcendante et énonce clairement : « …Nous réaffirmons que la planète Terre et ses écosystèmes sont notre maison et que l'expression «Terre Mère» est commune à de nombreux pays et régions”. Dans ce contexte horizontal, les trois dimensions du développement durable sont postulées : économique, sociale et environnementale ; les déterminations, les résolutions qui jalonnent l'Agenda s'affirment, avec ce langage liquide qui a été évoqué et qui est cité ici : « Nous sommes déterminés à mettre fin à la pauvreté et à la faim, sous toutes ses formes et dimensions… » ou : « Nous sommes déterminés à promouvoir des sociétés pacifiques, justes et inclusives, exemptes de peur et de violence ».

Déclaration d'intention et vision de l' Agenda 2030

Dans l' Introduction à la Déclaration d'intention , l'autorité avec laquelle sont fixés les objectifs de l' Agenda 2030 est célébrée avec autosatisfaction (les majuscules sont fidèlement reproduites dans le texte) : « Nous, les Chefs d'État et de Gouvernement et la Haute Représentants, réunis au siège des Nations Unies à New York du 25 au 27 septembre 2015 pour la célébration du 70e anniversaire de l'ONU, nous fixons aujourd'hui les nouveaux Objectifs mondiaux de développement durable ». Vient ensuite la vision , l'imagination, qui m'a rappelé ce que disait Klaus Schwab, PDG du WEF (World Economic Forum) de Davos, en juin 2020, lorsqu'il prônait un « reset » général ( Great Reset ).) en pleine urgence Covid : « La pandémie comme opportunité de ré-imaginer et de réajuster le monde ». Il était clair que la vision de Davos et du WEF était basée sur l'Agenda 2030 pour le développement durable : « Un monde juste, équitable et tolérant, ouvert et socialement inclusif qui répond également aux besoins des plus vulnérables… un monde dans lequel la consommation , les processus de production et l'utilisation des ressources naturelles sont durables ». Le monde imaginé et désiré reflétait une dimension anthropologique amputée de l'ascétisme spirituel, réduite à la corporéité terrestre, en opposition ouverte avec la vision classique et chrétienne de l'homme comme unité substantielle de l'âme et du corps. Pour soutenir celaVision et ces Déclarations d'intention, il fallait se référer à quelque chose d'antérieur et universellement reconnu, la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de 1948 : « Le nouvel Agenda est basé sur la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme ».


L'Église catholique a aussi fait siennes les indications et a emprunté le langage « inclusif et durable » de l' Agenda 2030 , il suffit de penser aux formes exprimées dans les différents synodes diocésains. Le discours serait très long et impliquerait l'appareil médiatique, la finance et la philanthropie grossière des riches comme Jeff Bezos ou Bill Gates. Tout cela et tous ces personnages seraient volontiers supprimés : L' Agenda 2030 pour le développement durable n'est pas durable ! » (Marcotosatti.com)

On le sait, ce plan n’aboutira pas car Dieu va déchaîné la guerre de la nature pour empêcher la guerre des hommes.

D’où encore l’indication qu’il ne reste pas beaucoup de temps avant le retour  de NSJC puisque l’élite mondiale ne peut plus reculer.

Satan a lui-même fixé l’objectif, 2030, mais nous savons grâce à Don Bosco (voir analyses précédentes) que ce sera avant mai 2026.

La chute de Babylone arrivera bien avant selon le calendrier de la fin des temps (voir analyses précédentes).

D’ailleurs, cette guerre de la nature qui entraînera la chute de Babylone, qui est nulle autre que le septième sceau de l’Apocalypse, sera éprouvante :

« Derrière eux, les corbeaux de la faim, de la famine, de la peste. » (prophétie de l’Église #11 Le Septième Sceau)

Ceux qui pensent encore que nous avons bien du temps devant nous sont dans l'erreur car les indices pullulent sur ce qui nous attend probablement cet automne :

- « Biden: « il va y avoir un nouvel ordre mondial et nous devons le diriger ! » L’édito de Charles SANNAT »

- Tous nous préviennent d’une famine mondiale d’ici 8 mois. Le grand gourou de Davos inclus : « Klaus Schwab vous prévient. Famine et misère pour tous. » (insolentiae.com)

- Le midwest américain n’a presque pas reçu d’eau depuis octobre 2021. Le « Dust Bowl » ou « bol à poussière » des années 30s se répète.

- Les prix des fertilisants ont explosé à cause de la guerre en Ukraine et des prix élevés du pétrole. Plusieurs agriculteurs se tournent vers des cultures moins gourmandes de sorte que l’offre ce certains produits va diminuer grandement.

« Un homme averti en vaut deux ».

C’est pourquoi qu’aura lieu la résurrection des « deux témoins » (voir le calendrier de la fin des temps) avant le septième sceau, car comme aussi prophétisé à la Salette, le monde aura besoin de phares pour les conduire sous la gouverne du Saint-Esprit.

C’est Marie qui guidera ses enfants, la femme avec les pieds sur la lune et revêtue de soleil.

Quand?

Au décès ou peu après le décès de Benoit XVI :

« Alors le saint aux pieds nus descendra du mont et, devant la tombe du va-nu-pieds, éclatera le règne béni de la Très Sainte Vierge.
Écoutez ses paroles. Marie Très Sainte, fille et mère de Dieu, maîtresse du temps futur, bats le rappel de tes fils dans les campagnes, pour qu'ils abattent les deux Babylone. Et que la Mère soit Une, comme toi tu es unique. La terre détruira le ciment et de terre sera, Reine, ta nouvelle Église. Et sur la terre de blé, pour la faim de tes peuples, fleur sur son nouvel autel. Amen. » (prophétie concernant Benoît XVI)

« Mais aussi de grandes processions et la Vierge Heureuse descendra sur terre. Vous ne la verrez pas dans la grotte, mais dans un cœur qui revivra. Depuis les ténèbres, elle apportera la parole que tous comprendront. C'est le temps des lettres.» (prophétie Grand Éclair à l’Orient)

Plus nous approchons de l’ouverture du 7ème sceau, plus nous aurons des signes.

Encore faut-il les voir et savoir les interpréter.

La connaissance des écritures est essentielle.

Dans ce temps de grande apostasie, peu donc ont la capacité de voir les signes.

Comme au temps de Noé, et de Sodome.

Et lorsque nous serons pleinement avancés avec la septième coupe et la septième trompette, les signes s’intensifieront et le temps sera comme en accéléré.

Pour preuve, les prophéties de l’Église de Jean XXIII sur la succession des papes s’établissaient sur une longue période à cause des règnes qui étaient plus longs.

Mais présentement, nous avons deux prophéties en parallèles, si ce n’est trois, parce que le Père nous a donnés deux papes en même temps pour identifier l’imposteur faux prophète, tout en pointant où nous en sommes sur le calendrier.

« Écoutez une comparaison prise du figuier. Dès que ses rameaux deviennent tendres, et qu'il pousse ses feuilles, vous savez que l'été est proche. Ainsi, lorsque vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l'homme est proche, qu'il est à la porte. Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point que toutes ces choses n'arrivent. Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. » (Matthieu 24, 33-35)

On peut voir que le décès de Benoît XVI déclenche la finale avec la venue de la Sainte-Vierge Marie dans les cœurs et que les trois dernières prophéties de l’Église se réaliseront dans un court, très court laps de temps.

En attendant la seconde Pentecôte…

Gardons la Foi et l’Espérance dans la prière pour recevoir les grâces nécessaires pour être forts dans les temps à venir.

On est au temps du figuier...

Mars 2022

30 mars

On le sait, la Sainte-Vierge a ordonné que tous les évêques participent à la consécration au Cœur Immaculé de Marie.

Alors que Bergoglio a lancé une invitation…

Digne de son concept de synodalité qui doit triompher sur tout afin d’aboutir à un œcuménisme global, la religion humaniste de Satan.

« CITÉ DU VATICAN ( LifeSiteNews ) – Le jour de la consécration de la Russie par le pape François, le chef de l’Académie pontificale mariale internationale a poursuivi la position passée du Vatican en essayant de séparer Notre-Dame de Fatima de la prière de consécration du 25 mars, soulevant des questions quant à pourquoi l’un des principaux mariologistes de l’Église minimise le rôle de Notre-Dame.


Bien que la traduction anglaise officielle ne mentionne pas Notre-Dame de Fatima, ni les erreurs de la Russie dont elle a mis en garde, le pape et les évêques qui l’ont rejoint ont prié la consécration devant une statue de Notre-Dame de Fatima et ont consacré la Russie et l’Ukraine au « Cœur Immaculé ». L’intention du jour est apparue clairement orientée vers Fatima, étant faite devant la statue de Notre-Dame de Fatima.
Pourtant, quelques heures seulement avant la consécration, Vatican News a publié une interview du P. Stefano Cecchin, OFM, président de l’ Académie mariale internationale pontificale de Rome, qui a fait de gros efforts pour dissocier complètement la consécration de la demande de
Notre-Dame de Fatima, et à la place mettre en évidence le rôle de la « synodalité ».

Expliquer les demandes de Fatima en tant que « synodalité »

Une partie des demandes de Notre-Dame de Fatima en 1917 et 1929 était que la Russie serait consacrée, et que le Pape « ordonnerait » aux évêques de se joindre à lui dans cette action capitale.

Cependant, le P. Cecchin a ignoré cet aspect crucial derrière les événements du 25 mars et a plutôt expliqué la demande du pape François pour que tous les évêques se joignent à lui pour consacrer la Russie et l’Ukraine comme faisant simplement partie du « concept de synodalité ».

Répondant pourquoi les évêques avaient été invités à rejoindre le Pape, le P. Cecchin a déclaré : « Il me semble que ce choix est lié au concept de synodalité que le pape François ne cesse de réitérer. Le Pape représente l’Église, le sens de l’unité, mais l’unité avec l’Église et dans l’Église, qui est – comme il l’appelle – notre maison commune.

Pr. Cecchin a même expliqué la demande de François d’être rejoint dans la prière comme étant liée à l’encyclique papale « blasphématoire » du Pape sur la fraternité humaine, Fratelli Tutti , en disant : « Nous ne sommes donc pas sauvés seuls, comme le pape François nous l’a rappelé dans Fratelli Tutti et toujours ensemble. Nous devons demander à Dieu le salut du monde.

« Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je serai au milieu d’eux », nous rappelle l’Évangile, et le pape François souligne que le voyage pour sauver le monde, nous devons le faire ensemble, pas seuls. C’est pourquoi, en ce moment, toute l’Église doit être unie, comme dans un grand Synode, un grand Concile, dans lequel Dieu est invité à intervenir… » (lifesitenews.com)

Cette consécration du 25 mars est donc illusoire.

Parce que celui qui l’a présidé est le faux prophète, alors que le pape régnant, Benoît XVI est le seul pape légitime habiliter à le faire…

Car ceux qui l’ont poussé à la démission en coupant le système bancaire du Vatican du système bancaire mondialiste SWIFT en janvier 2013, ont agi en fonction de mettre le faux prophète sur le trône (ce qui était prévu en 2005 pour Bergoglio).

Le Seigneur nous rend une grande grâce en gardant en vie deux « frères » selon les dires de Jean XXIII afin de pouvoir faire le pour et le contre, nous donner la possibilité de voir que les prophéties de la Salette et de Fatima sont accomplis, ou presque…

« Deux frères et personne ne sera le vrai Père. La Mère sera veuve. » (prophétie concernant Benoît XVI)

La consécration est illusoire aussi parce que y sont absents les fondamentaux demandés expressément par Notre-Dame du Rosaire :

– la récitation quotidienne du chapelet, seule solution pour obtenir la paix ;

– la dévotion au Cœur Immaculé de Marie des premiers samedis du mois ;

– le combat contre les péchés et surtout les péchés les plus graves (cesser d’offenser davantage Dieu répète-elle).

Cette illusion de l’Antéchrist est d’autant plus importante comme signification qu’elle a même séduit les élus : les chrétiens catholiques conciliaires, et même à un certain point les traditionalistes.

C’est ce qui était annoncé pour la fin des temps.

Alors nous y sommes.

Cet acte de prestidigitation est un piège : donner de faux espoirs à une humanité déboussolée et la tromper avec une conversion de la Russie pour mettre fin à la guerre, sans demander un virage à 180 degrés par rapport aux péchés consumés.

Il envoie le signal qu’on peut continuer comme avant sans se soucier des conséquences, grâce à la miséricorde infinie qui lui est chère.

Alors que la coupe est pleine.

Et que Dieu est d’abord et avant tout synonyme de Justice.

Celui sur le trône de Saint-Pierre est un hérétique: Pierre le romain de la prophétie de St-Malachie.

Il n’est même pas catholique admet Mgr Vigano.

La peur de reconnaître publiquement l’effroyable réalité de ce dernier pontificat et son œuvre de destruction de l’église à l’image des prophéties d’Anne Catherine Emmerich (voir analyses précédentes) par les traditionalistes et les quelques cardinaux allumés est un signe de la mort des « deux témoins » qui pointe à l’horizon.

En effet, il faut être dans la lie jusqu’au cou pour constater que seul Dieu peut nous sauver, et l’admettre humblement.

Ce sera la résurrection des témoins qui donnera la chance aux tièdes de faire leur choix avant le 7ème sceau.

27 mars

L’APOCALYPSE MARIALE

Deux apparitions majeures de Notre-Dame nous guident en cette fin des temps : Fatima et la Salette.

Fatima

Un unique secret est donné aux enfants à Fatima le 13 juillet 1917 comportant trois parties, qui forment un tout cohérent et qui sont étroitement interdépendants dans le temps.

La première partie concerne le salut des âmes (c’est une guerre pour les âmes que nous vivons).

La partie centrale concerne le salut des nations et de la chrétienté, de la paix du monde.

La dernière partie (le fameux 3ème secret) traite de la sauvegarde de la Foi et du Salut de l’Église.

La vision de l’enfer marque le 1er secret si les conditions de la Sainte Vierge ne sont pas respectées… Et en effet nous vivons présentement l’enfer sur terre.

Il n’est pas difficile de savoir où s’en vont la majorité des âmes avec cette grande apostasie.

Le 2ème secret concerne la guerre totale contre la chrétienté et l’Église due aux erreurs répandues par la Russie.

Nous vivons présentement ce moment, passant par les accords du Latran de 1929 où le Vatican devient un état, un « royaume » dans les termes de l'Apocalypse, et prenant de l’ampleur surtout depuis Vatican II, le tout passé à une vitesse supérieure depuis l’élection de Bergoglio.

Le mystère d’iniquité est la guerre que se livre l’église à elle-même par sa vision progressiste socialiste, de l’intérieur, et la guerre menée par l’élite mondiale par l’inversion des valeurs naturelles, la progression de la laïcité, et évidement, les persécutions physiques que subissent nombres de chrétiens dans le monde, en passant par le Moyen-Orient et la Chine.

Voici ce qu’on soupçonne d’être le 3ème secret, reconstitué par Frère Michel de la Trinité au terme d’une étude publiée il y a plus de trente ans (en 1985) !

« Tandis qu’au Portugal se conservera toujours le dogme de la foi, dans bien des nations peut-être dans le monde presque entier, la foi se perdra. Les pasteurs de l’Église manqueront gravement aux devoirs de leurs charges. Par leur faute, les âmes consacrées et les fidèles en grand nombre se laisseront séduire par des erreurs pernicieuses partout répandues. Ce sera le temps du combat décisif entre la Vierge et le Démon.  Une vague de désorientation diabolique déferlera sur le monde. Satan s’introduira jusqu’au plus haut sommet de L’Église. Il aveuglera les esprits, il endurcira le cœur des pasteurs. Car Dieu les aura livrés à eux-mêmes en châtiment de leur refus d’obéir aux demandes du Cœur Immaculé de Marie. Ce sera la grande apostasie annoncée pour les derniers temps, le faux agneau, faux prophète trahissant l’Église au profit de la Bête, selon la prophétie de l’Apocalypse. »

Il s’agît bien évidement de la grande apostasie dans l’Église et de la chute du pape, le faux témoin, l’antéchrist sur le trône.

Un article intéressant concerne une lettre de 26 lignes écrite par Soeur Lucie à Tuy en 1944 en référence au 3ème secret, et qu’aurait lu
Malachi Martin nous confirmantiencore une fois que l’Antéchrist est sur le trône de Saint-Pierre.

« … Personne, jusque-là, n’avait remarqué la confirmation exceptionnelle entre ce que dit le Père Malachie Martin : « une écriture sur 26 lignes », et la découverte fortuite de cet auteur espagnol désormais introuvable d’explication de la vision de Fatima, fournie par Sœur Lucie (et notons d’ailleurs ici que le texte en question a fait l’objet d’une expertise calligraphique très rigoureuse, par Begoña Slockcker de Arce, calligraphe experte de la prestigieuse Jefatura de Investigación e Criminalistica de la Guardia Civil, qui a certifié son origine, « établie en sa propre main », précisément dans Sœur Lucia dos Santos.).

Alors je suis allé « compter » les lignes qui composaient ce texte incroyable : juste… 26 lignes !

« JMJ

Tuy, le 1er avril 1944

Maintenant, je vais révéler le troisième fragment du secret ; cette partie est l’apostasie dans l’Église !

Notre-Dame nous a montré une vision d’un individu que je décris comme « le « Saint-Père », devant une multitude qui le louait.

Mais il y avait une différence avec un vrai Saint-Père, le regard du diable, celui-là avait les yeux du mal.

Puis, quelques instants plus tard, nous avons vu le pape lui-même entrer dans une église, mais cette église était l’église de l’enfer, il n’y a pas moyen de décrire la laideur de cet endroit, il ressemblait à une forteresse en béton gris, avec les murs cassés les coins et les fenêtres comme des yeux, avaient un pic sur le toit du bâtiment.

Nous avons immédiatement levé les yeux vers Notre-Dame qui nous a dit que vous avez vu l’apostasie dans l’Église , cette lettre peut être ouverte par le Saint-Père, mais elle doit être annoncée après Pie XII et avant 1960.

Sous le règne de Jean-Paul II, la pierre angulaire de la tombe de Pierre doit être enlevée et transportée à Fatima.

Puisque le dogme de la foi n’est pas gardé à Rome, son autorité sera retirée et remise à Fatima.

La cathédrale de Rome doit être détruite et une nouvelle construite à Fatima.

Si 69 semaines après l’annonce de cet ordre, Rome continue son abomination, la ville sera détruite.

Notre-Dame nous a dit qu’il est écrit, Daniel 9,24-25 et Matthieu 21, 42-44 »
...
Rosanna Maria Boccacci et Sergio Russo » (martotosatti.com)

Ce qu’on peut affirmé en 2022, c’est que les trois parties du grand secret de Fatima sont RÉALISÉES et que l’Antéchrist occupe toute la place au Vatican.

Il  ne reste pas beaucoup de temps pour sauver des âmes.

C’est la raison du chaos présent.

Des choix doivent être faits.

Dans l’Apocalypse, les noms d’endroits utilisés montrent ce qui est bien et ce qui est mal.

Par exemple, Égypte, Sodome,… désignent ce qui est mal.

Ainsi, dans le 3ème secret, le Portugal désigne le peuple saint, les deux témoins de l’Apocalypse, le petit reste qui demeurent uni au Christ et à la vraie Foi.

La conclusion du grand secret de Fatima:

À la fin mon Cœur Immaculé triomphera.

C’est bien un triomphe qui caractérise la fin de la prophétie de Benoît XVI de Jean XXIII :

« Écoutez ses paroles. Marie Très Sainte, fille et mère de Dieu, maîtresse du temps futur, bats le rappel de tes fils dans les campagnes, pour qu'ils abattent les deux Babylone.Et que la Mère soit Une, comme toi tu es unique. La terre détruira le ciment et de terre sera, Reine, ta nouvelle Église. Et sur la terre de blé, pour la faim de tes peuples, fleur sur son nouvel autel. Amen. »

Alors, qui a-t-il entre les deux, entre la fin du grand secret de Fatima et la triomphe de Marie?

C’est le 7ème sceau (la prophétie concernant l’Église #11 de Jean XXIII).

Et c’est ce qui est décrit dans la prophétie de la Salette.

La Salette

Le chanoine Millon, dans une étude datant de 1938, a très bien résumé le contenu du secret:

« On peut distinguer dans le secret trois thèmes principaux : le thème moral, le thème prophétique, le thème eschatologique.

Le thème moral comprend l’énumération des désordres attribués au clergé et aux ordres religieux, ainsi qu’aux dirigeants des peuples et aux peuples eux-mêmes.

Le thème prophétique annonce les fléaux et calamités qui seront la juste punition de ces désordres.

Le thème eschatologique prévoit les événements qui doivent précéder, accompagner ou suivre la venue de l’Antéchrist, précurseur de la fin des temps. »

Donc, on peut maintenant affirmer que le thème moral, comme dans le secret de Fatima, est accompli.

Le thème eschatologique précède la venue de l’Antéchrist et l’accompagne.

Nous avons vu dans le calendrier de la fin des temps (voir 29 novembre) que cette phase se termine à la mort et à la résurrection des deux témoins de l’Apocalypse.

C’est la sixième période : le 6ème sceau, 6ème coupe, 6ème trompette.

C’est la déification de l’humain, l’Antéchrist système et ses Antéchrists personnifiés à son apogée poussant les âmes à leurs pertes, le 666.

« Un avant-coureur de l’antéchrist, avec ses troupes de plusieurs nations combattra contre le vrai Christ, le seul Sauveur du monde ; il répandra beaucoup de sang et voudra anéantir le culte de Dieu pour se faire regarder comme un dieu. La terre sera frappée de toutes sortes de plaies (outre la peste et la famine qui seront générales) ; il y aura des guerres jusqu’à la dernière guerre qui sera alors faite par les dix rois de l’antéchrist, lesquels rois auront tous un même dessein et seront les seuls qui gouverneront le monde. Avant que ceci arrive, il y aura une espèce de fausse paix dans le monde ; on ne pensera qu’à se divertir ; les méchants se livreront à toutes sortes de péchés ; mais les enfants de la Sainte Église, les enfants de la foi, mes vrais imitateurs, croîtront dans l’amour de Dieu et dans les vertus qui me sont les plus chères. Heureuses les âmes humbles conduites par l’Esprit-Saint ! Je combattrai avec elles jusqu’à ce qu’elles arrivent à la plénitude de l’âge. »

L’avant-coureur de l’Antéchrist, c’est le communisme.

La fausse période de paix est passée (voir analyses de mars 2022).

La terre est frappée de plaies et a eu ses guerres jusqu’à la dernière qui vient de débuter.

Ensuite, la Sainte Vierge nous décrit la mise en place du mondialisme et de la grande finale avec les 10 rois de l’Apocalypse.

Ce royaume de l’Antéchrist est le résultat du mariage entre la franc-maçonnerie, la judéo-maçonnerie (la fausse vierge hébraïque), et le vieux serpent (la religion catholique conciliaire, Vatican II,  et l’évêque de Rome qui n’est plus Vicaire du Christ).

« Ce sera pendant ce temps que naîtra l’antéchrist, d’une religieuse hébraïque, d’une fausse vierge qui aura communication avec le vieux serpent, le maître de l’impureté ; son père sera Ev. [ce mystérieux Ev est généralement interprété par : évêque]...

Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’antéchrist.

Les démons de l’air avec l’antéchrist feront de grands prodiges sur la terre et dans les airs, et les hommes se pervertiront de plus en plus.

Dieu aura soin de ses fidèles serviteurs et des hommes de bonne volonté. L’Évangile sera prêché partout, tous les peuples, toutes les nations auront connaissance de la vérité !

J’adresse un pressant appel à la terre : j’appelle les vrais disciples du Dieu vivant et régnant dans les cieux ; j’appelle les vrais imitateurs du Christ fait homme, le seul et vrai Sauveur des hommes ; j’appelle mes enfants, mes vrais dévots, ceux qui se sont donnés à moi pour que je les conduise à mon divin Fils, ceux que je porte, pour ainsi dire dans mes bras, ceux qui ont vécu de mon esprit ; enfin j’appelle les Apôtres des derniers temps, les fidèles disciples de Jésus-Christ qui ont vécu dans un mépris du monde et d’eux-mêmes, dans la pauvreté et dans l’humilité, dans le mépris et dans le silence, dans l’oraison et dans la mortification, dans la chasteté et dans l’union avec Dieu, dans la souffrance et inconnus du monde. Il est temps qu’ils sortent et viennent éclairer la terre. Allez, et montrez-vous comme mes enfants chéris ; je suis avec vous et en vous, pourvu que votre foi soit la lumière qui vous éclaire dans ces jours de malheur. Que votre zèle vous rende comme des affamés pour la gloire et l’honneur de Jésus-Christ.

Combattez, enfants de lumière, vous, petit nombre qui y voyez, car voici le temps des temps, la fin des fins. »

L'Évangile est prêché presque partout sur la terre, surtout depuis la venue d'internet.

Nous vivons l’époque des démons de l’air avec les médias d’informations électroniques (surtout le téléphone intelligent) qui s’opposent à la Vérité.

Cet appel de Notre-Dame est très semblable à la fin de la prophétie concernant Benoît XVI appelant la chute des deux Babylone.

L’Église traditionnelle est éclipsée par l’église conciliaire de Vatican II et le temps des deux témoins est venu.

L’Antéchrist n’est pas quelque chose ou quelqu’un qui doit venir.

Il est là, sur terre, présentement.

Faire croire qu’il reste du temps et que nous ne sommes pas à la fin des temps, comme certains l’affirment, ne sont que paroles et illusions de Satan pour perdre plus d’âmes.

À la fin, même l’Antéchrist sera adoré de l’église.

Avec la consécration du 25 mars 2022, Bergoglio est d’autant plus dangereux qu’il n’hésite pas à se couvrir d’une authenticité garantie par le Ciel, c’est l’imposture suprême, qui va lui donner une vraie légitimité…

Une couverture pour le faux pape prophète.

« L’Église sera éclipsée, le monde sera dans la consternation.

Mais voilà Enoch et Elie, remplis de l’Esprit de Dieu : ils prêcheront avec la force de Dieu, et les hommes de bonne volonté croiront en Dieu, et beaucoup d’âmes seront consolées ; ils feront de grands progrès par la vertu du Saint-Esprit, et condamneront les erreurs diaboliques de l’antéchrist. »

Le thème prophétique qui annonce les fléaux et calamités qui seront la juste punition de ces désordres est pour ce qui s’en vient à court terme.

« La nature demande vengeance pour les hommes et elle frémit d’épouvante dans l’attente de ce qui doit arriver à la terre souillée de crimes.

Tremblez, terre, et vous qui faites profession de servir Jésus-Christ et qui, au dedans vous adorez vous-mêmes, tremblez ; car Dieu va vous livrer à son ennemi, parce que les lieux saints sont dans la corruption ; beaucoup de couvents ne sont plus les maisons de Dieu, mais les pâturages d’Asmodée et des siens.

Les saisons seront changées, La terre ne produira que de mauvais fruits. Les astres perdront leurs mouvements réguliers, la lune ne reflétera qu’une faible lumière rougeâtre ; l’eau et le feu donneront au globe de la terre des mouvements convulsifs et d’horribles tremblements de terre, qui feront engloutir des montagnes, des villes (etc.) »

C'est la guerre de la nature énoncée dans les prophéties de Jean XXIII provoquée par le Père pour arrêter cette guerre destructrice.

Ce sont les trois jours de noirceurs, la période entre la fin du secret de Fatima et la conclusion, le miracle du soleil du 13 octobre 1917, soit le 7ème sceau avec ses 7 coupes et ses 7 trompettes, bref ce qui arrivera suite à la résurrection des deux témoins (voir calendrier de la fin des temps du 29 novembre) et à la chute des deux Babylone et la mort de l’Antéchrist.

Considérant le retour du Lys selon la prophétie de Don Bosco avant mai 2026 (voir analyses précédentes), on peut affirmer que le temps qui reste est effectivement très court.

TOUS les grands signes de l’Apocalypse se retrouvent au 7ème sceau.

D’où le fait que plusieurs interprètent que nous ne sommes pas à la fin des temps parce qu’il n’y a pas des signes donnés par le Ciel.

À tort.

Dieu est sur le point de démontrer sa présence à ceux qui le nient.

Les signes seront abondants et tellement forts que si les jours n’étaient abrégés, peu d’élus survivraient.

Alors…

Tout est sur le point d’être révélé (Apocalypse signifie révélation).

L’Apocalypse Mariale est sur le point d’être amorcée, à partir du décès de Benoît XVI… « « éclatera le règne béni de la Très Sainte Vierge.
Écoutez ses paroles.»

La parabole des 10 vierges est plus que jamais d’actualité.

Faisons provision d’huile céleste.

Foi, Espérance, Charité.

25 mars

Deux articles qui résument bien la situation actuelle:

« « LA CONSÉCRATION DE LA RUSSIE PAR LE SAINT-PÈRE… MAIS : QUELLE « CONSÉCRATION » ?

MAIS SURTOUT : QUEL " SAINT PÈRE " !

"Ainsi donc, si quelqu'un vous dit : "Voici, le Christ est ici, voici, il est là",

ne le croyez pas; parce que de faux Christs et de faux prophètes s'élèveront

et ils feront des signes et des présages pour tromper, si cela était possible, même les élus.

Mais tu fais attention ! J'ai tout prédit."

(Evangile de Saint Marc: 13,21-23)

Le communiqué de presse du Bureau de Presse du Vatican est frais et frais : "Vendredi 25 mars, lors de la Célébration de la Pénitence qu'il présidera à 17h00 dans la Basilique Saint-Pierre, le Pape François consacrera au Cœur Immaculé de Marie la Russie et Ukraine ... "

Et pourtant certaines questions se posent spontanément : comment un « évêque de Rome », qui jusqu'à hier (12 décembre 2019) définissait la grande Mère de Dieu comme ayant elle-même : «... voulait être métisse pour nous, elle métisse . .. Elle s'est mélangée pour être Mère de tous, elle s'est mélangée à l'humanité. Pouquoi? Parce qu'il a "mélangé" Dieu . Et c'est là le grand mystère : Marie la Mère Dieu « mixte » … » ose-t-elle se tourner aujourd'hui vers la sublime et la plus pure Immaculée Conception ?

Et comment cet « évêque vêtu de blanc », qui il y a exactement un an (24 mars 2021), a-t-il refusé à l'auguste Reine du Ciel et de la terre d'être sa « co-rédemptrice », puisque : «... Notre-Dame qui, comme Mère à qui Jésus nous a confiés, elle nous enveloppe tous ; mais en tant que Mère, non en tant que déesse, non en tant que co-rédemptrice : en tant que Mère... », contradictoirement demain, aurez-vous recours à votre puissante et divine intercession ?

Et étendons à nouveau un voile de silence pitoyable sur d'autres et multiples agréments, dits de la Sainte Vierge, que "l'évêque venu du bout du monde" a exprimé ces dernières années sans retenue...

Une autre question, cependant, dépasse toutes les autres : comment cette « Consécration » peut-elle être effectivement mise en œuvre, si le Saint-Père est actuellement en exil volontaire au monastère Mater Ecclesiae au Vatican ?

  "Qui est-il?", Dit une célèbre chanson de Renato Zero, très populaire vers la fin des années 70... Certes, qui est vraiment Bergoglio, la recherche bien documentée du journaliste Andrea Cionci , dans le journal Libero , ainsi que sur plusieurs autres sites ( https://www.byoblu.com/2021/12/06/papa-e-antipapa-lin Inquiry -il-card-montezemolo-svela-il-mistero-sullo-stemma-di- benedetto -xvi-part-43/ , etc.).

Sans oublier que nous-mêmes, déjà début 2018, avons consacré un livre entier à cette question : "Es-tu celui-là, ou faut-il en attendre un autre ?" ( https://www.amazon.it/Sei-quello-dobbiamo-aspettarne-altra/dp/1093750979 ).

Et enfin signalons comment dans un de nos articles (daté du 3 juillet 2021), sur ce même blog, nous avons souligné le fait que : « Tandis que Benoît - comme Moïse - montait seul sur la montagne, pour prier, là-bas dans le " plaine ", le plus haut prêtre Aaron conduit le peuple élu à l'apostasie, au moyen du veau d'or ... " ( https://www.marcotosatti.com/2021/07/03/russo-boccacci-i-vaccini -viens-nuovo-vitello -doro-qui-sera-jamais-aaron / ).

En conclusion : ce "pouvoir de tromperie" s'est-il vraiment répandu - métastase presque démoniaque - dans tout le corps ecclésial, au point de pouvoir "tromper beaucoup" ? » (marcotosatti.com)

« Depuis que le Pape François a annoncé qu'il consacrerait la Russie (et l'Ukraine) au Cœur Immaculé de Marie, avec tous les évêques du monde - auxquels il a adressé un appel spécifique en ce sens -, le monde catholique tout entier vit dans l'attente de cet événement historique.

Il y a ceux qui, animés d'un esprit pieux, voient dans le geste pontifical une solution définitive qui mettra fin à la guerre, conduira à la conversion de la Russie et au redressement moral du monde moderne. D'autres, en revanche, animés d'un esprit critique, pointent d'éventuelles omissions et contradictions. En tout cas, il faut noter que l'annonce du pape François - plaçant Fatima au centre des événements contemporains - a touché une fibre profonde dans l'opinion publique mondiale.

L'acte de François est lié à une demande spécifique faite par Notre-Dame à Fatima en 1917.

S'adressant aux petits bergers, Notre-Dame a voulu parler au monde entier, exhortant tous les hommes à la prière, à la pénitence, à l'amendement de la vie. D'une manière particulière, elle s'adressa au Pape et à la Sainte Hiérarchie, leur demandant la consécration de la Russie à son Cœur Immaculé.

Ces demandes, la Mère de Dieu les a faites face à la situation religieuse dans laquelle se trouvait le monde entier au moment des apparitions. Notre-Dame a indiqué cette situation comme extrêmement dangereuse. A un tel point l'impiété et l'impureté avaient pris possession de la terre que pour punir les hommes cet authentique massacre qu'était la Grande Guerre 1914-1918 aurait éclaté.

Cette conflagration prendrait fin rapidement, et les pécheurs auraient le temps de se corriger, selon l'appel fait à Fatima. Si cet appel avait été entendu, l'humanité aurait connu la paix. S'il n'avait pas été écouté, une autre guerre encore plus terrible éclaterait. Et, au cas où le monde serait resté sourd à la voix de sa Reine, une hécatombe suprême, d'origine idéologique et de portée universelle, entraînant de sévères persécutions religieuses, aurait affligé tous les hommes, entraînant de grandes épreuves pour les catholiques :  " La Russie répandra ses erreurs dans le monde entier, favorisant les guerres et les persécutions de l'Église (…) Les bons seront martyrisés. Le Saint-Père devra beaucoup souffrir » .

« Pour empêcher tout cela - continue Notre-Dame -  Je viendrai demander la consécration de la Russie à Mon Cœur Immaculé et la Communion réparatrice des premiers samedis. S'ils acceptent Mes requêtes, la Russie se convertira et ils auront la paix » . Après une période d'extrêmes tribulations et de terribles châtiments  « comme on n'en a jamais vus » (Sainte Jacinthe de Fatima), Notre-Dame promet le triomphe final :  « Enfin, Mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie, qui se convertira, et une période de paix sera accordée au monde » .

Aujourd'hui encore, les experts discutent de la validité ou non des différentes consécrations faites par Pie XII et Jean-Paul II. Notre-Dame avait posé trois conditions : que la consécration soit faite par le Souverain Pontife, qu'elle mentionne la Russie, et qu'elle soit faite en union avec tous les évêques du monde. D'une manière ou d'une autre, toutes les consécrations - 1942, 1952, 1982, 1984 - manquaient d'au moins une des conditions. Après avoir affirmé péremptoirement que la consécration de 1984, faite par Jean-Paul II, n'était pas valable, la voyante Sœur Lucie avait changé d'avis, attestant au contraire sa conformité à ce que Notre-Dame demandait. C'est la position la plus répandue dans l'Église et parmi les fidèles en général.

Nous ne voulons pas entrer dans une question aussi complexe. Cependant, nous signalons qu'à la Cova da Iria, Notre-Dame a indiqué deux conditions, toutes deux indispensables, pour conjurer les châtiments dont elle nous menaçait.

L'une de ces conditions était la consécration. Supposons que cela ait été fait de la manière demandée par la Sainte Vierge. La deuxième condition demeure : la divulgation de la pratique de la communion réparatrice les cinq premiers samedis du mois. Il nous semble clair que cette dévotion ne s'est pas encore répandue dans le monde catholique dans la mesure voulue par la Mère de Dieu.

Et il y a encore une autre condition, implicite dans le message mais aussi indispensable : c'est la victoire du monde sur les mille formes d'impiété et d'impureté qui aujourd'hui, bien plus qu'en 1917, le dominent. Tout indique que cette victoire n'a pas été obtenue, et, au contraire, qu'en la matière on se rapproche de plus en plus du paroxysme. Ainsi, un changement de direction de l'humanité devient de plus en plus improbable. Et, à mesure que nous avançons vers ce paroxysme, il devient plus probable que nous avancions vers la réalisation des châtiments.

A ce stade, il est nécessaire de faire une observation, à savoir que, si les choses n'étaient pas vues de cette manière, le message de Fatima serait absurde. En effet, si Notre-Dame affirmait en 1917 que les péchés du monde avaient atteint un niveau tel qu'ils nécessitaient le châtiment de Dieu, il ne semblerait pas logique que ces péchés aient continué d'augmenter pendant plus d'un demi-siècle, que le monde ait obstinément refusé et jusqu'à la fin de tenir compte de ce qu'il a été dit à Fatima, et que la punition ne vienne pas. Ce serait comme si Ninive n'avait pas fait pénitence et, malgré tout, les menaces du prophète ne s'étaient pas réalisées.

De plus, la même consécration demandée par Notre-Dame n'aurait pas pour effet de supprimer le châtiment si le genre humain devait rester de plus en plus attaché à l'impiété et au péché. En fait, tant que les choses resteront ainsi, la consécration aura quelque chose d'inachevé.

Bref, puisque l'énorme transformation spirituelle exigée de la Cova da Iria n'a pas eu lieu dans le monde, nous avançons de plus en plus vers l'abîme. Et, à mesure que nous avançons, cette transformation devient de plus en plus improbable.

Nous applaudissons l'acte du Pape François et nous y ajoutons  s'il suit les exigences fixées par Notre-Dame à Fatima. Cependant, tant que cet acte ne sera pas suivi d'une véritable croisade spirituelle contre l'immoralité galopante - avortement, homosexualité, LGBT, lubies indécentes, pornographie, genre et j'en passe - la simple consécration de la Russie - pourtant agréable à la Divine Providence - ne supprimera-t-il pas le Châtiment.

Permettez-moi de soulever une autre préoccupation, et non des moindres.

A Fatima, Notre-Dame a souligné, comme l'élément le plus dynamique du processus révolutionnaire qui a conduit l'humanité vers l'abîme, les "erreurs de la Russie", c'est-à-dire le communisme, qui a trouvé son siège et son feu dans l'expansion de l'Union soviétique. Il n'y aura pas de véritable conversion tant que cette idéologie ne sera pas rejetée dans toutes ses manifestations.

Or, précisément dans ce domaine, le pontificat du pape François s'est distingué par sa proximité avec l'extrême gauche : de la proximité avec la dictature cubaine, au soutien aux « mouvements populaires » latino-américains d'origine marxiste, sans oublier les contacts avec le patriarche Kiryll, qui était un fidèle serviteur et propagandiste de la dictature soviétique.

Là aussi, sauf bon sens, il nous semble que tant qu'une véritable croisade spirituelle contre le communisme et ses partisans ne suivra pas le vendredi à Saint-Pierre, la consécration de la Russie seule ne servira pas de panacée à sauver la civilisation d'une catastrophe. » (aldomariavalli.it)

Le 25 mars est le jour le plus important de l’histoire de l’humanité: le jour de l’Incarnation (« et incarnatus est »), c’est à dire le jour où Dieu descend sur terre (« et descendit de caelis ») en prenant la nature humaine (« et homo factus est »).

Rendons grâce à la Sainte Vierge Marie pour son fiat qui a permis au Christ Sauveur de racheter tous les péchés du monde.

24 mars

Fatima et la consécration de la Russie, abbé Puga, Église Saint-Nicolas-du-Chardonnet (vidéo).

Pierre Hillard sur l’Ukraine, sur l’histoire du conflit de 2022, du coup raté de 2004, réussi en 2014 (vidéo).

Des origines du mondialisme à la grande réinitialisation – Entretien avec Pierre Hillard. (lectures francaises.info)

« … Il faut donc un territoire bien délimité pour pouvoir constater l’efficacité de la consécration au Cœur Immaculé de Marie. Le monde est un ensemble trop vaste pour que nous puissions voir sa conversion et donc le triomphe du Cœur Immaculé de Marie. D’autre part, la Russie plus l’Ukraine est un territoire bien défini, tout autant que la Russie seule.

Cependant, la consécration proposée par le Saint-Siège ne concerne pas seulement la Russie et l’Ukraine, car tant dans la lettre d’accompagnement que dans la prière elle-même, il est parlé d’une consécration de nous-mêmes ainsi que de l’Église et de l’humanité, en particulier la Russie et Ukraine. L’ajout de nous-mêmes, de l’Église et de l’humanité signifie que la demande de Notre-Dame n’est pas satisfaite….

Enfin, et c’est là le point le plus grave, il n’est jamais question de communion réparatrice les premiers samedis du mois. Or cette demande est particulièrement importante et ne peut être omise pour les raisons suivantes :

La première raison : Le but principal des apparitions de Fatima est le salut des pécheurs à travers l’établissement dans le monde de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. C’est une volonté de Dieu lui-même que Notre-Dame a confiée aux petits voyants. Le 13 juin 1917, elle leur dit : « Jésus veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. A ceux qui embrassent cette dévotion, je promets le salut. Ces âmes seront chéries par Dieu comme des fleurs placées par moi pour orner son trône. La demande est répétée presque mot pour mot le 13 juillet 1917 : « Pour sauver les âmes, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. Si nous faisons ce que je vais vous dire, beaucoup d’âmes seront sauvées et nous aurons la paix. Dans un acte qui doit nous procurer tant de grâces, il est donc indispensable de respecter l’esprit des apparitions de Fatima et de veiller à ce qu’il participe concrètement à l’établissement de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie.

