ACCUEIL JEAN XXIII PROPHETIES OVER

LAS PROFECÍAS DEL PAPA JUAN XXIII/LE PROFEZIE DI PAPA GIOVANNI XXIII

Fin des temps


Cette section fait référence aux sections des prophéties sous l'onglet ''Analyse''.

Confidence 655

Les prophéties de la semaine sainte

Octobre 2020

22 octobre

L’EXCLUSION « RELIGIEUSE »


« Le nouveau critère sera ainsi défini : Les vrais chrétiens seront ceux qui partageront toutes les croyances religieuses du Nouvel Ordre Mondial en tant que nécessité de base pour la survie de l’humanité. » S. Monast, 1995.

« Alors on vous livrera aux tortures et on vous fera mourir, et vous serez en haine à toutes les nations, à cause de mon nom.
Alors aussi beaucoup failliront ; ils se trahiront et se haïront les uns les autres.
Et il s'élèvera plusieurs faux prophètes qui en séduiront un grand nombre.
Et à cause des progrès croissants de l'iniquité, la charité d'un grand nombre se refroidira.
Mais celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé...

Quand donc vous verrez l'abomination de la désolation, annoncée par le prophète Daniel, établie en lieu saint, — que celui qui lit, entende ! — alors que ceux qui sont dans la Judée s'enfuient dans les montagnes.. » (Matthieu 24).

Voilà.

L’exclusion « religieuse » prend présentement une dimension qui n’est pas uniquement orientée contre la chrétienté.

Tous ceux qui ne partage pas les valeurs laïques, c’est à dire les valeurs « religieuses » du système humaniste, sont présentement en phase d’exclusion sociale.

Nous n’avons qu’à être témoin du degré d’intolérance face à la liberté de penser qui s’est installée… volontairement… par le laisser faire du peuple… et de l’église.

Les groupes extrémistes MINORITAIRES sont utilisés par l’élite dominante via les médias qu’ils possèdent pour stigmatiser ceux qui sont dans la « norme ».

Groupes pro-avortement, pro-LGBT, pro minorités raciales, mots ou images que les professeurs ne peuvent plus montrer ou prononcer dans les classes, etc..

Tout tend à une uniformisation vers la pensée unique.

Le contre-nature devient la norme.

C’est ce que François a confirmé hier en approuvant les mariages civils de même sexe.

Alors, quand le Christ nous averti sur cette période de fin des temps, il faut évidement y inclure les tortures morales, mentales, etc. qui font mourir l’âme.

D’où le conseil précieux de fuir dans les montagnes, c’est à dire à l’écart des deux Babylone, dans sa « caverne » intérieure, dans la prière et le silence.

Avec la pandémie et les confinements, la propagande de la peur et de la désinformation, etc., la société ne peut qu’être témoin de troubles psychologiques, qui augmentent exponentiellement, ainsi que de voir les suicides augmenter.

Ce que les dernières données démontrent.

Une augmentation de plus de 50% des cas en psychiatrie à certains endroits, et des suicides de plus en plus chez des jeunes qui ne voient plus d’avenir.

Cette politique de peur fait craindre le pire avec les élections américaines : une ruée incroyable d’achat d’armes à feu aux États-Unis.

Les américains vont probablement réaliser la prophétie politique de Jean XXIII sur la guerre civile américaine (Les États-Unis libérés).

Le despotisme est en place.

Le FMI a demandé cette semaine au monde financier et politique de repartir avec un nouveau pacte comme celui de Bretton Woods de 1944 (monnaie basée sur l’étalon or, jusqu’en 1971) et qui serait aligné sur l’« économie verte ».

Il n’est donc pas étonnant de voir le pape et la fille de Caïn (Greta Thunberg, voir analyses précédentes) rejoindre la philosophie de l’élite financière.

C’est cette période exacte qui est décrite dans l’Apocalypse :

«  C'est ici qu'il faut un esprit doué de sagesse. — Les sept têtes sont sept montagnes, sur lesquelles la femme est assise. Ce sont aussi sept rois :

Les cinq premiers sont tombés, l'un subsiste, l'autre n'est pas encore venu, et quand il sera venu, il doit demeurer peu de temps.

Et la bête qui était et qui n'est plus, en est elle-même un huitième et elle est des sept, et elle s'en va à la perdition.

Et les dix cornes que tu as vues sont dix rois qui n'ont pas encore reçu la royauté, mais qui recevront un pouvoir de roi pour une heure avec la bête. »

Les sept rois (papes) depuis le pacte du Latran sont passés… ou presque.

Il ne reste que Benoît XVI.

Les dix rois qui vont donner la puissance au dragon (Satan) sont en places.

C’est le mouvement actuel de l’élite judéo-maçonnique, le dernier acte avant la proclamation de victoire de l’Antéchrist.

Acte dont un sacrifice probable à Satan le jour (16 octobre) de la décapitation de la reine Marie-Antoinette, le jour où Netflix sort sa série sur la récapitulation de la révolution de 1789.

La bête de la Terre Macron glorifie l’esprit des « lumières » à profusion depuis.

Aucune surprise donc de ce côté.

En contrepartie, que fait le Vatican pour réconforter et orienter le chrétien catholique vers le seul et unique but de la vie, le Salut de son Âme?

Rien, ou presque.

Le Vatican via la bête de la mer (François, celle qui domine les foules (la mer)) alimente le feu et oriente les âmes vers le précipice.

« Jésus ayant abordé de l'autre côté du lac, dans le pays des Géraséniens, deux démoniaques sortirent des sépulcres et s'avancèrent vers lui ; ils étaient si furieux, que personne n'osait passer par ce chemin.

Et ils se mirent à crier : " Qu'avons-nous à faire avec vous, Jésus, Fils de Dieu ? Êtes-vous venu ici pour nous tourmenter avant le temps ? "

Or il y avait, à quelque distance, un nombreux troupeau de porcs qui paissaient.

Et les démons firent à Jésus cette prière : " Si vous nous chassez d'ici, envoyez-nous dans ce troupeau de porcs. "

Il leur dit : " Allez. " Ils sortirent du corps des possédés, et entrèrent dans les pourceaux. Au même instant, tout le troupeau prenant sa course se précipita par les pentes escarpées dans la mer, et ils périrent dans les eaux… » (Matthieu 8, 28-34).

«  Grâce à la peur, le citoyen (qui est devenu patient) peut seulement se laisser guider. La naissance, en pleine pandémie, d’une task force gouvernementale contre les fake news est significative. Dans une démocratie libérale, ce sont les citoyens qui se font une idée du problème grâce à la libre confrontation des sources et des opinions. Dans ce cas, au contraire, le gouvernement a prétendu établir lui-même ce qui est la vérité et ce qui est un mensonge, ce qui est une information vraie et ce qui ne l’est pas, quelles nouvelles et interprétations méritent d’être diffusées et ce qu’il faut arrêter.

Biopolitique et bioinformation vont de pair dans le domaine du despotisme paternaliste.

Aldous Huxley, dans son roman dystopique Le Meilleur des Mondes, imaginait que le conditionnement se faisait la nuit, pendant que les sujets dormaient, par l’administration d’un certain type de messages. Aujourd’hui, le conditionnement a lieu devant la télévision au moment des informations.

Un récit approprié peut pousser un peuple entier à se suicider par peur de mourir. C’est ce que nous sommes en train de voir.

Ce n’est pas l’ampleur réelle du danger qui importe, mais l’ampleur perçue. Ce n’est pas ce qui est, mais ce que les gens pensent qui est, en fonction du récit qui leur est imposé…

Nous avons eu l’attaque contre l’Église. Avec la nouveauté que l’Église, au lieu de résister, s’est adaptée, se montrant encore plus royaliste que le roi. Prévisible, étant donné que l’Église ne met plus Dieu mais l’homme au centre, non pas le salut de l’âme mais la santé psychophysique…

Pour l’Église, c’était et c’est encore une grande occasion manquée. L’Église aurait pu enfin nous parler de la mort, du péché originel, de la signification de la souffrance et du mal. Elle a choisi de devenir l’Église d’État. Elle a parlé comme le gouvernement. Elle s’est concentrée sur les procédures d’assainissement et non sur le chemin de la sainteté. Elle était encore plus terrifiée que le reste de l’opinion publique. Elle a transformé ses prêtres en masques grotesques et la célébration eucharistique en une parodie blasphématoire, avec du désinfectant au centre de l’autel, comme nouvel objet d’adoration. L’Église n’a pas résisté au récit fondé sur la terreur. Elle s’est adaptée et a collaboré. Elle n’a pas dénoncé l’atteinte à la liberté religieuse et à la liberté de culte : elle s’est montrée anxieuse de se faire limiter et contrôler. L’épouse du Christ a tourné le dos à son Seigneur et a rejoint le scientisme, se laissant obséder par le mythe de l’hygiénisation. Elle a pris soin d’expliquer ce que Dieu ne peut pas faire.

Elle s’est bien gardée d’offrir au Seigneur l’occasion d’accomplir un miracle...»

… Curieux : au moment même où l’Église a déserté, voilà que nous sont imposés des modèles religieux. Nous avons une Trinité (Science, Santé, Sécurité), nous
avons le péché (ne pas collaborer, ne pas montrer de responsabilité), nous avons la punition (être littéralement excommunié, mis hors de la communauté comme indigne, si nous n’acceptons pas le récit dominant), nous avons les écritures sacrées (les mass media alignés), Nous avons la demande urgente de conversion (à la technoscience), nous avons l’identification de la croyance avec le salut, nous avons les nouveaux bâtons qui jugent tout et tous et qui mettent hors de l’assemblée civile les quelques personnes qui ne veulent pas s’aligner, considérées comme mécréants. » (benoit-et-moi.fr).

Père éternel et tout puissant,
Dans la communion de tous les saints,
Avec tous les esprits célestes et terrestres qui t'adorent, Au nom de ta miséricorde,
Nous te supplions humblement par les mérites infinis des très saints cœurs de Jésus et de Marie,
De bien vouloir hâter le retour glorieux de ton fils Jésus-Christ sur terre,

Afin que Ton nom soit sanctifié,
Que Ton règne vienne
Et que Ta volonté soit faite Sur la terre comme au Ciel.

Père bien aimé, sois attentif aux louanges et
Aux satisfactions que t'offrent les Très saints cœurs de Jésus et de Marie,
Au nom de tes pauvres créatures et de ta création tout entière,
Spécialement au nom de Ton Église et de tes élus,
Pour que l'heure du retour glorieux du Christ sur la terre soit accomplie.

Que ton Évangile Seigneur soit proclamé à toutes les nations;
Que le Christ revienne dans sa gloire de ressuscité, de fils de Dieu,
Par le triomphe de son sacré-cœur Et du cœur immaculé de Marie,
Pour détruire à jamais le mal et la mort,
Et établir ton règne et ton royaume d’amour,
Afin que soient manifestées,
Seigneur Dieu tout puissant et éternel,
Auprès de toutes tes créatures
Et de toute ta création,
Dans tout l'univers visible et invisible,
Ta puissance et ta gloire éternelles qui ne passent pas,
La puissance et la gloire éternelles
De l'agneau vainqueur à tes côtés,
La puissance et la gloire éternelles que Tu donnes à Marie sa très sainte Mère, Ta bien aimée.

Car c'est à toi seul Père, Fils et Saint-Esprit Un seul Dieu en trois personnes,

Qu'appartiennent Le règne La puissance et La gloire Pour les siècles des siècles.

AMEN !!

(Natalie Saracco).

16 octobre

Quelques extraits de la critique de Mgr Schneider sur l’encyclique « Fratelli tutti » :

« L’évêque auxiliaire d'Astana, au Kazakhstan, critique le document pour avoir dénaturé saint François, fait progresser le relativisme religieux et interprété les réalités spirituelles et théologiques d'une «manière naturaliste et rationaliste» qui exacerbe la «crise vieille de plusieurs décennies d'affaiblissement de la perspective surnaturelle dans la vie de l'Église».

« Le Pape François utilise ici l'expression «Fratelli tutti» (tous frères) d'une manière qui est clairement différente de celle de saint François. Pour saint François, «tous frères» sont ceux qui suivent et imitent le Christ, c'est-à-dire tous les chrétiens, et certainement pas simplement tous les hommes, et encore moins les adeptes de religions non chrétiennes. »

« La foi chrétienne, insiste l'évêque auxiliaire, «ne peut pas être mise sans discernement au même niveau que les autres religions; ce serait une trahison de l'Évangile...

Mgr Schneider note également comment la vision de la fraternité de la nouvelle encyclique - qui est naturaliste plutôt que centrée sur le Christ - s'apparente à la pensée franc-maçonnique. Au prix d'une «aspiration universelle à la fraternité pour la paix dans le monde», observe-t-il, le Christ en tant que seul Sauveur et Roi de toute l'humanité est «sacrifié»...

Mgr Schneider termine en appelant, par l'intercession de saint François, que le pape François se détourne d'une telle «absorption excessive [dans] les affaires temporelles» et, citant saint Hilaire de Poitiers, avertit que «ne pas accepter le Christ est le plus grand danger pour la monde." » (remnantnewspaper.com).

Et, comme l’a déjà affirmé Benoît XVI :

« un Pape ne peut et ne doit pas utiliser la Chaire de Pierre pour affirmer ses idées et opinions personnelles, mais seulement et toujours l'enseignement de l'Église ».

(Benoît XVI, Mai 2013, Latran via Antonio Socci)

Tout est contraire à la doctrine des pères de l’Église avec François.

Le mystère d’iniquité, spécialiste de l’ambiguïté, a le don de rassembler des bouts de paroles de l’écriture et des Saints afin de mieux séduire, de faire pencher la balance vers la religion humaniste, et ainsi damner des âmes.

Pour le 13 octobre, journée si importante reliée au miracle de Fatima, Bergoglio n’a fait aucune mention de Notre-Dame du Rosaire.

Rien.

Mais par contre, il a souligné le 1er anniversaire de son synode de la Pachamama.

Comme il se doit.

Enfumer le peu de chrétiens qui ont encore la foi est devenu son motus operandi.

Le Vatican a fait imprimé une pièce de 10 euros rendant hommage à la mère Terre, faisant le lien entre son encyclique (tous frères) et la maison commune (sur cette terre soulagée des serviteurs de la porte appartenant aux élites).

Par la présentation de cette pièce d’argent, Bergoglio a évincé La Sainte Vierge.

La fausse religion prophétisée par Anne Catherine Emmerich est bel et bien en place.

Quant à l’encyclique, le Vatican en fait une très forte promotion depuis sa parution, par exemple, sans surprise, en vantant les mérites de « Fratelli tutti » dans le monde musulman (vaticannews.va).

C’est une autre preuve que nous sommes entrés dans la dernière phase du plan judéo-maçonnique d'élimination et de soumission de l'Église.

D’ailleurs, le pacte éducatif proposé par Bergoglio hier, n’est nul autre qu’une poussée rapide vers le nouveau système humaniste en cours, avec le même refrain entendu partout : « à cause de la pandémie ».

De plus, Bergoglio utilise déjà ses propres citations de l’encyclique en référence!

« Une crise globale, estime le Pape, qu’il faudra accompagner par «un nouveau modèle culturel». (François)

« La nécessité d’un nouvel agenda, d’un nouvel engagement de toute la société pour l’éducation s'impose. » (la directrice générale de l'Unesco, Audrey Azoulay via Vaticannews.va)

Nations-Unies, Organisation Mondiale de la Santé, UNESCO,…

Il y a toujours un lien direct et fort entre François et les organismes mondialistes dans les dossiers importants.

L’Agenda 2030 est d’abord et avant-tout spirituel car le religieux est au-dessus du politique.

D'où la nécessité des publications socialistes de François.

La prophétie de Jean XXIII concernant Benoît XVI est ainsi confirmée :

Il y a bel et bien deux Babylone.

Le Vatican et les Nations-Unies.

Nous sommes en plein dans cette période citée par le regretté Serge Monast (1995; voir analyses antérieures) :

 « L’Église, sous le pouvoir de l’anti-pape, sera absolument identique à L’Église de Jérusalem au temps de Jésus-Christ. Elle partagera l’idéologie des Nations Unies de la même manière que les prêtres du Temple partageaient l’idéologie et le pouvoir avec les Romains. Elle conservera les croyances en Jésus-Christ comme façade (…) et établira de nouveaux concepts religieux, tous basés sur la divinité de l’homme. »

« Le nouveau critère sera ainsi défini : Les vrais chrétiens seront ceux qui partageront toutes les croyances religieuses du Nouvel Ordre Mondial en tant que nécessité de base pour la survie de l’humanité. »

Tout se précise.

En voici un exemple dans cette vidéo : « Un jeune prêtre suspendu pour avoir refusé de célébrer une messe oecuménique avec les protestants » (via Chrétiens Magazine ), suivi d’un témoignage de Natalie Saracco qui sort l’artillerie lourde « catholique » concernant l’importance de la Vierge Marie, de l’Eucharistie, et de la prière pour notre temps, pour la fin des temps, pour contrer le mal et hâter le retour en Gloire de NSJC.

13 octobre

En août 2019, Mark Carney, alors directeur de la Banque D’Angleterre, lors d’une réunion des banquiers à Jackson Hole aux États-Unis, mentionna que le dollar américain était trop fort, qu’il devait disparaître et être remplacer par une monnaie digitale.

Peu de temps après apparaissait une pandémie mondiale.

Ordo ab chao.

L’ordre par le chaos.

C’était le coup d’envoi pour la grande réinitialisation annoncée pour 2021 (déjà révélée par le discours de janvier 2014 de Christine Lagarde, alors directrice du FMI), avec comme grand objectif l’ « Agenda 2030 » des Nations-Unies.

Il n'y a pas longtemps, la Réserve Fédérale américaine annonçait son intention de créer sa propre monnaie digitale.

Ce fut au tour de l’Union Européenne la semaine dernière (Digital Euro ou DE).

Et ce fut le test du yuan digital chinois hier.

À surveiller donc le lundi 19 octobre, date anniversaire du krach économique de 1987, puisque Satan et la clique judéo-maçonnique voudront peut-être célébrer les 33 années qui se sont écoulées, en affront à l’âge du Christ, ou en reconnaissance des 33 degrés maçonniques.

Il se peut que cela soit le point de bascule financier avant la renaissance du Phoenix (en référence à la revue The Economist de 1988).

Pierre Hillard, dans sa dernière entrevue  explique cette transition importante dont nous sommes partie prenante, et qui devrait s’accélérer en 2021.

Il mentionne le besoin d’éduquer les futures générations aux principes de la nouvelle dictature.

Pas étonnant que jeudi prochain, Bergoglio livrera son discours concernant son pacte sur l’éducation où il espère voir plusieurs nations y adhérer.

Nous venons de franchir aujourd’hui au niveau spirituel l’étape si importante des 103 ans du miracle du Soleil à Fatima.

Nous étions averti et le monde ne s’est pas converti, loin de là.

Tout devrait s'accélérer.

Notre-dame du Rosaire, délivrez nous des griffes de Satan!

9 octobre

Benoît XVI et la « fraternité »

Le thème de la « fraternité » développé par Bergoglio dans son encyclique est issu de l’idéologie des « lumières » de la révolution de 1789.

Cette fabulation judéo-maçonnique est fortement mis en pratique par l’immigration de masse, concept qui force la dilution de la chrétienté, surtout en Europe.

C’est le nivellement par le bas pour l’élite, afin de contrôler et le peuple et les richesses terrestres.

Le concept de fraternité à la sauce franc-maçonne est inatteignable car ce sont les différences qui enrichissent les humains, et en conséquence l’âme peut faire des choix pour s’élever.

Pourtant Bergoglio devrait avoir le discernement, vu la fonction qu’il occupe, pour faire obstacle à ce plan satanique.

Mais non.

Il pousse le concept à son extrême prouvant hors de tout doute que l’idéologie des « lumières » a infecté l’église dans ses moindres recoins, jusqu’à la tête.

« Rome perdra la Foi et deviendra le siège de l'antéchrist » (Mélanie de La Salette).

Le triomphe de ces derniers issus de l’église conciliaire est imminent… Et leurs pertes aussi.

On commence à comprendre plus précisément la prophétie politique #26 « Lumière de la Lumière » de Jean XXIII, basé sur la « fraternité universelle », qui renie la Mère, et le Fils.

Benoît XVI, avant le concile Vatican II, avait bien identifié l’arnaque, le poison issu des « lumières » (Aufklärung), ce concept de fraternité qui ne mène qu’au vide.

Le prix à payer est énorme : c'est la perte de son âme.

Il n’est pas étonnant de voir que ce vide produit inévitablement temporellement des hausses de troubles mentaux et de suicides dans nos sociétés...

« le problème posé par le sens élargi du mot "frère" est résolu ici d’une manière très radicale : la qualité de frère ne fonde plus deux zones distinctes de comportement moral, mais, en son nom précisément, toutes les barrières sont détruites et le comportement moral, dont les impératifs valent identiquement à l’égard de tous les hommes, est totalement unifié. Abolir ainsi résolument les barrières représente indubitablement quelque chose de très grand, mais le prix en est élevé : le sentiment fraternel démesurément étendu devient irréel et vide de sens. »

« En dépit de toute son ouverture et de tout son universalisme, la notion de fraternité, nous l'avons vu, ne s’étend pas sans aucune limite à tous les hommes. Tout homme peut devenir chrétien, mais celui-là seul qui le devient effectivement est frère. »

« Si l’on compare ces textes avec leurs correspondants chez Épictète, l’avantage de la fraternité restreinte, à l'encontre de l’idée d’humanité universelle, devient évident : la première crée un lien réel, là où la seconde reste un idéal vide. »

(Joseph RATZINGER, Frères dans le Christ ; l’esprit de la fraternité chrétienne, Paris, Les éditions du Cerf, 1962, 117 pages).

Il n’y a pas de lien dans la fraternité universelle.

C’est clair.

Le seul lien valide, c’est le Christ.

Sans ce lien, point de Salut.

Ce lien ABSENT de  l’encyclique de Bergoglio.

Sa foi est dans l’humanisme et dans sa fraternité avec l’islam.

Conséquemment, il prouve par ses paroles et ses écrits hors contexte de Jésus, sa croyance en Jésus le « prophète ».

Ce qui ouvre la porte pour l’élite talmudiste, qui accepte bien ce concept de « prophète », rejetant unilatéralement le Christ comme Messie et vrai incarnation de Dieu.

La table est mise.

De grands malheurs se propagent à l’horizon pour Bergoglio.

Après le triomphe éphémère… La chute.

On ne pensait sûrement pas à ce scénario prophétisé par Jean XXIII lorsque le cardinal Bergoglio a prononcé son « bonsoir » le 13 mars 2013, suivi de son désir de ne pas suivre les protocoles et de s’installer à Sainte-Marthe.

Nous pensions à se désir de retourner au message essentiel du Christ, du pauvre pour les pauvres.

Mais non pas à une promotion effrontée du marxisme socialisme.

Nous pensions à un règne bref mais grand par sa mission de rassembler tous les fidèles autour du Christ pour le dernier droit de la fin des temps.

Peine perdue.

C’était déjà un indice de la catastrophe annoncée.

Pourtant Notre-Dame du Rosaire nous avait averti à Fatima : le communisme a répandu son poison.

Nous avons une église parallèle et une Église Sainte, Catholique, et Apostolique toujours vivante.

Le mystère d’iniquité bat son plein.

Cette église parallèle a besoin de saints modernes pour faire écran et pour faire oublier les vrais Saints de l’Église qui ont été martyrs par amour du Christ, qui ont été fidèles à sa parole, et qui sont sources d’inspirations pour le petit reste d’aujourd’hui en ces temps difficiles.

Demain, l’église béatifiera un jeune homme, le premier saint moderne en devenir à être exposé en baskets et en jeans!

Notez qu’à la manière de Lénine, Jean XXIII, et plusieurs autres de la « fraternité », il a subi quelques manipulations pour faire croire à l’imputrescibilité de son corps charnel.

« .. « Pour la première fois dans l’histoire, vous verrez un homme béni vêtu d’un jean, de baskets et d’un sweat-shirt », s’est réjoui Mgr Sorrentino, évêque d’Assise, lors de la messe consacrant l’ouverture de la tombe du futur bienheureux le 1er octobre…

Le corps du jeune Italien n’a pas été retrouvé « intact » mais « intègre », c’est à dire muni de tous ses organes, a encore expliqué l’évêque d’Assise. S’il est passé par une phase normale de décomposition, il a été réassemblé avec « art et amour » pour être présenté aux fidèles. Carlo ayant subi une hémorragie du cerveau à la fin de sa vie, une reconstruction de son visage a en effet été nécessaire. D’une certaine manière, son visage « juvénile » est de nouveau visible, a expliqué le prélat. Quant à son cœur, que l’on peut désormais considérer comme une relique, il se trouve désormais dans la Basilique Saint François d’Assise, auprès du saint qu’il admirait…

Dans moins d’une dizaine de jour, le 10 octobre prochain, le geek de Dieu, dont la vie courte mais intense a bouleversé sa famille et ses amis, sera inscrit au registre des bienheureux… » (fr.aleteia.org).

« Le geek de Dieu ».

Comme quoi cette église déchue a besoin d’une image moderne pour aller chercher les jeunes et les enfumer.

Babylone la grande, ton temps achève!

05 octobre

L’Église agonise.

C’est ce que Bergoglio confirme avec une encyclique « fratelli tutti » vide de sens (vatican.va).

Sauf pour la judéo-maçonnerie.

C’est un ramassis de différents auteurs (il se cite lui-même ainsi que la plupart des papes conciliaires) qui sème la division au lieu de rassembler autour du Dieu unique, du Christ.

Mensonges, déformation des paroles du Christ.

C’est là le produit d’un pape de terrain socialiste dépourvu de théologie.

Abandon complet de la doctrine.

C’est là le coup formidable et l’aveuglement voulu pour aboutir à la nouvelle religion mondiale.

C’est le tour de passe passe du mystère d’iniquité.

Il rassemble des bouts de phrases pris hors contexte pour en faire volontairement un texte dilué impossible à synthétiser où tous trouveront leur compte pour la nouvelle religion mondiale.

« Rêvons en tant qu’une seule et même humanité, comme des voyageurs partageant la même chair humaine, comme des enfants de cette même terre qui nous abrite tous, chacun avec la richesse de sa foi ou de ses convictions, chacun avec sa propre voix, tous frères.»

« L’ouverture croissante de l’amour

§95 :  L’amour nous met enfin en tension vers la communion universelle. Personne ne mûrit ni n’atteint sa plénitude en s’isolant. De par sa propre dynamique, l’amour exige une ouverture croissante, une plus grande capacité à accueillir les autres, dans une aventure sans fin qui oriente toutes les périphéries vers un sens réel d’appartenance mutuelle. Jésus nous disait : « Tous vous êtes des frères » (Mt 23, 8).»

Voilà un exemple typique.

Nous sommes tous frères et sœurs dans le Corps Mystique du Christ, seul chemin menant au Père.

Ce que ne mentionne pas Bergoglio.

C’est la religion catholique qui se plie aux demandes du reste du monde alors que cela devrait être le contraire, surtout en ces temps si importants.

Mgr Vigano (benoit-et-moi.fr) a bien démystifié l’écran de fumée :

« La dimension surnaturelle est totalement absente, tout comme la référence à la nécessité d’appartenir au Corps Mystique du Christ qu’est la Sainte Église pour atteindre le salut éternel. Il y a même une très grave erreur d’interprétation du concept de « fraternité » : pour le catholique, elle n’est possible que dans le Christ si l’on a Dieu comme Père par le baptême (Jn 1, 12), alors que pour Bergoglio, elle se réaliserait par le simple fait d’appartenir à l’humanité…

L’aplatissement (/alignement) de l’encyclique sur la narration au sujet du Covid (§7 et §32, ndt) laisse sans voix, confirmant l’asservissement à la pensée unique et à l’élite mondialiste ; on n’est pas non plus surpris par l’insistance obsessionnelle sur l’unité et la fraternité universelle, en même temps que la condamnation du droit légitime de l’État à protéger son identité non seulement de culture mais aussi et surtout de Foi…. »

La conclusion est la seule indication importante.

Bergoglio se commet.

L’encyclique se termine même avec deux prières : une prière de fraternité pour toutes les religions, et une autre œcuménique pour les religions chrétiennes.

Nous nous savons que séparé de la vigne, le cep ne peut donner de fruits.

Alors qu’il faut crier en cette fin des temps que c’est par le Christ et en Christ que l’humanité accédera à la Vie Éternelle.

En dehors de ce chemin, point de Salut.

Le chas de l’aiguille est étroit.

Bergoglio l’a oublié.

Il est le destructeur.

Celui qui a usurpé le trône de Saint-Pierre.

« … il y a la volonté délibérée de démolir l’Église elle-même, de la discréditer devant le monde, de compromettre son autorité et son pouvoir devant les fidèles. L’opération à laquelle nous assistons depuis ces sept années funestes vise clairement à la destruction de l’institution catholique, par la perte de crédibilité, la désaffection et le dégoût pour les actions et les comportements indignes de ses membres; une opération qui a commencé avec les scandales sexuels déjà sous les précédents pontificats, mais qui cette fois-ci voit le protagoniste, l’acteur principal, celui-là même qui siège sur la Chaire, et qui avec ses propres mots et ses propres actes est capable de porter les coups les plus dévastateurs à la papauté et à l’Église… »

(Mgr Vigano commentant la dernière mis à pied du cardinal Becciu; benoit-et-moi.fr)

Vivement le retour de NSJC.

Par lui, avec lui et en lui, à toi, Dieu le Père tout-puissant, dans l’unité du Saint-Esprit, tout honneur et toute gloire, pour les siècles des siè­cles .

Amen.

01 octobre

Nous y voilà.

Octobre, le mois qui révélera le triomple éphémère de Babylone la grande.

La nouvelle religion luciférienne « catholique » est mûre, après des années de destruction-contruction.

Car les plans du clan judéo-maçonniste ont fonctionné à merveille.

Plans révélés dans « Le diable au XIXème siècle ».

C’est le double jeu, l’inversion prônée par Satan qui règne.

Ces élites reprennent les mêmes mots et utilisent le contre-nature contre l’ordre naturel créé par le Père Céleste (dégradation des valeurs traditionnelles).

Le titre « catholique » est réservé à nous seuls clament-ils, et de ce fait, ils l’utilisent pour mélanger les chrétiens catholiques conciliaires qui ne s’y retrouvent plus, surtout quand un pape nommé François utilise le même stratagème.

Dans cette substitution de civilisation, les élites œuvrent en parallèle pour la destruction du temple d’Adonaï (Notre Père Céleste et son Fils, donc le Dieu mauvais selon eux) pour l’édification du temple de Lucifer (le dieu bon désigné par eux).

Les rites sont ainsi inversés subtilement jusqu’à l’aboutissement de ce dont nous avons été témoins avec Bergoglio :

L’abandon des dogmes pour les remplacer par des cultes idolâtres qui sont présentés comme bénéfiques pour l’homme déifié.

Absence de Dieu. Cultes païens, à même la basilique Saint-Pierre.

La religion laïque humaniste avec comme dogmes l’écologie, l’économie socialiste, l’immigration n’a qu’un seul but, auquel participe activement la bête de la mer, Bergoglio :

Niveler par le bas et permettre à l’élite dominante de s’accaparer les ressources planétaires, alors qu’on fait croire à l’égalité de tous.

Satan est le prince du mensonge et beaucoup vont être déçus.

La dictature sanitaire instaurée représente la dernière bataille pour gagner leur guerre.

Au lieu de se lever et de prêcher la parole du Christ en ces circonstances, Bergoglio s’est adressé aux Nation-Unies en s’aplatissant comme il l’avait fait lors de la présentation de son encyclique « Laudato Si » qui lui est si cher, le 25 septembre 2015.

Dans son message à propos du Covid-19, il n’a fait

« …  Aucune référence à d’éventuelles causes non naturelles, aucune mention des multiples intérêts qui poussent pour prolonger l’épidémie de manière artificielle, pas un mot sur les mouvements de protestation qui ne peuvent pas tous être considérés comme négationnistes, ni sur la complicité de la presse dans le maintien en vie d’une peur collective habilement induite et sans vérification dans la réalité, aucune réflexion sur le manque de fiabilité de nombreuses données fournies par les autorités, aucune référence aux dangers d’une « dictature sanitaire » mondiale.

Covid, mondialisme et souverainisme, vaccins, climat : dans son message aux Nations unies pour le 75e anniversaire de la fondation, le pape François affronte les thèmes d’actualité mais en s’adaptant au sentiment dominant, sans aucun relief original inspiré de la doctrine sociale de l’Église.(benoit-et-moi.fr) »

Voilà.

La table est mise pour l'encyclique « fraternelle » de samedi.

Le mois du Rosaire n’aura jamais été aussi important de toute l’époque chrétienne.

Septembre 2020

27 septembre

La révélation

La sixième période de l’Apocalypse est sur le point de se terminer avec la mort (apparente) de l’Église.

Clouée sur la croix comme NSJC, l’Église sème le doute chez les chrétiens comme les disciples l’ont été au pied de la croix il y a un peu plus de 2000 ans.

Mais, elle ne peut mourir.

L’abbé Puga le confirme dans une homélie (vers une prochaine suppression de la messe traditionnelle?) convaincante. (Eglise Saint-Nicolas-du-Chardonnet)

Parallèlement, la Pâques de l’Antéchrist est sur le point d’arriver (voir analyses du printemps 2020).

La crise du « Covid deuxième vague » entraînera la mort planifiée de  « l’Antéchrist système » pour mieux ressusciter avec la « grande réinitialisation ».

Pierre Hillard en est convaincu, comme plusieurs.

C’est une question de semaines, ou de mois.

Entretien (longue mais tellement révélatrice) avec Pierre Hillard du 17 septembre.

Pour entrer dans la septième période de l’Apocalypse, soit la retour en gloire du Christ, il faut assister à la mort des deux témoins.

Rappelons que les deux témoins représentent les fidèles à la loi et aux prophètes, les laïcs, et le clergé.

C’est après cette mort provoquée que l’Antichrist et Babylone la grande sont anéantis (échec donc de la « grande réinitialisation »).

Si tout semble au point mort quant à la visibilité apparente des châtiments, beaucoup seront surpris quant à la vitesse à laquelle arrive et se déroule le 7ème sceau.

Car, la mort des deux témoins ne dure que 3 jours et demi, comparativement à 3 ans et demi de règne de « l’Antichrist système ».

C'est probablement un ordre de grandeur, de comparaison, ou peut-être une durée exacte. On ne sait.

Mais, pendant ce court laps de temps, l’Apocalypse nous révèle que durant ses 3 jours et demi que Babylone la grande sera en fête : enfin débarrassé de l’obstacle majeur, l’Église Catholique, Une, Sainte et Apostolique, Satan pourra grimper sur le trône et soumettre Babylone à ses pieds.

Le décès du Katéchon, Benoît XVI, sera LE signe visible de la chrétienté catholique concernant la mort des deux témoins.

C’est ce que confirme d’ailleurs la fin de la prophétie le concernant avec l’appel de Jean XXIII pour la chute des deux Babylone, le Vatican et les Nations-Unies, bref le système de l’homme déifié.

Le nouvel encyclique de Bergoglio dans moins d’une semaine nous donnera l’heure juste quant à son concept de fraternité qui devrait contenir quelques hérésies et peut-être même une direction donnée pour un changement majeur de la messe, la suppression du décret de Benoît XVI concernant la messe traditionnelle ou la suppression de la Transsubstantiation dans un nouveau concept œcuménique.

Ainsi, les opposants à cet encyclique ou cette suppression n’auront d’autre choix que de quitter l’Église, le grand schisme annoncé par Anne Catherine Emmerich, ou bien demeurer dans une Église qui aura manifestement rejeté le Christ, confirmant la grande apostasie annoncée.

Pour les « deux témoins », cette situation équivaut à la mort.

Pour 3 jours et demi.

Tout va s’accélérer.

16 septembre

Les signes de « feux du ciel ».

La grande purification par le feu.

NSJC nous avait avertit bien à l’avance quant aux derniers temps :

« Aussitôt après ces jours d'affliction, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées. »

Cette période est pour le retour dans la gloire de NSJC, après la chute de Babylone, donc les 3 jours du Jugement dernier.

Et comme avertissements, nous avons à l’approche d’octobre les cieux embrasés de la Californie, lieu excellence de perdition, et spécialement San Francisco (Saint François) et Los Angeles (Les Anges... « déchus »?) Ciel de San Francisco

Ce qui provoque évidement aussi des lunes de sang, comme en témoigne ici cette image prise à Guadelupe (en référence à Notre Dame de Guadelupe), Californie (spaceweathergallery.com).

La fumée a déjà traversé l'Amérique du Nord et commence à se répandre sur l'Europe.

C'est le même scénario au Brésil.

Aussi, 2020 a été caractérisée comme « l’année des planètes » par certains astronomes.

Juillet a été témoin d’un marathon de planètes.

Autour du 23 juillet, toutes les planètes du système solaire  ont été visibles simultanément peu avant la fin de la nuit.

Or, aussi le 6 octobre, la planète Mars sera au plus près de la Terre, du jamais vu depuis…

60000 ans!

Puis le 13 octobre, jour symbolique relié à Fatima en 1917, Mars, le Soleil et la Terre seront en opposition.

On peut déjà voir la planète Mars se lever vers 21h00 à l’est.

Elle est déjà aussi rouge que les feux cieux californiens.

C’est époustouflant. Cela promet.

Mars, c’est le dieu de la guerre.

Elle représente le feu en franc maçonnerie.

Et puisque la symbolique est suivie de près par la kabbale, ils en profiteront matérialiser leurs plans en ce mois d’octobre.

Mars fait parti des quatre points cardinaux reliés aux 4 officiers qui orientent une loge maçonnique :

« Le Feu à la Force...le Bélier à Mars...le Couvreur à la Connaissance
L'Air à la Justice...la Balance à Vénus...le Vénérable au Pouvoir
L'Eau à la Tempérance...le Cancer à la Lune...le 1 er Surveillant au Devoir
La Terre à la Prudence...le Capricorne à Saturne...le 2 nd Surveillant au Vouloir

Ces quatre Officiers définissent l'espace sacré d'un Temple Maçonnique, sacré parce qu'à son intérieur se déroulent toutes les cérémonies initiatiques maçonniques, mais aussi parce qu'ils sont, tous les quatre ensemble, responsables du principe de « simultanéité » initiatique, celui considérant qu'aucune action, profane ou initiatique, ne peut pas se matérialiser correctement sans le respect simultané de quatre absolus : Pouvoir, Savoir, Vouloir et Devoir. » (ledifice.net).

Nous savons par les analyses passées que pour les mages ou l’élite occulte, la planète Jupiter est le créateur, celui qui sacre les rois, Saturne étant celle qui marque la fin et le début d’un cycle ou la grande faucheuse.

Or, nous le savons, les grands marqueurs que sont Saturne et Jupiter seront en conjonction le 21 décembre de cette année pour une copie conforme de l’étoile de la nativité.

Et, en ce 21 décembre, elles seront accompagnés de Mars, la lune, et Vénus (se levant le matin) : les 4 officiers prêts pour l’initialisation, le jour de naissance symbolique du « roi jupitérien ».

Quels sont les événements d’importances prévus en ce mois d’octobre 2020, mois de la Pâques de l’Antéchrist?

- 3 octobre : révélation de l’encyclique sur la fraternité humaine de Bergoglio qui sera signé directement sur la TOMBE DE SAINT-FRANÇOIS, à Assise.
- 6 octobre : Mars près de la Terre. Signe visible par tous du début de la purification.
- 15 octobre : signature du pacte sur l’éducation de Bergoglio,
- Mi-octobre : réunion du « roi jupitérien » sur la question du Liban en France.
- 19 octobre : 33 ans, date anniversaire du krach économique de 1987.

N’oublions pas que l’encyclique « Laudato Si » sur l’écologie humaniste fait partie de l’équation.

Bergoglio insiste sur son importance encore et il jubile de fêter ses 5 années d’existence.

Ce qui fut souligné le 24 mai, le jour de « Notre-Dame Auxiliatrice » en grandes pompes.

Ce titre fut donné à la Sainte Vierge Marie et officiellement introduit dans l’Église par Pie V, après la célèbre victoire de Lépante en 1571, lorsque qu'il ordonna d'inscrire dans la litanie Lorétienne l'invocation "Maria Auxilium Christianorum, ora pro nobis".

Saint Pie V ne cacha point qu'il attribuait à l'intercession  de la sainte Vierge le succès de Lépante. Il ajouta aux litanies de Lorette, c'est-à-dire de la sainte Vierge, l'invocation "Secours des chrétiens, priez pour nous", et fixa au 7 octobre une fête en l'honneur de Notre-Dame de la Victoire.

Elle est fêtée de nos jours sous le nom de fête du Saint-Rosaire, de nouveau le 7 octobre.

ET voilà :

Le lendemain de l’avertissement du feu via la planète Mars.

Or, ce n’est pas tout.

Quand est-ce que Mars sera-t-elle la plus brillante dans le ciel?..

Surpassant Jupiter comme la planète la plus brillante...

Lorsqu’elle sera en opposition, c’est à dire en ligne directe avec le Soleil, et ce…

Le 13 octobre!

Aux 103 ans du Miracle du Soleil de Fatima.

N’oublions pas ce fait d’importance relié au soir du 16 octobre 1917, soir où la kabbale judéo-maçonnique jubilait :

« Lorsque les francs-maçons commencèrent à se démener de plus en plus effrontément et qu’ils eurent dressé leur étendard sous les fenêtres mêmes du Vatican, cet étendard où, sur un fond noir, Lucifer foulait sous ses pieds l’archange Michel, lorsqu’ils se mirent à distribuer des tracts invectivant contre le saint Père, l’idée se fit jour de fonder une association ayant pour but de combattre les francs-maçons et d’autres suppôts de Lucifer …
À l’occasion du deuxième centenaire de la fondation de la maçonnerie moderne, en cette année 1917, les francs-maçons se livraient à Rome-même à de sacrilèges parodies...En 1917, les francs-maçons qui s’exhibaient à Rome avaient aussi des banderoles proclamant : « Satan doit régner au Vatican. Le pape sera son esclave ! »
 (leblogdumesnil.unblog.fr).

C’est bien ce dont nous sommes témoins.

08 septembre

Telle une spirale, la convergence des événements s’accélère et le point culminant approche à grands pas.

Voici la dernière lettre, très longue, de Mgr Vigano à Lifesitenews pour remettre les pendules à l’heure. Il répond aux critiques suite à son entrevue avec Catholic Family News à propos de Vatican II.

Il confirme l’Église éclipsée de la vision d’Anne Catherine Emmerich, ce qui a le mérite de confirmer à la face du monde ce que Bergoglio ne fait pas: nous sommes à la fin des temps.

Ils nous appellent en tant que soldats du Christ.

« Mgr Viganò: Nous resterons dans l’Église, lutterons contre les modernistes qui minent la foi.
«Ce ne sont pas les fidèles traditionnels – c’est-à-dire les vrais catholiques, selon les mots de saint Pie X – qui doivent abandonner l’Église dans laquelle ils ont le plein droit de rester et dont il serait malheureux de se séparer; mais plutôt les modernistes qui usurpent le nom catholique, précisément parce que ce n’est que l’élément bureaucratique qui leur permet de ne pas être considérés sur un pied d’égalité avec aucune secte hérétique.

4 septembre 2020 ( LifeSiteNews ) –...

Cher M. Kokx,

J’ai lu avec un vif intérêt votre article «Questions à Viganò: Son Excellence a raison à propos de Vatican II, mais que pense-t-il que les catholiques devraient faire maintenant?» qui a été publié par Catholic Family News le 22 août ( ici ). Je suis heureux de répondre à vos questions, qui portent sur des sujets très importants pour les fidèles.

Vous demandez: «À quoi ressemblerait la« séparation »de l’Église conciliaire selon l’archevêque Viganò?» Je vous réponds par une autre question: «Que signifie se séparer de l’Église catholique selon les partisans du Concile?» S’il est clair qu’aucun mélange n’est possible avec ceux qui proposent des doctrines adultérées du manifeste idéologique conciliaire, il convient de noter que le simple fait d’être baptisé et d’être des membres vivants de l’Église du Christ n’implique pas l’adhésion à l’équipe conciliaire. ; cela est vrai surtout pour les simples fidèles et aussi pour les clercs séculiers et réguliers qui, pour diverses raisons, se considèrent sincèrement catholiques et reconnaissent la Hiérarchie.
Au contraire, ce qu’il faut clarifier, c’est la position de ceux qui, se déclarant catholiques, embrassent les doctrines hétérodoxes qui se sont répandues au cours de ces décennies, avec la conscience que celles-ci représentent une rupture avec le Magistère précédent. Dans ce cas, il est licite de douter de leur adhésion réelle à l’Église catholique, dans laquelle cependant ils occupent des rôles officiels qui leur confèrent une autorité. C’est une autorité exercée illicitement, si son but est de contraindre les fidèles à accepter la révolution imposée depuis le Concile.
Une fois ce point clarifié, il est évident que ce ne sont pas les fidèles traditionnels – c’est-à-dire les vrais catholiques, selon les mots de saint Pie X – qui doivent abandonner l’Église dans laquelle ils ont le plein droit de rester et dont il serait malheureux de se séparer; mais plutôt les modernistes qui usurpent le nom catholique, précisément parce que ce n’est que l’élément bureaucratique qui leur permet de ne pas être considérés à égalité avec aucune secte hérétique. Leur revendication sert en fait à les empêcher de se retrouver parmi les centaines de mouvements hérétiques qui, au cours des siècles, ont cru pouvoir réformer l’Église à leur guise, plaçant leur fierté avant de garder humblement l’enseignement de Notre Seigneur. Mais tout comme il n’est pas possible de revendiquer la citoyenneté dans une patrie où l’on ne connaît pas sa langue, sa loi,foi et tradition; il est donc impossible que ceux qui ne partagent pas la foi, la morale, la liturgie et la discipline de l’Église catholique puissent s’arroger le droit de rester en elle et même de gravir les échelons de la hiérarchie.

Ne cédons donc pas à la tentation d’abandonner – quoique avec une indignation justifiée – l’Église catholique, sous prétexte qu’elle a été envahie par les hérétiques et les fornicateurs: ce sont eux qui doivent être expulsés de l’enceinte sacrée, dans une œuvre de purification et pénitence qui doivent commencer par chacun de nous.

Il est également évident qu’il existe des cas très répandus dans lesquels les fidèles rencontrent de graves problèmes pour fréquenter leur église paroissiale, tout comme il y a de moins en moins d’églises où la Sainte Messe est célébrée dans le rite catholique. Les horreurs qui sévissent depuis des décennies dans nombre de nos paroisses et sanctuaires rendent impossible même d’assister à une «Eucharistie» sans être dérangé et mettre sa foi en péril, tout comme il est très difficile d’assurer une éducation catholique, les sacrements étant dignement une orientation spirituelle célébrée et solide pour soi-même et ses enfants. Dans ces cas, les fidèles laïcs ont le droit et le devoir de trouver des prêtres, des communautés et des instituts fidèles au Magistère éternel.Et puissent-ils savoir accompagner la louable célébration de la liturgie dans le Rite Ancien par l’adhésion à la saine doctrine et à la morale, sans aucun affaissement sur le front du Concile.

La situation est certainement plus complexe pour les clercs, qui dépendent hiérarchiquement de leur évêque ou supérieur religieux, mais qui ont en même temps le droit de rester catholiques et de pouvoir célébrer selon le rite catholique. D’une part, les laïcs ont plus de liberté de mouvement dans le choix de la communauté vers laquelle ils se tournent pour la messe, les sacrements et l’instruction religieuse, mais moins d’autonomie du fait qu’ils doivent encore dépendre d’un prêtre; d’autre part, les clercs ont moins de liberté de mouvement, puisqu’ils sont incardinés dans un diocèse ou un ordre et sont soumis à l’autorité ecclésiastique, mais ils ont plus d’autonomie en raison du fait qu’ils peuvent légitimement décider de célébrer la messe et d’administrer les sacrements. dans le rite tridentin et de prêcher conformément à la saine doctrine.Le Motu Proprio Summorum Pontificum a réaffirmé que les fidèles et les prêtres ont le droit inaliénable – qui ne peut être nié – de se prévaloir de la liturgie qui exprime plus parfaitement leur foi catholique. Mais ce droit doit être utilisé aujourd’hui non seulement et pas tant pour préserver la forme extraordinaire du rite, mais pour témoigner de l’adhésion au depositum fidei qui ne trouve une correspondance parfaite que dans le Rite Ancien.

Je reçois quotidiennement des lettres sincères de prêtres et de religieux marginalisés ou transférés ou ostracisés en raison de leur fidélité à l’Église: la tentation de trouver un ubi consistam [un endroit où se tenir] loin de la clameur des innovateurs est forte, mais nous devons pour prendre un exemple des persécutions que de nombreux saints ont subies, y compris saint Athanase, qui nous offre un modèle de comportement face à l’hérésie généralisée et à la fureur persécutante. Comme mon vénérable frère Mgr Athanasius Schneider l’a rappelé à maintes reprises, l’arianisme qui affligeait l’Église à l’époque du saint docteur d’Alexandrie en Égypte était si répandu parmi les évêques qu’il laisse presque croire que l’orthodoxie catholique avait complètement disparu.Mais c’est grâce à la fidélité et au témoignage héroïque des quelques évêques restés fidèles que l’Église a su se relever. Sans ce témoignage, l’arianisme n’aurait pas été vaincu; sans notre témoignage aujourd’hui, le modernisme et l’apostasie mondialiste de ce pontificat ne seront pas vaincus.

Il ne s’agit donc pas de travailler de l’intérieur ou de l’extérieur de l’Église: les vignerons sont appelés à travailler dans la Vigne du Seigneur, et c’est là qu’ils doivent y rester même au prix de leur vie; les pasteurs sont appelés à garder le troupeau du Seigneur, à tenir à distance les loups voraces et à chasser les mercenaires qui ne sont pas concernés par le salut des brebis et des agneaux.

Cette œuvre cachée et souvent silencieuse a été réalisée par la Fraternité Saint Pie X, qui mérite d’être saluée pour ne pas avoir laissé s’éteindre la flamme de la Tradition à un moment où la célébration de la messe antique était considérée comme subversive et un motif d’excommunication. Ses prêtres ont été une saine épine dans le flanc d’une hiérarchie qui a vu en eux un point de comparaison inacceptable pour les fidèles, un reproche constant de la trahison commise contre le peuple de Dieu, une alternative inadmissible à la nouvelle voie conciliaire. Et si leur fidélité a rendu inévitable la désobéissance au pape avec les consécrations épiscopales, grâce à eux la Société a pu se protéger de l’attaque furieuse des Innovateurs et par son existence même elle a permis la possibilité de la libéralisation du Rite Ancien,qui jusque-là était interdit. Sa présence a également permis aux contradictions et aux erreurs de la secte conciliaire d’émerger, faisant toujours un clin d’œil aux hérétiques et aux idolâtres mais implacablement rigide et intolérante envers la vérité catholique.

Je considère Mgr Lefebvre comme un confesseur exemplaire de la Foi, et je pense qu’à présent il est évident que sa dénonciation du Concile et de l’apostasie moderniste est plus que jamais d’actualité. Il ne faut pas oublier que la persécution à laquelle Mgr Lefebvre a été soumis par le Saint-Siège et l’épiscopat mondial servait avant tout de dissuasion aux catholiques réfractaires à la révolution conciliaire.
Je suis également d’accord avec l’observation de Son Excellence Mgr Bernard Tissier de Mallerais sur la coprésence de deux entités à Rome: l’Église du Christ a été occupée et éclipsée par la structure conciliaire moderniste, qui s’est établie dans la même hiérarchie et les mêmes usages l’autorité de ses ministres de prévaloir sur l’Époux du Christ et notre Mère.

L’Église du Christ – qui non seulement subsiste dans l’Église catholique, mais qui est exclusivement l’Église catholique – n’est obscurcie et éclipsée que par une étrange Église extravagante établie à Rome, selon la vision de la bienheureuse Anne Catherine Emmerich. Il coexiste, comme le blé à la tare, dans la curie romaine, dans les diocèses, dans les paroisses. Nous ne pouvons pas juger nos pasteurs pour leurs intentions, ni supposer qu’ils sont tous corrompus dans la foi et la morale; au contraire, nous pouvons espérer que beaucoup d’entre eux, jusque-là intimidés et silencieux, comprendront, alors que la confusion et l’apostasie continuent de se répandre, la tromperie à laquelle ils ont été soumis et finiront par se débarrasser de leur sommeil. Il y a beaucoup de laïcs qui élèvent la voix; d’autres suivront nécessairement, ainsi que de bons prêtres, certainement présents dans chaque diocèse.Cet éveil de l’Église militante – j’oserais l’appeler presque une résurrection – est nécessaire, urgent et inévitable: aucun fils ne tolère que sa mère soit outrée par les serviteurs, ou que son père soit tyrannisé par les administrateurs de ses biens. Le Seigneur nous offre, dans ces situations douloureuses, la possibilité d’être ses alliés pour mener cette sainte bataille sous sa bannière: le roi vainqueur de l’erreur et de la mort nous permet de partager l’honneur de la victoire triomphale et la récompense éternelle qui en découle cela, après avoir enduré et souffert avec Lui.la possibilité d’être ses alliés pour mener cette sainte bataille sous sa bannière: le roi victorieux de l’erreur et de la mort nous permet de partager l’honneur de la victoire triomphale et la récompense éternelle qui en découle, après avoir enduré et souffert avec lui.la possibilité d’être ses alliés pour mener cette sainte bataille sous sa bannière: le roi victorieux de l’erreur et de la mort nous permet de partager l’honneur de la victoire triomphale et la récompense éternelle qui en découle, après avoir enduré et souffert avec lui.

Mais pour mériter la gloire immortelle du Ciel, nous sommes appelés à redécouvrir – à une époque émasculée et dépourvue de valeurs telles que l’honneur, la fidélité à sa parole et l’héroïsme – un aspect fondamental de la foi de tout baptisé: la vie chrétienne est une milice, et avec le sacrement de la confirmation nous sommes appelés à être des soldats du Christ, sous l’insigne duquel nous devons combattre. Bien sûr, dans la plupart des cas, il s’agit essentiellement d’une bataille spirituelle, mais au cours de l’histoire, nous avons vu combien de fois, face à la violation des droits souverains de Dieu et de la liberté de l’Église, il fallait aussi prendre les armes. : nous apprenons cela par la résistance acharnée pour repousser les invasions islamiques à Lépante et à la périphérie de Vienne, la persécution des Cristeros au Mexique, des catholiques en Espagne,et même aujourd’hui par la guerre cruelle contre les chrétiens du monde entier. Jamais comme aujourd’hui nous ne pouvons comprendre la haine théologique venant des ennemis de Dieu, inspirée par Satan. L’attaque contre tout ce qui rappelle la croix du Christ – sur la vertu, sur le bien et le beau, sur la pureté – doit nous inciter à nous lever, dans un acte d’orgueil, pour revendiquer notre droit non seulement de ne pas être persécuté par nos ennemis extérieurs mais aussi et surtout d’avoir des pasteurs forts et courageux, saints et craignant Dieu, qui feront exactement ce que leurs prédécesseurs ont fait depuis des siècles: prêcher l’Évangile du Christ, convertir les individus et les nations, et élargir le Royaume de la Dieu vivant et vrai dans le monde entier.L’attaque contre tout ce qui rappelle la croix du Christ – sur la vertu, sur le bien et le beau, sur la pureté – doit nous inciter à nous lever, dans un acte d’orgueil, pour revendiquer notre droit non seulement de ne pas être persécuté par nos ennemis extérieurs mais aussi et surtout d’avoir des pasteurs forts et courageux, saints et craignant Dieu, qui feront exactement ce que leurs prédécesseurs ont fait depuis des siècles: prêcher l’Évangile du Christ, convertir les individus et les nations, et élargir le Royaume de la Dieu vivant et vrai dans le monde entier.L’attaque contre tout ce qui rappelle la croix du Christ – sur la vertu, sur le bien et le beau, sur la pureté – doit nous inciter à nous lever, dans un acte d’orgueil, pour revendiquer notre droit non seulement de ne pas être persécuté par nos ennemis extérieurs mais aussi et surtout d’avoir des pasteurs forts et courageux, saints et craignant Dieu, qui feront exactement ce que leurs prédécesseurs ont fait depuis des siècles: prêcher l’Évangile du Christ, convertir les individus et les nations, et élargir le Royaume de la Dieu vivant et vrai dans le monde entier.qui feront exactement ce que leurs prédécesseurs ont fait pendant des siècles: prêcher l’Évangile du Christ, convertir les individus et les nations, et étendre le Royaume du Dieu vivant et vrai à travers le monde.qui feront exactement ce que leurs prédécesseurs ont fait pendant des siècles: prêcher l’Évangile du Christ, convertir les individus et les nations, et étendre le Royaume du Dieu vivant et vrai à travers le monde.

Nous sommes tous appelés à faire un acte de Fortitude – une vertu cardinale oubliée, qui non par hasard en grec rappelle la force virile, ἀνδρεία – en sachant résister aux modernistes: une résistance qui s’enracine dans la Charité et la Vérité, qui sont des attributs de Dieu.
Si vous ne célébrez que la messe tridentine et que vous prêchez une saine doctrine sans jamais mentionner le Concile, que pourront-ils jamais vous faire? Vous jeter hors de vos églises, peut-être, et alors quoi? Personne ne pourra jamais vous empêcher de renouveler le Saint Sacrifice, même s’il se trouve sur un autel de fortune dans une cave ou un grenier, comme l’ont fait les prêtres réfractaires à la Révolution française, ou comme cela se passe encore aujourd’hui en Chine. Et s’ils essaient de vous distancer, résistez: le droit canonique sert à garantir le gouvernement de l’Église dans la poursuite de ses buts premiers, pas à le démolir. Arrêtons de craindre que la faute du schisme incombe à ceux qui le dénoncent, et non à ceux qui l’exécutent: ceux qui sont schismatiques et hérétiques sont ceux qui blessent et crucifient le Corps mystique du Christ, pas ceux qui défendez-le en dénonçant les bourreaux!

Les laïcs peuvent s’attendre à ce que leurs ministres se comportent comme tels, préférant ceux qui prouvent qu’ils ne sont pas contaminés par les erreurs présentes. Si une messe devient une occasion de torture pour les fidèles, s’ils sont contraints d’assister aux sacrilèges ou de soutenir des hérésies et des divagations indignes de la Maison du Seigneur, il est mille fois préférable de se rendre dans une église où le prêtre célèbre la Saint Sacrifice dignement, dans le rite qui nous est donné par la Tradition, avec une prédication conforme à la saine doctrine. Lorsque les curés et les évêques se rendront compte que le peuple chrétien réclame le Pain de la Foi, et non les pierres et les scorpions de la néo-église, ils abandonneront leurs craintes et se plieront aux demandes légitimes des fidèles. Les autres, vrais mercenaires,se montreront pour ce qu’ils sont et ne pourront rassembler autour d’eux que ceux qui partagent leurs erreurs et leurs perversions. Ils s’éteindront d’eux-mêmes: le Seigneur assèche le marais et aride la terre sur laquelle poussent les ronces; il éteint les vocations dans les séminaires corrompus et dans les couvents rebelles à la Règle.

Les fidèles laïcs ont aujourd’hui une tâche sacrée: réconforter les bons prêtres et les bons évêques, se rassemblant comme des brebis autour de leurs bergers. Donnez-leur l’hospitalité, aidez-les, consolez-les dans leurs épreuves. Créer une communauté dans laquelle le murmure et la division ne prédominent pas, mais plutôt la charité fraternelle dans le lien de la foi. Et puisque dans l’ordre établi par Dieu – κόσμος – les sujets doivent obéissance à l’autorité et ne peuvent faire autrement que de lui résister quand elle abuse de son pouvoir, aucune faute ne leur sera imputée pour l’infidélité de leurs dirigeants, sur lesquels repose la très grave responsabilité pour la manière dont ils exercent le pouvoir d’autrui qui leur a été donné. Nous ne devons pas nous rebeller, mais nous opposer; nous ne devons pas nous réjouir des erreurs de nos pasteurs, mais prier pour eux et les avertir avec respect;nous ne devons pas remettre en question leur autorité mais la manière dont ils l’utilisent.
Je suis certain, avec une certitude qui me vient de la foi, que le Seigneur ne manquera pas de récompenser notre fidélité, après nous avoir punis pour les fautes des hommes de l’Église, nous accordant de saints prêtres, saints évêques, saints cardinaux, et surtout un saint Pape. Mais ces saints naîtront de nos familles, de nos communautés, de nos églises: familles, communautés et églises dans lesquelles la grâce de Dieu doit être cultivée avec une prière constante, avec la fréquentation de la sainte messe et des sacrements, avec l’offrande de sacrifices et pénitences que la Communion des Saints nous permet d’offrir à la Majesté Divine pour expier nos péchés et ceux de nos frères, y compris ceux qui exercent l’autorité. Les laïcs ont un rôle fondamental à jouer en cela, en gardant la foi au sein de leurs familles,de telle sorte que nos jeunes éduqués à l’amour et à la crainte de Dieu soient un jour des pères et des mères responsables, mais aussi de dignes ministres du Seigneur, ses hérauts dans les ordres religieux masculins et féminins, et ses apôtres en société civile.

Le remède à la rébellion est l’obéissance. Le remède à l’hérésie est la fidélité à l’enseignement de la Tradition. Le remède au schisme est la dévotion filiale pour les Sacrés Pasteurs. Le remède à l’apostasie est l’amour pour Dieu et sa Très Sainte Mère. Le remède au vice est l’humble pratique de la vertu. Le remède à la corruption des mœurs est de vivre constamment en présence de Dieu. Mais l’obéissance ne peut être pervertie en une solide servilité; le respect de l’autorité ne peut pas être perverti en obéissance du tribunal. Et n’oublions pas que s’il est du devoir des laïcs d’obéir à leurs pasteurs, c’est un devoir encore plus grave des pasteurs d’obéir à Dieu, usque ad effusionem sanguinis.

+ Carlo Maria Viganò, archevêque

1er septembre 2020 »



Voilà, ce n’est plus une rumeur.

Ce que nous suspections est maintenant un fait:

« « Tous frères »: le Pape François signera sa nouvelle encyclique à Assise.

Le directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège l’a annoncé ce samedi: le 3 octobre prochain, le Pape se rendra à Assise, afin de prier sur la tombe de saint François, dont ce sera la fête le lendemain. Il y signera également sa nouvelle encyclique consacrée au thème de la fraternité…
Fratelli tutti, «Tous frères»: c’est le nom de cette nouvelle encyclique du Pape François, la 3e de son pontificat après Lumen Fidei en 2013 et Laudato Si’ en 2015. Le Saint-Père choisit donc un lieu très solennel, très significatif pour parapher ce texte: Assise, la ville du Poverello dont il a pris le nom comme Pape, et qui prêchait cette fraternité «cosmique», universelle, unissant toutes les créatures de Dieu, unique père de tous.