Deuxième raison : Notre-Dame dit le 13 juillet 1917 : « Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé ET la communion réparatrice des premiers samedis du mois. Si mes demandes sont écoutées, la Russie se convertira et il y aura la paix », et non « ma demande ». Cela signifie que si toutes ses demandes ne sont pas satisfaites, la Russie ne se convertira pas et il n’y aura pas de paix.

La troisième raison : Des deux demandes formulées le 13 juillet, la Sainte Vierge est venue la première pour demander la communion réparatrice des premiers samedis du mois. En fait, elle le demanda le 10 décembre 1925 à Pontevedra, demande répétée le 15 février 1926, trois ans avant de demander la consécration de la Russie. La première demande est forcément plus importante que la seconde…

Afin de répondre plus pleinement aux demandes de Notre-Dame, il est également souhaitable que la prière mentionne les buts de cette consécration, notamment l’obtention des fruits qui s’y rattachent, à savoir : – la conversion de la Russie et de l’Ukraine, c’est-à-dire le retour à la Église catholique, seule bergerie du Pasteur éternel, sous l’autorité du Vicaire du Christ sur terre, –  la paix pour le monde que, par la volonté divine, seule Notre-Dame peut obtenir, –  l’arrêt des fléaux, conséquences des erreurs de la Russie répandu dans le monde entier, – le triomphe du Cœur Immaculé… » (lifesitenews.com)

Reste à savoir si Bergoglio prononcera exactement la prière telle qu’écrite…

Jean-Paul II avait la « Russie » dans son texte en 1984 mais a décidé de ne pas prononcer ce mot lors de la consécration.

23 mars

Voilà.

Le texte est sorti.

Beaucoup d’allusions humanistes.

Bergoglio montre qu’il sauve  l’humanité et la maison commune…

Via Marie.

Et donc, une consécration globale avec petite mention pour la Russie et l’Ukraine.

Le texte au complet via le lien vaticannews.va

« … Mais nous avons perdu le chemin de la paix. Nous avons oublié la leçon des tragédies du siècle passé, le sacrifice de millions de morts des guerres mondiales. Nous avons enfreint les engagements pris en tant que Communauté des Nations et nous sommes en train de trahir les rêves de paix des peuples, et les espérances des jeunes. Nous sommes tombés malades d’avidité, nous nous sommes enfermés dans des intérêts nationalistes, nous nous sommes laissés dessécher par l’indifférence et paralyser par l’égoïsme. Nous avons préféré ignorer Dieu, vivre avec nos faussetés, nourrir l’agressivité, supprimer des vies et accumuler des armes, en oubliant que nous sommes les gardiens de notre prochain et de la maison commune. Nous avons mutilé par la guerre le jardin de la Terre, nous avons blessé par le péché le cœur de notre Père qui nous veut frères et sœurs. Nous sommes devenus indifférents à tous et à tout, sauf à nous-mêmes. Et avec honte nous disons : pardonne-nous, Seigneur !

Mère de Dieu et notre Mère, nous confions et consacrons solennellement à ton Cœur immaculé nous-mêmes, l’Église et l’humanité tout entière, en particulier la Russie et l’Ukraine. Accueille cet acte que nous accomplissons avec confiance et amour, fais que cesse la guerre, assure au monde la paix. Le “oui” qui a jailli de ton Cœur a ouvert les portes de l’histoire au Prince de la paix ; nous espérons que la paix viendra encore par ton Cœur. Nous te consacrons l’avenir de toute la famille humaine, les nécessités et les attentes des peuples, les angoisses et les espérances du monde…. »

Comme anticipé, ce n’est pas une consécration de la Russie pour arrêter les erreurs du communisme, mais une supplication à la va vite pour arrêter la guerre et ramener une paix humaniste.

Reste à savoir si la Sainte Vierge appréciera…

21 mars

LE MYSTÈRE DE LA CONSÉCRATION DE LA RUSSIE

« Le pape va-t-il vraiment consacrer la Russie? »

Diplomatie mondialiste?

Bergoglio a renoncé à son titre de Vicaire du Christ…

Ne l’oublions pas…

Il n’est que le simple évêque de Rome…

Alors, quelle crédibilité a-t-il par rapport à Benoît XVI?

Et, cette consécration du 25 mars 2022 :

Est-ce que le critère « avec tous les évêques » se réalise?

« Consécration de la Russie et de l'Ukraine: le Pape invite les évêques à s'unir à lui

La prière de la consécration au Cœur Immaculé de la Vierge sera prononcée par le Pape le vendredi 25 mars dans la basilique Saint-Pierre. L'acte sera réalisé en communion avec les Églises de tous les continents. » (vaticannews.va)

Alors que la Sainte-Vierge a ordonné à tous les évêques…

Ce n’est pas une invitation.

En fait, la consécration la plus complète de la Russie a été faite par le dernier pape légitime: Pie XII.

Après avoir consacré le monde le 31 octobre 1942 sans mentionner la Russie, Pie XII voyant les erreurs du communisme se répandre à grande vitesse après la 2ème guerre mondiale (en 1939 la Russie était encore la seule nation communiste sur terre, mais lors de la décennie qui suivit, l'Union soviétique prit l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie (1940), la Bulgarie (1944), la Pologne (1945), la Roumanie (1945) et la Hongrie (1946)), fit la consécration de la Russie sur le tard le 7 juillet 1952 dans « Sacro Vergente Anno ».

« ... 9. Consécration des peuples de Russie au Cœur Immaculé de Marie

Nous, donc, pour que les Nôtres et vos prières soient exaucées plus facilement, et pour vous donner une attestation singulière de Notre bienveillance particulière, comme il y a quelques années nous avons consacré le monde entier au Cœur Immaculé de la vierge Mère de Dieu, ainsi maintenant , d'une manière très spéciale, nous consacrons tous les peuples de Russie au même Cœur Immaculé, dans la certitude qu'avec le patronage le plus puissant de la Vierge Marie, les vœux se réaliseront avec joie le plus tôt possible, que Nous, que vous, que toutes les bonnes personnes forment pour une vraie paix, pour une harmonie fraternelle et une liberté due à tous et en premier lieu à l'église; afin que, par la prière que Nous élevons avec vous et avec tous les chrétiens, le royaume salvifique du Christ, qui est « le royaume de vérité et de vie, le royaume de sainteté et de grâce, le royaume de justice, dans toutes les parties de la terre, il triomphe et est solidement établi.

Et avec une invocation suppliante nous prions la même Mère très clémente, afin qu'elle assiste chacun de vous dans les calamités présentes et obtienne pour votre divin Fils cette lumière qui vient du Ciel, et implore pour vos âmes cette vertu et cette force, par lequel, soutenus par la grâce divine, puissiez-vous vaincre victorieusement toute impiété et toute erreur.

Rome, près de Saint-Pierre, le 7 juillet 1952, en la fête des saints Cyrille et Méthode, an XIV de Notre Pontificat. » (vatican.va)

La consécration au monde a été entendue par le Ciel.

« Très vite, sœur Lucie fit savoir que ces victoires étaient le fruit de l’acte du Saint-Père. Le 28 février 1943, elle écrivit à l’évêque de Gurza : « Le Bon Dieu m’a déjà montré son contentement de l’acte bien qu’incomplet selon son désir, réalisé par le Saint-Père et par plusieurs évêques. Il promet, en retour, de mettre fin bientôt à la guerre. La conversion de la Russie n’est pas pour maintenant ».»

De même, le 4 mai 1943, elle écrivit au père Gonçalvès : « Il [Notre-Seigneur] promet la fin de la guerre pour bientôt, eu égard à l’acte qu’a daigné faire Sa Sainteté. Mais comme il fut incomplet, la conversion de la Russie sera pour plus tard ».

On peut donc affirmer que la consécration de 1952 est valide, quoique imparfaite.

Ainsi donc, les consécrations subséquentes n’avaient pas lieu d'être.

En 2022, c'est la fin des temps et les erreurs de la Russie se sont répandues.

C'est du passé.

La Sainte Vierge a demandé la consécration comme une pénitence universelle, un changement de cap dans les mœurs, et non pour se sauver d'une guerre à la va vite parce que le temps presse, et non pour retourner au monde dépravé d'avant.

C'est pourquoi nous avons bien hâte de voir le texte qui, on peut hautement l’anticiper, sera comme tout ce que Bergoglio a prononcé depuis son élection, une consécration au caractère humaniste demandant la paix universelle sur terre, et non une demande de pénitence, de conversion à la vraie Foi catholique.

La consécration de Pie XII a été imparfaite certes, mais un certain temps de paix a quand même été accordé, et non pas la paix universelle, prouvant que Notre-Dame avait entendu cette prière.

Or, c'est intéressant, cette consécration aura 70 ans le 7 juillet prochain.

Rappelons que le 16 juillet est la fête de Notre-Dame du Carmel, une des trois figures qu’a pris la Vierge Marie à Fatima.

C’est aussi la date du Motu Proprio « Traditionis Custodes » qui brime la Tradition.

C’est une déclaration de guerre spirituelle.

Et, 70 est divisible par 3,5 (voir analyses précédentes sur l’importance du « un temps, deux temps et un demi temps de l’Apocalypse) ce qui donne 20 ans.

- Un temps: 20 ans nous amènent en 1972, plus précisément le 29 juin: « La fumée de Satan est entrée dans le peuple de Dieu » (Paul VI).

- Deux temps plus tard, soit 40 ans, nous amènent en 2012 pour le fameux 31 décembre, la fin du monde des Mayas, grande mascarade annonçant la fin de « ce monde », pour faire place à la grande réinitialisation de 2020 (rappeler vous les olympiques de Londres truffés de signe maçonniques lors des cérémonies, dont le stade; voir Pierre Hillard ici  : Phoenix qui renaît de ses cendres, coronavirus à venir, etc...)

- Et un demi-temps, 10 années de plus, nous amène en 2022...

Or, si on prend la fin de la deuxième guerre mondiale en 1945 accordée par la consécration du monde par Pie XII, nous avons un chiffre très significatif aussi: 77 ans de paix, un certain temps de paix...

77 est un des chiffres qui symbolisent la dernière limite du diable selon Mgr Gaume.

Sachez aussi que Sœur Lucie ne dévoile l’existence des « secrets » et le contenu des deux premiers secrets que dans ses mémoires, publiées pour la première fois en portugais en 1942.

Seul Pie XI a eu connaissance de ceux-ci, vers 1930, après l’apparition à Sœur Lucie de NSJC à Tuy en 1929, lui affirmant que c’était le moment de dévoiler à ce dernier ses instructions.

Donc le grand public n’a pas pu faire le lien entre Russie, communisme et secrets de Fatima avant 1942, c’est à dire bien après les méfaits du communisme.

Donc, déjà en 1930, le  mal communiste depuis la révolution de 1917 avait beaucoup avancé.

Le pire est venu après, à savoir l’extension mondiale du communisme, soit par la terreur dans les pays de l’Est, soit par le socialisme occidental
dont nous sommes témoins aujourd’hui (tout ce qui est en «isme», contre nature).

Justement, il fallait que l’on comprenne, en l’ayant vécu, ce qu’était vraiment le communisme, pour avoir la volonté de le combattre, y compris dans sa version socialiste.

La confirmation de NSJC  Soeur Lucie en 1931 lui révèle que le triomphe de son Cœur Immaculé se fera avec du retard: « ... Comme le roi de France, ils s’en repentiront, et ils le feront, mais ce sera tard. La Russie aura déjà répandu ses erreurs dans le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Église. Le Saint-Père aura beaucoup à souffrir. »

Lire ici : Benoît XVI.

(Notre-Seigneur faisait ici une référence explicite aux demandes du Sacré-Cœur données par Sainte Marguerite Marie Alacoque le 17 juin 1689 au Roi de France. Suite au refus du roi Louis XIV – ainsi qu'à celui de son fils et de son petit-fils, le roi Louis XV et le roi Louis XVI – de consacrer publiquement la France au Sacré-Cœur de Jésus, comme le Ciel l'avait demandé par Saint français reconnu de l'époque, la Contre-Église protestante et maçonnique a mené à bien le grand bouleversement de la Révolution française de 1789.)

« A la fin, mon  Immaculé triomphera… » affirme la Sainte Vierge.

C’est bien ce qu’affirme les prophéties de l’Église de Jean XXIII.

17 mars

Le 25 mars de l’an 0, pour la première et la seule fois de l’histoire, Dieu s’est fait homme.

La Sainte Vierge Marie a accueilli par son fiat le germe qui nous sauve du péché et de l’enfer, le Christ Jésus.

En cette journée si importante qu’est l’Annonciation, où tout a débuté, l’Antéchrist tentera de se substituer en 2022 au Dieu vrai en se présentant comme le sauveur du monde moderne.

C’est un simulacre volontaire luciférien destiné à profaner ce jour saint. C’est un sacrilège.

C’est un « Acte sans valeur (donnant les apparences de répondre positivement aux demandes mariales de 1917) car fait par un homme ("le pape" François) adepte de la Révolution depuis Vatican II. L'ennemi est sublimement vicieux… » (Pierre Hillard)

Ayons l’esprit aiguisé.

Rappelons les conditions de Notre-Dame :

- consécration en union avec tous les évêques catholiques
- consécration de la Russie et non du monde
- communion réparatrice des premiers samedis

Telle était la demande du 13 juillet 1917 et du 13 juin 1929.

Présentement, quelques évêques paniquent et de leur plein gré se joignent à la consécration parce que Bergoglio ne les a pas encore appelé.

TOUS.

De plus, l’unité au sein des évêques n’existe pas.

Il n’y a qu’à regarder les fruits du synode allemand qui s’achèvent pour voir que la crédibilité de certains est douteuse.

Ce n’est sûrement pas le Saint-Esprit qui parle via ces voix allemandes, qui se rapprochent beaucoup plus du plan de Satan que de la Tradition des pères de l’Église.

De plus, le choix des mots sera d'une extrême importance en ce 25 mars 2022:

Que vaut une consécration sans une demande universelle, sans ambiguïté, de conversion totale à la vraie religion catholique, celle instaurée par le Christ à partir de Pierre, le roc solide de l’Église.

Sans pénitence, sans reconnaissance des péchés humanistes qui sont causes de cet instrument par lequel Dieu nous porte à réfléchir, la guerre, quel intérêt y-a-t-il à consacrer la Russie?

Si c’est pour accomplir la paix mondiale universelle sur les bases humanistes des valeurs  judéo-maçonniques, ou pour retourner au « monde d’avant », alors c’est un coup d’épée dans l’eau.

La pénitence est OBLIGATOIRE :

« (…) Mais à Fatima, la Vierge avait clairement demandé, en même temps que la consécration, la communion de réparation les cinq premiers samedis et la pénitence. En particulier, dans le troisième secret, nous voyons l’ange appeler à trois reprises le monde à la pénitence. Cela signifie tout d’abord reconnaître que la guerre et les calamités sont des moyens que Dieu permet pour châtier le monde, et leur force est le péché des hommes. La Vierge utilise précisément le terme « châtiment », même s’il nous déplaît. La véritable cause du mal qui nous afflige, ce sont nos péchés, notre désobéissance continuelle à Dieu, foulant aux pieds ses commandements, notre manque total de respect et de dévotion envers Lui, le Bien suprême.

Ainsi, tandis que nous espérons la paix, nous devons aussi faire très attention à ne pas considérer la consécration à la Vierge comme un acte magique, par lequel nous obtenons ce qui nous arrange. Ce serait défier Dieu que de demander la paix et la prospérité, sans vouloir mettre fin au péché, sans vouloir abandonner un mode de vie, en privé et en public, qui offense Dieu. La pénitence est absolument nécessaire, tout comme la réparation. » (benoit-et-moi.fr)

Cette journée importante sera peut être une indication précieuse quant au calendrier de la fin des temps.

La Sainte Vierge pourrait prendre Bergoglio à son propre jeu.

Ayons en tête : « Alors le saint aux pieds nus descendra du mont et, devant la tombe du va-nu-pieds, éclatera le règne béni de la Très Sainte Vierge. Écoutez ses paroles. » (prophétie concernant Benoît XVI)

Car cette si cette consécration a lieu sur le parvis de la basilique Saint-Pierre, elle le sera donc devant le tombeau de Jean-Paul II (le va-nu-pieds) qui repose dans la chapelle de Saint-Sébastien.

Si le saint aux pieds nus est bien Benoît XVI, son décès pourrait avoir lieu d’ici le 25 mars.

Et la prophétie spécifie bien : « Écoutez ses paroles »…

Ces paroles que tous entendront contrairement aux apparitions de 1917, sonnent le début de la chute de Babylone.

Le temps presse.

L’heure de révéler le vrai 3ème secret de Fatima est arrivée.

15 mars

Et bien, il va le faire…

« Le Pape consacrera la Russie et l'Ukraine au Cœur Immaculé de Marie

La consécration aura lieu le vendredi 25 mars pendant la célébration de la pénitence que le Pape François présidera à 17 heures dans la basilique Saint-Pierre… » (vaticannews.va)

38 ans jour pour jour après celle de Jean-Paul II en 1984.

Bon.

1984 a été imparfaite parce que Jean-Paul II n’a pas spécifié la Russie.

« Il s’est abstenu de mentionner explicitement la Russie parce que les diplomates du Vatican avaient insisté pour qu’il ne mentionne pas ce pays, sinon des conflits politiques pourraient survenir […]. Peu de temps après, il m’a invité à déjeuner. Dans notre cercle restreint, il a évoqué le désir qu’il ressentait en lui de mentionner la Russie lors de cette consécration plutôt que de céder à ses conseillers. Puis il nous a dit, le visage rayonnant, que ce qu’il avait renoncé à faire par lui-même avait néanmoins été accompli. Par l’intermédiaire de ses amis, il avait appris quelque chose d’important et de réconfortant pour lui : que certains évêques orthodoxes russes avaient utilisé leur propre consécration du monde à la Mère de Dieu comme une occasion de consacrer la Russie d’une manière très spéciale à Marie.

Une fois de plus, cependant, la demande de Marie n’avait pas été accordée : la Vierge avait demandé la consécration par le pape en communion avec tous les évêques catholiques du monde, et non par les évêques orthodoxes. » (benoit-et-moi.fr)

Dans le lien ci-dessus vous avez les explications du père Amorth à propos du mensonge de la supposée lettre de sœur Lucie écrite au cardinal Bertone confirmant la consécration de 1984.

Donc, Bergoglio consacrera la Russie au Cœur Immaculé de Marie.

Remarquez qu’il le fera seul.

Non en communion avec tous les évêques catholiques du monde.

Du moins, c’est ce que nous savons pour l’instant.

C’est une exigence formulée par Notre-Dame à Fatima,.

Posons nous la question?

Si Bertone n’a pas menti, si la consécration de Jean-Paul II est valide comme on l’affirme depuis des années au Vatican, alors…

Pourquoi en faire une autre?

Soit celle de 1984 est valide et on confirme que cela suffit, ou, on  nous confirme par cette nouvelle consécration qu’on nous a menti depuis 1984.

La raison?

La bête imitera le Christ jusqu’au bout, elle le singera, ce qui est normal puisqu’elle trône à sa place dans le Temple de Dieu.

L’Antéchrist se présente comme le sauveur du monde.

Est-ce qu’une consécration par celui qui ne s’agenouille pas devant le Saint-Sacrement et qui a ridiculisé la Sainte Vierge Marie depuis des années est valide?

Cela ressemble beaucoup plus à une illusion de l’Antéchrist.

14 mars

« Que se cache-t-il derrière ce conflit? »

Enfin, une publication (Marianne) qui met le doigt sur la vraie raison de cette guerre.

Charles Sannat fait le point sur le « partage du gâteau » dans cette dernière phase pour le nouvel ordre mondial, la grande réinitialisation. (insolentiae.com)

FATIMA, LA VIERGE MARIE, ET JEAN XXIII

Le décès de Benoît XVI permettra d’enclencher la dernière phase de cette guerre interne dans l’église contre la Tradition, dont l’issue sera la mort des « deux témoins » spécifiée dans l’Apocalypse.

Donc, un coup de grâce sera donné par Bergoglio en voyant que le dernier obstacle non progressiste est éliminé.

Parions que le synode en cours y jouera pour beaucoup, quoiqu’il nous a montré qu’il gouverne par Motu Proprio, par décrets.

À l’image de plusieurs gouvernants sur cette planète, Bergoglio se comporte comme un dictateur.

Il maintient son image via le processus des synodes, mais il ne prends jamais en compte l’avis de ses pairs. Les rapports sont déjà écris et les décisions prises à l’avance.

La guerre risque d’accélérer ses plans.

Remarquez qu’au déclenchement de cette guerre, il n’a pas encore demandé de processions avec le Saint-Sacrement, il n’a pas demandé au monde de se convertir à la Vraie Foi, qu’il n’a pas offert au monde la Seule Voie possible pour sauver le monde : un retour vers le Christ.

Non.

Ses seules paroles sont encore une fois basées sur le nouvelle religion humaniste.

La paix est une question de bon vouloir humanitaire : « … ceux qui soutiennent la violence en la justifiant par des motifs religieux, «profanent le nom» de Dieu qui est «le seul Dieu de la paix»

Le Pape est une voix qui crie dans le désert...» (vaticannews.va)

Évidement puisqu’il ne se base que sur des moyens humanistes.

Alors que le monde est en péril.

Conséquemment face à un tel danger reconnu, ceux qui ont la connaissance s’interrogent sur la validité de la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie tel que demandée à Fatima.

« La conversion de la Russie et la pertinence du Message de Fatima

La guerre en Ukraine a catapulté le Message de Fatima au centre des discussions.

Les références mystérieuses de la Mère de Dieu de 1917 à la Russie et ses erreurs sont à l'origine du budget de la mort et de la destruction en Ukraine : « Si mes demandes sont entendues, la Russie se convertira et il y aura la paix ; sinon, il répandra ses erreurs dans le monde entier, favorisant les guerres et les persécutions de l'Église ; les bons seront martyrisés, le Saint-Père devra beaucoup souffrir, diverses nations seront anéanties ».

Notre-Dame a également parlé de la conversion finale de la Russie après la consécration de la nation à son Cœur Immaculé. Beaucoup ont affirmé à juste titre que les erreurs de la Russie étaient celles du communisme. La Russie les a en fait répandus dans le monde entier à partir de 1917.

Une reconversion controversée

Depuis l'effondrement de l'Union soviétique en 1991, cependant, une opinion erronée a commencé à circuler parmi les catholiques occidentaux, selon laquelle il s'agissait de la conversion de la Russie prévue par Notre-Dame. Le récit de la conversion s'est renforcé sous Vladimir Poutine.

Le récit de la conversion fait référence à la chute du communisme et aux tentatives ultérieures de rétablir un semblant d'ordre dans le pays ravagé par sept décennies de régime athée. Certains voient la montée de la profession religieuse (mais pas de la pratique) après la guerre froide comme une sorte de conversion continue.

Certains catholiques n'intègrent que trop rapidement ces développements dans le message de Fatima. Aussi petit soit-il, un geste est immédiatement interprété comme faisant partie d'un processus de conversion. De plus, ils sont heureux de voir l'orthodoxie russe, et non l'Église catholique, comme l'instrument de Dieu dans cette conversion. Comme si cela ne faisait aucune différence.

Tous ces points font l'objet de discussions parmi ceux qui, en Occident, soutiennent ce qu'on pourrait appeler le récit de la conversion de la Russie à la lumière de Fatima. La discussion comprend souvent un contre-récit, qui affirme que les nations occidentales décadentes et moralement corrompues doivent également se convertir, peut-être plus que la Russie.



Une conversion indésirable

Cependant, le fait qui va le plus à l'encontre du récit de la conversion est que la plupart des Russes s'identifient à l'Église orthodoxe russe, et non à l'Église catholique romaine. Par conséquent, ils rejettent le récit de Fatima car il est catholique. L'histoire de la conversion russe tombe sur le fait que les Russes ne veulent pas être convertis de Fatima.

Cela ne veut pas dire que les Russes ne souhaitaient pas se libérer du joug soviétique. Cela signifie simplement que les Russes ne voient pas cette libération venir de Notre-Dame de Fatima. Malheureusement, ils n'encadrent pas les changements qui se produisent en Russie dans le cadre d'un triomphe universel du Cœur Immaculé de Marie.

Le récit de la conversion de la Russie rencontre d'autres difficultés. Les hiérarques orthodoxes russes ont tendance à voir les apparitions de Fatima comme un canular catholique visant à envahir ce qu'ils prétendent être un "territoire canonique" et une zone d'influence exclusivement orthodoxes. Vu à la lumière du Grand Schisme de 1054, lorsque l'Église d'Orient a quitté Rome, le message de Fatima est rejeté. Les orthodoxes ont longtemps persécuté les catholiques en Russie et inhibé la pratique de la vraie foi.

Au lieu d'embrasser le Message de Fatima comme une aide divine pour encourager les Russes en cette période de grand besoin spirituel, l'Église orthodoxe russe le regarde avec ressentiment. Il soutient que la Russie n'a pas besoin de conversion, puisqu'elle est chrétienne depuis plus de mille ans. Il n'y a pas besoin de consécration car le peuple russe a déjà reconnu Notre-Dame comme la Mère de Dieu, la Theotokos.

En bref, l'Église orthodoxe russe s'exclut du Message de Fatima parce que ses hiérarques ne croient pas qu'il vient du ciel.

Ainsi le plus grand soutien est rejeté

Il y a donc un grand et sombre silence autour de Fatima dans les vastes étendues de la Russie. L'Église russe et les responsables civils ne font pas appel à cet allié surnaturel le plus puissant qui leur a promis la libération des maux modernes. En conséquence, la Russie ne s'est pas convertie et languit dans la corruption morale et le péché qui dominent le monde.

Même l'Occident ne s'est pas converti, bien sûr. Il n'a même pas écouté le Message de Fatima alors qu'il pouvait en tirer tant d'avantages. Si le Message de Fatima n'avait pas été rejeté, l'appel universel de Notre-Dame à la prière, à la pénitence et à l'amendement de la vie aurait produit de telles merveilles qui auraient transformé le monde.

Un récit qui n'est pas fini

Le Message de Fatima est toujours d'actualité aujourd'hui. Cependant, pour que cela ait un sens, une position vraiment équilibrée doit être prise, en supposant que l'Est et l'Ouest n'ont pas écouté le Message de Fatima. Le monde entier a besoin de conversion car l'erreur domine encore partout. L'Orient et l'Occident ont adopté une position différente de celle demandée par la Mère de Dieu à Fatima et, par conséquent, embrassent un monde pécheur et moderne. Puisque le message de Notre-Dame n'a pas été entendu, l'Orient et l'Occident se dirigent vers un châtiment sans précédent dans l'histoire du monde.

Ce n'est pas le moment de se pointer du doigt, mais de se frapper la poitrine en signe de repentir. Aujourd'hui plus que jamais, le monde a besoin de Fatima. Il a besoin de repentance. Son seul espoir de survie est la Madone. » (aldomariavalli.it)

« Son seul espoir de survie… »

Notez que cette vision de la possibilité d’une sorte de résurrection de l’Église et de la chrétienté est partagée par bon nombre de théologiens qui face à l’évidence, refusent d’admettre que nous avons atteint le point de non retour.

C’est la fin des temps.

Or, les textes majeurs dans les évangiles et l’Apocalypse nous préviennent d’avance qu’à la fin tout disparaît afin que le Christ revienne sur une terre purifiée.

Pour le dernier Jugement.

C’est ce qu’on nomme la Jérusalem Céleste, soit de nouveaux cieux et une nouvelle terre, tous les deux occupés seulement par les justes.

La résurrection de l’Église, c’est le monde d’après.

Ce n’est pas dans ce monde comme ils sont nombreux à l’envisager.

Car présentement, il y a guerre dans l’Église et elle intensifiera (« Il y aura la guerre dans la Mère, et les troupeaux se disperseront.» (prophétie de l’Église #11, le 7ème sceau))

Le patriarche Kirill de l’église orthodoxe russe s’est collé au président russe pour justifier la guerre dans un sermon très critiqué (egaliteetreconciliation.fr) car une lutte contre le péché ne justifie pas la guerre!

Cette position a généré des fruits de discorde où plusieurs églises orthodoxes se séparent immédiatement du patriarcat de Moscou. (exemples ici et ici).


L'Église catholique est l'instrument de conversion de Dieu.

Lire ici la Tradition.

Qui aura beaucoup à faire lorsque tout s'écroulera.

C'est la résurrection des témoins.

Vous tous qui gardez la Foi auront quelques jours pour convertir les tièdes qui retourneront au Christ.

L’église orthodoxe dans son orgueil ne retournera pas dans son berceau catholique.

L’espoir humaniste d’une église réunie demeure dans l’œcuménisme bergoglien, et encore pire, pour une fraternité universelle avec les dieux des autres.

Ce n’est pas ce qu’a voulu le Christ en instaurant son Église sur le socle de Pierre.

D’où le conflit interne de Bergoglio comme nous l’avons vu avec l’interview de don Nicolas Bux (analyse précédente).

La consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie était LA CONDITION pour éviter les erreurs du communisme.

Maintenant il est trop tard.

Cette même Russie, dans son orgueil comme se disant seule porteuse du message du Christ, justifie cette guerre contre les erreurs occidentales qu’elle a elle même répandues.

L’Occident dépravé, c’est justement la conséquence du socialisme et de ses fruits immoraux en vertu de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.

« La Russie et le message de Fatima (suite): le point

... père Amorth ...
« Je n’ai aucun doute sur le fait que la consécration n’a pas été réalisée dans les termes requis par la Vierge Marie. Mais nous ne devons pas perdre de vue ce qu’Elle-même a voulu nous dire par l’intermédiaire de Sœur Lucie:  « A la fin, mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie et un temps de paix sera accordé au monde ». » (benoit-et-moi.fr)

Ce temps de paix est chose du passé.

Après la consécration imparfaite de Jean-Paul II en 1984, il y a bien eu 25 années de temps de paix entre l’invasion de la Crimée par la Russie en 2014 et la chute du mur de Berlin en 1989 qui a conduit à la chute de l’URSS en 1991.

Nous attendons maintenant le triomphe du Cœur Immaculé de Marie.

Les signes en ce sens abondent dans les prophéties concernant l’Église de Jean XXIII.

« ... éclatera le règne béni de la Très Sainte Vierge.Marie Très Sainte, fille et mère de Dieu, maîtresse du temps futur, bats le rappel de tes fils dans les campagnes, pour qu'ils abattent les deux Babylone. Et que la Mère soit Une, comme toi tu es unique. La terre détruira le ciment et de terre sera, Reine, ta nouvelle Église. Et sur la terre de blé, pour la faim de tes peuples, fleur sur son nouvel autel. Amen. » (prophétie concernant Benoît XVI).

Marie est Reine du Monde et sera reconnue comme telle.

« L'Europe a soif, elle aura du sang dans les rues.
Mais aussi de grandes processions et la Vierge Heureuse descendra sur terre. Vous ne la verrez pas dans la grotte, mais dans un cœur qui revivra. Depuis les ténèbres, elle apportera la parole que tous comprendront. C'est le temps des lettres. » (prophétie politique Grand Éclair à l’Orient).

Donc, consécration ou non, aussi imparfaite soit-elle, les questionnements quant à cette consécration qui aurait évité ce à quoi nous assistons, sont révolus.

Et ce n’est pas Bergoglio qui la fera cette consécration.

Et selon Jean XXIII, il n’y aura plus de père (de pape).

Le processus final est donc bien engagé.

La chute de Babylone viendra après la mort des deux témoins.

Ensuite viendra le Jugement.

11 mars 2022

« Deux frères et personne ne sera le vrai Père. La Mère sera veuve.
Les frères d'Orient et d'Occident se tueront et dans l'assaut tueront leurs enfants. »

« Occident et orient: Notons par ailleurs que les noms occident (ouest) et orient (est) s'écrivent avec une minuscule initiale lorsqu'ils font référence aux directions, aux points cardinaux, mais qu'ils commencent par une majuscule quand ils désignent une partie du monde, un ensemble de pays et leurs nations. »

La prophétie concernant Benoît XVI (ci-dessus) étant en même temps que la prophétie « Grand Éclair à l’Orient », pouvons nous toujours affirmer qu’Orient et Occident désignent ici les deux factions islamiques comme anticipées depuis des années?

Ou alors…

Se pourrait-il que ces deux termes de la prophétie de Jean XXIII désignent l’Ukraine et la Russie, frères parce que de mêmes origines : Rus (Kiev).

Est-ce que la prophétie du « Grand Éclair à l’Orient, » pointe donc la Russie contrairement à ce que Pier Carpi affirme dans le livre?

Évidement, si c’est le cas, il n’est pas difficile de voir que la « terre frisera le massacre ».

Mais puisque qu’Occident et Orient sont utilisés ici dans une prophétie concernant l’Église, il se peut que cela indique au niveau spirituel la lutte acharnée entre le Vatican et le monde catholique dépravé par les valeurs occidentales, contre les valeurs chrétiennes de l’église orthodoxe russe intégrées dans le statut d’État qu’est la Russie…

Une guerre des âmes, qui tue des âmes, qui tue même les enfants qui n’ont pas accès au message du Sauveur étant donné l’apostasie générale de leurs parents…

Car c’est la fin des temps.

Et le délai qui reste est court pour rallier ces âmes qui n’ont jamais entendu parler du Christ ou qui le renient tout simplement.

« Entre l’Ukraine et la Russie, il y a aussi une guerre de religion….

(La Verità, 7 mars 2022) Il y a les bombes, qui déchirent les villes et brisent des vies. Il y a les tables de négociation, qui éloignent les parties au lieu de les rapprocher, rendant plus concrète la perspective que le « pire » est encore à venir. Et puis il y a l’autre guerre, la guerre de religion, qui déchire les églises de Russie et d’Ukraine. « Ce conflit embarrasse aussi beaucoup le Vatican », déclare à La Vérità don Nicola Bux, théologien et expert des églises et liturgies orientales. « S’il bouge en faveur de Moscou, il s’expose aux accusations de l’Occident ; s’il bouge contre, il risque de compromettre la parade programmée avec le patriarche russe Kirill ».

- Don Bux, le monde arabe est divisé par un conflit religieux qui dure depuis des siècles. Vous attendiez-vous aussi à une nouvelle guerre, entre chrétiens, menée sur le continent européen ?

Je me souviens de l’interview que l’idéologue russe Alexandre Douguine a accordée au quotidien Il Foglio il y a quelques années : « De patrie du logos, l’Europe est devenue une caricature d’elle-même, toute tournée vers le genre et les idéologies libérales ». Face à la trahison des racines chrétiennes, je pense que Vladimir Poutine s’est senti investi d’une mission, une sorte de retour au passé. Avec le soutien de l’Église orthodoxe de Moscou.

- Outre la présence de missiles de l’OTAN à la frontière, y a-t-il autre chose, à votre avis ?

Avant les missiles, il y a une question culturelle : la Russie a retrouvé les racines chrétiennes que l’Europe a perdues.

- Qu’est-ce que la guerre a à voir avec tout cela ?

La guerre est aussi le résultat de tout cela : le conflit repose sur la vision, absurde pour nous, que pour freiner la dérive anthropologique de l’Europe, on peut même recourir aux armes.
Pour nous, c’est absurde.
Le problème est que l’Occident, en particulier les États-Unis, a fait la même chose : nous avons vu ce que l’idée d’exporter la démocratie dans les régimes du Moyen-Orient a entraîné.

- Ne pensez-vous pas que nous sommes confrontés à deux conceptions diamétralement opposées de la démocratie ?

Poutine a une idée corrompue de la démocratie : au vu des fruits produits par un immigrationnisme insensé et des théories du genre avancées par l’Occident, pour lui, cette démocratie a échoué.
A cela s’ajoutent les intérêts de l’Église orthodoxe russe: le schisme entre le patriarcat de Moscou et celui de Kiev a été un coup dur pour le patriarche Kirill. La reconnaissance de l’Église ukrainienne indépendante par le patriarcat de Constantinople a affaibli sa position. Joue-t-il un jeu parallèle ?
C’est ici qu’intervient la fameuse » symphonie « , qui pour nous était l’alliance entre le Trône et l’Autel.

- C’est-à-dire ?

Pour les orthodoxes, il doit y avoir une symphonie entre l’Église et l’État. Ils doivent marcher en harmonie s’ils veulent parvenir au salut de l’humanité. Si l’on connaît la « symphonie », on peut comprendre comment Moscou veut protéger la partie de la nation russe présente en Ukraine avec sa propre Église, même si cela contraste avec la vision de la culture et de la politique de l’Église orthodoxe ukrainienne, sur laquelle Bartholomée de Constantinople a étendu son manteau, du moins en ce qui concerne la politique ecclésiastique.

C’est Bartholomée lui-même qui a reconnu l’indépendance de l’Église ukrainienne, est c’est pour cela qu’il s’est retrouvé dans le collimateur de Moscou.

Il est soutenu par les Américains. Le patriarcat de Constantinople à Istanbul est là, toléré par les Turcs, parce que l’Amérique est derrière lui. Le Vatican, avec le nonce apostolique à Ankara, protège également le patriarcat, sinon il l’aurait déjà jeté par-dessus bord : les Turcs et les Grecs sont comme chiens et chats ».

- Après les 236 prêtres et diacres de l’Eglise orthodoxe russe, le chef de l’Eglise ukrainienne soumise au Patriarcat de Moscou a également demandé à Poutine de mettre fin à la guerre. Le seul qui n’a pas exprimé de mots clairs de condamnation est Kirill lui-même : y a-t-il de l’embarras dans l’Église de Moscou ?

Je ne suis pas convaincu, je ne pense pas qu’il y ait d’embarras dans le Patriarcat de Moscou. Même les Russes qui sont opposés à la guerre contre Kiev, qui est le berceau de la chrétienté slave, ne sont en grande partie pas favorables aux « droits » proposés par l’Union européenne, qui sont partagés par la partie europhile de l’Ukraine.

- En Russie, ceux qui manifestent pour la paix finissent en prison, y compris les enfants et les personnes âgées. Comment le patriarche peut-il rester indifférent à tout cela ?

Le cadre de référence est différent du nôtre : les Russes ont l’idée de la nation, à laquelle tout doit être soumis. Après tout, lors du massacre des Romanov, les bolcheviks n’ont pas hésité à tuer les enfants de Nicolas II. Kirill vient du monde du KGB : le patriarche ne parle pas parce que le bras séculier de la Russie le couvre et le bénit.

- Quel rôle le Saint-Siège pourrait-il jouer dans cette guerre ?

Aplati comme il l’est sur la vision démocratique américaine et sur la vision latino-américaine mouvementiste populaire, je crains que le Saint-Siège n’ait pas de rôle, du moins pas de rôle majeur.

- La perspective que le pape François agisse comme médiateur dans cette crise ne vous convainc pas ?

J’ai du mal à l’imaginer dans un rôle de médiateur : lui qui n’a jamais caché ses tendances progressistes ? Le pape tente par tous les moyens de transférer à l’Église catholique l’idée orthodoxe de la synodalité, ce qui est dangereux et voué à l’échec. Il s’est aplati sur les positions du patriarche de Constantinople et sur ses batailles « vertes », et je crois que c’est embarrassant aussi pour Moscou : comment pourraient-ils l’accepter après avoir écouté les propositions qu’il a faites ces dernières années ?

- Lesquelles?

Sans aucun doute, le soutien à l’immigrationnisme indiscriminé, principalement d’origine musulmane. Pour les Russes, l’Islam est un peuple à évangéliser et ils ne peuvent tolérer que l’Europe chrétienne se laisse envahir de manière passive. Je me souviens de la lectio magistralis du métropolite Hilarion Alfeev, haut représentant du Patriarcat de Moscou, qui depuis la Faculté de théologie de Bari, a lancé une attaque sévère contre le christianisme européen asservi à un agenda qui brade le continent et dénature l’anthropologie.

- Que pensez-vous de la visite du pape François à l’ambassade de Russie auprès du Saint-Siège ? La version « de passage par hasard » du Saint-Père a suscité un certain mécontentement dans la diplomatie vaticane.

Je voudrais citer les mots utilisés par un cardinal pour le commenter : « On fait tout ce qu’on peut pour être admiré par les hommes ».

- Que veut-il dire ?

François se lance dans ces actes spectaculaires parce qu’il veut être remarqué, qu’on le voie sortir du moule. Il ne se rend pas compte qu’il est en train de démolir le caractère sacré de la figure du pape.

Par ailleurs, certaines personnes n’ont pas apprécié sa présence dans un talk-show il y a quelque temps.

Pour le courant du monde catholique qui déteste le sacré, tout cela n’est pas un problème. Ceux qui considèrent le pape comme le vicaire du Christ et non comme un fonctionnaire, au contraire, ne l’acceptent pas. Le successeur de Pierre ne va pas chez Fabio Fazio. Paul VI a dit : « Montini n’est plus, il n’y a que Paul VI ». Aujourd’hui, cette phrase doit être lue à l’envers : le pape est Bergoglio, pas François. Il veut que la personne émerge, et non la fonction dont elle a été investie.

Selon le chef de l’Église ukrainienne gréco-catholique, Sviatoslav Shevchuk, si François s’était rendu en Ukraine, la guerre aurait pris fin avant même de commencer.

Je ne pense pas que François écoute les catholiques grecs. Il n’a jamais aimé les uniates, il a toujours préféré les orthodoxes aux catholiques comme lui. Contrairement à saint Jean-Paul II, qui connaissait bien la dynamique interne du monde slave, il a une vision progressiste, imprégnée de la conviction que les gréco-catholiques doivent être tenus à distance parce qu’ils empêchent l’œcuménisme avec les orthodoxes.

Alors que les tapis rouges sont déroulés pour les orthodoxes au Vatican, les catholiques grecs doivent passer par la porte de derrière, comme s’ils étaient des croyants de seconde zone. Un document commandé par le cardinal Silvestrini , en 1998, répudie comme méthode d’unité du passé l’union d’une Église orthodoxe avec Rome. Soit les 14 églises orthodoxes le font, soit aucune ne peut le faire seule : en bref, une utopie.

Tandis que les églises orthodoxes s’excommunient entre elles, l’œcuménisme catholique a échoué.

- En quoi a-t-il échoué, à votre avis ?

L’œcuménisme repose sur le principe que nous sommes tous des chrétiens baptisés : ceux qui passent d’une Église à l’autre, par exemple, n’ont pas à être rebaptisés. Au contraire, les orthodoxes russes et grecs le font. Face à l’inimaginable déchristianisation de l’Europe, nous devons reprendre le chemin de l’évangélisation : c’est seulement ainsi que la division entre les chrétiens prendra fin. » (benoit-et-moi.fr)


« Alors le saint aux pieds nus descendra du mont et, devant la tombe du va-nu-pieds, éclatera le règne béni de la Très Sainte Vierge.
Écoutez ses paroles.»