Le thème de la fraternité, une ligne directrice du pontificat.

De ce texte, on connait uniquement le thème: la fraternité humaine et l’amitié sociale. Thème qui lui est cher, qu’il développe et décline sans cesse dans son magistère et qui est d’ailleurs au cœur du Document signé en 2019 à Abou Dhabi avec le Grand Imam d’Al-Azhar.
Un thème qu’il a abordé de façon récurrente aussi lors des messes à Sainte Marthe ces derniers mois, en plein pic de la pandémie, appelant tous les hommes de bonne volonté, de toutes les traditions religieuses à prier ensemble pour la fin de la crise sanitaire : frères et sœurs en humanité, unis aussi par l’épreuve et par l’espérance… » (vaticannews.va).

Voilà qui résume bien l’atmosphère créée par Bergoglio à Assise, où il aime bien se complaire:

« Un air lourd à Assise.

Mais il n’est pas facile de s’attarder sur ces réflexions. Les frères gardiens de la Basilique sont si diligents et zélés dans l’application des règles anti-Covid. En particulier, un frère, qui parcourt la nef en montrant son propre masque, pour reprendre, avec un regard menaçant, ceux qui ne le portent pas comme lui, jusque devant ses yeux, pour réprimander celui qui le porte en laissant les narines découvertes. Une exhibition inqiétante, que l’on ne s’attendrait pas à trouver dans une église, mais dans un état de régime militaire. Puis la distribution de la communion, avec toutes les précautions d’hygiène nécessaires, évidemment sur les mains.

Je ne vois pas autant de prudence pour les âmes, misérablement mises à nu et perplexes face à l’attaque du mal. Si le même zèle était appliqué, de la part des religieux, au virus hyper-virulent du péché, en proposant et en offrant systématiquement tous les antidotes que l’Église de Jésus met à leur disposition, nous ne nous trouverions pas dans la situation désespérée d’aujourd’hui. C’est là, et seulement là, la tâche de la vraie Église, la prévention, la vigilance et donc, le salut des âmes !

On respire un air différent, depuis quelques années, à Assise. Un air lourd qui n’a plus rien rien de l’air léger, fait seulement d’Esprit, à haute altitude, où la matière devient aussi impalpable que la neige fraîche.

On respire un air lourd, imprégné des pensées de l’homme arrogant et autosuffisant de ce début de siècle. Un air dégoulinant de buonisme, de sentimentalisme, d’écologisme, d’environnementalisme, de mondialisme, d’œcuménisme, de panthéisme, de naturalisme, d’anthropocentrisme, de catho-communisme… de communisme. Un air lourd qui se répand et fait sombrer ces ordres religieux, destinés, si la tendance actuelle persiste, à disparaître, n’en déplaise à leur fondateur, animé d’un tout autre zèle.

Saint François avait d’autres intentions pour Assise :

« Bénie sois-tu du Seigneur, cité sainte à Dieu fidèle, car par toi beaucoup d’âmes se sauveront et en toi beaucoup de serviteurs du Très-Haut habiteront, et par toi beaucoup seront élus au royaume éternel ».
Saint François, lui, n’a pas réprimandé le lépreux, qui ne portait pas le masque, il l’a étreint et embrassé. » (benoit-et-moi.fr).

Voilà ce qu’a fait l’ « exterminateur » prophétisé par Saint-François.

Pierre II le romain de St-Malachie, le cardinal Pietro Parolin, prépare déjà le terrain pour la grande réinitialisation et sa prison socialiste marxiste.

« La prise de conscience d'une fragilité partagée

La pandémie «a révélé à la fois notre interdépendance et notre faiblesse commune, une fragilité partagée», estime encore le secrétaire d'État du Saint-Siège. «Lorsque la logique de la dissuasion nucléaire dominait - rappelle-t-il - Saint Jean XXIII, dans Pacem in Terris, a souligné l'interdépendance entre les communautés politiques : «Aucune communauté politique aujourd'hui n'est capable de poursuivre ses intérêts et de se développer en se refermant sur elle-même». Et le Pape François de souligner dans l'encyclique Laudato Si : «L'interdépendance nous oblige à penser à un seul monde, à un projet commun». D'autre part - a rappelé Jean-Paul II dans l'encyclique Sollicitudo Rei Socialis- nous sommes aujourd'hui confrontés à une interdépendance technologique, sociale et politique, qui exige d'urgence une éthique de la solidarité».

«Cependant, a-t-il encore expliqué, «au lieu de favoriser la coopération pour le bien commun universel, nous voyons de plus en plus de murs s'ériger autour de nous, exaltant les frontières comme garantie de sécurité et pratiquant des violations systématiques du droit, maintenant une situation de conflit mondial permanent». Comme l'a rappelé le Pape François à Nagasaki, «les dépenses d'armement ont atteint leur sommet en 2019, et maintenant il y a un risque sérieux qu'après une période de diminution, également due aux restrictions liées à la pandémie, elles continuent à augmenter». «Ce moment même montre, au contraire, que nous devons semer l'amitié et la bonne volonté plutôt que la haine et la peur». De plus, «l'interdépendance planétaire exige des réponses globales aux problèmes locaux», a insisté le Pape François lors de sa rencontre avec les mouvements populaires en 2015, «car la mondialisation de l'espérance [...] doit remplacer cette mondialisation de l'exclusion et de l'indifférence !»

Mettre la solidarité et la fraternité au centre de l'économie

À cet égard, le cardinal souligne que «le cadre de référence conçu par le Pape François pour l'économie se trouve avant tout dans Laudato Si', qui à son tour développe l'encylique Caritas in veritate de Benoît XVI»  Ce sont «les deux grandes encycliques sociales les plus récentes». Benoît XVI a parlé d'une économie dans laquelle la logique du don, le principe de gratuité, qui exprime non seulement la solidarité, mais plus profondément encore la fraternité humaine, doit trouver sa place. François a relancé le thème du développement humain intégral dans le contexte d'une «écologie intégrale», environnementale, économique, sociale, culturelle, spirituelle. L'enseignement social de l'Église, auquel beaucoup reconnaissent la solidité de son fondement et de son orientation, montre qu'elle sait se mettre à jour continuellement pour répondre aux questions de l'humanité avec cohérence et une vision globale.

Aujourd'hui, «la pandémie apporte un choc formidable à tout le système économique et social et à ses certitudes présumées, à tous les niveaux», affirme encore le cardinal Parolin. «Les problèmes de chômage - dénonce-t-il - sont et seront dramatiques, les problèmes de santé publique nécessitent la révolution de systèmes de santé et d'éducation entiers, et le rôle des États et les relations entre les nations changent. L'Église se sent appelée à accompagner le chemin compliqué qui se présente à nous tous en tant que famille humaine». Et «elle doit le faire avec humilité et sagesse, mais aussi avec créativité». Pour le cardinal, en bref, «il existe des principes de référence solides, mais aujourd'hui, une créativité courageuse est d'autant plus urgente, afin que la crise dramatique de la pandémie ne se résolve pas en une terrible tragédie, mais qu'elle ouvre des espaces pour la conversion humaine et écologique dont l'humanité a besoin». » (vaticannews.va)


04 septembre

La Pâques de l’Antéchrist partie III

Suite des analyses du 12 et 14 avril dernier.

Octobre est à nos portes et la rumeur veut que Bergoglio y présente son encyclique sur la fraternité universelle le 4 octobre prochain, fête de Saint-François d’Assise, dernier jour du jubilé de la Terre.

Le vrai visage de François, nous l’avons découvert petit à petit au travers des sept dernières années.

Saint-François d’Assise, le nom de François usurpé par Bergoglio, l’économie socialiste marxiste associé au Saint des pauvres, l’environnement pour la sauvegarde de la maison commune à la manière du Saint d’Assise, le pacte économique de novembre… À Assise.

Tout se tient.

La conclusion de ce pontificat arrive à sa fin.

Pour parodié le Christ, il pourra dire : « tout est accompli ».

Avec son encyclique « Pacem In Terris II », la boucle sera bouclé.

C’est L’Alpha et l’Oméga de Vatican II.

L’Église a son Judas.

103 après le miracle du Soleil soit 3 ans de grâce après les 100 ans accordés à Satan pour détruire l’Église (vision de Léon XIII).

C’est la mort possible des deux témoins de l’Apocalypse, ceux demeurés fidèles à la loi et au prophètes, le clergé et les fidèles.

Le Katéchon, Benoît XVI, en est la tête personnifiée.

Son décès serait le signal visible que nous y sommes.

«  Comment Benoît XVI se prépare à la mort » (benoit-et-moi.fr)

Ce serait le schisme prophétisé par Anne Catherine Emmerich :

« Je vis une forte opposition entre deux papes … et je vis combien funestes seraient les conséquences de cette fausse Église… »

« Quand le royaume de l’Antéchrist sera proche, apparaîtra une fausse religion qui ira contre l’unité de Dieu et de son Église. Cela entraînera le plus grand schisme jamais vu dans le monde. »

La mort de témoins signifie la mort de l’Église où ceux fidèles à la tradition n’auront plus voix. Ils seront réduits au silence. Ils seront une minorité car la majorité catholique silencieuse suivra François dans son projet de fraternité universelle.

D’ailleurs, l’accord historique entre Israël et les Émirats Arabes Unis nous donne le signe qui établit le lien directement avec les prophéties politiques le « Livre Maudit » et « la Foudre en Plein Jour ».

Les sunnites sont de plus en plus unis et vendus au mondialisme babylonien. Les Émirats Arabes Unis ont reçu la permission de survoler l’Arabie Saoudite.

L’entente est surtout militaire, mais on ne le criera pas sur tous les toits.

Israël a une entente pour survoler ces territoires en cas d’attaque sur l’Iran à présent.

Les chiites sont une épine à enlever pour arriver à la grande fraternité universelle.

Est-ce un hasard que l’entente survienne juste après l’attaque à Beyrouth?

Les trois bastions chiites sont le Liban avec le Hezbollah et les gardes révolutionnaires iraniens (débordant sur la Syrie en guerre), une partie de l’Irak, et l’Iran.

Est-ce un hasard de voir le futur « roi jupitérien » Macron faire une deuxième visite au Liban, pour poursuivre ensuite sa route en Irak?

Est-ce un hasard que la grande place de la fraternité universelle prend racine à Abou Dahbi?

La « maison familiale d’Abraham » sera prête pour 2022 (courrieinternational.com).

D’où la nécessité de l’encyclique bergoglienne à venir.

Les trois axes pour la survie de l’élite seront contrôlés :

- le politique et le matériel grâce à la pandémie et à la finance (nouvelle monnaie électronique, krach provoqué (n’oublions par les 33 ans du krach du 19 octobre 1987), etc...),

- la maison commune, la Terre, par les mouvements représentés par François et la fille de Caïn, Greta Thunberg, et finalement,

- le spirituel par la nouvelle religion de l’humanisme, gracieuseté de François.

« Le pape François utilise à nouveau l'épidémie de COVID pour promouvoir l'agenda environnemental mondialiste .

VATICAN CITY, 2 septembre 2020 ( LifeSiteNews ) - Le pape François a déclaré mardi que l'épidémie de virus de Wuhan avait amené l'humanité «à un carrefour» et était un «appel au réveil» pour «redécouvrir des modes de vie plus simples et durables».
La lettre du Pape s'ouvre en reconnaissant 2020 comme le cinquantième anniversaire du Jour de la Terre. Le Pape appelle l'homme à la «repentance» pour avoir «rompu le lien» de sa relation avec la création. Son message est un avertissement adressé aux pays industrialisés, les appelant à la repentance pour avoir été de pauvres gestionnaires des ressources naturelles du monde au milieu de ce qu'il a qualifié d '«urgence climatique».

«Notre mode de vie pousse la planète au-delà de ses limites. Notre demande constante de croissance et un cycle sans fin de production et de consommation épuisent le monde naturel », a déclaré Francis. «La création gémit!» 

Il a en outre averti: «Nous manquons de temps.»

Le Pape a déjà à quelques reprises ( ici , ici et ici ) lié l'épidémie de coronavirus à une réponse de la planète à la pollution de l'environnement.

Dans sa lettre marquant la «Journée mondiale de prière pour le soin de la création», le pape François a appelé à l'adhésion à l'Accord de Paris sur le climat, a exhorté à soutenir les mesures de l'ONU visant à considérer 30% de la Terre comme des habitats protégés et a vanté le prochain sommet sur Biodiversité (COP 15) à Kunming, en Chine, comme un «tournant» dans la «restauration de la terre pour qu'elle soit un foyer de vie en abondance, comme l'a voulu le Créateur».

Il a également appelé à l'annulation de la dette des pays vulnérables en raison des crises médicales, sociales et économiques causées par les verrouillages.

«Aujourd'hui, nous entendons la voix de la création nous exhortant à retourner à notre juste place dans l'ordre naturel créé - à nous rappeler que nous faisons partie de ce réseau interconnecté de la vie, pas ses maîtres», a déclaré Francois. «La désintégration de la biodiversité, les catastrophes climatiques en spirale et l'impact injuste de la pandémie actuelle sur les pauvres et les vulnérables: tout cela est un signal d'alarme face à notre cupidité et notre consommation rampantes.»

Le Pape avait des mots durs pour les entreprises multinationales - et plus largement, les économies occidentales industrialisées - - associant deux fois les termes «superflus» et «destructeur» dans un seul paragraphe pour décrire leur impact sur les pays moins développés.

«La pandémie nous a amenés à un carrefour», a affirmé le pape. «Nous devons profiter de ce moment décisif pour mettre fin à nos objectifs et activités superflus et destructeurs, et pour cultiver des valeurs, des liens et des activités qui donnent la vie. Nous devons examiner nos habitudes d'utilisation, de consommation, de transport et d'alimentation d'énergie. Nous devons éliminer les aspects superflus et destructeurs de nos économies et développer des moyens vitaux pour échanger, produire et transporter des marchandises. »  

Une « crise radicale » et un « changement d'époque »

«Le COVID-19 pousse également l'Église à affiner sa mission», a déclaré le père Augusto Zampini, secrétaire adjoint du Dicastère pour la promotion du développement humain intégral et membre de la commission COVID-19 du Vatican lors d'une table ronde lundi. «L'urgence du COVID-19 pousse le monde vers un scénario différent.»

«L'Église doit répondre à cette crise de manière radicale car c'est une crise radicale», a déclaré le prêtre argentin qui a déclaré que la crise du COVID-19 accélérerait certaines des réformes que le pape François propose pour le monde, selon un rapport d'Inés San Martín à Crux.

La commission COVID-19 du Vatican a été lancée par le pape François parce qu'il est convaincu que l'humanité vit actuellement à «une époque de changement d'époque».

50e anniversaire du Jour de la Terre

La Journée mondiale de prière pour le soin de la création a été instituée par François à la suite de la publication de l'Encyclique Laudato Si ' en mai 2015. La journée de prière du 1er septembre est suivie chaque année par «la saison de la création», qui se termine sur le fête de Saint François d'Assise le 4 octobre.

Le Pape s'est réjoui que le thème choisi pour la célébration de la Saison de la Création 2020 soit «Jubilé pour la Terre» puisque cette année «marque le cinquantième anniversaire du Jour de la Terre», coïncidant avec le cinquième anniversaire de Laudato Si '.

«Un jubilé est le moment de revenir en arrière dans la repentance», a-t-il expliqué. «Nous avons rompu les liens de notre relation avec le Créateur, avec nos semblables et avec le reste de la création. Nous devons guérir les relations endommagées qui sont essentielles pour nous soutenir et soutenir tout le tissu de la vie. »

«Nous nous réjouissons également de voir à quel point l'Année spéciale anniversaire de Laudato Si 'inspire de nombreuses initiatives aux niveaux local et mondial pour le soin de notre maison commune et des pauvres. Cette année devrait déboucher sur des plans d'action à long terme pour pratiquer l'écologie intégrale dans nos familles, nos paroisses et diocèses, nos ordres religieux, nos écoles et universités, nos établissements de santé, commerciaux et agricoles, et bien d'autres encore », a déclaré Francis. 

«Nous nous réjouissons également que les communautés confessionnelles se réunissent pour créer un monde plus juste, pacifique et durable. Nous sommes particulièrement heureux que la saison de la création devienne une véritable initiative œcuménique. Continuons à prendre conscience que nous vivons tous dans une maison commune en tant que membres d'une même famille », a-t-il ajouté. »

N’oublions pas ceci tiré de l’analyse de Mai 2020, où le contre à rebours a commencé :

« En cette journée de la fête de Notre-Dame Auxiliatrice, Secours des chrétiens, François continue dans son voyage œcuménique vers la nouvelle religion mondiale et lance l’ «année Laudato Si».

« Le Pape François lance une année Laudato Si’

Du 24 mai 2020 au 24 mai 2021 aura lieu l’année Laudato Si’. Une initiative annoncée par le Pape François après la prière du Regina Cœli du 24 mai, pour marquer les cinq ans de l’encyclique (vaticannews.va).

Sa prière, une prière œcuménique socialiste, adressé au créateur. »

L’encyclique sur la fraternité à venir est à mettre au même niveau que la trahison de Judas, juste avant la mort des deux témoins.

Dans l’Apocalypse, c’est après cet événement que tout s’accélère, que Babylone la Grande tombe et que les plaies commencent.

Pas avant.

Avant c’est comme NSJC l’a indiqué par rapport au temps de Noé : tous se mariaient, mangeaient, etc. comme si de rien n’était.

Octobre et le mois de Notre Dame du Rosaire, celui qui fait le lien avec le mois de Marie, le mois de Mai, la fête de Notre Dame Auxiliatrice du 24 mai.

Octobre : c’est l’encyclique possible de François, le krach économique possible, la mort des deux témoins possible, le pacte sur l’éducation de François reporté pour cause de pandémie, suivi en novembre par son pacte sur l’économie socialiste.

Octobre : il s’agît de la mort du système, du corps de l’Antéchrist, qui ressuscitera à la manière du phœnix.

Tout cela dans le contexte toujours vivant de la pandémie.

Il n'y a aucun hasard.

Août 2020

31 août

Voilà qui est intéressant.

Une sortie d’un encyclique de Bergoglio le 4 octobre? Fête de Saint-François d’Assise.

A la fin du « jubilé de la Terre » 2020 (egliseverte.org)?

Tout se tient.

Le plan de l’Antéchrist système avec la bête de la mer à la tête du Vatican avance.

« VATICAN CITY, 28 août 2020 ( LifeSiteNews ) – Un évêque italien a déclaré que la prochaine encyclique du pape François portera sur la «fraternité humaine», une vertu laïque prônée par la confrérie maçonnique.
Magazine en ligne franciscain italien Il Cattolico a rapporté que l’évêque Domenico Pompili du diocèse de Riete a déclaré que la prochaine encyclique du pontife paraîtrait bientôt.
«Bientôt, le Pape lui-même publiera une encyclique sur le thème de la fraternité humaine», a déclaré Pompili lors d’ un discours enregistré mercredi.

L’évêque a fait cette remarque en signant la «charte d’intention» avec laquelle il a établi un comité pour la célébration du 800e anniversaire à la fois de la règle franciscaine et du premier «presepe» ou crèche. Saint François lui-même a créé la première scène de crèche dans le village de Greccio en 1223.

L’auteur de l’article, le P. Pietro Messa est certain que cette nouvelle encyclique s’appuiera sur le document sur «la fraternité humaine pour la paix dans le monde» que le pape François a signé avec le leader islamique Ahmad Al-Tayyeb à Abu Dhabi le 4 février 2010.
Mess a également noté qu’il s’agira de la troisième encyclique du pape François, après «Lumen Fidei» en 2013 et «Laudato si» en 2015.
Selon Cindy Wooden du Catholic News Service, le Vatican n’a pas confirmé la déclaration de Pompili.

«Le Vatican n’a pas confirmé qu’une encyclique est en préparation, mais il serait logique qu’une encyclique sociale sur une vision post-COVID se fonde sur l’affirmation que tous les êtres humains ont été créés par Dieu avec une dignité égale et que des solutions au les problèmes les plus urgents du monde doivent être trouvés ensemble et doivent profiter à tous », a-t- elle déclaré.

Le document d’Abu Dhabi du pape François sur la « fraternité humaine » a été largement critiqué pour avoir déclaré, entre autres, que «le pluralisme et la diversité des religions» sont «voulus par Dieu». Cette déclaration est apparue dans le passage suivant:

La liberté est un droit de chaque personne: chaque individu jouit de la liberté de croyance, de pensée, d’expression et d’action. Le pluralisme et la diversité des religions, de la couleur, du sexe, de la race et de la langue sont voulus par Dieu dans sa sagesse, à travers laquelle il a créé les êtres humains . Cette sagesse divine est à l’origine du droit à la liberté de croyance et de la liberté d’être différent. Par conséquent, le fait que les gens soient forcés d’adhérer à une certaine religion ou culture doit être rejeté, tout comme l’imposition d’un mode de vie culturel que d’autres n’acceptent pas.

Certains s’opposent à cette déclaration au motif qu’elle contredit le quatrième concile du Latran et l’enseignement magistral du pape Grégoire XVI au pape Pie XI. L’évêque Athanasius Schneider a déclaré à LifeSiteNews que la phrase était «erronée et contredit la révélation divine, puisque Dieu nous a révélé qu’il ne veut pas de diverses religions, mais seulement une religion […]».
L’historien italien, le professeur Roberto de Mattei, a noté que le mot «fraternité» décrit une vertu séculière prônée par la confrérie maçonnique.

«La fraternité est… un dogme de la franc-maçonnerie, qui dans son idéologie et ses rituels offre une parodie de la doctrine et de la liturgie chrétiennes» , écrivait-il peu après la signature du document d’Abu Dhabi.

«Ce n’est pas un hasard si la Grande Loge d’Espagne, avec ce tweet , a remercié le Pape François pour son Message du 25 décembre 2018,« Todos los masones del mundo se unen a la petición del Papa por ‘la fraternidad entre personas de diversas religions ‘[«Tous les francs-maçons du monde se joignent à la demande du Pape de« fraternité entre les personnes de religions différentes ».»]

La confrérie historiquement anti-catholique est apparemment la déclaration du pontife comme approbation de leur secte. De Mattei a rapporté que les francs-maçons voyaient la référence du pape François à la «fraternité universelle» comme un rejet de l’ avertissement de Léon XIII contre eux. Ils ont écrit:

Dans son message de Noël de la loggia centrale de la Vatican, le pape François a demandé le triomphe de la fraternité universelle entre tous les êtres humains. Fraternité entre les individus de chaque nation et culture. Fraternité entre des personnes aux idées différentes, mais capables de se respecter et de s’écouter. Fraternité entre personnes de religions différentes. (…) Les paroles du Pape démontrent le départ actuel de l’Église par rapport au contenu du genre Humanum (1884), la dernière grande condamnation catholique de la franc-maçonnerie.

«En réalité, la franc-maçonnerie continue d’être condamnée par l’Église, même si les hommes de l’Église, aux plus hauts niveaux, semblent embrasser ses idées», a répondu De Mattei.

«Mais l’enseignement du divin Maître continue de résonner dans les cœurs fidèles: là, l’amour du prochain ne peut se fonder que sur l’amour de Dieu. Et sans référence au vrai Dieu, qui ne peut être aimé que dans l’Arche du Salut de l’Église, la fraternité n’est qu’une parole vide qui cache la haine de Dieu et du prochain.

Reconnaissant la controverse, le pape François a dit par la suite aux pèlerins puis aux évêques qu’ils pouvaient interpréter la déclaration pour décrire la «volonté permissive» de Dieu. »

Quant à la bête de la Terre, le président Macron, il continue de se mettre en évidence avec le dossier du Liban, laissant présager exactement le couronnement du roi jupitérien en décembre selon la prophétie du roi Frédéric de Jean XXIII (Grand Éclair à l’Orient).

D’ailleurs, la tension est à son comble comme jamais autour de Chypre et de la Crète avec la poussée de la Turquie pour les gisements est-méditerranéens.

La Grèce est concernée et l’Italie et surtout la France augmentent la pression militaire de plusieurs crans.

Nous sommes près de la prophétie Prophétie #27 « La foudre en plein jour » (« de la petite île de la Méditerranée ... le premier jour d’Europe).

Avec son nouvel encyclique, Bergoglio est sur le point de franchir la ligne rouge :

Une nouvelle messe œcuménique ou  tout simplement le pouvoir aux évêchés pour une messe selon les coutumes locales.

C’est l’ultime aboutissement de la dilution à la Bergoglio, dilution commencée par l’abolissement du péché avec le jubilé de la miséricorde en décembre 2015 (alors que Klaus Schwab du WEF mettait de l’avant son concept de « 4ème révolution », menant à ce qu’on sait maintenant comme la « grande réinitialisation ». Coïncidence? Sûrement pas puisque ce concept a ensuite été mis de l’avant à Davos en janvier 2016, où l’envoyé de Bergoglio était présent.

Le regretté Serge Monast a toujours affirmé que le religieux domine et mène le politique.

La grande réinitialisation a donc deux volets : le religieux et le socio-économique.

S. Monast affirmait que les chrétiens deviendraient des terroristes à cette période.

Nous y sommes presque.

C’est ce que le l’Apocalypse pointe par la mort des témoins (qui est le prélude à la chute de Babylone; les deux Babylone de Jean XXIII).

Donc Bergoglio a continué la dilution de la doctrine chrétienne catholique avec l’accord avec les luthériens en octobre 2016, l’accord avec l’Islam à Abu Dhabi en février 2019, le synode amazonien introduisant le paganisme au Vatican, etc.

Il prépare le coup de la conclusion de la lettre envoyée aux évêques (dossier traité depuis le retour de ses lettres au 31 juillet dernier).

Il fera ce qu’il a toujours annoncé.

Il va donner le pouvoir aux évêchés. Ils feront la messe comme le veut la coutume locale.

N’oublions pas que Bergoglio s’est retiré comme vicaire du Christ.

La tête n’est déjà plus.

Mais, la présence réelle demeurera toujours, chez les vrais prêtres qui croient à la consécration, tant catholiques qu’orthodoxes.

Les prêtres sérieux et ayant la foi sont et seront capables du miracle de la transsubstantiation.

La deuxième option pour faire taire les témoins ne serait pas nécessairement une nouvelle messe œcuménique mais l’interdiction à la Sainte Communion aux fidèles, tel qu’on la vu lors de la pandémie.

Ils préparent donc probablement quelque chose de plus grand au niveau confinement.

L’idée de Bergoglio est d’en arriver à une nouvelle religion mondiale socialiste de paix centrée sur l’humain via entre autre le réchauffement climatique comme élément moteur. Ce qu’il partage d’ailleurs avec Bartholomé 1er. Les deux ont donc le même but.

« Le respect et la protection de la création font partie intégrante de la foi”, affirme le patriarche Bartholomée (lacroix.com) »

La nouvelle génération est dopée à l’éco-anxiété. Elle est perdue.

L’élite a déjà agitée son épouvantail, la « fille de Caïn », Greta Thunberg, en Allemagne le jour de l’anniversaire du 18 août (jour de grève des étudiant commencé en 2018).

L’avertissement est donné par Mgr Vigano qui voit l’urgence du moment :

« Extraits d’une très longue « Lettre aux mères, « Sauvons nos enfants de la dictature sanitaire! Sauvons l’Italie de la tyrannie mondialiste!

Mgr Carlo Maria Viganò a écrit cette lettre en réponse à une association de parents qui, le 5 septembre prochain, lancera à Rome une initiative pour protéger la santé physique, morale et spirituelle de leurs enfants « contre la dictature sanitaire, financière et judiciaire ».

… Les parents sont responsables, comme droit primaire et inaliénable, de l’éducation de leur progéniture : l’État ne peut s’arroger ce droit, encore moins corrompre leurs enfants et les endoctriner aux principes pervers si répandus aujourd’hui. N’oubliez pas, chères Mamans, que ceci est la marque des régimes totalitaires, et non d’une nation civile et chrétienne. Il est de votre devoir d’élever la voix pour que ces tentatives de vous priver de l’éducation de vos enfants soient dénoncées et rejetées avec force, car vous ne pourrez pas faire grand-chose pour eux lorsque votre foi, vos idées et votre culture seront jugées incompatibles avec celles d’un État impie et matérialiste. Et il ne s’agit pas seulement d’imposer un vaccin à vos enfants et à vos jeunes, mais de les corrompre dans l’âme avec des doctrines perverses, avec l’idéologie du genre, avec l’acceptation du vice et la pratique d’un comportement de péché. Aucune loi ne peut jamais légitimement faire de l’affirmation de la vérité un crime, car l’autorité ultime vient de Dieu, qui est la Vérité suprême elle-même. A l’oppression des tyrans a répondu le témoignage héroïque des Martyrs et des Saints : soyez aujourd’hui encore, avec courage, les témoins du Christ contre un monde qui voudrait nous soumettre aux forces déchaînées de l’enfer !…

Si vous pensez que durant le confinement, tous les traitements pour les malades ont été suspendus, mais que les avortements ont continué à être pratiqués, vous comprenez bien quelles sont les priorités de ceux qui nous gouvernent : la culture de mort ! Quel progrès peut-on invoquer lorsque la société tue ses propres enfants, lorsque la maternité est horriblement violée au nom d’un choix qui ne peut être libre, puisqu’il implique une vie innocente et viole un Commandement de Dieu ? Quelle prospérité notre Patrie peut-elle espérer, quelles bénédictions de Dieu, si des sacrifices humains sont faits dans ses cliniques comme aux temps de la barbarie la plus sanglante ?…

Mais il y a aussi d’autres aspects inquiétants, aujourd’hui proposés, qui concernent non seulement les contenus de l’éducation, mais aussi la manière de participer aux leçons : la distanciation sociale, l’utilisation de masques et d’autres formes de prévention présumée de l’infection dans les classes et les environnements scolaires impliquent de graves dommages à l’équilibre psychophysique des enfants et des jeunes, compromettant la capacité d’apprendre, les relations interpersonnelles entre les élèves et les enseignants, et les réduisant à des automates à qui l’on ordonne non seulement quoi penser, mais aussi comment bouger et respirer. Il semble qu’on ait perdu la notion même de bon sens qui devrait encadrer des choix lourds de conséquences dans la vie sociale et paraissent être un prélude à un monde inhumain dans lequel les parents se voient retirer leurs enfants lorsqu’ils sont considérés comme positifs pour un virus de grippe, avec des protocoles de traitement sanitaire obligatoires appliqués dans les dictatures les plus féroces….

La Santé Mondiale, avec le rôle pilote de l’OMS, est devenue une véritable multinationale dont le but est le profit de ses actionnaires (compagnies pharmaceutiques et fondations dites philanthropiques) et un moyen de poursuivre la transformation des citoyens en malades chroniques…

Mais tout comme dans la société civile nous avons assisté à une perte progressive de responsabilité des individus et des dirigeants dans les différents domaines de la vie publique, y compris les soins de santé, de même dans l’ »église de la miséricorde » née en 2013 l’engagement des Dicastères pontificaux et de l’Académie pour la vie a été adapté à une vision liquide, je dirais perverse car elle nie la vérité, qui épouse les instances de l’environnementalisme, avec de lourdes connotations de malthusianisme. La lutte contre l’avortement, qui s’oppose à la dénatalité poursuivie par le Nouvel Ordre Mondial, n’est plus une priorité pour de nombreux Pasteurs. Lors des manifestations pro-vie – comme celles qui ont eu lieu à Rome ces dernières années – le silence et l’absence du Saint-Siège et de la Hiérarchie ont été honteux !..

N’oubliez pas, chères Mamans, qu’il s’agit d‘un combat spirituel – voire d’une guerre – dans lequel des pouvoirs que personne n’a jamais élus et qui n’ont d’autre autorité que celle de la force et de l’imposition violente de leur propre volonté, tentent de démolir tout ce qui évoque, même de loin, la Paternité divine de Dieu sur ses enfants, la Royauté du Christ sur les sociétés et la Maternité virginale de Marie Très Sainte. C’est pourquoi ils détestent mentionner les mots père et mère ; c’est pourquoi ils veulent une société irréligieuse et rebelle qui se rebelle contre la Loi de Dieu ; c’est pourquoi ils promeuvent le vice et détestent la vertu. C’est pourquoi ils veulent corrompre les enfants et les jeunes, s’assurant des armées d’esclaves obéissants pour un avenir proche dans lequel le nom de Dieu est annulé et le sacrifice rédempteur de son Fils sur la Croix est blasphémé ; une Croix qu’ils veulent bannir, parce qu’elle rappelle à l’homme que le but de sa vie est la gloire de Dieu, l’obéissance à ses Commandements et l’exercice de la charité fraternelle : non pas le plaisir, non pas l’exaltation de soi, non pas la domination arrogante des faibles… » (benoit-et-moi.fr).

Ils l’annoncent. C’est clair. Le vaccin contre le Covid-19 est leur messie, pour le retour à la « normale » dans toutes les relations internationales alors qu’en fait, il s’agît de la victoire de la bête socialo-marxiste. Mais les sans dents seront heureux de retrouver leur semblant de paix dans un nouveau système matérialiste à souhaits, la quatrième révolution industrielle.

Absent, bien-sûr, l’aspect spiritualité, puisqu’il s’agît de la religion de l’homme, on y mentionne tout ce qui concerne les droits humains… ou presque.

À noter aussi que le masque fait partie du plan dans le sens que les sans dents seront heureux de retrouver des relations humaines « normales » après cet épisode d’isolement forcé.

« … L’un des thèmes principaux de l’article était la ` ` plateforme d’intelligence stratégique  » du WEF , que l’organisation décrit comme «  un système dynamique d’intelligence contextuelle qui permet aux utilisateurs de retracer les relations et les interdépendances entre les problèmes, soutenant une prise de décision plus éclairée  »…

Lorsque vous examinez l’intelligence stratégique, un aspect qui devient rapidement apparent est la façon dont chaque problème mondial et chaque industrie s’entremêlent. Par exemple, Covid-19 est un volet de « The Great Reset » et vice versa. Cela donne l’impression que seule une approche collectivisée intégrant toutes les « parties prenantes » a la capacité de faire face aux crises à l’échelle mondiale. Le WEF est fondé sur la conviction que les nations et les entreprises doivent être interdépendantes et chercher à remédier aux problèmes du monde par le biais des institutions mondiales.

Il n’est donc guère surprenant que le WEF ait conçu à travers sa plate-forme d’intelligence stratégique « The Great Reset ». Ce que cela implique peut être divisé en deux parties. Premièrement, les sept principaux objectifs pour réaliser la réinitialisation. Dans aucun ordre particulier, ce sont:

Façonner la reprise économique
Exploiter la quatrième révolution industrielle
Renforcer le développement régional
Revitaliser la coopération mondiale
Développer des modèles commerciaux durables
Restauration de la santé de l’environnement
Reconcevoir les contrats sociaux, les compétences et les emplois

Vient ensuite un mélange de problèmes mondiaux et d’industries intégrés dans le programme « The Great Reset ». Au dernier décompte, il y avait plus de cinquante zones qui composent la réinitialisation.

Ceux-ci inclus:

Blockchain; Identité numérique; Gouvernance Internet; Financement du développement; Le développement durable; Avenir de la santé et des soins de santé; Gouvernance mondiale; Systèmes financiers et monétaires; Finances publiques et protection sociale; Changement climatique; Les drones; 5G; L’océan; Banque et marchés des capitaux; Aviation, voyages et tourisme; Commerce international et investissement; Covid19; Biodiversité; Villes et urbanisation; Leadership dans le 4IR; Géo-économie; Santé mondiale; Sécurité internationale; Géopolitique; Avenir de l’alimentation; La pollution de l’air; impression en 3D; Batteries; Économie circulaire; Avenir de la mobilité; Droits humains; Parité entre les sexes; Imposition; Avenir des médias, du divertissement et de la culture; Économie numérique et création de nouvelle valeur; Quatrième révolution industrielle; L’avenir du progrès économique; Main-d’œuvre et emploi; Gouvernance agile; Risques mondiaux; Fabrication et production avancées; Environnement et sécurité des ressources naturelles; Plastiques et environnement; Gouvernance d’entreprise; Les forêts; Justice et droit; Participation civique; Inclusion LGBTI; Conception inclusive; L’avenir de l’informatique; Intelligence artificielle et robotique; Racisme systémique.

Comme mentionné, tous ces sujets se mélangent à travers l’intelligence stratégique. La distinction vient du fait que le Forum économique mondial a identifié « La Grande Réinitialisation » comme la seule question qui peut lier tous ces autres domaines de préoccupation pour essayer de créer un « nouvel ordre mondial » économique et sociétal . À tel point qu’en annonçant l’initiative en juin, le WEF a confirmé que la réinitialisation serait le thème de sa réunion annuelle de Davos en Suisse en janvier 2021. Les années précédentes, le WEF n’avait publié les détails d’un thème à venir que quelques semaines avant le réunion a lieu. Cette fois, cependant, ils ont donné plus de six mois de préavis, ce qui suggère le niveau d’importance que le WEF a accordé à « La grande réinitialisation »….

Avec des systèmes inadaptés au 21e siècle, Schwab a évoqué l’urgence de « restaurer un système fonctionnel de coopération mondiale intelligente structuré pour relever les défis des 50 prochaines années ». Pour y parvenir, toutes les parties prenantes de la société mondiale devront être intégrées dans une « communauté d’intérêt, de but et d’action communs ». Personne, semble-t-il, ne peut être laissé pour compte. Nous allons ensemble, en tant que collectif, que cela plaise ou non à un individu. Chaque pays devra participer. Chaque industrie doit être transformée. Ceci, selon Schwab, signifiera une grande réinitialisation du capitalisme et une nouvelle ère de prospérité.
Mais que se passe-t-il si toutes les parties prenantes ne se regroupent pas derrière l’initiative? Selon Schwab, être dissocié « conduira à davantage de polarisation, de nationalisme, de racisme, de troubles sociaux et de conflits accrus ». En bref, un niveau plus élevé de chaos et de dégradation des systèmes, laissant le monde plus fragile et moins durable.

Schwab a insisté sur le fait que pour éviter ce scénario, des changements mineurs ne suffiraient pas. Au lieu de cela, « des fondations entièrement nouvelles pour nos systèmes économiques et sociaux » doivent être construites. Covid-19 est donc un « moment historique pour façonner le système pour une ère post Corona ». C’est une opportunité qui, selon Schwab, ne doit pas être manquée.

Schwab est allé plus loin quelques semaines après le lancement du Great Reset. Comme beaucoup le savent, utiliser la crise comme une opportunité pour provoquer des changements économiques et sociétaux majeurs est une stratégie notoire des planificateurs mondiaux. Et de temps en temps, certains de ces planificateurs le suggèrent. Selon Schwab, «les crises aiguës favorisent l’introspection et favorisent le potentiel de transformation ». Le prince de Galles, qui approuve pleinement la Grande réinitialisation, a déclaré quelque chose de similaire en ce sens que «  les ondes de choc sans précédent de crise peuvent rendre les gens plus réceptifs à de plus grandes visions du changement  »….

Dans un discours prononcé lors de la consultation nationale italienne en juin ( Italie, Europe et la reprise mondiale en 2021 ), Georgieva (note: directrice du FMI) a déclaré que Covid-19 «  pourrait avoir accéléré la transformation numérique de deux ou trois ans  ». La peur non prouvée que l’argent liquide soit un transmetteur du virus, ainsi que les personnes dépendant des paiements sans contact et des transactions en ligne, ont sans aucun doute contribué à ses perspectives.

Georgieva met l’accent sur « l’économie de demain », ce qui est une raison suffisante pour elle que «l’ économie d’hier » soit reléguée à l’histoire. Des fondations entièrement nouvelles sont nécessaires, pas une refonte des anciens systèmes défaillants. S’il semble que Georgieva et Schwab lisent le même script, je dirais qu’ils le sont.

Georgieva estime que 2021 est une année décisive pour la grande réinitialisation. Soit le monde choisit plus de coopération, soit plus de fragmentation. Selon elle, « c’est le moment de décider que l’histoire se rappellera de cela comme de la grande réinitialisation, et non du grand renversement ».

Comme vous l’avez peut-être deviné, «  le point d’ancrage le plus important du rétablissement  » est une vaccination contre le Covid-19, qui, espère Georgieva, sera disponible à grande échelle d’ici 2021.

L’implication est que sans vaccin, le monde sera incapable de revenir à un quelconque sens de normalité, en particulier en termes d’interaction ouverte avec votre prochain. Ce n’est qu’avec un vaccin et des traitements complémentaires qu’il peut y avoir un « rétablissement complet ». » (zerohedge.com).

21 août

« Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist » (LaSalette).

Pacte avec les luthériens en octobre 2016, pacte avec l’Islam à Abu Dhabi en février 2019, synode amazonien introduisant le paganisme à la basilique Saint-Pierre, questionnaire douteux envoyé aux évêques (fsspx.news) sur l’utilisation ou non de la messe traditionnelle (questionnaire retourné le 31 juillet et dont la révélation aura lieu incessamment. Mais la réponse est simple puisque Bergoglio a toujours dit qu'il permettra aux évêques de célébrer la messe comme ils le veulent, selon la coutume locale)…

Tous des purs produits dilution sortie de l’imagination de Bergoglio cherchant à réduire la célébration eucharistique à une simple commémoration, au nom de l’œcuménisme et de la nouvelle paix mondiale.

Ce sont toutes de preuves de la présence de la l’Antichrist sur le trône. Aucun doute.

« A quoi sert cet homme ? » clame Aldo Grandi (via benoit-et-moi.fr).

« Un pape inutile. Alors que les églises brûlent ou deviennent des mosquées...

Un pape inutile. C’est ce que pense désormais la grande majorité des catholiques et des chrétiens, qui ont conservé une once d’autonomie de pensée et d’indépendance de jugement. Un pape, Bergoglio, qui ne parvient pas à donner à ses fidèles ce sentiment de sécurité et de protection qu’au contraire et surtout, en ces temps, ils méritent et dont ils ont besoin. A l’inverse, non seulement le pape François ne défend pas la religion dont il est, jusqu’à preuve du contraire, le plus haut représentant et la plus haute expression, mais il tue, jour après jour, son caractère sacré par un comportement quotidien dévastateur…

Qu’attend le pape Bergoglio, ce berger d’âmes craintives et prêtes au martyre, pour se rendre sur le terrain avec son autorité et redonner dignité et force à un message chrétien désormais réduit à celui d’une ouverture sans discernement et d’un accueil à quiconque débarque sur nos rivages ?
Les églises en Occident sont outragées presque quotidiennement, mais depuis Rome tout est silencieux, pas un mot n’est élevé contre cette barbarie et les laïcs progressistes d’une gauche malade et bâtarde font comme si de rien n’était et ferment les yeux en sonnant à tout bout de champ l’alarme fasciste comme si c’étaient des hommes blancs en chemise noire qui mettaient le feu aux maisons du Christ…

L’Église et le pape François ont perdu leur caractère sacré et se sont réduits à l’état laïc à l’instar d’une confrérie miséricordieuse.

Pas un mot, de la part du Saint-Père, sur la cathédrale de Nantes, comme s’il s’agissait d’un banal feu de broussailles alors qu’au contraire, des siècles d’histoire et d’art, de beauté et de christianisme ont été réduits en cendres.

À quoi sert, vous demandez-vous, un tel homme?

Nous, la réponse, nous l’avons toujours eue.»

En fait, la réponse est qu'il est très utile au plan judéo-maçonnique puisqu’il en fait partie intégrante.

Le mondialisme est une façade pour la société socialiste rêvée par les générations de familles élitistes.

Tous égaux.

Sauf pour la clique qui domine.

Le dauphin de Bergoglio, le cardinal Pietro Parolin, a été très clair à ce sujet lors de sa présence à Lourdes.

Le discours est truffé d’allusions socialistes, demandant aux traditionalistes conservateurs de renier le passé et de se tourner vers l’avenir.

Un discours très en accord, sans surprise, avec la « grand réinitialisation » annoncée par les élites de Davos.

Un élément commun caractérise l’église conciliaire et le pandémie : la peur.

La peur par la maladie (sauvée par un vaccin miracle qui fera plus de torts que de bien? Nous verrons), la peur par les épouvantails du banditisme par le chaos et du changement climatique, la peur pour faire accepter et mieux contrôler.

« Présent à Lourdes pour présider les célébrations de la solennité de l’Assomption, le cardinal Pietro Parolin a rencontré ce samedi les Augustins de l’Assomption, qui sont à l’origine du pèlerinage national et qui fêtent cette année le 175e anniversaire de leur fondation.

L’occasion pour le secrétaire d’État du Saint-Siège de développer une réflexion sur le «changement de mentalité pastorale» qui doit guider désormais l’évangélisation de nos sociétés.

Il y a 175 ans, le vénérable Emmanuel d’Alzon fondait la famille des Augustins de l’Assomption, lui assignant des «buts apostoliques» à travers l’éducation, la formation du clergé, l’organisation des pèlerinages de groupes, ou encore la création de journaux et périodiques qui puissent participer à la formation d’une opinion publique catholique.

Le cardinal Parolin distingue «un lien», «un fil rouge» entre l’époque de cette fondation et «notre vie quotidienne contemporaine», à savoir «la fin du régime de chrétienté qui a caractérisé de diverses façons l’histoire à partir du IVe siècle». Le père d’Alzon, né immédiatement après la Révolution française, a vécu dans un monde en mutation, note le secrétaire d’État qui souligne que cette mutation n’est pas terminée. «Nous aussi nous faisons partie d’un monde où le régime de chrétienté de notre enfance, de notre adolescence et de notre jeunesse (…) a fait place à une véritable transformation anthropologique dont nous sommes bien loin de voir les ultimes résultats».

Un nouveau commencement.

Face à une telle situation, il existe deux types de comportements : «soupirer après le « beau passé » qui n’est plus là ; ou bien se mettre en route pour semer les processus d’un nouveau commencement». La présence des Augustins de l’Assomption témoigne aujourd’hui encore du choix du père d’Alzon, qui ne s’est pas complu dans un regret du passé, mais s’est évertué à se mettre en mouvement, «pour que la fin puisse devenir un nouveau commencement». C’est précisément ce discernement, que prône à son tour le Pape François, qui permet aujourd’hui aux assomptionnistes de se retrouver «au cœur même de l’Église non pas comme un « groupe de professionnels », mais comme une « famille de frères » ; non pas comme une ONG – dirait encore le Pape François – mais comme une véritable communauté de foi, qui dans la foi attend et prépare patiemment son retour glorieux»…

La marginalisation de Dieu nous permet enfin de méditer «sur la dernière place qu’Il a choisi pour Lui et ses témoins» ; «c’est cela la vraie « réserve de grâce » qui empêche l’idolâtrie et rend actifs dans les domaines complexes du dialogue œcuménique et du dialogue interreligieux», observe encore le secrétaire d’État. De même, «seul un Dieu marginalisé, nié et ridiculisé est en mesure de nous rendre solidaires avec les pauvres et les exclus de ce monde ; et avec la même « maison commune » qui est notre planète, blessée par des systèmes économiques rapaces et par les organisations criminelles».» (vaticannews.va).

Que les témoins se lèvent!

Les chrétiens catholiques sont visés.

Soyons forts dans la foi et dans l’espérance de voir NSJC confirmer sa présence sur le trône suprême.

Car c’est ce que l’ennemi tente de nous faire croire.

« Mgr. Viganò: le Christ-Roi a été «  détrôné  » non seulement «  de la société mais aussi de l’Église  »
12 août 2020 ( LifeSiteNews ) – L’archevêque Carlo Maria Viganò, dans une méditation prononcée lors de la récente réunion annuelle du personnel de LifeSiteNews, a décrit à quel point la royauté du Christ est importante et comment elle a été minée dans la société, sous l’influence de forces maçonniques. Mais aussi dans l’Église, a-t-il ajouté, la monarchie papale et avec elle la royauté du Christ ont été sapées depuis le Concile Vatican II.

«Et quand Paul VI déposa le triple diadème royal avec un geste ostentatoire», expliqua le prélat italien dans sa méditation (voir le texte intégral ci-dessous), «comme s’il renonçait à la monarchie sacrée par procuration, il enleva aussi la couronne de Notre-Seigneur, confinant Sa Royauté à une sphère purement eschatologique. Comme preuve de cette diminution de la royauté sociale du Christ – également au sein de l’Église – Viganò indique que la liturgie de la fête du Christ-Roi a été déplacée à la fin de l’année liturgique, lui donnant ainsi une dimension plus eschatologique, y donnant moins de sens dans notre vie quotidienne.

Dans la première partie de sa réflexion, que Mgr Viganò a livrée par téléphone à une quarantaine de membres de l’équipe LifeSiteNews lors de notre réunion annuelle du 6 août, il a évoqué la fête de la Transfiguration de Notre-Seigneur de ce jour-là. Se référant au passage scripturaire parlant de cet événement, ainsi qu’à d’autres passages scripturaires, le prélat italien a alors établi la royauté du Christ sur l’humanité. Il a explicitement choisi ce sujet pour sa méditation pour LifeSite, «parce que je crois que d’une certaine manière le point focal de notre et de votre engagement en tant que catholiques peut y être résumé; non seulement dans la vie privée et familiale mais aussi et surtout dans la vie sociale et politique. »

Avec lui, le prélat nous a rappelé que toute l’humanité est appelée à suivre le Christ et ses commandements, ou, comme le dit la prière du Notre Père, «Que ta volonté soit faite, sur terre comme au ciel». Viganò nous a donc appelé à «raviver notre foi en la royauté universelle de notre divin Sauveur», et il a ajouté plus tard qu’il «n’est pas possible de remettre en question le caractère royal de l’œuvre de Jésus-Christ. Il est roi.
Après avoir établi et rappelé ces faits cruciaux, Mgr Viganò a ensuite décrit notre situation actuelle. «La fureur de l’ennemi, qui hait la race humaine», expliqua-t-il, «se déchaîne principalement contre la doctrine de la royauté du Christ, parce que cette royauté est unie dans la personne de notre Seigneur, vrai Dieu et vrai homme. La laïcité du XIXe siècle, alimentée par la franc-maçonnerie, a réussi à se réorganiser en une idéologie encore plus perverse, puisqu’elle a étendu le déni des droits royaux du Rédempteur non seulement à la société civile mais aussi au Corps de l’Église.  »

C’est-à-dire que non seulement la royauté du Christ a été de plus en plus niée dans la société civile, mais aussi dans l’Église catholique. Ici, Viganò a souligné le Concile Vatican II qui a sapé, en affaiblissant le principe de la monarchie papale (c’est-à-dire en renforçant l’aspect de la collégialité), la Royauté du Christ, puisque le Pape est le vicaire du Christ sur terre.

A déclaré le prélat:

Cette attaque a été consommée avec le renoncement par la papauté au concept même de cette royauté par procuration du pontife romain, apportant ainsi au cœur même de l’Église les exigences de démocratie et de parlementarisme qui avaient déjà été utilisées pour saper les nations et l’autorité de dirigeants. Le Concile Vatican II a considérablement affaibli la monarchie papale à la suite du déni implicite de la royauté divine du Souverain Sacrificateur éternel, et ce faisant, a infligé un coup de maître à l’institution qui jusqu’alors avait été un mur de défense contre la sécularisation de la société chrétienne.

En affaiblissant la «souveraineté du Vicaire», les «droits souverains du Christ sur son corps mystique» ont été affaiblis. Ici, Mgr Viganò évoque un acte important et symbolique du Pape Paul VI le 13 novembre 1964, lorsque le Pape a enlevé sa couronne papale de sa tête et l’a placée sur l’autel, devant 2000 évêques. Comme le dit un article d’ Aleteia : «Après une messe à laquelle assistaient 2 000 évêques, le pape se leva de sa chaise et posa solennellement sa tiare sur l’autel. Selon les informations de l’époque, le Pape Paul VI aurait été poussé à faire le geste par des discussions sur la pauvreté dans le monde lors des réunions du Concile œcuménique Vatican II.

L’archevêque Viganò, dans ses méditations, a commenté cet événement comme suit: «Et quand Paul VI déposa le triple diadème royal d’un geste ostentatoire, comme s’il renonçait à la monarchie sacrée par procuration, il enleva également la Couronne de Notre-Seigneur, confinant SaRoyauté à une sphère purement eschatologique. La preuve en est les changements significatifs apportés à la liturgie de la fête du Christ-Roi et son transfert à la fin de l’année liturgique.

Le prélat a alors également réfléchi à la question de savoir si les Pères du Concile savaient qu ‘«ils ont en fait évincé Notre Seigneur Jésus-Christ, le dépouillant de la Couronne de sa Royauté sociale? Cet acte a cependant eu de graves conséquences. Aux yeux de Viganò, «l’autorité conférée par Notre Seigneur au prince des apôtres a pratiquement disparu». Au lieu de parler avec autorité et infailliblement, les papes post-conciliaires ont plutôt choisi de parler «en faveur de la pastoralité qui a créé les conditions de formulations équivoques qui sont fortement soupçonnées d’hérésie sinon carrément hérétiques».

L’archevêque italien et ancien nonce papal de Washington, DC a conclu: «Nous ne nous trouvons donc pas seulement assiégés dans la sphère civile, dans laquelle pendant des siècles les forces obscures ont refusé le doux joug du Christ et imposé la tyrannie haineuse de l’apostasie et du péché sur la nations; mais aussi dans la sphère religieuse, dans laquelle l’Autorité se démolit et nie que le Roi Divin règne aussi sur l’Église, ses pasteurs et ses fidèles.

La conséquence de cet abandon de la Royauté sociale du Christ est, selon Viganò, la tyrannie: «Dans ce cas également, le doux joug du Christ est remplacé par la tyrannie haineuse des Innovateurs, qui avec un autoritarisme pas différent de celui de leur les homologues laïques imposent une nouvelle doctrine, une nouvelle morale et une nouvelle liturgie dans laquelle la seule mention de la royauté de Notre-Seigneur est considérée comme un héritage maladroit d’une autre religion, d’une autre Église.
Cette nouvelle église peut être caractérisée par «le clergé qui scandalise les fidèles par leur conduite morale répréhensible, répandant l’hérésie depuis les chaires, favorisant l’idolâtrie en célébrant la pachamama et le culte de la Terre Mère au nom d’un éccologisme d’une matrice clairement maçonnique , » il ajouta.

Mais l’archevêque Viganò ne nous laisse pas ces idées pénibles; au contraire, a-t-il déclaré, «nous avons la joie et l’honneur de reconstruire». Il y a «une nouvelle génération de laïcs et de prêtres» qui «participe avec zèle à cette œuvre de reconstruction de l’Église pour le salut des âmes». Ils se permettent, faibles et humbles qu’ils soient, d’être «utilisés par Dieu comme des instruments dociles entre ses mains». Avec notre humilité et notre docilité, a expliqué le prélat, nous pouvons contrer ceux qui «se rebellent contre le roi dans une illusion de toute-puissance, prononçant leur propre non serviam ». Ici, Notre-Dame sera à nos côtés. Viganò a poursuivi en disant qu ‘«il ne peut y avoir de royauté du Christ sans la douce et maternelle royauté de Marie».» (lifesitenews.com – traduction).

07 août

Mélanie de La Salette :

« L’Église sera éclipsée, le monde sera dans la consternation. Mais voilà Enoch et Elie remplis de l'Esprit de Dieu ; ils prêcheront avec la force de Dieu, et les hommes de bonne volonté croiront en Dieu, et beaucoup d'âmes seront consolées ; ils feront de grands progrès par la vertu du Saint-Esprit et condamneront les erreurs diaboliques de l'antéchrist. »

Voilà la période que nous vivons. C’est encore plus vrai depuis le confinement dû à la pandémie, l’interdiction du culte et la vague de destructions des symboles chrétiens un peu partout dans le monde.

Le mot important dans cette prophétie est « éclipsée ».

Car une éclipse solaire, cela ne dure jamais longtemps.

C'est la preuve que NSJC ne nous laisse pas tomber. L’Église renaîtra comme indiqué par les prophéties de l'Église de Jean XXIII.

L’élite verra son monde s’écrouler.

Le Père les prendra aux mots avec leur « grande réinitialisation ».

Ce n’est pas la leur qui triomphera, c’est la « Jérusalem Céleste » qui prendra place.

Le père Nectou affirmait qu’: « iI y aura alors un moment si affreux qu’on se croira à la fin du monde…, mais les méchants ne prévaudront pas. Ils auront bien l’intention de ruiner l’Église, mais ils n’en auront pas le temps, car cette crise épouvantable sera de courte durée, et ce sera au moment où l’on croira tout perdu que tout, sera sauvé. Quand cette crise arrivera, il n’y aura rien à faire, sinon de persévérer dans la prière…»
Après « ...tout rentrera dans l’ordre; justice sera faite à tout le monde et la contre-révolution sera accomplie, et alors le triomphe de l’Église sera tel qu’il n’y en aura jamais eu de semblable, parce que ce sera le dernier triomphe de L’Église sur la terre. »

Mais auparavant, il faudra faire face à la « grande réinitialisation » judéo-maçonnique pour un cours laps de temps, le temps de laisser croire à Satan qu'il triomphe.

La « grande réinitialisation » c’est « le remplacement des idées, des institutions, des processus et des règles actuelles » selon le livre de Klaus Schwab (grand patron de la World Economic Fundation, ou Davos; voir analyses précédentes).

Vous avez bien lu.

Dans le changement pour la gouvernance mondiale au profit de l’élite, on ne change pas seulement les institutions et les règles, mais aussi LES IDÉES.

Les « idées », c’est quand on s’approprie le droit de penser à la place de l’autre, quand on veut lui imposer ce qui est « bon » pour lui.

Ce qui se fait par l’établissement d’une nouvelle morale, à partir d’un climat de peur, la mise en place de la nouvelle religion humaniste.

Voici ce que le général Michael Flynn, ancien Directeur à la Sécurité Nationale, confirme à ce sujet, et qui par le fait même entrevoie la prophétie politique de Jean XXIII les « États-Unis libérés » :

« Ceci est ma lettre à l'Amérique.

Nous assistons à une attaque vicieuse par des ennemis de tout ce qui est bon, et notre président doit agir d'une manière sans précédent depuis des décennies, voire des siècles.

La nature biblique du bien contre le mal ne peut être écartée lorsque nous examinons ce qui se passe dans les rues d'Amérique.

C'est le marxisme sous la forme d'  antifa  et le   mouvement Black Lives Matter contre nos professionnels de l'application de la loi très compétents et très sous-estimés, dont la grande majorité se bat pour nous fournir des maisons, des rues et des communautés sûres et sécurisées.

Lorsque le destin des États-Unis est en jeu, et c'est le cas, l'avenir même du monde entier est menacé.

En tant que  chrétiens , ne devrions-nous pas agir? Nous reconnaissons que la Providence divine est le juge ultime de notre destin.

Accomplissant notre destin en tant que nation épris de liberté, la Providence nous oblige à faire notre part dans nos communautés.

Il nous encourage dans cette bataille contre les forces du mal à affronter nos peurs de front. Aucun ennemi sur terre n'est plus fort que les forces unies d'un peuple craignant Dieu et épris de liberté.

Nous ne pouvons plus prétendre que ces forces obscures vont disparaître par la seule prière. Les prières  comptent, mais une action est nécessaire.

Cette action est nécessaire aux niveaux local, étatique et fédéral. Une action est également requise dans les domaines économique, médiatique, clérical et ecclésiastique.

Décidez comment vous pouvez agir selon vos capacités. Levez-vous et exprimez vos croyances. Soyez fier de qui vous êtes et de ce que vous représentez. Et affrontez de front ces «dirigeants» de la communauté qui sont prêts à permettre aux forces obscures d'aller au-delà des manifestations pacifiques et de détruire et de violer votre sûreté et votre sécurité.

Les églises et les lieux de culte doivent revenir à la normale. Nous invitons toute personne de bonne volonté à ne pas se soustraire à ses responsabilités et à agir plutôt de manière fraternelle. Si pour aucune autre raison ou sans autre capacité, agissez dans un esprit de charité.

Nous ne pouvons pas manquer de respect ou ignorer la loi naturelle ainsi que nos propres libertés et libertés religieuses.

Je vois des personnes âgées perdre leur lien avec tout ce qui est bon dans leur vie: des liens avec leur foi, leurs familles et leurs libertés individuelles, en particulier le simple fait d'  aller à l'église , ce qu'elles font depuis des décennies.

Ne soyons pas intimidés et ne craignons pas ceux qui crient que nous sommes en minorité; nous ne sommes pas.

Le bien est toujours plus puissant et prévaudra sur le mal.

Cependant, le mal réussira à un moment où les bonnes personnes seront séparées les unes des autres et de leur vie personnelle - les enfants éloignés de leurs enseignants, les prédicateurs de leurs congrégations, les clients de leurs entreprises locales.

L'Amérique ne cédera jamais au mal. Les Américains travaillent ensemble pour résoudre les problèmes.
Nous ne permettons et ne devons jamais permettre à l'anarchie et aux forces perverses qui la sous-tendent d'opérer dans aucune rue de notre nation.

Personne ne devrait avoir à craindre pour sa vie même parce qu'une force sombre et perturbée est mise au défi par l'essence même de ce que représente l'Amérique.

Nous sommes «une seule nation sous Dieu» et ce sont nos  libertés individuelles  qui nous rendent forts, et non les libertés accordées à notre gouvernement. Notre gouvernement n'a aucune liberté à moins et jusqu'à ce que «nous le peuple» le disions.

Que Dieu bénisse l'Amérique et soutenons tout ce qui était et est bon dans nos vies, dans nos communautés et dans notre pays.
Sinon, l'Amérique en tant que véritable étoile du nord de l'humanité cessera d'exister telle que nous la connaissons. » (zerohedge.com)

Explosion à Beyrouth: Grand Éclair à l'Orient?

Probablement que cela est juste un avant-goût de cet événement.

Une chose est sûre par contre.

Le « roi jupitérien » s'est positionné à l'avant plan avec sa visite rapide...

Et cela va dans le sens des dernières analyses.

01 août

LES GRANDS MARQUEURS DU TEMPS

C’est le nom qui est donné à la grande conjonction Saturne-Jupiter dont nous avons fait mention dans la dernière analyse.

Loin l’idée de faire ici de l’astrologie. Il s’agît plutôt de constats ainsi que de faire référence aux mages qui ont visité le Christ s’incarnant sur Terre, ainsi qu’à l’élite occulte qui utilise ces signes du ciel pour avancer dans son plan pour l’entrée en scène de leur messie.

La comparaison est inévitable puisque Kepler a établi que le signe du ciel ayant guidé les mages a probablement été la grande conjonction en l’an -6.