Nous avons identifié Benoît XVI comme étant le possible « saint aux pieds nus » dans l’analyse du 28 décembre 2021.

Voici les dernières photos de Benoît XVI ce lundi 7 mars:
Extrêmement amaigrit et fatigué. Aucune expression réelle sur son visage. (benoit-et-moi.fr)

Remarquez que Benoît XVI est né le 16 avril 1927 et c'était le samedi saint cette année là, tout comme le 16 avril sera le samedi saint en 2022.

Paix à son âme qui doit être déchirée en ce moment face à la guerre réelle et celle qui a lieu à l’intérieur de l’église.

Comme nous avons pu le remarquer jusqu’à maintenant, Bergoglio a les mains liés dans le conflit car il tient à son œcuménisme à tout prix et une intervention vis à vis des orthodoxes russes mettrait en péril son plan de « paix » avec l’islam.

Alors que sa place… est à Kiev.

Rappelons que la limite de Babylone semble se situer entre la fin du synode 2023 et 2025 (voir analyse du 29 novembre 2021).

Le 13 mai 2026, nous atteindrons une période de 109 ans depuis les apparitions de la Vierge Marie à Fatima, soit les 100 ans donnés comme indication à Léon XIII + la 9ème heure où tout est accompli (c’est à dire la mort du Christ sur la croix, donc de l’Église pour nous).

Nous savons aussi que mai 2026 est la limite pour le retour du Lys selon la prophétie de Don Bosco.

Il est alors bon de se rappeler les deux possibilités de l’identité de la fille de Caïn qui prophétise pour 7 ans :

Greta ou la nouvelle église œcuménique de Bergoglio.

« La fille de Caïn est la nouvelle église œcuménique de François qui part de la signature avec les luthériens en octobre 2016, ce qui débute la semaine de Daniel, l'arrêt du sacrifice en mars 2020 à cause du coronavirus et les sept années se terminent en 2023. » écrivions nous le 14 avril 2020.

Avec la guerre en Ukraine, nous devons considérer cette possibilité plus sérieusement, quoique c’est tôt par rapport au mois des deux lunes de mai 2026 prophétisé par Don Bosco pour le retour en Gloire du Lys (voir analyses « la limite de Babylone »).
Toutefois, nous avons l’information, confirmée ou non, que la « Russie recrute des Syriens pour combattre en Ukraine, confirme le Pentagone. »

Ce qui veut dire que le conflit pourrait éventuellement reprendre en Syrie où la Russie y joue un rôle important.

La plaine de Mediggo (Armageddon) ne se situe pas très loin de ce pays.

La boîte de Pandore est ouverte.

Mais il semble (en référence aux paroles du Christ face au royaume de Satan divisé; voir 5 mars 2022) que comparé aux paroles de Jean dans l’Apocalypse, que nous ne sommes qu’à la période où se mettent en place les conditions pour que combattent les dix cornes (les dix rois issuent du WEF) avec la grande prostituée (c’est à dire le sionisme libéral, donc l’Occident, qui est à l’origine de la mutation de la chrétienté via l’église conciliaire).

07 mars

LA GRANDE ILLUSION

Avec cette guerre, ayons toujours à l’esprit :

« Refusez les assassins qui se présenteront, refusez ceux qui seront présentés. Les assassins sont en Europe. Ils veulent la Méditerranée. » (Prophétie Grand Éclair à L’Orient)

Ces assassins sont ces factions judéo-maçonniques qui contrôlent la finance et l’économie.

Ils ont soumis tous les gouvernements à des organismes supra-nationaux qui prennent maintenant les décisions : Nations-Unies, OTAN, Commission Européenne…

Si ces gouvernements ne vont pas de le sens voulu, c’est la coupure financière, qui passe maintenant presque exclusivement par l’électronique, donc facile à contrôler.

Un signe qui ne trompe pas : la Suisse, traditionnellement neutre quelles que soient les circonstances, y compris lors des deux premiers conflits mondiaux, vient cette fois-ci de rejoindre l’Occident dans son hystérie anti-russe, ce qui prouve que les directives partent de très haut.

Les pays ont tous été plongés dans des dettes colossales grâce à la première manœuvre, la pandémie, qui avait été planifiée à partir de l’exercice pré-pandémie « événement 201 ».

Ayez à l’esprit la devise du Forum Économique Mondial (World Economic Forum ou WEF) : « Vous ne posséderez rien, et vous serez heureux. »

C’est ainsi qu’ils expriment le futur de la planète en vue de l’Agenda 2030 (voir analyse du 9 janvier 2021, Babel II, en ayant en tête toute l’évolution qui a eu cours juste en une année).

Le temps de la grande illusion était venue : provoquer un conflit comme une arme de distraction massive qui légitime de nouvelles restrictions aux libertés dans les Nations occidentales qui furent implantées grâce à l’alerte pandémique, selon les plans de la Grande Réinitialisation du Forum Économique Mondial et de l' Agenda 2030 des Nations Unies .

Comme nous l’avons vu dans une analyse précédente, le président russe était pris dans un coin avec le choix du mondialisme unipolaire anglo-saxon, ou la guerre.

Il est tombé dans le piège, ils ont trouvé un méchant, et nous avons cette crise planifiée qui doit maintenant s’étendre afin de :

- restreindre encore plus les libertés individuelles.
- plonger les pays encore plus dans la dette par une augmentation des crédits accordés aux forces armées.
- faire croître l’inflation et les pénuries
- faire chuter les systèmes financiers
- couper les moyens de communications libres (internet et téléphones intelligents) (car la plupart des médias ont été achetés par les élites) par une cyberattaque majeure (ce que le WEF a simulée à deux reprises en juillet 2020 et 2021)
- rebâtir sur les cendres avec la grande réinitialisation (dont le symbole qu’ils ont choisi est le Phoenix, expliqué à plusieurs reprises dans les analyses) avec leurs valeurs et leurs conditions.

Il n’est donc pas surprenant de voir depuis plusieurs jours le président ukrainien réclamer de l’OTAN une zone d’exclusion aérienne malgré les
refus répétés… jusqu’ici.

Pourquoi?

Pour avoir une guerre totale.

De qui est le porte parole le président ukrainien? Comment a-t-il été mis en poste?

Il est issu de l’école des jeunes leaders (WEF Young Globard Leaders) du Forum Économique Mondial.

Tout comme le premier ministre canadien, la vice première ministre canadienne, le président français, la première ministre de la Nouvelle-Zélande,…

Là est la grande illusion.

Manipuler l’opinion du peuple afin que celui-ci finisse lui-même par demander l’intervention militaire de l’OTAN.

On l’a vu dans plusieurs manifestations pro-ukrainiennes en fin de semaine : « no fly zone, no fly zone, no fly zone »

Oui, Babylone s’en va à sa perte.

Il n’y aura point de paix à l’horizon sans le Christ, sans du moins, une Église avec un Pape digne de ce nom à la manière de Pie XII qui clamera tout haut : Assez!

Mais il n’y en aura pas.

« Où croyez-vous fuir, maintenant que vous avez détruit les Églises et tué le dernier Père ? » (prophétie de l’église #11)

C’est la fin des temps, la fin de la grande illusion…

Heureusement.

« ... Et Dieu avait d’autres projets. » (Anne Catherine Emmerich).

05 mars

Note 1 : en relation avec les dernières analyses, le premier ministre israélien a rencontré le président russe aujourd’hui à Moscou.

Note 2 : le porte avions USS Harry S. Truman est en Mer d’Égée… au cas où…

Un porte avions, c’est une île flottante faite de mains d’hommes :

« De la petite île de la Méditerranée partira le cri du nouveau chevalier. Et les bateaux aux fausses bannières seront coulés. Le premier jour d'Europe. » (prophétie politique #27 la « Foudre en Plein Jour »).

LE TEMPS DES LETTRES

« C'est le temps des lettres. » confirme la prophétie « Grand Éclair à l’Orient ».

C’est l’Alpha et l’Oméga, le début et la fin, le changement de cycle.

Pour eux, la grande réinitialisation, pour nous, la fin des temps et le retour du Christ en Gloire.

Nous savons déjà comment cela va se terminer.

Par une intervention divine, le Jugement.

La prophétie le « Temps est Proche » se déroule sous nos yeux.

« C'est le temps des deux empereurs.
Et la Mère n'a pas de père, parce que beaucoup veulent être son père. Et deux seront soutenus par les adversaires.
Les cris et les barrières de la contestation se lèvent, mais déjà la Bête sort de l'eau.
Et la famine arrête les armées.
Les hommes se comptent mourir.
Et après la famine; la peste. »

Deux empereurs, deux papes et la confusion dans l’église, et … La Bête.

« Macron : "La Bête de l’événement est là" » (entrevue accordée au Financial Times le 16 avril 2020)

Ce que nous vivons est l’aboutissement (l’Oméga) de ce qui a commencé au 16ème siècle avec les talmudistes (l’Alpha) pour éliminer la présence réelle, le Verbe Incarné, afin de voir leur messie enfin arriver.

« Comme nous l’avons écrit, même si le programme est largement décrit dans Utopia de Thomas More, il fut réadapté fin XIXe siècle dans le cadre du monde anglo-saxon par la Société fabienne (Fabian Society) en 1884. L’objectif déclaré de cet institut à l’origine de la création du parti travailliste anglais (le labour) et de la London School of Economics (LSE) est de favoriser une gouvernance mondiale reposant sur la fusion du capitalisme et du socialisme afin d’aboutir à un « socialisme de marché » dont le modèle rêvé est la Chine. Il est vrai que de nombreux agents anglo-saxons acquis à cette Société fabienne ont coopéré avec d’autres instituts mondialistes comme le Canadian International Council ou CIC (Walter Lockart Gordon, James Endicott, …), petit frère de la Chatham House (Royaume-Uni) et du Council on Foreign Relations (CFR, États-Unis). C’est ce fameux CIC qui a joué un rôle certain en favorisant la création d’un frère jumeau chinois en 1949, le Chinese People’s Institute of Foreign Affairs (CPIFA). » (Pierre Hillard, Mondialisme : "La Bête de l’événement est là et elle arrive"
, Egalitéetreconciliation.fr)

N’oublions pas la vision de Léon XIII, (lui qui condamna la synagogue de Satan en avril 1884 ) du 13 octobre 1884 pour les 100 ans accordés à Satan.

Nous assistons présentement à une guerre interne entre les deux factions judéo-maçonniques dominantes.

Les 10 rois de l’Apocalypse sont bien en selle.

Poutine est le châtiment de l’Occident dépravé et pervers.

Mais aucun des deux clans ne sera victorieux, car ce sont deux clans qui ne vivent que par le mensonge.

C’est écrit dans l’Apocalypse : Babylone va tomber.

Ce que confirme aussi Jean XXIII.

La confirmation nous est donné par le Christ lui-même :

« " Comment Satan peut-il chasser Satan ?

Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne saurait subsister ; et si une maison est divisée contre elle-même, cette maison ne saurait subsister.

Si donc Satan s'élève contre lui-même, il est divisé, il ne pourra subsister, et sa puissance touche à sa fin. » (Marc 3,23-26)

Sa puissance touche à sa fin...

Les appels à la paix sont bien intentionnés mais ils prônent tous un retour à la normale, une paix sans Dieu, une paix relevant de l’homme déifié et des ses droits humanistes représentés par Babylone Nations-Unies et Babylone Vatican.

Il n’y aura pas de paix autre que celle accordé par le Christ.

Le retour à la normale pré-Covid, ou pré-Invasion de l’Ukraine, c’est terminé.

C’est la synagogue de Satan qui l’affirme avec sa grande réinitialisation et son Agenda 2030.

Et Dieu les prends aux mots.

Mais comme Lui l’entends.

Réjouissez-vous dans le Seigneur car vous êtes dans Babylone sans être de Babylone, parce que vous avez la Foi et la connaissance requise pour faire face à cette épreuve.

« Marie Très Sainte, fille et mère de Dieu, maîtresse du temps futur, bats le rappel de tes fils dans les campagnes, pour qu'ils abattent les deux Babylone.

Et que la Mère soit Une, comme toi tu es unique. »

04 mars

C’est l’heure de la conversion des tièdes.

Le système de valeurs si cher au mondialisme est allé trop loin.

L’Europe, pilier central mondial du christianisme a abandonné ses valeurs chrétiennes.

D’où l’intervention divine via la Russie tel que spécifié dans les secrets de Fatima.

« ... la Russie sera l’instrument choisi par le Ciel pour punir le monde entier... »

C'est bien le début de la chute de Babylone... (référez vous au calendrier de la fin des temps (analyse du 29 novembre).

Il est fort probable que cela ne s'arrêtera pas après l'Ukraine…

La prophétie de Jean XXIII (Grand Éclair à l’Orient) est claire : « L'Europe a soif, elle aura du sang dans les rues et la terre frisera le massacre. »

« Les « valeurs de l’Occident »: mais c’est quoi, au juste?..

Il fut un temps où il s’agissait de valeurs chrétiennes, mais aujourd’hui elles ont été totalement mises de côté et sont combattues sans rémission.

Alors, que sont-elles ? Je vais essayer d’en faire une liste, pas par ordre de priorité, avec une brève glose ensuite.

Donc, en vrac : la célébration de la mémoire de la Shoah, la gay pride pour affirmer socialement la théorie du genre, le scientisme, le positivisme juridique, le syncrétisme religieux, l’écologisme, l’immigrationnisme pour nourrir le multiculturalisme, le libertinage (c’est-à-dire la pornographie, la prostitution, l’avortement, l’euthanasie, les joints et les drogues), l’étatisme élevé à la dimension continentale, la cancel culture liée au progressisme idéologique.

Je suis dans le monde, mais en tant que chrétien, je ne suis pas du monde, et si c’est ce que l’Occident est devenu, renonçant au christianisme et surtout au Christ, je reste fidèle au Verbe fait chair dans la Vierge Marie. Quoi qu’il en soit, car c’est seulement de Lui que viennent les paroles de vérité. Et tant pis pour l’OTAN, ceux qui la commandent et ceux qui servent l’Ennemi.»
(benoit-et-moi.fr)

Alexandre Douguine nous donne le point de vue de la Russie, mais  ayant un parti-pris pour la civilisation orthodoxe orientale, orienté et exagéré, mais cela nous renseigne sur la véritable cause de cette guerre.

« « Ce n’est pas une guerre contre l’Ukraine. C’est une confrontation contre le globalisme en tant que phénomène planétaire intégral.

C’est une confrontation à tous les niveaux – géopolitique et idéologique.

La Russie rejette tout dans le mondialisme : l’uni-polarisme, l’atlantisme, d’une part, et le libéralisme, l’anti-tradition, la technocratie, en un mot, le Great Reset, d’autre part.

Il est clair que tous les dirigeants européens font partie de l’élite libérale atlantiste.

La Russie est désormais exclue des réseaux mondialistes. Elle n’a plus le choix : soit construire son monde, soit disparaître.

La Russie a tracé une voie pour construire son monde, sa civilisation. Et nous sommes en guerre contre cela. D’où leur réaction légitime.

Et maintenant, la première étape a été franchie. Mais le souverain face au mondialisme ne peut être qu’un grand espace, un État-continent, un État-civilisation. Aucun pays ne peut résister longtemps à une déconnexion complète.

La Russie est en train de créer un champ de résistance mondial.

Sa victoire serait une victoire pour toutes les forces alternatives, de droite comme de gauche, et pour tous les peuples. Nous entamons, comme toujours, les processus les plus difficiles et les plus dangereux.

Mais quand on gagne, tout le monde en profite. Ça devrait être comme cela. Nous créons les conditions d’une véritable multipolarité. Et ceux qui sont prêts à nous tuer maintenant seront les premiers à profiter de notre entreprise demain.

Qu’est-ce que cela signifie pour la Russie de rompre avec l’Occident ? C’est le salut.

L’Occident moderne, où triomphent les Rothschild, Soros, Schwab, Bill Gates et Zuckerberg, est la chose la plus dégoûtante de l’histoire du monde.

Ce n’est plus l’Occident de la culture méditerranéenne gréco-romaine, ni le Moyen Âge chrétien, ni le XXe siècle violent et contradictoire.

C’est un cimetière des déchets toxiques de la civilisation, c’est l’anti-civilisation.

Et plus tôt et plus complètement la Russie s’en détache, plus tôt elle revient à ses racines. A quoi ? Aux racines chrétiennes, gréco-romaines, méditerranéennes, européennes… C’est-à-dire aux racines communes au véritable Occident.

Ces racines – les leurs ! – l’Occident moderne les a supprimés. Et elles sont restés en Russie.

La Russie n’est pas l’Europe occidentale. La Russie a suivi les Grecs, Byzance et le christianisme oriental. Et elle suit toujours cette voie. Oui, avec des zigzags et des détours. Parfois dans des impasses. Mais ça bouge.

La Russie est née pour défendre les valeurs de la Tradition contre le monde moderne. C’est précisément cette « révolte contre le monde moderne ». Vous comprenez ?

L’Europe doit rompre avec l’Occident, et les États-Unis doivent aussi suivre ceux qui rejettent le mondialisme. Et alors tout le monde comprendra la signification de la guerre moderne en Ukraine.

Beaucoup de gens en Ukraine l’ont compris. Mais la terrible propagande colérique libérale-nazie n’a rien laissé de côté dans l’esprit des Ukrainiens.

Ils reviendront à la raison et se battront avec nous pour le royaume de la lumière, pour la tradition et une véritable identité chrétienne européenne. Les Ukrainiens sont nos frères. Ils l’étaient, ils le sont et ils le seront.

La rupture avec l’Occident n’est pas une rupture avec l’Europe. C’est une rupture avec la mort, la dégénérescence et le suicide. »

Alexandre Douguine. » (profidecatholica.com)

Bref, les valeurs du nouveau monde ne reflètent que les conséquences du péché, étant donné l’apostasie générale… ou presque.

La coupe déborde.

Le dernier défenseur de ces valeurs, Benoît XVI va bientôt décéder car il représente les deux témoins qui seront mis à mort avant la chute finale de Babylone.

On se dirige droit vers Armageddon, la bataille finale où « Mikail et Jean descendront sur terre » affirme Jean XXIII dans la prophétie concernant François, c’est à dire le combat de l’Archange Michel durant la révélation (apocalypse).

On se prépare à la grande lutte de l'esprit contre celui qui le nie confirme la prophétie « le Concile d’Alexandrie » (Saint Petersbourg serait le théâtre d’un homme important qui parlera au monde dans ce contexte, puis mourra près de la Neva).

Et une autre information appuyant la possible intervention d’Israël selon les prophéties de Jean XXIII (Le Concile d’Alexandrie) :

L’Ukraine, proie de différentes factions oligarchiques

« ...il faut rappeler une réalité historique et spirituelle se surajoutant aux aspects politiques, stratégiques et énergétiques.

En effet, la partie orientale de l’Ukraine faisait partie de l’Empire Khazar dont la population s’est convertie progressivement à partir du VIIIe siècle au judaïsme.

En 2022, certaines factions juives considèrent ces territoires comme une seconde Judée. Nous avons les Juifs « traditionalistes » (oligarques) soutenant Poutine (les Loubavitch autour du rabbin Berel Lazar) qui s’opposent aux factions juives ukrainiennes, oligarques liés à l’Occident.

L’actuel président ukrainien cité au début de cet article, Volodymyr Zelensky, est de confession juive. Nous avons en réalité un véritable enchevêtrement d’intérêts et d’oppositions multiples, tant financiers que spirituels, déchirant ce milieu, l’ensemble se répercutant sur les relations entre la Russie et l’Occident. Ce phénomène avait été souligné dès 2014 par Times of Israel dont le titre était annonciateur des rivalités profondes au sein de ce milieu : « Les Juifs de Russie et d’Ukraine sont en guerre ». (Pierre Hillard) »  (lectures-francaises.info)

Les points suivant du calendrier de la fin des temps se succéderont très rapidement maintenant.

1) Mort des témoins (3,5 jours)
2) Résurrection des témoins
Fin de la sixième période.
Entrée dans la 7ème période :
3) Mort de l’Antéchrist
4) Chute de Babylone (3ème malheur, Ap. 11, 14)

01 mars

« Refusez les assassins qui se présenteront, refusez ceux qui seront présentés. Les assassins sont en Europe. Ils veulent la Méditerranée. » (Prophétie Grand Éclair à L’Orient)

Quelques indices liés à la prophétie (Pier Carpi dans son analyse de 1976 écarte d’emblée la Chine et la Russie comme cible du Grand Éclair.

Mais si ce n’était pas le cas?

Et si c’était par rapport à l’Ukraine? (N’oublions pas qu’Israël possède l’arme nucléaire.)

Comme indiqué dans la dernière analyse, Israël semble beaucoup plus proche de l’Ukraine qu’on le pense.

« La délégation russe se trouve dans la ville biélorusse de Gomel et est prête à négocier avec les représentants de Kiev ; ceux-ci, faisant preuve d’incohérence, n’ont pas saisi cette opportunité jusqu’à présent », a déclaré M. Poutine lors d’un appel téléphonique avec le premier ministre israélien Naftali Bennett, selon un communiqué du Kremlin.

Selon le Kremlin, Naftali Bennett « a proposé une médiation israélienne afin de suspendre les hostilités ». (lapresse.ca)

L’attaque aujourd’hui sur l’antenne de télévision de Kiev situé près du site de Babi Yar est un sacrilège et soulève l’indignation chez les juifs.

« Ce n'est pas le temps d'un roi, ce ne l'a jamais été. Depuis la mort de Frédéric, chaque roi est usurpateur. Que le roi s'en aille, reste le peuple. L'Europe a soif, elle aura du sang dans les rues. » (Prophétie Grand Éclair à L’Orient)

« Macron Roi, les élections reportées? »

« Le 26 décembre 1957, le Père Agustin Fuentes, qui s’apprêtait à devenir postulateur des causes de béatification de Francisco et Jacinta Marto, rencontra Sœur Lucie dans son couvent de Coimbra, au Portugal. Ici, il a pu s’entretenir longuement avec la visionnaire de Fatima. À son retour au Mexique, il organisa une conférence de presse concernant sa rencontre, dans laquelle il rapporta les paroles de Sœur Lucie. Le Père Alonso, l’archiviste officiel de Fatima pendant plus de 16 ans, a déclaré que le compte rendu de cette conférence a été publié « avec toutes les garanties d’authenticité et avec l’approbation épiscopale requise, y compris celle de l’évêque de Fatima ».

Le père Fuentes a déclaré que le message venait « de la bouche même du voyant principal ».

LE RAPPORT DU PERE FUENTES

Je voudrais vous parler de la dernière conversation que j’ai eue avec Sœur Lucie le 26 décembre (l’année dernière). Je l’ai rencontrée dans son couvent. Elle avait l’air très triste, très pâle et émaciée. Il m’a dit, »

… La Russie, le fléau de Dieu

« Dis-leur, Père, que bien des fois la Sainte Vierge a dit, à mes cousins ​​François et Jacinthe et à moi, que de nombreuses nations disparaîtront de la face de la terre. Elle a dit que la Russie sera l’instrument choisi par le Ciel pour punir le monde entier, si nous n’obtenons pas d’abord la conversion de cette pauvre nation. »» (marcotossatti.com).

Nous assistons à la poussée finale du mondialisme après la « pandémie », avant la chute de Babylone.

Pierre Hillard a toujours affirmé que c’est le partage du gâteau.

Or, il y a le clan pour un contrôle unipolaire anglo-saxon, et l’autre dont fait parti Poutine pour un partage des pouvoirs et régions.

Poutine ne veut pas entrer dans le rang, et il se sent tout puissant.

Cette guerre n’est rien de plus que le chef-d’œuvre des élites judéo-maçonniques.

Ils ont acculé Poutine pour ne lui donner que deux issues : se rendre au mondialisme unipolaire ou c’est la guerre.

Le territoire sacrifié choisi est donc l’Ukraine, qui a une connotation émotive avec le berceau russe: Kiev.

Et pour le « timing », c’est maintenant ou jamais.

L’effet pandémie se terminant, les élites ayant démontré qu’on peut contrôler la masse avec un passeport sanitaire, ils passent à l’autre étape de la « grande réinitialisation »: une guerre pour effacer toutes les dettes, faire chuter le système financier, et repartir sur des bases neuves.

Pour ce faire, il faut garder la masse dans la peur et l’incertitude.

Ils ne peuvent plus reculer depuis que la fenêtre s’est ouverte avec la « pandémie ».

Prions NSJC afin de demeurer fort dans l’épreuve.

Février 2022

25 février

LA LIMITE DE BABYLONE PARTIE VI

Voilà.

La chute de Babylone est commencée avec cette invasion gratuite de l’Ukraine.

« Au XVII siècle, la Vierge apparut en bas du village de Hrushiv (Ukraine). Le peuple planta un saule pour commémorer l’événement.
Un siècle plus tard, une source jaillit au pied du saule. Les gens venaient pour puiser cette eau claire. Il en résulta des guérisons qui firent la réputation du sanctuaire...
Le 12 Mai 1914, la Vierge se manifeste à nouveau pour avertir le pays des malheurs qui allaient fondre sur lui. (Note: une journée avant l'apparition de Fatima).
Ce fut d’abord une lumière qui fut aperçue près de la chapelle de la Sainte Trinité.
La lumière fut visible durant toute la journée.
Puis, 22 personnes, des paysans, virent la Vierge, une seule fois.
Elle leur annonça que les croyants allaient souffrir pendant « 80 » ou « 90 ans », que la Russie allait devenir impie, que les ukrainiens allaient connaître des persécutions, que certains vivraient assez longtemps pour « voir trois guerres, mais l’Ukraine sera libre ensuite »…. » (touteslespropheties.wordpress.com)

À remarquer que les 25 années de « fausse paix », de « récoltes abondantes » prophétisées à La Salette, se sont bien terminées en 2014 à l’invasion de la Crimée par la Russie (25 ans depuis la chute du mur de Berlin, qui a conduit à la chute de l’URSS en 1991).

Cette invasion russe cette semaine n'en est que la suite planifiée depuis longtemps.

La Sainte Vierge nous avait pourtant bien averti à Fatima à propos du péril russe, du communisme.

Les joueurs des prophéties politiques le « Grand Éclair à l’Orient » et le « Temps est Proche » sont maintenant plus facilement identifiables.

« C'est le temps des deux empereurs. »

Poutine a son rêve du retour de l’Empire russe, et Xinping voit la Chine comme remplaçante des États-Unis sur l’échiquier mondial.

Poutine mourra dans la tour de son rêve, le président chinois dans le désert par la peste (c’est bien de là qu’est arrivé le virus Covid-19).

C’est l’intervention divine, la guerre de la nature, qui empêchera le massacre de la terre. Famines à prévoir donc dans ces pays qui seront de plus en plus isolés.

Nous avions grandement soupçonné l’Ukraine comme étant « l’esprit trouble » de la prophétie « Grand Éclair à l’Orient » à plusieurs reprises :

Soit le 12 décembre 2020

« Le temps a nourri un esprit trouble, à l'ombre de la croix rouge et noire, inconnue de tous, fille des fugitifs de Nuremberg » (expression utilisée par Jean XXIII pour les financiers derrières les guerres; les banksters.  Mais, il y a aussi l'Ukraine, qui en 2014 est infiltrée par le nazisme, ces descendants des nazis dont Hitler avait peur durant la deuxième guerre mondiale).

« Elle a ourdi le crime contre elle-même Il y en a qui renoncent à la vie, par amour du mal. »

« Ce qui se passe maintenant est le résultat de la politique de huit ans de l'Occident, dans le but de créer un régime russophobe agressif sur le territoire de l'Ukraine avec la légalisation des formations néo-nazies.
"Nous travaillerons pour la démilitarisation et la dénazification de l'Ukraine" » (Poutine 23 février 2022).

Soit le 12 janvier 2020

« Nous le savons, l'Ukraine semble avoir un rôle déterminant dans les événements à venir. Pour Jean XXIII, Nuremberg n'est pas terminé. Signe que nous sommes bien à la fin des temps, l'Ukraine assiste présentement à la montée en puissance du ''fuhrer blanc'', au bataillon Azov. » (en anglais: sott.net)

Soit le 18 décembre 2021

« L’année 2021 se termine dans un atmosphère de tensions constantes au niveau géopolitique : guerres Russie/États-Unis et alliés en Ukraine, Israël/Iran, Chine/Taïwan et alliés, la question de la Biélorussie, …

Ce sont les rumeurs de guerres de la fin des temps. »

Rappelons nous les paroles du père Malachi Martin :

« Quel est le rôle de la Russie dans la Vision de Fatima ?

« Très important. Si on croit à la Vision de Fatima, le salut du monde, la guérison de tous ses maux, commencera en Ukraine et en Russie. C’est pourquoi la Vierge avait autant parlé de la Russie, qui, la première, devait être guérie de ses erreurs, car elle permettra ensuite au reste du monde d’aller mieux et de guérir de ses péchés. C’est un message très bizarre puisqu’on aurait pu croire que selon nous, occidentaux, le salut du monde viendrait de l’Ouest.
Mais non.
Selon Fatima, notre salut viendra de l’Est, et en particulier de l’Ukraine et de l’État russe, ce qui est extraordinaire en soi. »

Puisque le « Grand Éclair » est à l’Orient, notre attention doit donc se tourner vers le soleil, qui se lève à l’est, par une intervention divine (tempête solaire), ou par le fait que l’enjeu principal, maintenant, c’est la Syrie ou l’Iran, ce qu’on appelle en jargon biblique, Armageddon.

Les tensions sont toujours aussi vives dans les négociations sur le nucléaire iranien, et la patience d’Israël est à sa limite. Pendant que la Russie s’occupe de l’Ukraine, Israël pourrait en profiter ou même les alliés avec le port de Tartous en Syrie (lieu où sont basés les russes).

Point intéressant et surtout surprenant, la prophétie politique #23 de Jean XXIII « le Concile d'Alexandrie » nous cet indice pertinant ou non, nous le saurons éventuellement:

« Israël qui trouve en ces jours une nouvelle terre autour de la cité aux toits d'or. Il est temps de laver le sang de tes enfants. Israël accourt dans la cité et la sauve. Finalement, l'étoile a six pointes. »

Kiev est une cité au toits d'or, tout comme Prague.

Le président et le premier ministre ukrainiens ont des origines juives.

À suivre de ce côté...

Pour l'instant, les deux clans majeurs judéo-maçonniques s’affrontent pour l’établissement du « messie peuple élu ».

C’est bien la fin des temps.

À surveiller donc selon la prophétie de Jean XXIII : la mort d’un chef d’État en Orient, et l’assassinat d’un chef d’État au sud des États-Unis…

Avant le « Grand Éclair ».

Pour les chrétiens, ces signes sont nécessaires et à la demande de Jésus, il faut garder la tête froide, dans la prière avec le Rosaire, seul arme valide.

C’est cette Espérance du retour du Christ qui s’accélère.

La chute de Babylone est nécessaire, comme indiquée dans l’Apocalypse.

22 février

Bergoglio met de l’avant la synodalité comme la voie de l’avenir pour l’église, mais agit au contraire en dictateur en proclamant Motu Proprio sur Motu Proprio.

Quarante neuf pour être exact. C’est le pape qui en a utilisé le plus, et de loin, pour façonner l’église à sa main, ou la main de son maître…

C’est une autre preuve concernant le faux prophète ou l’antéchrist personnifié des derniers temps.

« Andrea Gagliarducci s’interroge à son tour sur la prédilection du Pape pour les « motu proprio » (*) et les rescrits, contredisant son désir affiché de synodalité et de décentralisation… Le nombre anormal de MP, en l’absence de Concile, dénote le manque total d’implication de la Curie romaine dans le processus décisionnel (il est souvent arrivé que les préfets de la Curie aient eu connaissance de la mesure par le Bureau de presse) et une tendance dictatoriale marquée, contraire à la « collégialité » tant vantée… Le troisième indice est que le Pape n’a aucun scrupule à changer le droit canon quand il en a besoin. Comme il le dit, il le fait pour promouvoir une « saine décentralisation », mais, en prenant lui-même les décisions, il concentre le pouvoir entre ses mains. Le pape François est-il conscient de la contradiction qu’il crée par ses actions ? Ou pense-t-il que ce n’est que de cette manière que les anciens mécanismes peuvent être remis en question ? » (benoit-et-moi.fr)

Le Nouveau Motu Proprio qui modifie la structure de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF), et qui oriente ses intérêts vers le « progrès des sciences et le développement de la société ».

Autant dire l’humanisme bergoglien.

« … La Section doctrinale, par l’intermédiaire du Bureau doctrinal, s’occupe des questions relatives à la promotion et à la protection de la doctrine de la foi et des mœurs. Elle encourage également des études visant à accroître la compréhension et la transmission de la foi au service de l’évangélisation, afin que sa lumière soit un critère pour comprendre le sens de l’existence, notamment face aux questions posées par le progrès des sciences et le développement de la société.

La « nouvelle » CDF est donc responsable d’une activité qui est en quelque sorte promotionnelle (« encourager les études »), en particulier dans le sens spécifié par le Motu Proprio : la Lettre Apostolique semble indiquer aux théologiens dans quelles directions orienter la réflexion scientifique, en indiquant également quelles sont les questions qui sont considérées comme dignes d’une étude particulière, au service de l’évangélisation. À cet égard, ce qui est particulièrement frappant, c’est la volonté d’accroître la compréhension et la transmission de la foi afin de comprendre le sens de l’existence (sic) surtout (notez le surtout) face aux questions posées par les progrès de la science et l’évolution de la société… » (benoit-et-moi.fr)

« CITÉ DU VATICAN ( LifeSiteNews ) – Le pape François a annoncé aujourd’hui une réorganisation de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF), divisant les éléments doctrinaux et disciplinaires en deux parties distinctes au milieu des rumeurs selon lesquelles il modifierait la Congrégation pour devenir plus favorable aux LGBT ... » (lifesitenews.com)

Le 11 février, Bergoglio a lancé le thème du jubilé de 2025:

La renaissance… comme la grande réinitialisation.

Et, « … une occasion de «contempler la beauté de la création et de prendre soin de notre maison commune». » (vaticannews.va)

Où est Jésus?

ET voilà!

Ce que nous anticipions depuis des années est arrivé. Les évêques ont les pleines compétences avec un nouveau Motu Proprio.

« Le Pape transfère aux évêques des compétences réservées au Saint-Siège

Avec la publication d’un Motu proprio ce mardi 15 février, le Pape François établit que les ordinaires des Églises locales pourront intervenir dans la gestion des séminaires, la formation des prêtres, la rédaction des catéchismes et dans d’autres domaines sans avoir besoin de l’approbation du Vatican, mais d’une confirmation plus simple…. » (vaticannews.va)

La porte est donc grande ouverte pour la conclusion du grand synode bergoglien: la messe pourra être adaptée aux saveurs locales comme pour les autochtones amazoniens.

C’est la destruction voulue du corps mystique du Christ par l’élimination d’une « prière commune » vers le Père.

Un chaos spirituel orchestré.

Retour à la case départ avec chacun son dieu à son image.

C’est une autre manière d’enlever la présence réelle en désacralisant la messe.

Heureusement qu’il y a la Tradition.

10 février

Paix et Sécurité

« Quand les hommes diront : " Paix et sûreté ! " c'est alors qu'une ruine soudaine fondra sur eux comme la douleur sur la femme qui doit enfanter, et ils n'y échapperont point. » (Saint-Paul, Th.1, 5-3)

Sécurité, paix, facilité augmentée dans la vie quotidienne,…

Voici ce que nous réserve les bonzes de la grande réinitialisation, copié sur le modèle chinois, dont le passeport sanitaire n’est que la pointe de l’iceberg.

« Ma femme a du crédit » (vidéo).

Benoît XVI, en réponse aux dernières critiques (vatican.va) fait référence à son départ, à son jugement, qu’il compare subtilement au Jugement Dernier, donc du retour du Christ, sachant pertinemment ce qu’il fait, le rôle qu’il occupe.

« Bientôt, je serai face au juge ultime de ma vie. Bien que, regardant en arrière ma longue vie, je puisse avoir beaucoup de motifs de frayeur et de peur, mon cœur reste joyeux parce que j’ai confiance que le Seigneur n’est pas seulement le juge juste mais, en même temps, l’ami et le frère qui a déjà souffert lui-même mes manquements et qui, en tant que juge, est en même temps mon avocat (Paraclet). À l’approche de l’heure du jugement, la grâce d’être chrétien me devient toujours plus claire. Être chrétien me donne la connaissance, bien plus, l’amitié avec le juge de ma vie et me permet de traverser avec confiance la porte obscure de la mort. À ce propos, me revient sans cesse à l’esprit ce que Jean rapporte au début de l’Apocalypse : il voit le Fils de l’homme dans toute sa grandeur et tombe à ses pieds comme mort. Mais Lui, posant sur lui sa main droite, lui dit : « Ne crains pas ! C’est moi…. » (cf. Ap 1, 12-17)… »

Mais, le bout important est ceci, juste avant ce paragraphe, celui qui donne l’indice qu’il est fort bien au courant de ce qui se passe dans l’Église:

« Je comprends de plus en plus la répugnance et la peur que le Christ a ressenti sur le Mont des Oliviers quand il a vu tout ce qu’il allait devoir vaincre intérieurement. Que les disciples dorment à ce moment-là, représente malheureusement la situation qui, aujourd’hui encore, se reproduit, et par laquelle je me sens aussi interpellé. Ainsi, je ne peux que prier le Seigneur, les anges et tous les saints et vous aussi, chers frères et sœurs, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu. »

La dernière photo de Benoît XVI juste avant la publication de sa lettre (benoit-et-moi.fr) est avec le chasuble rouge pour la première fois, symbole des martyrs!

À l’aube du début de la 9ème année de la démission (demain), il fait référence à la 9ème heure, au Mont des Oliviers, pour la « Gloire de l’olive », du fait qu’il ne lui reste pas beaucoup de temps.

7 février

Partout dans le monde, la crise du Covid-19 provoque une scission qui n’est que l’ultime révélation de ce monde aux valeurs inversées, voulues par Satan, voulue par la judéo-maçonnerie…

Ces deux pôles, pour ou contre la vaccination, sont le reflet du travail dans l’ombre qui n’a émergé que récemment...

Afin de mieux contrôler la masse, en créant l’ordre à partir du chaos.

C’est là que le « wokisme » a été mis à l'avant plan.

On le propose que comme seule voie du salut, à la place du Verbe Incarnée.

Signe donc des derniers instants avant la chute de Babylone.

Tout comme toutes ces attaques contre Benoît XVI dans les dernières semaines.

Satan procède toujours ainsi. Il séduit… Il ment… puis il sacrifie ses propres troupes pour les envoyer à la mort suprême.

« Mais pourquoi l’idéologie woke, notre nouveau maître, s’empare-t-elle du cœur et de l’esprit de tant de personnes, en particulier des jeunes ?

Une raison simple : parce qu’elle s’est imposée comme une “religion” de substitution au christianisme et qu’elle apporte aux gens des réponses aux questions de sens. Mering déclare :

“Bien que ses racines et son histoire soient athées, l’idéologie woke prend la manière et les caractéristiques d’une religion fondamentaliste. Il a des dogmes et des dénonciations. Il remplace la lutte contre le péché par des séances de lutte. Sa vision est messianique, ses dogmes indiscutables. Mais plutôt qu’une fin éternelle, elle trouve et administre le salut et la damnation dans ce monde.”.. » (lesalonbeige.fr)

Le « wokisme » est un fourre tout qui permet un « œcuménisme » d’apostats de la bête de la terre.

Du côté de la bête de la mer, c’est l’œcuménisme religieux qui est avancé.

Le premier est poussé par les politiciens, le second par Bergoglio et ses sbires.

Les deux ont une visé commune: ceux qui ne font pas parti de ce nouvel ordre, sont maintenant les « terroristes » du nouveau système, système évidement aux valeurs inversées.

La tradition est donc hors norme, de même que les gens dits « normaux » (les croyants, les couples hommes-femmes, etc…)

« Tenir fermement aux fausses interprétations des croyances du passé, c’est en même temps se battre contre le progrès de l’Humanité. » S. Monast

D'où le fait que Bergoglio terrorise les traditionnalistes et ceux qui tiennent à la doctrine de l'Église Sainte et Apostolique.

« Le nouveau critère sera ainsi défini : Les vrais chrétiens seront ceux qui partageront toutes les croyances religieuses du Nouvel Ordre Mondial en tant que nécessité de base pour la survie de l’humanité. » (Serge Monast, Le Complot des Nations-Unies contre la Chrétienté,1995)

Nous vivons les derniers moments de cette illusion gigantesque dont Saint-Paul nous avait averti :

« C'est pourquoi Dieu leur envoie des illusions puissantes qui les feront croire au mensonge, en sorte qu'ils tombent sous son jugement tous ceux qui ont refusé leur foi à la vérité, et ont au contraire pris plaisir à l'injustice. »

Foi, Espérance et Charité demeurent toujours les piliers sur lesquels les vrais chrétiens doivent s’appuyer.

Et la clé, c'est la Vierge Marie.

Prière à Notre-Dame du Perpétuel Secours

«O sainte Vierge Marie, qui, pour nous inspirer une confiance sans bornes, avez voulu prendre le nom si doux de Mère du Perpétuel Secours, je vous supplie de me secourir en tout temps et en tout lieu, dans mes tentations, après mes chutes, dans mes difficultés, dans toutes les misères de la vie, et surtout au moment de ma mort.

Donnez-moi, ô charitable Mère, la pensée et l’habitude de recourir toujours à vous, car je suis sûr que si je vous invoque fidèlement, vous serez fidèle à me secourir. Procurez-moi donc cette grâce des grâces, la grâce de vous prier sans cesse et avec la confiance d’un enfant, afin que, par la vertu de cette prière fidèle, j’obtienne votre Perpétuel Secours et la persévérance finale.

Bénissez-moi, ô tendre et secourable Mère, et priez pour moi, maintenant et à l’heure de ma mort. Ainsi soit-il. »

Janvier 2022

17 janvier

Complément aux analyses du 8 et 18 décembre 2021

« La terre frisera le massacre. Un seul mourra pour tous et il était le meilleur. » (prophétie politique Grand Éclair à l’Orient).
 