À cause du phénomène de rétrogradation des planètes (elles ne tournent pas toutes à la même vitesse), il n’y a pas eu une mais trois grandes conjonctions en mai, octobre et décembre -6.

Le Dieu trinitaire s’incarnait (la conjonction eu lieu dans la constellation des poissons) et cette particularité a sûrement éveillée les mages :

« Les Rois Mages auraient en effet pu se mettre en marche au moment de la première conjonction, s’arrêter à Jérusalem dans un deuxième temps et repartir pour Bethléem à la troisième conjonction », analyse Philippe de la Cotardière… » (lacroix.com).

(Comparaisons des grandes conjonctions de décembre -6 et décembre 2020)


Pour les mages, ou l’élite occulte, la planète Jupiter c’est le créateur, celui qui sacre les rois. Saturne étant celle qui marque la fin et le début d’un cycle ou la grande faucheuse.

Une grande conjonction est donc une événement important à leurs yeux.

On peut faire les constats suivants de quelques unes: moins d’un mois avant le décès de Clovis en 511 ou quelque semaines après le décès de Napoléon 1er en 1821 par exemple.

La grande conjonction du 21 décembre 2020 verra les deux planètes s’approcher à moins de 1/10 de degrés! Ce qui est exceptionnel.

Du jamais vu depuis 1623.

Fait intéressant, la grande conjonction du 13 juillet 1623 précédait de trois jours le conclave convoqué après la mort du pape Grégoire XV, conclave particulier car la malaria (on pourrait comparer à la Covid-19 si conclave il y avait en 2020, qui sait?) était présente de sorte que le futur pape Urbain VIII en a été gravement atteint et que 9 cardinaux en sont décédés suite au conclave.

Ci-joint, l’image comparant la grande conjonction de 1623, à celle de 2020. On peut constater que Jupiter et Saturne ne font qu’un pour l’observateur terrestre, bien meilleure qu’en 1623.

Pour l’élite occulte donc, une grande conjonction peut-être l’occasion du « sacre d’un roi ».

Et ce roi jupitérien, on le sait avec une certaine probabilité, est la bête de la Terre, Emmanuel Macron.

Si c’est le cas, c’est donc dire que le « Grand Éclair à L’Orient » est très très proche.

Jean XXIII en fait l’avertissement par contre : « Ce n'est pas le temps d'un roi, ce ne l'a jamais été. Depuis la mort de Frédéric, chaque roi est usurpateur. Que le roi s'en aille, reste le peuple. L'Europe a soif, elle aura du sang dans les rues. »

L’automne sera chaud.

Car c’est aussi la prophétie « Le Temps est Proche » où l’Église n’a plus de père, et où deux empereurs décèdent.

C’est bel et bien la possibilité très forte cachée derrière la « grande réinitialisation ».

Juillet 2020

29 juillet

LES SIGNES DU CIEL… PRÉVISIBLES.

Si les comètes sont imprévisibles, il en est autrement du mouvement des planètes et des conjonctions de celles-ci.

Les planètes et les chiffres occupent une grande importance pour l’élite judéo-maçonnique.

On se souvient tous de Christine Lagarde qui lors du 15 janvier 2014 a prononcé un discours truffé de mentions du chiffre 7 « magique », important dans certaines religions, etc.

Le 7, c’est le chiffre de l’accomplissement.

Et le 23 janvier 2014, lors de la rencontre de Davos, elle mettait de l’avant pour la première fois la notion de « réinitialisation » ou « reset ». (lefigaro.fr).

C’est une preuve parmi tant d'autres que l’élite suit un plan déterminé, et dans ce plan, la chute de Babylone la Grande est prévue, voulue, pour renaître comme le phœnix, glorifiant Satan dans sa résurrection du système Antéchrist.

Cette chute, on la connaît maintenant, est sur le point de se produire, car 2014 plus 7 années nous mènent exactement à la grande messe de Davos de l’élite du 26 janvier 2021.

En arrière plan, on ne l’oublie pas, Satan qui mène le bal avec ses sbires de la judéo-maçonnerie, de l’axe anglo-sioniste surtout.

Nous avions vu dans les analyses de mai et juin dernier que la planète Vénus est étroitement reliée à la judéo-maçonnerie, à la kabbale talmudiste.

Vénus a un cycle de 8 ans qui est extrêmement important à leurs yeux.

« ... Dans son cycle de 8 ans Vénus est 4 fois Étoile du soir et 4 fois Étoile du matin. Le matin elle se lève toujours avant le Soleil en retrouvant approximativement la même place.

Mais tous les 8 ans elle retrouve sa place exacte. C’est la qu’elle est la plus basse et la plus brillante. Elle se lève 24 minutes avant le Soleil.  C’est sa position qui est considéré comme la plus sacrée.  C’est ce jour là, à cette heure là qu’il faut naître où renaître. » (ledifice.net).

Pour un observateur terrestre, la position dans le ciel de Vénus au long de ces 8 années forme un pentagramme ou une étoile à cinq branches, ou le symbole de Baphomet (wikimedia.org) (autre exemple: fr.wikipedia.org).

Nous nous rappelons (analyses de mai-juin) que Vénus est passée d’une étoile visible le soir à une étoile visible le matin.

C’est la marque du début d’un nouveau cycle de 8 ans, parce qu’il y a eu conjonction inférieure avec le Soleil.

Le 3 juin 2020 exactement.

Or, quand est-ce que l’élite a annoncé le grande messe de Davos 2021, sous le thème de « grande réinitialisation »?

Et oui. Le 3 juin.

C’est donc dire que le dernier cycle s’était amorcé le 5 juin 2012, avec un fait rarissime, le passage de la planète devant le disque solaire tout comme en 2004 (normalement, la durée entre deux transitions devant le Soleil est de 105 à 121 ans en moyenne!) (espacepourlavie.ca).

(Mai 2012, ce fut les fuites du Vatican qui ont mené à la démission de Benoît XVI puis de l’élection de Bergoglio en 2013. Le pion était en place au Vatican. Finalement.)

C’est donc dire que l’élite judéo-maçonnique a eu ses signes dans le ciel pour passer à la grande finale du plan mondialiste.

La pandémie est évidemment liée à la chute imminente de Babylone la grande.

Le grand manitou de la World Economic Forum chapeautant Davos 2021 a écrit un livre au titre explicite et, il n’y a pas de doutes: « COVID-19: The Great Reset » (amazon.com).

Or, tout juste avant la rencontre de janvier, soit le 21 décembre 2020, il y aura une grande conjonction Jupiter-Saturne.

Une telle conjonction arrive à tous les 20 ans.

Mais celle de cette année est très spéciale.

Les deux planètes seront tellement proches que la dernière fois où l’humain en a été témoin est en 1623! (earthsky.org).

Jupiter pour la maçonnerie, c’est le roi des planètes, le créateur, celui qui apporte la vie.

Et Saturne pour la maçonnerie, c’est la faux et le sablier, le temps et la grande faucheuse.

Elle représente la fin et un nouveau début.

« Saturne, ancien dieu romain de l'agriculture et du temps, armé d'une faux, prend d'un côté (temps, mort, épidémies...) et rend de l'autre (moisson, été, abondance) sans distinction également. La faux pourrait donc comprendre une notion d'égalité. » (fr.wikipedia.org).

D’égalité, d’humanisme, nivellement par le bas, disparition de la classe moyenne…

L’élite dominante, et les goys.

Le peuple prêtre, et les serviteurs de la porte.

Heureux hasard… La nouvelle de la pandémie a frappé le monde occidental en début décembre 2019.

Or, le 11 décembre 2019, il y avait une conjonction Saturne-Vénus, deux planètes extrêmement importantes pour la judéo-maçonnerie : Vénus qui éclaire, et Saturne la grande faucheuse.

Macron, le roi jupitérien, est né le 21 décembre 1977 et il aura donc 43 ans le 21 décembre prochain.

Comme Christine Lagarde et son discours sur le 7 en 2014, le chiffre de l’accomplissement, le 7 est omniprésent en ce 21 décembre 2020.

Le fameux calendrier maya avait fait craindre le pire pour certains. La fin du monde en 2012.

Satan est le maître de l’inversion et ce n’est pas 2012 qui était important.

L’élite le savait en déclarant le compte à rebours en 2014.

C’était la « grande réinitialisation ».

En 2021.

23 juillet

Retour sur la grande « réinitialisation » prévue en janvier 2021 à Davos  par le Forum Économique Mondial…

Preuves que nous avons à l’œuvre les deux Babylone citées par Jean XXIII, où il appelle la Sainte Vierge à abattre ces deux dernières (ce qui marque le décès de Benoît XVI car il s’agît de la prophétie le concernant).

La chute de Babylone la Grande est pour le catholique source d’espérance car dans l’Apocalypse elle tombe… AVANT le Jugement, avant le retour de NSJC.

Car, en chutant et en essayant de renaître, en imitant la Pâques de NSJC, la bête système, l’Antéchrist système, veut proclamer son cris de victoire, celui de Satan!

Et c’est là qu’arrive sa fin.

Voilà donc que nos élites vont faire chuter Babylone la Grande intentionnellement pour pouvoir reconstruire sur ses cendres: un pouvoir centralisé, une crypto monnaie unique (ce que la Banque d’Angleterre avance très prochaine sans cachette), et une religion unique.

Nous savons laquelle.

Comprenez-bien qu’ils ne vont pas réussir; ou cela ne sera qu’un colosse aux pieds d’argile, pas pour longtemps.

Là est leurs intentions mais cette échéance qu’ils proclament dans tous les médias maintenant nous permet de croire que NSCJ et la Sainte Vierge Marie interviendront peu après la chute de Babylone pour empêcher le petit reste de périr.

La chute de Babylone la Grande ne peut se faire que par la chute du système financier.

« " Malheur ! Malheur ! O grande ville, Babylone, ô puissante cité, en une heure est venu ton jugement ! " Et les marchands de la terre pleurent et sont dans le deuil à son sujet, parce que personne n'achète plus leur cargaison » (Apocalypse).

Or, le lundi noir du 19 octobre 1987 représente pour l’élite une date importante. Cela fera 33 ans.

Singeant le Christ, le système est prêt pour sa mort et sa résurrection.

Nous avions analysé une Pâques possible de l’Antéchrist les 12 et 14 avril  derniers et titré d’ « acte final » l’analyse du 16 avril.

La ligne a été tirée, la date choisie par l’élite, et il semble donc logiquement que celui qui leur faisait obstacle depuis un bout est une affaire réglée selon eux.

Cette date, le président français la connaît.

Il ne s’en était pas caché en avril dans un discours où il mentionnait qu’il y aurait un avant et après 11 mai 2020, en faisant référence au nouveau système post-covid élaboré par l’élite.

Et voilà que nous apprenons que la franc-maçonnerie française élabore un document pour la grande réinitialisation pour le président Macron.

« La pandémie ayant montré les fragilités de «l'ordre mondial», le Grand Orient élabore des propositions à l'adresse du chef de l’État dans des domaines variés pour édifier une «utopie constructive», selon un document consulté par Le Figaro. » (francais.rt.com)

Fouler aux pieds la Fille Aînée de l’Église, et abattre le Vatican…

Ils ne peuvent plus le cacher. C’est bien les seuls obstacles à leurs idéaux.

Mais voilà aussi que la Babylone Vatican rejoint la Babylone Nations-Unies dans cette grande « réinitialisation »:

« La Commission COVID-19 du Vatican fait écho aux préoccupations environnementales mondialistes, en marge des sacrements.

Un tel discours pacifiste semble joli de l’extérieur, mais il rappelle le mouvement de désarmement pendant la guerre froide.

17 juillet 2020 ( LifeSiteNews ) – Le Vatican ajoute sa voix à celle d’institutions mondialistes telles que les Nations Unies et le Forum économique mondial en vue d’une «action collective» pour la reconstruction de la société – ou plutôt, la construction d’une nouvelle société avec de nombreuses nuances utopiques. L’ONU et le WEF de Davos, en collaboration avec le prince Charles d’Angleterre, ont récemment annoncé des réflexions mondiales qui mèneront à une conférence «Réinitialisation globale» au début de l’année prochaine. La Commission COVID-19 du Vatican promeut le même type d’action: le désarmement mondial, une réponse «verte» qui impliquera un changement profond de l’économie dans le sillage de Laudato si ‘, soins de santé universels et autres «solutions» mondiales en harmonie avec les objectifs de développement durable de l’ONU (les ODD 2030).

Dans une interview publiée le 1er juillet par Our Sunday Visitor , le P. Augusto Zampini, secrétaire adjoint du Dicastère du Vatican pour la promotion du développement humain intégral et coordinateur du groupe de travail COVID-19, a utilisé exactement le même langage. «Nous avons besoin que les dirigeants des secteurs public, privé et civil appuient sur le bouton de réinitialisation – pour réaliser une fois pour toutes que la façon dont nous vivons nos vies jusqu’à présent n’est pas durable», a-t-il déclaré…

Mais tout l’intérêt de l’argument globaliste est que le «bien commun» n’est plus considéré comme le bien de la famille, ou de la famille des familles qu’est la nation, mais celui du soi-disant «foyer commun» qui comprend toute l’humanité et, en fait, toute la nature.
Le Vatican soutient clairement cette approche, utilisant la pandémie COVID-19 dans une perspective constructiviste de la politique, dans laquelle «l’écologie» joue un rôle majeur. «Il ne peut y avoir de guérison sans paix. Le moment est venu de construire un monde qui reflète mieux une approche véritablement intégrale de la paix, du développement humain et de l’écologie », a déclaré le cardinal Turkson.
Comme Klaus Schwab du Forum économique mondial, António Guterres, secrétaire général des Nations Unies (et ancien président de l’Internationale socialiste) ou le prince Charles et d’autres dirigeants mondiaux, le Vatican COVID-19 exprime très clairement sa volonté de capitaliser sur les ravages causés par la réponse presque universelle au coronavirus chinois pour mettre en œuvre une nouvelle société révolutionnaire…

Fr. Augustino Zampini, a déclaré à Revista Ecclesia , le magazine d’information de la Conférence épiscopale espagnole , que nous vivons «un moment unique pour opérer un changement profond, pour construire un monde et une planète plus sains et plus équitables avec des personnes et des institutions saines».

Le groupe de travail du Vatican, a-t-il dit, a pour objectif de travailler en tant que «catalyseur pour aider les réponses mondiales à la crise à être interconnectées, et que les réponses locales devraient avoir une marque mondiale». «On ne sort pas d’une pandémie sans lien fort, sans solidarité universelle.»…

L’approche mondialiste de la Commission est très claire dans les thèmes de travail du quatrième de ses cinq groupes: «Soutenir la gouvernance pour promouvoir la solidarité mondiale»…

La pandémie est «un coup de semonce clair de la nature», a-t-il déclaré, aggravant la peur des catastrophes annoncées liées au changement climatique avec la peur de la mort à cause du COVID-19 ou même de virus plus mortels plus tard…

Zampini a ajouté que «la guérison des sociétés et des politiques crée une solidarité universelle qui peut surmonter l’égoïsme national, l’égoïsme des entreprises et même l’égoïsme religieux. De cette façon, nous pouvons à notre tour guérir l’économie. »..
Comme il est pratique que les solutions de la Commission Vatican COVID-19 s’alignent si parfaitement avec celles des puissances mondialistes en place. »

«Sortez du milieu d'elle, ô mon peuple, afin de ne point participer à ses péchés, et de n'avoir point part à ses calamités ; car ses péchés se sont accumulés jusqu'au ciel, et Dieu s'est souvenu de ses iniquités. (Apocalypse). »


Ce qui rejoint bien l’enseignement de NSJC en Matthieu 24 de ne pas faire partie de Babylone, en Esprit, de demeurer centré sur sa Foi, dans sa demeure mais aussi en déplacement pour subvenir à nos besoins corporels, en n’oubliant de faire preuve de charité.

En effet, il faut que l’adhésion à la bête dans ce qui est décrit par Saint-Jean dans l’Apocalypse soit volontaire.

Le port de la marque de la bête volontairement signifie penser selon la bête (le front), et agir selon la volonté de la bête (la main droite).

Donc porter la « marque » n’est pas applicable à une mesure autoritaire et obligatoire instiguée par l’élite judéo-maçonique et ses moutons de bas étages qui n’ont aucune idée de ce qu’ils font.

Demeurons centré dans la prière mais flexible comme le roseau.

19 juillet

Voici des points de tensions extrêmes en Orient présentement:

Azerbaijan-Arménie, Iran-Israël, Chine-Taïwan (supporté par les États-Unis), Inde-Pakistan (Kashmir), Inde-Chine, Corée du Nord-Corée du Sud…

Tous ces points sont donc sujets à la réalisation de la prophétie politique « le Grand Éclair à l’Orient » de Jean XXIII.

Car l’humanité s’approche à grands pas de cette échéance.

L’endroit privilégié est toujours l’Iran car Israël pousse très fort de ce côté avec des actes de sabotages (pas moins d’une douzaine en moins d’un mois; L’Iran est en alerte anti-aérienne maximum) et tentent ainsi entraîner les États-Unis dans le feu de l’action.

(À noter qu’Israël a une entente avec l’Arabie Saoudite pour le passage des aéronefs ravitailleurs américains pour ses avions chasseurs F35.)

Les élections de novembre aux États-Unis pèsent lourds dans la balance et le temps est compté pour le président israélien.

La judéo-maçonnerie a, particulièrement depuis la révolution française, planifié le retour du grand Israël du Nil à l’Euphrate, retour qui marquera le triomphe du peuple prêtre sur les goys, la rédemption achevée, le nouveau messianisme sioniste.

En singeant le Christ par des sacrifices de sang, ils forment peu à peu leur idéal, exactement comme l’a décrit le grand maître maçonnique Albert Pike par sa description des grandes guerres nécessaires à la cause.

La première a donné naissance à la déclaration Balfour de 1917 établissant un futur territoire sioniste en Palestine sous autorité britannique.

La seconde a mené quelques années plus tard à la naissance de l’État souverain d’Israël en 1948.

La troisième est cette guerre qui mènera les âmes à la perdition. Après la confrontation entre les « juifs goys » et les arabes, l’humanité au bord du gouffre, en plein athéisme, verrait la solution proposée par la judéo-maçonnerie soit l’adoration pure et simple de Lucifer, le « bon » Adonaï selon eux.

La prophétie politique #32 « Le Temps est proche » où «C'est le temps des deux empereurs», les présidents chinois et américain actuels, nous donne aussi une idée de l’échéance :

Car l'empereur narcissique meurt dans sa tour de verre.

Il y aura donc un événement majeur avant les élections de novembre aux États-Unis, ou le président Trump sera tout simplement réélu et l'échance sera prolongée de 4 années.

Surtout, n’oublions pas que les élites ont appelé le monde à la « grande réinitialisation » pour janvier 2021, et que le pape François tient toujours à son pacte mondial sur l’éducation qui est planifié pour octobre. Il est sur le trône tant que ses objectifs ne seront pas réalisés.

15 juillet

Le coronavirus est l’étincelle que l’élite attendait pour saisir au bond l’occasion espérée au déroulement de l’acte finale du plan de la synagogue judéo-maçonnique.

Les pays se sont enfoncés dans la dette encore plus, les « goys » aussi, et l’économie est précaire, fragile, déstabilisée.

La mondialisation qui a favorisé une chaîne de production dans un pays unique, la Chine, a été mise à l’arrêt, et a ainsi démontrée la fragilité d’un tel système aux goys.

L’élite a donc annoncé la date de la « grand réinitialisation » pour janvier 2021.

Ils étaient prêts. Les goys le demanderont, les supplieront.

Un système unique, avec une monnaie unique, avec une religion unique.

Mais comme le disait le regretté Serge Monast, c’est le religieux qui mènent le politique.

La kabbale sioniste est prête pour le messie « Israël ».

Les rabbins à leurs soldes le proclament.

Le « peuple prêtre » est impatient de se voir confié l’humanité pour les sauver.

L’expiation de leurs « péchés » achèvent. Car c’est ainsi qu’ils voient toutes leurs souffrances depuis la destruction du temple en 70.

À la manière du Christ incarné qu’ils rejettent, ils singent la même voie, mais dans des valeurs inversées.

C’est là le signe de Satan. C’est leur Dieu.

Alors que les chrétiens catholiques qui branchés savent que la seule voie est le Christ via sa Mère la Vierge Marie.

Ce système de valeurs inversées a envahi l’humanité.

Nous l’avons décrit dans la dernière analyse par tous ces goys qui détruisent la civilisation chrétienne, ou ce qu’il en reste.

Encore en fin de semaine dernière, des statues et des églises ont été brûlées et vandalisées aux États-Unis entres autres.
(lifesitenews.com).

Ce système de valeurs inversées est aussi visible avec la proclamation du port du masque obligatoire dans plusieurs pays : ceux qui réclament la liberté rabaissent ou agressent même ceux qui veulent se montrer prudent.

C’est le chaos qui sert bien l’élite, car les deux groupes sont comme les deux faces d’une même médaille : ils font tous les deux partis de la religion humaniste qui prend pieds.

Car c’est au nom de la liberté de mourir ou non selon son choix, alors que seul Dieu décide.

La jouissance des biens matériels et du corps n’aura jamais été aussi forte.

Le but de la vie qu’est le Royaume de Cieux a été oublié.

Alors?

Complot ou non?

C’est la question qui brûle toute les lèvres car la notion de complot est le carburant qui justifie toute cette dévastation, ces déversements de haine et de menaces via l’outil par excellence de l’élite, les réseaux sociaux.

Complot il y a par l’accomplissement du plan judéo-maçonnique façonné depuis des générations et qui a pris racine avec la révolution de 1789.

Pour le reste, l’élite veut bien faire croire n’importe quoi avec ses penseurs via tous les réseaux de communications qu’elle possède.

Il est ironique de constater que le motif premier de la religion des droits de l’homme, le droit à la vérité, a été limité, sinon éliminé.

Les goys ont droit à une  gigantesque opération de falsification de la vérité…

Par le maître du mensonge, Satan.

Alors que la seule vérité est celle enseignée par le Christ.

C’est ainsi que sa parole en Matthieu 24 est maintenant claire.

Lorsque vous verrez l’abomination de la désolation établi en lieu saint, que celui qui lit entende!

C’est le temps de fuir dans les montagnes, en laissant tout derrière.

C’est à dire, de fuir en soi-même par la prière, fuir Babylone la grande, en laissant tout ce qu’elle représente en termes de valeurs inversées à l’extérieur de soi-même.

Effectivement, c’est un temps de grande détresse, qui n’a pas eu lieu depuis que le monde est monde.

Et le Vatican dans tout cela n’est plus d’aucune utilité.

Nous sommes donc dans cette période difficile pour le chrétien, où les jours doivent être abrégés par le Père pour ne pas perdre le petit reste.

Foi, espérance, charité doivent nous guider.

02 juillet

Sans surprise, la prophétie politique « les États-Unis libérés » avance avec ce bourgeonnement de révolutions sur faux fonds de racisme.

Car, ce n’est pas ce qui est visé par l’élite.

Ce qui est visé, c’est le rejet de la civilisation, du passé sur lequel est bâti le monde d’aujourd’hui.

Le but de ce mondialisme est l’établissement du «messie» Israël comme seul peuple prêtre entre Dieu et les goys.

Les factions judéo-maçonniques sont divisés en deux camps selon les derniers ouvrages de Pierre Hillard :

- Ceux qui attendent une intervention divine pour proclamer le messie israélien.
- Ceux qui s’y opposent et affirment que c’est la poussée de la volonté humaine qui le réalisera.

Nous assistons à la manœuvre du deuxième camps, celui anglo-saxon, qui a l’ambition de créer le nouvel ordre par le chaos.

La seule opposition religieuse à ces talmudistes, c’est le Christ, le Fils de Dieu Incarné.

Il faut donc éliminer le Vatican, ou le soumettre.

C’est donc la civilisation chrétienne qui est présentement en jeu.

Ce ne sont pas que des statues des leaders confédérés qui sont décapitées ou déboulonnées aux États-Unis et un peu partout dans le monde.

Les statues chrétiennes de saints en sont aussi la cible.

En fait tout ce qui représente le «pouvoir blanc».

Quand des compagnies retirent les noms et les caractéristiques se référant au blanc dans leurs produits, c’est qu’il y a mouvement de masse venant de plus haut.

« Quel rapport entre la "valeur des vies noires" et le vandalisme des statues chrétiennes ? » (gloria.tv)

Ces élites veulent remplacer cette civilisation par une autre aux valeurs morales humanistes digne de Babel qui formeront le nouvelle religion mondiale.

C’est le système des valeurs inversées, valeurs opposées au valeurs du Christ évidemment puisque c’est le nerf de la guerre mené par Satan, le maître de l’inversion.

Ainsi, le délinquant qui meurt des suites d’une arrestation policière devient un martyr, et provoque cette flambée contre les statues représentant « l’ancien pouvoir »… la plupart ignorant leur histoire d’ailleurs.

Parce que ce « martyr » sert leur idéologie.

Depuis Nuremberg, le nationalisme est assimilé au nazisme ou à du racisme; tout régime en dehors de la « démoncratie » est assimilé à de la dictature… sauf quand ce système sert leur but ultime, comme le communisme qu’ils ont instauré, financé par les sionistes durant la révolution bolchévique d’ailleurs.

D’où cette poussée d’immigration de masse approuvée par Bergoglio.

Éliminer l’identité propre et le patriotisme est le but de cette vague que nous vivons présentement.

« Trump vs Biden: un enjeu majeur pour le monde…

Biden va consolider la nouvelle structure morale basée sur les cinq points déjà évoquées, dans une Amérique distraite par le Covid et de plus en plus relativiste…

1. Peins-toi en noir.
2. Change de sexe.
3. Va aux parades Lgbt et montre-toi.
4. Accroche un portrait de Greta Thunberg chez toi.
5. Parle toujours en bien du pape Bergoglio (tu dois dire qu’il sauve l’Eglise)...

Le climat préélectoral de cette cinquante-neuvième élection présidentielle a une nouveauté, les discussions seront centrées sur l’économie et feront passer inaperçues les grandes nouveautés de changement moral, celles qui influenceront les choix électoraux.

Les choix moraux lors des élections de 2020 seront décisifs.

Les intérêts économiques et financiers se cachent derrière des revendications de caractère moral: égalité, inclusion, redistribution, environnement, progressisme théologique.

Qui seront utilisées pour faire sauter l’autorité morale de l’Eglise, la transformant en une église mondiale écologiste.

Mais la grande nouveauté est que la « morale » (de la réalité) contrôle l’Autorité morale. Qui en est par ailleurs parfaitement consciente…

C’est l’Occident dont le pape Ratzinger ne voulait pas et contre lequel il s’est battu. C’est l’Occident que son successeur est en train de réaliser… » (benoit-et-moi.fr).

Tout doit être prêt pour la « grand réinitialisation ».

C’est annoncé. C’est clair.

L’élite ne cache plus son plan.

« Regardez attentivement cette vidéo. C’est la dernière vidéo on ne peut plus officielle qui vient d’être publiée sur la chaîne Youtube du World Economic Forum de Davos. Vous savez, l’organisation qui gère le rendez-vous annuel des tous les plus puissants de la terre. Et leur dernier truc c’est le grand reset...

Pour nous, dans le véritable monde, l’hiver qui nous attend s’appelle the great reset, la grande réinitialisation...

« Our World has change ». Notre monde a changé.
« Our challenges are greater ». Nos défis sont plus importants.
« Our fragilities exposed ». Nos fragilités sont exposées.
« Our systems need a reset ». Nos systèmes ont besoin d’une réinitialisation.
« Everyone has a role to play ». Tout le monde a un rôle à jouer.
« The Great Reset ». La grande réinitialisation.
« Join Us ». Rejoignez-nous.

Je suis un garçon du siècle dernier.

A mi-chemin entre l’ancien monde et le nouveau comme tous ceux qui ont 40 ans et plus. J’ai tout appris dans les livres et par les récits des « vieux » et découvert les premiers ordinateurs à 19 ans.

Lorsque je vois cette vidéo ou plus précisément lorsque j’ai vu cette vidéo, j’ai vu le fascisme.

J’ai vu le visage de Joseph Goebbels.

J’ai vu un nouveau « ministère de l’Éducation du peuple et de la Propagande ».

J’ai vu l’emploi des techniques modernes de manipulation des masses et un modèle pour la propagande des États totalitaires.

La grande réinitialisation arrive.

L’hiver du monde aussi. » (insolentiae.com).

La notion de « Nuremberg » avancée par Jean XXIII dans les prophéties est donc d’actualité.

Et ce n’est pas terminé.

Juin 2020

20 juin

Dernière vidéo de Pierre Hillard qui explique les origines de ce que nous vivons actuellement, surtout à partir de 1h10, où il parle de la revue The Economist de janvier 1988 avec la naissance du «Phoenix», la nouvelle monnaie mondiale où tout le système économique est rasé pour établir le nouveau système.

C'est exactement ce à quoi nous avons assisté la semaine dernière avec la «grande réinitialisation» avancée par le Word Economic Forum et Davos 2021.

Or, janvier 2021 est à 33 années piles de la parution de ce plan «ordo ab chaos» dans The Economist.

Le 19 octobre 1987, c’est 33 ans depuis le krach de 1987.

C’est donc le temps de la mort et de la résurrection de l’Antichrist singeant NSJC.

Le pape Benoît XVI est au chevet de son frère malade.

Il est très près de lui. Comme dans beaucoup de familles, il n’est pas rare que deux personnes proches quittent notre monde dans un court laps de temps.

À suivre donc.

Le 20 juillet prochain, ce sera le 117ème anniversaire de la mort de Léon XIII, mort à 93 ans tout comme l’âge actuel de Benoît XVI…

Comme si les deux étaient liés, l’un commençant un cycle (celui qui a eu la vision des 100 ans) et l’autre le terminant, de la «lumière dans le ciel» à la «gloire de l’olive».

Or, l’Évangile du 20 juillet 2020 sera le signe de Jonas en Matthieu 12!

14 juin

Malgré le miracle de la transsubstantiation de 1996, Bergoglio pense comme les protestants:

L’Eucharistie n’est qu’un mémorial.

« Sur l’autel, la mort et de la résurrection du Christ.

L’homélie de cette solennité du Corps et du Sang du Christ a permis au Pape François de revenir sur la signification de l’Eucharistie, «mémorial» laissé par Dieu pour venir au secours de notre «fragile» mémoire. La mémoire, a-t-il expliqué, est «la vie qui nous unit à Dieu et aux autres», mais elle peut défaillir. Or ce mémorial ne consiste pas seulement en des paroles ou des signes, pouvant eux aussi être sujets à l’oubli, mais en une «Nourriture» dont on perçoit la saveur, «un Pain dans lequel Il est là, vivant et vrai, avec toute la saveur de son amour».
«Faites cela en mémoire de moi» (1 Co 11, 24), entend-on lors de chaque messe. «Faites: l’Eucharistie n’est pas un simple souvenir, c’est un fait: c’est la Pâques du Seigneur qui revit pour nous», a souligné le Saint-Père. «Nous ne pouvons pas nous en passer, c’est le mémorial de Dieu. Et il guérit notre mémoire blessée». Que signifie une «mémoire blessée» et guérie? Le Pape l’a précisé en trois points…» (vaticannews.va).

Au lieu de nous rappeler l’importance du Saint-Sacrement, le Christ, seul chemin qui mène au Père par son sacrifice.

Au lieu de s’élever en exemple pour contrer l’humanisme, cette nouvelle religion qui est sur le point d’éclipsée l’Église du Christ.

Et non.

Il est de la suite logique des papes depuis Jean XXIII.

« À la mort de Pie XII, le rêve de la maçonnerie se réalisa : une « révolution en tiare et en chape ». Angelo Roncalli (qui s’était fait initier dans une société secrète en Turquie en1935, puis s’était affilié à une loge maçonnique à Paris) prit le nom de « Jean XXIII ». Il convoqua Vatican II, qui bouleversa entièrement la religion, par exemple en proclamant la « liberté de pensée, qui, partie de nos loges maçonniques, s’est étendue magnifiquement au-dessus du dôme de Saint Pierre »
(Yves Marsaudon : L‘œcuménisme vu par un franc-maçon de tradition, 1964, p. 121)

Pas de génuflexion devant le Saint-Sacrement pour Bergoglio.

Mais des génuflexions à répétitions pour les dirigeants mondiaux suite à l’incident Floyd aux États-Unis.

« Ce signe » de génuflexion est typiquement du rite maçonnique.

C’est l’adoration de Satan.

Son heure de gloire arrive, ce qui nous indique que le retour du Christ est très très proche.

« Poings fermés et génuflexions: la naissance d’une nouvelle religion.

De Marcello Veneziani: des villes américaines livrées à l’émeute (en France manifs « interdites mais tolérées » et police mise en accusation), l’explosion de la folie antiraciste avec des blancs qui s’agenouillent devant des noirs en un simulacre de liturgie préfigurant ou confirmant, la naissance d’une nouvelle religion; tout cela avec en toile de fond le mantra qui va faire fureur durant tout l’été: abattre Trump…

Une religion qui va au-delà des intentions de ceux qui l’embrassent: pour beaucoup de ceux qui s’agenouillaient devant la caméra et simulaient un rituel religieux, il y avait un objectif plus bas: écraser sous un genou, l’Ennemi, la Bête, Donald Trump. Toute une mise en scène mondiale car les élections approchent. On déverse sur Trump l’assassinat brutal de quelqu’un qui n’y est pour rien, un meurtre comme tant d’autres commis par les policiers américains, sous des administrations démocrates et républicaines…

Mais une religion est en train de se former dans les sociétés occidentales autour du catéchisme politiquement correct. Cette religion est le support moral de quelque chose de colossal qui se passe de nos jours, au-dessus de nos têtes et sous nos yeux. Ce que l’on a appelé pendant des années « Pensée unique » est en train de devenir « Pouvoir unique»…

Je veux parler de Giorgio Agamben qui dénonce l’union inquiétante entre la religion médicale et le capitalisme, à la base d’un nouveau système totalitaire, enclin à suspendre la liberté et la démocratie; la religion chrétienne et en particulier l’Église de François succombe à leurs diktats sanitaires et considère la santé comme une priorité par rapport au salut.

De l’autre côté, un philosophe, Michel Onfray, qui théorisa l’athéisme et critiqua la religion, dénonce aujourd’hui, dans le sillage d’Orwell, l’avènement d’une dictature mondiale fondée sur sept commandements:

1. détruire la liberté
2. réduire tous les dissidents et les insoumis à des fascistes
3. appauvrir le langage pour manipuler les esprits
4. abolir la vérité par la « Doublepensée » [ndt: Doublethink, terme inventé par George Orwell dans son roman 1984, « indiquant une capacité à accepter simultanément deux points de vue opposés et ainsi mettre en veilleuse tout esprit critique »]
5. supprimer l’histoire et la réécrire pour les besoins du présent
6. nier la nature, à commencer par la nature humaine
7. propager la haine et fonder l’Empire, progressiste et nihiliste

L’ennemi global est Trump, l’ennemi complémentaire est Poutine, l’ennemi idéologique est tout ce qu’on appelle souverainisme. Le plan prévoit trois substitutions:

-la foi médico-progressiste au lieu de la foi en Dieu, sacré et transcendant
-la population mobile des migrants au lieu des peuples ou nations restants
-le posthumain selon la science et la volonté au lieu de l’homme selon la nature et la procréation.

Il n’y a pas de plan global prédéterminé et il n’y a pas de planificateurs ; certains y contribuent consciemment, beaucoup inconsciemment. » (benoit-et-moi.fr).

C’est le vent du changement post covid-19. Le sentez-vous ?

Chamboulement économique, social, et religieux.

Le dernier coup de canon annoncé par Albert Pike, le cinquième.

À la 5ème concentration, succédera le règne du Saint-Empire, c’est à dire de la Raison, de la Vérité, et de la Justice.

«« Le FMI vient d’annoncer le grand Reset ! » L’édito de Charles SANNAT»

Sentez-vous le vent du changement ?

Il se lève déjà.

Certains l’attendent. D’autres le trouvent mauvais.

Tous, nous le subirons.

Ce vent porte un nom. « The Great Reset », ou la grande réinitialisation. La grande remise à zéro.

Du FMI au Forum économique de Davos, le sujet est lancé, officiellement.

De quoi s’agit-il exactement ?

Personne n’en sait rien en réalité, car c’est un sujet aussi secret… que public !.. » (insolentiae.com).

« Le temps de la Grande remise à zéro.

– Un meilleur monde peut survenir de cette crise si nous agissons rapidement et conjointement, écrit le professeur Klaus Schwab.
– Les changements que nous avons déjà observés face au COVID-19 prouvent qu’il est possible de repenser nos fondements économiques et sociaux.
– Ceci est notre meilleure chance d’instaurer le capitalisme des parties prenantes – voici comment nous pouvons y parvenir… » (fr.weforum.org).

L’image qui vaut 1000 mots:

« Le problème mondial Covid-19» (intelligence.weforum.org)

12 juin

LES DEUX TÉMOINS

LE PUISSANT TEXTE DE MGR VIGANO

Mgr Vigano et Mgr Schneïder révèlent au grand jour l'église parallèle, la fausse église.

«

9 juin 2020

Saint Ephrem

J’ai lu avec grand intérêt l’essai de Son Excellence Athanasius Schneider publié sur LifeSiteNews le 1er juin, traduit ensuite en italien par Chiesa e post concilio , intitulé Il n’y a pas de volonté positive divine ni de droit naturel à la diversité des religions . L’étude de Son Excellence résume, avec la clarté qui distingue les paroles de ceux qui parlent selon le Christ, les objections contre la légitimité présumée de l’exercice de la liberté religieuse que le Concile Vatican II a théorisées, contredisant le témoignage de l’Écriture Sainte et la voix de la Tradition , ainsi que le Magistère catholique qui est le fidèle gardien des deux.

Le mérite de l’essai de Son Excellence réside tout d’abord dans sa compréhension du lien de causalité entre les principes énoncés ou sous-entendus par Vatican II et leur conséquence logique dans les écarts doctrinaux, moraux, liturgiques et disciplinaires qui se sont produits et se sont progressivement développés pour aujourd’hui. Le monstrum généré dans les cercles modernistes aurait pu être trompeur au début, mais il s’est développé et renforcé, de sorte qu’aujourd’hui il se montre tel qu’il est réellement dans sa nature subversive et rebelle. La créature conçue à cette époque est toujours la même, et il serait naïf de penser que sa nature perverse pourrait changer. Les tentatives de correction des excès conciliaires – invoquant l’herméneutique de la continuité – se sont révélées infructueuses: Naturam expellas furca, tamen usque recurret [Chassez la nature avec une fourche; elle reviendra immédiatement] (Horace, Epist. I, 10,24). La Déclaration d’Abu Dhabi – et, comme le fait remarquer à juste titre Mgr Schneider, ses premiers symptômes au panthéon d’Assise – «a été conçue dans l’esprit du Concile Vatican II», comme le confirme fièrement Bergoglio.

Cet « esprit du Conseil » est la licence de légitimité que les innovateurs opposent à leurs détracteurs, sans se rendre compte qu’il confesse précisément cet héritage qui confirme non seulement le caractère erroné des présentes déclarations mais aussi la matrice hérétique qui prétendument les justifie. En y regardant de plus près, jamais dans l’histoire de l’Église un Concile ne s’est présenté comme un événement historique tel qu’il était différent de tout autre concile: il n’a jamais été question d’un « esprit du Concile de Nicée » ou de «l’ esprit du De Ferrare-Florence , « encore moins le » esprit du Concile de Trente « , tout comme nous n’avons jamais eu d’ ère » post-conciliaire  » après le Latran IV ou Vatican I.

La raison est évidente: ces Conciles étaient tous, sans discernement, l’expression à l’unisson de la voix de la Sainte Mère Église, et pour cette raison même la voix de Notre-Seigneur Jésus-Christ. De manière significative, ceux qui maintiennent la nouveauté de Vatican II adhèrent également à la doctrine hérétique qui place le Dieu de l’Ancien Testament en opposition avec le Dieu du Nouveau Testament, comme s’il pouvait y avoir contradiction entre les personnes divines de la Très Sainte Trinité. Évidemment cette opposition presque gnostique ou cabalistique est fonctionnelle à la légitimation d’un nouveau sujet volontairement différent et opposé à l’Église catholique. Les erreurs doctrinales trahissent presque toujours une sorte d’hérésie trinitaire, et c’est donc en revenant à la proclamation du dogme trinitaire que les doctrines qui s’y opposent peuvent être vaincues: ut in confessione veræ sempiternæque deitatis, et in Personis proprietas, et in essentia unitas, et in majestate adoretur æqualitas : Professant la vraie et éternelle Divinité, nous adorons ce qui est propre à chaque personne, leur unité de substance et leur égalité de majesté.

Mgr Schneider cite plusieurs canons des conciles œcuméniques qui proposent, selon lui, des doctrines aujourd’hui difficiles à accepter, comme par exemple l’obligation de distinguer les juifs par leurs vêtements, ou l’interdiction des chrétiens au service des maîtres musulmans ou juifs. Parmi ces exemples, il y a aussi l’exigence de la traditio instrumentorum déclarée par le Concile de Florence, qui a ensuite été corrigée par la Constitution apostolique de Pie XII Sacramentum Ordinis . Mgr Athanase commente: « On peut à juste titre espérer et croire qu’un futur Pape ou Concile œcuménique corrigera la déclaration erronée faite» par Vatican II. Cela me semble être un argument qui, bien que fait avec les meilleures intentions, sape l’édifice catholique depuis sa fondation. Si, en fait, nous admettons qu’il peut y avoir des actes magistrats qui, en raison d’une sensibilité modifiée, sont susceptibles d’abrogation, de modification ou d’interprétation différente avec le temps, nous tombons inévitablement sous le coup de la condamnation du décret Lamentabili et nous nous retrouvons offrant une justification à ceux qui, récemment, précisément sur la base de cette hypothèse erronée, ont déclaré que la peine de mort  » n’est pas conforme à l’Évangile « , et ainsi modifié la Catéchisme de l’Église catholique. Et, par le même principe, d’une certaine manière, nous pourrions soutenir que les paroles du Bienheureux Pie IX Quanta Cura a été en quelque sorte corrigée par Vatican II, tout comme Son Excellence pouvait espérer Dignitatis Humanae . Parmi les exemples qu’il présente, aucun n’est en soi gravement erroné ou hérétique: le fait que le concile de Florence a déclaré que la traditio instrumentorum était nécessaire car la validité des Ordres ne compromettait en aucune façon le ministère sacerdotal dans l’Église, la conduisant à conférer des Ordres de manière invalide. Il ne me semble pas non plus que l’on puisse affirmer que cet aspect, aussi important soit-il, a conduit à des erreurs doctrinales de la part des fidèles, ce qui n’est au contraire arrivé qu’au Conseil le plus récent. Et lorsque, au cours de l’histoire, diverses hérésies se sont propagées, l’Église est toujours intervenue rapidement pour les condamner, comme cela s’est produit lors du Synode de Pistoia en 1786, qui était en quelque sorte une anticipation de Vatican II, en particulier là où elle a aboli la Communion en dehors de Messe, introduit la langue vernaculaire et aboli les prières du Canon dit submissa voce; mais encore plus quand il a théorisé sur la base de la collégialité épiscopale, réduisant la primauté du pape à une simple fonction ministérielle. La relecture des actes de ce Synode nous laisse stupéfaits par la formulation littérale des mêmes erreurs que nous retrouvons plus tard, sous une forme accrue, au Concile présidé par Jean XXIII et Paul VI. D’un autre côté, tout comme la Vérité vient de Dieu, ainsi l’erreur se nourrit et se nourrit de l’adversaire, qui hait l’Église du Christ et son cœur: la Sainte Messe et la Très Sainte Eucharistie.

Il arrive un moment dans notre vie où, par la disposition de la Providence, nous sommes confrontés à un choix décisif pour l’avenir de l’Église et pour notre salut éternel. Je parle du choix entre comprendre l’erreur dans laquelle nous sommes presque tous tombés, presque toujours sans mauvaises intentions, et vouloir continuer à détourner le regard ou à nous justifier.

Nous avons également commis l’erreur, entre autres, de considérer nos interlocuteurs comme des personnes qui, malgré la différence de leurs idées et de leur foi, étaient toujours motivées par de bonnes intentions et qui seraient disposées à corriger leurs erreurs si elles pouvaient s’ouvrir à notre Foi. Avec de nombreux Pères conciliaires, nous avons pensé l’œcuménisme comme un processus, une invitation qui appelle les dissidents à la seule Église du Christ, les idolâtres et les païens au seul vrai Dieu, et le peuple juif au Messie promis. Mais à partir du moment où il a été théorisé dans les commissions conciliaires, l’œcuménisme a été configuré d’une manière qui était en opposition directe avec la doctrine précédemment exprimée par le Magistère.

Nous avons pensé que certains excès n’étaient qu’une exagération de ceux qui se laissaient emporter par l’enthousiasme de la nouveauté; nous croyions sincèrement qu’en voyant Jean-Paul II entouré de charmeurs-guérisseurs , de moines bouddhistes, d’imams, de rabbins, de pasteurs protestants et d’autres hérétiques , cela prouvait la capacité de l’Église à convoquer des gens ensemble pour demander la paix à Dieu, tandis que l’exemple faisant autorité de cela l’action initie une succession déviante de panthéons plus ou moins officiels, au point même de voir des évêques porter l’idole impure du pachamama sur leurs épaules, sacrilège cachés sous prétexte d’être une représentation de la maternité sacrée.
Mais si l’image d’une divinité infernale a pu entrer dans Saint-Pierre, cela fait partie d’un cresecendo que l’autre côté prévoyait depuis le début. De nombreux catholiques pratiquants, et peut-être aussi une majorité du clergé catholique, sont aujourd’hui convaincus que la foi catholique n’est plus nécessaire au salut éternel; ils croient que le Dieu unique et trinitaire révélé à nos pères est le même que le dieu de Mahomet. Il y a déjà vingt ans, nous avons entendu cela se répéter des chaires et des cathédrales épiscopales , mais récemment, nous l’entendons s’affirmer avec emphase, même du plus haut trône.

Nous savons bien qu’en invoquant le dicton dans les Écritures Littera enim occidit, spiritus autem vivificat [ La lettre apporte la mort, mais l’esprit donne la vie (2 Co 3, 6)] , les progressistes et les modernistes savaient astucieusement comment cacher des expressions équivoques dans le des textes conciliaires, qui à l’époque semblaient inoffensifs pour la plupart mais qui se révèlent aujourd’hui dans leur valeur subversive. C’est la méthode employée dans l’utilisation de l’expression subsistit dans : dire une demi-vérité non pas autant pour ne pas offenser l’interlocuteur (en supposant qu’il est licite de faire taire la vérité de Dieu par respect pour sa créature), mais avec l’intention de pouvoir utiliser la demi-erreur cela serait instantanément dissipé si toute la vérité était proclamée. Ainsi, «Ecclesia Christi subsistit in Ecclesia Catholica» ne précise pas l’identité des deux, mais la subsistance de l’une dans l’autre et, par cohérence, également dans d’autres églises: voici l’ouverture aux célébrations interconfessionnelles, aux prières œcuméniques et à l’inévitable la fin de tout besoin de l’Église dans l’ordre du salut, dans son unicité et dans sa nature missionnaire.

Certains se souviendront peut-être que les premiers rassemblements œcuméniques ont eu lieu avec les schismatiques de l’Orient et avec beaucoup de prudence avec d’autres sectes protestantes. Hormis l’Allemagne, la Hollande et la Suisse, au début, les pays de tradition catholique n’accueillaient pas ensemble des célébrations mixtes avec des pasteurs protestants et des prêtres catholiques. Je me souviens qu’à l’époque, il était question de supprimer l’avant-dernière doxologie du Veni Creator afin de ne pas offenser les orthodoxes, qui n’acceptent pas le Filioque . Aujourd’hui, nous entendons les sourates du Coran récité dans les chaires de nos églises, nous voyons une idole de bois adorée par les religieuses et les frères, nous entendons les évêques désavouer ce qui jusqu’à hier nous a semblé être les excuses les plus plausibles de tant d’extrémismes. Ce que le monde veut, à l’instigation de la maçonnerie et de ses tentacules infernaux, c’est créer une religion universelle humanitaire et œcuménique, à partir de laquelle le Dieu jaloux que nous adorons est banni. Et si c’est ce que le monde veut, tout pas dans la même direction de l’Église est un choix malheureux qui se retournera contre ceux qui croient pouvoir se moquer de Dieu. Les espoirs de la Tour de Babel ne peuvent pas être ramenés à la vie par un plan mondialiste qui a pour objectif l’annulation de l’Église catholique, afin de la remplacer par une confédération d’idolâtres et d’hérétiques unis par l’environnementalisme et la fraternité universelle. Il ne peut y avoir de fraternité qu’en Christ, et seulement en Christ: qui non est mecum, contra me est .

Il est déconcertant que peu de gens soient conscients de cette course vers l’abîme, et que peu se rendent compte de la responsabilité des plus hauts niveaux de l’Église dans le soutien de ces idéologies antichrétiennes, comme si les dirigeants de l’Église voulaient garantir qu’ils ont une place et un rôle dans le train de la pensée alignée . Et il est surprenant que les gens persistent à ne pas vouloir enquêter sur les causes profondes de la crise actuelle, se limitant à déplorer les excès actuels comme s’ils n’étaient pas la conséquence logique et inévitable d’un plan orchestré il y a des décennies. Si le pachamama pouvait être adoré dans une église, nous le devons à Dignitatis Humanae. Si nous avons une liturgie protestante et parfois même paganisée, nous le devons à l’action révolutionnaire de Mgr. Annibale Bugnini et aux réformes post-conciliaires. Si la Déclaration d’Abu Dhabi a été signée, nous le devons à Nostra Aetate . Si nous sommes arrivés au point de déléguer des décisions aux Conférences épiscopales – même en violation grave du Concordat, comme cela s’est produit en Italie – nous le devons à la collégialité et à sa version actualisée, la synodalité . Grâce à la synodalité , nous nous sommes retrouvés avec Amoris Laetitia à chercher un moyen d’empêcher l’apparition de ce qui était évident pour tout le monde: que ce document, préparé par une impressionnante machine organisationnelle, avait pour but de légitimer la communion pour les divorcés et les cohabitants, tout comme La Querida Amazonia sera utilisée pour légitimer les femmes prêtres (comme dans le cas récent d’une «vicaire épiscopale» à Fribourg) et l’abolition du célibat sacré. Les prélats qui ont envoyé le Dubia à François, à mon avis, ont fait preuve de la même ingéniosité pieuse: pensant que Bergoglio, confronté à la contestation raisonnablement argumentée de l’erreur, comprendrait, corrigerait les points hétérodoxes et demanderait pardon.

Le Concile a été utilisé pour légitimer les déviations doctrinales les plus aberrantes, les innovations liturgiques les plus audacieuses et les abus les plus sans scrupules, tout en gardant le silence. Ce concile était si élevé qu’il était présenté comme la seule référence légitime pour les catholiques, le clergé et les évêques, obscurcissant et connotant avec un sentiment de mépris la doctrine que l’Église avait toujours enseignée avec autorité, et interdisant la liturgie éternelle qui pendant des millénaires avait nourri la foi d’une lignée ininterrompue de fidèles, martyrs et saints. Entre autres choses, ce Concile s’est révélé être le seul à avoir causé tant de problèmes d’interprétation et tant de contradictions par rapport au Magistère précédent, alors qu’il n’y a pas un autre concile – du concile de Jérusalem à Vatican I – qui ne s’harmonise pas parfaitement avec l’ensemble du Magistère ou qui nécessite autant d’interprétation.

Je l’avoue avec sérénité et sans controverse: j’étais l’une des nombreuses personnes qui, malgré de nombreuses perplexités et craintes qui se sont avérées aujourd’hui absolument légitimes, ont fait confiance à l’autorité de la Hiérarchie avec une obéissance inconditionnelle. En réalité, je pense que beaucoup de gens, y compris moi-même, n’ont pas envisagé au départ la possibilité d’un conflit entre l’obéissance à un ordre de la Hiérarchie et la fidélité à l’Église elle-même. Ce qui a rendu tangible cette séparation contre nature, je dirais même perverse , entre la
Hiérarchie et l’Église, entre l’obéissance et la fidélité, c’est certainement ce pontificat le plus récent.

Dans la salle des larmes à côté de la chapelle Sixtine, tandis que Mgr. Guido Marini a préparé le rocchetto blanc, la mozzetta et a volé pour la première apparition du pape «nouvellement élu», Bergoglio s’est exclamé: « Sono finite le carnevalate! [Les carnavals sont terminés!] », Refusant avec mépris l’insigne que tous les papes jusque-là avaient humblement accepté comme le costume distinctif du Vicaire du Christ. Mais ces paroles contenaient de la vérité, même si elle était prononcée involontairement: le 13 mars 2013, le masque tomba des conspirateurs, qui étaient enfin libérés de la présence gênante de Benoît XVI et effrontément fiers d’avoir enfin réussi à promouvoir un cardinal qui s’incarna leurs idéaux, leur future façon de révolutionner l’Église, de rendre la doctrine malléable, la morale adaptable, la liturgie adultérante et la discipline jetable. Et tout cela a été considéré, par les protagonistes de la conspiration eux-mêmes, comme la conséquence logique et l’application évidente de Vatican II, qui selon eux avait été affaiblie par les critiques exprimées par Benoît XVI. Le plus grand affront de ce pontificat fut de permettre généreusement la célébration de la vénérée liturgie tridentine, dont la légitimité fut finalement reconnue, réfutant cinquante ans de son ostracisation illégitime. Ce n’est pas par hasard que les partisans de Bergoglio sont les mêmes personnes qui ont vu le Conseil comme le premier événement d’un nouvelle église, avant laquelle il y avait une vieille religion avec une vieille liturgie.
Ce n’est pas un hasard: ce que ces hommes affirment en toute impunité, scandaleux modérés, c’est ce que les catholiques croient aussi, à savoir: que malgré tous les efforts de l’herméneutique de la continuité qui a naufragé lamentablement lors de la première confrontation avec la réalité de la crise actuelle, c’est indéniable qu’à partir de Vatican II, une église parallèle a été construite, superposée et diamétralement opposée à la véritable Église du Christ. Cette église parallèle a progressivement obscurci l’institution divine fondée par Notre-Seigneur afin de la remplacer par une entité fallacieuse, correspondant à la religion universelle souhaitée qui a d’abord été théorisée par la maçonnerie. Des expressions comme le nouvel humanisme, la fraternité universelle, la dignité de l’homme, sont les maîtres mots de l’humanitarisme philanthropique qui nie le vrai Dieu, de la solidarité horizontale de vague inspiration spirite et de l’irénisme œcuménique que l’Église condamne sans équivoque. «Nam et loquela tua manifestum te facit [Même votre discours vous trahit ] » (Mt 26, 73): ce recours très fréquent, voire obsessionnel, au même vocabulaire de l’ennemi trahit l’adhésion à l’idéologie qu’il inspire; tandis que d’autre part le renoncement systématique au langage clair, sans équivoque et cristallin de l’Église confirme le désir de se détacher non seulement de la forme catholique mais même de sa substance.

Ce que nous entendons depuis des années, énoncé, vaguement et sans connotation claire, par le plus haut Trône, nous le trouvons ensuite élaboré dans un manifeste vrai et approprié chez les partisans du Pontificat actuel: la démocratisation de l’Église, non plus par la collégialité inventée par Vatican II mais par la voie synodale inaugurée par le Synode sur la famille; la démolition du sacerdoce ministériel par son affaiblissement avec des exceptions au célibat ecclésiastique et l’introduction de figures féminines aux fonctions quasi sacerdotales; le passage silencieux de l’œcuménisme dirigé vers des frères séparés à une forme de pan-œcuménisme qui réduit la vérité du Dieu trinitaire unique au niveau des idolâtries et des superstitions les plus infernales; l’acceptation d’un dialogue interreligieux qui présuppose le relativisme religieux et exclut la proclamation missionnaire; la démythologisation de la papauté, poursuivie par Bergoglio comme thème de son pontificat; la légitimation progressive de tout ce qui est politiquement correct: théorie du genre, sodomie, mariage homosexuel, doctrines malthusiennes, écologisme, immigrationnisme … Si nous ne reconnaissons pas que les racines de ces écarts se trouvent dans les principes posés par le Concile, il sera impossible de trouver un remède: si le diagnostic persiste, contre toute évidence, en excluant la pathologie initiale, nous ne pouvons pas prescrire une thérapie adaptée.

Cette opération d’honnêteté intellectuelle requiert une grande humilité, tout d’abord en reconnaissant que depuis des décennies nous sommes induits en erreur, de bonne foi, par des personnes qui, établies en autorité, n’ont pas su surveiller et garder le troupeau du Christ : certains pour vivre tranquillement, certains parce qu’ils ont trop d’engagements, certains par manque de commodité, et enfin certains de mauvaise foi ou même d’intention malveillante. Ces derniers qui ont trahi l’Église doivent être identifiés, mis à l’écart, invités à se modifier et, s’ils ne se repentent pas, ils doivent être expulsés de l’enceinte sacrée. C’est ainsi qu’un vrai Berger agit, qui a à cœur le bien-être des brebis et qui donne sa vie pour elles; nous avons eu et nous avons encore beaucoup trop de mercenaires pour qui le consentement des ennemis du Christ est plus important que la fidélité à son Époux.

Tout comme j’ai obéi honnêtement et sereinement à des ordres douteux il y a soixante ans, croyant qu’ils représentaient la voix aimante de l’Église, aujourd’hui, avec une sérénité et une honnêteté égales, je reconnais que j’ai été trompé. Être cohérent aujourd’hui en persévérant dans l’erreur représenterait un choix misérable et me rendrait complice de cette fraude. Revendiquer une clarté de jugement dès le début ne serait pas honnête: nous savions tous que le Conseil serait plus ou moins une révolution , mais nous ne pouvions pas imaginer qu’il se révélerait si dévastateur, même pour le travail de ceux qui devraient l’ont empêché. Et si jusqu’à Benoît XVI on pouvait encore imaginer que le coup d’État de Vatican II (que le cardinal Suenens appelait «le 1789 de l’Église»)) avait connu un ralentissement, au cours de ces dernières années, même les plus ingénus d’entre nous ont compris que le silence de peur de provoquer un schisme, l’effort de réparer des documents papaux au sens catholique afin de remédier à l’ambiguïté voulue, les appels et la Dubia faits à François qui sont restés éloquemment sans réponse, sont tous une confirmation de la situation de l’apostasie la plus grave à laquelle les niveaux les plus élevés de la Hiérarchie sont exposés, tandis que le peuple chrétien et le clergé se sentent désespérément abandonnés et qu’ils sont considérés par les évêques presque avec agacement.
La Déclaration d’Abu Dhabi est le manifeste idéologique d’une idée de paix et de coopération entre les religions qui pourrait avoir une certaine possibilité d’être tolérée si elle venait de païens privés de la lumière de la foi et du feu de la charité. Mais quiconque a la grâce d’être un enfant de Dieu en vertu du Saint Baptême devrait être horrifié à l’idée de pouvoir construire une version moderne blasphématoire de la Tour de Babel, cherchant à rassembler la seule véritable Église du Christ, héritière de les promesses faites au peuple élu, à ceux qui nient le Messie et à ceux qui considèrent l’idée même d’un Dieu trinitaire comme blasphématoire. L’amour de Dieu ne connaît aucune mesure et ne tolère aucun compromis, sinon ce n’est tout simplement pas la Charité, sans laquelle il n’est pas possible de rester en Lui:qui manet in caritate, in Deo manet, et Deus in eo [celui qui reste amoureux reste en Dieu et Dieu en lui] (1 Jn 4, 16). Peu importe qu’il s’agisse d’une déclaration ou d’un document magistral: nous savons bien que les hommes subversifs des innovateurs jouent à ces sortes de chicanes pour répandre l’erreur. Et nous savons bien que le but de ces initiatives œcuméniques et interreligieuses n’est pas de convertir ceux qui sont loin de l’unique Église au Christ, mais de détourner et de corrompre ceux qui détiennent encore la foi catholique, les amenant à croire qu’il est souhaitable de avoir une grande religion universelle qui rassemble les trois grandes religions abrahamiques « dans une seule maison»: C’est le triomphe du plan maçonnique en préparation du royaume de l’Antéchrist! Que cela se concrétise à travers un taureau dogmatique, une déclaration ou une interview avec Scalfari à La Repubblica importe peu, car les partisans de Bergoglio attendent ses paroles comme un signal auquel ils répondent par une série d’initiatives qui ont déjà été préparées et organisées depui un certain temps. Et si Bergoglio ne suit pas les instructions qu’il a reçues, les rangs des théologiens et du clergé sont prêts à se lamenter sur la « solitude du pape François».» Comme prémisse de sa démission (je pense par exemple à Massimo Faggioli dans un de ses récents essais). D’un autre côté, ce ne serait pas la première fois qu’ils utilisent le Pape quand il va de pair avec leurs plans et se débarrassent de lui ou l’attaquent dès qu’il ne le fait pas.
Dimanche dernier, l’Église a célébré la Très Sainte Trinité, et dans le bréviaire elle nous offre la récitation du Symbolum Athanasianum, désormais interdit par la liturgie conciliaire et déjà réduit à seulement deux reprises dans la réforme liturgique de 1962. Les premiers mots de ce Symbolum aujourd’hui disparu restent inscrit en lettres d’or: «Quicumque vult salvus esse, ante omnia opus est ut teneat Catholicam fidem; quam nisi quisque integram inviolatamque servaverit, absque dubio in aeternum peribit – «Quiconque veut être sauvé, doit avant tout avoir la foi catholique; Car, à moins qu’une personne n’ait gardé cette foi entière et inviolée, sans aucun doute, elle périra éternellement. » »

+ Carlo Maria Viganò »

Des vaticanistes dont Steve Skojec du site OnePeterFive reconnaît que c’est un texte historique.

« … C’est, je crois, un texte historique. En le lisant, j’ai eu l’impression qu’il pouvait marquer un tournant – comme si un voile était levé. Nous savons tous – nous pouvons tous sentir – que les variantes pré et post-conciliaires du catholicisme ne sont pas la même religion. Viganò, au lieu de nous exhorter à tenter de rationaliser et de concilier ces différences, nous donne la permission d’appeler un chat un chat :
++ Ce n’est pas un hasard : ce que ces hommes affirment impunément, scandalisant les modérés, c’est ce que les catholiques croient aussi, à savoir que malgré tous les efforts de l’herméneutique de la continuité qui a fait misérablement naufrage lors de la première confrontation avec la réalité de la crise actuelle, il est indéniable qu’à partir de Vatican II, une église parallèle a été construite, superposée et diamétralement opposée à la véritable Église du Christ.++. » (benoit-et-moi.fr)


C'est bien là la réalisation de la prophétie d’Anne Catherine Emmerich concernant la fausse église.

Tout est révélé.

Est-ce que le Vatican et son roi garderont le silence encore une fois?

11 juin

LA CRAINTE DES ÉJECTIONS DE MASSE CORONALES (CME)

Suite à la tempête solaire de 2012 (fr.wikipedia.com) qui a fait craindre le pire (une semaine plus tard et tout ce qui est électronique était grillé), l’élite a décidé de s’offrir un télescope géant à seul but d’étudier les champs de polarité du Soleil à des fins de préventives.

Pour contrôler les masses, la bête a besoin des « ses ordinateurs ».

Elle doit les protéger coûte que coûte.

Le télescope Daniel K. Inouye situé à Hawaï et a été financé par la « National Science Foundation (NSF) » répond à cette urgence.

La NSF est une agence fédérale indépendante américaine, qui curieusement, sans surprise, a publié un plan « vision 2030 » aux buts mondialistes tout comme l’ « Agenda 2030 » des Nations-Unies.

La construction a commencé en 2013 et la première photo à partir du télescope a été possible le 28 janvier dernier.

Quel était le problème menant à l’édification de ce géant consacré au Soleil ?

Les astronomes peuvent lancer un avertissement quant à l’éventualité d’une CME dépendant de la complexité de la polarité d’une tache solaire.

Mais lorsqu’elle se produit, seuls les satellites LASCO C3 et SOHO de la NASA peuvent prévenir l’humanité.

Et ils se font vieux.

Or, ces deux satellites à cause de leurs positions ne donnent qu’un avertissement de…

45 minutes.

Avec le nouveau télescope, les experts espèrent trouver le mécanisme de polarité complexe afin d’anticiper la CME et donner un avertissement de…

3 jours.

En avril 2014, des scientifiques se sont réunis au Colorado pour un atelier sur la météo spatiale afin de discuter des probabilités des futures CMEs du type Carrington et de leurs effets. (vidéo en anglais où on voit la CME et où on explique la « dépendance » de cette génération à l’électronique – courtoisie NASA) .

À titre comparatif, il entre 1 305 620 planète Terre dans le Soleil. (photo comparative astronoo.com)

Le cycle solaire 24 ne donnait aucun indice de la tempête du 23 juillet 2012 car l’activité était moindre que le cycle 23.

Des scientifiques de la NASA et d’universités ont publié un rapport de l’événement en décembre 2013 :

… « Les analystes pensent qu'un coup direct par un CME extrême tel que celui qui a manqué la Terre en juillet 2012 pourrait provoquer des pannes de courant généralisées,désactiver tout ce qui se branche sur une prise murale. La plupart des gens ne pourraient même pas tirer la chasse d'eau parce que l'approvisionnement en eau des villes dépend en grande partie de pompes électriques…

En février 2014, le physicien Pete Riley de Predictive Science Inc. a publié un article dans Space Weather intitulé "Sur la probabilité d'occurrence d'événements météorologiques spatiaux extrêmes". Dans ce document, il a analysé les enregistrements des tempêtes solaires remontant à plus de 50 ans. En extrapolant à l'extrême la fréquence des tempêtes ordinaires, il a calculé les chances qu'une tempête de classe Carrington frappe la Terre au cours des dix prochaines années.

La réponse: 12%.

"Au départ, j'étais assez surpris que les chances soient si élevées, mais les statistiques semblent être correctes", explique Riley. "C'est une figure qui donne à réfléchir."... » (science.nasa.gov).

Nous sommes entrés officiellement dans le cycle 25 avec une tache solaire cette semaine, mineure certes, mais qui est une indication confirmée.

Les scientifiques prévoient un cycle 25 inférieur au niveau de l’intensité des taches solaires au cycle 24, mais comme nous venons de le voir ci-haut, ce n’est pas une indication fiable.

C’est la complexité des polarités des taches solaires qui donnent l’indication que nous devons craindre un événement du type Carrington.

Et comme la Sainte Vierge nous a donné cet indice le 13 octobre 1917 avec le miracle du Soleil, c’est un lien facile à faire.

Et comme l’a spécifié NSJC, nous n’aurons que le signe de Jonas, 3 jours de noirceur, à la fin des temps.

L’élite a bien beau mettre un super télescope pour savoir comment la polarité solaire fonctionne afin de protéger ses « gadgets électroniques » en prévoyant une CME, toujours en est-il que le délai entre l’observation d’une CME puissante et son effet sur la Terre est toujours de 45 minutes!!!

Cela correspond avec Matthieu 24 (outre l’aspect mystique).

Il y aura une grande détresse parce que le monde n’a jamais autant dépendant de l’électronique, physiquement, et aussi « mentalement ».

Et le tout sera aussi vite que l’éclair:

« … car il y aura alors une si grande détresse, qu’il n’y en a point eu de semblable depuis le commencement du monde jusqu’ici, et qu’il n’y en aura jamais…
Car, comme l’éclair part de l’orient et brille jusqu’à l’occident, ainsi en sera-t-il de l’avènement du Fils de l’homme… ».

Nous nous rapprochons d’un tel événement puisque l’ennemi avance très rapidement dans la phase finale de son plan :

- Distribution de la Sainte Communion interdite aux Indes (gloria.tv)
 
- Paganisme allemand : Tout le monde apporte son pain et le mange en guise de communion (gloria.tv)

- Un prêtre refuse la communion à une dame à Fatima qui la voulait agenouillé et sur la langue (lifesitenews.com).

- La grande réinitialisation après Covid-19 par le FMI et sujet de Davos 2021 (JT Charles Sannat, insolentiae.com).

- Des théologiens protestants et catholiques demandent à François de lever l'excommunication de Luther

Des théologiens protestants et catholiques ont demandé au pape François de révoquer la bulle d'excommunication émise par le pape Léon X contre Martin Luther en 1521. Dans le même temps, la Fédération luthérienne mondiale devrait retirer le verdict de Luther contre le pape en tant qu'"Antéchrist".

(DomRadio/InfoCatólica) Dimanche de la Pentecôte dernier, le groupe de discussion œcuménique d'Altenberg a publié le document "Réconciliation après 500 ans" dans lequel il affirme que les deux condamnations restent "comme des tampons" sur la voie d'une reconnaissance mutuelle officielle des Églises protestante et catholique. Selon le pasteur de Cologne Hans-Georg Link, le 500e anniversaire de l'excommunication de Martin Luther, le 3 janvier 2021, serait un moment approprié pour aborder la question. » (infocatolica.com).

La puissante lettre de Mgr Vigano sur le désastre Vatican II, sa reconnaissance, et la présence de l'Antichrist. (benoit-et-moi.fr).

Comme quoi que nous sommes dans cette période des deux témoins citée dans l'Apocalypse.

5 juin

Aussitôt après avoir été photographié avec la bible à la main devant l’Église St-Jean incendié le 2 juin, le président Trump s’est rendu au sanctuaire national Jean-Paul II (c’était planifié 2 semaines auparavant) dans une mise en scène avant la promulgation de son décret sur les libertés religieuses.


« WASHINGTON — Le président américain Donald Trump a signé un décret le 2 juin pour donner la priorité à la liberté religieuse dans la politique étrangère et les programmes d’assistance des États-Unis.
« La liberté religieuse pour tous les peuples du monde est une priorité de la politique étrangère des États-Unis, et les États-Unis respecteront et promouvront vigoureusement cette liberté », stipule le décret…
Cette loi habilite le gouvernement américain à interdire les visas et à bloquer les avoirs des auteurs de violations des droits de l’homme et des fonctionnaires corrompus dans le monde entier.
85 % de la population mondiale vit dans des pays où la liberté religieuse est menacée ou interdite.
En septembre 2019, M. Trump a appelé les pays à mettre fin aux persécutions religieuses dans le monde lors de l’Assemblée générale des Nations unies (AGNU) à New York. Il a été le premier dirigeant à lancer une telle discussion lors des réunions de haut niveau de l’AGNU.» (fr.theepochtimes.com).

Le président montre ainsi son allégeance à la synagogue de Satan, à la religion mondiale des droits de l’homme et au concept maçonnique de la liberté religieuse.

L’humanisme est à l’avant plan dans toutes les nouvelles qui nous sont dirigées, fausses ou vraies.
Cette visite du président américain a attiré les critiques acerbes de l’archevêque de Washington (non fondées car basées sur des fausses nouvelles):

« WASHINGTON, DC, 2 JUIN 2020 ( LifeSiteNews ) – L’archevêque Wilton Gregory de Washington, DC a lancé une réprimande cinglante au sanctuaire national Jean-Paul II pour avoir «autorisé» le président Trump et la première dame Melania Trump à se rendre aujourd’hui.

Le président et Mme Trump ont visité le sanctuaire pour commémorer le 100e anniversaire du pape Saint Jean-Paul II il y a deux semaines et le 41e anniversaire de la messe historique du saint moderne sur la place de la Victoire à Varsovie . Melania Trump est la première première dame catholique depuis Jacqueline Kennedy.

Après sa visite au sanctuaire, créé et exploité par les Chevaliers de Colomb, le président Trump prévoyait de retourner à la Maison Blanche pour signer un décret exécutif sur la liberté religieuse… » (lifesitenews.com).

Et Mgr Vigano de qualifier l’archevêque de Washington de «faux berger»:

«3 juin 2020 ( LifeSiteNews) – L’ancien archevêque nonce apostolique américain Carlo Maria Viganò a vivement critiqué l’archevêque de Washington Wilton D. Gregory comme un «faux berger» pour avoir réprimandé hier les responsables du sanctuaire national Jean-Paul II d’avoir autorisé la visite du président Trump et la première dame Melania Trump.
« Malheureusement, l’Église catholique est dirigée par de nombreux faux pasteurs », a déclaré Viganò dans une lettre aux prêtres et aux laïcs de l’archidiocèse de Washington le 3 juin (lire la lettre complète ci-dessous)…
« Au cours des vingt dernières années, votre [archidiocèse] de Washington, en particulier et maintenant pour la troisième fois, a été et continue d’être profondément affligé et blessé par de faux bergers dont le mode de vie est plein de mensonges, de tromperies, de luxure et de corruption. . Où qu’ils se trouvent, ils ont été une source de scandale grave pour diverses Églises locales, pour tout votre pays et pour toute l’Église », a-t-il poursuivi.
Les archevêques de Washington précédant immédiatement Gregory étaient le cardinal Donald William Wuerl (impliqué dans des dissimulations d’abus sexuels) et l’ancien cardinal Theodore Edgar McCarrick (accusé de manière crédible d’avoir abusé de séminaristes et accusé d’abus sexuels en série). On soupçonne Wuerl d’avoir contribué à la sécurisation de son successeur. Gregory est connu pour son soutien à l’homosexualité et à d’autres positions peu orthodoxes.
«Ne les suivez pas, car ils vous conduisent à la perdition. Ce sont des mercenaires. Ils enseignent et pratiquent les mensonges et la corruption! » déclara Viganò…» (lifesitenews.com).

Cette sortie et le décret du président américain du 2 juin, est évidement coordonné avec le Vatican, surtout que c'est basé sur le jubilé des 100 ans de Jean-Paul II, et de son encyclique « Ut unum sint » (25 ans le 25 mai 2020) remise à l'avant plan pour l'occasion.

L'ordre par le chaos pour une poussée d' « œcuménisme » en fonction de la nouvelle religion mondiale, est le véritable but pour l'adoration de Satan.

« Dialogue œcuménique: renouveler le désir d’unité, définir une vision commune
Le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des Chrétiens célèbre, ce 5 juin 2020, son 60ème anniversaire.

Parmi les «fruits importants», le père Destivelle relève au niveau du dialogue avec le luthériens la déclaration sur la justification, signée en 1999. «Une étape majeure lorsque l’on pense qu’il s’agissait de la principale pierre d’achoppement entre catholiques et luthériens». Par ailleurs, «avec les Églises orientales, des questions christologiques qui nous divisaient depuis le concile de Chalcédoine ont été résolues». «Il y a eu des progrès considérables qui ne sont pas toujours bien connus mais qui marquent des étapes déterminantes» souligne le père Destivelle.

A l’occasion du 25ème anniversaire de l’encyclique "Ut unum sint" de Saint Jean-Paul II, sur l’engagement œcuménique, le 25 mai dernier, le Pape François avait salué les progrès réalisés en faveur de l’unité de l’Église, «grâce à l’Esprit Saint» et évoqué les nombreux pas accomplis «pour guérir les blessures séculaires et millénaires». » (vaticannews.va).

La fondation du Secrétariat pour la promotion de l'unité des chrétiens, le 5 juin 1960, par saint Jean XXIII pour devenir ensuite le Conseil pontifical en 1988, est source de grande joie et d’un engagement constant sur un «chemin irréversible». C’est ce qu’affirme le cardinal Kurt Koch dans une interview accordée aux médias du Vatican (vaticannews.va).

Tout est relié au concile Vatican II, dernière salve de Satan pour achever l'Église. Mais cette dernière triomphera.

« Mgr Carlo Maria Viganò : “La crise actuelle est la métastase du cancer conciliaire” .

Les deux textes qui suivent ne vont pas laisser indifférents. Le premier est une lettre d'une religieuse cloîtrée à Mgr Carlo Maria Viganò, disant au prélat son inquiétude devant l'utilisation de la crise du COVID-19 à des fins anti-chrétiennes, comme « préparation en vue de la manifestation de l'Antéchrist ». Le second est la réponse de Mgr Viganò, qui dénonce clairement la tentative de mise en place d'une tyrannie mondiale et d'une religion mondiale « sans dogmes ni morale » promue par la franc-maçonnerie, à laquelle participent « des cardinaux et des évêques » et que « Bergoglio » aspire, dit-il, à présider. » » (leblogde jeannesmits.blogspot.com).

Décidément, Mgr Viganô est une des manifestations des « deux témoins » de l'Apocalypse.

« A l’occasion de la pandémie du coronavirus, Mgr Carlo Maria Viganò, ancien nonce apostolique aux Etats-Unis, a accordé plusieurs entretiens au cours desquels il n’hésite pas à remettre en cause les erreurs conciliaires, comme il le fait courageusement depuis plusieurs mois déjà. Loin de se contenter de constater des effets dramatiques, le prélat romain remonte aux causes et dénonce l’œcuménisme, la nouvelle liturgie, l’ouverture au monde et la collégialité épiscopale. » (fsspx.news).


Mai 2020

29 mai

Voici un événement que nous anticipions.

Le passage des comètes ont généré une série d’éjections de masses coronales (CME) de classe B les 27 et 28 mai.

La source est une tache probablement du cycle 25.

Cette tache sera visible d’ici 48 heures car il faut attendre que le soleil se positionne face à la terre dans sa rotation.

Une éjection de classe B est considéré comme mineur.

Seulement, au plus profond du minimum solaire, une telle éjection mérite l’attention des astronomes car le soleil a été sans tache durant les 27 derniers jours et pendant 120 jours en 2020.

La période du 24 mai au 31 mai est jusqu’à maintenant des plus intéressantes au niveau des signes.

La prudence quant au signe dans le ciel. Voilà ce qui était de mise depuis le 24 mai, car cette période n’est pas terminée.

La Pentecôte était célébrée par un octave (et cette année cette période a commencé avec Notre-Dame Auxiliatrice, Secours des chrétiens) dans le rite traditionnel et il semble que le Ciel nous le rappelle ainsi.

Nous avions avertit qu’une éjection de masse coronale pouvait être pire qu’une parhélie dans le ciel, si une de classe X se présente.

Nous verrons, mais aujourd’hui 29 mai, c’est la frénésie chez les astronomes.

Pour la première fois depuis 2017 (dernière M1 : 20 octobre 2017, dernière X8.2 : 10 septembre 2017), le soleil a produit deux éjections.

Les satellites observant le soleil ont détecté une CME de classe M1 suivi d’une autre de classe C9.

Les deux venant de la même supposée tache qu’on ne voit pas encore décrite ci-haut.

L’image de la NASA montre du matériel éjecté avec puissance.

En fait, ces deux éjections selon spaceweather.com pourraient être plus importantes qu’il semble parce que ces explosions ont été éclipsées par la limite supérieur nord-ouest du soleil, réduisant ainsi leurs apparentes intensités.

Ces deux éjections ne nous affecterons pas car le soleil ne fait pas face à la Terre présentement.

Cependant, cela peut changer incessamment.

La rotation solaire amènera la tache en ligne plus directe d’ici 48 heures, soit à la Pentecôte.

Les spécialistes attendent impatiemment de connaître la géométrie et la polarité de la dite tache demain.

Ceci ne devait pas se produire...

28 mai

Nous sommes dans un temps de pause, de renouveau et d’espoir selon le monde judéo-maçonnique crée par l’élite.
Les idiots utiles appellent cela « liberté » alors que ces aveugles ne voient pas l’étau qui se resserrent, en autant qu’ils retrouvent leurs vie de loisirs et leur gadgets électroniques.

« AM Valli énumère toutes les raisons qui font que nous sommes face à une authentique révolution – à entendre non pas dans le sens sociologique d’avancée, de marche en avant, d’agitation soudaine qu’on lui attribue souvent par litote, mais dans le sens de renversement brutal, violent, et même sanglant, de l’ordre établi, qui nous renvoie directement à 1793 et à la révolution bolchevique…

Je ne sais pas si et dans quelle mesure nous nous en rendons compte, mais avec cette histoire de coronavirus, nous sommes en pleine révolution.

Nous avons en effet tous les ingrédients d’une révolution, aucun d’entre eux n’est exclu…
Toute révolution a besoin d’un récit, dont le but principal est d’exalter la valeur suprême, de légitimer le renoncement à la liberté, de dénigrer les ennemis et d’alimenter la terreur. C’est exactement ce que fait le récit dominant en ce moment, grâce au travail inlassable de la plupart des médias.

Dans notre cas, avec les libertés et les droits, l’autre grande victime de cette révolution est l’État. En fait, l’État a longtemps été un mort-vivant, mais à ce stade, sa liquidation est complète. S’il existe encore formellement, c’est uniquement pour pouvoir être l’exécutant local de décisions prises ailleurs.

Et nous en arrivons à un autre ingrédient fondamental: les révolutionnaires. Qui, dans notre cas, sont les grands organismes internationaux et supranationaux. Tout d’abord l’OMS, cette Organisation mondiale de la santé qui ressemble de plus en plus à un gouvernement mondial, avec son organe de décision (l’Assemblée mondiale de la Santé) et ses directives capables d’étendre leur influence partout, passant par-dessus chaque pouvoir de décision intermédiaire, grâce à sa marque de fabrique, à savoir la Santé, qui est devenue le grand totem mondial, précisément l’idole suprême…

Inutile de dire que la révolution a besoin de ses chroniqueurs et de ses chantres, et nous les avons. Des pelotons de journalistes et d’intellectuels travaillent depuis des semaines à dresser le tableau de la terreur, à renforcer le récit voulu par la révolution et à présenter les dissidents comme de dangereux ennemis qui, en tant que tels, ne peuvent que mériter le mépris et doivent être exclus de l’assemblée sociale…

La nouveauté réside dans le fait que l’Église elle-même (à de rares exceptions près) a collaboré avec les révolutionnaires et a même montré qu’elle se voulait plus royaliste que le roi. Mais on aurait pu s’y attendre : puisqu’elle avait depuis quelque temps remplacé Dieu par l’homme, et la loi divine par la volonté humaine, il était fatal que l’Église s’incline devant les révolutionnaires de service…
Comme la révolution dévore toujours ses enfants, on pourrait même terminer sur une note d’espoir et dire qu’après tout, il ne s’agit que d’attendre que les Robespierre de service finissent guillotinés. Mais, dans notre cas, ce n’est pas si simple. Nos Robespierre sont devenus intelligents et travaillent dans l’ombre. Et cette fois-ci, ils ont mis dans leur ligne de mire non seulement une nation et un peuple, mais le monde entier.» (benoit-et-moi.fr)

« Le Pape François priera le chapelet samedi en mondovision.

Le Pape priera le Rosaire ce samedi 30 mai à 17h30 devant la Grotte de Lourdes dans les Jardins du Vatican, en lien avec de nombreux sanctuaires mariaux du monde…

Une prière dédiée aux personnes marquées par la pandémie

L’initiative, organisée par le Conseil pontifical pour la Promotion de la Nouvelle Évangélisation, impliquera des familles et des hommes et femmes représentant les secteurs les plus concernés et particulièrement touchés par la pandémie, à qui seront confiés les dizaines de chapelets. Seront ainsi présents des médecins et des infirmières, des patients guéris et des personnes endeuillées, un aumônier d’hôpital et une infirmière, un pharmacien et un journaliste, et enfin un volontaire de la Défense civile avec sa famille. Une famille qui a vu naître un enfant durant cette période difficile sera également présente, pour exprimer l’espérance qui ne doit jamais faillir et la conviction que la vie est plus forte que la mort.

«Aux pieds de Marie, à la fin du mois qui lui est consacré et certain que la Mère céleste ne manquera pas de l’aider, François placera donc les peines et les souffrances de l’humanité», explique le Conseil pontifical.
Les plus grands sanctuaires des cinq continents, dont Lourdes (France), Fatima (Portugal), Lujan (Argentine), Guadalupe (Mexique), San Giovanni Rotondo et Pompéi (Italie), seront associésà cette retransmission… » (vaticannews.va).

Quel affront.

D’un côté, François méprise la Sainte-Vierge en la traitant de « métisse » comme au 12 décembre dernier,  en confirmant qu’Elle n’est pas co-rédemptrice, etc..

Et de l’autre, il place les peines dues au coronavirus sur les épaules de la Sainte-Vierge.

C’est digne de ce personnage à la langue fourchue qui démontre encore une fois l’utilisation du double langage.

Il est surprenant que le rosaire le lui brûle pas les mains.

Il confirme donc que lui et le Vatican sont parfaitement en phase avec la dernière poussée du mondialisme judéo-maçonnique.

Toute les initiatives sur le réchauffement climatique, sur les flux migratoires pour remplacer les chrétiens européens, la socialisation du monde par le salaire universel, la nouvelle religion œcuménique, et lapandémie mondiale, sont érigés en dogmes et accrédités par le chef de l’église lui-même.

Il n’y a pas eu encore de signes visibles dans le ciel, ni de « Grand Éclair à l’Orient », mais il est sûr et certains que ces signes temporels qui ne font que confirmer la « grande prostituée » de l’Apocalypse, nous y mènent.

25 mai

Photo de la ligne soleil-vénus-mercure-croissant de lune du 24 mai.

24 mai

En cette journée de la fête de Notre-Dame Auxiliatrice, Secours des chrétiens, François continue dans son voyage œcuménique vers la nouvelle religion mondiale et lance l’ «année Laudato Si».

« Le Pape François lance une année Laudato Si’

Du 24 mai 2020 au 24 mai 2021 aura lieu l’année Laudato Si’. Une initiative annoncée par le Pape François après la prière du Regina Cœli du 24 mai, pour marquer les cinq ans de l’encyclique (vaticannews.va).

Sa prière, une prière œcuménique socialiste, adressé au créateur.

Aucune mention de la Vierge Marie aujourd’hui.

Il a oublié que les prières de Caïn au Père sont toujours demeurés vaines après son homicide.

Voici sa « prière commune pour l’écologie intégrale » :

« Dieu aimant, Créateur du ciel, de la terre et de tout ce qu'ils contiennent.
Ouvre nos esprits et touche nos cœurs, afin que nous puissions faire partie de la création, ton don.
Sois présent pour les nécessiteux en ces temps difficiles, en particulier les plus pauvres et les plus vulnérables.
Aide-nous à faire preuve de solidarité créative pour affronter les conséquences de cette pandémie mondiale.
Rends-nous courageux en acceptant les changements apportés à la recherche du bien commun.
Maintenant plus que jamais, que nous pouvons tous nous sentir interconnectés et interdépendants.
Assure-toi que nous pouvons écouter et répondre au cri de la terre et au cri des pauvres.
Les souffrances actuelles peuvent être les douleurs de l'accouchement d'un monde plus fraternel et durable. »

Alors que:

«Consacrer une année entière à quelque chose suppose qu’il s’agit d’une affaire d’une importance et d’une gravité extraordinaires, et que c’est quasiment une question de vie ou de mort que tout le monde prenne conscience d’une réalité qu’il est désormais indispensable de changer. Mais c’est une autre chose que, comme Église, nous n’ayons rien de plus urgent que l’écologie intégrale…
Ce que je dis c’est qu’une église installée dans le relativisme qui perd ainsi des fidèles, dans un monde qui subit chaque année des millions d’assassinats d’enfants dans le ventre de leurs mères et dans lequel la famille, église domestique, est soumise à une crise gravissime, consacrer une année d’une manière particulière à l’écologie me semble une façon de nous tromper. » (benoit-et-moi.fr).

Alors que:

Aujourd'hui, 24 mai 2020, jour de la fête de la Bienheureuse Vierge Marie Auxiliatrice, c’est la prière écrite par Don Bosco dédiée à la Vierge qui est de mise.

Fin des temps = urgence de sauver des âmes.

Sauver les corps à la manière de François…

Il n’y a plus de temps pour cela.

N’importe quel prêtre avec quelques connaissances théologiques est bel et bien capable d’identifier l’époque critique que nous vivons.

Pas François.

Prière à Marie Auxiliatrice, Secours des Chrétiens :

« O Marie Auxiliatrice, bienheureuse Mère du Sauveur,
votre aide en faveur des chrétiens est des plus valables.
Pour vous, les hérésies ont été vaincues
et l'Église est sortie victorieuse de tous les écueils.
Pour vous, familles et individus ont été libérés
et préservés des malheurs les plus graves.
Que ma confiance en vous soit toujours vivante, afin que, dans toutes les difficultés, je puisse moi aussi ressentir que vous êtes vraiment
l'aide des pauvres, la défense des persécutés, la santé des malades, la consolation des affligés, le refuge des pécheurs et la persévérance des justes. »
 
Saint Jean de Bosco

Les signes dans le ciel:

Au coucher de soleil ce soir, vous pourrez observer une ligne formée par le soleil, la planète vénus, la planète mercure, et le croissant de lune.

Vénus pour les occultistes représente Lucifer, et le grand maître de la loge bleu en franc-maçonnerie.

Les signes du ciel pour l'ennemi sont importants.

Quand vénus, le maître, se tient entre le soleil et la lune

L’Etoile du matin
où la Franc-Maçonnerie rite d’origine Vénusienne

20 mai

Le 18 mai dernier avait lieu la célébration du 100ème anniversaire de Jean-Paul II.

Pourquoi?

François a célébré le fait à la basilique Saint-Pierre devant la tombe de ce dernier.(vaticannews.va)

« … devant la tombe du va-nu-pieds, éclatera le règne béni de la Très Sainte Vierge. Écoutez ses parole… » (prophétie de Jean XXIII concernant Benoît XVI).

Les deux comètes, la situation avec la pandémie, le climat de peur intentionnellement généré par l’élite judéo-maçonnique, l’hécatombe économique planifié depuis longtemps…

Et le grand titre du 18 mai : « Face à la COVID-19, le monde demande un vaccin pour tous et une réforme de l’OMS. »

Nous sommes témoins du dernier acte de l’ennemi. Il veut se faire Dieu.

Et son témoin a célébré le centenaire de sa naissance devant son tombeau.

La question était déposée depuis l’ouverture du site en 2011.

Pourquoi une caméra sur la tombe de Jean-Paul II?

Nous devrions avoir la réponse. Bientôt.

Autre coïncidence?

Le cycle 25 du soleil serait commencé depuis le 16 mai, jour du centenaire de la canonisation de Sainte Jeanne-D’Arc.

Une tache à la polarité inversée correspondant au cycle 25 est en formation (photos spaceweathergallery.com).

La comète dans la comète : ainsi en est-t-il de la comète ATLAS selon les dernières images publiées le 16 mai (spaceweathergallery.com).


Cette comète surprend les experts par un comportement rarement vu dont nous pouvons être témoins.

Il y avait eu la résurrection de cette dernière après la fragmentation du 11 avril.

Cette dernière photo renvoie l'image d'une Pentecôte, où l'Esprit accompagne et illumine le noyau.

Demain, c’est l’Ascension de NSJC.

Une autre coïncidence à ajouter?

En référence à l’image de la femme de l’Apocalypse du 24 mai (image analyses précédentes) où elle écrase Vénus tout en ayant les deux pieds sur la lune, voilant aussi le soleil, avec les deux comètes en conjonction avec le soleil…

Demain donc, vous verrez après le coucher du soleil, une conjonction entre la planète Vénus et de la planète Mercure.

Pour ceux qui veulent aller observer le ciel, voici où regarder.

Le 24 mai, il y aura donc une ligne formée par le soleil, le croissant de lune, mercure, et vénus…

Et peut-être l’interaction entre les deux comètes dans les mêmes parages.

15 mai

«La comète que ne voulait pas mourir»

C'est le nouveau surnom de la comète ATLAS qui continue son voyage malgré tout ce qu'on a pu lire depuis le 11 avril, jour de sa fragmentation, Samedi Saint où le Christ au tombeau prépare sa résurrection (photos prises le 12 mai: spaceweathergallery.com).

En lien avec ce que nous analysions il y a un mois, il y a bel et bien un signe de résurrection indiqué dans le ciel.

Signe d’Espoir? Signe de Foi?

Dans un contexte assez particulier avec la «pandémie», faisons le parallèle avec l’année 1920.

Celle-ci pourrait nous donner quelques indications précieuses de la période qui suivra le possible signe du 24 mai.

Nous partons du principe de l’avertissement plus 3 années pour voir se concrétiser cette dernière dans le monde temporel.

Nous partons aussi de l’hypothèse des 100 ans de règne de l’Antéchrist commençant par l’avertissement de la Sainte Vierge à Fatima commençant le 13 mai 1917.

On a vu qu’en octobre 1917 avait lieu la révolution bolchévique dont la Sainte Vierge a avertie 3 mois à l’avance lors de son apparition à Fatima 13 juillet.

La consolidation du pouvoir et du territoire russe est établit en 1920. Trois années plus tard.

Quant à la clique de la judéo-maçonnerie, ils jubilaient à Rome le soir du 16 octobre 1917…

« Lorsque les francs-maçons commencèrent à se démener de plus en plus effrontément et qu’ils eurent dressé leur étendard sous les fenêtres mêmes du Vatican, cet étendard où, sur un fond noir, Lucifer foulait sous ses pieds l’archange Michel, lorsqu’ils se mirent à distribuer des tracts invectivant contre le saint Père, l’idée se fit jour de fonder une association ayant pour but de combattre les francs-maçons et d’autres suppôts de Lucifer …

À l’occasion du deuxième centenaire de la fondation de la maçonnerie moderne, en cette année 1917, les francs-maçons se livraient à Rome-même à de sacrilèges parodies...

En 1917, les francs-maçons qui s’exhibaient à Rome avaient aussi des banderoles proclamant : « Satan doit régner au Vatican. Le pape sera son esclave ! » (leblogdumesnil.unblog.fr).

En pleine montée de l’infiltration de la franc-maçonnerie au Vatican, Benoît XV publie son encyclique Spiritus Paraclitus le 15 septembre 1920, qui encourage les fidèles à lire les Saintes Écritures.

Elle soutient ainsi l'immunité parfaite des Écritures à l'égard de toute erreur.

1920, c’est aussi la fin officielle de la pandémie de la grippe espagnole.

Pour la Fille Aînée de l’Église, la France, c’est la canonisation de Sainte Jeanne-D’Arc le 16 mai par Benoît XV, ce qui mène la Fille Aînée de l’Église à reprendre ses relations avec le Vatican en 1921.

2020 est donc une année de jubilé.

Un cycle de 100 ans donc qui commence avec Benoît XV sur le trône, et se terminera avec Benoît XVI sur ce dernier, en tant que gardien spirituel de la Sainte Église.

Ou, selon les devises de la prophétie de St-Malachie, de la « religion dépeuplée » à la « labeur du soleil ».

Ce qui correspond effectivement à un siècle du déclin de la foi catholique, la grande apostasie, qui se terminera par un Jugement par le feu, par le soleil.

L’avertissement d’un tel événement a été donné par le Ciel il y a 99 ans.

Du 13 mai (date importante de l’apparition à Fatima) au 16 mai (date de la canonisation de Sainte Jeanne-D’Arc), avait lieu une grande, énorme tempête géomagnétique déclenchée par une éjection de masse coronaire (CME) venant du soleil.

Aussi fort que lors de l’événement de Carrington, la tempête solaire de 1859.

C’est un événement rare. Peu de gens connaisse l’histoire de la tempête de 1921.

C’était l’ère du télégramme (on se rappelle que la comète ATLAS est un fragment de la grande comète de 1844, année de l’invention du télégramme), prouesse technologique aboutissant aujourd’hui au téléphone dit intelligent.

Le triomphe de Satan par la technologie.

La nouvelle religion humaniste prêche par ce système, par la foi en la science.

Le péché d’orgueil à son comble.

Cette période de 3 jours en 1921 fut ponctuée d’aurores boréales inédites, visibles même dans des régions au sud qui ne voient que très rarement ce genre de manifestations dans le ciel.

La tempête solaire de 1921 fut tellement intense que l’induction électrique dans les fils de télégraphie les firent surchauffés.

Et ils prirent feu… Et plusieurs bâtiments avec.

C’était un événement mondial.

Les services de communication furent interrompus en Australie, au Brézil, au Denmark, en France, au Japon, en Nouvelle Zélande, en Norvège, en Suède, au Royaume-Uni, aux États-Unis… Partout.

En 1921 c’était la fin du cycle solaire 15, cycle dont l’apogée de l’activité solaire eu lieu…

Et oui, en 1917.

Année des apparitions de Fatima.

Cette année fut déclarée comme étant le « début du maximum moderne ».

Le soleil termine présentement le cycle 24…

24 comme…

24 mai et un soleil voilé par le signe de la Vierge?

Le soleil donne déjà des signes de début du cycle 25, ce qui devrait être officiel d’ici 5 mois, avec l’apparition de taches solaires plus importantes, et de façon plus régulière.

Inutile de s’imaginer les conséquences d’une tempête magnétique d’une telle ampleur pour une époque où l’ordinateur, qui fait la gloire du système 666, est archi-dominant dans notre quotidien...

11 mai

« Benoît XVI, interviewé par Peter Seewald, fait quelques déclarations qui mettent en lumière sa compréhension du renoncement à la papauté active. Dans le livre, il parle de la « dimension spirituelle » de son état actuel et le définit comme « mon mandat ». Avec la renonciation, dit-il, il s’est dépouillé de tout « pouvoir juridique concret » et rôle de gouvernement, mais a conservé un « mandat spirituel ». » (benoit-et-moi.fr)

Voilà.

Benoît XVI confirme lui-même qu’il est le Katéchon dont parle Saint-Paul.

Son rôle protecteur était essentiel dans les 7 dernières années.

Le signe possible dans le ciel du 24 mai serait le signal que cette période est terminée.

L’extermination de l’impie, celui qui le 5 mai dans son sermon affirme que tout va bien quand le diable se démène, s’en vient.

« L'Église, a rappelé François, «se situe entre les consolations de Dieu et les persécutions du monde». Et à une Église «qui n'a pas de difficulté il manque quelque chose» et «si le diable est calme, les choses ne vont pas bien». » (vaticannews.va)

Il n'y a qu'une possibilité où « tout va bien », et selon les commandements du Christ qu’il nous a légués, nous appelons cela « Le Royaume des Cieux ».

François confirme donc que le diable lui-même est dans la demeure.

La comète ATLAS a repris de la vigueur à la stupéfaction des astronomes.

Terry Lovejoy, chasseur de comètes émérite (il en a 6 à son nom), a pris des photos d’ATLAS du 5 au 9 mai où on peut voir la luminosité augmentée grandement. (image- earthsky.org)

Le 24 mai c’est aussi la 144ème journée de cette année bissextile.

Cette période s’ouvre donc avec la Solennité de la Vierge Marie le 1er janvier et se termine par la fête si importante de Notre-Dame Auxiliatrice, Secours des chrétiens.

144.

Le chiffre des justes.

NSJC a révélé qu’à la fin des temps, que seul le signe de Jonas nous sera donné.

Ce peut être en relation avec les derniers 3 jours de ténèbres, et cela peut-être relié aux 3 dernières années.

Car depuis le 31 octobre 2016, jour où François signe la déclaration avec les luthériens, en passant par le 14 novembre 2016 avec la publication des dubia et le 29 novembre 2016 par la clôture de la Porte Sainte de la Basilique Saint-Pierre , on peut affirmer que le ciel s’est obscurci.

C’est la période « mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? », cette période avant l’agonie de NSJC.

Cette période de 3,5 années commençant en novembre 2016 nous pointe donc autour du 24 mai 2020.

Marie-Julie Jahenny avait justement prophétisé en 1882 (en ce qui ressemble aussi fortement à la crise du coronavirus)…

« Un repos fort court suivra cette grande entrée dans le mal qui sera complet, surtout au Centre (Paris) et dans les environs. Le 24 mai, il se passera entre les hommes qui se disent vainqueurs et élevés en science, un éclat qui ébranlera cette Grande Ville où le sang a tant de fois rougi le pavé et ce branle ne s’apaisera pas. Tu sais que le nombre 14 a été choisi par Moi. "

" La seconde et violente crise commencera et ira jusqu’à 45 jours. La France sera envahie jusqu’au diocèse qui commence la Bretagne : la voix ajoute le vôtre. La plus forte armée va tomber sur Orléans et envahir des espaces de terre que je ne peux limiter, dit Saint Michel. D’un seul élan, ils parviendront jusqu’aux alentours de la Grande Ville (Paris). Ils n’y pénétreront qu’à la moitié de la crise, Amis de la Croix, lorsque cette armée pénétrera par la porte de la terre volée, elle aura un renfort qui secondera ce roi semblable à un tigre contre les Français. Les éléments les  plus remarquables de son armée feront partie de cette bande qui vient de la porte d''Alsace. Ils fonceront sur le centre, dans un horrible ravage. Ils camperont en ce lieu, achevant la ruine complète de la pauvre France. »

07 mai

La renaissance de l’Église après sa passion selon le catéchisme se termine par le paragraphe 677 où

« L’Église n’entrera dans la gloire du Royaume qu’à travers cette ultime Pâque où elle suivra son Seigneur dans sa mort et sa Résurrection. Le Royaume ne s’accomplira donc pas par un triomphe historique de l’Église selon un progrès ascendant mais par une victoire de Dieu sur le déchaînement ultime du mal qui fera descendre du Ciel son Épouse. Le triomphe de Dieu sur la révolte du mal prendra la forme du Jugement dernier après l’ultime ébranlement cosmique de ce monde qui passe. »

Ce monde qui passe c’est Babylone la grande, les deux Babylone identifiées par Jean XXIII, les Nations-Unies et le Vatican.

Son Épouse, l’Église descendra du Ciel.

C’est la femme enceinte de la nouvelle Église de l’Apocalypse avec les pieds sur la lune, voilant le soleil, représentée par Notre-Dame de Guadalupe.

Le Jugement dernier aura lieu APRÈS l’ultime ébranlement cosmique!

Il y aura donc un signe cosmique d’envergure.

Les puissances des cieux seront ébranlés.

Le mois de mai, ce mois si important de Marie, a commencé avec ce signe de la comète SWAN le premier du mois, qui a expulsé un surplus de gaz, ce qui a fait craindre le pire aux astronomes, une fragmentation, mais ce n’est pas le cas (vidéo spaceweather.com).

En supplément des analyses précédentes, peut-on donc logiquement associé la femme de l’Apocalypse au signe de la possible collision des deux comètes?

Nous savons (voir analyses précédentes ) que la tilma (gloria.tv) de Notre-Dame de Guadalupe regroupe les constellations visibles dans le ciel du Mexique lors de son apparition du 12 décembre 1531.

C’est normal puisque le Mexique est situé près de l’équateur.

Mais puisqu’elle représente Notre-Dame de l’Apocalypse, un signe de la fin des temps, qu’a-T-elle voulu nous indiquer par ces constellations? En cette fin des temps?

Les rois mages, quand ils ont vu un signe inhabituel dans le ciel il y a plus de 2000 ans, savaient qu’il y avait un situation inédite qui se produisait, un événement qu’ils ne pouvaient connaître d’avance, mais ils ont eu foi en leur science du ciel et se sont mis en marche, pour découvrir le Christ naissant.

L’histoire est une question de cycles et nous assisterons à la renaissance de l’Église dans les mêmes conditions : par un signe dans le ciel.

Notre-Dame de Guadalupe voile le soleil. C’est visible par les rayons qui dépassent de chaque côtés de son manteau.

Elle a les pieds sur la lune.

Donc la Sainte-Vierge nous indique que nous devons avoir un soleil voilé, la lune en position précise sous ses pieds, et les constellations.

C'est beaucoup!

Nous rappelons selon les dernières analyses que le signe doit être aussi visible par toute l’humanité, ce qui n’est possible que si les signe suit la course du soleil.

Alors, où est la lune en ce 24 mai 2020?

Question cruciale puisque la lune fait sa rotation autour de la terre en 28 jours.

La lune, si on se fit aux aiguilles d’une horloge, se situe à 7 heures du soleil qui est en Taureau.

Du point de vue d’un observateur terrestre, il y aurait donc un croissant de lune de cette forme au lever du soleil (exemple ici).

La lune n’est pas visible au lever du soleil étant donné la luminosité de ce dernier.. à moins d'avoir un soleil voilé!

Sur l’image du ciel du 24 mai, on peut apercevoir les deux comètes dans leurs positions approximatives sans la collision anticipée, presque en conjonction avec le soleil.



On peut voir la constellation du cocher qui sert de guide pour superposer l’image des constellations de Notre-Dame de l’Apocalypse (catholbel.be par exemple).



Et voilà, le mystère de la femme avec les deux pieds sur la lune de l’Apocalypse se révèle peut-être.

Est-ce une coïncidence ou considérant les deux comètes présentes dans les mêmes parages près du soleil, est-ce le signe du Ciel?

Car, tout concorde en cette date unique, à ce temps de l'année seulement, avec les deux comètes, et la lune en position exacte.

Nous saurons bientôt ce qu’il en est.

Car les forces qui militent contre l’Église continuent la croisade de la fin des temps via le Haut-Comité pour la fraternité humaine.

Depuis la signature à Abu Dhabi le 4 février 2019 du document sur la fraternité humaine pour la coexistence et la paix mondiale, signé par François et le Grand Imam d'Al-Azhar, ce comité met les bouchées doubles pour un consensus sur une nouvelle religion mondiale.

L’appel a été approuvé le 3 mai par François et par le Secrétaire général des Nations-Unies.

C’est tout dire.

Cette fois, il invite tous les croyants à une journée de prière et de jeûne pour l'humanité le 14 mai contre le Covid-19.

Le Comité invite les croyants à ne pas oublier de nous adresser à Dieu lors de cette crise…

Pensez-vous que Dieu aura une oreille sensible face à cette demande?

Aucune mention du Christ ou une repentance de nos péchés dans cette supplication.

Or, un pseudo pape qui prend les devants pour approuver cette demande avec les religions qui ne croient pas au Christ en tant que Dieu incarné, à quel Dieu s’adresse-t-il?

Nous n’avons pas besoin de la réponse.

C’est le même Dieu dont Jean XXIII nous décris les « fruits » via la prophétie politique #30, le « livre maudit ».

Et, le 14 mai, c’est la date favorite de la judéo-maçonnerie (création d’Israël par exemple).

Tous ces chefs alors s’adressent à Lucifer, l’ange déchu, cet esprit malin, le loup qui s’est déguisé en mouton et qui conduit l’humanité à abattoir.

« Dans le livre (note : la dernière biographie de Benoît de Peter Seewald), le pape émérite répond à quelques questions et explique, par exemple, cette phrase dramatique et énigmatique prononcée dans l’homélie du début de son pontificat : « Priez pour moi, afin que je ne fuie pas par peur devant les loups ». (Antonio Socci, Benoît XVI, le Katéchon. (benoit-et-moi.fr)).

« Chers amis croyants en Dieu, le Créateur universel, nos frères et sœurs en humanité partout… »

C’est clair.

Personne n'est exclu. Tout peut être cru.

Sataniste, islamiste, bouddhiste, animiste à la sauce Pachamama, etc..

Cet appel s'adresse à vous.

Par contre…

« Je crois en l’Église, une, sainte, catholique et apostolique… » est volontairement absent de l’esprit de François (crédo catholique de Nicée-Constantinople).

L’Antichrist achève son œuvre. Il est au sommet de sa gloire.

Sa chute est donc imminente…

En synchronisation avec le signe du Ciel.

05 mai

LA LABEUR DU SOLEIL

La comète ATLAS symbolise le dieu grecque qui supporte le monde (il supporte la planète sur ses épaules), la maison commune, l’humanisme. Elle éclate en morceaux le 11 avril dernier, au Samedi Saint.

La comète SWAN apparaît le 11 avril et devient un signe de perturbation, l’équilibre est rompu, le paradigme ne tient plus.

Babylone la grande ne sera jamais plus pareil.

Car SWAN en français, c’est le « cygne », et le monde attendait son « cygne noir », le coronavirus.
(fr.wikipedia.org – théorie du cygne noir).

Les deux sont dues pour une rencontre le 24 mai.

À part l’excès ou le manque de luminosité du soleil si le signe a lieu, quelle serait le phénomène qui apeurerait l’humanité, assez pour amener certains à la conversion?

Plus qu’un signe visuel, la collision des deux comètes pourraient produire un signe auditif.

Nostradamus dans la centurie II-41 spécifie qu’il y aura un cri comme un gros chien hurlant la nuit.

« Le gros mastin toute nuict hurlera ».

Une explosion est toujours suivie d’une onde de choc sur une masse d’air.

Or, dans l’espace la matière est plus subtile.

C’est une onde de plasma qui accompagne l’explosion.

Les corps célestes émettent des sons, dont le soleil.

Un exemple frappant tout récent peut nous être donné par la sonde spatiale parker lancée en août 2018.

Et en décembre 2019, la NASA a publié les différents sons des vents solaires (parker probe NASA).

Celui qui nous intéresse spécialement est le quatrième dans la liste.

Le « whistle mode wave one » qui sonne... comme un chien hurlant.

Étant donné que le signe selon Nostradamus durerait 7 jours, serait-il possible que ce hurlement ait effectivement la même durée?

Si c’est le cas, il devient assez évident que ceux qui n’ont pas la capacité d’entrer en prière et en méditation seront atteints de folie.

Cela ressemble drôlement à des cris de démons.

Soyons prêts et non surpris s'il y a lieu.

Aujourd’hui, Peter Seewald publie sa biographie en allemand sur le pape Benoît XVI.

Les médias traditionnels fidèles à la nouvelle religion humaniste n'ont pointé que les droits LGBT et l’avortement.

C'est un lynchage médiatique.

Ce qui est démontré dans l'article de Benoît et moi.

Or, ce que confirme Benoît XVI, c'est que nous sommes en présence de l'Antichrist.

Il n’y a pas de doute.

Il identifie l’Antichrist au « système humaniste ».

Toute personne qui est contre les principes chers à François dont l’immigration, le réchauffement climatique, les célébrations païennes, l’œcuménisme… est automatiquement « stigmatisée » et identifiée comme ennemi de la nouvelle religion.

C’est exactement ce qu’affirmait le regretté Serge Monast dans ses écrits.

La seule différence c’est que tout s’est passé sous une forme plus insinueuse, plus hypocrite.

« La société moderne est en train de formuler une foi antichristique, à laquelle on ne peut s’opposer sans être puni par l’excommunication sociale. Il est donc plus que naturel d’avoir peur de cette force spirituelle de l’Antéchrist, et il faut vraiment l’aide de la prière d’un diocèse entier, et de l’Église universelle pour y opposer de la résistance.» (Benoît XVI)


Lifesitenews révèle plus de contenu de l'interview qui a servi à la biographie:

« Interrogé sur l'affirmation souvent répétée selon laquelle en tant que pape, il a rencontré «de nombreux blocages» pendant sa papauté de la part de la Curie romaine, le pape Benoît XVI a répondu: «Les blocages provenaient plus de l'extérieur que de la Curie. Je ne voulais pas simplement promouvoir avant tout la purification dans le petit monde de la Curie, mais dans l'Église dans son ensemble. » Expliquant plus en détail ses pensées, il a ajouté qu '«entre-temps, les événements ont montré que la crise de la foi a conduit aussi spécialement à une crise de l'existence chrétienne». C'est, a-t-il poursuivi, ce que le «pape doit avoir devant ses yeux»...

Mais la véritable menace pour l'Église et avec elle pour le bureau de Petrine ne vient pas de telles choses, mais de la dictature mondiale d'idéologies apparemment humanistes. »

Contredire cette dictature, a expliqué Benoît, cela «signifie l'exclusion du consensus de base de la société».

C'est dans ce contexte que Benoît a mentionné l'«Antichrist».

L'Église catholique enseigne qu'avant la glorieuse seconde venue du Christ, l'Église passera par une «épreuve finale» qui «ébranlera la foi de nombreux croyants».

«La persécution qui accompagne son pèlerinage sur terre dévoilera le« mystère de l'iniquité »sous la forme d'une tromperie religieuse offrant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l'apostasie de la vérité», déclare le Catéchisme de l'Église catholique.

"La tromperie religieuse suprême est celle de l'Antéchrist, un pseudo-messianisme par lequel l'homme se glorifie à la place de Dieu et de son Messie incarné", a-t-il ajouté.

Le vénérable archevêque Fulton J. Sheen dans un sermon radiophonique de 1947 a décrit l'Antéchrist comme un «grand humanitaire» qui «parlera de paix, de prospérité et d'abondance».

«L'antichrist ne sera pas ainsi appelé, sinon il n'aurait pas de disciples. Il ne portera pas de collant rouge, ne vomira pas de soufre, ne portera pas de lance ni n'agitera une queue fléchée comme Méphistophélès à Faust », a déclaré Sheen.

«Notre Seigneur nous dit qu'il sera tellement semblable à lui-même qu'il tromperait même les élus - et certainement aucun diable que nous ayons jamais vu dans les livres d'images ne pourrait tromper même les élus. Comment viendra-t-il dans cette nouvelle ère pour gagner des adeptes de sa religion? »...» (lifesitenews.com).

C'est très clair.


Benoît vient d’identifer l'Antichrist et l'Antichrist personne sur le trône par le fait même.

Il vient de faire la séparation du bon grain de l'ivraie.

Il vient de définir la ligne.

Pour ou contre Mamon.

C'est une étape extrêmement importante car il confirme la fin de sa mission.

Sa protection ne tient plus puisqu’il sait maintenant que cette période du catéchisme a lieu maintenant.

Il ne peut plus rien changer aux écritures.

Aujourd’hui, en ce mois béni de Marie, Benoît XVI est apparu au grand jour comme celui qui retenait le mystère d'iniquité.

Alors, le katéchon n'a plus sa raison d'être car cette parole de Saint-Paul s'applique maintenant:

« Car le mystère d'iniquité s'opère déjà, mais seulement jusqu'à ce que celui qui le retient encore paraisse au grand jour.
Et alors se découvrira l'impie, que le Seigneur (Jésus) exterminera par le souffle de sa bouche, et anéantira par l'éclat de son avènement. »

Benoît XVI, la « labeur du soleil » selon la prophétie des papes de St-Malachie (voir analyse générale), est sur le point de nous quitter, avant le signe du soleil.

Le sort réservé à la « gloire de l’olive », le prince de la fausse paix, la bête de la mer, est l’extermination.

Les deux prophéties concernant Benoît XVI et François vont s’achever.

Et François, pour confirmer sans s'en rendre compte l'importance de ce mois de mai 2020, a célébrer la messe à Sainte-Marthe ce premier mai en présence de la statue de Saint-Joseph (pour lui patron des ouviers, sa manière à lui de célébrer sa foi socialiste; Notre-Dame à Fatima nous avait prévenu).

Pour nous, la Sainte Famille est réunie.

Le 19, chiffre du Jugement (Saint-Joseph, Père adoptif de l'Église, fêté le 19 mars) et uni au chiffre 5, le chiffre de Marie.

Or, rappelons nous..

Du 19 mars 2020 (intronisation de François) au 24 mai il y a les 66 jours... Ce qui signifie la fin de la bête.

02 Mai

LE SIGNE

La comète ATLAS séparée en 4 noyaux étend ses fragments selon la dernière mise à jour de la simulation des trajectoires (NASA).

Le noyau principal demeure et passera à 376 km du soleil le 31 mai, ce qui est très peu face à la gravité du soleil. On peut donc estimer que le noyau principal se désintégrera ou plongera tout simplement dans l’astre du jour, s’il n’entre pas en collision avec la comète SWAN.

Pour les noyaux maintenant qualifiés d’ATLAS B,C, et D par la NASA, les distances seront respectivement de 166052 km, 244861 km, et 404033 km.

C’est donc la preuve que le champs d’expansion d’ATLAS est vaste, et qui d’un côté augmente la probabilité d’une rencontre avec la comète SWAN.

Il faut envisager la possibilité d’Éjections de Masse Coronaires (CME) venant du soleil en cette Pentecôte car même si les spécialistes confirment qu’il n’y a aucun lien entre la fin d’une comète plongeant dans le soleil et les CME, les dernières comètes à le faire ont généré de l’activité solaire de ce côté. Surtout que SWAN devrait résister à une collision partielle et qu’il y aura donc plusieurs noyaux venant des deux comètes autour du soleil.

Voici la dernière photo de la comète SWAN (NASA).

Les astronomes sont déjà étonnés par la longueur de la queue que vous pouvez observer sur la photo, ce qui est un signe que la comète SWAN est pleine de gaz, surtout de l’hydrogène.

Alors, autre que la danse du soleil, que peut on anticiper comme signe ?

Il faut se rappeler que la femme avec les deux pieds sur la lune dans l’Apocalypse entourée par le soleil (représentée par Notre-Dame de Guadelupe) voile effectivement le soleil.

Pour avoir une idée de l’ampleur  que peut représenter la collision de deux corps célestes (juste le fait d’avoir deux comètes en même temps allant au soleil est déjà un signe exceptionnel), il faut se rappeler la rencontre de la comète Shoemaker-Levy 9 et de la planète Jupiter.

C’était  le 16 juillet 1994 en la fête de Notre-Dame du Mont Carmel.

Selon les déclarations glanées ici et là par les scientifiques de la NASA ce fut « un appel au réveil pour l'humanité » (NASA : histoire complète avec vidéos).

Pourquoi ?

Parce qu’il s’agissait de la « de la première collision de deux corps du système solaire jamais observée, et les effets des impacts de la comète sur l'atmosphère de Jupiter ont été tout simplement spectaculaires et au-delà des attentes », a déclaré la NASA.

Ce fut tellement fort que l’anneau rouge de Jupiter a fait une rotation de 2 degrés après l’impact.

Si la comète avait frappé la Terre à la place, elle aurait pu créer une catastrophe atmosphérique mondiale, un peu comme l'événement d'impact qui a anéanti les dinosaures il y a 65 millions d'années.

C’était un grand réveil. Un avertissement aux humanistes de la maison commune  que la survie de la planète ne tenait qu’à un fil.

« La comète qui a battu Jupiter et secoué le Congrès...
Après que Shoemaker – Levy 9 a fait des ravages sur la plus grande planète du système solaire en 1994, pendant un rare moment sur la Terre, la politique n'était pas paroissiale, mais astronomique. Son héritage politique et scientifique brille encore aujourd'hui… » (scientificamerican.com).

Cet impact a créé une tache noire de plus de 12,000 km de diamètre, et il est estimé que l’énergie relâchée équivalait à environ 6,000,000 mégatonnes de TNT (c’est 600 fois le montant de l’arsenal nucléaire mondial).

À comparer à la bombe H la plus puissante de l’histoire de 50 MT, c’est immense.

La peur est la mère de la prudence...

D’où la panique qui s’en ait suivi pour le lancement de plusieurs programmes d’observation d’objets célestes nuisibles par la suite.

Ce qui n’existait pas auparavant.

Revenons aux deux comètes qui nous intéressent.

Pour avoir un signe vu de toute l’humanité, il faut une collision.

Et en comparant les images de la référence de la NASA ci-haut, on peut voir que l’éclair de la comète frappant Jupiter est immense.

Assez pour aveugler ou faire apparaître un deuxième soleil comme dans la prophétie de Nostradamus.

Car rappelons le, le signe doit être visible de jour.

Et Jupiter n’est qu’une planète gazeuse.

Alors, qu’elle serait la réaction entre les deux comètes?

Surtout que c’est le premier voyage de SWAN vers le soleil selon les experts Elle est donc pleine d’hydrogène.

C’est ce que la Vierge Marie a prédit aux enfants de Garabandal en 1962.

« On verra dans le ciel comme deux étoiles qui entreront en collision dans un vacarme épouvantable et beaucoup de lumière, mais elles ne tomberont pas. L’humanité sera effrayée. »

C’est peut-être ce que Marie-Julie Jahenny a prédit ici :

« Mon peuple, Mon peuple, Mon peuple, tes yeux vont voir le commencement de l’heure épouvantable, quand le froment en herbe ne sera pas au troisième nœud de sa croissance.
Au moment où Mon peuple n’aura plus qu’à s’armer de Foi et l'espérance, encore en la saison dure, pendant quatre heures - de midi à quatre heures en France - en des jours durs encore, le soleil aura comme un voilement de deuil ; Il sera obscurci, sans lumière.
Jamais personne sur la terre ne pourrait croire aux noirceurs de ces ténèbres. La terre n’aura plus rien. L’œil sera voilé, sans qu’il puisse voir le moindre objet.
Mon peuple, ce sera le commencement des châtiments de Ma Justice. C’est le soleil qui annoncera ces douleurs : le ciel qui pleurera, sans pouvoir se consoler, parce que ce sera l’entrée du temps où les âmes se perdront, l’entrée, en un mot de l’épouvantable malheur. Mon peuple, cette obscurité couvrira la Bretagne l’espace de quatre heures, mais il n’y aura pas de mal... une petite frayeur simplement. Vous n'aurez pas peur ? » (5 octobre 1882).

Mais cela ressemble plus aux trois jours des ténèbres qu’à un avertissement.

C’est l’après si on se fit aux phases du miracle du soleil à Fatima décortiquées dans les analyses précédentes.

Avril 2020

29 Avril

AVANT LE SIGNE

L’image de la comète ATLAS observée par le télescope Hubble le 23 avril dernier a révélé qu’il n’y avait pas que quatre noyaux mais environ 30 morceaux éparpillés (NASA).

Qu’en penser?

Tout dépend de la grosseur des fragments.

Les chances de voir une collision potentielle avec la comète SWAN sont diminuées si ATLAS ne devient que poussières filants vers le soleil.

Par contre, 30 gros fragments viennent de multiplier par 30 la possibilité d’un tel événement.

De plus, on peut voir sur l’image que des débris sont à la traîne, et que le champs de collision potentiel s’est considérablement élargi.

La comète ATLAS gardent tout de même 4 importants noyaux.

Mais déjà, de voir ce phénomène juste avant la rencontre potentiel avec la comète SWAN est en un sens… exceptionnel.

Les voies du Seigneur sont impénétrables dit-on…

C’est un événement tout de même très rare...

« ..."C'est vraiment excitant - à la fois parce que de tels événements sont super cool à regarder et parce qu'ils ne se produisent pas très souvent. La plupart des comètes qui se fragmentent sont trop faibles pour être vues. Les événements à une telle échelle ne se produisent qu'une ou deux fois par décennie",..» (source NASA ci-haut)

Avec la possibilité de ce signe extraordinaire dans le ciel le 24 mai donc, nous pouvons avancer un scénario plausible par rapport aux prophéties de l’église de Jean XXIII.

Sans en connaître les dates exactes, nous pouvons anticiper les échéances, car pour avoir un signe le 24 mai, certaines conditions doivent être remplies :

Benoît XVI est le katéchon, le protecteur qui retient le Ciel par sa prière.

Et Saint-Paul (2 Thes. 2,8) annonce effectivement la fin du mystère d’iniquité, c’est à dire François...

« … le mystère d'iniquité s'opère déjà, mais seulement jusqu'à ce que celui qui le retient encore paraisse au grand jour. Et alors se découvrira l'impie, que le Seigneur (Jésus) exterminera par le souffle de sa bouche, et anéantira par l'éclat de son avènement… »

Un signe le 24 mai annonce que la protection n’est plus, ou sur le point d’être retirée.

Nous pouvons anticiper le décès de Benoît XVI, et même peut-être avant le 13 mai, pour les 103 ans de Fatima, car c’est la règle du + 3 années pour la validation (voir analyses précédentes).

Le tombeau de Benoît XVI est déjà prêt depuis longtemps à la basilique Saint-Pierre.

Les funérailles auraient lieu sans foule étant donné le coronavirus, dans la basilique comme lors du Triduum Pascal, l’autel à l’entrée de la porte.

Or, la tombe de Jean-Paul II est située à la droite de la porte, dans la chapelle de Saint-Sébastien.

Ce sera le début du triomphe de Marie annoncé dans la prophétie de Jean XXIII, le signal, l’appel à la chute des deux Babylone, Vatican et Nations-Unies, de la destruction du ciment par la Terre.

Selon la prophétie concernant François, liée à la centurie des deux soleils de Nostradamus, ce dernier devra fuir (changer de terroir), ou cela veut tout simplement dire, décéder.

Ce serait cette période de 7 jours allant du 24 mai au 31 mai,

Il n’y aurait pas de tombeau de libre pour lui à la basilique Saint-Pierre.

Il n’est plus pape, et cela vient de lui, il a renoncé au titre de Vicaire du Christ.

Il ne serait pas surprenant qu’il ait demandé à être enterré en Argentine. Pas de foule. Pas de funérailles étant donné le coronavirus.

« Ton règne sera grand (dans le sens de la destruction finale de l’Église) et bref. Père, il sera bref mais il te mènera loin, dans la lointaine terre où tu es né et où tu seras enseveli.A Rome ils ne voudront pas te donner. »

Il peut s’agir aussi d’un règne « bref » APRÈS le décès de Benoît XVI. Qui sait?

Nous serons au courant des faits bientôt.

Pour François, Saint-Jean avait déjà spécifié son destin (Apocalypse14 ) :

« Ecris encore à l'ange de l’Église de Laodicée : Voici ce que dit l'Amen, le Témoin fidèle et véritable, le Principe de la création de Dieu :
Je connais tes œuvres : tu n'es ni froid ni chaud. Plût à Dieu que tu fusses froid ou chaud ! Aussi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni chaud, je vais te vomir de ma bouche. »

Selon la vision de Pie X, François «fui» Rome sur les cadavres de ses prêtres : c’est l’apostasie générale (Jean dans l’Apocalypse à l’église de Sardes spécifie « Je connais tes œuvres : tu as la réputation d'être vivant, mais tu es mort. ». C’est aussi la parabole du figuier stérile : les prêtres à la moelle pourrie de l’intérieur.), et/ou une vision sans  prêtre présent aux funérailles alors qu’habituellement, c’est bondé sur la place Saint-Pierre (voir par rapport aux funérailles Jean-Paul II par exemple).