Guerre en Ukraine? Grand éclair à l’Orient? Corée du Nord? Iran?..

Le choix ne manque pas présentement.

« Un seul mourra pour tous »

TOUS.

Qui est le seul personnage qui peut se vanter de représenter toute la population de la terre?

Le vicaire du Christ établi par la succession des apôtres.

Ici, Benoît XVI.

« Il était le meilleur »

Pour être classifié de « meilleur », il faut évidement qu’il y ait au moins deux personnes à comparer.

C’est une allusion évidente au fait qu'il a été mis de côté, qu’il y a un « faux vicaire du Christ » sur le trône.

Bergoglio a laissé tomber son titre de vicaire du Christ.

Comme prophétisé dans l’Apocalypse.

« Et l'ange me dit : " Pourquoi t'étonner ? Moi je vais te dire le mystère de la femme (l’église, le Vatican) et de la bête qui la porte (la franc-maçonnerie via l’outil communisme/socialisme), et qui a les sept têtes et les dix cornes.

La bête que tu as vue était et n'est plus (le communisme, soit la menace donnée par la Sainte Vierge à Fatima, en référence à la chute du régime soviétique, à la fin de la guerre froide, installant la fausse paix prophétisée); elle doit remonter de l'abîme, puis s'en aller à la perdition. Et les habitants de la terre, dont le nom n'est pas écrit dès la fondation du monde dans le livre de la vie, seront étonnés en voyant la bête, parce qu'elle était, qu'elle n'est plus, et qu'elle reparaîtra. (ce que nous voyons maintenant avec la montée en puissance du mondialisme, en fait tout ce qui est en « isme » : modernisme, communisme, wokisme, capitalisme, matérialisme athée, multiculturalisme, totalitarisme, etc. Menaces grandement combattues par les papes pré-Vatican II)

C'est ici qu'il faut un esprit doué de sagesse. — Les sept têtes sont sept montagnes (Rome), sur lesquelles la femme (église) est assise. Ce sont aussi sept rois (papes depuis Latran en 1929):

Les cinq premiers sont tombés, l'un subsiste, l'autre n'est pas encore venu, et quand il sera venu, il doit demeurer peu de temps. (Donc la clé pour démarrer le compte est celui qui « subsiste », c’est à dire Benoît XVI. Cinq papes avant lui donc depuis l’État du Vatican (donc des rois temporels) en 1929. S’ensuit Bergoglio, qui doit demeurer peu de temps : C’est ce qui est confirmer dans la prophétie de Jean XXIII le concernant : « Ton règne sera grand et bref »)

Et la bête qui était et qui n'est plus, en est elle-même un huitième et elle est des sept, et elle s'en va à la perdition. (Ap. 17, 7-11) (Et Bergoglio, qui représente la bête marxiste socialiste, est le septième pape, mais il a décidé d’abandonner son titre de vicaire du Christ, ET, d’abandonner son titre de pape en décidant qu’il n’était, dans son idée de collégialité, que l’évêque de Rome (en référence aux sept collines). Il est devenu le huitième, la bête cachée derrière le titre de pape, et qui s’en va à la perdition)

Revenons à Benoît XVI qui « mourra pour tous » dans ce temps si critique.

Sa seule action possible vu sa situation et son âge est la prière, car toute la question actuelle n’est qu’une guerre pour les âmes menée par Satan.

C’est ce qui est en jeu : l’âme.

Et la seule arme on le sait, est la prière, particulièrement le Rosaire.

On sait aussi que Benoît XVI est le probable Saint va nu pieds des prophéties de l’Église.

Donc, le décès imminent de Benoît XVI est en lien direct avec la prophétie « Grand Éclair à l’Orient », où de surcroît, un roi essaie de s’établir sur le trône de l’Europe (fort probablement Emmanuel Macron).

Les prochains mois seront donc riches en révélations concernant ces deux prophéties.

Le calendrier de la fin des temps (voir 29 novembre 2021) nous confirme que l’année 2022 est probablement la fin de la sixième période de l’Apocalypse.

C’est un passage, un rite, avant la mort de l’Antéchrist et la chute des deux Babylone.

Ce rite dans le temporel est représenté par la haine que Bergoglio (donc Satan) porte envers la Tradition.

Des rumeurs proclament que d’autres restrictions à son Motu Proprio Traditionis Custodes s’ajouteront en février.

Les progressistes du Vatican forcent donc la main, dans une dernière tentative, pour la messe de Paul VI, le « nouveau rite » de Vatican II, mais associé au paganisme dont on veut le retour en force.

Et, c’est sans considérer la perte du « sacré » du sacerdoce qui s’annonce :

« Une théologie et une pratique de la mort du sacerdoce

Par L’ABBÉ CLAUDE BARTHE

« L’Église est à bout de souffle » : c’est le message, pour une part correspondant à la réalité, pour une part fabriqué, que veut donner, en France, en Allemagne, ailleurs, le battage médiatique intense autour des scandales des abus sexuels. Et le message se poursuit : elle doit donc se réformer structurellement en se purifiant de tout cléricalisme dans un mode de fonctionnement plus démocratique, plus synodal.
Il ne s’agit pas de nier que le cléricalisme soit néfaste, si on l’entend de l’arrogance de certains clercs oubliant que leur « part d’héritage », kleros en grec, est d’abord le ministère et le service. Mais le terme, utilisé comme un slogan et de manière dépréciative, fait en réalité écho aux principes idéologiques de la société moderne, toujours plus sécularisée. Et comme à l’époque de Gambetta et de son cri : « Le cléricalisme, voilà l’ennemi », c’est le sacerdoce catholique qui est visé.

Une théologie de l’effacement du sacerdoce

Comme on a connu des théologies de la mort de Dieu, qui avalisent « religieusement » l’athéisme ou l’agnosticisme contemporain[1], on pourrait parler d’une théologie de la mort du sacerdoce donnant une caution « catholique » à l’effacement du sacerdoce dans la société. Les théologiens qui s’y emploient explorent deux types de réflexion, qui ne s’excluent pas mais se complètent.

– La perspective synodale consiste à faire que presbytérat et épiscopat soient pour le peuple de l’Église locale concrète et émanant de lui. Le P. Hervé Legrand, op, est un bon représentant de cette visée[2]. Il convient de sortir de la figure administrative qu’a revêtue, selon lui, un clergé fonctionnarisé et de retrouver sa conception traditionnelle, ce qu’on lui accordera volontiers, sauf à discuter sur la manière de revenir à la tradition. Il voudrait pour sa part retrouver le modèle de l’organisation ecclésiastique du début du IIIe siècle, qu’on peut deviner à travers la Tradition apostolique d’Hippolyte de Rome. L’Église locale, explique-t-il, était une communauté présidée par un évêque, seul véritable prêtre, entouré de quelques presbytres, qui n’étaient pas encore des sacerdotes. Cette communauté choisissait son pasteur, duquel il n’était pas exigé d’état de vie spécial (célibat). Selon Hervé Legrand, on pourrait revenir à cette organisation en s’inspirant de la manière dont on choisit les diacres permanents : l’Église locale se demanderait de quel type de pasteurs elle a besoin, les appellerait et leur ferait donner une formation locale en phase avec la culture et les nécessités concrètes, sans les obliger nécessairement au célibat. Les pasteurs, dans cette perspective synodale, naîtraient en quelque sorte du Peuple de Dieu pour l’accompagner dans sa mission, et le sacerdoce ministériel apparaîtrait comme une émanation et un service du sacerdoce des fidèles.

– La perspective de « pluriministérialité » (Henri-Jérôme Gagey, Céline Baraud) cherche à intégrer, pour ne pas dire à noyer, le sacerdoce dans un foisonnement de ministères laïcs issus des charismes du Peuple de Dieu[3]. A l’origine a été un article du P. Joseph Moingt, sj : « L’avenir des ministères dans l’Église catholique »[4], qui parlait de la possibilité de « distribuer à d’autres ministres, et notamment à des laïcs, tout ou partie des fonctions jusqu’ici exercées par des prêtres ».

Le P. Christoph Theobald, sj, qui joue actuellement un rôle très actif dans les commissions préparant l’assemblée du Synode sur la synodalité, avec des théologiens comme Arnaud Join-Lambert (Suisse), Alphonse Borras (Belgique), Gilles Routhier (Québec), imagine l’avenir comme ceci[5] : en Europe de l’Ouest, les prêtres fort rares de demain devront être des « prêtres-passeurs », la plupart du temps itinérants, qui éduqueront les chrétiens à la foi, feront mûrir leur sens des responsabilités, puis s’effaceront ; des ministres laïcs stables prendront le relais sur le terrain, et assureront une « présence d’Église », dans la gouvernance des communautés, dans le service de la Parole (prédication, catéchèse, animation de la liturgie, écoute qui pourrait entre autres doubler ou suppléer le sacrement de pénitence), dans l’hospitalité (accueil, rencontres). Les « prêtres-passeurs » pourront d’ailleurs être repérés et choisis par les communautés parmi ceux qui assureront ces ministères pluriels. Et plutôt qu’une formation spécialisée dans des séminaires, l’ensemble de ces acteurs et même l’ensemble de la communauté pourra bénéficiera d’une formation permanente.

Une laïcisation du personnel ecclésiastique… » (resnovae.fr)

L’autre intérêt qui laisse croire à ce futur pas très lointain est le symposium sur le sacerdoce 2022:

« Accroître les vocations au sacerdoce, améliorer la façon dont les laïcs et les prêtres travaillent ensemble et faire en sorte que le service, et non le pouvoir, motive la demande d’ordination sont autant de résultats possibles d’un grand symposium prévu par le Vatican en février 2022.

«Un symposium théologique ne prétend pas offrir des solutions pratiques à tous les problèmes pastoraux et missionnaires de l’Église, mais il peut nous aider à approfondir les fondements de la mission de l’Église», a déclaré le cardinal québécois Marc Ouellet, préfet de la Congrégation pour les évêques et principal organisateur du symposium prévu du 17 au 19 février 2022.

Le symposium, intitulé Vers une théologie fondamentale du sacerdoce, vise à encourager une compréhension du sacerdoce ministériel enracinée dans le sacerdoce de tous les croyants conféré par le baptême, en s’éloignant de l’idée que le ministère ordonné appartient au «pouvoir ecclésiastique», a déclaré le cardinal lors d’une conférence de presse le 12 avril… »

Mais le véritable rite avant le dévoilement du 7ème sceau, c’est la Pâques.

À l’image de la Pâques juive, le Christ a subi sa Pâques, tout comme l’Église doit la subir comme il a été prophétisé.

À l’image du Christ méconnaissable après les tortures qu’on lui a infligés, parce que ses marques représentaient tout le mal et les péchés qu’il y avait dans ses bourreaux, l’Église actuelle est revêtue de tous les péchés de cette pauvre humanité, et est donc méconnaissable également.

C’est la coquille de la Rome conciliaire comme Jésus dans son humanité visible.

Mais, l’Église par la Tradition, reste pure dans son âme, comme l’âme de Jésus a toujours été pure et connectée au Père, même en subissant les supplices.

Et c’est justement cette âme qui a permis au corps du Christ de ressusciter.

Ainsi il en sera de même pour l’Église.

C’est là le mystère d’Iniquité à l’œuvre.

C’est la prophétie concernant Benoît XVI.

Février risque d’apporter quelques nouvelles clés.

01 janvier

2022 : LE SAINT AUX PIEDS NUS DESCEND DU MONT?

Le seul obstacle qui retient Bergoglio quant à sa tentative de l’élimination de la présence réelle dans une nouvelle messe œcuménique est Benoît XVI.

Cette élimination correspond à l’arrêt du sacrifice et l’oblation du prophète Daniel, à la moitié de la semaine de 7 ans.

Prenant l’hypothèse que cette semaine correspond au 7 années de la fille de Caïn  débutant le 20 août 2018 (voir analyse des prophéties politiques à propos de Greta Thunberg), et se terminant en 2025 juste avant la prophétie du retour du Lys de Don Bosco en 2026.

Le 20 août est la date précédant la fête de Saint-Pie X, qui a un rôle hyper important dans cette fin des temps, en référence à la tradition, les deux témoins, la FSSPX…

Surtout depuis la parution du Motu Proprio Traditionis Custodes, qui continue de faire des vagues (certaines rumeurs affirment que de nouvelles restrictions auront lieu en février).

La moitié de la semaine de Daniel donc serait autour de février 2022.

Est-ce que Benoît XVI est l’image de l’Église vivant sa neuvième heure à l’image du Christ sur la croix?

Car le 11 février 2022 débute la neuvième année depuis la démission de Benoît XVI, le protecteur de la présence réelle.

La journée même de cette démission, rappelons nous, la foudre frappa le dôme de la basilique Saint-Pierre (vidéo).

En 2005, à son élection, nous devions considérer la lutte interne révélée peu après, entre Benoît XVI et son secrétaire d’État, le cardinal Bertone, qui rêvait de lui succéder.

« Deux frères et personne ne sera le vrai Père. La Mère sera veuve. » (prophétie concernant Benoît XVI).

Mais beaucoup plus tard, nous avons la preuve que nous étions en présence de deux prétendant au trône de Saint-Pierre :

François : simple évêque de Rome comme il l’affirme.

« Il n’en demeure pas moins que Bergoglio a toujours manifesté une certaine allergie envers les appareils extérieurs catholiques : il ne s’agenouille jamais devant le Saint-Sacrement, il ne porte pas les armoiries pontificales à la ceinture, il a renoncé au titre de Vicaire du Christ, il refuse le baiser de l’anneau, il ne vit pas au Palais apostolique et ne va pas à Castel Gandolfo l’été: comme s’il voulait nous dire lui-même qu’il n’est pas le pape. »


Et Benoît XVI: comme pape émérite ayant démissionné de sa charge administrative du Vatican, et non comme pape, qui reste saint, comme le saint aux pieds nus dans sa simplicité, dépouillé de tout, dans sa prison au monastère Mater Ecclesiæ sur le mont au Vatican.

En effet, le monastère Mater Ecclesiæ, qui tient son nom de l'expression latine Mater Ecclesiæ qui signifie « Mère de l'Église », est sur un mont au jardin du Vatican.

C’est très significatif en ce qui concerne la fin des temps.

« Alors le saint aux pieds nus descendra du mont et, devant la tombe du va-nu-pieds, éclatera le règne béni de la Très Sainte Vierge. » (fin de la prophétie concernant Benoît XVI)

Au décès de Benoît XVI, devant la tombe de Jean-Paul II, c’est à dire lors des funérailles (4 jours après le décès), nous assisterions à la « résurrection des deux témoins », l’appel à Marie qui renaîtra dans les cœurs.

Le mot utilisé est « éclatera ».

C’est vite. C’est gros.

Quel sera l’acte significatif? Une apparition de la Sainte-Vierge? Le décès foudroyant de Bergoglio célébrant la messe funéraire?

La prophétie suivante, celle concernant Bergoglio, a été influencée dans son analyse par ce qu’en déduisait l’auteur du livre, Pier Carpi (voir son analyse).

Mais une toute autre interprétation est possible, en tenant compte du fait que Benoît XVI est toujours vivant, maintenant, pendant le règne de François.

Avec cette perspective en tête, on réalise que les trois prophéties de Jean XXIII concernant Jean-Paul II, Benoît XVI, et François sont interreliées, et non des événements se produisant à la suite de l’autre comme la suite des papes précédents du livre de Pier Carpi.

« Ton règne sera grand et bref. Père, il sera bref mais il te mènera loin, dans la lointaine terre où tu es né et où tu seras enseveli. » (prophétie concernant François)

Cette prophétie s’adresse évidement à Bergoglio.

Lors de son décès,  « A Rome ils ne voudront pas te donner. ».

Évidement, car il est la figure de proue de l’église conciliaire progressiste.

C’est Rome qui ne veut pas le donner, et non l’Église de la Tradition, qui au contraire, y verra une libération,  la résurrection de la foi via la résurrection des deux témoins!

« Et il y aura un autre Père, avant que tu sois enseveli, pour prier loin pour toi, pour les blessures de la Mère. »

« Avant que tu sois enseveli » ne veut pas nécessairement dire qu’il est mort.

C’est un ordre de temps : AVANT

La conclusion évidente est qu’un autre pape serait immédiatement élu après le décès de Bergoglio, anticipant même une consécration immédiate du cardinal Pietro Parolin, sans conclave, face à la situation exceptionnelle qui arrivera (i.e. la terre frisera le massacre).

Mais Parolin ne serait pas Père. Il dirigerait l’église, en tant que secrétaire d’État (pas de conclave suite au décès inattendu de Bergoglio dans un situation critique: Pandémie? Confinements? Guerre? Invasion russe de Rome?) dans sa dernière tribulation qui mène à la destruction physique de Rome, comme Jérusalem a été détruite en 70.

C’est le Petrus Romanus de la fin de la prophétie de St-Malachie.

MAIS, cela pourrait aussi être Benoît XVI qui vit au monastère Mater Ecclesiæ, qui effectivement, connaissant la situation critique dont nous avons discuté plus haut, ne fait que prier et être le chien de garde de l’Église, le katéchon.

Alors « Mikail et Jean descendront sur terre. »

C’est la fin du sixième sceau et de la sixième trompette.

C’est le prologue à la prochaine prophétie, le septième sceau.

« Le grand frère d'Orient fera trembler le monde par la croix renversée sans les lis. »

On pense toujours à un membre du clergé (les cardinaux sont frères dans les prophéties concernant l’Église), ou d’un dirigeant religieux musulman.

Mais, « frère d’Orient » et « judéo-maçonnerie » sont des termes très liés, et surtout à la solde de Satan, à la croix renversée sans les lis.

Dans cette fin des temps, c’est bien la franc-maçonnerie qui jubile en faisant trembler le monde par sa grande réinitialisation, les rumeurs de guerres, et surtout la pandémie!

La croix renversée avec les lis, c’est Saint-Pierre.

Sans les lis, c’est Lucifer devenu Satan.

Lucifer, c’est selon plusieurs interprétations occultes, celui qui préside à l’Orient, associé à la planète vénus, au pentagramme.

Alors que le vrai Fils d’Orient est le Christ.

Veni, veni, o Oriens
Viens, viens ô Orient
Réconforte nous par ton avènement ;
Repousse les brouillards de la nuit
Et les ténèbres sinistres de la mort. (Veni, veni Emmanuel – hymne de l’Avent.)

« Le nouveau Père ira vers lui mais laissera la Mère orpheline. »

Non pas le nouveau père qui prie pour les blessures de la Mère, blessée à mort par le progressisme œcuménique post Vatican II, mais le nouveau père élu, qui a fait mourir les espoirs placés en lui le soir du 13 mars 2013, en plongeant finalement l’église dans le marxisme socialiste, l’outil cher à la judéo-maçonnerie.

Bergoglio a bel et bien laissé la mère, l’Église de la Tradition, isolée, orpheline.

Rome est très fière de sa nouvelle approche synodiale, pour et par le peuple, pour « vivre » la nouvelle église des pauvres, église politisée, église socialiste marxiste, vendue à la judéo-maçonnerie par son Judas.

Trop tard nous avons été témoins de ses actions, et sa renonciation au titre de vicaire du Christ a confirmé le tout : Rome est devenu le siège de l’Antéchrist!

Lorsque le 7ème sceau est ouvert à la prophétie suivante, c’est la précipitation dans le feu purificateur.

« La longue paix fera oublier les erreurs passées. Elle fera oublier le grand frère crucifié renversé… »

La longue paix après 1945 et surtout la période post-Vatican II en ce qui concerne l’Église, a fait oublié le grand frère crucifié renversé, c’est à dire Saint-Pierre.

C’est le signe de l’apostasie généralisée.

« Où croyez-vous fuir, maintenant que vous avez détruit les Églises et tué le dernier Père ? » confirme la prophétie.

Non pas Bergoglio. Non pas un autre pape (comme nous anticipions le cardinal Pietro Parolin).

Mais Benoît XVI. Qui est assassiné à petit feu.

C’est là le mystère d’iniquité qui se révèle petit à petit, une branche saine et l’autre pourrissant, avec chacun son représentant à sa tête.

Louise de Jésus : « au septième sceau, l’Archange saint Michel tuera de son souffle l’Antéchrist, « qui tombera mort au milieu de ses partisans. Et alors les grands châtiments commenceront à pleuvoir sur la terre, la famine, la peste, une terrible guerre sur mer et sur terre, puis un embrasement qui sera l’œuvre de la secte impie et incendiaire. »

Au septième sceau, c'est la mort du système Antéchrist et de ses deux bêtes, celle de la mer, et de la terre.

Il est intéressant de constater (voir analyse générale; Jean-Paul I ne comptant pas) maintenant qu’il y a bien eu trois pape depuis la mort de Jean XXIII, le dernier, Bergoglio, ayant renoncé à tout ce qui le qualifiait de pape, et qu’il est le faux prophète, l'antéchrist personnifié des tribulations.

Constatons aussi que (selon les devises de la prophétie de St-Malachie) nous sommes en présence des deux papes la « labeur du soleil » et la « gloire de l’olive ».

Nous savons donc que le soleil aura une part importante à jouer dans la chute technologique de Babylone (le miracle du soleil à Fatima en 1917) et que les « deux témoins » sont les « deux oliviers » qui ressusciteront.

La clé, le moment critique où tout bascule, est le décès de Benoît XVI.

Un événement spectaculaire aurait lieu à ses funérailles, devant la tombe de Jean-Paul II, située à la chapelle Saint-Sébastien, à l’entrée de la basilique Saint-Pierre.

Ce n’est donc qu’une question de temps, d’un très court temps...

Décembre 2021

28 décembre

LE SAINT AUX PIEDS NUS

« Alors le saint aux pieds nus descendra du mont et, devant la tombe du va-nu-pieds, éclatera le règne béni de la Très Sainte Vierge.
Écoutez ses paroles. »

Dans l’analyse de la prophétie de Jean XXIII concernant Jean-Paul II, nous avions identifié le personnage du dalaï lama comme le probable « saint aux pieds nus » de la prophétie.

Les années de pontificat Benoît XVI/François, nous donnent matière à réfléchir quant à l’identification du « saint ».

Bergoglio est l’Antéchrist sur le trône prophétisé à La Salette, celui qui correspond au fils de la perdition de Saint-Paul :

« Que personne ne vous égare d'aucune manière ; car auparavant viendra l'apostasie, et se manifestera l'homme de péché, le fils de la perdition,l'adversaire qui s'élève contre tout ce qui est appelé Dieu ou honoré d'un culte, jusqu'à s'asseoir dans le sanctuaire de Dieu, et à se présenter comme s'il était Dieu. » (Thes. 2, 3-4)

Bergoglio est celui qui s’élève contre la tradition, nous en avons eu les preuves évidentes et certaines en 2021.

Il s’est déifié au point de se prendre pour Dieu afin de résoudre tous les problèmes de la planète: problèmes économiques, migration, pauvreté, réchauffement climatique, etc.

Benoît XVI, c’est celui-ci :

« Et maintenant vous savez ce qui le retient, pour qu'il se manifeste en son temps. Car le mystère d'iniquité s'opère déjà, mais seulement jusqu'à ce que celui qui le retient encore paraisse au grand jour. » (Thes. 2, 6-7)

Les actes posés par chacun de ces derniers nous confirment que nous sommes en présence du katéchon (Benoît XVI) et du destructeur de l’église (Bergoglio).

La prophétie de mai 2026 de Don Bosco pour le retour du Lys comme échéance nous confirme aussi qu’il reste peu de temps avant le Jugement.

Pieds nus, va-nu-pieds… Deux termes qui portent à confusion et qui suggèrent le voyage, les pèlerinages, etc.

Alors que, cela signifie aussi simplicité, oubli de soi pour l’amour des autres, sacrifice, celui qui n’a rien...

Comme Saint-Benoît qui a renoncé à tout.

La sainteté dans l’église catholique exprime l'état de communion avec Dieu, dans l'Église, par le baptême.

Alors, le dalaï lama peut-il être saint?

Évidement que non selon cette définition.

Il ne répond pas à cette condition car le seul chemin menant au Père, c’est le Christ.

De manière concise, la « sainteté » s'exprime comme le désir et la vocation de tout homme à rejoindre le Christ dans un état de  communion. Il s'agit, selon l'Évangile, d'une action impossible à l'être humain mais pas à Dieu et qui se fait par la collaboration de l'être humain à l'action divine dans le monde. Le « saint » est donc toute personne qui parvient à cette proximité.

Les saints au sens strict sont ceux qui, comme « le bon larron » à qui le Christ dit : « Aujourd'hui, tu seras avec moi au Paradis », ont atteint la béatitude éternelle, contemplent Dieu au Ciel et intercèdent pour les êtres humains ici-bas.

Benoît XVI est le bon larron.

Après avoir suivi Jean-Paul II dans le mensonge avec la révélation du troisième secret de Fatima en 2000, et lorgné du côté de la mondialisation au tout début de son mandat, il a vite réalisé la corruption intérieure de l’Église et a préféré démissionné de sa charge administrataive pour la protéger.

Il est devenu le bon larron, le katéchon.

Il est fort probablement le saint aux pieds nus.

Un petit rappel qui révèle la sainteté, et sa condition de « pieds nus ».

Le Cardinal Joseph Ratzinger est né à Marktl am Inn, dans le diocèse de Passau (Allemagne), le 16 avril 1927, soit un samedi saint.

Le 25 novembre 1981, quatre ans et demi après leur première rencontre, Jean-Paul II nomme le cardinal Ratzinger préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi.

Il devient le conseiller et ami fidèle de Jean-Paul II qui le veut à ses côtés jusqu’à la fin. Un simple et humble ouvrier dans la vigne du Seigneur.

« Donner un nom sacré aux choses sacrées, donner un nom profane aux choses profanes. Dans ta maison tu recevras un saint aux pieds nus » (prophétie concernant Jean-Paul II).

Benoît en latin, Benedictus , veut dire béni de Dieu.

Saint-Benoît est le « Patron de l’Europe ».

Sa parole de Vie : « Ne rien préférer à l’amour du Christ ».

Le cardinal Ratzinger avait l’habitude de dire qu’en tant que préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, sa tâche était de défendre la foi des simples contre les doctrines ambiguës et erronées de ceux que l’on appelle les sages de ce monde.

Il a toujours insisté pour avoir le droit de publier ses livres malgré que plusieurs voulaient et veulent le faire taire.

Et on pourrait ajouter aujourd’hui, qu’il nous défend contre les errances de Bergoglio, ce qu’il fait à merveille via les préfaces qu’ils signent dans les nombreux livres à des moments opportuns (rappelez vous le livre du cardinal Sarah après le synode amazonien, qui a forcé Bergoglio à reculer).

Le cardinal Ratzinger EST le gardien de la foi encore aujourd’hui.

Ce qui est impossible pour le préfet actuel sous la garde de Bergoglio, qui a les mains liées.

«Coopérateur de la vérité», comme le spécifiait sa devise épiscopale.

« Il y a ensuite une autre clef qui permet une lecture complémentaire de la personnalité du Saint-Père et qui ne peut être négligée: le nom qu’il s’est choisi, Benoît. Qui, en effet, plus que saint Benoît de Norcia incarne cette synthèse entre contemplation et action, laquelle a donné une juste réponse à la grande crise du passage entre l’Empire romain et ce qui allait devenir l’Europe?

Aujourd’hui, nous sommes dans une autre longue période de transition historique. Celle-ci a culminé de façon tragique en Europe, au XXe siècle, et se dirige vers une fin encore mal définie, qui ne sera certainement pas eurocentrique mais bien plutôt globale. » cardinal Tarcisio Bertone (benoit-et-moi.fr)

« En la personne de Benoît XVI c’est un chef d’Église aux principes clairs et à la volonté forte qui est monté sur la scène de la politique mondiale. Le nom de pape qu’il s’était choisi, Benoît, indique qu’il portait sur son temps un diagnostic pessimiste, comparant la situation actuelle et la décadence qui caractérisait la romanité tardive à l’époque de saint Benoît. Déjà, dans l’homélie qu’il avait prononcée à la veille de son élection, le 18 avril 2005, il avait pris clairement position à ce sujet. » (chiesa.espresso.republica.it)

Cette partie du sermon avant le conclave de 2005 :

« Combien de vents de la doctrine avons-nous connus au cours des dernières décennies, combien de courants idéologiques, combien de modes de la pensée... La petite barque de la pensée de nombreux chrétiens a été souvent ballottée par ces vagues - jetée  d'un  extrême  à  l'autre:  du marxisme au libéralisme, jusqu'au libertinisme; du collectivisme à l'individualisme radical; de l’athéisme à un vague mysticisme religieux; de l'agnosticisme au syncrétisme et ainsi de suite. Chaque jour naissent de nouvelles sectes et se réalise ce que dit saint Paul à propos de l'imposture des hommes, de l'astuce qui tend à les induire en erreur (cf. Ep 4, 14). Posséder une foi claire, selon le Credo de l’Église, est souvent défini comme du fondamentalisme. Tandis que le relativisme, c'est-à-dire se laisser entraîner "à tout vent de la doctrine", apparaît comme l'unique attitude à la hauteur de l'époque actuelle. L'on est en train de mettre sur pied une dictature du relativisme qui ne reconnaît rien comme définitif et qui donne comme mesure ultime uniquement son propre ego et ses désirs.

Nous possédons, en revanche, une autre mesure:  le Fils de Dieu, l'homme véritable. C'est lui la mesure du véritable humanisme. Une foi "adulte" ne suit pas les courants de la mode et des dernières nouveautés; une foi adulte et mûre est une foi profondément enracinée dans l'amitié avec le Christ. C'est cette amitié qui nous ouvre à tout ce qui est bon et qui nous donne le critère permettant de discerner entre le vrai et le faux, entre imposture et vérité. Cette foi adulte doit mûrir en nous, c'est vers cette foi que nous devons guider le troupeau du Christ. Et c'est cette foi, - cette foi seule - qui crée l'unité et qui se réalise dans la charité. Saint Paul nous offre à ce propos - en contraste avec les tribulations incessantes de ceux qui sont comme des enfants ballottés par les flots - une belle parole:  faire la vérité dans la charité, comme formule fondamentale de l'existence chrétienne. Dans le Christ, vérité et charité se retrouvent. Dans la mesure où nous nous rapprochons du Christ, la vérité et la charité se confondent aussi dans notre vie. La charité sans vérité serait aveugle; la vérité sans charité serait comme "cymbale qui retentit" (1 Co 13, 1). » (vatican.va)

Benoît XVI, plus que quiconque au Vatican, comprenait l’enjeu pour l’Église, à la fin des temps.

« Le saint parlera aussi pour toi dans chaque contrée et du monde des blanches fleurs t'envelopperont.»

Le cardinal Ratzinger a parlé en tant que préfet, et par ses livres en tant que cardinal.

Il a donc marché main dans la main pendant presque tout le pontificat de Jean-Paul II.

« Et tu te feras va-nu-pieds, et tu marcheras avec le saint va-nu-pieds.» (prophétie concernant Jean-Paul II)

Durant 23 ans, il rencontra Jean-Paul II chaque vendredi soir pour faire le point sur le travail de la congrégation pour la doctrine de la foi.

Ils se voyaient aussi au déjeuner du mardi, et parfois avant, pour discuter, souvent avec d'autres, des questions théologiques relatives aux documents et interventions que prépare le pape (encycliques, audience du mercredi, discours…).

L'encyclique Veritatis Splendor, que Joseph Ratzinger considère comme le texte théologiquement le plus élaboré du pontificat de Jean Paul II, doit beaucoup à leur collaboration.

À suivre...

21 décembre

Il y a guerre dans l'Église.

C'est le temps des décisions.

Satan séduit par mensonge, et le faux prophète, Antéchrist sur le trône, n'en manque pas une pour leurrer les âmes comme nous l'avons vu dans le dernier article.

Mais...

« on ne doit pas obéir à un ordre injuste et mauvais car l’obéissance cesserait d’être une vertu pour se transformer en servilité. »

« Avec la grâce de Dieu et l’aide puissante de la prière, cette loi injuste doit être combattue. C’est ce qu’affirme l’ abbé Claude Barthe après la réponse de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements concernant les dubia sur certaines dispositions de la lettre apostolique Traditionis custodes .


Selon l’abbé Barthe, liturgiste, professeur à l’ Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre, la résistance doit être mise en œuvre partout, « tant dans les séminaires que dans le champ de l’apostolat ».

« Je reste convaincu – poursuit-il – qu’avec Traditionis custodes, les Romains intransigeants ont déclenché une guerre qu’ils ne peuvent que perdre. Mais une guerre qui peut causer de gros dégâts, il ne faut pas le cacher. Nous devons donc prier intensément pour soutenir ceux qui auront à prendre des décisions ».

L’abbé Barthe, qui est aussi aumônier du pèlerinage Summorum pontificum , ne cache pas les risques pour tous ceux qui décident de résister : évêques, supérieurs, prêtres, séminaristes. Suspension a divinis possible, et suppression pour les communautés. « En tout cas, le rapport de force est aujourd’hui bien plus favorable au monde traditionnel qu’il n’y paraît ».

« Les abus spirituels continuent » titre Crisismagazine.com en précisant, dans une note d’Eric Sammons, que « le pape François poursuit sa guerre contre la célébration traditionnelle des sacrements ».

Concernant les dispositions établies par les dirigeants du Vatican, Sammons est explicite : « Il n’y a qu’une seule façon de le dire : ce sont de mauvais ordres. Il peut être diplomatique d’essayer d’adoucir le commentaire, mais en temps de guerre, la diplomatie est mise à l’écart. Et ne vous méprenez pas : c’est une guerre car le pape lui-même l’a déclarée à tout catholique fidèle aux formes antiques de la liturgie romaine ». De plus, « ce sont des ordres méchants et vindicatifs. Elles ressemblent à une purge soviétique des dissidents menée en 1988. Les murs s’effondrent autour de l’Église, mais, au lieu d’essayer de les réparer, le pape et le Vatican abattent le seul mur solide « et » le fait que ces directives soient promulguée une semaine avant Noël ne fait qu’amplifier leur méchanceté ».

« Il y a quelques années – écrit Sammons – un ami a dit qu’il croyait que le pape François était un père spirituellement violent. Je frissonnai instinctivement. Pour mon sens catholique inné, un tel langage était inapproprié pour le Saint-Père. Mais maintenant, je ne vois pas comment les actions du pape concernant l’ancien rite peuvent être considérées comme autre chose que des abus. »

« Un père violent est un maître de la manipulation. Fait croire que le problème, ce sont les enfants. Cela déforme la réalité afin qu’ils pensent qu’ils méritent l’abus et, s’ils osent le défier, les présente comme des membres de la famille sans amour et qui divisent. Ses enfants vivent dans un état constant d’insécurité et de confusion, et c’est ainsi que le pape actuel traite ses enfants fidèles au rite antique. S’ils trouvent que leur vie spirituelle s’enrichit en assistant à la Messa vetus ordo , il suggère qu’ils ont des tendances schismatiques. Si pour eux la messe paroissiale novus ordoce n’est pas satisfaisant, il les accuse de rejeter Vatican II. Et quand ils se plaignent de son traitement injuste à leur égard, il dit que tout montre qu’ils ont besoin de nouvelles corrections. C’est un abus spirituel, pur et simple ».

« J’espère et prie – conclut Sammons – que les évêques du monde entier ignoreront tout simplement ces dernières directives. Ce ne serait pas la première fois que les commandements du Vatican seraient ignorés. Le canon 87 précise que « l’évêque diocésain, chaque fois qu’il juge contribuer à leur bien spirituel, peut dispenser les fidèles des lois disciplinaires universelles et particulières édictées pour son territoire ou pour ses sujets par l’autorité suprême de l’Église ». De toute évidence, se dispenser de ces directives est pour le bien spirituel de beaucoup. Si un évêque diocésain veut éviter d’être lui-même un père abusif, il doit ignorer ces commandements et s’occuper des besoins spirituels de ses enfants ».

« Il suffit de connaître ne serait-ce que l’ABC de la théologie morale – dit Don Andrea Mancinella, un ermite du diocèse d’Albano – pour savoir qu’un ordre injuste et mauvais ne doit pas être obéi, car l’obéissance cesserait immédiatement d’être une vertu pour se transformer en servilité, qui est au contraire un péché ».

« Alors ne paniquez pas, vous devez simplement suivre la doctrine catholique. Pour le reste, Dieu lui-même pourvoira : nous chassent-ils des paroisses et des églises ? Et puis on va faire la fête dans les maisons des bons fidèles catholiques, ou dans les garages, ou à l’extérieur. Point ». » (aldomariavalli.it - traduction)

« L’étrange synodalité de Bergoglio, qui n’écoute que le fidèle « vetus ordo »

L’Église synodale, qui a fait exploser la révolution de la tendresse, a donné un autre exemple clair de la direction que prennent sa synodalité et sa tendresse, avec la réponse à certaines dubia envoyées par les évêques à la Congrégation pour le culte divin sur l’application des Traditiones Custodes . Bien sûr, les réponses de ces dubia (à laquelle il a été répondu rapidement, pas comme d’autres qui attendent toujours), visent toutes à étouffer davantage la liturgie traditionnelle dans l’Église catholique.

La synodalité, nous explique le Pape François, exige que l’Église écoute tout le monde, et insiste sur « tout le monde », sans aucune exception. Mais les faits, plus éloquents que les mots, nous disent qu’il existe un groupe qu’il ne faut jamais écouter et qu’il faut plutôt massacrer : celui des catholiques traditionalistes, obstacle qu’il faut éliminer au plus vite.

Il y a des détails dans le document qui suscitent l’incrédulité. Il est écrit, par exemple : « De plus, cette célébration [nous nous référons à la messe traditionnelle] n’est pas appropriée pour être incluse dans l’horaire des messes paroissiales, car elle n’est fréquentée que par les fidèles adhérant au groupe. Enfin, il faut éviter qu’il y ait concomitance avec les activités pastorales de la communauté paroissiale ». Une discrimination documentée, de peur que les fidèles « normaux » ne soient infectés par le virus traditionaliste. Les fidèles du groupe traditionaliste doivent rester isolés et protégés, évitant tout contact avec des personnes normales. Et il ne faut pas oublier qu’il y a cinq jours, le Vatican s’est excusé pour avoir fait du mal à la communauté LGBT en supprimant de sa page officielle un lien vers un site d’un groupe qui défend les droits des homosexuels, car les pauvres s’étaient sentis discriminés. Je me demande si les cardinaux de la Curie ou le pape François sont capables de percevoir la douleur qu’ils causent aux fidèles catholiques qui préfèrent la liturgie traditionnelle et qui se sentent aussi discriminés par des dispositions comme celles-ci. Nous ne nous attendons pas à des excuses publiques comme cela s’est produit pour la communauté LGBT ; on s’attend encore moins à ce que la référence aux liens de sites traditionalistes soit incluse dans le site officiel du Vatican. Nous nous contentons de ne pas être persécutés et de pouvoir exister.

...

Comme l’a souligné le Père Claude Barthe, le problème le plus grave et le plus complexe se posera dans les séminaires des communautés religieuses Ecclesia Dei, puisque le document interdit explicitement l’utilisation du Pontificale Romanum avant la réforme liturgique. En d’autres termes, il interdit l’attribution des sacrements de confirmation et d’ordination sacerdotale selon le rite traditionnel. Et les nombreux séminaristes qui peuplent ces séminaires sont là précisément parce qu’ils veulent être ordonnés avec ce rite, et plus tard veulent pouvoir le célébrer. Interdire le traditionnel Pontificale Romanum c’est un coup porté au cœur de ces communautés (on dit que d’autres coups viendront en février). Face à cela, le Père Barthe insiste sur le fait que le devoir est de résister à une loi injuste. Et je suis d’accord. Ce seront les dirigeants de ces instituts, conseillés par des experts, qui initieront la résistance de la manière qu’ils jugeront la plus efficace.

Enfin, quelques réflexions.

...

Le mouvement traditionaliste est trop grand pour être dispersé à force de documents et les évêques ont eu de nombreuses années à leur disposition pour voir les fruits de la liturgie traditionnelle dans leurs fidèles.

Ce document ne fait qu’attiser le feu. La pax liturgica que le pape Benoît avait obtenue a été brisée, et ce sera la guerre. Mais comme la guerre cause des dégâts, dans bien des cas graves, aucun évêque catholique ne voudra de guerres sanglantes dans son diocèse. Nous devrons endurer l’averse et espérer que Bergoglio mourra le plus tôt possible. J’espère que son successeur, quel qu’il soit, reviendra à la pax benedictina , sinon par conviction, du moins pour ne pas voir son pontificat ensanglanté.

Il y a quelques jours, l’annonce sensationnelle du cardinal Burke de son retour à la vie publique avec une série de cérémonies pontificales et traditionnelles a attiré mon attention. Ce n’était pas le bon moment, pourtant il a eu le courage de parler et d’agir selon sa conscience. Ce n’est plus le même homme qui a vu la mort en face et était sur le point de traverser Léthé (je suppose que je n’ai pas eu une telle expérience ; bien que j’en connaisse plusieurs qui l’ont vécu mais qui sont restés aussi mauvais et pécheurs que avant de). Mais peut-être que le cardinal aura le courage de résister et, par exemple, pourrait célébrer une ordination sacerdotale à la suite du pontifical traditionnel. Qu’est-ce qui pourrait arriver? Il pourrait être suspendu a divinis, mais Bergoglio, le roi de la miséricorde, oserait-il le faire ? Le même pape qui a accordé aux prêtres de la FSSPX de célébrer les sacrements de mariage et de pénitence selon le rite traditionnel suspendrait-il un cardinal de la Sainte Église romaine pour un acte similaire ? Que se passerait-il si une telle chose arrivait ? Il créerait un nouveau Lefebvre, et cela ne convient à personne, encore moins à lui. » (caminante-wanderer.blogspot.com)


19 décembre

Ce qui était une rumeur la semaine dernière ne l’est plus.

Voilà. C’est fait.

Bergoglio interdit les sacrements et l’ordination dans les paroisses établies par l’évêque avec le rite traditionnel comme prévu.

C'est un préambule faisant parti de sa feuille de route pour éliminer la présence réelle.

Sa destruction de l'Église continue.