Il sera seul comme dans les célébrations du Triduum Pascal où il était seul sur le parvis de la basilique.

Étant donné le contexte du coronavirus, il n’y aurait pas de conclave.

Le Vatican s’est soumis à la république italienne.

Mais l’intérim doit être assuré,

Ce qui reviendrait fort probablement au dauphin de François, le cardinal Secrétaire d’État, Pietro Parolin, celui venant « des brumes » comme le spécifie Jean XXIII.

Après le signe de la Vierge, toujours dans ce contexte du coronavirus, il y aura cette paix prophétisée, le silence d’une demi-heure de l’Apocalypse à l’ouverture du 7ème sceau, après l'assassinat du père venant des brumes (voir prophétie concernant Jean XXIII).

Dans cette « longue paix relative » depuis l’éclosion du coronavirus (elle pourrait être aussi courte que 14 jours par exemple), on oublie les guerres, on oublie la pandémie, car c'est le choc de la Pentecôte.

Mais la réalité des deux Babylone rattrappe l'humanité avec sa pandémie au bout du temps de paix.

Les tensions avec l’Iran sont toujours présentes.

Il n’y a jamais eu autant de nations réunies autour de la Syrie en même temps : Russie, Turquie, Iran, États-Unis, Israël, France, Grande-Bretagne, etc.

Tout près de Meddigo, en Israël.

Parolin devra empêché une guerre. Il ira rencontrer le « grand frère à la croix renversée sans les lis » et ne reviendra pas vivant.

Toujours pas de conclave dû au contexte du coronavirus. Plus de Père, les frères veulent tous être Père confirme Jean XXIII, donc signe de confusion.

La « longue paix relative » en a effet fait oublié le grand frère crucifié renversé sans les lis.

Et tout bascule...

27 Avril

L'ARCHE MARIE PARTIE V

LA PENTECÔTE

En l’honneur de Notre Sainte Mère, la Vierge Marie.

Que ce 5ème mois qui lui est consacré soit celui où l’Esprit de son Fils nous inonde de sa lumière.

Ouvre les yeux. Réveille toi. C’est l'heure.

La comète ATLAS est maintenant divisée en 4 noyaux (vue au télescope Hubble – spaceweather.com), ce qui augmente la probabilité d’une collision avec la comète SWAN.

Comme plusieurs l’anticipent, un signe d’une durée de 7 jours du 24 au 31 mai nous amène à la Pentecôte, soit le  50ème jour après la résurrection, le chiffre du jubilé, de la remise des dettes et des fautes selon la tradition dans l’ancien testament, le chiffre qui suit évidement la limite du diable, le 49.

Allons-nous assister à la résurrection des deux témoins?

Car il peut effectivement s’agir d’une période de réveil, du « grand réveil ».

Si le signe dans le ciel peut-être expliqué par la science, et ce serait le cas n’en doutons pas, pour Malachi Martin il s’agit de la preuve de l’existence de Dieu.

Ce constat ne peut venir que de deux faits :

Premièrement, tout comme le miracle du soleil en octobre 1917, les justes verraient dans le ciel la Sainte-Famille, suivit de Notre-Dame du Rosaire, Notre-Dame des Sept Douleurs, et de Notre-Dame du Carmel, et seraient donc confortés dans leur foi.

L’autre possibilité est l’expérience d’un mini jugement donné par le Père dans toute sa miséricorde, comme temps de pénitence, pour changer de voie et sauver ainsi son âme.

Ce serait la Pentecôte pour tous.

Ainsi ceux qui ont cultivé leur foi inébranlable seront encore plus convaincus, les tièdes auront la chance de faire grandir leur foi pour le petit peu de temps qui leur reste, et les athées et les apostats retourneront à leur vie normale post-coronavirus sous la tutelle des deux Babylone.

Il se peut que cela soit la résurrection des deux témoins de l’Apocalypse, la résurrection de la loi et les prophètes, les deux candélabres, les deux oliviers, qui se mettront à prophétiser tout comme les apôtres l’ont fait il y a deux milles ans.

Ce serait là le signe de la Vierge, comme l’a spécifié le père Malachi Martin.

Celle qui a fait descendre les langues de feu du Saint-Esprit sur les apôtres à la Pentecôte.

Ce que leur avait anoncé NSJC :

« Un jour qu'il était à table avec eux, il leur recommanda de ne pas s'éloigner de Jérusalem, mais d'attendre ce que le Père avait promis, " ce que, leur dit-il, vous avez appris de ma bouche ; car Jean a baptisé dans l'eau, mais vous, sous peu de jours, vous serez baptisés dans l'Esprit-Saint. "
Eux donc, étant réunis, lui demandèrent : " Seigneur, le temps est-il venu où vous rétablirez le royaume d'Israël ? "
Il leur répondit : " Ce n'est pas à vous de connaître les temps ni les moments que le Père a fixés de sa propre autorité.
Mais lorsque le Saint-Esprit descendra sur vous, vous serez revêtus de force et vous me rendrez témoignage à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. » (Actes des apôtres 1,8).

C’est bien ce qui est dans les prophéties politiques de Jean XXIII : contrairement à ce que nous pensions, fautes d’autres indices, le « Grand Éclair à l’Orient » n’est peut-être pas une  explosion terrestre quelconque dû à une guerre.

Le signe pourrait venir des deux comètes, ATLAS (divisée maintenant en 4 noyaux) et SWAN (très compacte) qui se rencontrent.

« Vous n'entendrez pas le tonnerre, lui aussi sera imprévu. »

Qui sait maintenant que deux comètes se dirigent l’une sur l’autre?

À moins d’une surprise, ce ne sera pas dans les médias, trop occupé par la pandémie.

C’est peut-être même voulu.

Donc, aucun indice : « vous n’entendrez pas le tonnerre. »

Or, on sait que le tonnerre annonce l’éclair.

Et, selon les dernières nouvelles, le dictateur Nord Coréen est décédé.

Serait-ce l’une des deux conditions reliées à la prophétie?

« ... Ceci arrivera quand en Orient sera mort un chef... »

Cette perspective est aussi reliée au signe de la Vierge… À une nouvelle Pentecôte.

« Mais aussi de grandes processions et la Vierge Heureuse descendra sur terre. Vous ne la verrez pas dans la grotte, mais dans un cœur qui revivra. Depuis les ténèbres, elle apportera la parole que tous comprendront. » (fin de la prophétie « Grand Éclair en Orient »).

Dans la prophétie de l'Église finale, Jean XXIII spécifie bien que « tous parleront la même langue ».

Or, après la Pentecôte, tous les gens de toutes les régions d'Israël comprenaient leur langue.

Le signe de la Vierge, c’est aussi la prophétie politique la « Foudre en Plein Jour ».

Ce que nous avons décrit dans la partie IV du signe de la Vierge Marie est un phénomène qui doit absolument avoir lieu le « jour » pour être visible par toute la terre, soit de suivre le soleil, qui se lève à l’Orient!

Lors de la Pentecôte, les apôtres, « après avoir entendu un bruit étonnant, virent apparaître des langues de feu qui se posèrent sur chacun d'eux. »

Et la Pentecôte, ce n’est pas uniquement un événement du passé.

Pierre, le premier a prophétisé après cette extraordinaire illumination et d'annoncer l'éventuel 3 jours des ténèbres avant le retour glorieux de NSJC :

« Alors Pierre, se présentant avec les Onze, éleva la voix et leur dit : " Juifs (note : aujourd’hui : chrétiens), et vous tous qui séjournez à Jérusalem (aujourd’hui Rome, qui domine Babylone : la terre), sachez bien ceci, et prêtez l'oreille à mes paroles :

Ces hommes ne sont pas ivres, comme vous le supposez, car c'est la troisième heure du jour (note : indice de la résurrection des deux témoins après trois jours).

Ce que vous voyez, c'est ce qui a été annoncé par le prophète Joël :

" Dans les derniers jours, dit le Seigneur, je répandrai de mon Esprit sur toute chair, et vos fils ainsi que vos filles prophétiseront, et vos jeunes gens auront des visions, et vos vieillards des songes.

Oui, dans ces jours-là, je répandrai de mon Esprit sur mes serviteurs et sur mes servantes, et ils prophétiseront.

Et je ferai paraître des prodiges en haut dans le ciel, et des miracles en bas sur la terre : du sang, du feu, et des tourbillons de fumée ; le soleil se changera en ténèbres, et la lune en sang, avant que vienne le jour du Seigneur, le jour grand et glorieux.

Alors quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. »

22 Avril

L’ARCHE MARIE Partie IV

LE SIGNE DE LA VIERGE : LA CROIX ET L'ARC-EN-CIEL.

Le pape renouvelle ses vœux humanistes à la mère terre en ce jubilé de la 50ème journée mondiale de la terre, dans la pure lignée de « Laudato Si » :

«Nous avons péché contre la terre, contre notre prochain, et en définitive contre le Créateur, le Père bon qui fournit ce qu’il faut pour chacun et qui veut que nous vivions ensemble en communion et prospérité». «Dieu pardonne toujours, nous les hommes nous pardonnons parfois, mais la Terre ne pardonne jamais»...

«En ce temps pascal de renouveau, engageons-nous à aimer et apprécier le magnifique don de la terre, notre maison commune, et à prendre soin de tous les membres de la famille humaine. Comme frères et sœurs que nous sommes, supplions ensemble notre Père céleste : “Envoie-sur nous ton Esprit et renouvelle la face de la terre”» (vaticannews.va).

Le péché envers le Père passe par le péché écologique qu’il veut instituer.

De la pure doctrine luciférienne.

Le péché est de ne pas reconnaître le Christ comme Notre Sauveur, d’avoir sombré dans l’apostasie.

Le seul chemin vers le Père, c'est le Christ.

Ses prières sont vaines. Le Ciel est sourd à cause de nos péchés répétés à ne pas agir selon les commandements du Christ.

Il n'a pas compris. Il continue d'envoûter. Il ne comprends pas que c'est le temps de la parabole du figuier aux rameaux tendres.

L'important est de sauver des âmes. Demander pénitence.

Il n'y plus de temps pour vivre en « communion et prospérité ».

Nous avons eu 2000 ans, une génération pour le faire, et c'est terminer.

Babylone est vouée à la mort. La grande prostituée également.

Nous ne pouvons remettre le soin de notre âme entres les mains de cet imposteur, la bête de la mer.

Cette imposture est tellement flagrante que l’humanité dopé à la peur du coronavirus ni voie rien.

Cette semaine, la bête de la terre a convoqué par vidéoconférence les six responsables des religions en France ainsi que les responsables des grandes loges maçonniques.

Et oui, les loges maçonniques sont parties intégrantes de la religion à leurs yeux.

Nous savons laquelle.

Puis la bête de la terre et la bête de la mer ont discuté pour démontrer leurs convergences.

C’est normal puisque ils servent le même maître et qu'ils atteignent le but final.

« Solliciter, dès lors, un entretien avec le pape, explique-t-on encore à Paris, était naturel puisqu’il s’agit de travailler à une mobilisation internationale où la «voix» de chaque «grande conscience» planétaire compte, en vue de «créer des convergences». (lefigaro.fr)

Tout a été démontré.

Nous n’avons plus besoin de preuves.

La coupe déborde.

Le Ciel est sur le point de nous rappeler à l’ordre.

Par le Signe de la Vierge au mois de mai.

Si nous avions besoin d’une autre preuve que nous y sommes vraiment, la promesse de la Sainte Vierge faite aux enfants à Fatima en 1917 est réalisée :

« Au Portugal se conservera toujours le dogme de la Foi ».

Or, dans cette crise du coronavirus qui est moindre au Portugal, les messes et les sacrements pourront reprendre le 1 mai.

Retour au Signe de la Vierge :

On l’a spécifié dans l’analyse précédente.

Le signe de la Vierge doit être vu par toute la Terre et de tous les peuples.

Or, la position des deux comètes (ATLAS divisée et SWAN) à proximité du Soleil le 24 mai permet à toutes les nations de voir ce signe, si c’est l’intention de la Sainte Vierge.

Ce n’est pas qu’un signe céleste confiné qu’à l’hémisphère sud ou nord.

Or, l’humanité est dans une situation idéale pour observer et voir un signe car toute activité est arrêté à cause du confinement dû au coronavirus.

Et le moment est aussi opportun face à l’affront de Satan, où le sacrifice et l’oblation sont arrêtés.

Et on le répète, une telle situation ne se représentera plus.

Pensez-vous que la clique judéo-maçonnique va permettre le retour des messes catholiques?

Si c’est le cas, ce sera la messe œcuménique de commémoration à la sauce François, qu’il devrait bientôt annoncer.

Le signe est donc très significatif en cette période critique.

Les deux comètes seront dans la constellation de Persée, un peu à gauche et en haut du soleil, presque en conjonction.

Pour que le signe soit visible par tous, il n’y a qu’une condition possible : il doit obligatoirement être associé au soleil, visible par tous, de jour, et le suivre.

Mais des comètes visibles de jour, c’est pratiquement impossible.

Revenons donc aux deux comètes présentes.

Personne (ou on le nous cache) n’a vu jusqu’à maintenant que les trajectoires d’ATLAS et de SWAN s’entrecroisent.

C’est l’histoire de l’idiot qui regarde le doigt au lieu de la lune lorsque le sage la pointe parce que les astronomes ne regardent que l’une ou l’autre des comètes.

La probabilité d’une telle rencontre est pratiquement nulle, surtout que cela se passera à proximité du soleil.

Mais quand « Dieu a d’autres plans » c’est possible.

Voici les images superposées des deux comètes avec les trajectoires anticipées par la NASA.

La date : le 21 mai 2020, jour de l’Ascension de Notre Seigneur.

ATLAS vient d’en haut et descend vers le soleil et SWAN passe à droite de la planète mars et se dirige vers le haut. Les deux points sont très proches.




Or, deux corps célestes qui s’approchent un de l’autre sont influencés par la gravité. Donc, un attire l’autre.

Et, ATLAS étant divisée en trois parties depuis le 11 avril ne fait qu’augmenter la probabilité d’une collision potentielle.

Quelle est la conséquence d’une collision, même partielle entres deux comètes (phénomène jamais observé par l’astronomie moderne)?

Selon les physiciens, une collision frontale aurait comme conséquence que « les comètes se désintégreraient très probablement en morceaux plus petits. De plus, la grande quantité d'énergie thermique produite par la collision peut être capable de vaporiser la glace en eau gazeuse, et peut également produire des particules de verre à partir de la fusion des particules de roche.»

Mais même s’il n’y pas collision, l’expansion des gaz et des particules de deux comètes s’approchant du soleil au même point peut produire un voile spatial.

On a tous déjà assisté ou presque au phénomène de parhélie par une froide nuit d’hiver.

Le soleil se réfracte au travers les nuages hauts nommés cirrus et deux autres soleils apparaissent alors de chaque côté (image).

Or, un soleil au centre et deux autres de chaque côtés donnent…

Une croix.

On connaît tous ce voile nuageux formé de cristaux de glace.

La collision des deux comètes auraient donc pour effet de solidifier des particules de verre qui pourraient produire le même phénomène de réfraction de la lumière solaire, comme à travers un prisme.

Regardez de nouveau l’image ci-haut et vous verrez que la position de la collision des deux comètes est en ligne directe terre-soleil.

Un voile aurait le même effet que la lumière à travers un prisme: elle est déviée.

Un phénomène de parhélie spatiale est donc du domaine du possible.

Et que se produit-il dans le ciel près un orage lorsque la lumière solaire passe à travers les gouttes d’eau?

Un arc-en-ciel.

Ce qui est du domaine des deux miracles de la danse du soleil expliqués le 21 avril, celui de Fatima en 1917 et celui de Tre Fontana en 1980 (il y a 40 ans cette année, ce qui représente les 40 jours au désert).

On se rappelle qu’à Fatima qu’il était permis de voir le soleil sans avoir mal aux yeux.

C’était un phénomène local.

Ici, nous aurions droit à un phénomène mondial.

Il y a eu trois phases dans le miracle du 13 octobre 1917 à Fatima :

- Apparition des couleurs lors de la « danse du soleil »
- Une pause où « le soleil s’arrêta »
- Puis la chute du soleil à la toute fin.

On peut y associer facilement les phases suivantes par rapport aux prophéties :

- Avertissement ou action de grâces de la Sainte Vierge
- Pause de réflexion, de conversion, temps de paix court ou long
- Suivi de la purification par le feu.

Or, le nombre de jours entre le 10 avril (Vendredi Saint) et le 13 mai 2020 (103 ème anniversaire de Fatima, où la bête de la mer qui singe le 5 de Marie par le 5ème anniversaire de « Laudato Si » sera contré en ce mois de Marie) est de 33 jours!

Le chiffre parfait.

Le chiffre du Christ.

Et, le nombre de jours entre les 7 ans complétés de la bête de la mer, soit le 19 mars 2020, jour de la fête de Saint-Joseph, et la fête de Notre-Dame Auxiliatrice le 24 mai,  est de 66 jours!

Le chiffre de l'homme.

Le 19 est le chiffre du jugement.

Et, le 13 mars 2013 au soir, l'annonce de la traditionnelle fumée blanche est apparue à 19 h 6, confirmée peu après par la sonnerie, à toute volée, des six cloches de la basilique : encore le 19, chiffre du Jugement et le 6 de l'homme.

Ce signe de la Sainte Vierge si on se fit à la centurie  (II-41) de Nostradamus, et ce signe durerait 7 jours.

Centurie II-41:

La grand estoille par sept jours bruslera,
Nuée fera deux soleils apparoir,
Le gros mastin toute nuict hurlera,
Quand grand pontife changera de terroir.

Et ce phénomène marque la fuite de François.

La centurie II-15 précise aussi le moment :

«Un peu devant monarque trucidé ?
Castor Pollux en nef, astre crinite :
L'erain public par terre & mer vuidé,
Pise, Ast, Ferrare, Turin terre interdicte.»

Un peu avant que le pape soit assassiné (Pietro Parolin), l'église auras deux frères (deux papes), alors on verra l'étoile chevelue (la comète), par terre et mer (les armées ennemies) pilleront l'argent public, les villes italiennes de Pise, Ast, Ferrare et Turin seront terre interdite (exactement ce qui arrive par le coronavirus en Italie et par l’hécatombe économique en train de se produire).

Confirmons avec les dires de Malachi Martin (voir introduction de l’analyse du 21 avril) :

- Ce sera un choc pour tout le monde : effectivement le monde n’en a que pour le coronavirus en ce moment. Ce sera toute une surprise.

- Cela montrera que Dieu existe: la probabilité qu’un tel événement arrive est pratiquement nulle. Seul l’intervention de la Main Divine le permet. Les chrétiens reconnaîtront le signe. Les tièdes hésiteront. Les athées et les apostats idolatront la science.

- Lorsqu'un jour de printemps : en effet, c’est au printemps.

- Vous verrez dans le ciel un signe, comme une aurore boréale : comme un voile de différentes couleurs, comme celles de l’arc-en-ciel… Ou une croix dans le ciel.

- Tout commencera…

Tout concorde.

Tout pointe sur le 24 mai.

Un signe qui rappelle la parabole du figuier où Jésus nous affirme que la vision des rameaux tendres nous confirme que l’été est proche.

Or, du dimanche des rameaux 2020 au 24 mai il y a 49 jours.

Le chiffre de la limite du diable.

Ce qui confirme que lorsque nous verrons ce signe dans le ciel nous saurons que le Fils de l'homme est proche, qu'il est à la porte.

21 Avril

L’ARCHE MARIE Partie III

LE SIGNE DE LA VIERGE

Malachi Martin qui avait lu le troisième secret de Fatima déclara en 1997 que « le grand facteur déclenchant aura lieu dans le ciel. Observez toujours le ciel. Le signe de la Vierge apparaîtra dans le ciel, et c'est pour bientôt. D'ici les 10 ou 20 prochaines années. Ce sera un choc pour tout le monde. Cela montrera que Dieu existe. Lorsqu'un jour de printemps, vous verrez dans le ciel un signe, comme une aurore boréale, tout commencera... »

Malachi Martin précisa aussi à propos du 3ème secret : « Cela concerne la perte de la foi au sommet de L’Église, et que les cardinaux s’opposeront aux cardinaux, les évêques aux évêques ». Le prêtre jésuite ajoutera : « Et le dernier pape sera sous le contrôle de Satan. »

Quel était le signe de la Vierge?

Il s’agit bien-sûr du miracle du Soleil à Fatima!

Seul miracle où la date a été donnée d’avance.

Soeur Lucie :

« Ce fut alors que l'on put regarder parfaitement le soleil, rapporte le père de Jacinthe et de François, sans en être incommodé. On aurait dit qu'il s'éteignait et se rallumait, tantôt d'une manière, tantôt d'une autre. Il lançait des faisceaux de lumière, de-ci, de-là, et peignait tout de différentes couleurs : les arbres, les gens, le sol, l'air. Mais la grande preuve du miracle était que le soleil ne faisait pas mal aux yeux. »

Donc, ce signe  qualifié de « choc pour tout le monde » doit être obligatoirement :

- Un événement que nous pouvons relier au miracle du Soleil du 13 octobre 1917.
- Vu partout sur la Terre.
- Reconnu par tous comme un phénomène anormal et non pas seulement par les chrétiens réveillés.

Il y a déjà eu une autre occasion où ce phénomène s’est reproduit localement et qui a son importance.

Ce fut le 12 avril 1980, en commémoration du 33e anniversaire de l'apparition (le 12 avril 1947) de Tre Fontane qui ont mené au dogme de l’Assomption par Pie XII.

Plusieurs milliers de personnes réunies aux Tre Fontane assistèrent à un "miracle du soleil". L'astre se serait mis en mouvement et le ciel serait devenu bleu, violet puis rose.

Les deux phénomènes ont un point en commun : des couleurs comme l’arc-en-ciel.

L’arc-en-ciel c’est l’alliance entre Dieu et son peuple après le déluge.

L’arc-en-ciel, c’est le pont marial de 5 mois, le chiffre de la Sainte Vierge, de Notre-Dame du Rosaire le 13 mai 1917 à Notre-Dame du Mont Carmel le 13 octobre 1917.

Il y a 153 jours du 13 mai au 13 octobre et on le sait (voir analyses précédentes), c’est le chiffre des justes, du jubilés des jubilés de Saint-Augustin.

Or, il y a aussi 153 jours du 19 mars, Fête de Saint-Joseph, au 19 août, date où la l’apparition a été décalée à Fatima parce qu’on avait enfermé les enfants le 13 août.

Et il est clair qu’à la fin des temps, la Sainte Famille a toute son importance car Joseph est Père de l'Église.

C’est ce qu’ont vu les enfants le 13 octobre 1917.

L’arc-en-ciel, c’est le signe bafoué par Satan, maître de l'inversion.

Il s’en est approprié comme signe des droits LGBT et maintenant comme signe « humaniste » comme victoire future de la science face au coronavirus.

L’autre signe en relation avec le soleil est tiré de l’Apocalypse : « puis il parut dans le ciel un grand signe : une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête. »

Et on sait grâce à la Tilma que c’est la Vierge de Guadelupe avec comme fond les constellations du Ciel.

C’est le signe qui marque le début de l’action de la Sainte Vierge donné par Jean XXIII dans la fin de la prophétie de l’église concernant Benoît XVI : « éclatera le règne béni de la Très Sainte Vierge ».

Il y a deux parties au miracle d’octobre 1917, entrecoupées d'une pause du soleil : la danse du soleil avec ses couleurs et le soleil qui fonce sur la Terre, la Babylone, la purification par le feu.

Pendant que la foule voyait le miracle, les trois voyants eux assistaient aux apparitions de la divine famille. Et la dame en blanc révéla qu’elle était Notre-Dame du Rosaire, puis est apparu comme Notre-Dame des Sept Douleurs et finalement comme Notre-Dame du Mont Carmel.

Remarquez bien.

Ceux en état de grâce voient la Sainte Famille et les trois Notre-Dame source de Salut. Cela représente le petit reste d’aujourd’hui, les 144000 élus de l’Apocalypse.

Le reste de la foule, signifiant aujourd'hui Babylone athée et apostate, ne voit que la danse du soleil avant la chute de ce dernier.

Signe d’espoir pour les uns, signe de purification pour les autres.

Aucun doute, c’est le signe de la Vierge et c’est elle qui nous donne les armes pour lutter en cette fin des temps : le rosaire (ND du Rosaire) et le scapulaire (ND de Carmel), tout en confirmant qu’elle est « corédemptrice » (ND Sept Douleurs).

Or, le 13 octobre 2020 ce sera le 103ème anniversaire du miracle du Soleil, et on le sait (voir analyses précédentes), c’est l’aboutissement par le chiffre de la trinité, le 3, additionné aux 100 ans donnés par le Christ (vision de Léon XIII) depuis 1917.

Or, curieusement, la 103ème devise des prophéties des papes de Saint-Malachi est « Ignis Ardens », ou Feu Ardent, est celle du pape Saint Pie X, gardien de la tradition, symbole des deux témoins que sont la loi et les prophètes des derniers temps.

Elle est précédée de la 102ème devise « Lumen in Caelo » (Lumière dans le Ciel) attribuée à…. Léon XIII qui nous a laissé la prière de Saint-Michel Archange pour cette occasion spécifique.

Deux figures dominantes des derniers temps : les deux témoins et la prière de Saint-Michel Archange, contre l’église conciliaire sous la domination de Satan.

Et Lumière dans le Ciel, c’est ce que nous risquons de voir en cette 102ème année de Fatima qui se termine le 13 mai 2020.

Nous savons par les analyses précédentes que la comète ATLAS  approche de sa position la plus près du Soleil en cette fin mai 2020 (voir analyses précédentes).

Or, nous apprenions le 11 avril que le noyau s’est brisé en trois morceaux (spaceweather.com)

Ce qui anéantissait tout signe de comète visible à l’œil nu, un signe de la Vierge pour la fin mai.

Or, est apparu encore une fois cette année, une comète inattendue, la comète SWAN. (spaceweather.com), et ce...

Le 11 avril!

Le 11 avril c’était le Samedi Saint, la journée de Jésus au tombeau, signe d’espérance pour les chrétiens qui veillent et qui attendent sa résurrection.

Le 11 par contre, on le sait, c’est le chiffre par excellence des franc-maçons.

Eux, ils le croient mort (les messes sont arrêtées) tout comme les grand prêtres du temps le croyaient.

Mais c’est la journée où « Jésus est descendu aux enfers » .

« Il a rejoint les morts dans leur demeure, le Shéol, comme dit la Bible en hébreu, et qu’Il a ouvert les portes du ciel à ceux qui L’avaient précédé. » (fr.aleteia.org)

Les deux comètes nous donnent un premier signe, foi et espérance: pendant que l’une va à perte, l’autre est signe de résurrection.

Cette comète Swan est plus petite, dans l’hémisphère sud pour l’instant, et ne sera probablement pas visible à l’œil nu.

Mais comme signe potentiel, il ne faut pas négliger le Ciel…

Et tout a commencé le Samedi Saint.

20 Avril

L’ARCHE MARIE partie II

AUXILIUM CHRISTIANORUM

Alors que plusieurs trouvent incroyable la situation actuelle dû au confinement mondial, les chrétiens ne peuvent trouver meilleur exemple de la justesse des paroles du Christ, « des aveugles qui conduisent les aveugles ».

La science et l’humanisme via la miséricorde infinie sont rois. C’est ce que confirme François.

Tout comme il va à sa perte, ainsi vont les adorateurs de l’humanisme et les apostats.

Mais il y a toujours cette période de paix, qui donne la chance d’ouvrir les yeux et de se convertir.

C’est le temps de Marie, l’Immaculée, Reine du Monde.

Le mois de mai, c’est le mois de Marie, le 5ème mois, le chiffre de Marie.

Et c’est le temps d’« Auxilium Christianorum » : la fête oubliée… ou presque. (blog.catholicapedia.net et voir analyses précédentes).

Le culte de Notre-Dame Auxiliatrice!

C'est sur l'écriteau de la colonne «Marie» du songe des trois blancheurs de Don Bosco, songe de la dernière bataille de la fin des temps.

Ce titre donné à la Sainte Vierge Marie fut officiellement introduit dans l’Église par Pie V, après la célèbre victoire de Lépante en 1571, lorsque qu'il ordonna d'inscrire dans la litanie Lorétienne l'invocation "Maria Auxilium Christianorum, ora pro nobis".

«Pie VII en institua la fête, le jour de sa rentrée à Rome, après les années de captivité à Savone puis à Fontainebleau. C'était le 24 mai 1814, la fête fut donc fixée au 24 mai.»

Confirmé par l’Esprit-Saint  à Maria Valtorta : « "c’est maintenant l’heure de Marie". Elle est le prophète des derniers temps, l’arche mystique posée entre le Ciel et la terre qui, telle celle de Noé, rassemble et abrite ceux qui seront sauvés parce qu’ils l’auront voulu.

C’est l’ultime recours.

Ce temps de Marie est aussi appelé la « Vierge des derniers temps. »

Or, le 24 mai, François avait l’intention de souligner le 5ème anniversaire de « Laudato Si », son ode à l’humanisme écologique, la maison commune, tout en se rendant dans le diocèse d’Acerra, au centre de la « Terre des feux et des poisons ».

C’est un intéressant jeu de mots dans le contexte où l’Antéchrist est sur le trône de Saint-Pierre.

Le 5 appartient à Marie, et non à l’humanisme divinisé.

Elle ne laissera pas faire.

« De même qu'il n'est permis à personne de négliger ses devoirs envers Dieu, et que le plus grand de tous les devoirs est d'embrasser d'esprit et de cœur la religion, non pas celle que chacun préfère, mais celle que Dieu a prescrite et que des preuves certaines et indubitables établissent comme la seule vraie entre toutes, ainsi les sociétés politiques ne peuvent sans crime se conduire comme si Dieu n'existait en aucune manière, ou se passer de la religion comme étrangère et inutile, ou en admettre une indifféremment selon leur bon plaisir » (Léon XIII… Un pilier encore valide en ces derniers temps!).

Le temps aidant, une partie du chapitre 17 de l’Apocalypse devient plus claire (voir analyses précédentes)… Il faut se rappeler que Saint-Jean a la vision avec Benoît XVI comme étant celui qui subsiste, François n’étant pas élu :

« C'est ici qu'il faut un esprit doué de sagesse. — Les sept têtes sont sept montagnes, sur lesquelles la femme (l’église prostituée) est assise. Ce sont aussi sept rois (papes depuis le traité de Latran où le Vatican est devenu un royaume temporel) :

Les cinq premiers sont tombés, l'un subsiste (Benoît XVI), l'autre n'est pas encore venu (François), et quand il sera venu, il doit demeurer peu de temps (règne court confirmé par Jean XXIII).

Et la bête qui était et qui n'est plus, en est elle-même un huitième et elle est des sept, et elle s'en va à la perdition. (Ici, dans le contexte où François a laissé tombé le titre de Vicaire du Christ, qu’il se vante du titre d’évêque de Rome et qu’il prépare le nouvel œcuménisme, c’est bien le pape qui était mais n’est plus, qui en lui-même est un huitième dans la suite des papes, et il s’en va à la perdition).

Et les dix cornes que tu as vues sont dix rois qui n'ont pas encore reçu la royauté, mais qui recevront un pouvoir de roi pour une heure avec la bête. (donc les dix rois (ici le G7 + la Russie et les deux européens. Voir, G7 sur wikipedia) Ils ont le plein pouvoir avec François, maintenant que tout est paralysé à cause du coronavirus).

Ceux-ci ont un seul et même dessein, et ils mettent au service de la bête leur puissance et leur autorité.

Ils feront la guerre à l'Agneau, mais l'Agneau les vaincra, parce qu'il est Seigneur des seigneurs et Roi des rois, et ceux qui l'accompagnent sont les appelés, les élus et les fidèles. " (Effectivement, les messes ont été interdites. Ils font la guerre à l’Agneau. C’est une guerre des âmes).

Et il me dit : " Les eaux que tu as vues, au lieu où la prostituée est assise, ce sont des peuples, des foules, des nations et des langues.

Et les dix cornes que tu as vues sur la bête haïront elles mêmes la prostituée ; elles la rendront désolée et nue ; elles mangeront ses chairs et la consumeront par le feu.(C’est bien ce que la clique judéo-maçonnique a fait. Il ne reste presque plus rien de l’Église pré-Vatican II… Au niveau temporel évidemment).

Car Dieu leur a mis au cœur d'exécuter son dessein, et de donner leur royauté à la bête, jusqu'à ce que les paroles de Dieu soient accomplies.

Et la femme que tu as vue, c'est la grande cité qui a la royauté sur les rois de la terre. (Rome… Et elle sera détruite)" »

La bête est l’humanisme religieux  personnifié par François.

Rappelons le regretté Serge Monast : « le pouvoir religieux est au-dessus du politique. »

Évidemment puisqu’il s’agît ici de la survie des âmes.

Les 10 derniers rois, en fait presque tous les dirigeants politiques sont allés voir le pape pour se faire reconnaître.

La quatrième bête (voir analyses précédentes), le 666, est la partie financière de ce système humaniste sur laquelle toute la religion matérialiste repose.

Elle a été blessée à mort en 2008. Mais elle fut ressuscitée par les 10 rois avec la monnaie de singe.

Mais la fin approche. Babylone la grande est sur le point de tomber car l’économie post-coronavirus est morte.

Ce que confirme l’Apocalypse chapitre 18… « … Les rois de la terre qui se sont livrés avec elle à l'impudicité et au luxe, pleureront et se lamenteront sur son sort, quand ils verront la fumée de son embrasement. Se tenant à distance, par crainte de ses tourments, ils diront : " Malheur ! Malheur ! O grande ville, Babylone, ô puissante cité, en une heure est venu ton jugement ! " Et les marchands de la terre pleurent et sont dans le deuil à son sujet, parce que personne n'achète plus leur cargaison… »

Babylone Nations-Unies et Babylone Vatican sont mortes.

La 6ème période de la bête est sur le point de se terminer.

Le 7ème sceau est à nos portes.

Le signe de Jean XXIII qui le confirmera est l’assassinat du successeur par intérim de François (voir analyses précédentes).

La prophétie politique de Jean XXIII #26 « Lumière de la Lumière », très difficile à décrypter, y fait référence.

« Amie rotonde défait tes cheveux (comète en vue donc)...

La chevelure, ou coma (mot latin de même sens), forme un halo à peu près sphérique entourant le noyau. Des gaz sont libérées, de l’eau qui forme ensuite des cristaux de glace, de l’hydrogène.

« Je dis vos prénoms, parce que vous ne pourrez vous cacher quand vous serez appelés.

Wang, Levi, Rustov, Sherman, Tour.

Léonard sera au-dessus de vous, maître et frère, maître et esclave.

Unis donc avant le passage noir.

Gog et Magog se disputent son nom, mais ils connaissent tous deux le passage, aujourd'hui que le Calvaire est retourné.

Mais la croix n'est pas prête… »

Ce sont les membres permanents du comité de sécurité des Nations-Unies.

La Chine, la France, la Russie, la Grande-Bretagne, les États-Unis…

Et Léonard (leo, hard en anglais) est le lion rigide, au-dessus d'eux.

Le religieux est au-dessus du politque...

C'est François.

Et ces derniers tout comme François s’activent intensément dernièrement. Évidemment puisque la tension est à son comble en Mer de Chine et en Syrie.

«Lors d’un échange téléphonique, le président russe et son homologue français ont discuté de « la possibilité de l’organisation d’une réunion de travail, en vidéoconférence, des dirigeants des pays membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU », a indiqué le Kremlin dans un communiqué, sans donner plus de détails. » (lapresse.ca)

Toutes ces nations sont présentes en Syrie, prêtes pour l’acte final (la Terre frisera le massacre selon Jean XXIII), lorsque le calvaire sera retourné (c’est à dire lorsque le grand frère à la croix renversée sans les lis aura son heure; mais la croix n’est pas prête… À cause du temps de paix qui sera accordé).

« Quand les mille ans seront accomplis, Satan sera relâché de sa prison. Et il sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, afin de les rassembler pour la guerre » (Saint-jean, Apocalypse).

Le passage, il est symbolisé par la Pâques de l’Antéchrist, et il approche.

C’est ce que nous avons démontré dans les dernières analyses.

Rappelons la Pâques de 1949. Pour la première fois, un pape, Pie XII parle en français à la télévision et déclare :

« On a dit au monde que la religion était à son déclin, et à l’aide de cette nouvelle merveille (la télévision) le monde verra le grandiose triomphe de l’Eucharistie et de Marie.
On lui a dit que la papauté était morte ou mourante, et il verra les foules déborder de toutes parts de l’immense Place Saint Pierre pour recevoir la bénédiction du pape et pour entendre sa parole.
On lui a dit que l’Église ne comptait plus, et il la verra, persécutée ou glorieuse, mais partout vivante !
On lui a dit qu’il ne trouverait de secours, de bonté, de dévouement, que par une philanthropie que ni la foi ou la charité divine n’inspirent et n’animent, et il verra les disciples du Christ vouer leurs vies jusqu’à la mort incluse au service des malades, des vieillards, des prisonniers, des lépreux, sous tous les climats, partout où le corps souffre, où le cœur gémit, où l’âme est en détresse.
Alors le monde détrompé lèvera les yeux, contemplera dans le ravissement, la lumière toute offrande maternelle de l'Église  brillante sur lui, rendant gloire à Dieu! »

ET la prophétie politique #26 se termine par une prière à la Vierge Marie, une prière d’espoir pour le petit reste que Jean XXIII nomme « les vieux », c'est à dire ceux qui ont encore à coeur la religion catholique traditionnelle.

Marie c’est notre arche, celle qui mène au Christ, seul voie pour le Royaume des Cieux.

Et il est grand temps d’entrer dans l’Arche Marie.

Noé a eu l’avertissement 7 jours avant la montée des eaux.

Le mois de mai, le mois de Marie, est marqué par le 103ème anniversaire de Fatima le 13, et par la fête de Notre-Dame Auxiliatrice, Secours des Chrétiens le 24.

Cela fera 449 ans depuis la victoire de Lépante. Le 49, c'est la limite du diable.

Après ces dates, nous entrons en territoire inconnu.

Le délai pour la Salut des âmes demandé par Marie à son Fils, Celle qui retient son bras, expirera lorsqu’Il jugera que la coupe remplie par la grande « apostasie » déborde.

Ainsi, le Jour du Jugement, personne ne le connaît.

19 Avril

L’ARCHE MARIE partie I

QUASIMODO

C’est le dimanche de Quasimodo, cette partie de l’évangile où Jésus donne la preuve de sa résurrection à Thomas.

Cette journée ouvre le temps où Marie, la femme de l’Apocalypse, donnera la preuve à François qu’elle est bien « corédemptrice » et Reine du Monde.

Il est fini le temps où ce dernier dénigrait la Sainte Vierge.

Car il est là le mystère d’iniquité. C’est un séducteur à l’image de son véritable maître.

La Sainte Vierge à Fatima nous avait averti des erreurs répandues par le communisme.

Aujourd’hui, ce n’est plus un pape que nous avons, mais un marxiste au pouvoir, qui mêle miséricorde infinie et socialisme intentionnellement pour encourager la perte des âmes.

« La dérive marxisante du Pontificat » (benoit-et-moi.fr)

Son homélie en ce dimanche de Quasimodo en est une autre preuve. Il réussit le tour de force de dévier cet épisode de l’évangile vers la miséricorde infinie, tout en utilisant un langage endort l'âme au lieu de la réveiller!

(Rappelons le. C’est sa manière de dire que le péché n’existe plus. C’est le moitié possible de la semaine de Daniel au jubilé de 2016. Ce fut l’élimination de la nécessité du sacrifice du Christ sur la croix). (vaticannews.va)

Tout prêtre qui sait reconnaître les signes, encore plus « l’évêque de Rome », devrait dans la situation actuelle demander pénitence et récitation du rosaire comme le demande Marie dans ses apparitions, comme le demandait Pie XII durant la guerre.

Il est plus que temps d’affirmer qu’il n’y a qu’une seule voie, celle de Christ, et de crier haut et fort comme Thomas : « Mon Seigneur, et mon Dieu ! »

Mais non.

Avec François, tout est en surface.

À l’intérieur, c’est une autre vérité.

Nous l’avons vu aussi à maintes reprises avec le Saint-Sacrement. Il ne s’agenouille pas devant lui mais il baise les pieds de visiteurs au Vatican.

Il béni avec le Saint-Sacrement le 27 mars sur le parvis de la basilique Saint-Pierre, mais au fond, il n’y croit pas. D’où le miracle de Buenos Aires qui lui a été démontré en 1996, où l’hostie s’est fait chair.

C’est le même constat avec notre Sainte Mère.

Elle a droit a des qualificatifs mielleux et superficiels lors des fêtes mariales, mais la vérité, c’est qu’il la dénigre.

En décembre dernier, il la traite de métisse lors de la fête de Notre-Dame de Guadelupe. Il refuse par la même occasion le titre de «corédemptrice».

Roberto Mattei (benoit-et-moi.fr) : « Mais le pape François, au lieu d’alimenter la dévotion et l’adoration envers Marie, veut la dépouiller Elle aussi des titres qui lui appartiennent. Le 12 décembre 2019, le Pape avait liquidé la possibilité de nouveaux dogmes mariaux, comme celui sur Marie corédemptrice, en déclarant : « quand on nous dit qu’il faut déclarer tel ou tel dogme, ou faire tel ou tel autre, ne nous perdons pas dans des bêtises ». Et le 3 avril 2020, il a répété que la Sainte Vierge « n’a pas demandé à être une quasi-rédemptrice, ou un corédemptrice. Non. Il n’y a qu’un seul rédempteur. Seulement disciple et mère »…

Saint Alphonse Marie de Liguori affirme: « Quand une opinion honore de quelque manière la Sainte Vierge, elle a un certain fondement et n’a rien de contraire ni à la foi ni aux décrets de l’Église, ni à la vérité, ne pas l’accepter et la contredire parce que l’opinion contraire pourrait aussi être vraie dénote une faible dévotion à la Mère de Dieu. Je ne veux pas être compté parmi ces esprits peu dévots, et je ne voudrais pas non plus que mon lecteur le soit, mais je voudrais plutôt être compté parmi ceux qui croient pleinement et fermement tout ce que, sans erreur, on peut croire des grandeurs de Marie » »

Les Grandeurs de Marie seront révélés. Notre-Dame de Guadelupe, c’est la femme de l’Apocalypse avec les deux pieds sur la lune.

Son heure approche. Son peuple est en marche.

Son mois béni approche.

L’Arche Marie n’a jamais été si importante vu la situation.

16 avril

L’ACTE FINAL

« Oh ! ne Nous demandez pas qui est « l'ennemi » ni sous quel aspect il se présente. Il se trouve partout et au milieu de tous : il sait être violent et rusé. Ces derniers siècles, il a tenté de réaliser la désagrégation intellectuelle, morale, sociale de l'unité dans l'organisme mystérieux du Christ. Il a voulu la nature sans la grâce ; la raison sans la foi ; la liberté sans l'autorité ; parfois l'autorité sans la liberté. C'est un « ennemi » devenu de plus en plus concret, avec une absence de scrupules qui surprend encore : le Christ oui, l'Eglise non ! Puis : Dieu oui, le Christ non ! Finalement le cri impie : Dieu est mort ; et même : Dieu n'a jamais existé. Et voici, maintenant, la tentative d'édifier la structure du monde sur des bases que Nous n'hésitons pas à indiquer comme principales responsables de la menace qui pèse sur l'humanité : une économie sans Dieu, un droit sans Dieu, une politique sans Dieu. L'« ennemi » s'est employé et s'emploie à ce que le Christ soit un étranger dans les universités, dans l'école, dans la famille, dans l'administration de la justice, dans l'activité législative, dans les assises des nations, là où se décide la paix ou la guerre».

(Pie XII dans son discours aux hommes de l’Action catholique d’Italie le 12 octobre 1952. )

La fuite de François ou son décès futur est accompagnée de « Mikail et Jean descendront sur terre.» selon Jean XXIII, ce qui confirme que c’est l’ouverture du 7ème sceau par l’assassinat probable du cardinal Pietro Parolin (ouverture confirmée par Jean XXIII dans la prophétie le concernant).

C’est donc avec empressement que l’antéchrist système pousse son plan en avant dans le contexte actuel créé de toutes pièces pour faire accepter la marque de la bête via un vaccin couplé d’un marqueur électronique.

Bill Gates et sa femme poussent la promotion d’un tel vaccin depuis le début de la crise. « «Vous verrez des corps dans les rues de l'Afrique», prévient Melinda Gates et affirme que le vaccin est la «solution ultime» contre le COVID-19 ».

Les géants que sont Google et Apple développent une application dudit téléphone intelligent pour suivre à la trace les « infectés ».

On rappelle que les deux royaumes visés par la destruction par Satan est le Vatican, personnifié par la bête de la mer, et la fille aînée de l’Église, la France, personnifiée par la bête de la Terre.

Et la bête de la Terre a parlé le 13 avril.

Emmanuel Macron, a confirmé dans son discours le « plan de l’après 11 mai ».

Il y aura donc un « avant » et un « après » à partir de la date butoir du 11 mai 2020.

Le 11, ce n’est pas un hasard.

C’est le chiffre préféré des kabbalistes (11 septembre 2001 par exemple).

Et la bête de la mer, François, confirme aussi qu’il y aura un « après »...

« Cardinal Turkson: penser aux conséquences du Covid-19 pour ne pas être pris au dépourvu.

Le préfet du dicastère pour Service du développement humain intégral souligne l'engagement en faveur des "Églises locales pour sauver des vies et aider les plus pauvres". Cinq groupes de travail sont créés pour faire face à l'urgence et réfléchir à l'avenir...

Quel est le mandat qui a été donné à votre dicastère et quelle est votre mission?

Le Saint-Père nous a confié deux missions principales. La première concerne l’instant présent: la nécessité d'offrir rapidement, avec sollicitude, avec immédiateté le signe concret du soutien du Saint-Père et de l'Église. Nous devons offrir notre contribution, en ce moment d'urgence. Il s'agit de mettre en place des actions de soutien aux Églises locales pour sauver des vies, pour aider les plus pauvres. La seconde concerne l'après, le futur, il s'agit du changement. Le Pape est convaincu que nous sommes dans une période de changement, et il réfléchit à ce qui se passera après l'urgence, aux conséquences économiques et sociales de la pandémie, ce à quoi nous devrons faire face, et surtout à la manière dont l'Eglise pourra se proposer comme référence sûre dans un monde perdu face à un événement inattendu. Contribuer à l'élaboration d'une réflexion sur ce sujet est notre deuxième mission. Le Pape nous a demandé du concret et de la créativité, une approche scientifique et de l'imagination, une pensée universelle et la capacité de comprendre les besoins locaux. » (vaticannews.va)

Et c’est quoi la mission du dicastère pour Service du développement humain intégral formé par François en août 2017?

« Foi et développement intégral : L'Église entend proposer un humanisme à la hauteur du plan d'amour de Dieu dans l'histoire, un humanisme intégral et solidaire capable de créer un nouvel ordre social, économique et politique, fondé sur la dignité et la liberté de chaque personne humaine, à réaliser dans la paix, la justice et la solidarité. »

Il n’y aura pas de retour à la normale.

C’est clair.

La clique judéo-maçonnique joue son tout pour le tout.

Mais Dieu avait d’autres plans...

14 avril

La Pâques de l’Antéchrist partie II

LA CONFIRMATION PAR UN JUBILÉ DES JUBILÉS

Le jubilé des jubilés est de 153 ans nous confirme Saint-Augustin (voir analyses précédentes, et ne pas oublier la notion de l’addition du 3, comme ici 150+3).

Logiquement, Satan devrait avoir lui aussi ses jubilés qui précèdent puisqu’il singe.

Vérifions si le jubilé des jubilés de 2020 est précédé par 3 jubilés de 50 ans.

Retour en arrière:

A) 2020 - 53 années donnent 1967.

Deux faits importants ont eu lieu en cette année (caractères gras et surlignement de notre part):

1. Octobre 1967, c’est la contre offensive des cardinaux conservateurs contre le nouvel Ordo Missae.

« Le Bref examen critique du nouvel Ordo Missae constitue une « lettre à Paul VI » émise par les cardinaux Ottaviani et Bacci au sujet du nouveau Missel, de la Messe dite « Paul VI ».

Ce texte intervient dans un contexte lié au Synode épiscopal convoqué à Rome au mois d'octobre 1967 qui a dû prononcer un jugement sur la célébration expérimentale d'une messe dite « messe normative ». Ils prennent alors la tête d'un courant opposé au sein du collège des cardinaux à une réforme liturgique allant selon eux, trop loin.

Ceux-ci, en prolégomènes considèrent qu'alors même que beaucoup de nouveautés apparaissent dans le nouvel Ordo Missae, tant de choses éternelles sont reléguées à une place subsidiaire. Ils ajoutent que les modifications liturgiques entraînent une confusion telle, que des vérités toujours crues par les fidèles pourraient s'avérer remises en causes. Ils illustrent cette opinion par l'altération voire l'abolition des gestes sacrés par lesquels s'exprime spontanément la foi en la présence réelle. A savoir : les génuflexions (dont le nombre est réduite à trois pour le prêtre et à une seule pour l'assemblée) ; la purification des doigts du prêtre au-dessus du calice et dans le calice ; la préservation de tout contact profane pour les doigts du prêtre après la consécration ; la consécration de l'autel mobile...etc.

Ils poursuivent leurs interrogations quant à la place de l'autel au sein même de la messe et même des églises. En effet, la comparaison du numéro 262 et du numéro 276 exclut selon eux que le Saint Sacrement puisse être conservé sur l'autel majeur ce qui aura pour conséquence de créer une dichotomie entre la Présence du Souverain Prêtre dans le prêtre célébrant et cette même Présence réalisée sacramentellement. Auparavant, c'était une unique présence.

Désormais, il est recommandé de conserver le Saint Sacrement à part, dans un "lieu favorable à la dévotion privée des fidèles", comme s'il s'agissait d'une relique. Ainsi, ce qui attirera immédiatement le regard quand on entrera dans une église ne sera plus le Tabernacle mais "une table dépouillée et nue". Ils considèrent alors, que cela oppose piété liturgique et piété privée, "on dresse autel contre autel".
Par ailleurs, ils s'interrogent sur l'intérêt d'une telle modification de la liturgie alors même que la Constitution apostolique Missale romanum affirme que l'ancien Missel promulgué par Saint Pie V fut pendant quatre siècles la norme de la célébration du Sacrifice et à l'origine d'"innombrables saints" qui y trouvèrent une nourriture spirituelle surabondante de leur piété envers Dieu. » (fr.wikipedia.org)

La cible est donc l'abolition du sacrifice. C'est évident.

D'où la très sévère prophétie de Jean XXIII concernant Paul VI.

2. En 1965, le pape Paul VI, lors du discours inaugural de la dernière session du concile Vatican II le 14 septembre, fait part de son intention d’établir le synode des évêques.

Les synodes, c’est ce qu’utilise François pour faire l’acte final de destruction.

Il a d’ailleurs changé les règles le 15 septembre 2018 (jour anniversaire du motu proprio) en signant la constitution apostolique Episcopalis communio réformant le Synode des évêques. Cette constitution renforce les enquêtes préliminaires avant le Synode et la rédaction du document final.

C’est ce qu’il a utilisé comme argument lors de la publication de l’exhortation post-synodale en février lorsque Benoît XVI et le cardinal Sarah lui ont coupé les deux jambes : François a confirmé que ce qui était important était le document final et non l’exhortation.

Or, la première Assemblée Générale Ordinaire du synode des évêques a eu lieu…

Du 29 septembre au 29 octobre 1967.

Évidemment, les franc-maçons notoires du Vatican étaient à l'honneur:

Le président était S. Em. le Card. Jean Villot, Préfet de la  Congrégation pour le Clergé (Vatican), un franc-maçon reconnu.

Un des secrétaires spéciaux  était R. P. Annibale Bugnini, C.M., Sous-secrétaire de la Congrégation pour les Rites (Vatican), autre franc-maçon reconnu qui était le conseiller de Paul VI pour la rédaction du nouveau Missel.

Or, la réunion préparatoire au synode a eu lieu en avril 1967.

Il y a donc 53 ans ce mois-ci.

Ce qui rejoint la partie I hier de l'analyse: nous entrons dans un point tournant à partir du 19 avril, et ce, jusqu'au 19 octobre.

« On pensait présenter au Synode les rites de la messe, de l'office divin, du baptême des enfants, du mariage, des ordres sacrés, les lectures de la messe, les préfaces et le calendrier. » (référence : La réforme de la Liturgie, Annibale Bugnini).

Donc, tout était sur la table, messe et sacrements compris.

1967 additionné de 3 donne 1970 où les décisions de 1967 devaient être implantées.

Ce qui fut.

Paul VI a achevé la révision de la messe du rite romain en promulguant en 1969 et en publiant en 1970 une nouvelle édition du Missale Romanum.

L’enjeu on le sait, c’est la messe, l’élimination de la présence réelle, le dernier obstacle.

Ce sont donc des jubilés de destruction de l’Église pour Satan auxquels nous assistons.

Après avoir détruit ou réduit à presque rien l'église temporelle (ce qui sera achevé en 1929 par le traité de Latran), le spirituel devait logiquement suivre.

Remontons donc plus loin.

B) 1967 - 50 ans donne 1917.

C'est l'année où les dernières monarchies qui avaient un quelconque lien avec l'Église sont éliminées suite à la grande guerre.

En octobre 1917 a lieu la révolution bolchévique dont la Sainte Vierge a averti 3 mois à l’avance sans l’apparition à Fatima 13 juillet.

La consolidation du pouvoir et du territoire russe est établit en 1920. Trois années plus tard.

Le socialisme. C’est le poison dont est enivré François.

Plus besoin de preuves à ce sujet.

Remontons encore de 50 années.

C) 1917 - 50 ans donne 1867.

1867, c’est Garibaldi qui commence l’attaque contre le Vatican.

3 ans plus tard, 1870, c’est la défaite.

D) De retour en 2020.

Logiquement selon notre analyse, ce qui a été décidé en 2017 doit être implanté en 2020.

Que s'est-il passé en 2017?

C'est l'année où François est déclaré hérétique par un groupe de théologiens mais il passe outre et ne dit rien.

C’est la tourmente Amoris Laetitia. C’est une confirmation théologique de l’abomination sur le trône, mais vu le degré d’apostasie atteint, cela ne fait pas beaucoup de vagues.

Mais, une fois tombé dans une erreur contraire à la foi, le pape cesse d’être le chef de l’Église : il s’exclut lui-même de la hiérarchie et de ce fait, tout catholique peut à la rigueur, l’accuser.

Octobre 2017, c’est aussi l’annonce de la dernière salve, le synode amazonien.

C’est donc durant ce mois que la bête de la mer ne s'est plus gênée pour agir en cachette, où nous avons commencer à voir le vrai visage de François.

Et, François célèbre un jubilé relié aux désirs de Satan:

« Le Pape aspire à une pleine communion avec les méthodistes. Le Pape François a salué les progrès accomplis dans l’œcuménisme, en recevant ce matin une délégation du Conseil méthodiste mondial. Le Pape François a reçu ce jeudi matin, 19 octobre 2017, une délégation du Conseil méthodiste mondial, à l’occasion du 50e anniversaire du début du dialogue théologique méthodiste-catholique

 «Nous avons appris à nous reconnaître frères et sœurs en Christ ; maintenant, il est temps de se préparer, avec une espérance humble et un engagement concret, vers cette reconnaissance pleine qui aura lieu, avec l’aide de Dieu, quand nous pourrons finalement nous retrouver ensemble dans la fraction du Pain». Le Pape a conclu en récitant le Notre Père avec la délégation méthodiste.»

Dans la fraction du pain : voilà le point important, le but à atteindre.

L’enjeu, c’est la messe.

Le pape ne s'agenouille pas devant le Saint-Sacrement. Il ne croit pas à la Présence Réelle et le Seigneur le lui a rappelé par le miracle de 1996.

C'est d'ailleurs à la Fête-Dieu suivant en juin 2018 qu'il célèbre la solennité du Corps et du Sang du Christ, dérogeant ainsi, comme Paul VI l’avait fait il y a tout juste 50 ans, à la tradition qui veut la procession papale de la Fête-Dieu se déroule sur la via Merulana, entre les basiliques Saint-Jean du Latran et Sainte-Marie-Majeure.

Un jubilé qui relie l'alpha et l'omega de Vatican II comme énoncé hier (lien entre les anneaux du pêcheur).

Nous somme donc bien à la fin d'un parcours. Vatican II... « Tout est accompli » pour parodier le Christ.

2020, c’est l’arrêt de la messe et des sacrements au Vatican, et dans le monde à cause du coronavirus.

C'est l'implantation dans le concret de son désir de 2017.

L’avenir nous dira si cette interdiction perdure...

La fraction du pain à la sauce protestante n'est qu'un repas commémoratif.

Elle nie la présence réelle et réduit le Christ à un simple prophète, acceptable par la clique judéo-maçonnique, qui peut alors introduire son messie et devenir le seul peuple prêtre dans la nouvelle religion universelle.

12 avril

La Pâques de l’Antéchrist partie I

LE CHIFFRE PARFAIT

Jésus nous l’a désigné : 33 ans.

Âge de la mort et de la résurrection du Christ.

Durée de la papauté du dernier pape qui a essayé d’enrayer le plan judéo-maçonnique, Jean-Paul I, 33 jours.

Nous savons que François a été obligé par la providence divine de repousser son pacte sur l’éducation du 14 mai à la période allant du 11 au 18 octobre 2020.

Nous savons déjà qu’une équipe avait déjà rédigé le pacte à l’insu de tous en février.

C’est un tournant majeur pour les deux Babylone, car ce pacte représente la clé pour former la jeune génération à la nouvelle religion de Satan.

Or, on sait que pour Jésus, ce qu’il y a de plus précieux, ce sont les enfants (laissez venir à moi les petits enfants… etc.) car leur âme n’a pas été pervertie par la fange de Babylone.

Mais Dieu avait d’autres plan.

Rappel  des derniers temps par Anne Catherine Emmerich :

« Je vis une forte opposition entre deux papes … et je vis combien funestes seraient les conséquences de cette fausse Église… »

« Quand le royaume de l’Antéchrist sera proche, apparaîtra une fausse religion qui ira contre l’unité de Dieu et de son Église. Cela entraînera le plus grand schisme jamais vu dans le monde. »

«  Je vis qu’un certain nombre de pasteurs acceptaient des idées dangereuses pour l’Église. Ils construisaient une grande Église, étrange et extravagante. N’importe qui était accepté, afin de s’y joindre et d’avoir les mêmes droits: les évangélistes, les catholiques, les sectes de toutes croyances. Ce devait être la nouvelle église … mais Dieu avait d’autres projets … »

Mais Dieu avait d’autres projets.

C’est bien ce qu’Il nous a indiqué en repoussant tout ce que prévoyait François ce printemps : pacte sur l’éducation et la rencontre économique qui elle, est reportée en novembre.

« La rencontre prévue ce mois-ci à Assise sur « L’Économie de (saint?) François » a été reportée au mois de novembre pour cause de coronavirus. Mais le péril pour l’Église reste bien présent, … cette rencontre d’Assise va enfin faire comprendre à certains que plus que d’Europe (où il y a maintenant une monnaie commune) nous devrions quitter l’Unesco-ONU avant qu’ils ne nous imposent une foi commune » (benoit-et-moi.fr).

Et l'économie selon François, c'est le monde financier de l'après virus que l'élite judéo-maçonnique prépare. Il en est une des têtes. Il conditionne l'humanité à la naissance du nouveau système, par l'éducation et par l'économie.

Voici ce qu'il avait à dire aujourd'hui. Ce ne peut pas être plus humaniste et socialiste comme discours. De la pure doctrine de Lucifer:

« Face à cette crise sanitaire planétaire, et alors que plusieurs pays du monde commencent à réfléchir à l’après-virus, le Pape parle du modèle économico-financier actuel qui n’est pas selon lui adéquat. Il espère ainsi que les gouvernements comprennent que «les paradigmes technocratiques (que l’État ou les marchés financiers soient au cœur du système) ne sont pas suffisants pour faire face à cette crise ou aux autres grands problèmes de l'humanité». Pour le Pape, «aujourd'hui plus que jamais, les personnes, les communautés, les peuples doivent être au centre, unis pour guérir, pour soigner, pour partager»…

Le Pape conclut sa lettre avec cette piste de réflexion pour l’avenir : «Il est peut-être temps de réfléchir à un salaire universel qui reconnaisse et donne de la dignité aux tâches nobles et irremplaçables que vous accomplissez». Un salaire universel qui soit capable de garantir qu’aucun travailleur ne soit privé de droits, «une réalité si humaine et si chrétienne». » (vaticannews.va)

Le pacte sur l’éducation lui  est prévue pour la signature autour du 18 octobre prochain, soit 103 ans après le miracle du Soleil à Fatima.

Mgr Williamson dans cet article, nous révèle aussi un indice intéressant en pointant le doigt sur le krach de 1987, il y a presque 33 ans… (stmarcelinitiative.com).

Le chiffre parfait.

Singé par Satan?

L'ampleur du krach du 19 octobre 1987 a été en partie imputée à la négociation d'actions programmée par ordinateur, qui était alors en pleine émergence dans le milieu boursier américain.

Date donc où la clique judéo-maçonnique via les ordinateurs qui ont pris le dessus par des algorithmes boursiers pour la première fois, soumettant le petit peuple à l’esclavage en les ruinant encore plus à chaque manœuvres suivantes (2000, 2008,2020).

Et si nous en sommes là aujourd’hui, à un peuple réduit à l’esclavage où personne ne peut acheter ni vendre sans la marque de la bête, c’est bien grâce à l’ordinateur, miniaturisé aujourd’hui dans le téléphone intelligent.

Il y 44 ans, ce mois-ci, la bête marquait sa progression avec la vente du premier ordinateur Apple (la pomme; jardin d’Éden). Le « Apple 1 » a été vendu 666,6 dollars.

C’est tout dire.

Aujourd’hui, Apple est le numéro 1 mondial du téléphone intelligent.

Et avec le coronavirus, on veut marquer la population avec un traceur dans le dit téléphone.

Donc, Satan nous pointe sur le 19 octobre 2020.

Peut-on anticiper que Babylone Nations-Unies (système financier, etc.) s’autodétruira le 10 octobre pour ressusciter le 12? . Un autre lundi noir?

Pourquoi cette date?