« Le Saint-Siège répond aux questions des évêques sur la célébration de la messe en latin…

Les sacrements dans le rite ancien

Le deuxième «dubium» concerne la possibilité de célébrer non seulement l’Eucharistie (avec le Missale Romanum de 1962, objet de la concession) mais aussi les autres sacrements prévus par le Rituale Romanum (la dernière editio typica date de 1952) et le Pontificale Romanum précédents à la réforme liturgique. Rappelons tout d’abord que le Rituale Romanum couvre les sacrements du baptême, de la pénitence, du mariage, de l’onction des malades et des sacramentaux tels que les rites funéraires. Le Pontificale Romanum, quant à lui, concerne les sacrements présidés par l’évêque, c’est-à-dire la confirmation et les ordinations. La réponse est négative : l’autorité du Saint-Siège estime en effet que pour progresser dans la direction indiquée par François, la possibilité d’utiliser des livres liturgiques abrogés ne peut être accordée, mais qu’il faut accompagner les fidèles «vers une pleine compréhension de la valeur de la forme rituelle» issue de la réforme liturgique. Toutefois, il existe des distinctions importantes. Le «responsum» précise qu’il ne sera possible d’utiliser l’ancien rite que dans les «paroisses personnelles érigées canoniquement», c’est-à-dire exclusivement dans les paroisses déjà établies par l’évêque et dédiées aux fidèles liés à l’ancien rite. Toutefois, dans ces mêmes paroisses, il ne sera pas permis d’utiliser le Pontificale pour les confirmations et les ordinations. La raison de cette interdiction, en ce qui concerne la confirmation, s’explique par le fait que la formule même du sacrement de la confirmation a été modifiée par saint Paul VI et qu’il n’est donc pas jugé opportun d’utiliser une formule abolie, étant donné les changements substantiels apportés… » (vaticannews.va)

C’est une déclaration de guerre à ses fidèles.

Nous arrivons tranquillement à l’ouverture du 7ème sceau.

« Il y aura la guerre dans la Mère, et les troupeaux se disperseront. »

Tel est la constatation de Jean XXIII dans la prophétie de l’Église #11.

« Les cris et les barrières de la contestation se lèvent, mais déjà la Bête sort de l'eau.» (prophétie politique #32 « Le Temps est Proche »)

« Avec la grâce de Dieu et l'aide puissante de la prière, cette loi injuste doit être combattue. C'est ce qu'affirme l' abbé Claude Barthe après la réponse de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements concernant les dubia sur certaines dispositions de la lettre apostolique Traditionis custodes .

Selon l'abbé Barthe, liturgiste, professeur à l' Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre, la résistance doit être mise en œuvre partout, « tant dans les séminaires que dans le champ de l'apostolat ».

« Je reste convaincu - poursuit-il - qu'avec Traditionis custodes, les Romains intransigeants ont déclenché une guerre qu'ils ne peuvent que perdre. Mais une guerre qui peut causer de gros dégâts, il ne faut pas le cacher. Nous devons donc prier intensément pour soutenir ceux qui auront à prendre des décisions ».

L'abbé Barthe, qui est aussi aumônier du pèlerinage Summorum pontificum , ne cache pas les risques pour tous ceux qui décident de résister : évêques, supérieurs, prêtres, séminaristes. Suspension a divinis possible, et suppression pour les communautés. "En tout cas, le rapport de force est aujourd'hui bien plus favorable au monde traditionnel qu'il n'y paraît".

"Les abus spirituels continuent" titre Crisismagazine.com en  précisant, dans une note d'Eric Sammons, que "le pape François poursuit sa guerre contre la célébration traditionnelle des sacrements".

Concernant les dispositions établies par les dirigeants du Vatican, Sammons est explicite : « Il n'y a qu'une seule façon de le dire : ce sont de mauvais ordres. Il peut être diplomatique d'essayer d'adoucir le commentaire, mais en temps de guerre, la diplomatie est mise à l'écart. Et ne vous méprenez pas : c'est une guerre car le pape lui-même l'a déclarée à tout catholique fidèle aux formes antiques de la liturgie romaine ». De plus, « ce sont des ordres méchants et vindicatifs. Elles ressemblent à une purge soviétique des dissidents menée en 1988. Les murs s'effondrent autour de l'Église, mais, au lieu d'essayer de les réparer, le pape et le Vatican abattent le seul mur solide « et » le fait que ces directives soient promulguée une semaine avant Noël ne fait qu'amplifier leur méchanceté ».

« Il y a quelques années - écrit Sammons - un ami a dit qu'il croyait que le pape François était un père spirituellement violent. Je frissonnai instinctivement. Pour mon sens catholique inné, un tel langage était inapproprié pour le Saint-Père. Mais maintenant, je ne vois pas comment les actions du pape concernant l'ancien rite peuvent être considérées comme autre chose que des abus. »

« Un père violent est un maître de la manipulation. Fait croire que le problème, ce sont les enfants. Cela déforme la réalité afin qu'ils pensent qu'ils méritent l'abus et, s'ils osent le défier, les présente comme des membres de la famille sans amour et qui divisent. Ses enfants vivent dans un état constant d'insécurité et de confusion, et c'est ainsi que le pape actuel traite ses enfants fidèles au rite antique. S'ils trouvent que leur vie spirituelle s'enrichit en assistant à la Messa vetus ordo , il suggère qu'ils ont des tendances schismatiques. Si pour eux la messe paroissiale novus ordoce n'est pas satisfaisant, il les accuse de rejeter Vatican II. Et quand ils se plaignent de son traitement injuste à leur égard, il dit que tout montre qu'ils ont besoin de nouvelles corrections. C'est un abus spirituel, pur et simple".

« J'espère et prie - conclut Sammons - que les évêques du monde entier ignoreront tout simplement ces dernières directives. Ce ne serait pas la première fois que les commandements du Vatican seraient ignorés. Le canon 87 précise que « l'évêque diocésain, chaque fois qu'il juge contribuer à leur bien spirituel, peut dispenser les fidèles des lois disciplinaires universelles et particulières édictées pour son territoire ou pour ses sujets par l'autorité suprême de l'Église ». De toute évidence, se dispenser de ces directives est pour le bien spirituel de beaucoup. Si un évêque diocésain veut éviter d'être lui-même un père abusif, il doit ignorer ces commandements et s'occuper des besoins spirituels de ses enfants ».

"Il suffit de connaître ne serait-ce que l'ABC de la théologie morale - dit Don Andrea Mancinella, un ermite du diocèse d'Albano - pour savoir qu'un ordre injuste et mauvais ne doit pas être obéi, car l'obéissance cesserait immédiatement d'être une vertu pour se transformer en servilité, qui est au contraire un péché".

« Alors ne paniquez pas, vous devez simplement suivre la doctrine catholique. Pour le reste, Dieu lui-même pourvoira : nous chassent-ils des paroisses et des églises ? Et puis on va faire la fête dans les maisons des bons fidèles catholiques, ou dans les garages, ou à l'extérieur. Point". » (adomariavalli.it)

Mgr Vigano dans son message de Noël après avoir encore une fois cette semaine, avec l’aide du cardinal Müller cette fois, mis en garde contre le nouveau système satanique :

« Viens, Emmanuel, lâche Israël captif. Viens, Emmanuel : libère ton peuple captif. Libère-le aussi aujourd'hui, comme tu l'as libéré avec ta très sainte naissance et avec ta passion et ta mort. Libérez la Sainte Église en révélant les faux bergers et mercenaires, comme vous avez révélé l'envie des Grands Prêtres et leurs silences sur les Prophéties messianiques, cachées aux simples. Libère les nations des mauvais dirigeants, de la corruption, de l'esclavage du pouvoir et de l'argent, de l'esclavage du Prince de ce monde, du mensonge de la fausse liberté, de la tromperie du faux progrès, de la rébellion à Ta sainte Loi. Libère chacun de nous de ses misères, du péché, de l'orgueil, de la présomption de pouvoir se sauver sans Toi. Délivre-nous de la maladie qui afflige notre âme, de la peste des vices qui infectent notre vie, de l'illusion de pouvoir vaincre la mort, qui est la récompense de notre rébellion. Parce que Toi seul, ô Seigneur, es le vrai Libérateur ; ce n'est qu'en Toi qui es la Vérité que nous serons libres, nous verrons tomber les chaînes qui nous lient au monde, à la chair et au diable.

Veni, ou Oriens. Viens, Orient : chasse les ombres de la nuit et dissipe les ténèbres de la nuit. Allez, Clavis Davidica . Viens, clef de David, ouvre tout grand la patrie céleste ; faire le chemin vers le ciel en toute sécurité et fermer la porte de l'enfer. Viens, Adonaï . Viens, ô Puissance, tu as donné la loi d'en haut à ton peuple sur le Sinaï, dans la majesté de la gloire. Viens, Rex gentium. Viens, Roi des peuples, régner sur nous, Prince de la Paix, Ange du Grand Conseil. Venez descendre dans le temps et dans l'histoire, secouez cette tour infernale de Babel que nous avons bâtie en Vous défiant en Votre Majesté.

Viens, Seigneur. Car dans ces deux années de folie pandémique nous avons compris que l'Enfer ne consiste pas tant dans la souffrance du corps, mais dans le désespoir de Te connaître au loin, dans Ton silence, à nous laisser sombrer dans l'horreur sourde de Ton absence .
Et bénie soit votre Très Sainte Mère et notre Mère, que vous nous avez laissée à côté de nous en ces jours terribles comme notre Avocate, car dans la vision de cet enfer sur terre, nous pouvons trouver la médecine spirituelle à travers laquelle vous accueillir dans notre âme, dans nos familles, dans nos nations, te rendant cette couronne que nous t'avons usurpée.

Bénis, ô Enfant Roi, ceux qui se laisseront conquérir par Ton amour, pour lequel tu n'as pas hésité à t'incarner et à mourir pour nous. Que l'émerveillement reconnaissant de ceux qui sont morts en Adam, le nouvel Adam renaît en Toi, réponde à cet Amour divin; de ceux qui, étant tombés avec Eve, en Maria la nouvelle Eve peut ressusciter.

Et qu'il en soit ainsi.

+ Carlo Maria Viganò, archevêque

Samedi des Quatre Saisons de l'Avent

18 décembre 2021 »

VENI, VENI EMMANUEL (chant et musique)

18 décembre

L’année 2021 se termine dans un atmosphère de tensions constantes au niveau géopolitique : guerres Russie/États-Unis et alliés en Ukraine, Israël/Iran, Chine/Taïwan et alliés, la question de la Biélorussie, …

Ce sont les rumeurs de guerres de la fin des temps.

Rumeurs de guerres qui confirment que la prophétie politique #22 « Grand Éclair à l’Orient » est plus que jamais à nos portes.

La France, le pays, est peut-être l’esprit trouble, inconnue de tous, qui a ourdi le crime contre elle-même.

En effet, dans cette ultime étape de la grande réinitialisation que nous allons franchir en 2022, l’élite (refusez les assassins que présenteront) grâce à ses pions politiques en place (refusez ceux qui seront présentés) imposera sa volonté aux peuples.

En Europe, le fils spirituel des Rothschild, le président Macron, sera élevé mystiquement au rang de roi (la France prend les rennes de l’Union Ruropéenne le 1 janvier 2022), et aura pour mandat d’entamer la dernière ligne droite afin de soumettre la Fille Aînée de l’Église, et allumer le feu géopolitique.

« S’il fallait résumer en une phrase l’objectif de cette présidence, je dirais que nous devons passer d’une Europe de coopération à l’intérieur de nos frontières à une Europe puissante dans le monde, pleinement souveraine, libre de ses choix et maître de son destin » (Emmanuel Macron, 9 décembre 2021)

Le roi jupitérien sera probablement assermenté suivant l’élection du 24 avril prochain, le 1er mai, lors de la grande fusion de vénus et de jupiter, vénus représentant Lucifer, et jupiter, celui qui sacre les rois selon les traditions occultes.

Un affront à Marie encore une fois (mai est le mois de Marie).

« Ce n'est pas le temps d'un roi, ce ne l'a jamais été. Depuis la mort de Frédéric, chaque roi est usurpateur. Que le roi s'en aille, reste le peuple. L'Europe a soif, elle aura du sang dans les rues. »

Les conséquences sont assez claires.

« La terre frisera le massacre » et un seul mourra pour tous. Il était le meilleur.

Ici nous avons affaire au prochain pape suivant Bergoglio, celui qui est assassiné, ou tout simplement, et c’est hautement plus probable devant l'échéance qui reste, le décès du katéchon, Benoît XVI, car c’est lui qui ouvre la porte de la chute des deux Babylone (voir la prophétie le concernant).

La phrase « il était le meilleur » donne l'indice qu’il y a eu une erreur de parcours, qu’on ne l’a pas reconnu à sa juste valeur… dans ces temps troubles.

D’ailleurs c’est après sa mort que Jean XXIII prophétise le retour de la Sainte Vierge, ce qui est confirmé par la fin de la prophétie « Grand Éclair à l’Orient »:

« Mais aussi de grandes processions et la Vierge Heureuse descendra sur terre. Vous ne la verrez pas dans la grotte, mais dans un cœur qui revivra. Depuis les ténèbres, elle apportera la parole que tous comprendront.
C'est le temps des lettres. »

La dénomination des variants du Covid-19? Les lettres de l'alphabet grecque? Ou l'Alpha et l'Oméga.

Considérant la semaine de Daniel (7ans) et la durée de la fille de Caïn (7ans) débutant le 20 août 2018 (voir analyse « le Temps est Proche »), la moitié de la semaine où le sacrifice et l’oblation seront abolis est en 2022.

Bergoglio vient d’émettre ses directives face aux questions du Motu Proprio Traditionis Custodes : tous les sacrements selon le rite ancien sont interdits, de même que les ordinations de prêtres selon le rite ancien dans les paroisses Ecclesia Die. (vaticannews.va)

Il ne reste que deux obstacles dans son plan : que fera-t-il face à la FSSPX et face à la célébration de la Sainte Messe en latin, qui n’est pas encore interdite complètement avec les dernières directives?

Confirmant la destruction de l’église par l’abomination de la désolation, Bergoglio a fondé le 8 décembre dernier (encore un coup bas le jour de l’Immaculée Conception) sa fondation de la fraternité universelle Fratelli Tutti.

« Une « Fondation Fratelli tutti » rattachée à la basilique Saint-Pierre de Rome a été lancée mercredi par le pape François qui a signé un décret portant création officielle de la nouvelle entité. Il vise à encourager « la fraternité et le dialogue » entre les pèlerins et les touristes visitant le Vatican.

Les références à Dieu, à la Sainte Trinité, à Notre-Seigneur Jésus-Christ et à sa Mère bien-aimée sont totalement absentes de ce catalogue des « valeurs » politiquement correctes de la nouvelle fondation, parmi lesquelles les préoccupations écologistes et « la fraternité entre croyants et non-croyants sont bien sûr, primordiales.

L'exemple de ce qui se passe à Notre-Dame de Paris vient immédiatement à l'esprit : ... les projets de relooking de l'intérieur du joyau gothique incluent la création d'un « sentier de découverte » pour les personnes de toutes religions, menant à travers des chapelles dédiées aux cinq continents et messages de l'Ancien et du Nouveau Testament et culminant avec Laudato si' . La rénovation de Notre-Dame devrait inclure des bancs avec des systèmes d'éclairage modernes, des éléments d'"art contemporain" et des projections de musique et de lumière dans les chapelles latérales, "créant les conditions d'une expérience" qui plairait aux nombreux non-catholiques de la cathédrale.

La refonte de Notre-Dame veut une rupture nette avec la liturgie traditionnelle, comme l'a clairement indiqué le concepteur de la refonte, le père Gilles Drouin, fervent promoteur de Traditionis custodes ... » (lifesitenews.com)

Il n’y aura pas de retour à la normale.

La guerre des âmes est une guerre à finir et Satan est déchaîné.

Nous voyons les signes, et ces signes sont ceux de l’Espérance pour nous.

8 décembre

L'ÉTAT DE L’ÉGLISE

Le bon grain et l’ivraie dans le même champ. L’arbre avec une branche pourrissant et l’autre saine.

C’est cohérent avec la Prostituée de l’Apocalypse d’un côté, et la Femme protégée au désert de l’autre, deux images qui présentent une même épouse aux deux visages.

Cela accomplit ainsi la promesse de NSJC que les forces de l’enfer ne prévaudront pas contre elle, ce qui est le cas grâce à la Tradition.

Voilà les derniers moments de l’Église.

La branche saine pourra évidement ressusciter les « deux témoins » de l’Apocalypse!

« Est-il possible qu’il n’y ait personne, avec l’autorité nécessaire, capable de signaler le processus de destruction vers lequel le Pape François conduit l’Église ? Certes, quelqu’un s’en rend compte, mais qui devrait parler se tait.

Je rappelle quelques épisodes déconcertants de ces derniers jours. Un livre intitulé Love Tenderly est paru . Histoires sacrées de religieuses lesbiennes et queer dans lesquelles vingt-trois nonnes lesbiennes et queer (que sera une nonne queer ?) racontent leurs histoires d' »amour sacré ». La congrégation des Sœurs de la Miséricorde a exprimé l’espoir que ce livre « éclairera les esprits sur le caractère sacré et l’infinie diversité de Dieu ». Eh bien, jusqu’à présent, la Congrégation pour les Religieux du Vatican n’a rien dit et les religieuses lesbiennes, auteures du livre, continueront à se prélasser joyeusement dans leurs amours impurs.

Dans le même temps, le Saint-Père a accepté la démission de l’archevêque de Paris, Mgr Aupetit, qui lui avait mis le poste à sa disposition après qu’un hebdomadaire l’ait accusé d’avoir une relation amoureuse avec une femme. A cette accusation, l’archevêque a répondu qu’il s’agissait d’une situation ambiguë qui s’était produite en 2012, que ses supérieurs avaient toujours été au courant de la situation et que cette relation, bien que inconfortable, n’avait en aucun cas eu une dimension sexuelle. . Malgré tout cela, l’évêque fut expulsé de son siège. Monseigneur Aupetit était un évêque modéré ou conservateur, notamment sur certaines questions comme la bioéthique et l’homosexualité, sur lesquelles il s’était exprimé avec toute la clarté de la doctrine de l’Église catholique.

Il s’avère alors que le Vatican – c’est-à-dire le gouvernement de l’Église catholique – se tait face à un scandale tel que la publication des amours lesbiennes de certaines religieuses et agit avec la plus grande sévérité face à une affaire obscure. , et certainement alimentée par ses ennemis, dont elle fait intervenir un évêque respectueux de la doctrine de la foi. Et tout à la fois. N’est-ce pas fou?

Et encore plus fou, c’est que Bergoglio, lors de la conférence de presse de retour de son voyage en Grèce, a détaillé les péchés contre le sixième commandement commis par Aupetit. Peut-on être si dérangé ou si méchant ?

Le 2 décembre, rencontrant les catholiques présents à Chypre, le pape François a déclaré : « Il y a et il n’y a pas de murs dans l’Église catholique, s’il vous plaît ! C’est une maison commune, c’est le lieu des relations, c’est la coexistence des diversités : ce rite, cet autre rite… … La diversité de tous et, dans cette diversité, la richesse de l’unité « . Maintenant, quelqu’un peut-il nier l’impudence de Bergoglio ? Il faut rappeler à cet homme qu’il y a quelques mois, il a lui-même construit un immense mur, avec des barbelés et des éclats de bouteilles dessus, pour éloigner de l’Église catholique – la même qu’il prétend n’avoir pas de murs – les fidèles qui préfèrent le rite traditionnel, à travers le motu proprio Traditionis Custodes appelé.

Je ne joue à rien ; Je rapporte simplement les faits. Il s’avère qu’en quelques jours on nous dit que nous sommes dans l’Église de la diversité, où même les religieuses lesbiennes sont considérées comme la preuve de la richesse de la création divine, mais l’existence de quelques « différents » (les rigides qui selon l’évêque Roche s’accroche à un rite abrogé) est farouchement interdit. Évidemment, tous les bons et tous les mauvais ne sont pas identiques. Nous devons abattre les murs qui nous séparent des musulmans, des protestants, des homosexuels et de toute autre minorité, mais nous devons construire des murs, avec des clôtures et des fossés où nagent les crocodiles et les requins, pour éloigner la minorité indésirable des catholiques traditionnels.

Samedi, le pape François a rencontré les plus hautes autorités de Grèce, pays où il était en visite apostolique. Et là, très fier, il a fait une défense acharnée de la démocratie, et s’est dit inquiet car « il y a un recul de la démocratie. Elle requiert la participation et l’implication de tous et demande donc des efforts et de la patience. C’est complexe, alors que l’autoritarisme est précipité… ». Je ne sais pas quelle sera la réaction des dirigeants mondiaux face à ce personnage culotté. J’espère que le discrédit de Bergoglio dans les échelons supérieurs du pouvoir sera énorme. Tout d’abord, je me demande avec quel courage un monarque absolu parle de démocratie, et fulmine contre l’autoritarisme. Cela ressemble à une blague. L’un des papes les plus autoritaires de ces derniers temps, il exige le consensus et les démocraties.

Que dira le cardinal Angelo Becciu, qui a été exproprié non seulement de toutes ses charges mais aussi de ses privilèges cardinaux, sans trop de compliments, lors d’un entretien avec le Souverain Pontife ? Becciu n’est pas un saint de ma dévotion, mais tout homme a droit à un procès équitable. Et il ne l’avait pas. Le monarque absolu, dans les dix minutes, a décidé de sa culpabilité et a appliqué la peine dans son bureau. Le « procès » se déroule ces jours-ci à huis clos, mais pas de manière très serrée, puisque les vidéos publiées par le Corriere della sera filtrent quotidiennement . Et, d’après ce qui a été divulgué jusqu’à présent, il semble que c’est François qui a autorisé chacune des transactions immobilières opaques et millionnaires qui se sont soldées par un désastre et pour lesquelles il a par la suite blâmé Becciu.

Mais, plus important encore, je me demande comment il est possible pour un pape de pontifier sur la démocratie, ses faiblesses et ses dangers. Eh bien, il semble à l’Église que les principes de la Révolution sont corrects et que la démocratie libérale qui prévaut dans le monde d’aujourd’hui est le gouvernement idéal pour toutes les nations. Ce qui est exactement le contraire de ce que l’Église a unanimement enseigné au cours des deux derniers siècles. Alors, qui devons-nous écouter ? Au pape François ou aux papes précédents ?

Nous savons déjà que le chœur des évêques, des prêtres et des fidèles se lèvera en hurlant pour nous dire que nous devons être en parfait accord avec le Pape François. Attention. Comme nous l’avaient prévenu Carlos Esteban et Fernando Beltrán la semaine dernière , l’Église catholique est en train de devenir rapidement une secte. Et quand tout cela sera fini, et dans peu de temps, ce ne sera plus l’Église du Christ, et les portes de l’enfer auront le pouvoir de prévaloir sur elle.

Poursuite de la réflexion : il est surprenant qu’une institution millénaire comme l’Église latine n’ait pas prévu de mécanismes juridiques pour agir dans des cas comme celui de l’actuel pontife. Il est vrai qu’il y a des siècles on utilisait sans trop de chichi un thé bien parfumé ou une fenêtre ouverte sur les hauteurs de Castel Sant’Angelo. Mais, à mon avis, il aurait fallu envisager quelque ressource canonique qui permettrait au moins de bâillonner un pape déséquilibré. » (caminante-wanderer.blogspot.com)

La nature humaine de l’Église s’est dévoyée dans la Rome issue du concile.

Ce n’est pas pour rien aussi que Jean XXIII utilise aussi le terme « Rome » concernant la prophétie de François : « à Rome ils ne voudront pas te donner ».

Bergoglio ne s'identifie-t-il pas seulement au titre « d'évêque de Rome »?

Ayant renoncé à la charge de vicaire du Christ!

La nature divine de l'Église est demeurée pure et sainte dans la Tradition pour éviter les morsures de la bête.

D’où le terme dans la prophétie de La Salette : « Rome perdra la foi »… « et deviendra le siège de l’Antéchrist ».

Ce n’est donc pas la véritable Église qui perd la foi mais Rome qui l’éclipse selon la prophétie.

Rome est très fière de sa nouvelle approche synodiale, pour et par le peuple, pour « vivre » la nouvelle église des pauvres, église politisée, église socialiste marxiste, vendue à la judéo-maçonnerie par son Judas.

Que notre Sainte-Mère, Pure et Immaculée, vienne à notre secours en ce jour béni!

Priez pour nous aujourd'hui, et lors de notre mort.

Amen.

6 décembre

Deux interventions visionnaires de deux personnages clés pour cette époque:

« Mais ce qui légitime aussi notre frayeur, c’est de penser que par cette dégradation de l’Église, cette dégradation des idées même dans l’Église, des idées, parce que ce sont les idées libérales qui pénètrent à l’intérieur de l’Église, les idées en définitive, maçonniques qui pénètrent à l’intérieur de l’Église, qui était encore le bastion qui résistait.

Maintenant que l’ennemi a pénétré jusque dans les plus hauts sommets de l’Église, comme le disait Notre-Dame de Fatima, comme le prédisaient Notre-Dame de Fatima et Notre-Dame de la Salette, c’est en même temps tout l’édifice social qui est en train de s’en aller, parce que l’Église, par ses principes, soutenait encore, je dirais, la vraie liberté,. La liberté d’accomplir notre devoir.

C’est ça. Pourquoi avons-nous la liberté ? Pour accomplir notre devoir.

Parce que nous avons le devoir d’aimer Dieu et d’aimer notre prochain
et d’accomplir par conséquent notre devoir, notre devoir vis-à-vis de Dieu dans la religion et notre devoir vis-à-vis de notre prochain par les fonctions que nous avons ; fonctions sociales quelles qu’elles soient. Nous avons à accomplir notre devoir d’état.

Or, de moins en moins nous sommes capables d’accomplir notre devoir d’état, aussi bien religieux que social, parce que tout devient dirigé et orienté par un État socialiste.

Le socialisme fait des progrès considérables ; mais cela avec toute la puissance de la maçonnerie actuelle qui est partout, partout, partout ; qui est à Rome, qui est partout.

La maçonnerie est partout et dirige tout. Bientôt nous serons fichés avec des ordinateurs, nous aurons tous notre numéro et nous ne pourrons plus rien faire sans que tout soit indiqué sur la fiche que nous aurons, et tout ça par ordinateur.

Nous serons dans une situation pire que dans un pays soviétique. On dira que ce sont des pays libres, mais ce ne sont pas des pays libres : on ne sera plus libre de faire quoi que ce soit. On imagine, c’est absolument inouï.

La constitution aussi du gouvernement européen est très grave et très dangereuse, parce que c’est un gouvernement qui est rempli de maçons et par conséquent, ils vont appliquer maintenant à l’Europe, d’une façon globale, tous les principes maçonniques. On allait jusqu’à dire ceci, pour le gouvernement européen, que, évidemment, on proclame les droits de l’homme, on proclame les droits de la femme. Si la femme a les droits égaux à ceux de l’homme, eh bien, on n’a pas le droit de ne pas donner à la femme l’autorisation d’être prêtre. Alors, on va poursuivre les évêques qui ne veulent pas ordonner des femmes, parce que les femmes ont les mêmes droits que les hommes. C’est possible, ça été mis dans les journaux, qu’on allait arriver à des choses comme celles-là, sous prétexte de droits, d’égalité des droits.

C’est épouvantable, on ne s’imagine pas vers quoi on va actuellement, vers une socialisation qui apparemment pour nous, ne parait pas aussi dure que celle du communisme mais qui, en définitive, va être tout simplement une image du communisme, mais réalisée par des moyens scientifiques au lieu d’être réalisée par la force, comme l’ont fait les communistes, ce sera la même chose.


Alors on éliminera de la société tous ceux qui ne veulent pas se soumettre à cet ordre. A cet ordre socialiste. On les éliminera. Il y aura toujours moyen de les éliminer. Maintenant on élimine les enfants qui gênent, on éliminera bientôt les vieillards. Bientôt les vieillards vont y passer aussi ; et après, ce n’est pas difficile de faire une piqûre ou de faire quelque chose à quelqu’un qui est malade, qui est gênant ; on le fait disparaître. On le fera disparaître de la société sous prétexte que ces gens-là sont gênants. Ils n’arrivent pas à se faire encadrer dans les normes qui sont prévues. Nous allons vraiment vers une société affreuse, qui se dit libre et qui n’aura plus aucune liberté, mais aucune liberté... »

Mgr Lefebvre, 22 août 1979, à Shawinigan au Québec.

Audio (à partir de 47.00)

« Allons encore un peu plus loin. De la crise actuelle émergera l’Église de demain – une Église qui aura beaucoup perdu. Elle sera de taille réduite et devra quasiment repartir de zéro. Elle ne sera plus à même de remplir tous les édifices construits pendant sa période prospère. Le nombre de fidèles se réduisant, elle perdra nombre de ses privilèges. Contrairement à une période antérieure, l’Église sera véritablement perçue comme une société de personnes volontaires, que l’on intègre librement et par choix. En tant que petite société, elle sera amenée à faire beaucoup plus souvent appel à l’initiative de ses membres.

Elle va sans aucun doute découvrir des nouvelles formes de ministère, et ordonnera à la prêtrise des chrétiens aptes, et pouvant exercer une profession. Dans de nombreuses petites congrégations ou des groupes indépendants, la pastorale sera gérée de cette manière. Parallèlement, le ministère du prêtre à plein temps restera indispensable, comme avant. Mais dans tous ces changements que l’on devine, l’essence de l’Église sera à la fois renouvelée et confirmée dans ce qui a toujours été son point d’ancrage : la foi en un Dieu trinitaire, en Jésus Christ, le Fils de Dieu fait Homme, en l’Esprit-Saint présent jusqu’à la fin du monde. Dans la foi et la prière, elle considérera à nouveau les sacrements comme étant une louange à Dieu et non un thème d’ergotages liturgiques.

L’Église sera une Église plus spirituelle, ne gageant pas sur des mandats politiques, ne courtisant ni la droite ni la gauche. Cela sera difficile pour elle, car cette période d’ajustements et de clarification va lui coûter beaucoup d’énergie. Cela va la rendre pauvre et fera d’elle l’Église des doux. Le processus sera d’autant plus ardu qu’il faudra se débarrasser d’une étroitesse d’esprit sectaire et d’une affirmation de soi trop pompeuse. On peut raisonnablement penser que tout cela va prendre du temps. Le processus va être long et fastidieux, comme l’a été la voie menant du faux progressisme à l’aube de la Révolution française – quand un évêque pouvait être bien vu quand il se moquait des dogmes et même quand il insinuait que l’existence de Dieu n’était absolument pas certaine – au renouveau du XIXe siècle. Mais quand les épreuves de cette période d’assainissement auront été surmontées, cette Église simplifiée et plus riche spirituellement en ressortira grandie et affermie. Les hommes évoluant dans un monde complètement planifié vont se retrouver extrêmement seuls. S’ils perdent totalement de vue Dieu, ils vont réellement ressentir l’horreur de leur pauvreté. Alors, ils verront le petit troupeau des croyants avec un regard nouveau. Ils le verront comme un espoir de quelque chose qui leur est aussi destiné, une réponse qu’ils avaient toujours secrètement cherchée. Pour moi, il est certain que l’Église va devoir affronter des périodes très difficiles. La véritable crise vient à peine de commencer. Il faudra s’attendre à de grands bouleversements. Mais je suis tout aussi certain de ce qu’il va rester à la fin : une Église, non du culte politique car celle-ci est déjà morte, mais une Église de la foi. Il est fort possible qu’elle n’ait plus le pouvoir dominant qu’elle avait jusqu’à maintenant, mais elle va vivre un renouveau et redevenir la maison des hommes, où ils trouveront la vie et l’espoir en la vie éternelle. »

1969, père Joseph Ratzinger, radio allemande.

Novembre 2021

29 novembre

(l'apparition de la rue du Bac ajoutée à l'analyse du 28 novembre)

LA LIMITE DE  BABYLONE PARTIE V
(suite du 26 octobre 2021)

Pourquoi se réfère-t-on aux nombres bibliques?

Plusieurs chiffres sont l’ADN originel de la  « nombration » de l'écriture codée hébraïque.

Le peuple hébreu, originairement le peuple de Dieu, a une langue où la valeur numérique de son alphabet a une origine sacrée.

Ce qui s’est perpétué avec la religion catholique et le nouveau Testament.

INTRODUCTION

La limite de Babylone semble se situer entre la fin du synode 2023 et 2025 (probablement plus vers la fin de la période de la « fille de Caïn » indiquée par Jean XXIII, soit le 18 août 2025; voir analyses précédentes).

Le 13 mai 2026, nous atteindrons une période de 109 ans depuis les apparitions de la Vierge Marie à Fatima, soit les 100 ans donnés comme indication à Léon XIII + la 9ème heure où tout est accompli (c’est à dire la mort du Christ sur la croix, donc de l’Église pour nous).

Nous savons aussi que mai 2026 est la limite pour le retour du Lys selon la prophétie de Don Bosco.

2025, c’est en plein dans le maximum solaire du cycle 25 (prévu entre octobre 2024 et juillet 2025).

2025, c’est 161 ans par rapport au syllabus de Pie IX condamnant le maçonnisme et ses erreurs.

C’est bien là le mal de notre époque (suite à l’avertissement de Fatima avec le communisme) sur le point d’aboutir.

161, c’est le chiffre de l’humain, le 6, entre les deux colonnes maçonnique (les colonnes Boaz et Jakin), représenté par le chiffre 11, chiffre hautement préféré par la judéo-maçonnerie.

Mais, nous venons de le voir dans l’analyse du 22 novembre, la chute de Babylone doit être précédée par la mort des deux témoins.

Donc, pour connaître la limite de Babylone, il faut la mettre en perspective dans le calendrier de la fin des temps.

LE CALENDRIER DE LA FIN DES TEMPS

Selon l’ordre chronologique donné dans l’Apocalypse, nous avons :

1) Mort des témoins (3,5 jours)
2) Résurrection des témoins

Fin de la sixième période.

Entrée dans la 7ème période :

3) Mort de l’Antéchrist
4) Chute de Babylone (3ème malheur, Ap. 11, 14)
5) Retour du Christ
6) Jugement dernier
7) Règne définitif et sans partage du Christ (Ap. 21-22)

La période de prédiction des deux témoins est de 42 mois (période des châtiments, soit le 2ème malheur de l’Apocalypse).

C’est la même durée de vie que les deux bêtes.

C’est pendant cette période que « doit se montrer la patience des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi en Jésus. » (Ap. 14, 12).

Ce sont les deux témoins fidèles à la Loi et aux Prophètes.

« Puis on me donna un roseau semblable à un bâton, en disant : " Lève-toi et mesure le temple de Dieu, l'autel et ceux qui y adorent.  Mais le parvis extérieur du temple, laisse-le en dehors et ne le mesure pas, car il a été abandonné aux Nations, et elles fouleront aux pieds la ville sainte pendant quarante deux mois. Et je donnerai à mes deux témoins de prophétiser, revêtus de sacs, pendant mille deux cent soixante jours. (Ap. 11,1-3)

« Puis il parut dans le ciel un grand signe : une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête... et la femme s'enfuit au désert, où Dieu lui avait préparé une retraite, afin qu'elle y fût nourrie pendant mille deux cent soixante jours… Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme pour s'envoler au désert, en sa retraite, où elle est nourrie un temps, des temps et la moitié d'un temps, hors de la présence du serpent. » (Ap. 11,1-14)

La clé eschatologique est un temps, des temps et la moitié d'un temps, soit une période divisible par 3,5, ce qui est reconnue par les pères de l’Église et les eschatologues.

LES NOMBRES CLÉS

Évidemment, le 42 pour les 42 mois, etc...

Divisé par 3,5, cela donne 12, c’est à dire le nombre des 12 tribus juives, des 12 apôtres, les douze étoiles autour de la tête de la femme revêtue de soleil ci-haut, des 144 000 élus (12 tribus multipliés par 12000 élus, etc.)

Reprenons le 161 en début d’analyse :

161 divisé par 3,5 donne 46.

46 est le chiffre par excellence d’un commencement, de la vie (en référence aux 46 chromosomes par exemple).

Le chiffre de la vie terrestre est le 46.

Le chiffre de la vie céleste est le 47.

Or le nom de Jésus (Ieshoua) a pour valeur numérique 47 en hébreu.

Dans l’évangile, les juifs rétorquent à Jésus qu’il leur a fallu 46 ans pour construire le Temple de Jérusalem.

Le 46 est donc associée à une construction terrestre, le Temple symbolisant la vie terrestre.

Seulement celui-ci ne peut sanctifier les humains qu’une fois habité par le 47, c’est à dire par Dieu lui-même, présent dans le Saint des Saints, donc avec Jésus, le seul chemin qui mène au Père.

2025 est donc une année de libération, de commencement, suite à la chute de Babylone et de la mort de l’Antéchrist.

La limite de Babylone ou des deux Babylone spécifiées par Jean XXIII (le Vatican et les Nations-Unies, les deux bêtes de la terre et de la mer de l’Apocalypse), doit donc se mesurer en base 3,5.

Mais pourquoi cette suite?

Pourquoi pas deux temps, un temps et la moitié d’un temps?

Pourquoi pas 3 temps et la moitié d’un temps?

Il y a donc une indication ici par Saint Jean de trois étapes à franchir qu’il nous faut rechercher pour en arriver à la limite de Babylone.

Jésus nous y a introduit par le signe du figuier en Matthieu 24 concernant la fin des temps.

Cette grâce nous a été donné par NSJC afin d’avoir du temps pour se convertir.

Car au jour du Jugement, il sera trop tard.

C’est cette dernière date dont nous ne pouvons connaître ni le jour ni l’heure, soient les points 5,6, et 7 du calendrier de la fin des temps.

La limite de Babylone est donc extrêmement liée à la mort des deux témoins:

« Et quand ils auront achevé leur témoignage, la bête qui monte de l'abîme leur fera la guerre, les vaincra et les tuera; et leurs cadavres resteront gisants sur la place de la grande ville, qui est appelée en langage figuré Sodome et Égypte, là même où leur Seigneur a été crucifié. » (Ap.11,7)

Sodome et Égypte, c'est Jérusalem, remplacée par Rome comme centre de la chrétienté pour notre époque.

Sodome est le type de l'abomination. Son nom veut dire « la muette ou l'aveugle ».

Égypte, est la terre de l'idôlatrie. Son nom veut dire en hébreu « ténèbres ». (réf: Dom Jean Monléon, Le Sens Mystique de l'Apocalypse).

Aveuglément, apostasie, décadence morale, etc... caractérisant les 42 années nécessitant la prêche des deux témoins... principalement via internet depuis la Covid-19.

Et Rome, le Vatican, l’Église traditionnelle, est abandonnée aux Nations pour être foulée aux pieds pendant quarante deux mois donc.

Les deux témoins seront au tombeau pendant 3,5 jours (par rapport à 3,5 années de la vie des deux bêtes).

Selon les eschatologues, cela indique qu’après cet événement le décompte s’écoule en semaines, si ce n’est qu’en jours.

C’est rapide.

Et c’est ce qui est démontré dans l’Apocalypse.

La mort de l'Antéchrist système suit la résurrection des deux témoins, où :

« A cette même heure, il se fit un grand tremblement de terre... » (Ap. 11,13)

Rappelez vous les trois prophéties politiques de Jean XXIII: « Grand Éclair à l'Orient », « La Foudre en Plein Jour », et « Le Temps est Proche ».

Un temps de paix, très court, permettra de rassembler le plus d'âmes possible, car à la septième trompette qui suit, le troisième malheur arrive avec la mort de l'Antéchrist.

C'est là que se produisent tous les signes que plusieurs relient à la fin des temps (dont les trois jours de noirceur, le signe de Jonas donné par le Christ, et prophétisés par Padre Pio par exemple) arrivent.

Nous savons aussi que le chiffre de l’humain est le 6, et donc le 666 représente l’humain déifié dans sa trinité.

Le chiffre du Père dans la Trinité est le 777 (divisible par 3,5).

Le 6 est transfiguré au 7 par le 3,5.

En effet, 3,5 multiplié par 6 donne 21, et 21 c’est 3X7, chiffre de perfection divine.

D’où le 666 au sommet de sa gloire aujourd’hui, et qui est donc le chiffre de la bête par lequel nous ne pourrons plus vendre ou acheter nous dit Saint Jean.

Avec le passeport sanitaire, on peut dire que nous y sommes presque.

Ils sont en train de forcer la marque à ceux qui ne veulent pas adhérer au chiffre de la bête en pensées (marqué au front) et par action (marqué à la main droite), soit le système antichristique.

C’est aussi le symbole CUP, série de 3 fois six chiffre de toute transaction monétaire.

Un autre chiffre important est le 49 (7X7), divisible en base 3,5 aussi et qui est la limite du diable,

Rappel avec Don Jean de Monléon, dans son livre Le prophète Daniel:

« Malgré les efforts des bourreaux, la flamme ne montait qu’à 49 coudées, elle n’arrivait pas à cinquante… Pourquoi cela ? Parce que 50 est le chiffre de la Pentecôte, le symbole de la transformation totale que, seule, la grâce du Saint-Esprit est capable d’opérer dans l’homme. »

Par conséquent, « le démon ne peut dépasser 49 coudées, parce qu’il est incapable d’agir efficacement sur le fond de l’âme, sur la volonté, si celle-ci est résolue à tenir bon. »

Le diable n’a donc pas le droit d’aller jusqu’à 50, le chiffre en jours qui sépare la Résurrection de la Pentecôte, et qui est le chiffre d’un jubilé.

Rappelons ici que 2025 est une année de jubilé (voir analyse du 4 juin 2021; jubilé appelé par Bergoglio dans son message publié mardi le 3 février 2021 pour le 150ème anniversaire de la proclamation de Rome après la perte de États pontificaux!)

C’est très important car 49 explique beaucoup de choses.

Il explique aussi l’importance de la Pentecôte incarnée dans la symbolique des deux témoins ressuscités comme spécifiée dans l’analyse du 22 novembre, c’est à dire une nouvelle église où Marie revivra dans les cœurs comme dans la prophétie concernant Benoît XVI.

N’oublions pas aussi que l’épisode de la chute des murs de Jéricho est reliée.

Ce n’est qu’au 7ème jour et septième tour que les murs s’écroulèrent.

7 tours pendant 7 jours : la limite du diable= 49.

Autre chiffre important, le 60, car il explique le veuvage selon Saint-Paul.

Or, le veuvage (60 ans) de l’église conciliaire suite à Vatican II (dont Nostra Aetate voté à la dernière session le 28 octobre 1965 (Jean XXIII a été élu un 28 octobre)), sera en 2025.

« Où croyez-vous fuir, maintenant que vous avez détruit les Églises et tué le dernier Père ? » spécifie Jean XXIII dans la prophétie de l’Église #11 « Le Septième Sceau ».