Parce que la Pâques chrétienne qui a lieu le 12 avril cette année lui sert à marquer l’humiliation et non la victoire. Une Pâques célébrée que par le pape seul à la basilique Saint-Pierre, pointe aux chrétiens du monde le « vide », comme si Dieu les avaient abandonnés, comme s’Il n’existait pas.

Or, le 12 avril additionné de 6 mois, le chiffre de la bête donne le 12 octobre.

Octobre c’est le second mois de Marie et c’est l’affront qu’il fait en la défiant durant le mois du Rosaire. Il sait pertinemment que c’est Elle qui lui écrasera la tête du talon.

« La fête de Notre-Dame du Rosaire, célébrée le 7 octobre, a été instituée par le Pie V en 1573, pour remercier Marie de cette victoire. En 1883, le pape Léon XIII décrétait solennellement que le mois d'octobre de cette année-là serait entièrement consacré à «la Saint Reine du Rosaire». Depuis, le mois d'octobre, durant lequel comme au mois de mai, on prie particulièrement la Vierge, est appelé le mois du Rosaire. »

C’est aussi juste avant le 13 octobre, la dernière apparition de Fatima, et on le rappelle, il y a presque 103 ans.

Puisque l’antéchrist système (Babylone Nations-Unies, la bête de la Terre, une des deux Babylone de Jean XXIII) doit mourir, il doit la faire ressuscité, comme le Christ.

C’est ici qu’entre probablement le nouveau système et la nouvelle monnaie, car les conséquences post-coronavirus ne laisseront pas le choix aux gouvernants.

Ce sera l’apparition de la 4ème tête de l’Apocalypse et de Daniel, avec les 10 rois régnants pour peu de temps.

Et comme preuve tangible de sa résurrection, il fera comme le Christ a fait pour Thomas en lui permettant de mettre son doigt dans les trous de ses mains.

Ce dimanche est nommé « dimanche de Quasimodo » dans la tradition chrétienne catholique.

Cette année, c’est donc le 19 avril.

(C’est aussi la date de l’élection de Benoît XVI en 2005 et on sait qu’il aura 93 ans le 16 avril.)

Additionné de 6 mois, cela donne le 19 octobre, exactement à la date du chiffre parfait de 33 ans après le krach de 1987.

Ce qu’il fait pour Babylone Nations-Unies, il doit absolument le faire pour Babylone Vatican (la bête de la mer).

En même temps.

Effectivement.

Le 6, c’est un chiffre d’homme nous rappelle Saint-Jean. C’est le chiffre de la période de Satan, la grande apostasie, l’humanisme.

C’est ce qui caractérise le Vatican en cette ère apocalyptique.

La période du passage (la Pâques) du 6 (qui appartient à Satan) au 7 (qui appartient à Dieu) nous est indiquée par le prophète Daniel : durée de la bête de 1260 jours soit 42 mois.

42 c’est 6X7… Du 6 vers le 7.

(Note : Il y a 42 jours entre le 9 mars et le 20 avril, depuis que le Vatican a arrêté toute cérémonie et tout sacrement en Italie.)

Et la bête de la mer vient tout juste de nous indiquer qu’elle veut devenir comme  Dieu.

Le pape François s’est mis en priorité au-dessus des titres historiques dans l’annuaire du Vatican 2020 (voir analyses précédentes).

François ne portait pas l’anneau du pêcheur, symbole de la papauté, à son doigt lors de la messe du Vendredi Saint et pour le chemin de croix!

Rappelons que François porte le même modèle que celui que portait le pape Paul VI  et qui représente ainsi Saint Pierre tenant les clefs du Royaume. Celui de Benoît XVI affichait quant à lui l’apôtre et ses filets lors de la pêche miraculeuse dans le lac de Tibériade.

Temps de séparation du bon grain de l’ivraie sous Benoît XVI, alpha et oméga de Vatican II de Paul VI à François. Les clefs de quel royaume vraiment?

Alors que Benoît XVI, le katéchon en action, retient toujours le bras de Jésus.

Sa mission est de sauver le plus d’âmes possibles : son anneau symbolise le jubilé des jubilés des 153 poissons.

Donc François, la bête de la mer veut devenir un 7.

L’élection de François  a eu lieu le 13 mars 2013.

Il fut intronisé le 19 mars 2013.

Cela fait donc 7 ans.

Le 19 mars additionné de 7 mois donne le 19 octobre 2020.

La singerie du triple 7 est sur le point de se terminer.

Ce que nous rappelle Jean XXIII car la durée du pontificat de François pourrait aussi être la nouvelle église de Caïn:

« La fille de Caïn est montée au Nord, pour prêcher. Luxure dans la nouvelle Babylone, pour sept ans. La septième année tombe le septième voile de Salomé, mais il n'existe pas d'empereur, il n'existe pas qui saura lever l'épée et couper le cou de Jean. Le temps est proche. »

Le 7ème voile de Salomé terminera donc le compte à rebours : 7 ans, 7 voiles à enlever.

Tout s’accomplit au 7ème voile.

On a durant 7 ans découvert le vrai visage de François, petit à petit, voile après voile.

Nous sommes aussi mis sur la piste par la révélation des 7 sceaux, 7 trompettes, et 7 coupes de l’Apocalypse : ce n’est qu’à la fin de la sixième période (période de l’Antéchrist), qui se termine par la résurrection des deux témoins au septième sceau qu’a lieu le Jugement.

C'est en lien avec l’épisode de Jéricho avant l’entrée en Terre Promise.

Les hébreux ont fait le tour de la ville 6 jours de suite comme indiqué. Au septième et dernier jour, il ont fait dans le même jour sept tours, mais ce n’est qu’au septième tour que les murailles s’effondrent : 7 tours, 7ème jour, 7ème tour de la septième journée : 777.

Les chrétiens doivent faire preuve de foi et d’espérance pour s'ancrer dans l'Esprit durant les tribulations, jusqu’au dernier 7,

C’est ce que nous rappelle Daniel :« Heureux celui qui attendra et arrivera jusqu'à mille trois cent trente-cinq jours ! »

Parce que Dieu ne laissera François pas aller jusqu’au bout.

Daniel nous rappelle (chap.3,47 relié à l’abomination de la désolation) que les flammes du brasier ne peuvent dépasser 49 coudées.

Quarante-neuf, nous disent les Pères de l’Église, correspond à la limite du diable car c’est 7X7.

Il est donc clair qu’à partir de maintenant, et Benoît XVI et François ne se rendront probablement pas  jusqu’à octobre.

Et si c’est comme l’épisode de Jéricho, c’est durant le 7ème mois que cela se passera, tout juste avant le 19 octobre, à la 7ème trompette.

08 avril

Mercredi Saint via Maria Valtorta... C’est l’avertissement en Matthieu 24… Lorsque vous verrez l’abomination de la désolation…

Et Jésus confirme les 3 jours de ténèbres tels que prédits par Padre Pio et Anne-Marie Taïgi entres autres.

Il nous demande de demeurer éveiller, de sortir de l’esprit de Babylone.

« Il y en aura beaucoup qui seront purifiés, blanchis et éprouvés ; et les méchants feront le mal, et aucun méchant ne comprendra ; mais les intelligents comprendront. » (Daniel, 12,10)

« Rappelez-vous également ceci : craignez plutôt les alliances faciles et les flatteries d'un étranger que ses légions. En effet, tant que vous serez fidèles aux lois de Dieu et de la Patrie, vous vaincrez même si vous êtes encerclés par des armées puissantes, mais quand vous serez corrompus par le poison subtil donné comme un miel enivrant par l'étranger qui a formé des desseins contre vous, Dieu vous abandonnera à cause de vos péchés, et vous serez vaincus et assujettis, sans que votre faux allié livre une bataille sanglante contre vous.  »

Il nous indique clairement qu'il faut demeurer fidèle à la loi et les prophètes, et non pas de succomber au miel enivrant des deux Babylone Vatican et Nations-Unies (et ses dérivés, tel que l’Organisation Mondiale de la Santé présentement).

« Veillez donc car vous ne savez pas à quelle heure viendra votre Seigneur. Pensez de nouveau à ceci : si le chef de famille savait à quelle heure vient le voleur, il veillerait et ne laisserait pas dépouiller sa maison. Veillez donc et priez, en étant toujours préparés à sa venue, sans que vos cœurs tombent dans la torpeur par des abus et des excès de toutes espèces et que vos esprits ne soient pas éloignés et fermés aux choses du Ciel par le soin excessif aux choses de la Terre, et que le lacet de la mort ne vous prenne pas à l'improviste quand vous ne serez pas préparés. Car, rappelez-vous, tous vous devez mourir. Tous les hommes, dès leur naissance, sont destinés à la mort, et c'est une venue particulière du Christ cette mort et le jugement subséquent, qui devra se répéter pour tous les hommes à la venue solennelle du Fils de l'homme. »

« Elle ne passera pas cette génération qui n'a pas voulu de Moi avant que tout cela se produise. Ma parole ne tombera pas. Ce que je dis sera. Le cœur et la pensée des hommes peuvent changer, mais ma parole ne change pas. Le ciel et la terre passeront mais mes paroles ne passeront pas. »

C’est bien ce que nous constatons.

Le mercredi saint c’est la trahison de Judas dans la tradition de l’Église.

C’est le thème qu’a développé François dans sa messe quotidienne à Sainte-Marthe.

À caractère humaniste. Bien-sûr.

La traite humaine et l’amour de l’argent.

Et il nous démontre encore une fois son manque flagrant de profondeur théologique.

Ce pape est un imposteur.

Il faut savoir décoder, avoir les oreilles pour entendre.

« … Le garçon Judas, peut-être bon, avec de bonnes intentions, finit par être un traître au point d'aller au marché pour vendre : "Il est allé voir les chefs des prêtres et leur a dit : "Combien voulez-vous me donner pour que je vous le donne, directement ?” À mon avis, cet homme était complètement fou…

Comment est le mystère de Judas ? Je ne sais pas…

« Oui, cela me réconforte de contempler ce chapiteau de Vézelay (un sculpture représentant le corps de Judas porté par Jésus, ndlr) :

Comment Judas a-t-il fini ? Je ne sais pas…

Malheur à cet homme par lequel le Fils de l'homme est trahi : il vaudrait mieux pour cet homme qu'il ne soit jamais né ! Mais cela signifie-t-il que Judas est en enfer ? Je ne sais pas… » (vaticannews.va)

Et François fini son interlocution en confirmant qu’il était possédé par le diable.

« le diable est entré dans Judas, c'est le diable qui l'a conduit jusqu'ici. Et comment l'histoire s'est-elle terminée ? Le diable est un mauvais payeur, il n'est pas un payeur fiable. Il vous promet tout, vous fait tout voir et, à la fin, il vous laisse seul dans votre désespoir de vous pendre. »

C’est encore le mystère d’iniquité des derniers temps à l’œuvre : le sens de l’ambiguïté pour égarer du droit chemin.

L’utilisation des contradictions. Une arme redoutable.

« Je ne sais pas… » répété à plusieurs reprises suivi du « c’est le diable » parce que cela s’applique à la nouvelle religion humaniste, socialiste, d’égalité et de liberté.

S’applique dans le sens que l’argent est sale et produit des inégalités, donc incarné par le diable, ennemi de l’idéologie de la théologie de la libération.

Il faut avoir la mémoire vive...

François n’a-t-il pas affirmé aussi dans le passé que l’enfer, donc le diable, n’existe pas?

Tout comme le pape noir… « Le père Arturo Sosa, supérieur général des jésuites, a estimé dans la presse italienne que Satan était une « réalité symbolique ». (la-croix.com)

Et juin 2016 où son histoire avec le chapiteau de Vézelay  a commencé?

« Il est extraordinaire - pour un pape - de confondre le diable (au double visage) avec Jésus. C'est arrivé jeudi quand Bergoglio a évoqué de façon erronée un chapiteau de la cathédrale du Vézelay: un "échange de personnes" emblématiques de ce pontificat...

En revanche, le fait de les confondre (Jésus et le diable), et même d'envisager que Judas soit sauvé (sans s'en s'être repenti) donnant à comprendre que même lui n'a pas fini en enfer, est bel et bien de son cru. » (benoit-et-moi.fr)

Le chapiteau de Vézelay. Cela réconforte François…

Or, la référence à Jésus portant le corps de Judas sur ses épaules est en lien direct avec l’évangile apocryphe de Judas.

C’est de la gnose! Et la gnose est une hérisie!
(voir lien benoit-et-moi.fr pour l’explication et la photo du jeune homme imberbe qui n’a rien du Christ!)

Mais qui est le vrai traître? Qui est le Judas qui a trahi l'Église?

Çà. Nous le savons.

De plus, ce jeune homme portant le corps de Judas ne se dirige pas vers le chœur, vers la miséricorde, mais il le transporte hors de la cathédrale, vers les ténèbres.

Mais les ténèbres, cela n’existe pas, non?

Car François a bel et bien aboli le péché durant le jubilé de la miséricorde infini célébrant le jubilé (50 ans) de Vatican II.

Ce jubilé s’est terminé le 20 novembre 2016 en la fête du Christ-Roi, terme qu’il n’ose même pas prononcer.

Quel affront.

À l’audience générale aujourd'hui, le thème était la croix.

Dans la croix, Dieu révèle son vrai visage.

Contemplons la croix du Seigneur, là où se révèle pleinement son amour et son vrai visage : c’est en substance le cœur de la catéchèse délivrée par le Pape François au cours de l’audience générale de ce Mercredi Saint, qui s’est tenue dans la bibliothèque du Palais apostolique… » (vaticannews.va)

Mais qu’est-ce que la croix et qui est le diable pour François?

L’ambiguïté et la contradiction encore à l’œuvre…

4 avril 2017, durant le sermon à Sainte-Marthe…

« Bergoglio va jusqu'à affirmer dans l'église que «Jésus s'est fait diable» et tout le monde fait mine de rien :

« Mais qu'est la croix pour nous? » est la question posée par François. «Oui, elle est le signe des chrétiens, elle est le symbole des chrétiens... «le souvenir de celui qui s'est fait péché, qui s'est fait diable, serpent, pour nous; qui s'est abaissé jusqu'à s'anéantir totalement».» (benoit-et-moi.fr)

Vraiment?

Le maître du mensonge est à l'oeuvre.

Il peut bien porter le titre d' « abomination de la désolation ».

Les chrétiens catholiques ont raisons d'être déçus.

07 avril

Le Mardi Saint via Maria Valtorta…

C’est l’explication du figuier stérile maudit par le Christ et qui s’est desséché... De ces prêtres ou des chrétiens vides de l’intérieur, qui n’ont plus la force et s’agenouillent devant les forces du mal et se conforment en interdisant les messes…

C’est le même constat pour l’humanité avec la grande apostasie.

Signe de mort pour l’église et pour Babylone la Terre.
 
«Elles n’ont plus de moelle, tu l’as dit. Or ce qui vaut d’un arbre peut s’appliquer à une nation ou à une religion : quand il ne reste que l’écorce dure et le feuillage inutile — c’est‑à‑dire la férocité et un aspect extérieur hypocrite —, c’est signe que la mort est là. La moelle, blanche et pleine de sève, correspond à la sainteté, à la spiritualité. L’écorce dure et le feuillage inutile à l’humanité dépourvue de vie spirituelle et de justice. Malheur aux religions qui deviennent humaines parce que leurs prêtres et leurs fidèles n’ont plus l’esprit vital. Malheur aux nations dont les chefs ne sont que férocité et verbosité tapageuse dépourvue d’idées fécondes ! Malheur aux hommes qui n’ont plus de vie spirituelle !

… Comment alors, en si peu de temps, peut arriver tout ce que Lui dit précéder son retour ? Guerres, destructions, esclavage, persécutions, l'Évangile prêché dans le monde entier, désolation et abomination dans la maison de Dieu, et puis des tremblements de terre, des pestes, de faux prophètes, des signes dans le soleil et dans les étoiles... Eh ! il faut des siècles pour faire tout cela !.. »

Comme spécifié hier, le Père a accordé « deux éternités » pour que la génération chrétienne accomplisse ce qu’Israël a refusé d’accomplir.

Les derniers 2000 ans ont été effectivement marqués parce que vient d’affirmer le Christ.

L’Évangile, grâce aux technologies des communications a été prêché par toute la Terre. Nul ne peut ignorer que le Christ est venu sauf les reclus.

L’abomination est sur le trône.

Il ne manque que le signe dans le soleil et dans les étoiles. Signe répété par le miracle du Soleil à Fatima le 13 octobre 1917.

103 ans en octobre 2020.

Il faut toujours attendre le 3, le chiffre de la Trinité.

Nous avons vu dans les analyses passées que la Sainte Vierge utilise aussi le 3 pour avertir.

Ce que Jésus confirme en ce mardi saint via Maria Valtorta :

« Mon Père n'a pas fait de Moi son serviteur seulement pour faire revivre les tribus de Jacob, pour convertir ce qui reste d'Israël : les restes, mais Il m'a donné comme lumière des Nations afin que je sois le "Sauveur" pour toute la Terre. C'est pour cela qu'en ces trente-trois années d'exil du Ciel et du sein du Père, j'ai continué à croître en Grâce et en Sagesse près de Dieu et près des hommes, pour atteindre l'âge parfait, et en ces trois dernières années, après avoir brûlé mon âme et mon esprit au feu de l'amour et l'avoir trempée au froid de la pénitence, j'ai fait "de ma bouche une sorte d'épée tranchante »

Mgr Vigano confirme en ce mardi l’abomination de la désolation sur le trône, surtout de l’annuaire du Vatican et sur la bénédiction « Urbi et Orbi » du 27 mars, ainsi que sur la Sainte Vierge Marie.

Ce qui confirme que de rabaisser Jésus et Marie à de simples humains laisse la voie libre à la nouvelle religion humaniste.

C’est exactement ce que confirme Pierre Hillard dans son dernier volume.

La clique judéo-maçonnique peut très bien accepter l’idée de Jésus comme étant un prophète; Et non le Messie.

Ainsi, leur messie a maintenant la place pour se manifester.

Notez que plusieurs rabbins annoncent sa venue étant donné les circonstances du coronavirus avant la pâques juive, un signe selon eux.

La clique ultra-ordodoxe a même demandé à faire le sacrifice de l’agneau pascal sur l’esplanade du temple; une première depuis 2000 ans si elle est accordée.

« Derrière tout cela, comme on peut le voir, il n’y a pas d’humilité, mais la poursuite d’un but narcissique et politique: il ne s’agit pas de donner un exemple édifiant, mais de plaire au monde.

Il me semble que le moment est venu de nous interroger sérieusement sur l’impasse canonique dans laquelle nous nous sommes laissés conduire par cette dissociation entre le munus et ceux qui le couvrent: on ne peut pas exiger l’obéissance au Pape si, en même temps, celui qui est assis sur le trône se comporte comme s’il ne l’était pas; parce que, ce faisant, on opère une authentique mystification, on joue avec l’obéissance et avec le sens hiérarchique des fidèles, mais en même temps on se considère comme des liberi battitori déliés de tous les devoirs et de toutes les limites que la Papauté impose…

… Bergoglio utilisent ses excentricités comme un moyen de démythifier la papauté, c’est-à-dire de l’humilier, de l’abaisser à ce qui, par essence, ne peut et ne doit pas être. Ceux qui qui se délectent de l’abolition du titre de Vicaire du Christ ne se moquent bien de l’humilité du Pape ; tout ce qui compte, c’est la poursuite d’un dessein politique ciblé visant à démolir l’Église et ses institutions les plus vénérables, en s’alignant sur la pensée dominante…

… Les fidèles – et le clergé lui-même – sont scandalisés par la façon dont Bergoglio parle de la Vierge, par la facilité avec laquelle il se permet de rabaisser et d’humilier Sa très sainte personne, sans jamais utiliser les titres qui lui sont dus et en prenant soin de ne pas répéter l’enseignement constant de l’Église…

… la négation de dogmes et de vérités théologiques, même ceux qui ne sont pas définis solennellement, implique une conséquence extrêmement destructrice, car la Vérité – qui est Dieu lui-même – ne peut avoir de parties sacrifiables. Si l’on touche à un dogme apparemment marginal par rapport aux dogmes trinitaires ou christologiques, on touche à tout l’édifice doctrinal. Et permettez-moi de vous rappeler qu’en plus des horreurs du métissage marial, nous avons également entendu des idées fausses sur la divinité même du Christ, subrepticement insinuées par les interviews données à un journal notoirement anti-catholique.

Quant à la maudite pachamama, il est évident qu’une substitution progressive de la Mère de Dieu par la Mère Terre est en cours, par respect pour la religion mondialiste et écologique. Qu’ils fassent très attention lorsqu’ils se moquent de la Vierge: les offenses que Notre Seigneur pardonne lorsqu’elles lui sont adressées, il ne leur pardonne pas si elles ont pour objet Sa Très Sainte Mère…

Quant à s’asseoir devant le Saint-Sacrement, c’est une habitude constante de François dans toutes les célébrations auxquelles il assiste, à commencer par le Corpus Christi, qu’il déserte lui-même avec ostentation et intolérance. Il n’est pas surprenant que cette insistance sur l’humilité du pape récurrent dans le récit des courtisans se dissolve précisément à la seule occasion où le pape et Bergoglio pouvaient vraiment s’humilier, c’est-à-dire en s’agenouillant devant le Saint-Sacrement…

Ce sont des jours difficiles, non seulement à cause de la pandémie, mais aussi à cause de ce sentiment d’incertitude et de la crainte d’une catastrophe imminente. Ne nous laissons pas séduire par ceux qui tentent de nous priver de la paix intérieure: nous sommes le temple de l’Esprit Saint, et si nous sommes dans la grâce de Dieu dans notre âme habite la Très Sainte Trinité. Essayons de rendre cette demeure moins indigne, par une prière plus sincère et confiante. Nous avons un Avocat invincible: la Très Sainte Vierge; nous lui demandons, à Elle, Consolatrice des affligés, d’intercéder pour nous auprès du Trône du Très-Haut, à Elle qui a participé à notre Rédemption en vertu de Son union très spéciale avec Son Divin Fils, et qui est notre Médiatrice auprès de Lui. » (benoit-et-moi.fr).

06 avril

Le lundi avant la Pâque via Maria Valtorta…

C’est la parabole du figuier stérile qui a mené à la destruction de Jérusalem, et qui se répète aujourd’hui avec la destruction de Babylone puisque les « gentils » n’ont pas su prendre la relève correctement malgré les avertissements.

Le soir venu, Jésus passe la nuit au Gethsémani avec les apôtres et demande à Pierre, Jacques et Jean de prier pour ne pas tomber en tentation mais à plusieurs reprises, ils tombent endormis.

Du commentaire de Mgr Williamson :

« Le chemin de l’Eglise suit la trace divine, et non la trace humaine menant à la ruine. Certes, il ne manque ni de foi, ni de courage, ni de dévotion envers son divin Maître, mais au lieu de prier dans le Jardin des Oliviers, il a dormi. Or, si au lieu de dormir, il avait prié, ses pensées auraient pu être divines au lieu de n’être qu’humaines, bien trop humaines. Il aurait alors pu comprendre que la démarche de Jésus était, sans commune mesure, bien plus élevée que la sienne, aussi courageux et dévoué que lui, Pierre, pût être. »  (stmarcelinitiative.com).

Voilà le piège dans lequel il ne faut pas tomber.

De Maria Valtorta :

« C'est seulement après que cette Terre aura péché contre Moi, et rappelez-vous que ce sont des paroles du Seigneur à son prophète, après seulement que le peuple et non seulement celui-ci en particulier, mais le grand peuple d'Adam commencera à gémir : "Allons vers le Seigneur. Lui qui nous a blessés nous guérira". Et le monde des rachetés dira : "Après deux jours, c'est-à-dire deux temps de l'éternité, durant lesquels il nous aura laissés à la merci de l'Ennemi, qui avec toutes ses armes nous aura frappés et tués comme nous avons frappé et tué le Saint — et nous le frappons et le tuons parce que toujours il y aura la race des Caïns qui tueront par leurs blasphèmes et leurs œuvres mauvaises le Fils de Dieu, le Rédempteur, en décochant des flèches mortelles non sur son éternelle Personne glorifiée, mais sur leur âme rachetée par Lui, pour la tuer, et pour le tuer par conséquent dans leurs âmes.

C'est seulement après ces deux temps que viendra le troisième jour et que nous ressusciterons en sa présence dans le Royaume du Christ sur la Terre et que nous vivrons en sa présence dans le triomphe de l'esprit. Nous le connaîtrons, nous apprendrons à connaître le Seigneur pour être prêts à soutenir, grâce à cette vraie connaissance de Dieu, la dernière bataille que Lucifer livrera à l'homme avant la sonnerie de l'ange de la septième trompette qui ouvrira le chœur bienheureux des saints de Dieu, au nombre parfait pour l'éternité — et ni le plus petit enfant, ni le vieillard le plus âgé ne pourra jamais être ajouté au nombre — le chœur qui chantera; "Il est fini le pauvre royaume de la Terre. Le monde est passé en revue avec tous ses habitants devant le Juge victorieux. Et les élus sont maintenant entre les mains de notre Seigneur et de son Christ, et Lui est notre Roi pour toujours. Louange au Seigneur Dieu Tout Puissant qui est, qui était et qui sera, parce qu'il a pris son grand pouvoir et qu'il est entré en possession de son royaume".

Oh ! qui parmi vous saura rappeler les paroles de cette prophétie qui résonne déjà dans les paroles de Daniel avec un son voilé, et qui maintenant retentit par la voix du Sage devant le monde étonné et devant vous, plus étonnés que le monde ? !  »

La référence à Daniel ici est du chapitre 7, 21-22.

« Je regardai, et cette corne faisait la guerre aux Saints et l'emportait sur eux, jusqu'à ce que le vieillard vint, que le jugement fut donné aux Saints du Très Haut, et que le temps arriva où les Saints possédèrent le royaume. » qui traite de l’apparition de la quatrième bête (remarquez que le chapitre 7 et l’Apocalypse chapitre 13 traitent du même événement).

Or la quatrième bête sera le moment, très proche, où Satan (6), par son esprit (6) se présentera sous les traits d’un humain (6) et qui complétera l’aboutissement de l’humanisme dans le 666, un nombre d’homme comme dit Saint-Jean, donc sans Christ, dans l'apostasie.

Nous y sommes puisque la prophétie de Jésus s’accomplie… « Après deux jours, c'est-à-dire deux temps de l'éternité, durant lesquels il nous aura laissés à la merci de l'Ennemi… », c’est à dire 2000 ans.

« C'est seulement après ces deux temps que viendra le troisième jour… » donc la résurrection après les trois jours de ténèbres.

Kyrie Eleison
Seigneur ! Aie pitié de nous !

5 avril

Jésus via Maria Valtorta au soir du dimanche des rameaux :

« En tout homme il y a un autre homme qui se révèle aux heures les plus graves. Il y a le héros qui, aux heures du plus grand danger, bondit de l'homme doux que le monde a l'habitude de voir et juge insignifiant, le héros qui dit à la lutte : "Me voici", qui dit à l'ennemi, à l'arrogant : "Mesure-toi avec moi". Et il y a le saint qui, alors que tous s'enfuient terrorisés devant les tyrans qui veulent des victimes, dit : "Prenez-moi en otage et en sacrifice. Je paie pour tous". Et il y a le cynique qui profite personnellement des malheurs de tous et rit sur les corps des victimes. Il y a le traître qui a son courage particulier : celui du mal. Le traître qui est l'amalgame du cynique et du lâche, qui est aussi une catégorie qui se manifeste dans les heures graves. Car cyniquement il tire profit d'un malheur et lâchement il passe au parti le plus fort, osant, pour en tirer profit, affronter le mépris des ennemis et les malédictions de ceux qu'il abandonne. Il y a enfin le type le plus répandu, le lâche qui, aux heures graves, n'est capable que de regretter d'avoir fait connaître son appartenance à un parti et à un homme, maintenant frappé par l'anathème, et de s'enfuir... Ce lâche n'est pas aussi criminel que le cynique ni aussi dégoûtant que le traître. Mais il montre toujours l'imperfection de sa structure spirituelle. »

En ces temps graves, soyons parfait comme le Père céleste est parfait, dans notre structure spirituelle.

Prions pour ne pas renier le Christ Roi et demeurer fort par Lui, avec Lui et en Lui.

Aujourd’hui François nous a parlé de trahison.

Ce qui est lié directement avec l’analyse d’hier.

« Jésus a été trahi par des «gens qui l’acclamaient et qui ensuite ont crié : "Qu’il soit crucifié !" (Mt 27, 22). Il a été trahi par l’institution religieuse qui l’a condamné injustement et par l’institution politique qui s’est lavé les mains». Lorsque chacun découvre qu'il a été trahi, «naît au fond du cœur une déception telle que la vie semble ne plus avoir de sens. Cela arrive parce que nous sommes nés pour être aimés et pour aimer, et la chose la plus douloureuse c’est d’être trahi par celui qui a promis de nous être loyal et proche. Nous ne pouvons pas non plus imaginer comme cela a été douloureux pour Dieu, qui est amour»…

La chrétienté se sent trahi parce que François a trahi l’Église.

Ce règne grand et bref décrit par Jean XXIII à propos de François est malheureusement un règne pour faire adorer la bête décrite dans l’Apocalypse.

Les espoirs contenus dans le cœur de tous les chrétiens lors du 13 mars 2013 ne sont plus pour ceux qui connaissent la vérité

François: « ''Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?'' (Mt 27, 46). C’est une phrase forte». Pour la première fois, Jésus qui avait souffert de l'abandon des siens, utilisait le nom de «Dieu», pour crier un «pourquoi» déchirant, «Ce sont en réalité les paroles d’un Psaume (cf. 21, 2) : on y dit que Jésus a aussi porté en prière l’extrême désolation».

De nouveau, cette épreuve était faite pour nous servir, a continué le Souverain Pontife, pour «que lorsque nous nous sentons le dos au mur, que nous nous rappelions que nous ne sommes pas seuls. Jésus a éprouvé l’abandon total, la situation qui lui est la plus étrangère, afin de nous être solidaire en tout. Il l’a fait pour moi, pour toi, pour te dire : “N’aie pas peur, tu n’es pas seul. J’ai éprouvé toute ta désolation pour être toujours à ton côté ”». Voilà ainsi jusqu’où Jésus nous a servi, «descendant dans l’abîme de nos souffrances les plus atroces, jusqu’à la trahison et à l’abandon». » (vaticannews.va)

Solidaire, pour toi, aimer, être aimer…

Tous des termes qui s’applique à la philosophie maçonnique socialiste : égalité, fraternité, et liberté… Sans le Christ.

Incapable d’identifier ce temps crucial que nous vivons.

Ou volontairement oublier.

Où sont les Hosannas pour le Christ Roi dans ses discours?

Les rameaux sont à l’image de l’oasis dans le désert d’Israël, terre promise qui s’est desséchée, peuple élu qui n’a pas su cultiver cet oasis, l’Élu dans son cœur.

« Trouverais-je la foi à mon retour? »

Avons-nous su cultiver cet oasis dans nos cœurs, en tant que fils et filles de Dieu, et en tant que peuple de Dieu, à qui la mission d’évangélisation à été confiée à la mort et résurrection de NSJC?..

Le temps d’une génération.

2000 ans.

« Mgr Pierbattista Pizzaballa, administrateur du patriarcat latin de Jérusalem, a présidé pour le dimanche des Rameaux une liturgie depuis le Dominus Flevit sur le Mont des Oliviers, avant de bénir la ville et le monde avec une relique de la Sainte Croix… »

Et il a su trouver les mots nécessaires.

Car la perte de âmes est en jeu.

«  Nous n'avons pas levé nos palmes et nos rameaux d’oliviers pour crier “Hosanna» à notre Roi, Jésus-Christ. Les rues qui, en ce jour, seraient pleines de monde et de chants, d'hymnes et de cornemuses sont vides et silencieuses». Une expérience qui doit inviter au questionnement,«Que pouvons-nous faire dans ces moments dramatiques pour la vie du monde et pour la nôtre ?» (vaticannews.va)

04 avril

À l’occasion de l’ouverture de la semaine pascale avec le dimanche des rameaux demain, le pape adresse son message humaniste (vaticannews.va)

Ce n’est plus le Christ qui sauve. Pour lui son sacrifice est vain puisqu’il se tait sur ce sujet, ce qui semble invraisemblable mais qui ne surprend pas en regard de ce que nous savons des événements.

Nous vivons quand même un moment historique!

Les forces du mal ont interdit la célébration de la Pâques à l'échelle planétaire.

Mais non. Point de mot sur la passion et la résurrection du Christ.

Les deux Babylone agissent en synchronicité, main dans la main.

Vatican et Nations-Unies sont sur le sprint final pour atteindre leur but de nouvelle société mondiale d’égalité et de fraternité; Sans le Christ.

Aucun hasard.

Mgr Vigano via Lifestenews.com confirme l’identification du Judas de cette Passion de l’Église face à la suppression du titre de Vicaire du Christ par le pape.

Il élève même François au titre de « tyran ».

Le temps est crucial. Le choix des mots pour découvrir la vérité a toute son importance.

Notez aussi cette parution de  l’annuaire a eu lieu le 25 mars, jour de l’Annonciation!

Le bureau de presse du Vatican essaie de minimiser le fait, mais le vrai François s’est fait jour :

« Matteo Bruni, directeur du bureau de presse du Vatican, a déclaré au Catholic News Service qu ‘«il n’y a pas eu de suppression» d’un titre.
« La définition d ‘ » historique « par rapport aux titres attribués au pape sur l’une des pages qui lui sont consacrées dans l’Annuario Pontificio de 2020 me semble indiquer le lien avec l’histoire de la papauté », a déclaré Bruni, ajoutant que tous les autres titres «sont censés être liés historiquement au titre d’évêque de Rome car au moment où il est désigné par le conclave pour guider l’église de Rome, l’élu acquiert les titres liés à cette nomination»…. »

Mais il est bien évident (photo de nouveau avec le lien) que JORGE MARIO BERGOGLIO est en haut de page, bien en évidence.

Le narcissisme et l’orgueil sont biens ancrés chez les fils de Satan.

Laissons la parole à Mgr Vigano:

« … Ce changement dans la présentation et le contenu d’un texte officiel de l’Église catholique ne peut être ignoré, et il n’est pas possible de l’attribuer à un geste d’humilité de la part de François, ce qui n’est pas en accord avec le fait que son nom soit si en évidence. Au lieu de cela, il semble possible d’y voir l’admission – passée sous silence – d’une sorte d’usurpation, par laquelle ce n’est pas le «Servus servorum Dei» qui règne, mais la personne de Jorge Mario Bergoglio, qui a officiellement renié être le Vicaire du Christ, successeur du Prince des Apôtres et Souverain Pontife, comme s’ils étaient des signes dérangeants du passé: seulement de simples «titres historiques».
Un geste presque provocateur – pourrait-on dire – dans lequel Francois transcende chaque titre. Ou pire: un acte pour modifier officiellement la papauté, par lequel il ne se reconnaît plus comme gardien , mais devient maître de l’Église, libre de la démolir de l’intérieur sans avoir à répondre à personne. Bref, un tyran.

Que la signification de cet acte des plus graves n’échappe pas aux pasteurs et aux fidèles, car par cela le doux Christ sur terre – comme sainte Catherine l’appelait le pape – se libère de son rôle de Vicaire pour se proclamer, dans un délire d’orgueil, absolu monarque même en ce qui concerne le Christ.

Nous approchons des jours sacrés de la Passion du Sauveur, qui commence dans la chambre haute avec la trahison de l’un des Douze. Il n’est pas illégitime de se demander si les paroles compréhensives avec lesquelles Bergoglio a tenté de réhabiliter Judas le 16 juin 2016 n’étaient pas une tentative maladroite de s’exonérer.

Cette pensée effrayante est encore confirmée par la terrible décision de permettre une interdiction presque universelle de la célébration publique de Pâques, pour la première fois depuis la résurrection de Notre-Seigneur Jésus-Christ. »

Ce passage de l’Apocalypse de Saint-Jean est maintenant très clair :

Saint-Jean eu la vision de la bête « monter de la terre […], qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, et qui parlait comme un dragon. Elle exerçait toute la puissance de la première bête en sa présence, et elle amenait la terre et ses habitants à adorer la première bête » (Ap 13, 11).

Retrouvons Jésus au Dimanche des Rameaux via Maria Valtorta, puisque son discours s'applique à notre temps, à Babylone la Terre au lieu de Jérusalem:

« Et toi, cité qui veux ta ruine et sur qui je pleure, sache que ton Christ prie pour ta rédemption. Oh ! si au moins en cette heure qui te reste tu savais venir à Celui qui serait ta paix ! Si au moins tu comprenais à cette heure l'Amour qui passe au milieu de toi et si tu te dépouillais de la haine qui te rend aveugle et folle, cruelle pour toi-même et pour ton bien ! Mais un jour viendra où tu te rappelleras cette heure ! Trop tard alors pour pleurer et te repentir ! L'Amour sera passé et sera disparu de tes routes et il restera la Haine que tu as préférée. Et la haine se tournera vers toi, vers tes enfants. Car on a ce qu'on a voulu, et la haine se paie par la haine.
Et ce ne sera pas alors la haine des forts contre le désarmé. Mais ce sera haine contre haine, et donc guerre et mort. Entourée de tranchées et de gens armés, tu souffriras avant d'être détruite et tu verras tomber tes fils tués par les armes et par la faim, et les survivants être prisonniers et méprisés, et tu demanderas miséricorde, et tu ne la trouveras plus parce que tu n'as pas voulu connaître ton Salut.

Je pleure, amis, car j'ai un cœur d'homme et les ruines de la patrie m'arrachent des larmes. Mais que ce qui est juste s'accomplisse puisque dans ces murs la corruption dépasse toute limite et attire le châtiment de Dieu. Malheur aux citoyens qui sont la cause du mal de leur patrie ! Malheur aux chefs qui en sont la principale cause ! Malheur à ceux qui devraient être saints pour amener les autres à être honnêtes, et qui au contraire profanent la Maison de leur ministère et eux-mêmes ! Venez. À rien ne servira mon action. Mais faisons en sorte que la Lumière brille encore une fois au milieu des Ténèbres !"

Ce sont toujours les profanations du culte de Dieu, de la Loi de Dieu, qui provoquent les châtiments du Ciel. En faisant de la Maison de Dieu une caverne de voleurs, ces prêtres indignes et ces indignes croyants (de nom seulement] attiraient sur tout le peuple malédiction et mort. Inutile de donner tel ou tel nom au mal qui fait souffrir un peuple. Cherchez le nom exact en ceci : "Punition d'une vie de brutes". Dieu se retire et le Mal s'avance. Voilà le fruit d'une vie nationale indigne du nom de chrétienne.  »

Mais,

L’Église renaîtra autrement …

À l’approche de l’anniversaire de l’incendie de Notre Dame de Paris, retrouvons le père Henri Boulad dans son sermon d’il y a un an, car c’est très d’actualité... Et inspirant pour ceux qui croient.

« Il fallait que le Christ meurt pour entrer dans sa Gloire.

Il faut que l’Église meurt pour renaître»

03 avril

Çà va très vite. Comme prévu.

Pendant que François nous montre le Saint-Sacrement à la pluie battante, il confirme son statut de dévastateur en coulisses.

Le 1er avril, il a approuvé les deux textes liturgiques de lutte au coronavirus.

Une nouvelle messe en temps de pandémie et une intention supplémentaire pour les liturgies du Vendredi Saint qui approche.

Plusieurs commentent que cette nouvelle Eucharistie est  dépouillée de toute référence à la repentance et à la colère de Dieu.

Il préfère, fidèle à son thème de miséricorde infinie, « regarder avec compassion les affligés, d'accorder le repos éternel aux morts, le réconfort aux personnes en deuil, la guérison aux malades, la paix aux mourants, la force aux travailleurs de la santé, la sagesse à nos dirigeants, et le courage de tendre la main à tous dans l'amour ».

Comme nous l’avions analysé, la bénédiction « Urbi et Orbi » n’était pas valide car non précédée du sacrement de la pénitence.

Ce ne sont que de vœux pieux à la sauce humaniste.

Que les deux témoins se lèvent! Leur heure est venue!

La nouvelle liturgie ne reconnaît pas Dieu non plus comme ayant la seule autorité et le seul pouvoir de mettre fin à la pandémie.

Alors que dans le recueil de l'ancienne « Messe pour la délivrance de la mort en temps de peste », le prêtre implore Dieu de « retirer le fléau de ta colère » et « accueille avec pardon le retour de ton peuple vers toi ... tant qu'il est fidèle à ton service. »

Et François confirme ce que nous savions tous en l’observant depuis 7 ans.

Il proclame le triomphe de l’humanisme et en tant qu’abomination de la désolation sur le trône de Saint-Pierre, il s’élève au-dessus de Dieu.

IL A ABANDONNÉ SON TITRE DE « VICAIRE DU CHRIST ».

C’est majeur. C’est un grand signe qui confirme le mystère d’iniquité, le visage à deux face, le sens de l’ambiguïté, bref tout ce qui appartient au monde de Satan.

« Le pape François abandonne le titre de «Vicaire du Christ» dans l’annuaire du Vatican.

Le titre de «Vicaire de Jésus-Christ» provient de la Sainte Écriture où Jésus accorde à Saint-Pierre le pouvoir des clés dans l’Église .
2 avril 2020 ( LifeSiteNews ) – Dans une décision surprise, le pape François a retiré le titre historique et essentiel «Vicaire du Christ» de l’Annuaire pontifical 2020, l’annuaire annuel du Saint-Siège, reléguant le titre en note de bas de page, le qualifiant de « titre historique.  »

Alors que les annuaires précédents mentionnaient le titre «Vicaire du Christ» et le nom du pape régnant sous ce titre, le répertoire annuel de cette année ne fait que mentionner le nom «Jorge Mario Bergoglio», le nom de l’homme qui est devenu pape François en 2013.

Le cardinal Gerhard Müller, ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, a qualifié le changement de «barbarie théologique».

Comme le rapporte le correspondant allemand de Rome, Guido Horst, pour le journal Die Tagespost , cette nouvelle entrée a étonné des experts du Vatican bien informés. Il écrit que l’ Annuario Pontificio de cette année a «interdit» le titre du pape «Vicaire du Christ», ce qui en fait un «titre historique» qui appartient désormais à une note de bas de page...

Le titre de «Vicaire de Jésus-Christ», cependant, «provient de la Sainte Écriture, dans laquelle Jésus a accordé à Saint-Pierre le pouvoir des clés dans l’Église», explique Horst.

Après ces titres supplémentaires, venait généralement le nom du pontife actuel, une courte biographie de lui, ainsi que les dates de son élection et de son investiture.

Cependant, la nouvelle entrée sur le Pape commence maintenant – au lieu du titre «Vicaire de Jésus-Christ» – avec le titre suivant: «Jorge Mario Bergoglio». Ce titre est suivi d’une courte biographie et des dates de son élection et de son investiture. Enfin – et ceci après une ligne indiquant que les «notes de bas de page» (selon les mots de Guido Horst) sont à venir – il y a, sous le sous-titre «titres historiques»: Vicaire de Jésus-Christ, Successeur du Prince des Apôtres, Suprême Pontife de l’Église universelle, primat d’Italie, archevêque et métropolite de la province romaine, souverain de l’État de la Cité du Vatican et serviteur des serviteurs de Dieu.

Selon Horst, un tel changement de la présentation du Pontife romain dans l’ Annuario Pontificio « ne pouvait avoir lieu qu’à la demande de François lui-même. »

Dans ses commentaires au Tagespost , le Cardinal Gerhard Müller souligne que dans les nouvelles présentations des titres du Pape, il y a des titres mélangés avec une signification dogmatique avec ceux qui n’ont pas un tel poids et qui ont un fond historique (tels que « Souverain de l’État de la Cité du Vatican »).

Le cardinal allemand poursuit en parlant de «l’embarras» que l’Annuario Pontificio a «rabaissé des éléments essentiels de l’enseignement catholique sur la primauté [du pape] comme simple annexe historique». Il a insisté sur le fait que «c’est une barbarie théologique de rabaisser comme fardeau historique les titres du pape« successeur de Pierre, représentant du Christ et chef visible de toute l’Église ».» Il a déclaré que les évêques, en tant que successeurs des apôtres, «Avec le ‘Successeur de Pierre, représentant du Christ et chef visible de toute l’Église, dirigez la maison du Dieu vivant». ( Lumen gentium 18)

« Aucun pape ou concile œcuménique », a poursuivi le prélat allemand, « ne pourrait, par référence à sa plus haute autorité sur l’Église, supprimer la primauté, l’épiscopat ou les sacrements, ou les réinterpréter dans leur essence ».

Un commentateur cité par Guido Horst a noté que le changement dans l’annuaire dénotait une «compréhension défectueuse du bureau», soulignant que des titres importants tels que «Successeur du prince des apôtres» ont également été déclassés en tant que simples titres historiques.

Le professeur Armin Schwibach, correspondant à Rome pour le site autrichien Kath.net, a commenté sur Twitter: « Il semble qu’ils continuent de tout démanteler. »»

La biographie de Jorge Mario Bergoglio est maintenant au-dessus de tout le reste et les titres sont en bas. (photo sur le lien lifesitenews.com ci-haut).

Les titres sont introduits par « Titoli storici » ou  «titres historiques».

Ainsi Bergoglio est plus élevé que tous ces titres. L'Histoire et la Tradition sont du passé.

Regardez-moi.

JE SUIS LA RÉFÉRENCE.

L’Église est trahie.

Elle a son Judas comme le Christ l’a eu.

Un peu à l’avance par rapport aux prévisions.

Il n’y a que la protection de Benoît XVI maintenant. Pour combien de temps?

Anna Maria Taigi confirme qu’

«  Un jour viendra où le Pape enfermé au Vatican se trouvera comprimé comme dans un cercle de fer. Toute espérance humaine sera perdue et c’est alors que Dieu fera éclater, tout à coup, sa miséricorde…

Les cadavres tués aux environs de Rome seront aussi nombreux que les poissons charriés dans cette ville par un récent débordement du Tibre…

La religion doit être persécutée et les prêtres massacrés. Les Églises seront fermées, mais seulement pour un court laps de temps. Le Saint-Père sera obligé de quitter Rome. »

Voilà.

La fuite de François approche.

01 avril

Il existe deux échéances dans les prophéties de Jean XXIII.

La première « Il y a vingt siècles plus l'âge du Sauveur. Amen. » qui termine les prophéties de l’Église.

Benoît XVI a confirmé qu’il y a une marge d’erreur de six ou sept ans quant à la naissance du Christ, ce qui donne 2026.

La deuxième est de 7 ans démarrant lors de l’identification de la « fille de Caïn » (qui devait normalement concorder avec la semaine du prophète Daniel si nous devons en tenir compte).

Selon nos deux hypothèses, nous aurions donc 2023 si la fille de Caïn est la nouvelle église oecuménique instaurée par la signature de François avec les luthériens en octobre 2016, ou nous aurions 2025 si Greta Thunberg est la fille de Caïn sortie de l’ombre en août 2018.

Puisque le sacrifice et l’oblation sont maintenant arrêtés à cause de la crise du coronavirus, il faudrait pencher pour la première hypothèse car ce fait arrive à la moitié de la semaine de Daniel comme prophétisé.

Et ce temps, on le sait de la bouche même de NSJC sera raccourci.

Nous ne connaîtront ni le jour ni l’heure du Jugement, seulement les signes qui nous avertiront de l’arrivée imminente de la chute de Babylone, des deux Babylone identifiées par Jean XXIII.

Donc en théorie il resterait entre 3 à 5 ans mais…

Nous constatons qu’il y a une accélération dans la suite des événements car les puissances du mal sentent leurs fins et ils doivent agir vite pour séduire le plus d’âmes possibles.

La clique judéo-maçonniste est passée en vitesse grand V.

Le degré de déchaînement des fils et des filles de Satan est donc en relation directe avec la patience de NSJC.

Sinon, le petit reste y passerait.

C’est donc dire qu’il faut être prêt.

Maintenant.

Il n’y a plus de temps pour s’interroger à propos du signe de la bête révélé dans l’Apocalypse.

Évidement, nous pourrions avoir un signe physique, matériel, mais quand on y réfléchit ce signe est déjà de notre monde depuis longtemps. Quiconque n’a pas un compte de banque ne peut recevoir sa paye ou faire des transactions pour subvenir à ses besoins. La carte de crédit, débit ou le téléphone intelligent n’ont fait que rendre évident cette vérité avec le temps.

La marque de la bête la plus dangereuse… Elle est du domaine spirituel.

Le monde apostasié infiltré dans ses pensées par le mal représente la marque sur le front, et la manière d’agir dans cette société représente la marque sur la main droite.

Le triage du bon grain et de l’ivraie est donc relier à notre façon de penser et d’agir en société.

Selon les commandements du Christ, ou contre.

La charité ne doit pas se refroidir. C’est le temps de l’épreuve.

La foi et l’espérance doivent primer.

Les événements et les nécessités pour prendre soins de notre corps, notre temple physique, nous contraignent d’être dans le monde.

Mais, par la Grâce divine et par nos efforts conscients pour se conformer à Sa Volonté selon les principes enseignés par Jésus, nous sommes en mesure de vivre dans le monde sans être du monde.

Cette distinction, établie par le Christ lui-même nous permet d’agir en tant que fils et filles de Dieu quels que soient les choix.

Il s’agit, ainsi, de fuir l’esprit du monde, de se réfugier dans sa grotte intérieure par la prière et la méditation, et ne pas se laisser conduire vers la perte de l’âme.

Voilà comment ne pas adhérer à la marque de la bête.

Mgr Vigano dans une lettre aux italiens nous rappelle ce temps si important :

« … Ce que nous assistons à ces heures est dramatique - certainement dans toute l'Italie, mais d'une manière tragiquement exemplaire, à Rome, le cœur du catholicisme.

Le scénario est d'autant plus déconcertant que ce qui est en jeu n'est pas seulement la santé publique mais le salut des âmes - et depuis quelque temps maintenant, en tant que pasteurs, nous avons cessé d'enflammer le cœur de nos fidèles avec le désir du salut éternel. Nous les avons ainsi privés de ces dons surnaturels qui nous rendent capables de faire face aux épreuves ici-bas, même aux assauts de la mort, avec le pouvoir de la foi et cette étincelle d'espérance inépuisable et inébranlable qui nous vient de notre aspiration au destin de la gloire. pour laquelle nous avons été créés... » Carlo Maria Viganò
(remnantnewspaper.com)

Mars 2020

30 mars

« Ton règne sera grand et bref. Père, il sera bref mais il te mènera loin, dans la lointaine terre où tu es né et où tu seras enseveli.  A Rome ils ne voudront pas te donner. »

C’est le début de la prophétie concernant François.

Vous l’avez vu seul, ou presque, place Saint-Pierre pour la bénédiction "Urbi et Orbi" exceptionnelle vendredi dernier.

Seul, non pas à cause d’un schisme ou d’une guerre, mais par le confinement dû au coronavirus.

« À Rome ils ne voudront pas te donner ».

Il faut avec cette image réaliser que si François décède prochainement, on ne pourra faire de funérailles papales à la régulière vu le contexte sanitaire.

On ne pourrait dire adieu à l’évêque de « Rome », d’où l’interprétation possible de la phrase.

Une fenêtre temporelle est ouverte avec la pandémie. 

Et d’où la bénédiction exceptionnelle, hors contexte habituel (lors de l’élection d’un pape, à Noël ou Pâques).

« Supplication au Seigneur pour la guérison d'un monde blessé et souffrant » mentionne la presse du Vatican (vaticannews.va).

La supplication fait énormément penser à la miséricorde infini accordé par le pape lors du jubilé de 2016, à l’entrée dans la semaine possible de Daniel.

Elle demande un remède divin au corps malade et un changement dans les cœurs.

C’est très « humaniste ». C’est comme demander un retour à la normale, au monde apostasié, aux deux Babylone.

Et l’indulgence qui a suivi relève de la miséricorde infini.

Encore une fois, le pape laisse sous-entendre que le péché et le jugement n’existent plus.

Or, que demandaient les papes qui ont précédé en de telles circonstances?

La pénitence!

Il faut changer sa manière de penser, d’agir, et retourner au Père selon les principes enseignés par le Christ.

« Signez-vous sept fois avec une main fatiguée et attendez. » confirme Jean XXIII dans la prophétie de l'Église #11, c'est à dire, repentez-vous.

Une indulgence qui n’est pas précéder du sacrement du pardon et de la pénitence est non valide.

Ce qui n’est pas le cas ici.

Il nous rappelle que nous sommes dans la barque « humaniste » avant toute chose.

«Dans notre monde, que tu aimes plus que nous, nous sommes allés de l’avant à toute vitesse, en nous sentant forts et capables dans tous les domaines. Avides de gains, nous nous sommes laissé absorber par les choses et étourdir par la hâte. Nous ne nous sommes pas arrêtés face à tes rappels, nous ne nous sommes pas réveillés face à des guerres et à des injustices planétaires, nous n’avons pas écouté le cri des pauvres et de notre planète gravement malade. Nous avons continué notre route, imperturbables, en pensant rester toujours sains dans un monde malade. Maintenant, alors que nous sommes dans une mer agitée, nous t’implorons : “Réveille-toi Seigneur !”»

Voici son introduction tiré de cette épisode décrite par Saint-Marc :

««Comme les disciples de l’Évangile, nous avons été pris au dépourvu par une tempête inattendue et furieuse. Nous nous nous rendons compte que nous nous trouvons dans la même barque, tous fragiles et désorientés, mais en même temps tous importants et nécessaires, tous appelés à ramer ensemble, tous ayant besoin de nous réconforter mutuellement».

Tout comme les disciples, nous pouvons nous sentir «perdus» et surpris par l’attitude de Jésus dans cette scène de l’Évangile :  «Malgré tout le bruit, il dort serein, confiant dans le Père – c’est la seule fois où, dans l’Évangile, nous voyons Jésus dormir –. Puis, quand il est réveillé, après avoir calmé le vent et les eaux, il s’adresse aux disciples sur un ton de reproche : “Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ?” (v. 40).»

Les disciples réagissent en adressant aussi un reproche à Jésus :  «“Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ?” (v. 38). Ils pensent que Jésus se désintéresse d’eux, qu’il ne se soucie pas d’eux. Entre nous, dans nos familles, l’une des choses qui fait le plus mal, c’est quand nous nous entendons dire : “Tu ne te soucies pas de moi ?”. C’est une phrase qui blesse et déclenche des tempêtes dans le cœur. Cela aura aussi touché Jésus, car lui, plus que personne, tient à nous. En effet, une fois invoqué, il sauve ses disciples découragés.»»
N’y a-t-il pas plus humaniste et égoïste d’affirmer : « Tu ne te soucies pas de moi? ».

Qu’a réellement dit Jésus et sur quoi François aurait dû mettre l’accent?

N’avez-vous pas encore la foi?!!!

Il semble bien être le seul qui ne s’interroge pas sur la fin des temps.

Il me semble qu’une pandémie fait réfléchir à ce sujet.

Vais-je trouver encore une seule personne qui a la foi à mon retour?

Voilà le nœuds du sujet!

Voilà ce qu’il aurait dû pointer.

« Il leur adressa encore une parabole, pour montrer qu'il faut prier toujours et sans se lasser. Il dit : " Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait point Dieu, et ne se souciait pas des hommes. Il y avait aussi dans cette ville une veuve qui venait à lui, disant : Fais-moi justice de mon adversaire. Et pendant longtemps il ne le voulut point ; mais ensuite il dit en lui-même : Encore que je ne craigne pas Dieu et ne me soucie pas des hommes, cependant, parce que cette veuve m'importune, je lui ferai justice, afin qu'elle ne vienne pas sans cesse me tourmenter.

Entendez, ajouta le Seigneur, ce que dit ce juge inique.
Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus qui crient à lui nuit et jour, et il tarderait à leur égard ?
Je vous le dis, il leur fera bientôt justice. Seulement, quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? " (Luc, 18) »

Le billet de Roberto Mattei via benoit-et-moi.fr qui résume bien le point:

« L’événement le plus symbolique et le plus paradoxal est peut-être la fermeture du Sanctuaire de Lourdes, lieu par excellence de la guérison physique et spirituelle, qui barricade ses portes, de peur que quelqu’un ne tombe malade en allant prier Dieu pour sa santé. Tout cela n’est-il qu’une manœuvre? Sommes-nous face à un pouvoir totalitaire qui restreint les libertés des citoyens et persécute les chrétiens ?..

Beaucoup invitent à prier, mais qui rappelle la possibilité de se trouver au début d’un grand châtiment? Et pourtant, c’est la prédiction de Fatima, dont le centième anniversaire a été rappelé par beaucoup en 2017. Le 25 mars, le cardinal António Augusto dos Santos Marto, évêque de Leiria-Fátima, a renouvelé la cérémonie de consécration au Cœur Immaculé de Marie pour toute la péninsule ibérique. C’est certainement un acte méritoire, mais la Vierge a demandé quelque chose de plus: la consécration spécifique de la Russie, faite par le Pape, en union avec tous les évêques du monde. C’est l’acte, jamais fait auparavant, que tout le monde attend avant qu’il ne soit trop tard…

Le châtiment commence lorsque l’idée d’un Dieu juste et gratifiant est perdue, pour s’appuyer sur la fausse image d’un Dieu qui, comme l’a dit le pape François, « ne permet pas les tragédies pour punir la culpabilité » (Angelus, 28 février 2016). ..
Pourtant, même le « bon Pape », Jean XXIII, a rappelé que « l’homme, qui sème la faute, récolte la punition. Le châtiment de Dieu est Sa réponse aux péchés des hommes » ; c’est pourquoi « Il (Jésus) vous dit de fuir le péché, la cause principale des grands châtiments » (Radiomessage du 28 décembre 1958)…

Refuser de voir la main de Dieu derrière les grandes catastrophes de l’histoire est un symptôme de ce manque de foi.
(benoit-et-moi.fr)

27 mars

S’il y avait encore des doutes quant à la montée soudaine en puissance des deux Babylone Vatican et Nations-Unies avant leurs chutes…

Ils sont maintenant dissipés pour ceux qui sont éveillés.

En pleine journée de l’Annonciation, nous apprenions la « pensée du pape » face à la crise.

Et, ce n’est pas un châtiment de Dieu pour nous repentir. Et non.

À la manière de « Laudato Si » et du synode amazonien, le pape explique que le châtiment vient de la « mère Terre » et il invoque le « dieu humaniste » pour nous sauver.

Jésus, le Christ Notre Seigneur, n’a plus sa place avec lui.

« 24 mars 2020 ( LifeSiteNews ) – Le pape François a déclaré dimanche à un journaliste espagnol qu’il pensait que la pandémie de coronavirus venait de la nature « en crise » en réponse à la pollution de l’environnement.

Déclarant que « curieusement la planète n’a pas été très propre depuis longtemps », l’intervieweur a demandé: « Est-il possible que ce soit l’heure pour la nature de régler ses comptes avec nous? »

Le pape François a répondu: « Il y a un dicton que vous savez sûrement: Dieu pardonne toujours, nous pardonnons parfois, [mais] la nature ne pardonne jamais. »

«Incendies, tremblements de terre. . . c’est-à-dire que la nature a une crise, afin que nous prenions soin de la nature. » …
le pape François a fait peu de références à Dieu, sauf pour admettre qu’il a parfois douté de l’existence de Dieu dans le passé. (Cependant, la vidéo est éditée et certaines parties peuvent avoir été supprimées.)

« Pardonnez la question, mais dans une situation comme celle-ci, est-il possible d’avoir une crise de foi? » demanda Évole. « Un pape peut-il même douter de l’existence de Dieu? »

« De toute évidence », a répondu Francis. « Personne n’est exempté des tentations existentielles. » …

Lorsqu’on lui a demandé s’il était un «optimiste» concernant la situation, Francis a répondu qu’il avait «de l’espoir» dans les gens.

«J’ai de l’espoir dans l’humanité, chez les hommes et les femmes, j’ai de l’espoir dans les nations. J’ai beaucoup d’espoir. Les nations vont apprendre par cette crise à repenser leur vie. Nous allons mieux sortir – moins, bien sûr. Beaucoup restent sur la route et c’est difficile. Mais j’ai confiance que nous allons mieux sortir. »….

En novembre dernier, le Pape a déclaré qu’il espérait ajouter le «« péché écologique « contre notre maison commune » au Catéchisme de l’Église catholique. «Nous devons introduire – nous y pensons – au Catéchisme de l’Église catholique le péché contre l’écologie, le« péché écologique »contre notre maison commune, car un devoir est en jeu», a déclaré le Pape.»

Et le 25 mars dernier, Babylone Nations-Unies fait sa propre annonce, court-circuitant la fête de l’Annonce faites par l’Archange Gabriel à la Vierge Marie,  et demande l’aide du dieu humaniste:

« COVID-19: «l’humanité entière» menacée, l’ONU lance un plan » voit-on dans les médias aujourd’hui… Antonio Guterres, en lançant un « Plan de réponse humanitaire mondial » s’étendant jusqu’à décembre…
« Face à cette menace, « l’ensemble de l’humanité doit riposter. Une action et une solidarité mondiales sont cruciales », a-t-il ajouté, lors de la présentation via vidéo du plan de l’ONU. » (lapresse.ca)

La fin est proche et le « dieu humaniste » n’y pourra rien.

Cinq personnes habitant ou travaillant à Sainte-Marthe ont contracté le coronavirus forçant François à se retrancher dans ses appartements.

« …Le pape a cessé de déjeuner dans la salle commune. Il passe la plupart de son temps enfermé dans son appartement du dernier étage. Son secrétaire particulier lui apporte le déjeuner et le dîner…» (benoit-et-moi.fr).

Le pape préfère protéger sa personne au lieu de faire confiance au Christ et d'aller dans les rues faire des processions avec le Saint-Sacrement.

Il préfère les biens terresters au Salut Éternel!

C'est un imposteur. L'abomination de la désolation sur le trône de Saint-Pierre.

L’épilogue de cette saga du coronavirus approche, la clique judéo-maçonniste ressort ses pantins d’autrefois pour tester l’idée du gouvernement mondial auprès du peuple pour connaître l’état de soumission actuelle, et identifier les récalcitrants.

« 26 mars 2020 ( LifeSiteNews ) – Un ancien Premier ministre britannique a appelé à la création d’un gouvernement mondial pour faire face à la pandémie de coronavirus.

Gordon Brown, qui était à la fois Premier ministre et chef du Parti travailliste de gauche britannique de 2007 à 2010, a déclaré aux médias britanniques que le gouvernement mondial qu’il proposait traiterait les crises médicales et financières provoquées par COVID-19. Il dirigerait les efforts pour trouver un vaccin contre le virus, organiserait sa production et son achat et arrêterait les profiteurs. Cela permettrait également d’orienter la réponse des banques centrales, de protéger les marchés mondiaux émergents et de «convenir d’une approche commune de l’utilisation des dépenses publiques pour stimuler la croissance»…»

La dictature sanitaire en sera le moyen qu’ils ont trouvé pour faire avaler la pilule à ceux qui hésitent.

Nous arrivons au point de la marque de la bête de la l’Apocalypse.

« Nous faisons l’expérience dans notre chair qu’au nom de la santé, il est possible de révoquer la liberté, de suspendre les droits élémentaires et la démocratie, et d’imposer des règles restrictives sans si et sans mais, jusqu’au couvre-feu. Il est possible de mettre un pays en résidence surveillée, d’isoler des individus, d’empêcher tout rassemblement éventuel de personnes, de décomposer la société en molécules et de ne la maintenir qu’avec les instructions à distance du pouvoir sanitaire.
Mais si au total vous avez votre maison et votre confort minimum, votre vie passable, sinon sereine, alors non, la préservation de la santé est un impératif absolu, et justifie tout renoncement. Et notre société est une société préoccupée par sa santé et finalement nantie, qui a un impératif très humain et unanime de vivre aussi longtemps et aussi bien que possible. Par conséquent, face à la terreur d’être contaminé et au risque de mourir, il n’y a pas de droit, pas de liberté, pas de vote, pas d’opinion qui tienne. Tout d’abord, la santé. Le désir de sécurité, jusqu’alors imposé, devient une priorité absolue. C’est de la biopolitique. » (benoit-et-moi.fr)

Ne laissons pas tomber les bras.

Le Seigneur demande fidélité et persévérance.

Il est temps d’avoir son Rosaire proche et ses chandelles bénies de la chandeleur.

Et d'avoir sous la main la prière de Léon XIII à Saint-Michel Archange, instaurée après sa vision de l'enfer, lorsque les démons ont été relâchés en 1884.

Elle faisait partie de la Sainte Messe de 1886 jusqu'à Vatican II.

C'est Paul VI, et oui, qui la retira avant le dernier droit contre l'Église (voir analyse Paul VI dans les prophéties de l'Église)

Saint Michel Archange,
défendez-nous dans le combat
et soyez notre protecteur contre la méchanceté et les embûches du démon.
Que Dieu lui commande, nous vous en supplions;
et vous, Prince de la Milice Céleste,
par le pouvoir divin qui vous a été confié,
précipitez au fond des enfers Satan
et les autres esprits mauvais qui
parcourent le monde pour la perte des âmes.
AMEN.

25 mars

En ce jour glorieux de l’Annonciation, demandons la protection de la Sainte Vierge et de son Fils, NSJC.

Car, le « Pouvoir Religieux » de Babylone est sur le point de submerger le monde.

Babylone « Nations-Unies » a demandé le confinement, et par détour, l’arrêt de tout culte sur la Terre.

Babylone Vatican a suivi comme un mouton et a interdit la messe dans les églises.

Cette fenêtre qu’ils ont ouverte est un point de non retour.

« COVID-19: «l’humanité entière» menacée, l’ONU lance un plan » voit-on dans les médias aujourd’hui… Antonio Guterres, en lançant un « Plan de réponse humanitaire mondial » s’étendant jusqu’à décembre...
« Face à cette menace, « l’ensemble de l’humanité doit riposter. Une action et une solidarité mondiales sont cruciales », a-t-il ajouté, lors de la présentation via vidéo du plan de l’ONU. » (source : lapresse.ca)

Voilà.

Babylone lance un appel au dieu humaniste au lieu de s’adresser à la Sainte Vierge en ce jour béni.

Tout ce qui n’a pas trait à la nouvelle religion universelle doit être converti ou éliminé.

Il en est ainsi dans la prophétie concernant Benoît XVI.

Ce dernier est sur le point de décéder tout comme le Dalaï Lama (le saint aux pieds nus de la prophétie – voir analyse Jean-Paul II).

Les deux Babylone seront volontairement abattues pour faire place au nouvel ordre mondial (10 nouvelles régions mondiales, avec une monnaie commune, soit les 10 rois de l’Apocalypse qui régneront avec la bête pour une heure).

Pour les catholiques, c’est la Nouvelle Jérusalem en préparation, en silence, en prières.

« Que la Mère soit une ».

Jean XXIII annonce ensuite le programme : la destruction de tout ce que cette société prenait pour acquis, coulé dans le ciment, immuable, par le dévastateur annoncé par Daniel, le grand frère d’Orient à la croix renversée sans les lis.

« La terre détruira le ciment… »

Puisque les prophéties concernant Benoît XVI et François vont de pair, il est donc évident que François devra fuir Rome bientôt, démissionner, ou mourir.

La vision de Pie X est à nos portes :

« Ce que j’ai vu est horrible ! Sera-ce moi, sera-ce mon successeur ? Je l’ignore. Mais ce qui est certain, c’est que j’ai vu le pape fuir du Vatican en marchant sur les cadavres de ses prêtres ! Ne le dites à personne, tant que je vivrai !..
J’ai vu l’un de mes successeurs du même nom qui s’enfuyait par-dessus les corps de ses frères. Il ira quelque part, et après un bref répit, il mourra de mort cruelle. « Je vois les Russes à Gênes. »».

Les russes sont entrés en Italie… Cette semaine… À Rome… À deux pas du Vatican. Pour aider l’Italie avec le coronavirus en établissant une base militaire en Italie.

« Vu de Russie. Envoi d’aide en Italie : le geste pas complètement désintéressé du Kremlin » (courrierinternational.com)

La situation actuelle pousse aussi l’Iran dans ses tranchées. Le coronavirus est dévastateur et les religieux au pouvoir n’auront plus rien à perdre.

Nous pouvons estimer avec une grande probabilité maintenant que le grand frère d’Orient à la croix renversée sans les lis est l’Ayatollah Khamenie comme nous l’anticipions.

La situation en Italie n’est guère mieux. C’est la fin de l’Italie, comme prophétisé par Jean XXIII. La Chine et la Russie sont bel et bien en Italie… Par intérêt économique suivant la crise.

« Rebelle, ultime rebelle à l'Europe, liée par Sévère aux drapeaux rouges. » (prophétie Jean XXIII concernant la dernière Italie).

« La terre détruira le ciment » représente bien-sûr l’ouverture du 7ème sceau, c’est à dire « Mikail et Jean descendront sur terre. » de la prophétie concernant François.

Ce qui est confirmé par l’assassinat presque immédiate de Pierre le Romain de la prophétie de Saint-Malachie, du successeur de François, le cardinal Pietro Parolin, élu par acclamation ou par succession immédiate vu son poste de Secrétaire d’État.

Ce qui est confirmé dans la prophétie concernant Jean XXIII :

« Mais le jour où le Père qui viendra après lui des brumes sera frappé, même sa voix sera entendue dans la tombe. Le Père mort ouvrira le septième sceau.»

Et : « La terre frisera le massacre. Un seul mourra pour tous et il était le meilleur. »

Il est fort probable que nous allons assister à une guerre éclair dans ce contexte de coronavirus.

Les États-Unis seront très affaiblis et ne voudront pas perdre leur dominance mondiale.

L’Iran en profitera pour menacer.

Tout arrivera et se terminera rapidement. Les trois prophéties « Le Temps est Proche », la « Foudre en Plein Jour » et le « Grand Éclair à l’Orient » vont s’enclencher.

Puis viendra la période de fausse paix où Satan régnera pour un très court laps de temps comme indiqué par NSJC.
(Ce que nous indiquions hier via un écrit de Maria Valtorta : « Après la défaite de l’Antéchrist viendra une période de paix pour donner aux humains, secoués par la stupeur des sept plaies et de la chute de Babylone, le temps de se rassembler sous mon signe. L’époque antichrétienne atteindra sa puissance maximale dans sa troisième manifestation, c’est-à-dire à la dernière venue de Satan. »).

C’est la période prophétisée à La Salette :

« "Avant que ceci arrive, il y aura une espèce de fausse paix dans le monde ; on ne pensera qu'à se divertir ; les méchants se livreront à toutes sortes de péchés. Mais les enfants de la Sainte Église, les enfants de la Foi, mes vrais imitateurs, croîtront dans l'amour de Dieu et dans les vertus qui me sont les plus chères. Heureuses les âmes humbles conduites par l’Esprit-Saint ! Je combattrai avec elles jusqu'à ce qu'elles arrivent à la plénitude de l'âge. »

C’est la demi-heure de l’Apocalypse avant les 7 trompettes.

Le chapitre 17,12  de l’Apocalypse indique que les dix rois recevront le pouvoir de régner pendant une heure avec la bête.

Or, maintenant que sacrifice et de l’oblation sont interdits, nous savons que la domination du dévastateur sera de 3.5 années ou moins (car la période sera raccourcie).

Alors la moitié, une demi-heure, est d’environ 1.5 années.

Puis ce sera le Jugement.

Mais d'abord, la chute des deux Babylone.

« Où croyez-vous fuir, maintenant que vous avez détruit les Églises et tué le dernier Père ? »

« Attendez le signe de Jean. L'agneau est prêt. Signez-vous sept fois avec une main fatiguée et attendez. La lumière vient encore de l'Occident. »

Voilà.

La table est mise.

Nul ne connaît le Jour ni l’Heure, mais nous pouvons voir les signes comme indiqués par NSJC dans la parabole du figuier.

24 mars

« La ''Prise du Pouvoir Politique et Militaire'' par l'Antéchrist sous la conduite des Nations-Unies (notons, ici, que le premier Pouvoir étant situé au-dessus du Politique et Militaire, est un ''Pouvoir Religieux''). » (Le regretté Serge Monast, Le Complot des Nations-Unies contre la Chrétienté.)

Qui est éveillé ne se laisse pas berner.

C’est bel et bien une guerre de « Pouvoir Religieux » que nous avons sous les yeux.

L’attention est tournée vers une solution humaniste pour un problème qui dépasse l’humain. Autrefois, il n’y a pas si longtemps, nous aurions assisté à des grandes processions du Saint-Sacrement dans les rues.

Mais l’église s’est soumise au nouvel ordre mondial.

Et, le sacrifice et l’oblation ont cessé. À la moitié de la semaine probable prévue par Daniel.

C’était le but ultime de Satan. Il pense qu’il a vaincu le dernier obstacle. Ce qui est faux.

« … et sur l'aile des abominations viendra un dévastateur, et cela jusqu'à ce que la destruction et ce qui a été décrété se répandent sur le dévasté. » (Daniel, chap.9)

Le dévastateur… Le coronavirus?

Un rappel des paroles du Christ via Maria Valtorta pour identifier la période actuelle :

« Nous sommes maintenant dans la période que j’appelle la période des précurseurs de l’Antéchrist. Puis viendra celle de l’Antéchrist, qui est le précurseur de Satan. Celui-ci sera aidé par les manifestations de Satan, les deux bêtes nommées dans l’Apocalypse.Cette période sera pire que la période actuelle. Le Mal s’accroît toujours plus. Après la défaite de l’Antéchrist viendra une période de paix pour donner aux humains, secoués par la stupeur des sept plaies et de la chute de Babylone, le temps de se rassembler sous mon signe. L’époque antichrétienne atteindra sa puissance maximale dans sa troisième manifestation, c’est-à-dire à la dernière venue de Satan. »

Donc, la crise actuelle représente la fin, la défaite annoncée de l’antéchrist, avant la période de paix, prévue par les prophéties de Jean XXIII aussi.

Les 3,5 années de la semaine Daniel atteintes indiquent qu’un événement important est à nos portes.

Tout va aller très vite pour ce passage, cette Pâques, car celui qui retient le mystère d’iniquité indiqué par Saint-Paul, est sur le point de partir.

Il s’agît ici de Benoît XVI.

Rappel du Christ de sa lettre aux Thessaloniciens via Maria Valtorta:

« "Déjà le mystère d'iniquité est en action". Il reprenait en disant :

"Cependant il y a à présent celui qui le retient, et continuera à le retenir jusqu'au jour où il sera enlevé".

Lorsque les neuf dixièmes de l'Humanité repoussent Celui qui retient l'évolution du mystère d'iniquité, au point que ce mystère se change en horrible réalité, avec le règne infâme de la Bête qui se proclamera Dieu en prétendant aux honneurs divins; lorsqu'on réserve à la Bête des honneurs divins; lorsque cette Bête est invoquée et évoquée avec des rites obscènes pratiqués en son honneur; Dieu peut-il continuer à faire barrage au Serpent qui s'avance de l'abîme? »

C’est bien ce dont nous avons été témoins avec les rites païens observés à la basilique Saint-Pierre durant le synode amazonien.

Méditons ces paroles de NSJC via Maria Valtorta en ce temps si important :

« Lucifer ! Comme il doit rire de son rire horrible en ces temps, en ces heures de gloire qui lui appartiennent! Il se tient sur son trône — lui, le maudit, le foudroyé, le chassé par Dieu — il se tient sur le trône que les hommes lui élèvent, et l'Agneau est offert à son infâme dérision. On offre à son horrible raillerie Celui qu'il n'a jamais pu vaincre, Celui dans lequel il n'a jamais pu pénétrer, Celui qui l'a vaincu cent fois et mille fois, Celui qui l'oblige à s'avouer vaincu depuis vingt siècles, Celui qui le vaincra jusqu'à la fin, en libérant de son infâme puissance les esprits de bonne volonté.

Il sera vaincu. Mais en attendant il fait figure de vainqueur. Et le Sacrement des sacrements, ce mystère d'amour auquel l'amour humain même le plus séraphique ne parvient pas à rendre digne honneur, ce mystère d'amour est livré à Satan par des hommes comme moyen pour son triomphe éphémère. »

« Il suffit que Dieu vous abandonne, et déjà vous vous donnez la mort, l'angoisse, le désespoir de vous-mêmes. La colère de Dieu, la vraie, la colère immuable de Dieu, plus que par des châtiments, elle se manifeste par le fait de vous abandonner à vous-mêmes. Ce que vous appelez colère de Dieu, c'est-à-dire les guerres, les atroces moyens de destruction, les cataclysmes et les pestilences, ne sont pas vraiment colère sans retour, ou colère absolue. Ce sont des reproches, des rappels de la part d'un Père offensé, mais encore empressé à accorder le pardon et le secours à ses enfants coupables.

Mais lorsque "impiété et injustice" auront gagné 99% de l'humanité, lorsque l'impiété et l'injustice mentale ou matérielle auront envahi chaque classe sociale, au point de faire pénétrer l'abomination dans la maison de Dieu – l'abomination et la désolation dont vous parle le prophète et dont le Verbe vous donne confirmation, cette "désolation" dont vous n'avez pas encore saisi le sens exact, et dont il est dit qu'elle sera signe de la fin, et elle le sera – alors Dieu ne vous reprendra plus par des châtiments paternels (qui n'en sauvent plus beaucoup, il faut le dire, parce que le plus grand nombre d'entre vous est déjà au service de Satan), mais il vous laissera abandonnés à vous-mêmes. Il se retirera. Il cessera d'agir. Il cessera d'agir jusqu'au moment où, dans un éclair de son vouloir, il dira à ses anges d'ouvrir les sept sceaux, de sonner les quatre trompettes, de libérer l'aigle des trois malheurs. »

Il est toujours temps de choisir son camp afin de ne pas se retrouver dans le tiers de l’humanité, c’est à dire la 3è partie des humains.

Don Jean de Monléon (Commentaire sur l’Apocalypse) divise l’humanité en trois catégories :

- Ceux qui n’ont jamais commis de fautes graves et qui cherchent en tout temps à accomplir la loi de Dieu ;

- Ceux qui, après de sérieux désordres, se convertissent et font pénitence ;

- Ceux qui, au contraire, ne veulent point faire pénitence et meurent dans leur péché.

Cette dernière catégorie est celle de la mort de l’âme.

Les deux prochaines semaines sont importantes, surtout à partir du jeudi Saint.

Peut-être verront nous le Judas des derniers temps.

Tout cela sous le signe d’une comète qui approche.

Vive le Christ Roi! Vive Marie Reine du Monde! Vive Sainte-Jeanne D’Arc! Vive Saint-Jean Baptiste!

Qu’ils nous protègent et nous gardent dignes du Royaume des Cieux.

22 mars

C’est la plus grande crise depuis la deuxième guerre mondiale.

L’Italie est sous le choc.

On a vu la semaine passée que Bergame, patrie de Jean XXIII, était devenue l’épicentre du coronavirus en Italie.

Cette semaine, c’est Brescia, patrie de Paul VI, où la croix de Jean-Paul II était tombée, tuant un jeune touriste en avril 2014, est devenue le nouvel épicentre du coronavirus.

C’est la condamnation de Vatican II.

Les signes pour ceux qui ont les yeux ouverts sont évidents.

Satan a détruit la famille, tellement que l’humanité moderne ne sait plus ce qu’est la famille.

En congé forcé, dans leurs demeures, les parents sont forcés de redécouvrir la cellule familiale.

Le cycle de la génération loisirs est terminé. Ceux qui n'ont pas cultivé leur spiritualité, leur être intérieur, vont crouler sous le stress et l'anxiété.

Peu sont capables de vivrent reclus, avec soi-même, dans le silence.

La planète est paralysée.

La politique de la peur par l’élite judéo-maçonnienne est efficace.

Les mesures de confinements deviennent soudainement « lois martiales », « lois de mesures de guerre », etc.

Menaces d’emprisonnement jusqu’à 1 an en Jordanie, vérification des papiers par la police en France, l’armée dans les rues en Italie,…

Nous prépare-t-on un état policier mondial, avec une monnaie mondiale, une religion mondiale, via un vaccin mondial?

« Ceux qui renoncerait à une liberté essentielle pour acquérir un peu de sécurité temporaire, ne méritent ni la liberté ni la sécurité. »

Benjamin Franklin

Cela résume bien la pensée judéo-maçonnique.

Pour ceux qui ne le savent pas, Franklin, un des pères fondateurs des États-Unis, fut un franc-maçon notable des loges américaines et françaises (il a initié Voltaire entre autre).

Cette période « des lumières » dont il fut participant, menant à la révolution de 1789 et qui coupa la royauté de droit divin, fut un coup de barre monumental de Satan dont nous voyons l’aboutissement maintenant (voir les écrits de Pierre Hillard).

Il y a guerre de pouvoirs. Le clan de Satan est divisé et s’autodétruira.

Poutine devient empereur avec la modification de la constitution.

Poutine sème le chaos avec la guerre du pétrole contre l’Arabie Saoudite.

Poutine bloque les résolutions aux Nations-Unies dont la dernière : les membres du conseil des Nations-Unies devant l’épidémie monstre dans l’État de New York ont demandé de suspendre les votes en personne. La Russie a mis son droit de veto.

La tactique de Poutine est de semer le chaos pour ensuite proposer les solutions avancer par la Russie pour résoudre les problèmes qu’il a lui même engendrés.

Notre Dame à Fatima mentionnait de se méfier de la Russie, du communisme, et demandait sa consécration, ce qui ne fut fait correctement.

Le résultat est là.

L’abbé Souffrant avait prédit la chute de la République Française l’année des deux printemps.

2020 est une année de deux printemps.

Sa prophétie continuait par l’envahissement de la France par la Russie via l’Italie.

Ce chaos fait naître l’espoir pour les chrétiens allumés.

Le Temps est Proche.

« Ouvrez votre cœur au lis. La voix sera puissante, annoncée par les trompettes. » Prophétie concernant l'Église #12

19 mars

En cette fête de Saint-Joseph, 7 ans depuis l’intronisation de l’antichrist François, qui personnifie la bête de la mer de l’Apocalypse, celui dont parle NSCJ en référence au prophète Daniel.

Nous entrons dans la septième période de l’Apocalypse. Tout va s’accélérer.

« Mais le jour où le Père qui viendra après lui des brumes sera frappé, même sa voix sera entendue dans la tombe. Le Père mort ouvrira le septième sceau.» spécifie Jean XXIII dans la prophétie le concernant. Nous approchons.

Dans son livre « le Prophète Daniel », Dom Jean de Monléon, en référence à ce passage, « sache seulement que, depuis le moment où le sacrifice perpétuel aura été aboli, c’est-à-dire depuis le moment où l’Antéchrist, à l’apogée de sa puissance, aura réussi à empêcher sur la face entière de l’univers, tout acte de culte public envers Dieu et à établir à la place, l’abomination de la désolation, c’est-à-dire se faire adorer lui-même, il s’écoulera 1290 jours, soit trois ans et demi. (p.218). »

Tout acte de culte public envers Dieu. C’était impensable… jusqu’à ce que le coronavirus apparaisse.

Toutes les célébrations sont interdites un peu partout sur la planète.

Nous vivons la mise à mort des deux témoins de l’Apocalypse, ceux fidèles à la loi et aux prophètes, ceux qui résistent.

Nous allons voir le signe de la bête, le 666, à son apogée.

Satan, prince du mensonge, est le maître incontesté de l’inversion. Il se présente donc avec le masque du Bien, mais dirige le monde dans l’abîme.

En voulant sauver le monde du coronavirus, il provoque une inversion inimaginable pour l’aveugle humaniste : il l’entraîne dans le chaos qui le mènera à la perte de son âme s’il ne se réveille pas.

Jean XXIII dans « Le temps est proche », durant le temps des deux empereurs, spécifiait que « Les cris et les barrières de la contestation se lèvent, mais déjà la Bête sort de l'eau. »

Déjà la bête sort de l’eau, c’est à dire de la foule, et c’est la bête de la mer, donc François.

Ce que Pier Carpi avait interprété :

« « déjà la Bête sort de l'eau ». Nous sommes dans l'Apocalypse de Jean, aux signes de la fin des temps, peut-être seulement de manière figurative, selon la clef symbolique qui sous-entend la fin d'un type de vie, pour l'avènement d'une civilisation humaine supérieure, fondée sur la foi, la connaissance, la fraternité entre les hommes.
C'est en ce sens que j'ai cru pouvoir interpréter toute la clef des prophéties d'Angelo Roncalli. Si, en de nombreux endroits, cataclysmes, famines, guerres, peurs menacent l'humanité, ce sont les paroles de consolation, de résurrection, de progrès authentique des hommes qui prédominent. Tout le texte, à mon avis, est remarquablement riche d'espoir, je dirais de foi dans l'avenir de l'homme, lié à son essence indivisible de fils, de créature de Dieu. »

Il avait vu juste. À une virgule près : c’est l’humanisme mais sans Dieu.

En 1988, la revue « The Economist » (propriétaire des hautes sphères judéo-maçonnistes soumises à Satan) annonçait le nouvelle monnaie, le Phoenix pour 2018.

Avec cette crise du coronavirus, on parle déjà d’abolir la monnaie sonnante, car l’argent papier peut être porteur de virus.

L’économie est à l’arrêt. Les célébrations eucharistiques sont à l’arrêt.

Le cri de célébration de Satan est donc proche.

Cette fenêtre d’opportunité inespérée ou  concoctée de toutes pièces ne se représentera probablement plus; à moins d’une guerre.

Les prochaines semaines sont à surveiller, et surtout la célébration de la semaine Sainte à l’intérieur de la basilique Saint-Pierre, devant la « tombe du va-nu-pieds » en référence à la prophétie concernant Benoît XVI.

D’autant plus que nous aurons probablement le signe d’une comète commençant à être visible durant la semaine Sainte.

Est-ce le coronavirus?

« La terre détruira le ciment et de terre sera, Reine, ta nouvelle Église.»

Ou, est-ce la purification par le feu?

NSJC a donné 100 ans au démon pour mettre à bas son Église.

La Sainte Vierge a averti en 1917 que le socialisme-communisme (nouvel ordre mondial) est l’ennemi, l’antichrist système.

C’est à partir de ce moment que le reste des monarchies ont été abolies, que la révolution bolchevique a eu lieu, que la franc-maçonnerie a accentuée son emprise au Vatican par infiltration.

Puis est venu l’accord du Latran, établissant le royaume du Vatican. L’église est ainsi devenue temporelle.

La Société des Nations s’est transformée en Nations-Unies après la deuxième guerre mondiale.

Puis est venu Vatican II et Jean XXIII.

Et puis la technologie a séduit les âmes.

La bête de la Terre et la bête de la mer ont ainsi marché main dans la main pour établir le pouvoir du dragon.

1917+100 ans nous donne 2017.

Le Christ a avertit via les mystiques que Satan le singerait à la fin des temps.

Il aurait son heure de gloire par une mort et une résurrection annoncée.

La civilisation que nous connaissons va à la mort pour faire renaître le système mondial humaniste dans toute sa splendeur. Le 666 de l’Apocalypse.

Du côté spirituel, le catholicisme est sur le point de s’éteindre pour être remplacé par l’œcuménisme.

27 octobre 1986 : la rencontre d’Assise de Jean-Paul II réunissant les têtes dirigeantes des diverses religions mondiales est le fruit de Vatican II.

Comme le Christ, elle représente la naissance de la vie cachée de l’antichrist, pour une durée totale de 30 ans.

Le 20 septembre 2016, François retourne à Assise pour célébrer ces 30 ans, ce qui est le signal du début de la vie publique de l’antichrist.

Qui commence avec cette fraternisation avec les luthériens en octobre 2016.

L’antichrist ne se cache plus, mais les aveugles ne peuvent le voir.

Les horreurs des synodes ont suivis et François annonça le 15 octobre 2017 que tous verraient le triomphe de l’antichrist par la tenue d’un synode amazonien en octobre 2019.

Ce qui fut fait par des célébrations païennes à l’intérieur des églises de Rome, le culte à la terre mère, la pachamama.

Les auteur de la revue judéo-maçonnique « The Economist », inspiré par Satan, avait effectivement annoncé la venue de l’antichrist sur sa couverture de 2017 (lien ici. Vous pouvez observer les détails avec la loupe virtuelle)

La carte de la tour foudroyée en deux produisant le V de la victoire: le schisme au Vatican (subtilement, c’est la tour de l’écusson papale de Jean XXIII), mais c’est aussi le système humaniste socialiste d’un côté et la chrétienté de l’autre, suivie de la carte du jugement via le pion Trump.

La carte suivant représente le monde moderne, soumis, pris dans la toile d’araignée, qui a beau contesté (carte suivante) mais qui va à sa perte car le ravin trop haut pour s’en échappé, conduit par l’ermite-élitiste.

La mort est le résultat (coronavirus?). Mort physique, mort spirituelle, et mort du système économique qui malgré le déversement gigantesque à l’infinie de monnaie fraîche dans le système depuis 2017 (carte du magicien avec le symbole de l’infini au-dessus de sa tête) est représentée par la carte de la roue de fortune.

Puis vient la carte de la comète.

3 années de vie publique donc d’octobre 2016 à octobre 2019.

3 mois de plus pour la publication de l’exhortation amazonienne.

Ce qui colle à la semaine probable du prophète Daniel.

L’antichrist en effet est prêt pour sa crucifixion et sa résurrection.

Après seulement viendra la période de paix prophétisée par plusieurs dont Jean XXIII, la demi-heure de silence de l’Apocalypse, avant le jugement final.

La Pâques (le passage) de l’antichrist semble sur le point de remplacer la Pâques chrétienne en 2020.

Il ne faut pas se laisser berner.

Le regretté Serge Monast avait averti :

« ...L'Église, sous le pouvoir de l'Anti-Pape, sera absolument identique à l'Église de Jérusalem au temps de Jésus-Christ. Elle partagera l'idéologie des Nations-Unies de la même manière que les Prêtres du Temple partageaient l'Idéologie et le Pouvoir avec les Romains. Elle conservera les croyances en Jésus-Christ comme façade afin de dissimuler ses réels intérêts qui seront, en réalité, la richesse, le Pouvoir Politique et Religieux, et l'opportunisme sur tous les fronts tel que cela était le cas de l'Église de Jérusalem au temps de l'Empire Romain. Elle établira de nouveaux ''Concepts Religieux'', tous basés sur la divinité de l'Homme où celui-ci sera considéré comme étant le ''Centre''... ... En accord avec l'Agenda International à remplir, la première initiative de l'Anti-Pape en sera une de réconciliation truquée avec l'ensemble des Églises Chrétiennes du monde... L'élection d'un Anti-Pape aura eu pour effet de provoquer un ''Schisme'' majeur, supposé être le dernier devant survenir dans le Monde Chrétien…

Voici donc le «Mensonge des Mensonges»! Voici «l'Abomination des Abominations»! Les faux chrétiens étant à la tête de la nouvelle église mondiale; et prétendant être les seuls et uniques représentants de Jésus-Christ d'un côté; de l'autre, les vrais et réels disciples de Jésus-Christ sur la route du Calvaire considérés comme étant les ennemies de l'État Mondial tel que cela était le cas, il y a deux milles ans, en face des prêtres de Jérusalem, et en face de l'empereur romain à Rome.»

La comète ATLAS continue de surprendre. Elle s’active plus vite que prévue.

C’est stupéfiant cette synchronisation avec le coronavirus, la semaine Sainte, et le mois de Marie.

Une photo prise hier. Profitez-en pour observer les merveilles créées par le Père car l’image est en haute densité. Beaucoup de galaxies et d’étoiles. C’est magnifique.

18 mars

Ils ont créés le chaos, et les Ministres du Soleil ont confié le troupeau aux loups.

« Et le peuple suit : soumis, sonné, résigné, convaincu même…. o n’a jamais envoyé les moutons à l’abattoir avec autant d’assentiment de leur part, car les animaux, eux, le sentent quand on les mène à la mort, tandis que nous….

Les banques centrales n’ont qu’une seule utilité, elles payent et éviteront la faillite de certains acteurs de la finance, mais… cela ne changera rien à l’histoire à savoir que l’on ne peut pas « imprimer » un vaccin, que l’on ne peut pas imprimer pour l’économie réelle.

Retenez bien ceci.

Les impressions de billets sont efficaces pour l’économie financière qui ne vit que de fausse monnaie et de reconnaissances de dettes.

Les impressions de billets sont inefficaces pour sauver l’économie réelle. » (Charles Sannat – Insolentiae.com)

« Le cardinal Stella invite à célébrer Pâques chez soi, en communion avec le Pape.

La seule fois dans l’histoire récente où le Vatican à limiter les célébrations de Paques, ce fut en 1941 en pleine Seconde Guerre mondiale. Pie XII avait alors estimé que «la tristesse des temps actuels pour l’humanité ne s’harmonisait pas avec la fête de joie qui constitue le caractère principal de Pâques, fête de résurrection». Il avait lu à la radio son message Urbi et Orbi «depuis la solitude de sa bibliothèque privée», écrivait alors le quotidien français La Croix. » (vaticannews.va)

Le sacrifice perpétuel est pratiquement à l'arrêt. C'est bien ce que voulais les élites judéo-maçonniques. L'enjeu c'est la messe. L'oecuménisme globaliste va essayer de combler le vide. Le « messie » juif de l'élite est sur le point d'apparaître selon quelques rabbins.

L’épicentre du coronavirus en Italie est la patrie de Jean XXIII, comme un signe condamnant Vatican II.

« Coronavirus: les prêtres de Bergame paient un lourd tribut.

Le diocèse de Bergame est particulièrement exposé dans la lutte contre l’épidémie de coronavirus et le soin pastoral aux malades. Au moins six prêtres de ce diocèse ont déjà perdu la vie après avoir contracté cette maladie...

Bergame, une localité de 120 000 habitants située au nord-est de la Lombardie, vit les heures les plus sombres de son histoire récente. Ce territoire habituellement tranquille et prospère, qui vit naître saint Jean XXIII en 1881 dans le village de Sotto il Monte, est devenu l’épicentre de l’épidémie de coronavirus qui a pris une ampleur extrêmement violente en Italie du Nord, le cœur industriel et économique du pays. »
(vaticannews.va)

Et dans tout ce chaos (assez incroyable tout de même; la planète est à l’arrêt. L’auriez-vous cru? C’est tout un tour de force.), le Danemark adopte une loi autorisant les vaccinations forcées contre les coronavirus

En Israël, Netanyahu se donne de larges pouvoirs d'écoute téléphonique pour lutter contre le coronavirus «ennemi invisible».

Poutine change la constitution et devient lui aussi un candidat au titre d’empereur.

Les deux témoins (ceux fidèles à la loi et aux prophètes) sont toujours à l'oeuvre:

« Quand les Ministres du Soleil confient le troupeau aux ténèbres.

Ce à quoi nous assistons en ces heures est dramatique; dans toute l’Italie, certes, mais de manière tragiquement exemplaire à Rome, cœur de la catholicité. Un scénario d’autant plus déconcertant que l’enjeu n’est pas seulement la santé publique mais le salut des âmes, le salut éternel, dont nous avons depuis longtemps cessé d’enflammer nos fidèles en tant que pasteurs. Nous les avons ainsi privés de ces dons surnaturels qui nous rendent capables d’affronter les épreuves d’ici-bas, jusqu’aux assauts de la mort, avec la force de la foi et avec ce frisson d’espoir inépuisable et inébranlable qui nous vient de l’aspiration au destin de gloire pour lequel nous avons été créés.

Les déclarations de la CEI et celles du cardinal vicaire de Rome, ainsi que les images surréalistes et spectrales qui nous parviennent du Vatican, sont autant d’expressions de l’obscurcissement de la foi qui a frappé les sommets de l’Église. Les Ministres du Soleil, comme aimait les appeler sainte Catherine de Sienne, en ont provoqué l’éclipse, livrant le troupeau aux caligines des ténèbres épaisses.

A propos des mesures prises par la Conférence épiscopale: alors que celles émises par l’État étaient encore limitées aux seules zones à risque, à des exercices déterminés et à des tranches horaires précises, la Conférence épiscopale italienne avait déjà annulé la totalité des célébrations liturgiques publiques dans toutes les églises du territoire, contribuant ainsi à alimenter la peur et la panique et privant les fidèles du confort inaliénable des sacrements. Il est difficile de ne pas penser qu’une telle mesure n’a pas été proposée au président de la CEI par celui qui, protégé par les murs léonins, rêve depuis sept ans d’une église sortante, accidentée, hôpital de campagne, qui n’hésite pas à embrasser tout le monde et à se salir.

Le cardinal Bassetti, zélé au point d’apparaître plus royaliste que le roi, semble avoir oublié une leçon très importante: c’est que l’Église, pour servir le bien commun et l’État, ne doit en aucun cas renoncer à elle-même, ni faillir à sa mission d’annoncer le Christ notre seul Seigneur et Sauveur, elle doit se garder d’obscurcir ses divines prérogatives de Sagesse et de Vérité et ne doit d’aucune façon abdiquer l’Autorité qui lui vient du Souverain des rois de la terre, Notre Seigneur Jésus-Christ.

Les événements ecclésiaux de ces heures ont mis en évidence, s’il en était encore besoin, la tragique sujétion de l’Église à un État qui s’efforce et fait tout son possible pour détruire l’identité chrétienne de notre Italie, l’asservissant à un agenda idéologique, immoral, ennemi de l’homme et de la famille, mondialiste, malthusien, avorteur, immigrationiste, qui veut la destruction de l’Église, et certainement pas le bien de notre pays.

Quelques prêtres et fidèles laïcs, faisant preuve de courage et de sagesse, ont pourvu à l’absence d’une voix faisant autorité et de gestes d’encouragement de la part du Vicaire du Christ et des pasteurs .

Ouvrez, ou plutôt ouvrez grand les portes au Christ! Ouvrez, ou plutôt, ouvrez grand les portes de nos églises afin que les fidèles puissent y entrer, se repentir de leurs péchés, participer au Saint Sacrifice de la Messe et puiser au trésor de grâces qui jaillissent du Cœur transpercé du Christ, notre seul Rédempteur qui peut nous sauver du péché et de la mort.

Carlo Maria Viganò

13 mars

7 ans de pontificat pour François, fêtés en pleine crise du coronavirus.

Place Saint-Pierre et la basilique sont vides. (webcams Vaticanstate.va)

Seul témoin à l’intérieur de la basilique Saint-Pierre : la webcam du tombeau de Jean-Paul II… Et puisque nous approchons rapidement de la fin de la prophétie concernant Benoît XVI… Qui sait ce qu’elle nous réserve?..

« devant la tombe du va-nu-pieds, éclatera le règne béni de la Très Sainte Vierge. Écoutez ses paroles. »

Qu’arriverait-il si Benoît XVI décédait? Aucune cérémonie à la basilique étant donné le coronavirus?

Il faut aussi toujours avoir en mémoire les 7 années de la semaine de Daniel entre les deux hypothèses plausibles : depuis l’apparition de la fille de Caïn (vois analyses précédentes) ou depuis la célèbre signature de François avec les luthériens en Suède en octobre 2016…

Car 2016 + 3.5 années donnent avril 2020.

Arrêt du sacrifice et de l’oblation en avril 2020… Et si la messe de Pâques était annulée le 12 avril à cause du coronavirus?

Çà commence déjà à être le cas aux États-Unis :

« Un évêque américain annule la célébration publique de Pâques à propos du coronavirus
L'évêque Anthony B. Taylor de Little Rock, Arkansas a également annulé les confirmations, qualifiant la Sainte-Cène de `` rassemblement non essentiel '', et décourage l'onction des malades pour les personnes souffrant de coronavirus. » (lifesitenews.com)

Antonio Socci:

«Ce pontificat a commencé avec le slogan« église sortante » et maintenant le pape et les cardinaux se sont littéralement barricadés au Vatican (même l'Angélus a été diffusé en direct) à cause du coronavirus. [...] Il n'y a plus de ponts, mais des murs, très hauts et infranchissables, derrière lesquels se cachent le pape, les cardinaux et les monarques », écrit-il dans un article du 9 mars.
 
Socci a déclaré que le virus a révélé la "grande hypocrisie de" l'Église progressiste "" en ce que, tandis que le pape François a dit que "le berger doit prendre l'odeur des moutons", lui et d'autres bergers se sont enfermés et ont décidé de rester "Bien à l'écart des moutons et de leur souffle."

«L'autre slogan de Bergoglio était« l'église est un hôpital de campagne ». Et ici, dès que l'épidémie a éclaté, les traces de cet hôpital de campagne sont totalement perdues », écrit-il.

Socci a déclaré que la situation était "complètement déroutante pour les catholiques, qui ont l'impression d'avoir été abandonnés par ceux qui devraient être leurs pasteurs".

Socci a également déclaré dans un autre article que la fermeture de toutes les messes publiques «enseigne que dans le malheur, il vaut mieux laisser Dieu derrière lui, 'parce qu'il ne sert à rien.' » (lifesitenews.com)


L’Église est veuve comme dans la prophétie concernant Benoît XVI.

Et la situation mondiale ressemble de plus en plus à la prophétie « Le Temps est Proche ».

Avec tous ces confinements au niveau mondial pendant un certain temps, c’est la mort de l’économie telle que nous la connaissons.

La vigueur d’une économie repose sur la rapidité des échanges. Or, ceux-ci étant arrêtés, il n’y a plus qu’à constater la mort ce cette dernière.

Ce que l’on voit sur les bourses internationales.

La famine suivra dans certains endroits comme dans la prophétie.

La Chine qui menaçait l’hégémonie du puissant dollar américain et qui le faisait tout autant avec ses nouvelles armes, a le genou à terre.

Dieu a déchaîné la guerre de la nature.

Les exercices militaires de grandes envergures en Europe et en Norvège qui devaient débuter cette semaine ont été annulés.

Mais la situation est loin de se refroidir du côté de l’Iran.

La temps de fausse paix, le silence d'une demi-heure décrit dans l'Apocalypse approche.

Mais auparavant, le « Grand Éclair à l'Orient ».

11 mars

Pendant que l’attention est détourné par la crise du coronavirus, le Vatican annonce que la basilique et la place Saint-Pierre sont fermés jusqu’au 3 avril, tout comme la suspension des messes jusqu’à cette date dans toute l’Italie.

La réponse du responsable de l’église polonaise, elle, est centrée sur la foi, comme il devrait en être en Italie et ailleurs:

« Les évêques polonais appellent à davantage de messes en réponse au coronavirus: «inimaginable» pour fermer les églises
«Tout comme les hôpitaux traitent les maladies du corps, l’Église sert, entre autres, à traiter les maladies de l’âme; c’est pourquoi il est inimaginable de ne pas prier dans nos églises », a déclaré l’archevêque Stanisław Gądecki, chef de la conférence épiscopale polonaise… »

… L’historien italien Roberto de Mattei a décrit comment le pape saint Grégoire le Grand a réagi à un fléau mortel lors de son pontificat. Après son élection en 590, Grégoire a dirigé une procession pénitentielle des fidèles à travers Rome.
«Alors que la multitude traversait la ville, dans un silence sépulcral, la peste atteignit un tel point de fureur qu’en l’espace d’une heure, quatre-vingts personnes tombèrent mortes au sol. Cependant, Grégoire n’a pas cessé une seconde d’exhorter les gens à continuer de prier et a insisté pour que l’image de la Vierge peinte par saint Luc et conservée à Santa Maria Maggiore soit portée au devant de la procession », a raconté de Mattei… » (lifesitenews.com).

Mais le pape a donné encore une fois la preuve que sa foi est ailleurs…

Il a célébré l’angélus de dimanche en vidéo conférence sur la place Saint-Pierre avec une rapide visite au balcon pour saluer.

« Ce pontificat a commencé avec le slogan « l’église sortante » et aujourd’hui le pape et les cardinaux se sont littéralement barricadés au Vatican (même l’Angélus a été diffusé en streaming) à cause de la peur du coronavirus…

La grande hypocrisie de l' «église progressiste» se révèle aussi de cette façon. Bergoglio disait que les bergers doivent prendre l’odeur des brebis, mais lui et les bergers se sont enfuis et maintenant ils sont bien loin des brebis et de leur souffle (seuls quelques curés restent dans les tranchées)…

L’église de Bergoglio a décrété que pour les fidèles, la messe est finie et que pour la première fois en deux mille ans, le pays qui est le centre du christianisme restera totalement, et pendant des jours, sans messe.

Un événement qui peut laisser les athées et les agnostiques indifférents, mais pour des millions de catholiques, c’est un véritable choc. Non seulement parce qu’ils sont privés du sacrifice eucharistique précisément dans une situation épidémique tragique, dans laquelle le besoin de prier se fait le plus sentir, mais aussi à cause de ce qu’est la Messe en soi. Padre Pio de Pietrelcina disait: « le monde pourrait être sans soleil, mais il ne pourrait pas être sans la Sainte Messe ».

Un paradoxe avec lequel le saint mystique entendait faire comprendre la puissance infinie d’intercession et de protection qu’est – pour l’humanité toute entière – le renouvellement quotidien du sacrifice du Christ sur la croix: le grand exorcisme qui protège le monde du mal et de l’autodestruction.

On a évoqué la prophétie apocalyptique de Daniel qui vit un jour « le sacrifice quotidien aboli » et « l’abomination de la désolation érigée ». C’est évidemment un événement traumatisant pour l’Église…

Pour la première fois depuis des siècles, dans une calamité comme celle-ci, Dieu a été totalement effacé. Depuis vingt siècles, sur notre terre ,c’est le contraire qui s’est produit. Toutes nos villes ont des églises qui sont des ex voto pour la fin des fléaux, durant lesquels les villes se mettaient sous la protection de la Vierge. Aujourd’hui, Dieu est effacé.

C’est une situation sans précédent, qui désoriente complètement les catholiques, qui se sentent abandonnés par ceux qui devraient être les bergers, mais qui se sentent aussi privés de la présence de Dieu au moment où le besoin de se confier et de prier est le plus fort (benoit-et-moi.fr). »

Quelle que soit l’époque et peu importe le fléau, L’Église catholique a toujours considéré le recours à Dieu et exprimé sa foi.

La fin de la feuille de route de François s’additionne d’un détail avec le synode sur la synodalité convoqué en 2022.

Il attend la fin du synode allemand qui dure 2 ans.

Il mettra fort probablement les conclusions dans son exhortation 2022. Les réformes allemandes serviront donc de finir le travail non achevé de l’exhortation amazonienne.

« « Le pape François appelle à la prochaine réunion mondiale des évêques pour se concentrer sur la «synodalité»

Le terme vague est considéré par certains évêques comme un mot de code pour changer la façon dont l'Église est structurée.

ROME, Italie, 9 mars 2020 ( LifeSiteNews ) - Le pape François a décidé que le prochain synode mondial des évêques en octobre 2022 se concentrera sur la «synodalité».

La devise «Pour une église synodale: communion, participation et mission» a été annoncée samedi par le cardinal Lorenzo Baldisseri, secrétaire général du synode des évêques.

Le cardinal Raymond Burke a critiqué le concept de «synodalité» dans une interview de 2018.

"C'est devenu comme un slogan, destiné à suggérer une sorte de nouvelle église qui est démocratique et dans laquelle l'autorité du pontife romain est relativisée et diminuée - sinon détruite", a déclaré le cardinal Burke dans une interview exclusive avec LifeSiteNews à l'époque...

Selon le cardinal Burke, le sens traditionnel du terme synode était «de trouver des moyens d'enseigner la foi catholique plus efficacement et de promouvoir la discipline appropriée dans l'Église. C'est essentiellement ce qu'est un synode d'évêques - c'est sa définition. »

«C'est une réunion des évêques pour aider le Pape à voir comment enseigner la foi plus efficacement et comment promouvoir une vie chrétienne plus fidèle conformément à la discipline de l'Église», a-t-il poursuivi. "Mais maintenant, apparemment, le terme 'synodalité' est utilisé pour suggérer que les conférences des évêques auraient une autorité doctrinale."

Le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, a également critiqué la synodalité telle qu'elle a été présentée lors du pontificat actuel.

«Les gens essaient de détacher les églises locales de Rome. Les gens veulent être autonomes vis-à-vis de Rome et du vicaire de Jésus-Christ, c'est-à-dire Pierre, lui qui donne des directives à l'église de Rome », a déclaré Sarah.

Mgr Athanasius Schneider a également fait part de ses préoccupations concernant le concept de synodalité, affirmant dans une interview en 2018 que cette expression était utilisée par les principaux dirigeants de l'Église au moment du Synode des jeunes comme un moyen de «promouvoir leur propre programme».

«Pousser à travers le thème de la« synodalité »dans le document final (du Synode des jeunes), au mépris des méthodes synodales authentiques… est la démonstration d'un cléricalisme exaspéré. Un tel cléricalisme «synodal» vise à transformer la vie de l'Église en un style de parlement mondain et protestant avec des discussions et des processus de vote continus sur des questions qui ne peuvent pas être mises aux voix », a-t-il dit...

Le Saint-Père a souligné que depuis le début de son ministère «en tant qu'évêque de Rome» en 2013, «j'ai cherché à renforcer le synode, qui est l'un des héritages les plus précieux du Concile Vatican II».

Il a fait référence au pape Paul VI, qui a établi le synode des évêques comme institution dans l'Église en 1965, juste avant la fin de Vatican II. «Pour le bienheureux Paul VI, le synode des évêques était censé reproduire l'image du Concile œcuménique et refléter son esprit et sa méthode», a déclaré le pape François...

Selon le pape François, la hiérarchie dans l'Église est comme «une pyramide inversée»...

Les évêques allemands ont utilisé le concept de synodalité pour pousser leur propre agenda dans leur «voie synodale» de renversement de l'enseignement sexuel catholique...

Le pape François, dans son discours de 2015, a souligné l'importance de la synodalité pour les relations entre l'Église catholique et les autres communautés chrétiennes.

«Je suis persuadé que dans une église synodale, une plus grande lumière peut être apportée sur l'exercice de la primauté pétrinienne. Le Pape n'est pas, par lui-même, au-dessus de l'Église; mais en son sein comme l'un des baptisés, et au sein du collège des évêques comme évêque parmi les évêques, appelé en même temps - en tant que successeur de Pierre - à diriger l'église de Rome qui préside en charité à toutes les églises », a déclaré François...

Aucune information allant au-delà de la devise du prochain synode sur la synodalité n'a été divulguée. Cependant, Marc Frings, secrétaire général du Comité central des catholiques allemands et acteur clé du Chemin synodal, a déjà signalé l'influence allemande à laquelle on peut s'attendre.

«Pour l'instant, (le pape François) ne rêve« que »d'une véritable synodalité. À l'automne 2022, (le chemin synodal) sera pour le moment terminé. Les catholiques allemands seront prêts à partager leurs expériences et leurs résultats concrets avec l'Église universelle », a-t-il tweeté .  »

Dans l’analyse du 8 décembre 2019, nous confirmions que selon plusieurs experts les mois de février et mars étaient la dernière fenêtre pour une chute de l’économie et la limite pour déclarer la guerre à l’Iran (avant les élections présidentielles américaines.)

Nous y sommes.

09 mars

Coronavirus :

C’est le chaos économique et probablement le dernier acte de la mondialisation par l’élite, et c’est la guerre de la nature prophétisée par Jean XXIII.

Charles Sannat discute de l’anticipation et de la préparation à une telle crise (vidéo).

« Pourquoi la crise économique sera bien pire que celle de 2008 »

On a vu dans la dernière analyse que le pacte éducatif du pape sera signé le 14 octobre prochain, après l’anniversaire de la 103ème année du miracle du Soleil à Fatima.

En mars 2018 nous avions constaté dans nos analyses que la Sainte Vierge agissait avec un délai lié au nombre 3, le chiffre de la Trinité (avertissement 3 mois avant la révolution bolchévique, etc...).

Le 100 + 3 du 13 octobre 2020 pourrait donc être important.

Il faut toujours avoir en mémoire le chiffre 153, le nombre caractéristique de la mission du Christ dans le nouveau testament qui symbolise l’ensemble des rachetés.

Il pointe la période du tri du bon grain de l’ivraie cité par NSJC dans la bible.

L’église est veuve depuis le 28 octobre 2018.

Jean XXIII relie ce veuvage à la prophétie de Benoît XVI où «Deux frères et personne ne sera le vrai Père. La Mère sera veuve.», de même qu'il confirme le tout à la prophétie de l'Église #11 où «Où croyez-vous fuir, maintenant que vous avez détruit les Églises et tué le dernier Père ?».

Le 28 octobre 1958 Jean XXIII, est élu à la papauté grâce à la franc-maçonnerie selon plusieurs sources. C'est l'entrée officielle de l'ennemi au Vatican.

Or,  Saint Paul prescrit qu'une femme ne peut être inscrite au groupe des veuves que si elle est âgée d'au moins 60 ans. (1 Ti 5,9)

On sait depuis août 2018 que la fille de Caïn, Greta Thunberg, a commencé le compte à rebours des 7 ans prophétisés par Jean XXIII.

En septembre 2018, la bête de la Terre, Emmanuel Macron, apôtre évident de la nouvelle religion des changements climatiques, a été désigné «champion de la Terre» à New York le 26 septembre 2018, aux Nations-Unies.

Nous apprenions le 26 septembre 2018 que la bête de la mer, le pape François, avait signé l’accord Chine-Vatican sur la nomination des évêques, provoquant l’ire du cardinal Zen.

Nous pouvons donc affirmer que la probabilité du début de la semaine prophétisée par Daniel a débuté à l’automne 2018.
Or, ce que craignais le cardinal Zen sera conclu en 2022. L’exemple de la Chine sera appliqué à toutes les églises.

François convoque un autre synode :

« Le Pape convoque un synode sur l’Église et la synodalité en 2022
Dans deux ans, la prochaine assemblée générale ordinaire du synode des évêques se tiendra sur le thème de la synodalité…
«Pour une Église synodale : communion, participation et mission» : c’est le thème de la XVIe assemblée générale ordinaire du synode des évêques convoquée par le Pape François…

Niveaux de synodalité

Le premier niveau d’exercice de la synodalité a lieu dans les Églises particulières. Le deuxième niveau est celui des provinces et des régions ecclésiastiques, des conseils particuliers et surtout des conférences épiscopales. Le dernier niveau est celui de l’Église universelle. «Ici, le synode des évêques, représentant l’épiscopat catholique – a rappelé le Pape – devient une expression de la collégialité épiscopale au sein d’une Église synodale». » (vaticannews.va).

C’est l’annonce de la fin de la feuille de route, car l’exhortation de ce synode signifiera que la pyramide sera inversée et que les décisions doctrinales et pastorales se prendront à la base. François aura réussi et l’Église n’aura plus de tête.

Rappelons l’extrait de la dernière lettre de Zen:

« D’ailleurs, quels seraient ces changements doctrinaux ? Le cardinal Re ne l’explique pas clairement, mais ils concernent certainement au moins les Églises nationales. Et ici, la différence radicale entre ce pontificat et celui de Benoît XVI apparaît encore plus clairement. On peut penser que la possible légitimation des « Églises indépendantes » est une évolution des pouvoirs attribués aux Conférences épiscopales nationales, que le Pape François voudrait accroître. Il l’a dit explicitement dans Evangelii Gaudium (2013) lorsqu’il a souhaité « un statut des conférences épiscopales qui les conçoive comme des sujets aux attribution concrètes, incluant également une authentique autorité doctrinale » (n° 32).
C’est une conception opposée à celle de saint Jean Paul II et de Benoît XVI. » (benoit-et-moi.fr).

Or, selon la semaine de Daniel, le sacrifice et l’oblation cessera à la moitié de la semaine, ce qui donne en 2022.

Le pape vient d’annoncer qu’il veut repenser l’Église.

Tout se tient.

07 mars

Le coronavirus change la donne au Vatican.

Au lieu d’être signé après la 103ème année des apparitions de Fatima, et bien le pacte éducatif si cher au pape sera signé après la 103ème année du miracle du Soleil.

« 3 mars 2020 ( LifeSiteNews ) – Le Vatican a annoncé qu’il reportait son événement du Pacte mondial sur l’éducation , prévu en mai, jusqu’en octobre en raison «de l’incertitude liée à la propagation du coronavirus».
Le pape François a lancé l’initiative en septembre dernier, déclarant qu ‘«un pacte éducatif mondial est nécessaire pour nous éduquer à la solidarité universelle et à un nouvel humanisme.

Un programme d’une semaine d’événements liés au «pacte pour l’éducation» devait se tenir à Rome du 10 au 17 mai. L’événement se déroulera désormais du 11 au 18 octobre, le pacte devant être signé le 14 octobre… » (lifesitenews.com)

Mais, tout n’est pas annulé puisque certaines activités ne nécessitent pas nécessairement la présence de François.

« Le Pape invite l’Église à célébrer la Semaine Laudato Si’.

Dans un message vidéo, le Saint-Père exhorte à répondre à la crise écologique. Cette Semaine, organisée à l’occasion des cinq ans de la publication de l’encyclique Laudato Si’, veut inciter les paroisses et les communautés à réfléchir et à approfondir leur engagement en s’inspirant des écrits du Pape.

La Semaine Laudato Si’ sera célébrée du 16 au 24 mai prochain… » (vaticannews.va)

Et elle se termine en pleine apparition de la comète ATLAS au plus près de la Terre le 24 mai.

Le pape a aussi reporté la rencontre sur l’économie prévue à Assise au mois de novembre, elle qui devait être une pierre angulaire de son œuvre humaniste.

Cette rencontre économique d’Assise reportée semblait être la consécration de la nouvelle religion.

« La rencontre prévue ce mois-ci à Assise sur « L’Économie de (saint?) François » a été reportée au mois de novembre pour cause de coronavirus. Mais le péril pour l’Église reste bien présent, et ce pourrait être la véritable conclusion du Synode pour l’Amazonie (et pas le célibat sacerdotal, comme on l’a cru). L’analyse (experte) d’Ettore Gotti-Tedeschi…

Une métaphore inspirée par le vieux proverbe chinois qui dit « Quand le doigt pointe vers la lune, il y en a qui regardent le doigt et non la lune. »

J’ai eu l’impression, confirmée par la conclusion, que le thème du célibat sacerdotal était peut-être le « doigt » et non la lune. La conclusion, en effet était qu’il ne s’agissait pas d’un synode sur le célibat. Je crains que ce soit vrai.

La lune, c’est-à-dire le véritable objectif du synode, passé inaperçu ou sous-estimé, est probablement un nouveau paradigme économique. Je crains qu’on ne puisse le comprendre qu’après la conférence d’Assise, reportée à novembre, sur « L’Économie de François ».

La lune, qui pourrait bien être le véritable objectif du Synode, était d’utiliser l’économie pour « mortifier » la religion catholique en la réduisant à une religion qui ne sait pas protéger la création, donc une religion à réformer. Comme le souci de la création est la véritable priorité et qu’il est reconnu que les religions païennes la protègent mieux, elles ont été indiquées comme exemplaires…

Le thème principal que nous nous attendions à voir discuté à Assise se réfère au nouveau bien commun dans le monde global. Le report de 9 mois nous fait espérer qu’on pourra redimensionner la confusion créée par le « doigt » qui, en indiquant la « lune », aurait peut-être utilisé les suggestives, et vieilles mais toujours vivantes « illusions utopistes » référées au bien commun – telles que bonheur, inclusion, responsabilité, paix, égalité, fraternité, solidarité, etc. – .

Toutes choses bonnes seulement si elles sont centrées sur des références à la Vérité du Christ, et non sur un « nouvel humanisme », (sans Dieu) nécessaire pour dépasser le vieux capitalisme autoréférentiel et obsolète. Ce n’est pas un préjugé de notre part, les noms des participants prévus pour la Conférence ne laissent guère de doutes quant à cette légitime suspicion. Il ne faut pas que la lune passe inaperçue à Assise car c’est la morale catholique qui est en péril.

Elle peut en effet être modifiée en proposant de nouvelles vertus morales adaptées à l’époque, grâce à un nouveau concept d’éducation pour la protection correcte et due de la Terre Mère, qui pourrait être proposé pour remplacer la religion obsolète et inadéquate (comme il ressort des conclusions du synode amazonien). La lune que nous risquons de ne pas voir pourrait être l’esprit du nouveau bien commun mondial défini par l’UNESCO, mais sans la doctrine sociale de l’Église.

Hier, un sage prêtre, faisant référence à la conférence d’Assise, m’a fait le commentaire suivant: « Mon cher ami, cette rencontre d’Assise va enfin faire comprendre à certains que plus que d’Europe (où il y a maintenant une monnaie commune) nous devrions quitter l’Unesco-ONU avant qu’ils ne nous imposent une foi commune. » (benoit-et-moi.fr)

03 mars

Groupe naval américain en Méditéranée, navires russes en route pour contrer le désir de guerre de la Turquie contre la Syrie…

Il va s’en dire que la région chauffe et que la pression augmente.

Tout semble se mettre en place. Guerre, coronavirus, les deux empereurs,… « Le Temps est Proche ».

La guerre de la nature est déclenchée et « l’empereur chinois » voit la Chine se transformer en un désert économique, avec en prime une invasion de sauterelles, et la chute des marchés fait s’effondrer la tour de rêve de « l’empereur américain » en pleine année électorale.

« N’aimez pas le monde, ni rien de ce qui fait partie du monde. En celui qui aime le monde, l’amour du Père ne peut vivre, car dans le monde il y n’y a que désir de la chair, concupiscence des yeux, étalage de vanité » (1 Jean 2:15).

Chaque chrétien qui résiste au monde babylonien a une très grande valeur pour le Père. C’est le temps des néo-martyrs car cette persécution qui relève de l’apostasie est cruelle: elle s’en prend à l’Esprit et à l’âme et non au corps.

Donc sauver une âme dans ces derniers temps est d’une importance primordiale, mais il faut avant tout sauver la sienne tout en ne laissant pas la charité se refroidir. La foi est la fondation et la charité est le toit. La charité sans la foi ne peut tenir.

Au Vatican :

Il semblait que le coronavirus avait attaqué la tête même de l'église, François, qui depuis cinq jours annule messes et rencontres depuis son malaise de la messe du mercredi des cendres où il a serré la main des italiens masqués lors de l'audience.

Mais les médias rapportent aujourd’hui qu’il a été testé négatif.

Il a quand même annuler sa participation aux exercices du Carême. Qui dit vrai?

« Le Pape suivra les exercices de Carême depuis le Vatican.

À l’issue de l’angélus, ce dimanche, le Pape François a annoncé qu’il ne participerait pas en personne aux exercices spirituels de Carême avec la Curie romaine à Ariccia. Le Saint-Père doit rester au Vatican pour soigner un rhume. » (vaticannews.va)

Retour sur l’exhortation amazonienne :

Plus de 50% des références dont fait mention le pape sont issus de ses propres idées ou écrits. Les autres sont issus des papes conciliaires.
Aucune référence ou presque aux papes pré-Vatican II ou aux pères de l’Église.

C’est donc la preuve que François développe une doctrine qui lui est propre et qui se nourrit de lui-même. C’est le signe de l’esprit du mal, de l’orgueil.

Ce qui confirme bien que la boucle est bouclée. Vatican II clame sa victoire.

L’intégration à la nouvelle religion universelle peut se faire.

D’ailleurs, une guerre ouverte est déclarée entre le cardinal Zen et le Vatican sur la question de la Chine depuis quelques mois, mais elle s’est intensifiée dans les dernières semaines.

Voici un exemple avancée par le cardinal Zen en réponse à une lettre du cardinal Re au nom du pape François qui démontre ce que nous avançons ci-haut sur le développement de sa propre doctrine, son nouvel humanisme.

Toute sa feuille de route mène à la séparation d'avec Dieu, le « nouvel humanisme » de François où l'humain se libère (voir analyses précédentes).

Ce nouvel humanisme sera concrétisé le 14 mai avec la signature du pacte éducatif.

La fin de sa feuille de route sera marquée par le transfert des points doctrinaux aux Conférences épiscopales nationales comme il l'a toujours indiqué, d'où la guerre entre le cardinal Zen et le Vatican sur la question de l'entente avec la Chine car c'est l'ouverture qui permettrait l'application pratique de l'exhortation amazonienne.

« D’ailleurs, quels seraient ces changements doctrinaux ? Le cardinal Re ne l’explique pas clairement, mais ils concernent certainement au moins les Églises nationales. Et ici, la différence radicale entre ce pontificat et celui de Benoît XVI apparaît encore plus clairement. On peut penser que la possible légitimation des « Églises indépendantes » est une évolution des pouvoirs attribués aux Conférences épiscopales nationales, que le Pape François voudrait accroître. Il l’a dit explicitement dans Evangelii Gaudium (2013) lorsqu’il a souhaité « un statut des conférences épiscopales qui les conçoive comme des sujets aux attribution concrètes, incluant également une authentique autorité doctrinale » (n° 32).

C’est une conception opposée à celle de saint Jean Paul II et de Benoît XVI. » (benoit-et-moi.fr)

Zen implique aussi le cardinal Parolin encore une fois:

« Je ne comprends pas la dernière partie de votre lettre, pour le moins confuse. Les faits sont là. J’ai la preuve que Parolin manipule le Saint-Père, qui me montre toujours beaucoup d’affection, mais ne répond pas à mes questions. Face aux prises de positions du Saint-Siège que je ne parviens pas à comprendre, je dis à tous les frères désolés qui s’adressent à moi de ne pas critiquer ceux qui suivent ces dispositions. Toutefois, comme les dispositions laissent encore la liberté à ceux qui ont une objection de conscience, je les encourage à se retirer dans les catacombes, sans s’opposer aux injustices, sinon ils finiraient par nous en remettre en plus. » (benoit-et-moi.fr)

Et l’archevêque Vitanò confirme les craintes du cardinal Zen.