L’Église est bien veuve lors de l’ouverture du septième sceau.

Un autre chiffre à avoir à l’esprit est le 63, car 3,5 X (6+6+6) donne 63, le chiffre de la transfiguration.

LES PREUVES DU DÉCOMPTE

Alors, par où commencer?

Le grande réinitialisation actuelle n’est possible que par le code QR ou son successeur.

Sans surprise, le code QR ressemble à la disposition d’un temple maçonnique et à la base de la pyramide du Louvre (voir ici).

C’est ainsi que la bête de la terre (humaniste, Nations-Unies, franc maçonnerie judéo-maçonnique) a pris le contrôle total de nos vies pour nous rendre esclaves du système antéchristique.

Tout se fait maintenant via le téléphone intelligent.

Un marché aujourd’hui dominé par la compagnie Apple.

Il faut remonter à la création de l’ordinateur accessible pour tous, ancêtre en sorte du smartphone actuel, pour voir la bête sortir de l’eau, en termes apocalyptiques.

C’est Apple évidement (nom qui ne relève pas du hasard car c'est une référence au Jardin d’Éden qu'on voyait dans les premières pubs) qui a produit le premier ordinateur publique, du nom de Apple I, et qui se vendait 666.66 dollars.

La date : le 11 avril 1976.

Sachant que la limite du diable est de 49, nous en déduisons donc que la limite de Babylone est le 11 avril 2025, ou du moins en 2025.

Ça, c’est pour la bête de la terre.

La bête de la mer, Vatican, doit obligatoirement suivre, car ils agissent ensemble selon l’Apocalypse.

Paul VI suspend Mgr Lefebvre le 22 juillet 1976 suite à la consécration de 13 prêtres.

Ce dernier, en réponse, convoque le 29 août 1976 les intégristes à Lille pour une messe célébrée selon le rite de saint Pie V.

Rappelons que le phare des « deux témoins » de l’Apocalypse, de la tradition, est la FSSPX fondée par Mgr Lefebvre.

Or, le 11 septembre 1976, à Castel Gandolfo, une célèbre rencontre eu lieu entre Paul VI et Mgr Lefebvre. (sspx.ca)

« Le début de la rencontre, rapporté par les deux sources, fut un véritable réquisitoire contre le fondateur de la Fraternité : « une tempête », dira plus tard l'archevêque à ses séminaristes, résumant les reproches du Pape : « Vous me condamnez ; Je suis moderniste, protestant. C'est intolérable ! Vous faites un travail méchant.

Le compte rendu textuel du cardinal Benelli révèle à quel point ces accusations étaient fortes : « J'espérais trouver avant moi un frère, un fils, un ami », a déclaré Paul VI. "Malheureusement", a-t-il poursuivi, "la position que vous avez adoptée est celle d'un antipape... Elle dépasse toute mesure dans ses paroles, ses actions et son attitude générale." Ce qui est en jeu ici, a poursuivi le Saint-Père :
... n'est pas la personne, c'est le Pape, et vous avez jugé le Pape infidèle à la Foi dont il est le garant suprême. C'est peut-être la première fois dans l'histoire que cela se produit. Vous avez dit au monde entier que le Pape n'a pas la Foi, qu'il ne croit pas, qu'il est moderniste, et ainsi de suite ! Bien sûr, je dois moi-même rester humble. Mais vous, vous vous êtes mis dans une situation terrible. Vous avez accompli des actions extrêmement graves devant les yeux du monde. »

La bête Vatican est identifiée. Nul doute ici.

Sortie de l’eau.

Le 11 septembre 1976.

Contre le Christ.

C’est bien ce que nous avons aussi dans la prophétie de Jean XXIII concernant Paul VI.

Nombre de jour entre le 11 avril 1976, et le 11 septembre 1976 liant les deux bêtes : 153.

Le chiffre des rachetés de la pêche miraculeuse (voir analyses précédentes) de la fin des temps.

La limite du diable est donc bien 2025.

Mais, on le sait, c’est grâce à Jean XXIII que le schisme s’est accéléré.

Il fut élu le 28 octobre 1958.

Or, du 28 octobre 1958 au 28 avril 2025, il y a 66.5 années.

On s’approche ainsi du chiffre 66.6, et 66.5 divisé par 3,5 donne 19.

C’est donc bien en base 3,5.

Mais le plus important est que Jean XXIII ait convoqué le concile Vatican II.

C’est là qu’a débuté la Passion de l’Église.

Exactement le 11 octobre 1962.

La période s’étalant du jeudi 11 octobre 1962 au vendredi 11 avril 2025 est de 749,99 mois!

Ou 62,5 années.

Ou 63 années si on continue jusqu’au 11 octobre 2025, soit le chiffre de la transfiguration du 666 (voir début de l’analyse).

3,5x (6+6+6)= 63

63 est aussi : 21 + 42.

Rappelez-vous : la fin des temps se mesure ainsi : deux temps, un temps et un demi temps (3 étapes).

Un temps : 21 ans

Deux temps : 42 ans

Un demi temps : la donnée inconnue : nul ne connaît le jour ni l’heure...

Or, on sait grâce à la prophétie de Jean XXIII « Le Temps est Proche »  que la limite de la fille de Caïn est le 18 août 2025 (voir analyses précédentes):

« Le premier empereur meurt de faim, enfermé dans la tour de son rêve.
Le second empereur dans le désert, attaqué par les animaux de la peste, inconnus.
La fille de Caïn est montée au Nord, pour prêcher. Luxure dans la nouvelle Babylone, pour sept ans.
La septième année tombe le septième voile de Salomé, mais il n'existe pas d'empereur, il n'existe pas qui saura lever l'épée et couper le cou de Jean. Le temps est proche.»

Il n’y a plus d’empereur à cette date (à la limite du 49 ans : comme pour la chute des murs de Jéricho, nous avons ici 7 voiles X 7 ans)

C’est donc dire que Babylone est tombée.

ET il est spécifié que lorsque le septième voile est tombé, qu’il n’y a personne pour couper le cou de Jean.

Jean-Baptiste, c’est l’avant Jésus.

Son rôle d’alors est typiquement apocalyptique : la fin est très proche et les châtiments vont suivre.

Les méchants vont être punis et les justes récompensés, d’où l’urgence de se convertir, car au jour du Jugement, il sera trop tard.

Ce qui veut dire qu’au 18 août 2025, on a toujours le temps de se convertir car contrairement à l’époque du Christ, Jean est toujours là pour nous, mais comme la fin de la prophétie l’affirme, le temps est proche!

Car, ce qui suit est la date dont nous ne pouvons connaître le jour ni l’heure.

Fait important qui renforce cette hypothèse :

Jean XXIII publie son encyclique humanitaire PACEM IN TERRIS le 11 avril 1963.

Il y a donc 62 ans entre cette date et le 11 avril 2025, la limite du diable.

C’est 6 mois piles après le 11 octobre 1962 à l’ouverture du concile, et on en arrive ainsi à 62.5 années ou 42 + 20,5 ans.

Vérifions le décompte (les trois étapes) de la fin des temps afin de voir s’il y des corrélations, des événements marquants chacune des étapes.

Un temps : 21 ans

De 1962 à 1983.

1983 : Jean Paul II modifie le droit canon le 25 janvier 1983 et celui ci est effectif le 27 novembre suivant au premier dimanche de l’Avent, ce qui en soit est un signe d’une nouvelle étape.

Qu’a-t-il de particulier?

Il remplace le Code de droit canonique de 1917 et tient compte des changements apportés par le concile Vatican II. (Rappelons nous les 100 ans accordés à Satan selon la vision de Léon XIII, et surtout Fatima en 1917).

Cette idée a germé dès 1959 dans l'esprit de Jean XXIII. Elle a été ensuite reprise par Paul VI, qui établit les schémas directeurs du nouveau code.

Le code de 1983 met moins l'accent sur le caractère hiérarchique et ordonné de l'Église. Il veut au contraire promouvoir l'image d'une Église-peuple de Dieu (référence explicite à la constitution de 1964 Lumen Gentium) et d'une hiérarchie au service des autres (can. 204).
Le code développe notamment les possibilités d'adaptations pour tenir compte des impératifs pastoraux et instaure un régime plus souple pour les dispenses.

Donc on peut bien affirmer que ce but est en train d’être achevé par nul autre que Bergoglio!

«  Les fidèles du Christ sont ceux qui, en tant qu'incorporés au Christ par le baptême, sont constitués en peuple de Dieu et qui, pour cette raison, faits participants à leur manière à la fonction sacerdotale, prophétique et royale du Christ, sont appelés à exercer, chacun selon sa condition propre, la mission que Dieu a confiée à l'Église pour qu'elle l'accomplisse dans le monde.  » (Jean Paul II)

C’est donc ici que la bête de la terre et la bête de la mer font fusion : la nouvelle religion humaniste basée sur la déification de l’homme fait partie officiellement de l’ADN de l’église conciliaire, inscrit dans un code.

Le code de droit canonique de 1917 a été promulgué le 27 mai 1917 (peu après la première apparition de Fatima donc).

Nombres d’années entre le 27 mai 1917 et le 27 novembre 1983 : 66 ans et 6 mois.

Les 21 années de Vatican II à 1983 ont donc servi de préparation pour éclipser l’Église selon les prophéties de La Salette.

Deux temps : 42 ans

De 1983 à 2025.

On vient de voir que le nouveau droit canon plonge l'Église dans la fosse humaniste officiellement.

Le 5 avril 1983, Mgr Lefebvre répond à une lettre envoyée par Jean-Paul II via le cardinal Ratzinger.

L'Église est en crise.

La messe traditionnelle est ciblée.

« Sans doute c’est en raison de cette oppression des consciences exercée d’une manière inconcevable à l’intérieur de l’Église que vous prévoyez de publier un décret concernant l’usage de l’ancien rite romain de la Messe. N’est-ce pas, en effet, une oppression inique d’enlever aux prêtres le rite de leur Messe d’ordination et de les contraindre sous peine de suspens d’adopter un nouveau rite à l’institution duquel ont participé six pasteurs protestants !
C’est au pied du crucifix que je vous réponds, Très Saint-Père, uni à tous les évêques, prêtres, religieux, religieuses, fidèles qui ont subi un véritable martyre moral par l’imposition forcée de cette Réforme liturgique. Que de larmes, que de douleurs, que de morts prématurées dont demeurent responsables ceux qui ont indûment imposé ces changements opérés au seul titre d’un œcuménisme aberrant.» (laportelatine.org)

Commentaires de Mgr Lefebvre sur le nouveau droit canon en 1983:

« ... C’est explicite dans la présentation du Droit Canon : le nouveau code est fait dans le but de faire passer dans un langage canonique l’ecclésiologie conciliaire. Qu’est-ce que ça veut dire, cela ? Le nouveau code est fait pour faire passer en langage légal, canonique l’ecclésiologie conciliaire… Et donc le but du nouveau Droit Canon, c’est de faire passer les principes, l’esprit – ils parlent même de l’esprit du Concile Vatican II. »

« Ensuite, le nouveau Droit Canon professe surtout la collégialité... Collégialité dans les rapports entre les églises, les églises locales et les églises universelles, et entre les autorités, entre les évêques et le pape. Et bien, dans le nouveau Droit, il y a deux pouvoirs suprêmes de l’Église. Il y a le pouvoir du pape qui a le pouvoir suprême, et ensuite le pape avec les évêques. »

« L’obéissance aveugle est un contresens et nul n’est exempt de responsabilité pour avoir obéi aux hommes plutôt qu’à Dieu. C’est trop facile de dire : - Moi, j’obéis. S’il se trompe, et bien je me trompe avec lui… Mais comme disait Mgr - Je préfère me tromper avec le pape, que d’être dans la vérité contre le pape !… Alors, il faut traduire ça : - Je préfère être contre Notre-Seigneur Jésus-Christ avec le pape, plutôt que d’être avec Notre-Seigneur Jésus-Christ contre le pape !… C’est idiot !… On est pour Notre-Seigneur Jésus-Christ et, par conséquent, dans la mesure où le pape est vraiment le vicaire du Christ et agit en tant que vicaire du Christ, et nous donne la lumière du Christ, nous sommes bien sûr prêts à fermer les yeux et à le suivre partout. Mais, dès lors que cette lumière n’est plus celle de Notre-Seigneur Jésus-Christ, qu’on nous emmène vers des horizons nouveaux - qui sont dits explicitement nouveaux, on ne s’en cache pas. Tout est nouveau, nouveau code de Droit canonique, nouveau missel… tout est nouveau, nouvelle ecclésiologie - ça ne va plus, ça…
Cette résistance doit être publique si le mal est public et est un objet de scandale, c’est ce que dit Saint Thomas. »

« C’est marqué dans le discours du pape, dans la constitution qui présente le nouveau code de droit canonique, C’est lui-même qui dit ces choses-là. Peuple de Dieu, Communion, Service, Collégialité, Œcuménisme. Voilà les caractéristiques de la nouvelle ecclésiologie de Vatican II. C’est clair. C’est clair que c’est la continuation du travail qui a été fait par Vatican II dans la liturgie, dans les catéchismes et dans la Bible, bible œcuménique, la fameuse TOB, traduction œcuménique de la bible.

Alors, qu’est ce que nous devons penser de cela ? Eh bien, c’est que ce droit canon est inacceptable. Il n’y a pas de nouvelle Ecclésiologie dans l’Église. On ne va pas donner une nouvelle définition à l’Église, si … Alors on s’est trompé pendant 2000 ans. L’Église ne savait pas ce qu’elle était pendant 2000 ans. Tout à coup, la voilà devenue œcuménisme, collégiale, communion. Communion de quoi, de qui, avec qui, avec quoi ? »

« Autre chose qui touche la foi dans le nouveau droit canon, c’est de pouvoir donner cette hospitalité eucharistique comme ils l’ont appelée d’une manière invraisemblable, on peut appeler çà un sacrilège en définitive, hospitalité eucharistique : Un protestant pourvu qu’il croit à la présence réelle selon la foi catholique peut recevoir la sainte communion. »

C’est bien ce que nous affirmions ci-haut.

L’humanisme œcuménique a été inscrit dans l’ADN de l’Église.

Concrètement.

On trouve une autre confirmation par la deuxième apparition de la Vierge Marie à Soeur Catherine Labouré à la rue du Bac:

La libération des justes, les 153 de la seconde pêche miraculeuse (voir analyses précédentes l’interprétation de Saint-Augustin et la notion de jubilé des jubilés), commencent donc au début de la phase de 42 ans, la période de prêche des deux témoins pour sauver le plus d’âmes possibles.

Nous venons de démontrer que cette phase commence par la validité du nouveau code de droit canon le 27 novembre 1983.

Or, le 27 novembre est la date anniversaire de l’apparition de la rue du Bac en 1830 et conséquemment de l’existence de la médaille miraculeuse.

Il y a exactement 153 ans entre l’apparition et le 27 novembre 1983.

Cette description de la seconde apparition est en lien direct avec la période de la fin des temps (voir fr.aleteia.org).

La Sainte Vierge apparaît sous le tableau de Saint-Joseph.

Saint Joseph représente l’Église pure dont il est le gardien et le patron.

Saint Joseph, est l’époux putatif de la Sainte Vierge. Le pape, est donc l’époux putatif de l’Église.

Mais présentement, le pape renie ce rôle.

Et l'Église est ainsi présentement éclipsée.

La Sainte Vierge se tient debout sur le demi-globe terrestre, ses pieds écrasant le serpent. Les rayons dorés sont les grâces pour ceux fidèles à la Loi et aux Prophètes, les rayons sombres, pour les grâces que personne ne demande en référence à la grande apostasie.

C’est bien le tableau de l’Apocalypse. La phase des deux témoins de 42 années.

Un ovale est apparu autour de la Sainte Vierge.

C’est la protection de la Vierge des derniers temps pour l’Église et ses fidèles, comme lorsque le Christ demande de fuir vers les montagnes, dans une grotte, c’est à dire s’isoler de Babylone par la prière.

« Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. »

L’envers de la médaille à l’intérieur de l’ovale, dans la bulle de protection:

- Deux cœurs. Celui du Christ couronné d’épines, celui de la Vierge Marie transpercée d’un glaive : C’est la passion de l’Église à l'image du Christ. Rappelons nous la prophétie de Saint-Siméon à la consécration de Jésus au temple: un glaive te transpercera le coeur...

- La croix du Christ et le « M » de Marie entrelacés: Jésus et Marie comme co-rédempteurs de la fin des temps.

- Et l’indice de la durée puisqu’il y a 12 étoiles en référence à la femme avec les deux pieds sur la lune portant une couronne de 12 étoiles, aux 42 années.

Rappeler vous le calcul en base 3,5 (3,5 X 12 = 42) en référence au 42 années de prêche des deux témoins.

Ainsi commençait la mission des deux témoins de l’Apocalypse le 27 novembre 1983 :

« le temple de Dieu, l'autel et ceux qui y adorent… a été abandonné aux Nations, et elles fouleront aux pieds la ville sainte pendant quarante deux mois.Et je donnerai à mes deux témoins de prophétiser, revêtus de sacs, pendant mille deux cent soixante jours. (Ap. 11,1-3) »

Mission qui s’achève maintenant.

Les deux témoins vont être mis à mort.

Comme le Christ.

Après leurs résurrection, il ne restera qu’un demi temps...

Et ce temps se mesure en mois, sinon en semaines, sinon en jours...

Nul le connaît ni le jour ni l’heure… Sinon le Père.

Voilà.

Au jour du Jugement, il sera trop tard pour se convertir.

Comme avec la parabole des 10 vierges qui suit Matthieu 24.

Une fois la porte fermée, plus personne n’entre.

Je ne les connais même pas affirme le Christ.

De par les textes de l’Apocalypse et des prophéties de l’Église de Jean XXIII, nous savons que le rôle essentiel avant le retour du Christ est celui de la Vierge Marie, la pure, sans tache originelle.

Or, en 2025, cela fera 171 ans que le dogme de l’Immaculée Conception a été proclamé par Pie IX, le 8 décembre 1854 exactement.

Si le 161 analysé au début du texte représente le chiffre de l’homme déifié entre les deux colonnes du 11, nous avons donc ici le 6 transfiguré, le 7, le chiffre du Père, entre les deux colonnes.

Grâce à la Vierge Marie qui nous mène au Fils, seul chemin qui mène au Père.

Les deux colonnes ici représentent les « deux témoins » ressuscités après les 3 jours et demi : les deux oliviers.

Ces deux témoins, on les nomment aussi Énoch et Élie.

La Salette pour les 42 années de témoignage des deux témoins :

« L’Église sera éclipsée, le Monde sera dans la consternation. Mais voilà Énoch et Élie remplis de l'Esprit de Dieu ; ils prêcheront avec la force de Dieu et les hommes de bonne volonté croiront en Dieu et beaucoup d'âmes seront consolées ; ils feront de grands progrès par la vertu du Saint-Esprit et condamneront les erreurs diaboliques de l'Antéchrist. »

Ce qui est la sixième période des châtiments de l’Apocalypse.

« Malheur aux habitants de la Terre ! Il y aura des guerres sanglantes et des famines, des pestes et des maladies contagieuses ; il y aura des pluies d'une grêle effroyable d'animaux ; des tonnerres qui ébranleront des villes ; des tremblements de terre qui engloutiront des pays ; on entendra des voix dans les airs ; les hommes se battront la tête contre les murailles ; ils appelleront la mort, et, d'un autre côté, la mort sera leur supplice : le sang coulera de tous côtés ».

Les deux témoins dans l’Ancien Testament :

« Je repris la parole et je lui dis : " Que sont ces deux oliviers à la droite du candélabre et à sa gauche ? "

Je repris une seconde fois la parole et lui dis : " Que sont ces deux grappes d'olivier qui se trouvent auprès des deux entonnoirs d'or d'où l'or découle ? "

Il me parla en ces termes : " Ne sais-tu pas ce que c'est ? " Je répondis : " Non, mon seigneur. "

Et il me dit : " Ce sont les deux fils de l'onction qui se tiennent près du Seigneur de toute la terre. " (Zacharie, 4, 11-14)

Les deux témoins dans le Nouveau Testament :

« Ceux-ci sont les deux oliviers et les deux candélabres qui sont dressés en présence du Seigneur de la terre. » (Ap. 11,4)

CONCLUSION

« Il y a vingt siècles plus l'âge du Sauveur. Amen  » affirme Jean XXIII.

Considérant un décalage de 7 ans pour la naissance du Christ selon Benoît XVI, nous arrivons à 2033 moins 7 ans : 2026.

Exactement avant la venue du Lys selon Don Bosco.

Avant les deux lunes de mai 2026.

Soit à l'automne 2025 pour la limite de Babylone.

27 novembre

Cet article est trop important pour ne pas le traduire en français et le rendre disponible pour les intéressés.

La fusion entre le biologique et le techonologique, la 4ème révolution de Swab et de l'élite a été officiellement annoncée il y a quelques semaines.

Il s'agît du métavers.

C'est tout un affront.

Car c'est la singerie de Satan du Royaume de Dieu finalement établit sur la terre.

C'est l'annonce que la présence de Dieu sur cette planète sera éliminée à très court terme.

Évidemment.

C'est un ultimatum.

Une ligne rouge franchie qui aura des conséquences.

« La fausse liberté du métavers, où l'illusion triomphe (lifesitenews.com)

Un monde isolé et déconnecté de la réalité et de la nature des choses peut nourrir des passions débridées, opposées à toute règle morale.


La prochaine étape de la révolution de l'information est le soi-disant  métaverse * , une plate-forme puissante qui va au-delà de tout ce qui a été vu jusqu'à présent. Il sera commercialisé comme la prochaine génération d'Internet, facilitant des expériences intenses et ouvrant de nouveaux marchés.

Certains craignent que ce  métavers  n'aggrave les dépendances actuelles aux médias sociaux, et d'autres y voient une distraction bien plus dommageable, en particulier pour les jeunes. Cependant, personne ne semble considérer les implications morales du projet. Le  métavers  nuira aux âmes. Malheureusement, personne ne voit de raison d'impliquer Dieu et la moralité dans une invention technologique apparemment en dehors du domaine privé de la religion. Pire encore, le clergé ne montre aucun signe de reconnaissance du problème. Il n'est même pas dans son radar.

Mais le problème existe. Le  métavers  est une attaque métaphysique contre la vision du monde de l'Église. Elle efface la nature d'un univers créé par Dieu et rend possibles des actes immoraux qui L'offensent gravement.

Un processus d'imagination et de destruction

Le  métavers  doit être compris dans le contexte d'un processus d'effort continu de la modernité pour mettre l'humanité, et non Dieu, au centre de toutes choses.

En effet, la modernité est obsédée par l'imagination de nouveaux mondes sans Dieu. Les Lumières ont introduit des moyens d'étendre la réalité à ses limites en développant de nouvelles technologies, philosophies et modes de vie.

Les temps modernes ont inauguré la glorification de l'homme. La société est devenue une collection de personnes, ce « tas de sable fait par des individus » de Hobbes, chacun guidé par son intérêt personnel et maintenu en ordre par une forte règle de droit comme on le trouve dans son Léviathan.

Ainsi, l'individualisme moderne vise à détruire les structures extérieures - tradition, coutumes ou corps intermédiaires - qui entravent l'intérêt personnel, détruisant de nombreux mécanismes moraux qui facilitent la pratique de la vertu en commun. De plus, elle a créé un ordre frénétique dans lequel, en plaçant l'homme au centre de tout, la religion est reléguée au rang d'affaire privée.

La postmodernité a brisé la société

L'ordre de la modernité a été bouleversé par la postmodernité inaugurée dans les années 1960, qui proposait de libérer l'imaginaire et de lever toutes les contraintes morales. La postmodernité a poussé l'individualisme à l'extrême grâce à l'utilisation de nouvelles technologies, philosophies et modes de vie. La société a été bouleversée par les drogues psychédéliques, la musique rock et la révolution sexuelle.

Avec la même logique avec laquelle la modernité idolâtrait l'intérêt personnel, l'individualiste postmoderne fait du « droit » à l'autosatisfaction le seul droit absolu - même lorsqu'un tel comportement est autodestructeur. L'individualiste postmoderne cherche à détruire ces structures internes - logique, identité ou unité - qui empêchent la gratification instantanée. Les récits « déconstruits » de la postmodernité ont isolé encore plus les individus et les ont poussés à créer leurs réalités en dehors de Dieu et de sa morale.

Cependant, la modernité et la postmodernité étaient encore en quelque sorte ancrées dans une réalité extérieure à laquelle les gens ne pouvaient pas complètement échapper. Il y avait des limitations physiques et ontologiques qui contrôlaient l'imagination. Un homme pouvait s'identifier comme quelque chose qu'il n'était pas, mais le désir n'altère pas la réalité. De plus, son imagination n'était pas évidente pour tout le monde autour de lui.

Une nouvelle phase de perception de la réalité

L'introduction du  métavers  surmonte cet obstacle pour modifier la réalité. Cela fait partie de ce que de nombreux futurologues appellent une  quatrième révolution industrielle . Suivant les traces de la modernité et de la postmodernité, la prochaine étape du processus est l'auto-imagination en dehors de la réalité. Les obstacles qui se dressent sur le chemin sont la façon actuelle de percevoir la nature, l'existence et l'être.

Cette prochaine vague d'innovation technologique permettra aux individus de s'immerger dans un monde créé par eux. Les gens deviendront des avatars, c'est-à-dire des cyber-représentations d'hommes, de femmes, d'animaux ou de choses qui « vivent » dans la  cybersphère . Ils pourront être où bon leur semble, que ce soit sur la lune, au sommet d'immeubles ou "dans une campagne peuplée de licornes". Cette plate-forme peut être habitée par des extraterrestres, des anges, des démons ou tout ce qui suit les fantasmes impliqués.

Les gens feront des choses surhumaines dans lesquelles les actes sembleront n'avoir aucune conséquence. Même si vous ne changez pas ce qui existe, vous pouvez puissamment nourrir le mensonge selon lequel votre imagination est plus réelle que la réalité.

Cette immense plate-forme virtuelle est plus qu'une simple extension d'Internet, qui permet aux gens de parcourir le World Wide Web. Cette nouvelle étape « incarne Internet en plaçant l'humain au centre de celui-ci ». Dans ce nouveau royaume, l'imagination règne.

Ce n'est pas de la science-fiction

Ce projet n'est plus de la science-fiction. On en parle dans les médias institutionnels comme le  Wall Street Journal . Toutes les sociétés de médias sociaux y mettent des éléments. Mark Zuckerberg vient de rebaptiser Facebook, l'appelant Meta. Elle investira 10 milliards de dollars et embauchera 10 000 nouveaux employés pour construire ce nouveau monde.

« Le  métaverse  sera la plus grande révolution des plates-formes informatiques que le monde ait jamais connue, plus grande que la révolution mobile, plus grande que la révolution Web », déclare Marc Whitten de Unity Software dans un article du  Wall Street Journal .

Le métaverse propose un univers parallèle en trois dimensions de réalité virtuelle et augmentée où les avatars numériques se rencontreront en nombre illimité. Les gens seront équipés de lunettes spécialisées et même d'équipements tactiles de pointe, qui leur permettront de sentir et de toucher des choses éloignées en temps réel, pouvant mélanger le monde réel avec l'imaginaire.

Daren Tsui, PDG de Together Labs Inc. déclare : « L'expérience de l'avatar sera si réelle qu'il est difficile de faire la différence entre une rencontre virtuelle et une rencontre physique. Et l'expérience virtuelle n'en sera que meilleure ».

Création consécutive d'un monde illusoire

Il y a trois problèmes principaux avec le  métaverse . Le premier est qu'il encourage les gens à se détacher de la réalité en créant un monde illusoire sans conséquence ni sens. Les gens sont libres de défier la nature en faisant des choses impossibles, comme marcher sur la lune ou regarder un match de baseball depuis l'assiette du lanceur. Les choses les plus absurdes deviennent possibles dans un monde imaginaire déconnecté de la réalité.

Les gens ne sont plus liés au temps et peuvent voyager dans ce qu'ils imaginent être le passé ou le futur. Même la mort peut être « vaincue » avec des avatars et des algorithmes qui ramènent ce qui semble être des parents décédés ou des personnages historiques avec lesquels on peut converser et interagir. Vous êtes libre de faire des choses aux autres (qui peuvent exister ou non) ou même de vous couper les bras sans conséquences. Tout fantasme, même le plus macabre, peut devenir réalité dans le  métavers . De cette façon, des espaces sombres et sinistres peuvent être ouverts qui faciliteront les actes pécheurs ou leurs simulations.

Un monde si isolé et déconnecté de la réalité et de la nature des choses peut nourrir les passions débridées qui rejettent toute retenue morale. Un espace comme celui-ci peut rapidement passer d'  Alice au pays des merveilles  à une maison de fous. L'intempérance frénétique d'Internet et des médias sociaux actuels cause déjà des problèmes psychologiques et sociaux. Dans quelle mesure la capacité du métavers  à engloutir les gens dans leurs frénésies et leurs dépressions sera-t-elle encore plus exponentielle  ?

Destruction de l'identité

La deuxième raison de s'inquiéter du  métaverse  est qu'il assimile l'identité au choix. Le paradigme postmoderne permet déjà à une personne de s'identifier comme autre chose. Cependant, cette identification n'existe que dans l'esprit de la personne trompée. Généralement, le monde extérieur peut percevoir l'illusion.

Néanmoins, le  métaverse  change cette perception. La personne devient le modèle parfait de ce qu'elle désire et ne peut pas être. Il n'est pas nécessaire que ce soit une personne, mais cela peut être un animal, une plante ou une chose. Il ne doit pas s'agir d'un seul être, mais d'une cacophonie d'êtres sans unité dans ce monde fantastique.

Le mensonge de s'identifier à la liberté est rendu possible avec le  métavers . Le philosophe existentialiste Jean-Paul Sartre a écrit que « l'homme est la liberté », ce qui rendrait les gens essentiellement illimités. Dans son livre L'  être et le néant , Sartre disait que « la liberté n'est rien d'autre qu'un choix qui se crée ses propres possibilités ».

Le  métavers  est la réalisation de cette idée déformée de la liberté qui se rebelle contre les limitations contingentes de la nature humaine, pouvant transformer les individus en dieux de leurs fantasmes.

Démolition de la métaphysique

Cependant, l'aspect le plus dangereux du  métavers  est la démolition de la vision métaphysique de la vie qui conduit l'âme au Créateur.

Tout le monde, même les enfants, se consacre à la métaphysique. La nature humaine et en particulier l'âme nécessitent une compréhension rationnelle de soi et de l'univers. Par conséquent, une définition classique de la métaphysique est qu'il s'agit d'une enquête philosophique sur les principes et les causes ultimes. En s'engageant dans la métaphysique, les individus recherchent la nature des choses qui existent et les intègrent dans une vision cohérente.

Une vue vraie des choses rend douloureusement claire la nature finie et contingente de chaque être humain. Pourtant, en comprenant les conceptions de la Création, les gens voient que le but de l'existence transcende les limitations physiques et sociales, poursuivant un chemin vers le Créateur en tant que reflet de la nature. Ce processus donne un sens et un but à la vie alors que les âmes s'efforcent d'atteindre leur but ultime en Dieu.

La révolution du transhumanisme

Les philosophies derrière le  métavers  sont contraires à cette vision métaphysique classique. Il n'y a aucune tentative pour comprendre la nature des choses, seulement pour avoir l'expérience illimitée d'événements aléatoires. Cette notion « transhumaine » du monde comprend l'humanité comme un processus en constante évolution. L'ingénieur de la « Grande réinitialisation » Klaus Schwab décrit cette prochaine phase comme la « fusion imminente des mondes numérique, biologique et physique ».

L'idée du  métavers  est cohérente avec la vision de l'auteur à succès du  New York Times  Yuval Noah Harari, qui écrit fréquemment sur ces sujets en imaginant explicitement un avenir sans âme ni libre arbitre, sans moi unifié et sans Dieu. un monde algorithmique d'expériences aléatoires où l'on est ce que l'on devient. Il soutient qu'il n'y a pas de religions mais seulement de puissantes fictions, tout comme le  métavers , dans lequel les gens « créeront des mondes virtuels entiers avec des enfers et des paradis ».

L'auteur n'est pas le seul à croire en cet avenir glacial. Parlez au nom d'une classe progressiste de scientifiques, d'hommes d'affaires et d'universitaires du Big Data et de la Silicon Valley, qui se sont tous donné pour tâche de changer la nature et la réalité humaines à travers des artifices tels que le  métavers  et qui ne cachent pas leur refus de la création divine et de ses ordre moral.

Le refus s'impose

Ce sont des préoccupations urgentes face au  métaverse  entrant. Bien sûr, toutes ses applications ne contiendront pas la pleine dose de ces plans destructeurs pour l'humanité. Cependant, la direction générale mène à un nouveau monde arrogant sans Dieu. De telles conclusions ne viennent pas des théories du complot, mais sont ouvertement révélées par les promoteurs du  métavers .

Par conséquent, le  métavers  doit être rejeté parce que sa vision du monde est contraire à celle de l'Église. Il est navrant que quelque chose d'aussi grand puisse apparaître à l'horizon et que les bergers des âmes aient si peu à en dire. Dans la société sans Dieu d'aujourd'hui, l'apostasie de la pratique de la Foi est causée bien plus par des inventions technologiques comme celles-ci que par des disputes théologiques abstraites.

Craignez également que vous ne vouliez pas voir où cela mènera. L'histoire montre que lorsqu'on laisse libre cours aux passions, on finit par aboutir au désespoir nihiliste. L'expérience excessivement intempérante du plaisir causé par le  métavers  peut éventuellement nécessiter les sentiments les plus intenses de douleur existentielle. Ainsi, le processus de décomposition de la modernité suivra son cours complet : de l'intérêt égocentrique à l'autosatisfaction, à l'auto-imagination, à l'auto-annihilation.

En fait, ce sera un monde dominé par les illusions, les absurdités et le déni de l'être, où le sens et le but sont annulés et les règles bizarres de l'imagination reçoivent un nom tout aussi bizarre. De cette façon, les visionnaires sécularisés du  métavers  planifient un enfer virtuel sur terre.

_________________________________

* Metaverse (en anglais  Metaverse ) est (…) une sorte de  réalité virtuelle  partagée via  internet , où l'on est représenté en trois dimensions à travers son  avatar . (...) Sur cette plateforme chacun peut créer en  3D  ce qu'il veut,  commerces ,  bureaux ,  discothèques  et plus, le tout potentiellement ouvert aux utilisateurs »

23 novembre

Comme spécifié dans l'analyse d'hier, plus on s'approche de la mort et la résurrection des deux témoins, et de la mort de l'Antéchrist système, plus le temps accélère.

Ce fait nous est confirmé par les paroles même du démon lors d'un exorciste.

« ( LifeSiteNews ) – Un célèbre exorciste américain a déclaré que Satan lui avait dit lors d’une séance d’exorcisme que Dieu « est sur le point de me retirer mon pouvoir ».

Lors d’un podcast la semaine dernière, le P. Chad Ripperger a déclaré qu’il « commandait » à l’esprit d’expliquer les motifs de son comportement. Ripperger a déclaré que le diable – qu’il a identifié comme étant Belzébuth – a commencé à pleurer, admettant que Dieu est sur le point de mettre fin à son influence sur les affaires de l’Église.
Le prêtre a déclaré qu’il ne pouvait pas donner de détails intimes sur les raisons entourant la possession parce qu’il n’avait pas la « permission de son évêque de parler » sur les rouages ​​de l’affaire. Il a déclaré que le contexte de l’attaque démoniaque était « certains problèmes au sein de l’Église ».

Ripperger croit que l’admission diabolique de Dieu restreignant le niveau d’influence que les anges déchus ont sur les affaires de l’Église aura des applications sur une plus large « situation géopolitique par application ».

L’influence des diaboliques sur la sphère politique a été discutée sur le podcast US Grace Force, animé par Doug Barry et Fr. Richard Heilman. Le trio a discuté de la crise de l’Église catholique – que Ripperger a appelée « cette obscurité que nous vivons » – et de la présence de la philosophie marxiste dans la gouvernance du monde entier.

L’exorciste a soutenu que le communisme s’est propagé dans le monde entier, ce qui, selon lui, est attesté par le fait que « l’État profond du monde entier a pu fermer l’économie mondiale en moins de deux semaines ».

L’avènement des blocages mondiaux au début de la pandémie déclarée était la preuve pour Ripperger qu’une influence marxiste a conduit à un « contrôle du récit » qui a arbitré les messages entourant COVID-19.

En dehors de son expertise en matière spirituelle et religieuse, Ripperger a publié de nombreux articles dans le domaine de la psychologie humaine . Il a déclaré dans l’interview que son travail avec les personnes possédées l’avait amené à étudier la psychologie comme moyen d’aider plus efficacement ceux qui venaient à lui. En conséquence, il a publié une série de conférences « sur la façon dont la psychologie diabolique et la psychologie communiste sont fondamentalement… les mêmes ».

Il lui est apparu récemment, a déclaré Ripperger, que la « structure » de la façon dont les gouvernements et les démons actuels traitent les gens n’est pas sans rappeler une « relation abusive ». Il a fait référence à des manuels de psychologie « où ils parlent de la structure des cas de violence domestique », arguant que « l’éclairage au gaz » est une composante du comportement abusif.

L’éclairage au gaz est défini comme la manipulation de quelqu’un par des moyens psychologiques pour qu’il remette en question sa propre santé mentale. Selon Ripperger, les démons et les gouvernements le font – comme un conjoint violent – en faisant des réclamations aux maltraités qui ne sont pas vraies, puis en dénonçant la personne pour ne pas croire au mensonge avec un comportement abusif.

Ripperger pense qu’un exemple de cet éclairage au gaz est que le terme « suprémaciste blanc » est utilisé comme péjoratif pour décrire une personne qui n’a pas d’antécédents de comportement raciste. La personne est alors « éclairée » lorsqu’elle est tenue de se défendre contre des accusations non prouvées de racisme.

L’exorciste a estimé que le comportement des gouvernements est une preuve de « panique » car « ils font tout ce qu’ils peuvent … aussi vite qu’ils le peuvent sans réfléchir ». Il a relié la panique qu’il a vue dans les affaires du gouvernement à la panique qu’il a vue dans le démon qu’il exorcise. Ripperger pense qu’au sein du gouvernement et de l’Église, les fonctionnaires « ont tendance à se dépasser » parce qu’« ils se précipitent… ils se rendent compte que leur temps presse et qu’ils doivent donc « faire quelque chose ».

« Cette panique que nous voyons… ils se bousculent littéralement [dans] la situation géopolitique… et même dans une certaine mesure au sein de l’Église », a-t-il ajouté.

« Les démons savent que leur temps est limité, alors ils essaient de réprimer n’importe quoi … alors nous allons commencer à voir les gouvernements devenir de plus en plus tyranniques … c’est une indication qu’ils surjouent leur main … parce que ils bluffent tellement… ils mentent parce que leur temps est très court.

Ripperger n’a pas suggéré que la société et l’Église connaîtraient la paix ou l’ordre immédiat même avec la dissipation de toute tyrannie spirituelle. Il a dit que « le mal ne s’en va pas tranquillement, il piétine comme un bébé… vous savez [un] enfant violent.

Lorsqu’on lui a demandé comment les laïcs pouvaient se préparer « à vraiment s’accroupir et à s’engager dans cette bataille », Ripperger a répondu que les catholiques devraient se garder « sous le manteau de Notre-Dame, avoir une forte dévotion envers elle, lui demander sa protection ». »

22 novembre

LA MORT DES DEUX TÉMOINS

Le calendrier de la fin des temps décrit dans l’Apocalypse entre vraiment dans la 7ème période ( où il y a la 7ème église, le 7ème sceau, et la 7ème trompette, soit le 777) après la mort des témoins et leur résurrection.

Cet événement n’est pas très loin.

Nous savons que le synode en cours devrait mené à une nouvelle église humaniste avec une célébration œcuménique adaptée au us et coutumes paroissiales, bref un retour au panthéisme qui a commencé avec le synode amazonien et la pachamama à la basilique Saint-Pierre en 2019.

Donc l’Église traditionnelle avec le clergé et les chrétiens fidèles à Loi et aux Prophètes représentent les « deux témoins » aujourd’hui.

Première possibilité  de la mort des témoins : comme avec le dernier Motu Proprio Traditionis Custodes forçant la messe conciliaire, une nouvelle directive de Bergoglio concernant la messe œcuménique en préparation, forcée pour tous, déclencherait le schisme tant prophétisé.

Ainsi, ceux qui voudront demeuré au sein de l’église catholique, les conservateurs, devront de plier à cette directive, et ceux qui ne voudront pas simplement y adhérer seront excommuniés.

Dans un cas, comme dans l’autre, ils seront morts dans le sens donné par l’Apocalypse.

Deuxième possibilité : Klaus Swab avec sa grande réinitialisation nous a préparé une cyber pandémie depuis deux ans. Et, en effet, pour contrôler la masse qui est hyper dépendante des ordinateurs et qui ne peut se passer de son téléphone intelligent, il faut qu’ils contrôlent absolument internet.

Il y aura donc une panne internet mondiale. Ils l’ont annoncé.

Mais comme Klaus Swab l’affirme, le retour à la normale n’aura pas lieu. Bergoglio utilise le même langage quant à l’église où il n’y aura pas de retour en arrière, c’est à dire, l’avant Vatican II.

Ils ont facilement démontré avec la pandémie Covid-19 qu’ils pouvaient fermer et interdire les lieux de cultes, les églises.

Ils savent donc qu’ils peuvent répéter l’exercice de ce côté, mais de façon permanente.

Pour l’instant, il faut même le passeport sanitaire pour assister à la messe dans certains endroits.

Nous avons été témoins que le seul moyen dans le plus fort des confinements pour assister à la messe ou tout simplement demeurer connecté avec le religieux était internet.

Quoi de plus facile alors, après une cyber pandémie, de revenir avec un internet renouvelé, où toute indication religieuse ne concordant pas avec le système humaniste de fraternité universelle, serait tout simplement censurée, incluant les blogs et les courriels.

Ainsi, cette mort des « deux témoins » impliquerait inévitablement que la tradition ne vivrait que grâce au Saint-Esprit, à une nouvelle Pentecôte.

Les deux témoins auront eu le temps de prophétiser pendant 42 mois.

C’est le même délai que la durée de vie des deux bêtes de l’Apocalypse.

Vatican II est le point de départ de cette guerre contre les âmes, de la montée de la bête de la mer qui a contrôle sur tous les royaumes, c’est à dire le Vatican (car en termes d’ouverture pour le Royaume des Cieux, il y a seulement la religion catholique comme voie possible).

C’est pourquoi que dans le chapitre 11 de l’Apocalypse, Saint Jean affirme qu’ils ont le pouvoir de fermer le ciel.

À noter que la mort des deux témoins ne dure que 3,5 jours, comparer à la durée de vie des deux bêtes, soit 42 mois ou 3,5 années,.

C’est donc un indice qu’après leur mort, tout s’accélère, puisque ce qui suit c’est la mort de l’Antéchrist et la chute de Babylone la grande, soit ce qui précède le retour de NSJC et le Jugement dernier.

Le concile EST le châtiment des chrétiens catholiques, des justes, du peuple fidèle à la Loi et aux Prophètes!

C’est bien cette torture psychologique qui est présentement appliquée au peuple de Dieu.

Les châtiments tant attendu par plusieurs ne sont pas devant mais derrière nous.

Ce qui se profile à l’horizon, c'est le châtiment de ceux qui ne sont pas avec le Christ, les autres.

C’est bien là que la synode 2023 veut mener le monde.

Pour ou contre le Christ.

La mort des deux témoins symbolisée par le décès éventuel de Benoît XVI, un témoin visible et important.

C’est confirmé par la prophétie de Jean XXIII le concernant.

« devant la tombe du va-nu-pieds, éclatera le règne béni de la Très Sainte Vierge. »

Soit, à la célébration des obsèques de Benoît XVI, devant la tombe de Jean-Paul II, située directement à l’entrée de la basilique Saint-Pierre.

« Écoutez ses paroles.
Marie Très Sainte, fille et mère de Dieu, maîtresse du temps futur, bats le rappel de tes fils dans les campagnes, pour qu'ils abattent les deux Babylone. »

C’est l’appel de la chute des deux Babylone, soit juste après la mort des deux témoins.

« La terre détruira le ciment et de terre sera, Reine, ta nouvelle Église. »

Confirmant ainsi que la nouvelle Église (en fait la Tradition qui aura su ressusciter l’Église) n’en saura pas une politisée comme la conciliaire, mais vivante dans les cœurs.

Pier Carpi dans son analyse utilisent les termes : « construite par des hommes nouveaux, qui ont gardé les traditions antiques de type campagnard, des traditions simples en tout cas. »

Jean XXIII dans la « prophétie politique #22: Grand Éclair à l'Orient » confirme le tout par « ce n'est pas le temps d'un roi, ce ne l'a jamais été. Depuis la mort de Frédéric, chaque roi est usurpateur. Que le roi s'en aille, reste le peuple. L'Europe a soif, elle aura du sang dans les rues.
Mais aussi de grandes processions et la Vierge Heureuse descendra sur terre. Vous ne la verrez pas dans la grotte, mais dans un cœur qui revivra. Depuis les ténèbres, elle apportera la parole que tous comprendront. »

Il s’agit bien d’une nouvelle Pentecôte après la mort des deux témoins.

Ce n’est pas dans une grotte donc dans ce qui a été, une église physique temporelle, mais dans le cœur que cela se vivra.

Et, ici est indiqué que ce n’est pas le temps d’un roi, d’un leader mondial mis sur le trône après la grande réinitialisation.

Tout concorde.

14 novembre

LES GRANDES COMÈTES DES DERNIERS TEMPS

Les 3 comètes analysées ici sont les dernières grandes comètes de longues périodes visibles à l’œil nu, c’est à dire imprévues ou simplement parce qu’elles viennent de très loin, et qu’on ne reverra plus jamais, donc de comètes qui apparaissent à des moments clés.

Ces 3 comètes ont été ou sera visibles au nord et au sud à la fois, pour que cela soit significatif, c’est à dire vu par tous, et non comme la comète Hale-Bopp en 1997 qui n’a été vu que dans l’hémisphère nord.

La comète Leonard, si elle atteint une magnitude tout près de zéro ou moins, pourrait donner tout un spectacle lorsqu’elle « rasera » vénus le 17 décembre.

Notons que c'est la date anniversaire de Bergoglio, et que vénus est la planète maître de la franc-maçonnerie, représenant Lucifer via le pentagramme symbolique.

Alors, un signe comme à la naissance du Christ?

C'est à suivre.

Notions de magnitude : plus le chiffre est petit, plus c’est brillant.

Le chiffre 7 et ses multiples très présents (7 fois, 7 fois, 7 fois, etc... dans les prophéties de Jean XXIII par exemple).

Il y a donc beaucoup de relations au chiffre 7, et surtout, l’importance du 14 au 15, et conséquemment, du 21 (notions du 777, chiffre par excellence singé par Satan et ses sbires de la kabbale).

Commençons par la comète MacNaught  avec son jour le plus brillant, soit le 14 janvier 2007.

Elle fut la comète la plus brillante en plus de 40 ans et fut facilement visible pour les observateurs de l’hémisphère sud en janvier et en février 2007.

Elle a atteint la magnitude de -2.

La comète vue d’Allemagne

Benoît XVI, le bon larron de notre fin des temps, rétablit l’ordre par rapport à la messe tridentine avec Summon Pontificum 7 mois plus tard, soit le 7 juillet 2007.

7 ans plus tard, c’est la comète ISON qui était cataloguée comme la possible comète du siècle.

Ce fut un flop monumental (à l’image de Babylone prochainement) puisqu’elle s’est désintégrée lors de son passage autour du soleil.

Mais, Babylone jubile en 2014 et çà commence le 15 janvier 2014 (exactement 7 ans après le passage de MacNaught autour du soleil) avec le discours de Christine Lagarde et l'importance du chiffre 7.

Et ensuite le 23 janvier 2014 (Davos), elle lance qu’il est temps de faire un « reset », une réinitialisation.
(voir analyses précédentes)

Concept dont nous sommes habitués d’entendre maintenant.

2014, c’est aussi Brescia, patrie de Paul VI, où la croix de Jean-Paul II est tombée, tuant un jeune touriste.

Le 27 avril 2014, ce sont les canonisations de Jean XXIII et Jean-Paul II, qui ont contribué grandement à cette phase de l'humanisme créée par Paul VI à la dernière séance de Vatican II.

Le 8 juin 2014 : c’est la prière pour la paix de Bergoglio avec Shimon Peres, et Mahmoud Abbas, thème donc si cher pour développer la « fraternité universelle », la nouvelle religion.

Donc, la comète MacNaught est la plus brillante des comètes de longues périodes depuis plus de 40 ans.

Selon les astronomes, c’est donc à la comète de 1965 Ikeya–Seki que l’on fait référence.

Elle fut découverte le 18 septembre 1965, étant au plus près du soleil le 21 octobre 1965, et elle a atteint une magnitude de -10!!!

Elle est considérée comme la plus grande comète du 20ième siècle.

Et ce n’est pas pour rien :

1965, c’est la fin de Vatican II, avec le nouveau missel.

C’est la quatrième session, du 14 septembre au 8 décembre 1965.

On s’intéresse alors au schéma 13, qui traite de la place de l’Église dans le monde moderne.

Ce schéma est le cœur du présent synode sur l’avenir de l’église!!!

(Est-ce le début des 42 mois de la bête avec la comète Leonard le 17 décembre, car 2021 + 3.5 années donnent exactement au maximum de l’activité solaire du cycle 25 prévu? Et puisque le signe qui a été donné à Fatima en octobre 1917 concerne la soleil, alors il faut s'y interesser.)

Le 15 septembre 1965, Paul VI, dans le Motu Proprio Apostolica Sollicitudo, établit le Synode des évêques (ce qui est le mal qui gangrène l’église et qui est la voie ultime prise par Bergoglio aujourd'hui).

Le 4 octobre 1965, Paul VI se rend à New York pour prononcer un discours devant l’Assemblée générale des Nations-Unies et, à son retour à Rome, il adresse la parole au Concile. La religion humaniste prend son envol.

« Reconnaissez-lui au moins ce mérite, vous, humanistes modernes, qui renoncez à la transcendance des choses suprêmes, et sachez reconnaître notre nouvel humanisme : nous aussi, nous plus que quiconque, nous avons le culte de l’homme.» Paul VI

Retour à notre comète de 2021, Leonard.

Au plus près de la terre le 12 décembre, fête de ND de Guadeloupe, soit ND de l’Apocalypse.

En passant tout près de vénus dans la nuit du 17 au 18 décembre, elle arrivera au plus près du soleil le 3 janvier 2022, fête du Saint Nom de Jésus, soit la journée où elle sera la plus brillante!

Nouvelle photo (11 novembre) : Cette photo démontre que Leonard est passée d’une magnitude 11 à 9 depuis une autre photo prise le 9 novembre. C’est rapide!

Les astronomes calculent présentement une magnitude de +1 au 3 janvier 2022.

La comète est positionnée comme la comète MacNaught en 2014, près de l’équateur, donc visible dans les hémisphères nord et sud.

Il y a 14 ans, 11 mois et 20 jours (ce qui devient ici intéressant), entre MacNaught et Leonard.

Or, en 2021 nous avons eu le 16 juillet : Traditionis Custodes de Bergoglio qui annihile le Motu Proprio de Benoît XVI de 2007.

Ainsi, la comète Leonard  semble être la comète du passage de la 14 ème année de Summon Pontificum (2021) vers la 15 ème année (qui serait atteint ainsi le 7 juillet 2022), mais qui n’aura pas lieu parce que annulé par Bergoglio.

Or, c'est dans la nuit du 14 au 15 Nizan (en mars ou avril), qu'a lieu la première Pâques en Égypte (à la 10ème plaie), Pâques signifiant passage, donc la libération du peuple juif des griffes du pharaon.

La nuit de la libération des hébreux est donc à rapprocher de la nuit de libération des justes.

Mais la libération se déroule en deux temps : une fois le choc amorti, pharaon poursuit les hébreux dans l’intention de les exterminer.

Ce n'est qu'au passage de la mer Rouge que tout se termine avec la fin que l'on connaît.

Nous verrons si la comète Leonard est un signe envoyé commençant la libération des élus des derniers temps.

Plus que quelques semaines à attendre.

Conséquemment, puisque les actions de Benoît XVI ont été effacés avec le Motu Proprio du 16 juillet dernier, date non anodine, on peu donc affirmer que son travail sur cette terre semble accompli.

Cela fait parti aussi de l'équation...

Pour enclencher la dernière partie de la prophétie le concernant.

Octobre 2021

29 octobre

L’AVERTISSEMENT DU CIEL

Une étrange tache solaire qui nous mettait déjà la puce à l’oreille en début de semaine a produit la première de classe X1 (la plus basse sur une échelle de 10 logarithmique) du cycle 25.
Photo de l’éjection du 28 octobre

Cet événement est en lien avec notre société humaniste qui ne repose que sur sa technologie et sa science, et avec Jean XXIII et Vatican II.

Jean XXIII a été élu le 28 octobre 1958.

– la foule a su qu’un pape avait été élu en 1958 à 17h08 (fumée blanche).

– L’heure de la présentation de Jean XXIII au balcon devait être autour de 17h30 logiquement.

Or, en temps universel, 17h30 heure de Rome, est 15h30 UTC.

Or, l’heure de l’éjection de classe X1 sur la photo ci-haut est à 15h35 UTC

Donc, cela fait 63 ans pile.

Retour sur l’élection du pape Jean XXIII.
 
On anticipe donc un impact d’une éjection de masse coronale (CME) en halo forte sur la terre pour le 30 octobre à 20h, heure de Paris, ou 14h, heure de Montréal.

Sans surprise, la CME devrait frapper la terre la journée où les bêtes se rassemblent à Rome pour la réunion du G20: Macron, Biden et Bergoglio.

Le but est évidemment la grande réinitialisation verte (et son passeport sanitaire qui deviendra écologique) qui sera lancée à la COP 26 à partir de dimanche.

Et les bêtes ont donné les signes!

Les deux Babylone des prophéties de Jean XXIII (Vatican et les Nations-Unies)

« COP26: à la BBC, le Pape évoque le climat comme défi de civilisation.

«Le changement climatique et la pandémie de Covid-19 mettent en évidence la vulnérabilité radicale de tous et de tout, et soulèvent de nombreux doutes et questions sur nos systèmes économiques et l’organisation de nos sociétés», a affirmé le Souverain pontife, constatant que «nos sécurités se sont effondrées, notre appétit de pouvoir et notre soif de contrôle s’effritent».
Nous nous sommes découverts faibles et craintifs, a estimé le Pape, car plongés dans une série de «crises»: sanitaire, environnementale, alimentaire, économique, sociale, humanitaire et éthique.

Des crises transversales, «fortement interconnectées et annonciatrices d’une ‘’tempête parfaite’’, capable de briser les ‘’liens’’ qui unissent notre société au sein du précieux cadeau de la Création», a-t-il souligné, insistant sur «l’exigence d’une vision», des «compétences en matière de planification et une rapidité d’exécution, afin de repenser l’avenir de notre maison commune et de notre projet commun».
Conscient que ces crises mettent face à des choix radicaux difficiles, le Pape a rappelé que chaque moment de difficulté contient également des opportunités, «qui ne peuvent être gaspillées».


Répétant «qu’on ne peut sortir seul d’une crise», le Souverain pontife argentin a rappelé l’appel commun signé le 4 octobre avec des chefs religieux et des scientifiques. «À cette occasion, j’ai été frappé par le témoignage d’un des scientifiques qui a déclaré: ‘’Ma petite-fille, qui vient de naître, devra vivre dans un monde inhabitable d’ici 50 ans, si les choses continuent ainsi’’. Nous ne pouvons pas permettre cela!», a raconté François… » (vaticannews.va)

En parallèle avec la bête de la terre ou Babylone Nations-Unies qui nous lance ceci (regardez bien la vidéo. Elle indique vers où ils nous dirigent)

« Ne choisissez pas l’extinction.

Le monde dépense annuellement la somme colossale de 423 milliards de dollars pour subventionner la consommation de combustibles fossiles – pétrole, électricité produite par la combustion d’autres combustibles fossiles, gaz et charbon. Selon une nouvelle étude du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) publiée aujourd’hui, ce montant est quatre fois supérieur à celui qui est demandé pour aider les pays pauvres à lutter contre la crise climatique, l’un des points de friction de la conférence mondiale sur le climat COP26 qui s’ouvre la semaine prochaine… »

La tempête solaire est donc bel et bien un avertissement.

Nous verrons demain pendant que le « gratin » de ce monde abuseront de la bonne chair et du vin en abondance à leur G20.

Et la référence de Jean XXIII pour Vatican II en ce 28 octobre n’est pas un hasard.

Élu il y a 63 ans.

Or, selon la formule de l’Apocalypse de la durée de la bête, 1 temps, 2 temps et la moitié d’un temps, soit 3,5 années ou 42 mois, les eschatologues privilégient donc une division en base 3,5.

Donc 63 années divisées par 3,5 donnent 18, et 18 est donc 6+6+6, se référant donc à la bête tout comme il y a 666 mois entre l’élection de Jean XXIII et sa canonisation!

Voici une référence qui confirme que Pie XII avait eu l’idée du concile mais dans sa grande sagesse l’avait abandonné afin de ne pas créer de schisme.

Mais Jean XXIII a décidé d'ouvrir la boîte de pandore... pour une société humaniste.

« Tout de même honnête, Peter Hebbletwhaite rappelle que c’est Mgr Ruffini qui en a eu l’idée en 1939, avant même d’être cardinal, mais Pie XII ne s’y arrêta pas. Devenu archevêque de Palerme, il revint à la charge en 1948, avec le soutien du cardinal Ottaviani, dans le but d’obtenir la condamnation des erreurs modernes ; cette fois, le Pape en ordonna la préparation secrète. Mais Pie XII abandonna quelques mois plus tard, lorsque les réactions des prélats consultés laissèrent entrevoir de grandes divisions au sein de l’épiscopat. Finalement, au dernier conclave, les deux cardinaux s’adressèrent à celui vers qui le vote s’orientait.

Le 30 octobre 1958, donc deux jours après son élection, Jean XXIII en parla à son secrétaire et se fit apporter les archives de la préparation de 1948. Après en avoir pris connaissance, il résolut que son concile se ferait dans un tout autre esprit : son objectif principal serait pastoral et non pas doctrinal, il fallait répondre aux besoins nouveaux de l’Église et du monde. Sa décision est définitivement arrêtée le 28 novembre. »

Est-ce que la tempête solaire qui frappera causera des dégâts par rapport à l’électronique (en référence aux passeports planifiés entres autres), pour contrer les deux Babylone?

N’oublions pas ceci :

« Marie Très Sainte, fille et mère de Dieu, maîtresse du temps futur, bats le rappel de tes fils dans les campagnes, pour qu'ils abattent les deux Babylone. » (fin de la prophétie concernant Benoît XVI)

À surveiller donc demain, tout comme Benoît XVI.

26 octobre

LA LIMITE DE  BABYLONE PARTIE IV
(suite de mai et juin 2021)

La période d'octobre 2021 à 2025 semble être celle où tout balance écrivions nous.

En ce mois d’octobre, nous avons plus de précisions suite à l’ouverture du synode 2021-2023 concernant l’avenir de l’église telle qu’on la connaît.

Nous avons vu que la semaine de Daniel (1 jour = 1 an) pourrait être la période s’étendant d’octobre 2019 à octobre 2026, avec l’arrêt possible du sacrifice et de l’oblation prophétisé pour mai 2023.

Les deux mois clés de la Sainte Vierge Marie dans le calendrier sont mai et octobre.

Le 13 mai 2026, cela fera donc 109 ans depuis les apparitions, soit les 100 ans + la 9ème heure, où tout est accompli (c’est à dire la mort du Christ sur la croix, donc de l’Église pour nous).

Mai 2026, c'est le retour du Lys prophétisé par Don Bosco.

Nous savons grâce à la vision du pape Léon XIII que Satan a eu 100 ans pour conquérir le monde.

Ces 100 ans commencent fort probablement en 1914 avec la première guerre mondiale où depuis, nous avons vu une croissance exponentielle dans la technologie, la médecine, les transports, etc., pour mener à la mondialisation, et bientôt à la dictature technofasciste.

« Depuis la sixième heure jusqu'à la neuvième, il y eut des ténèbres sur toute la terre. Vers la neuvième heure, Jésus cria d'une voix forte : " Eli, Eli, lamma sabacthani, c'est-à-dire, mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'avez-vous abandonné ? " »

C’est maintenant au tour de l’église d’abandonner ses fidèles.

« L’Église catholique ne s’est pas placée du côté de la vérité mais du côté du pouvoir, elle est devenue « constitutionnelle », acceptant tous les slogans de la propagande du système et les gonflant même de significations morales et religieuses de solidarité, alors qu’il s’agissait en fait d’abus, de tromperie et de chantage. Dans de nombreux cas, les dispositions ecclésiastiques sont devenues encore plus strictes que celles du gouvernement, et les fidèles ont été contraints de ne pas penser par eux-mêmes : la libre pensée et l’esprit de clocher sont répandus et encouragés dans l’Église d’aujourd’hui sur tous les sujets du Credo, mais pas sur le Green pass : là, le pape est Draghi. » (benoit-et-moi.fr)

Autre fait qui pourrait avoir son importance, le volcan à La Palma entrait en éruption le 19 septembre dernier.

Le nombre de jours entre cette date et le 12 décembre, fête de Notre-Dame de Guadeloupe, qui est en fait La Dame de l’Apocalypse, est de 84.

Ce chiffre représente l’âge de la prophétesse Anne.

« Anne, elle aussi, est «prophète», porte-parole de Dieu. Elle est âgée de 84 ans, c'est dire qu'elle a 7 fois 12 ans. Dans la symbolique biblique des nombres, le chiffre 7 suggère la perfection et le 12 l'universalité. Le lecteur devine ainsi qu'Anne représente parfaitement les croyants de son peuple qui attendent «la délivrance de Jérusalem».» (croire.la-croix.com)

En rappel, le 84 est ciblé dans l’Apocalypse par le fait que les châtiments doivent être remis au double à Babylone la grande, soit 2 X 42 mois, 42 représentant la durée de la bête ou la moitié de la semaine de Daniel (3,5 années).

Entrevoir donc le volcan La Palma comme un signe est du domaine du possible à cause de ceci:

« Et le deuxième ange sonna de la trompette, et une sorte de grande montagne tout en feu fût jetée dans la mer ; et le tiers de la mer devint du sang… » (Apocalypse 8,8)

Est-ce que la Sainte Vierge nous donne un signe à La Palma?  (voir la photo)

Le 84 menant au 12 décembre, pointe sur la comète Leonard qui sera au plus près de la terre, et probablement visible à l’œil nu au sud au coucher du soleil.

Rappelons que cette comète a été découverte le 3 janvier 2021 (fête du Saint Nom de Jésus) et qu’elle passera au plus près du soleil à la même date en 2022!

Leonard, c’est un lien direct avec le thème choisi par la revue The Economist en décembre 2018 quant à ses prédictions pour l’année 2019 avec comme thème principal le 500ème anniversaire du décès de Léonardo De Vinci (The World in 2019 de The Economist)

C’était la 33ème édition et on sait tous ce que représente le 33.

Rappelons que « The Economist n'est pas n'importe quelle publication – il est directement lié à l'élite mondiale. Il appartient en partie à la famille bancaire Rothschild d'Angleterre et son rédacteur en chef, John Micklethwait, a assisté à plusieurs reprises à la conférence Bilderberg.

En bref, la direction de The Economist a une connaissance intime du programme de l'élite et fait de son mieux pour le promouvoir.
L'esquisse de Da Vinci était basée sur les travaux de Vitruve, un architecte romain qui était considéré comme le « premier grand maître » de la franc-maçonnerie. Assez convenablement, l'homme de Vitruve représente visuellement le but ultime de la franc-maçonnerie : la quadrature du cercle.

Dans la symbolique maçonnique, le carré représente le corps physique et le cercle représente l'âme. À plus grande échelle, le carré représente le monde matériel, tandis que le cercle représente le domaine spirituel. L'un des buts de la franc-maçonnerie est d'harmoniser ces deux mondes opposés (physique et spirituel) pour créer « l'homme parfait ». Ce concept est pleinement représenté dans le logo de la Franc-Maçonnerie.
Le logo de la franc-maçonnerie combine une équerre et une boussole – deux outils utilisés en architecture. L'équerre est utilisée pour dessiner des carrés tandis que la boussole est utilisée pour dessiner des cercles. En "quadrant le cercle", on dit que le franc-maçon atteint la divinité. » (vigilantcitizen.com)

C’est bien le triomphe de l’humanisme, sans Dieu, sans le Christ, qui est donc annoncé en 2019.

À l’image de la codification de De Vinci, les écritures sont à l’envers et donc la couverture doit être regardée dans un miroir pour pouvoir les lire.

C’est là le message que les valeurs sont inversées, de la difficulté de séparer la vérité du mensonge qui caractérise notre période, bref c’est l’inversion satanique.

Le mensonge est aussi représenté par la figure du président chinois sous la forme de Pinocchio, le menteur.

Revenons sur l’homme de Vitriuve : L’original de De Vinci est un homme, avec tout son appareil.

Les rédacteurs de The Economist ont coupé l’image au bas, et tatoué Mee Too (mouvement contre les abus sexuels) sur la poitrine de l’homme, confirmant l’avancement des notions de transgenre, LGBTQ, BLM, WOKE, etc. pour affaiblir le système.

Avec l’effet miroir, les bras gauches de l’homme de Vitriuve deviennent les droits et inversement.

Ainsi, un des bras gauches a le code ADN : nous savons maintenant qu’il s’agît des vaccins ADN/ARN qui ont été injectés aux populations.

Le bras gauche est normalement le bras qu’on choisi pour l’injection lorsqu’on est droitier.

Un des deux bras droits tient un smartphone avec le code QR : on sait maintenant que cela représente l’obligation de le passeport sanitaire qui deviendra le passeport écologique après la COP 26 et qui annonce la dictature mondiale, où règnent les 10 rois de l’Apocalypse.

L’autre bras droit tient une balance avec des humains dans chaque plateau. C’est le nouvel apartheid, celui où les non vaccinés sont mis à l’écart de la société et ne peuvent plus travailler sans le passeport sanitaire. Les mis à part de la société, dont font partie les chrétiens, sont les nouveaux terroristes associés au nouveau système des valeurs comme identifié dans les écrits du regretté Serge Monast.

Le pangolin représente évidement le début de la pandémie de covid-19, animal qu’on soupçonnait d’être à l’origine de l’infection (le monde a connu la virus à la fin de l’automne 2019, alors que la revue est sortie en décembre 2018!). Quelqu’un savait.

Face au au pangolin, le visage d’Artemisia Gentileschi, peintre italienne. Pourquoi?

En référence à l’artémisia, plante bien connue pour soigner le paludisme tout comme la chloroquine qui avait été identifié au début pour soigner efficacement la covid-19.

La grande réinitialisation verte obligatoire en 2019 est représentée par la voiture électrique. Nous sommes en plein dedans avec la fin de l’énergie fossile abondante à prix raisonnable.

Les 4 cavaliers de l’Apocalypse sont sur la couverture.

La cigogne a le code CUP sur son baluchon. C’est la venue de la monnaie digitale électronique.

Un autre signe qui nous attend: la reconnaissance faciale.

« Moscou est la première ville d’Europe à avoir massivement mis en place le paiement par reconnaissance faciale. La capitale russe le rend possible dès ce 15 octobre dans plus de 240 stations de son métro… » (sputniknews.com)

Ce qui nous attend. Exemple chinois (facebook- vanessa inzaghi)

Les deux signes maintenant fortement associés aux bêtes de la terre et de la mer, surtout en regard de l’église.

Le signe fort du dernier mois, tout en haut de la page couverture, un volcan en attente qui ressemble étrangement au volcan La Palma qui est entré en éruption le 19 septembre dernier.

Ce n’est pas nécessairement qu’ils savaient, mais que Dieu les poussent dans leur orgueil en réalisant leurs désirs… pour leurs pertes.

Le signe de Mona Angelica représentant Angélina Joli en madone, dans la posture de la Joconde. Elle personnifie celle qui supporte toutes les ONGs à caractères humanistes, pour les immigrants réfugiés entres autres.

C’est la nouvelle religion.

Elle est utilisée pour promouvoir le nouveau « Pacte sur les migrations » des Nations-Unies.

Or, on sait qu’au synode 2019 sur l’Amazonie, Bergoglio a introduit la pachamama à la basilique Saint-Pierre.

On peut donc associer la figure de la pachamama à cette madone sur la couverture du magazine 2019.

La Palma, le volcan, la couverture, la photo de la Sainte Vierge à La Palma, la comète Leonard…

Dieu avait d’autres projets...

Le lien avec la limite de Babylone, des deux Babylone prophétisé par Jean XXIII se précise donc.

Cela confirme que tout a débuté effectivement en 2019 et que le compte à rebours suit effectivement son cours.

Le synode bergoglien de 2023 est évidemment d’inspiration satanique, et non du Saint-Esprit comme ils aiment si bien l’affirmer.
Il est en lien direct avec le synode amazonien et le retour au paganisme, aux idoles, qui sera accordé à chaque église locale.

« Le pape François crée un organe ecclésial pour mettre en œuvre le controversé Synode amazonien…

Le paragraphe 115 du document final du Synode amazonien appelait à une « structure synodale » pour l'Amazonie, qui lui permettrait de développer sa propre forme régionale de catholicisme et d'intégrer ses traditions indigènes dans ses pratiques religieuses… » (lifesitenews.com)

C’était le 20 octobre dernier.

Or, Vatican I s’est terminé abruptement un certain 20 octobre...

Le premier concile œcuménique du Vatican, ou simplement appelé Vatican I, est le concile œcuménique de l'Église catholique. Il se tient du 8 décembre 1869 au 20 octobre 1870. Convoqué par Pie IX, il définit notamment l'infaillibilité pontificale. Il est interrompu quand les troupes italiennes envahissent Rome. Suspendu sine die, il n'est jamais repris.

Le conseil a été convoqué pour traiter des problèmes contemporains de l'influence croissante du rationalisme , de l' anarchisme , du communisme , du socialisme , du libéralisme et du matérialisme . Son but était, en outre, de définir la doctrine catholique concernant l'Église du Christ.

C’est bien le problème qui caractérise cette période intense depuis 2019 : le socialisme bergoglien.

Le premier sujet mis en débat fut l'ébauche dogmatique de la doctrine catholique contre les multiples erreurs dues au rationalisme. Le Concile a condamné le rationalisme, la laïcité, le libéralisme, le naturalisme, le modernisme, le matérialisme et le panthéisme. L'Église catholique était sur la défensive contre l'idéologie principale du XIXe siècle.

Nous avons donc un Alpha : Vatican I

Nous allons vivre un Oméga : la fin de Vatican II selon Bergoglio.

Nous avons expliqué dans de multiples analyses la signification du triple jubilé ajouté de 3 années en référence à Saint-Augustin, le 153.

Nous avons vu que la semaine de Daniel commencée avec la pachamama à la basilique Saint-Pierre en octobre 2019 était probablement l’aspect visible, la confirmation à toute la planète de l’abomination de la désolation dans le lieu saint.

Et que la moitié de la semaine, où exactement serait signé l’arrêt du sacrifice perpétuel, pointe donc sur mai 2023.
2023-153 ans donne 1870.

On l’a vu ci-haut, l’image de l’arrêt du concile Vatican I est une invasion de Rome.

C’est le signe, l’Alpha de la destruction de Rome.

L’Oméga se réalise donc au printemps 2023 écrivions-nous, confirmé par les prophéties de Jean XXIII :

Cette destruction de Rome est confirmée par la prophétie No 11 de l’Église de Jean XXIII: Le 7ème Sceau :

«  Où croyez-vous fuir, maintenant que vous avez détruit les Églises et tué le dernier Père ? »

Juste après « Mikail et Jean descendront sur terre » de la fin de la prophétie concernant François.

Si on se réfère à la semaine de Daniel, l’Église à l’image de la Passion du Christ irait au tombeau le 5ème jour (2019+5=2024), soit la fin de l’automne 2024, demeurait au tombeau en 2025, le sixième jour, et ressusciterait en Mai 2026 selon la prophétie de Don Bosco.

N’oublions pas que l’arrêt du sacrifice perpétuel n’aura pas lieu, donc cette église transformée que veut Bergoglio grâce au synode ne connaîtra pas son aboutissement.

C’est la chute des deux Babylone, avant, confirmée dans la prophétie concernant Benoît XVI.

En examinant le calendrier du synode 2021-2023, nous sommes en mesure d’entrevoir que le rapport préliminaire (déjà décidé d’avance; le synode n’est que de la poudre aux yeux comme les précédents), sortira en mars 2023.

On ne serait pas surpris que la date du rapport soit le 19 mars 2023, fête de Saint-Joseph, père putatif de l’Église, qui a pour mission de conserver sa pureté, et aussi parce que Bergoglio y fêtera ses 10 années de pontificat.

Rappelons que le synode 2021-2023 est la conclusion de Vatican II.

En voici une preuve :

« Le Père Karl Rahner, SJ, était le chef du groupe révolutionnaire au Concile Vatican II.  Il était le parrain du cardinal Carlo Maria Martini, SJ, chef de la mafia de Saint-Gall qui a poussé à la démission de Benoît XVI et l’élection de Bergoglio.
La mafia de Saint-Gall voulait mener à terme les propositions de Rahner. Ce dernier est cité comme disant en 1962 : « Des Églises majeures avec leur propre discipline, leur propre liturgie et leur propre héritage spirituel et théologique pourraient également être formées à l'avenir, par la « providence divine » [sic], disons en Afrique, en Asie, ou en Amérique du Sud. » (réf :  Pour une réforme missionnaire de l'Église, édité par le père Antonio Spadaro, SJ et le professeur Carlos Maria Galli (tous deux proches collaborateurs de Bergoglio).)

Martini avait élaboré, en 1999, un « plan pour une succession de synodes, sur des sujets allant de la communion pour les divorcés et remariés civilement à l'ordination des hommes mariés ». Basil Hume, un autre membre du Groupe de Saint-Gall, a inspiré la pensée de Martini, qui parlait déjà en 1981 d'une Église «synodale» «où le pouvoir était transféré du centre papal vers l'organe consultatif connu sous le nom de synode des évêques. " Quiconque suit les développements actuels dans l'Église voit clairement comment l'agenda du Groupe de Saint-Gall est mis en œuvre sous le pape François, « leur » candidat. » (lifesitenews.com)

C’est bien là le plan de la nouvelle église amazonienne, et on pourrait même dire : la conclusion du synode 2021-2023.
D’ailleurs, le Vatican caractérise le synode de « révolution », rien de moins!!!

« … L’assemblée des évêques du monde reportée en octobre 2023 ; un parcours de deux ans lancé par le pape François et par chaque diocèse en octobre prochain, avec une phase diocésaine, une phase continentale et une phase universelle : ce sont les principales nouveautés qui se dessinent dans le schéma annoncé ce 21 mai 2021 par le Secrétariat général du synode. Une révolution pour cet événement institué par le Concile Vatican II… » (fr.zenit.org)

L’Oméga, à l’image de l’Alpha de 1870, est la destruction de Rome.

Et maintenant, on peut avancer que ce serait entre mars 2023 et octobre 2023.

La chute de Babylone suivra immédiatement ce triomphe éphémère des 10 rois de l’Apocalypse sur l’église.

Le protecteur, le kataéchon, Benoît XVI, devrait donc nous quitter durant cette période car c'est la chute des deux Babylone qui termine la prophétie de Jean XXIII le concernant.

17 octobre

Le procès de béatification de Jean-Paul 1er est ouvert après confirmation d'un miracle.

Cette volonté de déclarer saints les papes post Vatican II est digne du nouveau système qui a besoin des « ses saints », même sans miracle comme dans le cas de Jean XXIII... Alors qu'on refuse la digne ascension à Pie XII.

C’est donc le 28 octobre 1958 avec l'élection de Jean XXIII qu'a commencé cette nouvelle génération de papes pour la nouvelle église.

Rappelons-nous que Jean XXIII a été canonisé 666 mois pile après son élection, ce qui en soit est un signe volontaire de l'Antéchrist-système. 

D'ailleurs, Bergoglio, pour confirmer par une autre manière, qu'il vient d'entrer dans la phase finale pour clore Vatican II avec le synode, a « blagué » il y a quelques jours en affirmant que son successeur sera « Jean XXIV ».

L'alpha, Jean XXIII.

L'oméga, Jean XXIV.

C'est un signe qu'il envoie et qui n'est pas le fruit du hasard.

« La presse nous informe qu’il y a quelques jours, le pape François a répondu en ces termes à l’invitation de l’évêque de Raguse à visiter son diocèse en 2025 : « Le Saint-Père a souri, hoché la tête, et a dit en plaisantant qu’en 2025, ce sera Jean XXIV qui fera cette visite ».

Depuis ce jour, les gros titres et les analystes spéculent sur le successeur que François a en tête, ou du moins sur ses caractéristiques. Et s’il s’attend à ce qu’il prenne le nom de Jean XXIV, c’est parce qu’il le croit très lié au plus que raté Concile Vatican II.

Cependant, nous, Argentins, ne pouvons pas ignorer certains faits. Il ne fait aucun doute que l’évêque de Raguse a été encouragé à révéler à la presse son dialogue privé avec Bergoglio, car il le lui a lui-même demandé. C’est ainsi qu’il s’est toujours comporté tout au long de son pontificat à Buenos Aires et à Rome. Alors, que voulait-il dire ? Juste une blague sur son successeur qui a déjà choisi un nom ?

Il pourrait y avoir autre chose. Le père Leonardo Castellani, jésuite argentin expulsé de la Compagnie, bon théologien et excellent écrivain que Bergoglio connaît très bien, a écrit en 1964 un roman intitulé Juan XXIII, Juan XXIV. Una fantasía. L’histoire raconte qu’à la mort de Jean XXIII en 1963, le conclave a élu un pape argentin, un jésuite qui exerçait son ministère dans le quartier de San Telmo (l’un des quartiers les plus anciens et les plus traditionnels de Buenos Aires, témoin de la plupart des événements les plus importants de l’histoire de la ville), un théologien exceptionnel, qui s’appelait Ducadelia. Eh bien, Pío Ducadelia a été élu pape et a pris le nom de Jean XXIV...

Juan XXIII, Juan XXIV. Una fantasía explique dans ses 342 pages comment la bureaucratie du Vatican rend la vie impossible au pape et sabote ses réformes. Le livre raconte les vicissitudes de ce pape pour survivre à Rome : trouver le maté, faire comprendre ses « argentinismes », adapter ses ruses et quelques tics typiquement porteños que les Romains ne comprennent pas. Au-delà de ces tribulations quotidiennes, Leonardo Castellani soulève la nécessité d’une modernisation et d’une humanisation de l’Eglise. Parce que Ducadelia veut réformer l’institution en partant du sens originel du mot Église, qui signifie assemblée, c’est-à-dire rassemblement des fidèles. Il veut vendre les trésors du Vatican, il veut que les pasteurs soient austères, il veut éliminer le faste, les privilèges, la rigidité dogmatique, il veut réévaluer le travail des laïcs, il dénonce le péché ecclésial, il sort la nuit pour se promener dans Rome et partager la vie des pauvres. Pour toutes ces raisons, ils lui ont mis des bâtons dans les roues.» (benoit-et-moi.fr)

Si vous avez bien lu, vous aurez compris que Bergoglio est un imposteur sous le nom de François!

Il est Jean XXIV!

( « François ou Jean XXIV - François ou Jean XXIV ? ». Une manière subtile de dire, d'une part, que le pape François n'est pas éternel, de l'autre, que les engagements qu'il prend aujourd'hui seront tenus par ... (la-croix.com) » )

Il sait qu'il est le dernier pape, parce qu'il connaît très bien les prophéties de St-Malachie, ou tout simplement parce qu'il ne peut se permettre d'avoir un successeur qui gâchera tout le travail qu'il accomplit pour détruire l'église.

D'où l'agenda accéléré pour octobre 2023 avec le synode.

D'où aussi l'agenda accéléré de la bête de la terre en parallèle avec la passeport sanitaire vers un contrôle total de la société.

L'économie ne peut résister jusqu'en 2030, l'objectif auparavant révélé par l'élite.

L'envoyée du président américain la semaine dernière au Vatican n'y était pas pour une simple visite de courtoisie.

Il s'agissait de se coordonner pour la grande messe COP 26 dans deux semaines, la rencontre de la dernière chance comme plusieurs l'affirment.

À noter que cette dernière a lieu en Écosse (en référence ici au rite écossais: Deus Meumque Jus ou Dieu et Mon Droit).

Elle est présidée conjointement par la Grande Bretagne et l'Italie.

La franc-maçonnerie et Rome main dans la main.

Les deux Babylone des prophéties de Jean XXIII à l'oeuvre encore une fois.

« La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, s'est rendue à Rome la semaine dernière pour participer à une réunion de législateurs internationaux préparant la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques en Écosse le mois prochain. Au cours de la réunion de Rome, elle a profité de l'occasion pour rencontrer en privé au Vatican le pape François, qui devait s'adresser à la réunion le lendemain.

Des vidéos publiées après la réunion montrent Pelosi alors qu'elle entrait dans la pièce et saluait le pape, lui tenant la main pendant que les caméras tournaient (NDT: il semble selon certains que la poignée de mains était du type de la franc-maçonnerie).

Pelosi a ensuite publié une déclaration sur son site officiel qui disait en partie : « Le leadership de Sa Sainteté est une source de joie et d'espoir pour les catholiques et pour tous les peuples, mettant chacun de nous au défi d'être de bons intendants de la création de Dieu, d'agir sur le climat, embrasser le réfugié, l'immigrant et le pauvre et reconnaître la dignité et la divinité en chacun.

"Ce serait un manquement au devoir pour nous de ne pas entrer dans l'avenir d'une manière verte et (une) qui réponde à l'urgence de la crise climatique", a-t-elle écrit. "Nous leur laisserons un monde où ils pourront être en bonne santé, où ils pourront s'épanouir et atteindre leur épanouissement." (NDT: à relier évidement avec la déclaration de Klaus Swab ci-bas).

« Tout tourne autour des enfants », a ajouté Mme Pelosi – mais quels enfants ? Voulait-elle dire l'enfant à naître ? Non… mais peut-être que le pape François l'a fait. Nous ne le saurons jamais avec certitude, car le Vatican, suivant ses protocoles habituels, n'a publié aucune déclaration après la réunion.

Dans son discours à l'assemblée le lendemain, le pape François a réaffirmé l'appel de Pelosi au « changement » dans les politiques concernant l'environnement. "Ce changement de direction exigeant exigera une grande sagesse, une grande clairvoyance et un souci du bien commun : en un mot, les vertus fondamentales d'une bonne politique", a-t-il déclaré.

« En tant que dirigeants politiques et législateurs, vous avez la responsabilité d'influencer les actions des personnes par les moyens prévus par la loi, qui établit des règles de conduite admissibles à la lumière du bien commun et dans le respect d'autres principes fondamentaux tels que la dignité de la personne personne humaine, solidarité et subsidiarité.

Le pape François sait que la foule climatique de l'ONU est fortement pro-avortement. Sa comparution devant l'assemblée lui a offert une occasion unique de défendre le droit à la vie, mais il n'en a pas profité... » (source: https://thewandererpress.com/)

La chute de Babylone approche très vite.

Ils vont la provoquer: pénuries partout, fin de l'énergie fossile abondante et à bon marché, virage vert obligé qui a un coût énorme, tant financier qu'environnemental, krach financier, cyber attaque majeure...

Un chaos pour un contrôle total. Une nouvelle monnaie numérique.

L'Agenda 2030 est devenu l'Agenda 2025.

C'est clair.

En plein pour le maximum solaire maintenant avancé pour octobre 2024.

Une sortie de Klaus Schwab qui donne l’idée juste du but de la grande réinitialisation: une gouvernance par l’AI, le 666 qui aboutit.

« Klaus Schwab: «Les jeunes détiennent les clés pour bâtir un meilleur avenir». (letemps.ch)

Article seulement pour abonnés mais un blog du même journal donne plus de détails:

« Il est temps de sonner la diane!

13 octobre 2021 Suzette Sandoz

Il est temps de sonner la diane !

« Les jeunes en ont assez de la corruption et de la stagnation des dirigeants politiques » ; « les jeunes en ont assez de la menace envers leur sécurité physique causée par la surveillance et la militarisation de la police à l’encontre des militants et des personnes de couleur » ; « les jeunes s’avèrent plus nombreux à faire confiance à une gouvernance basée sur une intelligence artificielle qu’à celle d’un être humain ».

Ces quelques phrases extraites de l’article de M. Klaus Schwab dans le Temps du 12 octobre (p.12), article intitulé « Les jeunes détiennent les clés pour bâtir un meilleur avenir », sont inquiétantes.

Elles semblent légitimer la division de la société en « jeunes, présumés sains, généreux, altruistes, purs, et « vieux » (tout le reste ?), présumés favorables à la corruption, à la stagnation, à la surveillance par la police des manifestants et des personnes de couleur, donc totalitaires et racistes.

Elles semblent exprimer une haine et une méfiance à l’égard des « autres » que soi.

Elles paraissent refléter – c’est là le plus inquiétant – une inconscience crasse du danger que représenterait une « gouvernance basée sur une intelligence artificielle » donc une soumission totale à la puissance de la machine, une déshumanisation programmée de la société.

De tout temps, les « jeunes » ont été choqués, voire révoltés par les « défauts » imputés aux moins jeunes (immobilisme, hypocrisie, goût du pouvoir et de l’argent), de tout temps, ils ont eu le sentiment d’être brimés dans leur liberté (souvenons-nous d’ailleurs de nos vingt ans !). C’est heureux car si on n’a pas ce réflexe et ce goût de la pureté et de l’absolu à vingt ans, alors on sent le rance.

Mais c’est la première fois que je lis que « les jeunes s’avèrent plus nombreux à faire confiance à une gouvernance basée sur une intelligence artificielle qu’à celle d’un être humain », et là, je sens naître et grandir une terrible inquiétude. Que s’est-il passé pour qu’on en vienne à préférer la machine à l’humain ? Comment peut-on souhaiter être gouverné par des algorithmes ? Comment peut-on imaginer que ces résultats froids d’équations et de formules mathématiques seront plus capables d’humanité que des êtres de chair et de sang ? Comment peut-on oublier aussi que cette IA est créée par des êtres humains pas toujours scrupuleux quand ils arrivent, grâce à cette IA adulée, à prendre le contrôle de la volonté des esclaves humains dont ils ont endormi l’esprit critique grâce à des ondes chatouillant leur paresse, leur égo et leur égoïsme ?

Et ces « jeunes-là » détiendraient « les clés pour un meilleur avenir » ? Pauvre monde ! Il est temps de sonner la diane! » (letemps.ch)


11 octobre

ÉTRANGER À SON ÉGLISE, MAIS PAS SEUL

« Étranger aux discours sur le devoir de construire des ponts et non des murs. Étranger à tout l’attirail du jésuitisme progressiste, répété comme un perroquet par les collaborateurs du prince. Étranger à cette Église qui parle comme l’ONU et la franc-maçonnerie et qui, sans surprise, reçoit les applaudissements des milieux mondialistes.

Il n’est pas facile de vivre dans l’extranéité. On se sent seul et on court le risque de devenir exagérément méfiant. Moi, par nature, je suis enclin à faire confiance et à voir le côté positif. Mais les hérétiques et les apostats qui ont gravi le temple et s’y sont installés nous obligent, nous que Prezzolini appelait les apoti [les « résistants », ceux qui ne tombent pas dans le panneau, ndt], ceux qui n’y croient pas, à cultiver une méfiance systématique. Comme une défense légitime de nous-mêmes mais, avant tout, de la vérité.
Vivre comme un étranger, c’est devenir un peu un passager clandestin, comme un passager non autorisé, obligé de regarder autour de lui avec circonspection, car les contrôleurs peuvent surgir à tout moment. Et ils savent comment vous normaliser… » (benoit-et-moi.fr)

Dans ce monde bouleversé par Satan et ses sbires, l’espoir est en NSJC et sa Sainte Mère.

Le Dieu Un et Trin veille sur nous.

Les portes de l’enfer ne prévaudront pas.

Jamais!

Dieu seul suffit

La pandémie de l'Esprit, de l'âme...

« Don Camillo, les eaux et la pandémie la plus grave

"Frères", dit Don Camillo. « Les eaux sortent du lit de la rivière en tumulte et submergent tout : mais un jour elles reviendront apaisées, dans leur lit et le soleil reviendra briller. Et si, à la fin, vous aurez tout perdu, vous serez encore riche si vous n'avez pas perdu la foi en Dieu. Mais celui qui doute de la bonté et de la justice de Dieu sera pauvre et misérable même s'il a sauvé toutes ses choses ».

Don Camillo a dit cela lorsque le Pô a brisé ses rives et a inondé toute la ville et la campagne environnante. Lui seul était resté à sa place et avait amené Dieu aux déplacés par le son des cloches : le passage des heures et surtout la Sainte Messe.

Nous avons dans nos yeux les images du film en noir et blanc, images que l'on compare à celles d'aujourd'hui : non seulement les inondations et les calamités (qu'il y a) mais surtout la désolation d'un monde où règnent la peur, le mensonge et l'incapacité. faire la distinction entre le bien et le mal.

C'est la pandémie la plus grave : celle de l'esprit et de l'âme. Depuis près de deux ans, il semble que les gens ont cessé de vivre, mais le temps presse et il n'y a pas de réduction.

Il y a ceux qui naissent, peu nombreux en effet, et ceux qui meurent. Quelqu'un qui se présente devant Dieu pourrait-il raisonnablement affirmer qu'il a négligé de rendre l'adoration due à Dieu et le soin de son âme, à cause de Covid ? Pourquoi sommes-nous sur cette terre ?

Le catéchisme de saint Pie X déclare : « Dieu nous a créés pour le connaître, l'aimer et le servir dans cette vie, puis pour en profiter dans la prochaine au paradis ».

Don Camillo le dit d'une manière plus simple, mais c'est la même chose. Le temps qui nous est donné sur cette terre est de connaître, d'aimer et de servir Dieu. Ce n'est pas une chose de plus : c'est la chose fondamentale. Nous nous souvenons de l'homme de la parabole qui avait eu une bonne récolte et avait fait des plans pour construire une nouvelle grange. Comment Dieu l'appelle-t-il ? Tromper!

Tout ce qui va au-delà de cela, ou qui l'empêche et lui est contraire, doit être éliminé de notre vie et de notre journée. En ce sens, Jésus a dit : « Si ton œil t'offense, arrache-le : il vaut mieux pour toi entrer dans le royaume de Dieu d'un œil que d'être jeté dans la Géhenne avec deux yeux » (Mc 9, 47).

Nous avons perdu ce sens complet, vrai et large de la vie et nous nous sommes attachés aux idoles, qui ont des yeux et ne voient pas, ont des oreilles et n'entendent pas. Ceux-ci incluent la santé du corps. Ce n'est pas une valeur absolue.

Le corps du baptisé est un temple du Saint-Esprit et comme tel doit être traité, mais, après le péché originel, il est destiné à la terre. Il ressuscitera le dernier jour et aura la récompense ou la punition éternelle. C'est tout. Lazare a été ressuscité par Notre Seigneur, il a traversé la

Méditerranée jusqu'en France où il était évêque, mais à la fin il est mort aussi.

Béni soit l'homme qui a été trouvé sans défaut, et qui n'a pas recherché l'or, ni mis sa confiance dans l'argent et les trésors...

Comme le dit Don Camillo, nous avons peut-être tout sauvé, mais si nous avons douté de la bonté et de la justice de Dieu, nous serons pauvres et misérables.

Cela signifie qu'au milieu de la folie de ce moment historique et spirituel, nous devons demander la foi et la défendre de toute attaque, d'où qu'elle vienne. Nous savons que nous l'aurons, que la Sainte Vierge, qui a donné la victoire à Lépante, ne nous laissera pas manquer les moyens de la victoire.

"Ayez pitié de vous, ô bonne Mère, ayez pitié de nous, de nos âmes, de nos familles, de nos proches, de nos amis, de nos frères disparus, et surtout de nos ennemis, et de tant de gens qui se disent Chrétiens, et pourtant ils déchirent le Cœur aimable de votre Fils. Ayez pitié, euh ! miséricorde aujourd'hui nous implorons pour les nations égarées, pour toute l'Europe, pour le monde entier, que vous reveniez repentis dans vos cœurs. Miséricorde pour tous, ou Mère de la Miséricorde » (Supplication du Bienheureux Bartolo Longo à la Vierge de Pompéi, texte original).

Et puis nous nous agenouillerons nous aussi sur le talus, comme les paroissiens de Don Camillo, quand les cloches annonceront l'Élévation : nous déplacés par le ruissellement des eaux, régénérés par l'Eau vive et le Sang de notre Rédempteur. » (aldomariavalli.it)

Maintenant que la pandémie suscite un peu moins de peur dans la population, l’élite décide de mettre à nouveau la fille de Caïn à l'avant plan (voir analyses précédentes), qui est, rappelons-le, une référence à la prophétie de Jean XXIII (et qui sert de compte à rebours, depuis août 2018.)
Pour 7 ans, donc pour 2025, tout comme la prophétie de Don Bosco (voir analyses précédentes) où le retour du Christ en Gloire est prévu avant mai 2026, avant les deux lunes du mois des fleurs, du mois de Marie.

Marie, notre phare dans la brume, notre étoile, avec le Christ.

« L’autre jour, cela faisait impression de voir le ministre de la Transition écologique Stefano Cingolani presque à genoux devant la madonina de la planète, Greta Thunberg, qui le regardait de son regard sinistre et punitif et, en signe d’hostilité, les pieds tournés vers l’intérieur, sur la défensive. Cela était déjà arrivé à d’autres grands de ce monde. Un ministre technophile s’est tenu à ses pieds, suppliant et prosterné, pour être absous de ses péchés écologiques par la marraine de la Terre, représentant l’esprit du monde et le tribunal planétaire du futur.

Oui, le futur. Depuis longtemps déjà, nous ne parlons du futur qu’en référence à la planète en danger, de la terre en tant qu’environnement. Depuis qu’il existe une lueur de conscience dans l’humanité, l’attente de l’avenir a toujours été liée à l’espoir d’un changement historique, social, politique et économique ; d’un progrès ou d’une amélioration des conditions de vie personnelles ou collectives ; ou d’un changement spirituel, ce que l’on appelle dans le langage religieux la métanoïa, la palingénésie, la perspective eschatologique, l’espoir du salut. Aujourd’hui, en revanche, la seule façon de penser le futur est de défendre l’environnement, la planète, le climat, l’air et l’eau ; on ne remet pas en cause les structures sociales, culturelles, économiques et politiques. Mais des émissions nocives. Même Bergoglio approuve ce réductionnisme climatique du futur.

Il n’y a donc pas d’attente de changement positif mais seulement une peur, l’angoisse du changement, la menace globale, le danger mortel. L’idée de l’avenir est associée à la dégradation, donc le seul projet concernant l’avenir est de sauver le climat de l’insouciance du présent. Nous sommes ainsi passés d’une idée innovante et évolutive de l’avenir, au nom du progrès ou de la révolution, à une idée réactionnaire et régressive de l’avenir, au nom de la conservation.

L’avenir est compris comme la menace de perdre une condition de vie. Ce changement coïncide également avec le changement de la composition sociale du monde progressiste : la classe de référence n’est plus celle des classes prolétaires, des pauvres qui rêvaient de changer le présent pour avoir un avenir meilleur, mais c’est celle de la nouvelle bourgeoisie qui craint de perdre son statut actuel et veut arrêter le monde, le protéger du futur. Ils veulent se protéger de la menace de l’avenir. Essayez de demander autour de vous quelles sont les attentes à l’égard de l’avenir, en dehors des attentes personnelles et privées : il n’y a aucune trace d’une alternative, même le leitmotiv pétulant de rêver d’un monde meilleur s’est tari. La meilleure arme pour l’avenir est le frein à main, ou tout au plus, comme le dit Latouche [Serge Latouche, ndt], la « décroissance heureuse », ou la moins malheureuse possible.

Le renoncement à l’avenir devient également une abdication en faveur des migrants : les seuls détenteurs vivants du droit à un avenir meilleur sont reconnus dans ceux qui quittent leurs terres, leurs familles, leur monde dans l’attente d’un avenir meilleur. Notre avenir est le leur, ou plutôt ils sont notre avenir, nous ne sommes que des vestiges du passé s’attardant sur la défensive avant d’être remplacés par eux ou anéantis par un effondrement planétaire, pour des raisons de pollution et d’aridité, de dénaturation ou de surpopulation. Nous sommes handicapés par le futur et notre tâche est de permettre que la planète leur soit livrée.

Pour porter le message à son accomplissement, ils sont en train de construire et de lancer en orbite terrestre, à côté du drone Greta, un drone coloré, qui peut intégrer le thème de l’écologie avec celui du racisme : nous avons vu à ses côtés une jeune ougandaise, Vanessa Nakate, nouveau témoignage de la lutte pour l’environnement et en même temps de la lutte antiraciste.

La fabrique d’idoles donne naissance à un nouveau produit pour une campagne en apparence spontanée, qui est en réalité complètement préfabriquée, planifiée et gonflée par les médias.

Entre-temps, la dénonciation environnementale déclenche une compétition internationale d’hypocrisie : il n’y a pas de multinationale, de chaîne d’hypermarchés, d’entreprise alimentaire, de société de sécurité ou d’assurance qui ne fasse pas de la publicité pour son produit non pas pour ses qualités mais parce qu’il est écologiquement durable, parce qu’il respecte les protocoles de la rhétorique environnementale, participe aux campagnes contre le plastique, à la collecte volontaire des déchets, au recyclage et au catéchisme hydrogéologique et atmosphérique des jeunes marmottes.

Tout cela n’est que du vent, ou au mieux un geste symbolique, pour inciter les utilisateurs à consommer en ayant la fausse conscience de servir la noble cause du sauvetage de la planète. L’avenir durable est vendu dans un paquet unique par les émissaires du pouvoir idéologique, commercial et des marchandises. Entre un avenir comme menace globale pour effrayer les citoyens et un environnementalisme écolo-furieux pour capter leur bonne foi, l’attente la plus authentique de l’avenir a disparu. Cela ne concerne pas seulement le climat, mais aussi l’humanité, les systèmes politiques, économiques et sociaux, ainsi que les conditions spirituelles et morales, la justice.

Qui nous prive de l’avenir ? L’Engrenage nous empêchent de penser le futur comme différent du présent. Ceux qui dominent le présent s’opposent à l’avenir : appelez-les establishment, mainstream, système, ordre en vigueur. Il nous est interdit de penser l’avenir autrement que comme la perpétuation du présent ; il est impossible et même impensable d’échapper à son modèle, à son idéologie et à ses canons. Le diagnostic est radical, mais l’objectif de renverser la domination semble irréaliste. Mais en attendant, réalisons dans quel monde nous nous trouvons, qui sont les maîtres du temps qui nous volent l’avenir et nous disent que ce n’est qu’une question de temps. Autrefois, on chantait : demain nous appartient… Et au lieu de cela, comme le disait Paul Valéry :  » Il n’y a plus l’avenir qu’il y avait autrefois ». Le post-humain n’aura pas à penser mais seulement à fonctionner.

Marcello Veneziani, La Verità, 1er octobre 2021 » (benoit-et-moi.fr)

Ne craignons pas.

Nous ne sommes pas seul.

Ne crains pas

09 octobre

Le synode est en cours.

On juge l'arbre à ses fruits... Voici un autre exemple des fruits bergogliens... Et du futur de ce synode.

« Hérésie à profusion. Ainsi la "synodalité" est utilisée pour subvertir l'Église

Un «synode international» tenu en Angleterre a insisté sur le «droit fondamental» de «tous les catholiques adultes» de «voter dans toutes les décisions sur les questions de doctrine, de valeur, d'action et toute autre question concernant le bien commun de leurs communautés».

Le  Synode Racine et Branche , composé de clergé et de laïcs pro-avortement et pro-LGBTQ, a prétendu mettre en œuvre le programme de réforme du pape François et a invité des représentants d'autres religions et confessions, dont un « évêque » anglican.

La conférence, tenue en ligne et en direct à Bristol du 5 au 12 septembre, a été approuvée par l'évêque de Clifton, Declan Lang, le premier évêque anglais à interdire la messe traditionnelle en latin et a pris des dispositions spéciales pour les messes LGBTQ dans son diocèse.

Monseigneur Lang a lui-même participé au synode, organisé en partie par le père Richard McKay, curé de  San Nicola da Tolentino  à Bristol, où se tiennent des messes LGBTQ.

"Lorsque les femmes ont été ordonnées prêtres pour la première fois dans l'Église d'Angleterre en 1994, Richard a parlé fermement et publiquement pour que la même chose se produise dans l'Église catholique et a continué à le faire", lit-on dans la biographie de McKay publiée par le synode.

Des orateurs de la gauche radicale, dont l'ancienne présidente d'Irlande et militante pro-avortement Mary McAleese, ont pris la parole lors du synode appelant à une révision radicale de l'enseignement de l'Église, notamment sur l'idéologie du genre, la sexualité et l'ordination des femmes.

La réunion a également été suivie par Claire Jenkins, un homme biologique qui est devenu une femme après avoir eu quatre enfants et membre d'un groupe de travail qui conseille les évêques catholiques d'Angleterre et du Pays de Galles sur les questions « trans ».

Le texte de Bristol  publié par le synode cherche à influencer les décisions des évêques au niveau local en Angleterre et au Pays de Galles, ainsi qu'au niveau mondial « dans le cadre de la préparation commune de Rome en 2023 ».

L'écrivain et diacre britannique Nick Donnelly a déclaré à Church Militant que les conférenciers synodaux "ont des précédents en préconisant des changements hérétiques à la foi apostolique".

Il est significatif que les organisateurs revendiquent la crédibilité de leur "synode" en faisant appel au processus synodal de François. Le Synode Racine et Branche, avec la participation d'« experts » anti-catholiques et non-catholiques et le rejet du vrai catholicisme, nous donne un avant-goût de l'emprise qui est sur le point de resserrer son emprise sur l'Église.

Le document du Vatican sur la synodalité publié début septembre appelle à une inclusion radicale des participants au processus synodal, y compris « des catholiques qui pratiquent rarement ou jamais leur foi ».

« Personne, quelle que soit son appartenance religieuse, ne devrait être exclu du partage de sa propre perspective et de son expérience », souligne le vademecum du Vatican intitulé  Pour une Église synodale : communion, participation et mission. Vademecum pour le Synode sur la Synodalité  .

En conséquence, le synode de Bristol a coopté le médecin musulman nigérian Zainab Mai-Bornu ; Christina Rees, militante de l'ordination des femmes anglicanes ; des « prêtres » anglicans comme Eve Rose-Keenan, Catherine Okoronkwo et Victoria Chester ; et l'« évêque » anglican de Bristol Vivienne Faull.

Dans son deuxième mandat au Comité anglican catholique romain pour les réunions œcuméniques, Faull est une   ardente défenseure du « mariage » gay. Lorsqu'il était doyen de York Minster, Faull a autorisé la "bénédiction" de la marche annuelle des fiertés LGBTQ dans la ville.

En plus de soutenir le mariage homosexuel, le texte de Bristol appelle également à l'abolition du rôle sacramentel du prêtre comme seul moyen de célébrer la Sainte Eucharistie.

« Jésus a facilité la célébration de sa présence avec nous, car le rite de simplement manger et boire ensemble est inscrit en nous en tant qu'êtres humains. Il n'exige pas un sacerdoce séparé », affirme le Texte de Bristol, concluant que « tous les baptisés sont aptes à répondre à l'appel de Dieu dans chaque ministère ».

Affirmant que « la hiérarchie dénature la beauté de la diversité », le manifeste « appelle à une réinterprétation radicale de la manière d'être Église, puisqu'elle est devenue majoritairement une institution hiérarchique structurée sur un leadership entièrement masculin ».

« Tout catholique adulte - lit-on également - a le droit de voter et d'être éligible comme candidat à n'importe quel ministère de l'Église. Tous les catholiques ont également le droit de rendre des comptes à leurs dirigeants ».

Le synode remet également en cause le concept de la « famille » traditionnelle, en demandant « une réponse pastorale aux différentes formes familiales », et rejette l'enseignement de l'Église sur le sexe et le genre comme « confus et contradictoire ».

Un discours du père Thomas O'Loughlin au synode a provoqué l'indignation sur Facebook après que le prêtre catholique du diocèse d'Arundel et de Brighton a  déclaré  que « Jésus n'a pas fondé l'Église, ni, en effet, n'a pu fonder l'Église [parce qu'] il appartenait à l'église d'Israël ».

Le prêtre, le père Thomas Crean, lui a répondu sur les réseaux sociaux en notant qu'"il avait rarement entendu un modernisme aussi flagrant de la part d'un prêtre catholique en Angleterre".

"En temps normal - a-t-il ajouté - une lettre à l'évêque d'Arundel lui demandant d'enquêter sur le prêtre pour hérésie serait la bonne chose à faire, mais étant donné l'effondrement de l'État de droit, on se demande si cela en vaut la peine".

Source : churchmilitant.com  »

Et les fruits du synode allemand s'annoncent aussi toxiques...

« Dans les semaines à venir, le document final issu du synode allemand sera publié et il promet d’être catastrophique. L’évêque de Ratisbonne l’a qualifié d’hérétique et le cardinal Kasper l’a qualifié de « non-catholique ». Cet événement, que nous observons de loin pour l’instant, est révélateur de la situation réelle dans laquelle se trouve l’Église catholique aujourd’hui : une Église sans importance, avec une forte tendance à la disparition. Une étude récente menée en Allemagne a conclu que seuls 12 % de la population, y compris les catholiques, pensent que la religion a une quelconque importance dans la société. C’est-à-dire que 88% ne se soucient pas de savoir si l’Église existe ou non. Et si les scandales de ces dernières années se poursuivent, il ne sera pas étrange qu’ils préfèrent directement qu’elle n’existe pas. Certes, les pourcentages seront différents dans le sud de l’Europe, aux États-Unis et en Amérique latine – la réserve imaginaire de l’Église -, mais de combien ? 20% ? 25% ? La réponse est oui, au mieux.

J’ai tiré ces données d’une vidéo du père Santiago Martín, que je recommande vivement de regarder. Et ce prêtre, qui n’est pas un traditionaliste, conclut : « La nouvelle Église a échoué ». En effet, si après le Concile Vatican II, l’Église, déjà en recul, a adopté la stratégie de s’adapter au monde pour rester au centre de l’attention et ne pas perdre les fidèles, cette stratégie s’est révélée être une erreur effrayante qui nous a conduits à la situation actuelle d’extinction... » (benoit-et-moi.fr)

Les fruits du socialisme marxisme sont le résultat de l'enseignement de Bergoglio pour la bête de la mer.

« COP26: le Pape prône une alliance entre l’homme et l’environnement

Le Pape François s’est adressé dans une vidéo à un groupe de jeunes à l’occasion d’un séminaire sur l’éducation durable à Milan, dans le cadre de la présidence britannique de la COP26- Conférence des parties, en partenariat avec l’Italie.
Se soucier des relations humaines autant que de la protection de l'environnement. Le Pape a tenu à remercier les jeunes participants pour cette vision «capable d'interpeller le monde des adultes», car elle révèle le fait «que vous n'êtes pas seulement prêts à agir, mais que vous êtes également disponibles pour une écoute patiente, un dialogue constructif et une compréhension mutuelle», a affirmé l’évêque de Rome dans cette vidéo.

Surmonter la fragmentation

«Je vous encourage donc à unir vos efforts à travers une large alliance éducative pour former des générations inébranlables dans le bien, matures, capables de surmonter la fragmentation et de reconstruire le tissu des relations afin de parvenir à une humanité plus fraternelle», leur a assuré le Pape, ajoutant que les jeunes représentaient non seulement le futur, mais aussi le présent: «Vous êtes ceux qui construisent aujourd'hui, dans le présent, le futur».
Selon le Saint-Père, le Pacte mondial pour l'éducation -lancé en 2019- va dans ce sens et cherche à apporter des réponses partagées au changement historique que l'humanité connaît et que la pandémie a rendu encore plus évident.

«Harmonie cosmique»

«Les solutions techniques et politiques ne suffisent pas si elles ne sont pas soutenues par la responsabilité de chaque membre et par un processus éducatif qui favorise un modèle culturel de développement et de durabilité centré sur la fraternité et sur l'alliance entre les êtres humains et l'environnement», soutient le Pape, plaidant pour une harmonie entre les personnes, hommes et femmes, et l'environnement. «Nous ne sommes pas ennemis, nous ne sommes pas indifférents. Nous faisons partie de cette harmonie cosmique», poursuit-il.

Le Pape encourage une économie circulaire

Grâce à des idées et à des projets communs, il est possible de trouver des solutions pour vaincre la pauvreté énergétique et placer le soin des biens communs au cœur des politiques nationales et internationales, en favorisant la production durable, l'économie circulaire et la mise en commun des technologies appropriées, estime donc le Souverain pontife, jugeant «qu’il est le moment de prendre des décisions judicieuses pour savoir comment tirer le meilleur parti des nombreuses expériences acquises ces dernières années, afin de rendre possible une culture du soin, une culture du partage responsable». (vaticannews.va)

Alors que symboliquement...

« La Porte de l’enfer à Rome

Pourquoi cette fascination pour le mal? s’interroge Americo Mascarucci sur le blog de Marco Tosatti, à propos de l’arrivée à Rome de la célèbre sculpture de Rodin prêtée par la France pour marquer le 700ème anniversaire de la mort du grand poète italien Dante Alighieri. Pourquoi célébrer l’enfer, et pas le Paradis ou le Purgatoire, pourtant eux aussi décrits par Dante? Cette fascination morbide illustre la dérive d’un monde sans Dieu, confirmant l’analyse de Mgr Vigano, qui affirme que « Satan est partout, y compris dans l’Eglise, et personne ne s’oppose à sa domination »… même pas le pape.

Ces derniers jours, on a beaucoup parlé de l’arrivée à Rome de la célèbre Porte de l’Enfer qui fera partie intégrante d’une exposition consacrée à l’Enfer, prévue aux Ecuries du Quirinal du 15 octobre 2021 au 9 janvier 2022. Cette initiative est un hommage au grand poète Dante Alighieri, 700 ans après sa mort, dans le but de reproduire, à travers l’art, les suggestions et la chorégraphie, les cercles de l’enfer décrits dans la Divine Comédie et que de nombreux artistes ont représentés dans leurs œuvres au cours des siècles. Très bien, mais pourquoi seulement l’enfer ? Pourquoi pas aussi le Purgatoire et le Paradis ?..

Et paradoxalement, alors que le diable est même célébré par des expositions et des festivals, il y en a qui, dans l’Église, nient son existence, comme l’a fait récemment le prévôt de la Compagnie de Jésus, Arturo Sosa Abascal, le réduisant à un symbolisme pur et simple. C’est vrai, les Jésuites, qui se sont retrouvés au centre d’enquêtes embarrassantes pour les riches donations reçues par l’Open Society de George Soros, sont les premiers à favoriser le récit contraire au danger de la damnation éternelle, n’exaltant pas ouvertement Satan (ce serait trop) mais se limitant à réduire son danger, encourageant les gens à ne pas avoir peur de quelque chose qui n’existe pas dans la réalité. Et si l’on n’a pas peur du diable et de l’enfer, il n’y a plus de règles comportementales et morales, tous les comportements sont permis, de l’avortement (instrument destiné par le nouvel ordre mondial à contrôler les naissances) à l’homosexualité, en passant par l’euthanasie (l’élimination physique des malades inutiles et improductifs qui risquent de peser sur le budget de l’État). Et peu importe que le pape François s’exprime de temps en temps contre l’avortement et l’euthanasie juste pour apaiser les catholiques traditionalistes, alors que son agenda est parfaitement superposable à celui des seigneurs du mondialisme (immigration, écologie intégrale, multiculturalisme, santé, vaccins).
Ce n’est peut-être qu’une coïncidence, mais comment ne pas entendre l’alarme de Mgr Viganò au moment même où le monde est désormais l’otage de politiques sataniques de plus en plus dirigées contre la personne humaine et la famille naturelle, et vers l’instauration complète d’un nouvel ordre mondial maçonnique qui vise à la domination absolue de la finance et du gouvernement universel par les grands lobbies mondialistes ? Et si ce dessein était auparavant caché, il se manifeste aujourd’hui clairement à travers l’ostentation d’un symbolisme satanique, visant à mettre en évidence qui est le véritable metteur en scène de tout cela et le sublime inspirateur des politiques mondialistes. » (benoit-et-moi.fr)

Le synode est un compte à rebours en soi vers la grande célébration oecuménique tant voulue pour une seule religion mondiale sous la gouverne de la judéo-maçonnerie, le Christ en moins.

C'est donc une période critique, et finale, qui vient de s'amorcer.

L'élite ne peut attendre l'Agenda 2030.

Dieu veille sur ses enfants.

Septembre 2021

26 septembre

Nous sommes tous au courant de l’initiative l’Agenda 2030 mise en action par l’élite sous le couvert des Nations-Unies, avec l’accord de Bergoglio et des autres organismes voués au gouvernement mondial avec une seule religion.

En observant la vitesse à laquelle les acteurs de ce scénario diabolique agissent (suite à la pandémie), il devient de plus en plus évident que l’échéance a été devancée.

Nous allons donc voir l’étau se resserrer un peu plus face aux mesures sanitaires pour faire fonctionner l’économie.

Car le problème est là : l’élite est à bout de ressources pour faire continuer dans un système financier que nous avons tous connus.

La croissance a ses limites et les actions qu’ils ont prises (du jamais vu! De la croissance économique qui ne repose en plus que sur la croissance de la dette) mènent le monde directement dans le mur.

L’inflation et les pénuries sont des faits actuels, et avant que la révolution ne l’emporte (d’où l’impossibilité d’attendre 2030), ils devront faire imploser le système financier pour partir sur de nouvelles bases.

C’est là la véritable grande réinitialisation tant annoncée.

Le tout est une guerre sur fond de religion promulguée par la kabbale judéo-maçonnique et le fruit est mur pour l’église.

La grande apostasie comme prophétisée, est en place.

« Viganò : L'apostasie dans l'Église est désormais visible même pour les plus modérés

Chers frères dans la prêtrise,

Chers frères et sœurs,

Je ne vous dis rien que vous ne sachiez déjà en vous disant que l'Église du Christ traverse une crise très grave, et que la Hiérarchie catholique a failli aux graves obligations de sa mission apostolique et est en partie corrompue. Les origines de cette crise et de cette apostasie sont désormais évidentes même pour les plus modérés et résident dans le fait d'avoir voulu aligner l'Église sur la mentalité du monde, dont le prince, ne l'oublions pas, est Satan : princeps mundi hujus (Jn 12 : 31 ).

En tant que catholiques, nous savons et croyons que la Sainte Église est infaillible, c'est-à-dire qu'elle ne peut être dépassée par les portes de l'Enfer, par la promesse de Notre-Seigneur : portae inferi non praevalebunt (Mt 16, 18). Mais ce que nous voyons se produire nous montre la réalité d'une situation terrible, dans laquelle une partie déviée de la Hiérarchie - ce que j'appelle en abrégé l'église profonde - s'est totalement abandonnée à l' état profond. Une trahison qui place les pasteurs et les responsables de l'Église devant une responsabilité morale très grave et qui impose aux prêtres et aux laïcs des choix courageux qui, à d'autres moments, seraient difficiles à adopter et justifiables. Nous sommes confrontés à une guerre, un affrontement d'époque, dans lequel nos généraux non seulement ne conduisent pas l'armée à affronter l'ennemi, mais lui ordonnent plutôt de déposer les armes et de se rendre sans conditions, ils chassent les soldats les plus courageux et punissent les officiers les plus fidèles. L'ensemble du personnel de l'Église catholique s'est révélé être un allié de l'ennemi et un ennemi de ceux qu'il devrait plutôt défendre. Ennemi du Christ et de ceux qui se targuent de service militaire sous sa bannière.

Comment comprendre, à la lumière de l'Apocalypse, cette situation terrible et unique dans l'histoire de l'Église ? Il nous faut d'abord un regard surnaturel pour comprendre que les événements présents sont permis par Dieu et qu'en aucun cas ils ne pourront jamais submerger l'Église. La grande apostasie est annoncée dans les Saintes Écritures et ne doit pas nous prendre au dépourvu. Éclairés par les paroles de l'Apocalypse de saint Jean et les révélations approuvées, nous pouvons comprendre que les derniers temps sont nécessaires pour séparer enfin le bon grain de l'ivraie, nous permettant de reconnaître qui est avec le Christ et qui est contre Lui.  Nous devons également comprendre que les tribulations que nous subissons sont aussi la juste punition des décennies - oserais-je dire des siècles - d'infidélité des catholiques et d'une partie de la Hiérarchie : infidélités privées et publiques, enracinées de respects humains, de timidité, de déviations morales et doctrinales, de compromis avec la mentalité sécularisée et avec les ennemis de Notre-Seigneur. Si l'on pense que la Révolution française a été la punition de Dieu pour le non-respect de Louis XIV de lui consacrer les insignes du Royaume, on comprend bien les conséquences de la désobéissance du roi de France sur l'avenir de l'Europe :

Nous rappelons le message que Notre-Seigneur confia à Sainte Margherita Maria Alacoque en 1689, avec la mission de le transmettre au Roi de France Louis XIV :

« Faites savoir au fils aîné de mon Sacré-Cœur que, de même que sa naissance temporelle a été obtenue grâce à la dévotion aux mérites de Ma Sainte Enfance, de même sa naissance à la grâce et à la gloire éternelle sera obtenue par la consécration qu'il faire de lui-même à mon Cœur Adorable, qui veut triompher de son cœur, et par là, des cœurs des grands de la terre.

Le Sacré-Cœur veut régner dans son palais, être représenté sur ses étendards et gravé sur ses armes, afin de le rendre vainqueur de tous ses ennemis, mettant à ses pieds ses ennemis fiers et hautains, afin de le faire triompher tous les ennemis de l'Église.

Le Sacré-Cœur veut entrer avec faste et magnificence dans les palais des princes et des rois, afin d'être honoré aujourd'hui autant qu'il a été outragé, humilié et méprisé pendant sa Passion. Il souhaite voir les grands de la terre rabaissés et humiliés à ses pieds, comme il fut alors anéanti. »

Mais s'il y a deux siècles la désobéissance des dirigeants des affaires publiques méritait le châtiment sévère du Roi des rois, imaginons quels désastres la désobéissance de ceux qui gouvernent l'Église a pu causer. Ainsi, si avec la Révolution française la société civile a évincé le Roi universel de sa divine seigneurie pour l'usurper et répandre les erreurs du libéralisme et du socialisme, avec la révolution conciliaire les papes et les évêques ont enlevé la triple couronne de la tête du corps mystique et de Son Vicaire, faisant de l'Église du Christ une sorte de république parlementaire au nom de la collégialité et de la synodalité. Notons : Notre Seigneur Jésus-Christ non seulement n'est plus reconnu comme Souverain des nations, mais même pas dans son Église, dans lequel le but de la gloire de Dieu et du salut des âmes a été remplacé par la gloire de l'homme et la damnation des âmes qui en résulte. Ce qui était vice hier est vertu aujourd'hui ; ce qui était vertu, aujourd'hui est vice : toute l'action moderniste de la secte moderniste qui infeste le Vatican, les diocèses et les ordres religieux se caractérise par le bouleversement de ce qui nous a été enseigné et transmis.

Dans ce contexte de rébellion et d'infidélité, ceux qui restent fidèles et s'efforcent de continuer à faire ce qu'ils ont toujours fait sont soumis à une véritable persécution. Cela a commencé par le ridicule des traditionalistes, les désignant comme lefebvriens ou comme préconciliaires . Ensuite, selon la pratique que nous avons vue utilisée dans les régimes totalitaires, les bons catholiques ont été définis comme fous ou malades : c'est ce que les sociologues appellent la pathologisation de la dissidence. Ne croyez pas que j'emploie des expressions exagérées : il y a quelques jours à peine, un prêtre du Costa Rica a été suspendu de son ministère et contraint à un traitement psychiatrique pour n'avoir célébré autre que la messe de Paul VI en latin, malgré l'interdiction de la Evêque, Mgr. Bartolomé Buigues ( ici ). Aujourd'hui on est dans la criminalisation des dissidents, et si on ne voit pas encore leur élimination physique, on sait combien d'entre eux sont suspendus a divinis, privé des mêmes moyens de subsistance et banni de la vie ecclésiale. Et cela se produit alors que les personnages scandaleux et les fornicateurs de toutes sortes ne sont pas seulement punis et expulsés du ministère, mais ils sont plutôt promus et immortalisés sur les photos aux côtés de Bergoglio, qui les tient fermement sachant qu'il peut les utiliser à volonté. On comprend alors pourquoi la corruption des prélats est instrumentale au plan de la secte conciliaire : leurs fautes sont un excellent moyen d'obtenir leur obéissance et leur complicité dans l'accomplissement des pires atrocités contre l'Église et contre les fidèles.

La Coalition pour les prêtres annulés ( https://www.facebook.com/canceledpriests/) est une initiative et certainement une réponse à ce qui se passe, car ce projet entend venir en aide aux prêtres victimes de persécutions et d'abus canoniques de la part d'évêques infidèles et renégats. Leur autorité, usurpée pour faire le mal plutôt que de gouverner le troupeau qui leur est confié avec sagesse et charité, s'évanouit au moment même où ils l'utilisent contre le but pour lequel elle a été établie. Il est vrai qu'ils détiennent le pouvoir : mais ce pouvoir est un abus tyrannique dont on ne peut ni ne doit se taire. Il est de notre devoir d'élever la voix pour condamner fermement les actes illégitimes des Bergers qui se sont révélés être des mercenaires, voire des loups voraces. Et c'est aussi notre droit non seulement de désobéir aux ordres qui sont illégitimes, invalides et nuls,

Permettez-moi aussi de suggérer, à côté de cette initiative louable, la création d'une Fondation internationale qui puisse recueillir les offrandes et les dons des fidèles, les détournant des paroisses et des diocèses complices du régime bergoglien actuel. Lorsque les évêques verront qu'ils prennent un coup dans leurs comptes bancaires, ils seront probablement persuadés de tempérer leur approche d'ostracisme des bons prêtres. Lorsque les tribunaux – civils ou ecclésiastiques – se rangeront du côté de ceux qui sont persécutés, leurs persécuteurs seront probablement plus prudents quant à l'abus de leur pouvoir. En attendant, des initiatives comme la Coalition For Cancelled Priests et d'autres projets similaires offriront l'occasion de pratiquer les œuvres de miséricorde et d'acquérir du mérite devant Dieu. Chacun de nous, selon ses moyens, peut apporter une contribution concrète – pas nécessairement seulement financière – même en allouant simplement ses offrandes à ceux qui les méritent et non à ceux qui s'en servent pour opprimer le bon clergé.

N'oublions cependant pas qu'en plus de l'assistance matérielle, nous sommes tous appelés à redécouvrir le sens de la communauté, dont la Hiérarchie conciliaire aime parler sans jamais la mettre en pratique au sens catholique. Si nous sommes vraiment frères dans le Christ, alors en tant que frères, nous devons aussi nous entraider en accueillant nos prêtres, en leur offrant un lieu de séjour, en préparant un autel familial autour duquel nous pouvons rassembler nos amis. Nous devons mettre nos compétences à leur service – même les plus humbles, comme savoir cuisiner, construire un mur ou réparer un toit – pour ceux qui aujourd'hui sont expulsés de leurs presbytères et se retrouvent à la rue. Il faut penser aux jeunes gens qui ont généreusement répondu à une vocation sacerdotale ou religieuse au cœur de la Tradition et qui voient aujourd'hui leur Ordination ou Profession religieuse mise en danger s'ils n'acceptent pas les déviations doctrinales et morales qui s'imposent désormais par la secte conciliaire. Nous devons faire comprendre aux quelques évêques et cardinaux qui restent fidèles au Magistère qu'il ne peut y avoir aucune possibilité de dialogue avec ceux qui ont amplement démontré qu'ils sont alignés avec l'ennemi. Et nous devons prier la Divine Majesté, par l'intercession de la Reine du Ciel et de la Mère du Sacerdoce, en lui demandant qu'elle daigne accepter nos souffrances et les souffrances de ces bons prêtres pour la conversion de la Hiérarchie qui a été corrompue aujourd'hui de haut en bas.

Aux nombreux, trop nombreux, prêtres, religieux et clercs – parmi lesquels n'oublions pas qu'il y a aussi beaucoup de religieuses, de religieuses et de sœurs – j'adresse mon affectueux souvenir, partageant leurs souffrances, les exhortant tous à s'offrir comme victimes dans l'expiation des péchés des ministres de l'Église. Unissez-vous dans le Saint Sacrifice de la Messe à l'offrande de la Victime divine, pure, sainte et immaculée : que votre vie soit un sacrifice agréable à Dieu, dans un véritable esprit sacerdotal. Et puissiez-vous tous répéter, avant la fin de vos jours, les paroles du Cantique de Siméon : quia viderunt oculi mei salutare tuum (Lc 2,30).

J'ai rappelé ci-dessus la cause des maux actuels : la rébellion contre la Royauté Universelle de Notre Seigneur Jésus-Christ. La consécration de chacun de nous, des familles, des communautés, des nations et de la Sainte Église au Très Sacré-Cœur de Jésus et au Cœur Immaculé de Marie est en mesure d'émouvoir la Très Sainte Trinité à la compassion et de mettre fin à ce terrible fléau, ou du moins l'abréger et hâter le triomphe du Roi des rois sur l'ennemi du genre humain. C'est mon souhait le plus sincère; c'est la noble intention qui doit animer chacune de nos actions ; c'est le fondement de la fin terrible et inexorable des plans de Satan. Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat !

+ Carlo Maria Viganò, archevêque» (aldomariavalli.it)

Le plan pour éliminer la présence réelle à la messe va son train et c’est le synode qui s’amorcera bientôt qui confirmera cet état de fait.

Voici la traduction de la dernière intervention d'un biographe de Bergoglio.

Selon lui, le synode à venir confirmerait l'aboutissement des objectifs de la mafia St-Gall, ce que nous savons depuis longtemps.

« Biographe du pape : Le prochain synode transformera l'Église conformément aux buts de la mafia St-Gall.

La description d'Ivereigh des objectifs du synode ressemble à ce que la mafia St-Gaal a longtemps envisagé : un 'éq