« L'archevêque Viganò répond aux critiques du cardinal Zen: le Vatican a livré l'Église chinoise à l'ennemi.

Très chère Éminence,

Il s'agit de l'archevêque Carlo Maria Viganò, ancien nonce apostolique aux États-Unis d'Amérique.

J'ai suivi profondément - partageant dans la prière vos souffrances - vos nombreux appels sincères au pape Bergoglio concernant la situation tragique de l'Église martyre en Chine, qu'il a lui-même aggravée de façon coupable par l'accord secret perfide et méchant signé par le Saint-Siège avec le communiste chinois. Gouvernement.

Vos appels sincères, cher Frère en Christ, ont été systématiquement ignorés et même moqués d'une manière hypocrite et perverse. Quant au cardinal Parolin, il a agi comme un simple exécuteur téméraire d'un ordre diabolique d'en haut.

J'ai lu ce matin la lettre ignominieuse et honteuse que le cardinal Giovanni Battista Re a adressée à tous les cardinaux contre vous. Je suis profondément attristé et indigné, et je souhaite vous exprimer toute mon affection, ma prière et ma solidarité fraternelle dans l'épiscopat.

Vous êtes un courageux confesseur de la foi et vous avez toute mon estime et ma vénération!

Malheureusement, au Vatican, le mensonge a été inscrit dans le système, la vérité a été totalement renversée et la tromperie la plus perverse est pratiquée sans vergogne même par les personnalités les plus insoupçonnées, qui se sont désormais livrées à la complicité de l'adversaire. Ils sont même allés jusqu'à dire que «le pape Benoît XVI avait approuvé le projet d'accord» signé en 2018, alors que nous connaissons tous sa résistance acharnée et sa désapprobation répétée des conditions imposées par un régime persécuteur et sanglant.

Le Vatican a tout fait et plus pour remettre l'Église martyre chinoise entre les mains de l'ennemi: il l'a fait en signant le Pacte secret; il l'a fait en légitimant des «évêques» excommuniés qui sont des agents du régime; il l'a fait par la déposition d'évêques légitimes; il l'a fait en forçant les prêtres fidèles à s'inscrire auprès d'une église qui a succombé à la dictature communiste; il le fait quotidiennement en gardant le silence sur la fureur persécutrice qui a acquis une force sans précédent, précisément depuis la signature de ce malheureux Accord. Il le fait maintenant avec cette lettre ignoble à tous les cardinaux, qui vise à vous accuser, à vous dénigrer et à vous isoler.

Notre Seigneur nous assure que rien ni personne ne pourra jamais lui arracher ceux qui résistent à l'ennemi infernal et à ses acolytes, les conquérant «par le sang de l'agneau» et par le témoignage de leur martyre (cf. Rév. 12:11).

Votre exemple, cher Cardinal, et le prix très élevé que vous payez pour défendre la cause de Dieu et son église, nous donne une secousse salutaire, il nous arrache à l'inertie et à l'accoutumance avec lesquelles nous assistons passivement à la reddition de l'Église catholique. , à ses plus hauts niveaux et dans sa hiérarchie, à l'hérésie et à l'apostasie, en suivant le Prince de ce monde, qui est menteur et meurtrier depuis le début (cf. Jn 8, 44).

Parce que, Domine, parce populo tuo, quem redemisti, Christe, sanguine tuo, ne in aeternum irascaris nobis .

+ Carlo Maria Viganò
Archevêque titulaire de Ulpiana Nonce apostolique  »

Février 2020

7 février

La première session du synode parallèle allemand à l’exhortation apostolique amazonien est terminée.

Mgr Schneider monte au créneau en essayant d’écorcher le moins possible le pape, en demeurant dans le respect afin qu’il comprenne.

Force est de constater que «Le pape ne peut pas se taire en regardant les loups dévorer le troupeau»…

Il a également insisté sur le fait que, en tant que «maître suprême» et «protecteur» de la foi catholique, le pape François «a le grave devoir de protéger les« petits », c'est-à-dire les simples fidèles et les prêtres et évêques en Allemagne qui ont été mis sur la périphérie et dont la voix a été étouffée »par des prélats mondains qui sont plutôt chargés de protéger le troupeau du Christ. «Le pape ne peut pas rester passif ou se taire en regardant les« loups »dévorer le troupeau ou les« pyromanes »incendier la maison», a-t-il dit. (lifesitenews.com - traduction)

Voici une très longue lettre d’une carmélite qui s’alarme de l’extinction des puissances de prière (traduction de l’article dans One Peter Five)

Ici les parties principales qui reflète l’état de l’Église vu par les religieux (ses) :

« Arrêter le rythme cardiaque de l’Église. (Note de l’éditeur: l’article suivant provient de 1P5 d’une religieuse carmélite qui craint pour sa commande.)

Pendant des siècles, les religieuses contemplatives ont été reconnues comme étant le «rythme cardiaque de l’Église»...

Le pape François s’est prononcé fermement contre l’euthanasie, mais en même temps, il a approuvé la publication de documents officiels du Vatican qui, de toute évidence, œuvrent pour la disparition précipitée de la vie contemplative. Les règles et directives énoncées dans ces documents ont déjà provoqué la division, la fusion ou la dissolution complète de nombreuses communautés religieuses contre la volonté de bon nombre des religieux concernés… Pourquoi cela arrive-t-il?..

Ceux qui contrôlent le Vatican voient ces religieux contemplatifs – en particulier ceux «conservateurs» attachés au charisme reçu de leurs fondateurs – comme un obstacle plutôt qu’une aide à leurs projets pour l’Église. Les mesures imposées à ces religieuses par «Cor Orans» et «Vultum Dei Quaerere», équivalent à dire: «Il est clair qu’elles ont dépassé leur date d’expiration, et il est donc grand temps qu’elles soient supprimées.»…

Malgré les nombreuses tentatives qui ont été faites au cours des siècles pour supprimer les monastères et les couvents (qui ont tous eu lieu à l’instigation de Satan, qui déteste de telles puissances de la prière), pas une fois ils n’ont été aussi proches du succès qu’aujourd’hui.
Un coup d’œil à certains des faits historiques suggère que la raison d’un tel succès est que cette fois, l’attaque est venue non pas de l’extérieur, mais de l’intérieur de l’Église elle-même.

Avant le Concile Vatican II, la vie religieuse était florissante et il y avait une abondance d’âmes généreuses consacrant leur vie à la prière et au sacrifice – non seulement dans les ordres contemplatifs, mais dans toutes les formes de vie sacerdotale et religieuse...
Que reste-t-il de tout cela aujourd’hui?..

Il est clair que si le rythme cardiaque de l’Église est arrêté, le Corps mystique du Christ sera inévitablement incapable de survivre, tout comme il est évident que si vous privez une personne de nourriture et d’eau, elle ne peut pas rester vivante longtemps.
Ceux qui travaillent à la destruction de la vie religieuse contemplative ne peuvent pas en même temps travailler pour le bien du Corps mystique du Christ. C’est impossible...

Pauvres individus égarés, qui accordent plus d’importance à l’argent qu’à la prière! Le temps viendra où ils se rendront compte qu’en poursuivant l’un au détriment de l’autre, ils ont tout perdu, y compris leur âme.
Chers lecteurs, ne soyez pas choqués ou scandalisés par ces mots. Jésus a dit: «Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu. C’est pourquoi, par leurs fruits, vous les connaîtrez »(Matthieu 7: 19-20).

Les fruits de Vatican II et ses conséquences du modernisme sont de mauvais fruits. Et puisqu’un bon arbre ne peut pas produire de mauvais fruits, il est logique de conclure que les loups sont entrés dans le troupeau pour se disperser et détruire. Le chaos, la confusion et la destruction sont l’œuvre du diable. L’œuvre de Dieu apporte la paix et l’unité.
Jésus nous dit clairement: «Aucun homme ne peut servir deux maîtres. Car soit il haïra l’un et aimera l’autre; soit il soutiendra l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir Dieu et Mammon »(Matt. 6:24).

Malheureusement, depuis le Concile Vatican II, les dirigeants de l’Église n’ont pas tenu compte de cet avertissement. Ils ont ouvertement cherché à unir l’Église et le monde – non pas à la manière catholique, en promouvant et en adhérant aux enseignements de l’Évangile, mais en adaptant l’Église pour qu’elle s’intègre au monde.

Leur objectif aujourd’hui n’est donc plus d’obtenir la conversion de l’humanité par la prédication et la prière; par conséquent, ils n’apprécient pas les religieux contemplatifs, dont le but principal est la prière. Ils ont abandonné la vision catholique pour la vision du monde, qui ne concerne que le bien-être temporel de l’homme...

Le seul espoir pour la survie du «cœur priant» de l’Église est de reconnaître que tant que le Vatican est rempli d’hommes désireux de la mort de l’Église, il est vain d’espérer qu’il sera bénéfique de chercher reconnaissance et approbation. Autrefois, nous pouvions être assurés que l’approbation de Rome signifiait l’approbation de Dieu. Maintenant, nous sommes obligés de choisir entre les deux. C’est une question de vie ou de mort. »

C’était la fête au Vatican et un peu partout dans le monde pour la fraternité en ce 4 février :

« Un an du Document d’Abou Dhabi, le Pape espère en un futur libéré de la haine (Vaticannews.va).

Un an après la signature par le Pape François et le Grand Imam d’Al-Azhar du Document sur la Fraternité humaine, les membres du Comité supérieur visant à l’aggiornamento du texte sont réunis à Abou Dhabi. À cette occasion, un «Prix international de la fraternité humaine» a été présenté, une initiative soutenue par le Pape. François qui espère en «un avenir meilleur pour l’humanité» dans un message vidéo.

Dans un message vidéo publié ce mardi 4 février, le Pape évoque la signature, il y a un an à Abou Dhabi, du Document sur la Fraternité humaine avec «son frère» le Grand Imam d’Al-Azhar Ahmad Al-Tayyib. «Nous célébrons aujourd’hui le premier anniversaire de ce grand événement humanitaire, en espérant en un avenir meilleur pour l’humanité, un futur libéré de la haine, de la rancœur, de l’extrémisme et du terrorisme, dans lequel les valeurs de paix, d’amour et de fraternité prévalent», y affirme le Souverain pontife…

Le Pape dit apprécier le soutien des Emirats arabes unis qui accueillent la rencontre d’aujourd’hui. Il salue le travail réalisé par les membres du Comité supérieur visant à l’aggiornamento du texte, et plus largement «tous ceux qui, en humanité, aident leurs frères et sœurs pauvres, malades, persécutés et faibles, sans distinction de religion, de couleur ou de race».

La «Abrahamic House», un incubateur multiconfessionnel pour le changement social, est également remerciée par le Pape pour son initiative : un prix international pour la fraternité humaine. François se dit «heureux de pouvoir participer à ce moment de présentation du Prix international de la fraternité humaine » qui vise à encourager «tous les modèles vertueux d’hommes et de femmes qui, dans le monde, incarnent l’amour par des actions et des sacrifices faits pour le bien d’autrui, quelles que soient leurs différences de religion ou d’appartenance ethnique et culturelle».

Enfin, le Pape demande à Dieu de «bénir tout effort qui profite au bien de l’humanité et nous aide à progresser dans la fraternité »

C’est le pont tant promu par François vers la rencontre sur l’éducation  le 14 mai prochain.

C’est bien la feuille de route du pape en action. Le document est signé un peu partout dans le monde.

«… Le Document a d’ailleurs été signé en Asie par des Européens et des Africains, souligne-t-il. Pour lui, ce texte est une méthodologie synthétique permettant aux habitants du monde de vivre ensemble et en paix. Au Caire, son université a déjà commencé à enseigner le Document pour la Fraternité, et des initiatives promouvant ses valeurs ont été mises en place.

Il faut voir le Document comme un texte éthique fondamental de notre temps, a observé Irina Bokova, l’ancienne directrice générale de l’Unesco et membre du Conseil souverain. Les jeunes peuvent trouver des réponses dans ce texte en harmonie avec les objectifs de l’ONU en matière d’éducation… » (vaticannews.va)

Il y a eu un comité pour la fraternité humaine qui avait été rassembler après la signature du 4 février 2019, et un an après, il dévoile sa stratégie.

« Le Haut comité pour la fraternité humaine dévoile sa stratégie.

Pour aider à la mise en œuvre du document sur la fraternité humaine signée il y a un an aux Émirats Arabes Unis, un Haut comité a été créé en septembre 2019 pour mettre en œuvre ces recommandations. L’éducation et les jeunes seront au cœur de sa stratégie.

Pour célébrer le premier anniversaire du document sur la fraternité humaine signé l‘année dernière aux Émirats Arabes Unis par le pape François et le grand imam d‘Al-Azhar, Ahmed Al Tayeb, le Haut comité s’est réuni hier, lundi 3 février 2020, sur la somptueuse île de Saadiyat à Abu Dhabi.

C‘est sur cette île des Émirats Arabes Unis, qui accueille aussi le musée du Louvre, que sera construite à l‘horizon 2022 la maison familiale abrahamique – un complexe réunissant une mosquée, une église et une synagogue. Le Haut comité a la responsabilité de mener à terme ce projet d‘envergure…

« Tout l’enjeu, au-delà de la symbolique du projet, est maintenant de réfléchir à comment allons-nous remplir cet espace mais aussi lui donner vie, à l’aide des recommandations du document pour la fraternité humaine. Nous n‘avons pas simplement l‘ambition de faire un projet touristique. Ce monument s’adresse à tout le monde », poursuit celle qui donne aussi un cours sur la diplomatie culturelle à Sciences-Po. Car le document est « inclusif. Il concerne l‘humanité entière, croyants ou non », argumente-t-elle.

L‘éducation devrait être centrale dans cette réflexion. « C’est en effet l‘une des priorités de notre comité. Nous réfléchissions à la manière dont nous allons intégrer ce document dans les différents systèmes éducatifs du monde entier », ajoute Irina Bokova.
Dans cet esprit, Mohamed Hussein Mahrasawi, président de l‘Université d’Al Azhar et membre du comité, a annoncé que le document pour la fraternité humaine sera à présent enseigné aux étudiants de l‘institution islamique sunnite basée au Caire, en Égypte. Près de 400 000 étudiants y sont inscrits…

« nous allons certainement proposer aux Nations Unies que le 4 février devienne la journée internationale de la tolérance. C‘est important de le faire. Mais ce sera à l‘Assemblée générale des Nations Unies de le décider », conclut Irina Bokova qui pourra aussi profiter de son expérience au sein du système des Nations unies… » (lacroix.com)

Humanisme, relativisme, naturalisme, socialisme, démocratie, fraternité universelle maçonnique, laïcité…

Voilà.

Le Vatican et le pape s’associe de façon claire au programme judéo-maçonnique de contrôle et de formation des esprits.

Incroyable.

Il n’y a plus aucune différence entre le Vatican et les Nations-Unies.

Les deux Babylone de la prophétie de Jean XXIII concernant Benoît XVI sont confirmées et en symbiose.

Cette prophétie peut se donc être accomplie dans son entièreté maintenant.

Et c’est probablement dans le court terme.

Pour faire suite le 5 février le pape défendait « une nouvelle architecture financière mondiale » (vaticannews.va)

La partie la plus importante du discours du pape :

« « Il y a plus de 70 ans, la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies engageait tous les États Membres à prendre soin des pauvres sur leur terre et dans leur foyer et dans le monde entier, à savoir le foyer commun. Les gouvernements ont reconnu que la protection sociale, le revenu de base, les soins médicaux pour tous et l’éducation universelle étaient inhérents à la dignité humaine fondamentale et, par conséquent, aux droits humains fondamentaux. Ces droits économiques et un environnement sûr pour tous sont la mesure la plus fondamentale de la solidarité humaine. Et la bonne nouvelle est que, alors qu’en 1948 ces objectifs n’étaient pas à portée immédiate, aujourd’hui, dans un monde beaucoup plus développé et interconnecté, ils le sont. Vous tous, qui vous êtes si aimablement réunis ici, êtes les dirigeants financiers et les spécialistes économiques du monde. Avec vos collègues, vous contribuez à établir les règles fiscales mondiales, informer le public mondial sur notre situation économique et conseiller les gouvernements du monde sur les budgets. Vous savez de première main quelles sont les injustices de notre économie mondiale actuelle. Travaillons ensemble pour mettre fin à ces injustices. Lorsque les organismes de crédit multilatéraux conseillent les différentes nations, il est important de prendre en compte les nobles concepts de justice fiscale, les budgets publics responsables de leur endettement et, surtout, la promotion efficace et protagoniste des plus pauvres dans le cadre social. Rappelez-leur leur responsabilité d’offrir une assistance au développement des nations pauvres et un allégement de la dette des nations les plus endettées. Rappelez-leur l’impératif d’arrêter le changement climatique provoqué par l’homme, comme toutes les nations l’ont promis, afin de ne pas détruire la base de notre maison commune…

Le temps présent exige et appelle à franchir une étape qui passe de la logique insulaire et antagoniste, comme seul mécanisme autorisé pour la résolution des conflits, à une autre capable de promouvoir l’interconnexion qui favorise une culture de la rencontre où la base solide d’une nouvelle l’architecture financière internationale est renouvelée… » (catholicculture.org - traduction)

Et aujourd’hui, François trace encore le chemin vers la rencontre du 14 mai 2020.

« Le Pape invite à s’unir pour proposer un nouveau pacte éducatif.

… Ce vendredi 7 février à la mi-journée, le Pape s’est adressé aux participants d’un séminaire organisé par l’Académie pontificale des Sciences sociales sur l’«Éducation: un pacte mondial»…» (vaticannews.va)

C’est la feuille de route en action cette semaine avec François… :

Il fête les 1 an du pacte « fraternel », il proclame qu’il veut un nouveau pacte « financier » mondial, et il pousse son pacte « éducatif »…

L’aspect spirituel (fraternel) est couvert, l’aspect matériel (financier) est couvert, et l’aspect moral (éducatif) sera couvert le 14 mai.

C’est bien là un programme socialiste, marxiste, communiste, humaniste…

Peu importe le nom, il s’agit bien d’un plan inspiré par Satan.

Et tout sera bouclé le 12 février prochain avec la publication de l’exhortation amazonienne.

« ROME, 7 février 2020 (LifeSiteNews) – Le Vatican a annoncé aujourd’hui que le document de synthèse très attendu du pape François sur le Synode de l’Amazonie sera publié le mercredi 12 février.

Selon une déclaration publiée vendredi, «Querida Amazonia» [Chère Amazonie], l’exhortation post-apostolique du Pape à l’Assemblée spéciale du Synode des évêques sur la région panamazonienne, sera présentée lors d’une conférence de presse à 13 heures à la Sainte Voir Bureau de presse…. » 

La date n’est pas anodine.

Nous savions qu’il fallait surveiller autour du 11 février avec l’atteinte des 7 ans de l’annonce de démission de Benoît XVI.

Nous y sommes presque.

04 février

L’économie chinoise est paralysée.

Les rues des villes en quarantaine sont désertes.

Cela ressemble bien de plus en plus au « second empereur dans le désert, attaqué par les animaux de la peste, inconnus. » de la prophétie à mesure que le virus progresse.

Comme à l’accoutumé, les responsables mentent sur toute la ligne.

Ils sortent les cadavres des hôpitaux en cachette pour les incinérer immédiatement afin de ne pas créer de panique et truquer les chiffres.

Il semblerait effectivement que l’épidémie ait commencé au tout début de décembre et que le virus serait la conséquence de recherches sur les armes bactériologiques.

Une scientifique biologiste aurait volé le virus au centre de recherche de Winnipeg au Canada. Les autorités canadiennes enquêtent sur le sujet. (zerohedge.com)

Le virus aurait été ensuite apporté au centre de recherche en guerre biologique de Wuhan. Ce centre cherchait effectivement un scientifique «qui utilisera les chauves-souris pour rechercher le mécanisme moléculaire qui permet aux coronavirus associés à Ebola et au SRAS de rester dormants pendant longtemps sans provoquer de maladies. » (zerohedge.com)

Auto-immuniser des militaires à un virus pour ensuite le disséminé contre l’ennemi, tel semblait être le projet chinois...

Du côté du Vatican, il faut surveiller la volonté du pape derrière l’invitation au nouveau pacte mondial de l’éducation qui aura lieu à Rome le 14 mai 2020.

Cette date n’est pas anodine pour les judéo-maçonnistes.

En effet, 3 jours après que François ait annoncé sa rencontre du 14 mai, un groupe de leaders évangélistes se sont réunis à Washington pour décréter « 2020 Année mondiale de la Bible » pour tous les évangélistes du monde.

Ces évangélistes prépareraient cette ultime fête 2020 depuis les deux dernières décennies, surtout depuis quatre ans.

François appuie cette initiative car elle fait partie de son plan d’œcuménisme mondial.

La rencontre du 14 mai 2020 du pape était programmée depuis longtemps dans sa feuille de route puisque le pacte d’Abu Dhabi fait partie de cette démarche.

Et il y a un an aujourd’hui…

« Conférence à Abou Dhabi un an après la Déclaration. En vue du premier anniversaire de la signature du Document d'Abou Dhabi, le Cardinal Ayuso Guixot a rappelé l'importance de ce Document: «Le texte de la Déclaration devient de plus en plus important, même au-delà des relations entre chrétiens et musulmans». Demain, mardi 4 février, en préparation de l'événement sur le «Pacte mondial pour l'éducation», un congrès sur le document d'Abou Dhabi se tiendra aux Émirats arabes unis, comme une nouvelle occasion de poursuivre sur la voie tracée par le Pape François et le Grand Imam d'Al-Azhar. » (vaticannews.va)

Voilà. Le lien est évident.

Il y a 4 ans, l’événement « Together 2016 » avait lieu à Washington.

Si vous vous rappelez c’était une réunion poussée par ces mêmes évangélistes pour réunir les chrétiens à Washington le 16 juillet 2016.
Le pape ne pouvant y être présent s’était adressé à eux par vidéo et lançait l’invitation.

C’était scandaleux en 2016 et cela l’est encore plus aujourd’hui à mesure que l’on nous dévoile « la feuille de route ».

Un pape ayant été élu pour faire contrepoids à la montée des évangélistes en Amérique du Sud exécute en fait le contraire: il s’inspire des évangélistes et détruit l’Église pour en arriver à l’idéal de l’œcuménisme.

Le terrain a été préparé avec la technologie. Les jeunes ne savent plus qui ils sont et d’où ils viennent. Les journées mondiales de la jeunesse font partie de ce plan. Et en 2020, ils sont mûres pour s’identifier à la nouvelle religion, celle de Lucifer.

Les paroles de François sont claires à ce sujet lors de son appel à la conférence de mai 2020:

« … Il est plus que jamais nécessaire d’unir nos efforts dans une vaste alliance éducative pour former des personnes mûres, capables de surmonter les morcellements et les oppositions, et recoudre le tissu des relations en vue d’une humanité plus fraternelle.
Notre monde contemporain est en constante transformation ; il est traversé par de multiples crises. Nous vivons un changement d’époque : une métamorphose non seulement culturelle mais aussi anthropologique qui engendre de nouveaux langages et rejette, sans discernement, les paradigmes qui nous sont offerts par l’histoire. L’éducation se heurte à ce que certains appellent « rapidación », qui emprisonne l’existence dans la spirale de la vitesse technologique et numérique, en changeant constamment les points de référence. Dans ce contexte, l’identité elle-même perd de la consistance et la structure psychologique se désintègre face à un changement incessant qui « contraste avec la lenteur naturelle de l’évolution biologique » (Laudato si’, n. 18).

Or, chaque changement exige un parcours éducatif impliquant tout le monde. Pour cette raison, il est nécessaire de construire un « village de l’éducation » où on partage, dans la diversité, l’engagement à créer un réseau de relations humaines et ouvertes. Un proverbe africain dit qu’« il faut tout un village pour élever un enfant ». Ce village, nous devons le construire comme condition pour éduquer. Tout d’abord, le terrain est assaini des discriminations grâce à l’introduction de la fraternité, comme je l’ai indiqué dans le document que j’ai signé avec le Grand Imam d’Al-Azhar à Abou Dhabi, le 4 février dernier.

Dans un tel village, il devient plus facile de trouver une convergence mondiale en vue d’une éducation qui sache être porteuse d’une alliance entre toutes les composantes de la personne : entre l’étude et la vie ; entre les générations ; entre les enseignants, les étudiants, les familles et la société civile selon leurs expressions intellectuelles, scientifiques, artistiques, sportives, politiques, entrepreneuriales et solidaires. Une alliance entre les habitants de la Terre et la « maison commune » à laquelle nous devons sauvegarde et respect. Une alliance génératrice de paix, de justice et d’accueil entre tous les peuples de la famille humaine ainsi que de dialogue entre les religions.
Pour atteindre ces objectifs mondiaux, le chemin commun du « village de l’éducation » doit franchir des étapes importantes. D’abord, avoir le courage de placer la personne au centre. À cette fin, il est nécessaire de signer un pacte qui donne une âme aux processus éducatifs formels et informels, lesquels ne peuvent ignorer le fait que tout, dans le monde, est intimement lié et qu’il est nécessaire de trouver, selon une saine anthropologie, d’autres façons de comprendre l’économie, la politique, la croissance et le progrès. Dans un parcours d’écologie intégrale, la valeur spécifique de chaque créature est mise au centre, en relation avec les personnes et avec la réalité qui l’entoure, et un mode de vie qui rejette la culture du déchet est proposé… » (vatican.va)

Le vice-président américain a visité le pape le 24 janvier dernier.

« … Sa visite au Vatican intervient une semaine après que l’ambassadeur américain pour la liberté de religion, Sam Brownback, se soit rendu à Rome pour le lancement de l’initiative «Abrahamic Faiths» du 14 au 15 janvier, hébergée à la résidence de Callista Gingrich. Le symposium a réuni des dirigeants chrétiens, juifs et musulmans à Rome «pour accroître le soutien à la liberté religieuse dans le monde», a déclaré Gingrich lors du lancement. Le symposium s’est inspiré du document de 2018 sur «La fraternité humaine pour la paix dans le monde et vivre ensemble», une déclaration commune signée à Abu Dhabi en février dernier par le pape François et le grand imam d’Al-Azhar…
Pence, un catholique baptisé qui s’identifie maintenant comme évangélique, a parlé avec tendresse de son enfance catholique et a déclaré aux diplomates, aux membres du Congrès, aux prêtres et aux prélats catholiques lors de la réunion annuelle qu’être parmi eux ressemblait à «rentrer à la maison».
Soulignant l’engagement du président Trump en faveur de la liberté de religion au pays et à l’étranger, Pence leur a assuré que «la protection et la promotion de la liberté de religion sont une priorité de politique étrangère pour cette administration»… » (traduction google) (lifesitenews.com)

L'annonce de la nouvelle religion universelle n'est plus très loin...

Janvier 2020

29 janvier

« Dieu a déchaîné la guerre de la nature pour empêcher la guerre des hommes. » (prophétie Le Temps est Proche).

Il semble que les événements mondiaux penchent vers ce constat à mesure que nous nous rapprochons du moment fatidique, la guerre des hommes, ou, le « Grand Éclair à l’Orient ».

L’épidémie du coronavirus semble plus importante qu’anticiper et elle a déjà des impacts au niveau économique puisque les vacances chinoises pour le nouvel an ont été prolongées, ce qui a mis à l’arrêt plusieurs usines de productions.

Un krach économique augmenterait évidement les tensions géopolitiques puisque ce serait la première fois qu’on assisterait à ce phénomène dans un contexte de mondialisation, et d’injection massive de fonds par les banques centrales qui maintiennent à flots cette économie artificielle depuis des années.

C’est sans compter aussi sur l’invasion des sauterelles au sud de l'Asie en passant par le Moyen-Orient, et qui a maintenant atteint la côte est africaine, dévastant tout sur son passage. Si des mesures urgentes ne sont pas prise immédiatement selon certaines autorités, le phénomène pourrait être 500 fois plus étendue que présentement.

Il y a aussi une augmentation importante du nombre de volcans en éruption (les plus violents entres autres) et des tremblements de terre dans les derniers mois qui laissent à penser qu’effectivement Dieu utilise la nature pour tempérer la folie de l’humanisme où Il a été oublié.

Le plan de paix du président américain (concocté par son gendre juif orthodoxe) pour la Palestine a été présenté hier et la conclusion est simple: il est rejeté immédiatement par les autorités palestiniennes.

Cette mascarade évidente de l’axe judéo-maçonniste ne s’inscrit que dans un plan global où Israël doit dominer, être le seul peuple prêtre et établir le grand Israël.

Ce plan ne sert qu’à mettre le feu aux poudres. Le « Grand Éclair à l’Orient » se rapproche.

La seule paix possible est la « Paix du Christ par le Règne du Christ » (Pie XI, encyclique Ubi Arcano Dei, 23 décembre 1922).

23 janvier

Le livre de Benoît XVI sur le célibat sort avec deux signatures en Italie.

Comme on le confirmait, il tient à ce que ce soit Benoît et non pape émérite.

« ... Il faut dire que la fin de cette histoire qui serait comique, hélas pour l’Eglise, si elle n’était pas tragique, double hélas pour l’Eglise, apparaît presque ridicule. Donc le livre a été écrit par Robert Sarah AVEC Joseph Ratzinger/Benoît XVI. Les fins diplomates de la Secrétairerie d’État et de la Cour n’ont peut-être pas réalisé que l’utilisation du double nom renforce, et non affaiblit, la présence du pape hélas émérite.

Et, en substance, ceci constitue une défaite retentissante. Oui, car il est vrai que Benoît XVI a écrit un long document contre l’hypothèse – imminente dans l’exhortation apostolique sur l’Amazonie – d’affaiblir le célibat, ouvrant la voie à l’Allemagne, à la Hollande, à la Belgique, à la France, etc. Il est vrai que Benoît XVI est toujours là, lucide, vivant même s’il est fragile, et capable, lorsqu’il juge que la situation devient dangereuse pour l’Église et la Foi, de dire une parole lourde et importante. Et que toute la mise en scène est imputable au Convive de Pierre (1)... » (benoit-et-moi.fr)

Cette attaque contre Benoît XVI a fait bondir le cardinal Müller (un des cinq des dubias) qui voit lui aussi l’Église déraper...

« Ce qui est surprenant ici, c’est que ces ennemis de l’Église issus des rangs du néo-atéisme vétéro-libéral et marxiste fassent front commun avec le sécularisme au sein de l’Église, lequel est animé par le désir de transformer l’Église de Dieu en une organisation humanitaire active à l’échelle mondiale…

Cette « Église de l’indifférentisme dogmatique et du relativisme moral », qui pourrait aussi inclure des athées et des non-croyants, a le droit de parler de climat, de surpopulation, de migrants; mais elle doit garder le silence sur l’avortement, l’auto-amputation au nom du changement de sexe, l’euthanasie et le caractère moralement répréhensible d’une union sexuelle hors mariage entre un homme et une femme. Elle devrait absolument accepter la révolution sexuelle comme acte de libération du rejet du corps de la morale sexuelle catholique…

Gerhard Ludwig Müller » (benoit-et-moi.fr)

Le cardinal Burke (un des cinq des dubias), juste avant la parution du volume en français rappelait justement qu’il faut se coller à la doctrine de l’Église du Christ.
« … Les gens continuent de parler du« magistère du pape François ». Récemment, j’ai parlé à deux jeunes prêtres qui ont raconté une conversation qu’ils ont eue avec un troisième jeune prêtre qui étudiait la théologie morale. Il leur a dit: «Nous avons le magistère du pape François qui est complètement nouveau; nous devons maintenant abandonner toutes les anciennes catégories et développer une nouvelle théologie pour correspondre à ce magistère. « C’est tout simplement absurde – ce n’est pas le magistère! Les prêtres et les fidèles laïcs doivent comprendre cela », a-t-il dit.
Face aux défis de la doctrine de l’Église, Burke a déclaré que les prêtres fidèles et les laïcs «doivent être préparés».
«La seule réponse dans la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement est de nous rabattre sur l’enseignement constant de l’Église, contenu dans le Catéchisme de l’Église catholique et dans l’enseignement magistral officiel de l’Église. Cela doit être notre point de référence, a-t-il dit… » (lifesitenews.com – traduction).

21 janvier

Après le décès du général iranien, un virus semblable au SRAS apparaît en Chine et se propage rapidement, ce qui est probablement une partie des prophéties « Grand Éclair à l’Orient / Le Temps est Proche » où on peut percevoir la fin des deux empereurs.

« Le premier empereur meurt de faim, enfermé dans la tour de son rêve(Trump en procédure de destitution assurément ; mourir de faim ou de soif de pouvoir)

Et « Le second empereur dans le désert, attaqué par les animaux de la peste, inconnus. » (le président chinois ; mourir dans le désert, c’est-à-dire une épidémie).

Au Vatican, les critiques pleuvent sur Benoît XVI. On le traite d’antipape. On veut le condamner au silence.

Mais toute cette mascarade de Satan cache la vérité, c’est-à-dire que Benoît XVI est toujours pape, et que le conclave qui a suivi était… Invalide.

«… comme on ne reçoit pas de consécration comme pape, quand un pape renonce au pontificat, il ne peut pas devenir pape émérite, parce qu’il n’est plus pape. Il ne redevient même pas cardinal, mais évêque, et c’est tout. Par conséquent, Benoît XVI, avec la renonciation au ministerium mais pas au munus (c’est-à-dire à l’exercice actif, mais pas au mandat) a fait quelque chose qu’il ne pouvait pas faire et donc sa renonciation n’est pas valable. Mais si sa renonciation est invalide, le conclave qui a suivi l’est aussi, tout comme le pape qui est sorti de ce conclave. » (benoit-et-moi.fr)

Donc tous ceux qui se défoulent sur les réseaux sociaux et dans les médias contre Benoît XVI n’ont pas compris qu’il est toujours pape, en retrait et priant pour l’Église.

En fait, il semble que ce n’est pas pour rien que François ne se déclare qu’évêque de Rome. Cela fait partie du plan pour éliminer la papauté afin que l’Église se fonde dans la nouvelle religion universelle. Depuis plus de six ans, l’appartement papal est vide et la fenêtre n’est ouverte que pour l’Angélus du dimanche.

Jean XXIII : « Deux frères et personne ne sera le vrai Père. La Mère sera veuve. »

Le siège de Saint-Pierre est effectivement vide.

« Je vis une forte opposition entre deux papes … et je vis combien funestes seraient les conséquences de cette fausse Église… »

« Quand le royaume de l’Antéchrist sera proche, apparaîtra une fausse religion qui ira contre l’unité de Dieu et de son Église. Cela entraînera le plus grand schisme jamais vu dans le monde». »

«  Je vis qu’un certain nombre de pasteurs acceptaient des idées dangereuses pour l’Église. Ils construisaient une grande Église, étrange et extravagante. N’importe qui était accepté, afin de s’y joindre et d’avoir les mêmes droits: les évangélistes, les catholiques, les sectes de toutes croyances. Ce devait être la nouvelle église … mais Dieu avait d’autres projets … » (Anne Catherine Emmerich ; benoit-et-moi.fr)

La vigne de Benoît XVI arrachée. (Lien benoit-et-moi.fr ci-haut)

« Dans l'embarras total du Vatican , les premières photos de la destruction inexplicable du vignoble par Benoît XVI, cadeau symbolique qui lui a été fait par Coldiretti lorsqu'il était au pouvoir, ont commencé à circuler sur les réseaux sociaux. Les images d'aujourd'hui comparées à la situation précédente font en réalité une certaine impression car elles montrent l'éradication totale des rangées dans les jardins de la villa papale de Castel Gandolfo. Ils ont été placés juste en face de la statue de Jésus le Bon Pasteur, pour se souvenir du passage de l'Évangile mentionné par Ratzinger lui-même au moment de son élection. «Je suis un humble ouvrier dans la vigne du Seigneur». » (ilmessaggero.it)

Benoît XVI se considérait toujours associé à la vigne, au Christ, dont nous sommes les sarments.

« Rome, le 13 août 2007 - (E.S.M.) -  «Je suis la vraie vigne» , dit le Seigneur. Cette vigne, fait observer Benoît XVI, ne pourra plus jamais être arrachée, elle ne pourra plus jamais être livrée à l'abandon ni au pillage. Elle appartient définitivement à Dieu. Par le Fils, Dieu lui-même vit en elle. La promesse est irrévocable, l'unité est devenue indestructible.»

Ce qui présage ce que nous savons. La mort de l’Église avant la résurrection.

Mais le décès de Benoît XVI doit survenir avant.

« Je vis le Pape en prières ; il était entouré de faux amis qui souvent faisaient le contraire de ce qu’il disait.
Je vis le saint Père dans une grande tribulation et une grande angoisse touchant l’Église. Je le vis entouré de traîtres.
Ils veulent enlever au pasteur le pâturage qui lui appartient ! Ils veulent en imposer un qui livre tout aux ennemis ! (alors saisie de colère, A.C. Emmerich leva le poing en disant) Coquins d’allemands ! Attendez ! Vous n’y réussirez pas ! Le pasteur est sur un rocher ! Vous prêtres, vous ne bougez pas ! Vous dormez et la bergerie brûle par tous les bouts ! Vous ne faites rien ! Oh, comme vous pleurerez cela un jour ! ». (Anne-Catherine Emmerich).

C’est bien ce que nous vivons avec la saga du livre « Des profondeurs de nos cœurs ». Plusieurs vaticanistes évoquent la traîtrise du secrétaire particulier de Benoît XVI.

Et c’est bien ce qui se prépare avec le synode allemand du 30 janvier.

20 janvier

L’auto-dissolution de l’Église.

C’est ce à quoi nous assistons.

Ce n’est pas une surprise car le Seigneur avait bien spécifié que son Église subirait sa passion avant de ressusciter.

Et elle passe par la division.

« … J’ai la nette impression qu’une partie de l’Église, y compris au sommet, travaille pour arriver à la fin du christianisme, ou du moins arriver à un christianisme édulcoré, réduit à un simple sentimentalisme. Sous l’égide du « choix pastoral », la doctrine est détruite, et il est clair que sans doctrine il ne peut y avoir de pastorale. Nous sommes confrontés à des responsables de l’Église qui travaillent pour que l’Église soit liquidée et transformée en quelque chose de différent, peut-être en une béquille du mondialisme.

En général, quel est la plus grande contestation à adresser à Bergoglio ?

En deux mots, je crois que François a introduit le relativisme dans le magistère, avec la morale du cas par cas, qui est l’ennemi mortel de la pensée catholique, et l’idée que toutes les croyances sont finalement équivalentes. De plus, il l’a fait en utilisant l’ambiguïté, ce qui rend l’attaque encore plus insidieuse .» (benoit-et-moi.fr)

«Si le royaume de Satan était divisé, comment pourrait-il tenir ? » (Jésus).

Et pour cacher cette vérité, ce schisme, rien de mieux que de contacter son ami athéiste Scalfari et de lui glisser quelques mensonges à publier...

« Le pape François a déclaré, écrit Scalfari, que «Ratzinger a fait savoir qu’il n’était pas du tout du côté du cardinal Sarah ni qu’il avait jamais autorisé un livre à double signature avec lui. Benoît a ensuite fait parvenir toute sa solidarité à François...» (catt.ch)
« Nous citons l’une des rares citations dans lesquelles Scalfari attribue au pape François ce qui suit: «Je suis ému, comme vous le savez parce que nous avons parlé plusieurs fois, par le désir d’une survie active de notre Église, de mettre à jour notre esprit collectif à la société civile et moderne, les religions, et pas seulement le chrétien catholique, nous devons très bien nous connaître et, dans une profondeur culturelle et spirituelle, activer la société moderne ». (infovaticana.com)

Voilà qui est confirmer.

Activer la société moderne, l’humanisme, le royaume de Satan.

L’exhortation post-synodale amazonienne confirmera dans son ambiguïté habituelle ce que tous redoutent (dont le mariage de prêtres) et ouvrira des portes qui à la manière de Luther donneront le ton à la destruction de la doctrine via les évêchés allemands.

« … Cette façon de faire cause de graves torts à l’Église. Le Pape devrait confirmer la doctrine, et il le fait aussi, mais ces confirmations ne nous rassurent pas, car il semble avoir une conception nouvelle et différente de la relation entre la doctrine et la pratique...» (benoit-et-moi.fr)

Un petit rappel alors pour François… de la part de la Sainte Vierge Marie via Sainte-Brigitte de Suède:

« La Très-Sainte Vierge lui montra comment l'ineffable dignité du prêtre, appelé à consacrer le Corps sacré du Fils de Dieu, était incompatible avec une union charnelle; et elle termina par ces graves paroles . «Apprends que si un Pape se montrait disposé à autoriser le mariage des prêtres, il s'attirerait un jugement terrible; Dieu le frapperait de cécité et surdité spirituelles; il ne pourrait plus rien dire, ni rien faire, ni rien goûter dans l'ordre surnaturel; et, en outre, après sa mort, son âme serait précipitée au fond de l'enfer, pour y rester éternellement la proie des démons. Oui, lors même que le saint Pape Grégoire eût établi cette loi, il n'aurait jamais obtenu miséricorde devant Dieu, à moins qu'il ne l'eût rapportée humblement, avant de mourir. »»

16 janvier

Des profondeurs de nos cœurs…

Vous êtes tous témoins de cette saga sur la publication du nouveau livre du cardinal Sarah écrit en collaboration avec Benoît XVI.
Oui. Benoît XVI.

Et non pape émérite… Ou Joseph Ratzinger.

François et la bande de St-Gaal ont exigé que le nom de Benoît XVI soit retirer de la prochaine édition… Mais le contenu demeure.

 « Je peux confirmer que ce matin, sur indication du pape émérite, j’ai demandé au cardinal Robert Sarah », principal auteur du livre, « de contacter les éditeurs du livre en les priant d’enlever le nom de Benoît XVI », a déclaré Mgr Georg Gaenswein, secrétaire particulier de longue date de l’Allemand Joseph Ratzinger.» (lapresse.ca)

(Mgr Vigano affirme que Benoît XVI est dans une prison doré avec comme gardien son secrétaire Gaenswein ( benoit-et-moi.fr )

Ce fut une surprise pour les progressistes qui s’affairaient à préparer la parution de l’exhortation apostolique du synode amazonien à la fin janvier ou au début février.

La position contraire contenue dans le livre leur a coupé l’herbe sous le pied.

Comme le dit si bien Mgr Schneider : «  « On pourrait dire que l’intervention du cardinal Sarah a provoqué, pour ainsi dire, la colère de l’enfer.
Le cardinal Sarah, dit-il, a «donné la parole» à de nombreux évêques, prêtres et laïcs, qui ont été «étouffés» par des «groupes influents» qui sont loués par le monde mais peuvent à juste titre être comptés parmi les «ennemis de la foi catholique». (lifesitenews.com)

Antonio Socci réagit en affirmant que « … Sarah aborde également d’autres questions brûlantes – de l’ Eucharistie à la liturgie – qui sont également sous le feu des «révolutionnaires». En fait, le pouvoir clérical actuel essaie d’être homologué aux confessions protestantes de l’Europe du Nord , c’est pourquoi la controverse porte sur les sacrements qui sont les piliers de l’Église catholique. Ce n’est pas un hasard si le sacerdoce, le célibat et l’Eucharistie ont marqué les grandes ruptures de Luther. Mais suivre ce chemin provoque le suicide de l’Église. (antoniosocci.com)

On a vu la fureur de François avec l’incident du 1 janvier au Vatican.

Nous assistons maintenant à la fureur infernal de François multiplier par cent, homme de pouvoir qui n’accepte pas la qu’on le contrarie. 

C’est donc la guerre avec Benoît XVI.

Nous le savions grâce à la prophétie concernant Benoît XVI : Deux pères, aucun n’est chef de l’Église (en fait un pape « émérite » qui a
démissionné et un évêque de Rome), et il y a un schisme profond entre le cardinaux.

Ce qui confirme l’analyse que Pier Carpi en avait fait en 1976.

François a bien révélé son jeu lors de la messe à Sainte-Marthe le 14 janvier dernier.

« L’autorité n’est pas le commandement, mais la cohérence.

Combien de mal est fait par des chrétiens «incohérents» et des pasteurs «schizophrènes» qui ne témoignent pas et qui s’éloignent ainsi du style du Seigneur, de son authentique «autorité», a affirmé le Pape François lors de la messe à Sainte-Marthe,
«Jésus a enseigné comme quelqu’un qui a de l’autorité». L’Évangile de Marc (Mc 1,21b-28) nous parle aujourd’hui de l’enseignement de Jésus dans le temple et de la réaction du peuple à sa façon d’agir avec «autorité», à la différence des scribes. C’est à partir de cette comparaison que le Pape s’inspire immédiatement pour expliquer la différence qui existe entre «avoir l’autorité» , «l’autorité intérieure» comme Jésus lui-même, et «exercer l’autorité sans l’avoir, comme les scribes», qui bien qu’ils soient spécialistes de l’enseignement de la loi et écoutés par le peuple, n’ont pas été crus… Au contraire, les scribes n’ont pas été cohérents et Jésus, souligne le Pape, d’une part, exhorte les gens à «faire ce qu’ils disent mais pas ce qu’ils font», d’autre part, ne manque pas une occasion de leur faire des reproches. Et le mot que Jésus utilise pour qualifier cette incohérence, cette schizophrénie, est «hypocrisie».»(vaticannews.va)

Voilà. Benoît est en plein dans le viseur de François, et selon ce dernier, il est schizophrène.

Utiliser ses sermons et l’Évangile pour salir Benoît XVI nous prouve qu’il est bien le dragon de l’Apocalypse qui parle comme un agneau.

Il n’y a plus de retour en arrière possible.

Déjà la presse progressiste bombarde Benoît XVI qui a rompu le « pacte de silence » et on demande une clarification sur sa présence au Vatican.

Ils vont le faire mourir.

Il semble aussi que le sermon ne s’adressait pas uniquement à Benoît XVI mais aux évêques qui venait de recevoir une lettre de « soutien » de la part du cardinal Hummes, demandé par François, sur la publication à venir de l’exhortation sur le synode amazonien.

« … Dans la lettre, Hummes, expliquant que le projet d’exhortation est en cours de révision, fournit aux évêques une liste de textes utiles pour se documenter, il veut souligner que les « nouveaux chemins » ont été « élaborés sous la conduite de l’Esprit Saint » et souligne que le Pape considère important que les évêques reçoivent le document « avant que la presse ne commence à le commenter », afin qu’ils « puissent se joindre à lui dans la présentation ».

L’hypothèse que l’exhortation peut aussi, en tout ou en partie, ne pas plaire ou ne pas avoir l’accord de tel ou tel évêque n’est pas prise en considération. Au contraire, dans un langage curieux, on dit que l’intention des suggestions faites est que vous la « souteniez discrètement, comme Ordinaire, en communion avec le Pape François ». En bref: Monsieur l’évêque, sachez que vous n’avez pas le choix, si l’exhortation ne vous plaît pas, cela signifie que vous n’êtes pas en communion avec le pape… » (benoit-et-moi.fr)

Hummes spécifie que l’exhortation est présentement en revue pour correction et traduction et demande aux évêques de se faire accompagner dans les conférences de presse par un autochtone (indigène) si c’est relié à sa région, un expert en religion (prêtre ou religieux, laïc ou laïque), un « expert » du climat ou de l’écologie, et un « jeune » impliqué dans le ministère des pairs.

Est-ce que l’exhortation amazonienne serait un amalgame des conclusions des autres synode?

- Laudato Si (besoin de la présence d’un expert écologique)
- Amoris Laetitia (besoin d’un expert religieux pour la doctrine)
- Christus Vivit (besoin d’un jeune impliqué)
- Et un autochtone (exhortation amazonienne).

Le mystère d’iniquité est à l’œuvre.

Deux églises parallèles depuis Vatican II.

Les chrétiens n’y voient que du feu.

Et le reste du monde se laisse conduire tranquillement au précipice…

« Comment on manipule vos pensées avec les mots… » L’édito de Charles Sannat. (insolentiae.com)

7 janvier

L’Iran hisse le drapeau rouge sur la « mosquée messianique », déclarant pour la première fois la « guerre de la fin des temps » (alterinfo.ch).

Voilà où nous en sommes en ce 7 janvier.

Les chiittes sont prêt pour la venue du Mahdi, qui amènera le messie musulman.

Ils ont besoin d’une guerre pour le voir arriver.

Netflix a justement sorti sa série « Le Messie » ou en anglais « MESSIAH » où le «A» dans le titre est bien-sûr remplacer par une pyramide illuminati. (trailer pour vous faire une idée de ce nouveau messie via le lien suivant:
(journaldugeek.com)

Tout cela par hasard le 1 janvier 2020.

« le Messie », suscite grandement la polémique dans les médias.

Tout y est embrouillé et personne ne sait s’il est juif, chrétien, ou musulman…

Mais ils oublient tous qu’il est… Humaniste!

Car, la majorité des « goys »  ne savent pas que l’humanisme EST la nouvelle religion.

L’élite judéo-maçonnique nous y prépare à cette guerre et ce n’est pas une surprise avec l’Iran…

Et c’est une diversion.

Les talmudistes judéo-maçonniques savent que la fin des temps aura lieu quand une guerre entre Israël et l’Iran aura lieu (100000 milices pro-iraniennes sont infiltrées dans les pays limitrophes à Israël présentement).

Deux peuples, deux messies attendues… Qui ne servent que de paravent pour le but réel.

Mais, le président du CFR (Counsil of Foreign Relations, organisme d’influence de l’élite) a affirmé que le monde sera le champ de bataille après l’escalade iranienne.

Parce que nous le savons, la cible c’est l’Incarnation, et par ricochet, le Vatican.

La chute des deux Babylone approche.

03 janvier

Assassinat du général iranien en ce 3 janvier... Est-ce l'une des étapes correspondant à la prophétie « Grand Éclair à l'Orient » ? Il semble que ce pourrait être le cas. À surveiller.

02 janvier

Le retrait imminent du katéchon ou le décès éminent de Benoît XVI nous force encore une fois à reconsidérer l’hypothèse de la semaine de Daniel (voir analyses précédentes) nous indiquant que le sacrifice et l’oblation auraient pus être arrêté en octobre 2016 par la fraternisation des disciples de Luther avec le pape (surtout la statue dans la salle Paul VI le jour de la fête de Fatima!), et le jubilé de la miséricorde, soit l’abolition du péché, ou de l’inutilité de l’Incarnation par ce geste.

La revue Chiesa Viva (lien du 17 décembre) est plus claire sur ce sujet et laisse donc la porte ouverte au fait que la fille de Caïn puisse être l’église Vatican II à son apogée avec l’élection de François.

« 31 octobre 2016: Bergoglio se rend en Suède pour célébrer, avec les luthériens, le début du cinquième centenaire des hérésies de Martin Luther. Le Vatican a publié un document très grave: “Commémoration commune luthérienne-catholique romaine de la réforme luthérienne”.

Notez les points suivants:

– 154: le terme “transsubstantiation” est abandonné en tant qu’explicatif du changement substantiel qui se produit dans l’Eucharistie, et il ne dit rien contre les termes “impanation” ou “consubstantiation” utilisés par les luthériens. Selon ces termes, Jésus serait présent à travers la foi de la communauté et Jésus disparaîtrait une fois la célébration terminée.

– 158: l’Eucharistie n’est décrite que comme une mémoire (anamnèse), telle que les luthériens l’ont toujours conçue.

– 159: on abandonne la doctrine qui affirme que dans chaque messe, le sacrifice du Christ se renouvelle de façon non sanglante, comme l’a toujours professé l’Église catholique depuis deux mille ans. »

Ainsi, la volonté d’éliminer de la transsubstantiation de l’Eucharistie est confirmée et donc ancrée dans le concret, même si la nouvelle messe œcuménique n’est pas encore en vigueur.

Il y a donc cette possibilité comme fille de Caïn tout comme nous avons Greta Thunberg.

Nous devrions avoir une confirmation d'ici Pâques.

Mais il faut laisser la porte ouverte au fait que la fille de Caïn ne pourrait n’être autre chose que la révélation à découvert de l’église conciliaire Vatican II avec la montée de l’abomination sur le trône de Saint-Pierre.

Nous avons pu voir son vrai visage avec la vidéo du 1 janvier 2020, Place Saint-Pierre: (benoit-et-moi.fr).

Ce ne serait donc pas une coïncidence car à la fin des temps les deux Babylone représentant le système humaniste aux niveaux temporel et spirituel n’ont pu qu’être vues et comprises par tous par la révélation de l’Antéchrist-personne (le mystère d’iniquité de Saint Paul).

La fille de Caïn serait concomitante avec l’élection de François.

Cet indice était nécessaire pour voir au grand jour la vérité.

Elle est bien montée au nord puisque le pape vient d’Argentine.

Et tout juste 7 ans plus tard, nous pouvons affirmer qu’elle a bien prêchée l’église humaniste.

Caïn a vu son sacrifice rejeté par Dieu parce que ce n’était que les fruits de la Terre dont il avait en abondance, alors qu’Abel a sacrifié un agneau qui mettait en péril son avenir, faisant confiance au Père. Cet événement préfigurait évidement le sacrifice de l’agneau sur la croix.

Or, avec la nouvelle messe de 1969 (tiré de Chiesa Viva , lien 17 décembre) on y a introduit le «Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de l’univers! De ta bonté nous avons reçu ce pain, fruit de la terre et du travail de l’homme; fruit de la vigne et du travail de l’homme; … »

Donc, comme Caïn, c’est bien le « du travail des hommes » qui est présenté au Père sur l’offertoire.

Qu’a fait le pape François durant le synode sur l’Amazonie ?

Il a présenté les fruits de la Terre et la Pachamama. Le paganisme en pleine basilique Saint-Pierre. La célébration de la victoire.

Le trône de Saint-Pierre est donc bel et bien occupé par le malin. C’est confirmer.

Que reste-t-il de plus à prouver ?

D’où le fait qu’il faut considérer cette hypothèse de la fille de Caïn à nouveau.

Lors de la solennité de Marie le 1 janvier, le pape a adressé cette prière à la Vierge Marie: «Ô Mère, engendre en nous l’espérance, apporte nous l’unité. Femme du salut, nous te confions cette année, conserve-la dans ton cœur».

Unité donc selon la philosophie judéo-maçonnique. L’œcuménisme si cher au pape.

L’Église est en déroute.

Mais, il n’a pas si bien dit.

La Sainte-Vierge le prendra au mot car c’est bien d'unité dont il est question à la fin de la prophétie concernant Benoît XVI...

Mais sous une toute autre dimension.

01 janvier

2020 : la sortie du retardateur (le katéchon).

Les signes se sont multipliés depuis l’analyse du 8 décembre.

Outre les bouleversements climatologiques, les points chauds au niveau géopolitique ont pris de l’ampleur.

Mais c’est vers l’Église qu’il faut se tourner, et de ce côté, le pape et ses sbires ont célébré la victoire.

Petit retour en arrière.

Le 16 décembre 1913 décédait le maître des francs-maçons au Vatican, le cardinal Rampolla, élu pape en 1903, mais qui grâce à l’intervention de l’empereur François-Joseph qui usa de son droit de veto, fut évincé.

Ce qui n’empêcha pas les cardinaux de mettre son buste dans la salle papale en face de la liste des papes décédés avec l’inscription suivante :
« Marianus Rampolla del Tindaro titulaire de Sainte-Cécile (tu Transtevere) étant dévôt du bienheureux Pierre et ayant comme archiprêtre de la basilique offert à cette dernière une splendeur insigne l’Ordre des Chanoines plein de reconnaissance envers ce grand homme perpétue sa mémoire année 1914. »

100 ans plus tard, les années accordées au démons pour agir (dans la vision de Léon XIII, son prédécesseur) et détruire l’Église étaient écoulées.

La bête pouvait se glorifier de sa victoire et agir à découvert en élisant le destructeur, débutant ainsi la semaine de Daniel.

C’est ainsi que François a célébré la victoire le 21 décembre dernier en s’adressant à la Curie. Comme d’habitude le sens de l’ambiguïté prime, et pour comprendre il faut inverser.

« Pape François: la Curie change pour mieux servir l’humanité.. » et qui demande d’utiliser l’arme du diable, les médias électroniques pour aller évangéliser les peuples qui ne connaissent pas…

Et non il me mentionne pas Jésus encore une fois.

Il utilise « mieux annoncer l’Évangile dans un monde déchristianisé. ».

Comme il faut inverser, alors il confirme la victoire de Satan : Le monde est déchristianisé.

(Dans le langage palladiste ou judéo-maçonnique, il faut prendre le contraire : Dieu est Lucifer, le bon Dieu, et Adonaï est le Père, le Dieu mauvais des catholiques.)

L’Évangile de qui donc?

Il confirme au moins ce que nous savons, que « le présent «n’est pas simplement un temps de changement, mais un changement d’époque».

Mais, malheureusement, d’ajouter que «l’attitude saine» est de «se laisser interroger par les défis du temps présent».

Donc plus besoin du Saint-Esprit semble-t-il. Et en ce temps présent, l’humanisme triomphe.

Il laisse ensuite le mot de la fin à son mentor jésuite, le cardinal Martini, maître d’œuvre de tous ces aberrants synodes auxquels nous assistons (et principal rival de Benoît XVI au conclave de 2005 avec Bergoglio):

« Le dernier mot, le Pape l’a laissé au cardinal Martini qui, sur le point de mourir, avait dit : «L’Église a deux cents ans de retard. Pourquoi ne se bouge-t-elle pas ? On a peur ? peur au lieu d’avoir du courage ? Cependant, la foi est le fondement de l’Église. La foi, la confiance, le courage. […] Seul l’amour surmonte la fatigue». »

Comme dans son message lors de sa rencontre avec le secrétaire des Nations-Unies, seul l’amour compte pour sauver l’Église, Noël c’est l’amour…

Nous sommes loin de « Je Suis le Chemin, la Vérité, et la Vie ».(vaticannews.va)

Ensuite, le film de Netflix, « les deux papes », a fait sa sortie mondiale le 20 décembre. Ce film d’inspiration francs-maçonnique montre la victoire de Bergoglio, le réformiste, sur Benoît XVI, le conservateur.

Le film confirme la citation de son mentor Martini (ci-haut), et Bergoglio l’a affirmé : le monde est déchristianisé.

Pourquoi cette date ?

Parce que le lendemain 21 décembre 2019 il s’agissait d’un date de victoire de la bête.

Vous vous rappelez le 21 décembre 2012 ?

Date de fin du monde maya poussée de l’avant pour effrayer la populace.

C’était bien le début de la fin pour l’élite judéo-maçonnique, la fin du monde chrétien.

C’est bien là que la bête a commencé à agir à découvert, le 21 décembre 2012.

En cette même date, Benoît XVI dans son discours à la curie célébrait la conclusion du synode d’influence « martinienne » sur la nouvelle évangélisation et prônait le nouvel œcuménisme que livrera ensuite François.

On connaît la suite… Démission de Benoît XVI et élection de François le 13 mars 2013.

Le 21 décembre 2019, ce fut aussi le samedi des quatre saisons.

La dernière année où ce samedi tomba un 21 décembre fut 2013 (année d’élection de l’antéchrist personne).

Et la lecture du jour en cette fête de Saint-Thomas était la 2ème lettre de Saint-Paul aux Thessaloniciens, celle concernant le katéchon !

C’est un autre signe qu’un cycle se termine.

«… Que personne ne vous égare d’aucune manière; car il faut que vienne d’abord l’apostasie, et que se révèle l’homme de péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève contre tout ce qui est appelé Dieu ou honoré d’un culte, jusqu’à s’asseoir dans le sanctuaire de Dieu, et à se présenter comme s’il était Dieu. Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais ces choses, lorsque j’étais encore chez vous? Et maintenant vous savez ce qui le retient, pour qu’il se manifeste en son temps.»

Apostasie générale: nous avons. Le fils de la perdition : nous avons depuis 2013.

Mais il fallait qu’il se manifeste en son temps. Bergoglio était le préféré du groupe de Saint-Gall mené par Martini en 2005. Mais le Ciel veillait. Ce n’était pas encore le temps de Bergoglio.

« Car le mystère d’iniquité est déjà à l’œuvre ; il suffit que soit écarté celui qui le retient à présent. »

Le mystère d’iniquité (l’antéchrist système humaniste à l’intérieur de l’Église) était à l’œuvre depuis Vatican II, agitant très fort Benoît XVI au passage. Il suffisait donc que Benoît XVI soit écarté pour le voir au grand jour. Le Ciel nous a laissé deux papes en fonction, pour nous faire voir qu’il y a un imposteur.(Ce que confirme la prophétie de Jean XXIII concernant Benoît XVI.)

« Et alors se découvrira l’impie, que le Seigneur (Jésus) exterminera par le souffle de sa bouche, et anéantira par l’éclat de son avènement.»

L’éclat de son avènement. Il s’agit donc bien de période précédent le retour de NSJC.

« Dans son apparition cet impie sera, par la puissance de Satan, accompagné de toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, avec toutes les séductions de l’iniquité, pour ceux qui se perdent, parce qu’ils n’ont pas ouvert leur cœur à l’amour de la vérité qui les eût sauvés.»

Miracles, signes et prodiges, représentent la technologie moderne. Et nous avons découvert qui était vraiment François durant ces 7 années.

Malgré tout, il séduit. Il est populaire malgré toutes les énormités qu’il prononce.

« C’est pourquoi Dieu leur envoie une puissance d’égarement qui les fait croire au mensonge ; ainsi seront jugés tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui se sont complus dans le mal. » (IIThessaloniciens2, 1:12)

Et la 7ème église de l’Apocalypse est bien mentionné pour François :

«... Je connais tes œuvres : tu n'es ni froid ni chaud. Plût à Dieu que tu fusses froid ou chaud ! Aussi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni chaud, je vais te vomir de ma bouche...»

Ce cycle se termine en 2020. Le retardateur, Benoît XVI, a fait son œuvre.

7 ans de prières pour réparer, pour que l’Église retourne à sa vraie nature, telle que l’a voulu le Christ.

Pour les aveugles, l’éclatement du règne bénie de la Sainte-Vierge frappera comme l’éclair, soudain, inattendu.

Décembre 2019

17 décembre

Comme anticipé dans l’analyse de septembre dernier, la fille de Caïn est nommé personnalité de l’année par le magazine Times.

C’est un message important. Il confirme encore une fois que nous sommes en fin de course comme indiqué dans les prophéties de Jean XXIII.

N’oublions pas que ce magazine a nommé un certain Hitler en 1938 et Stalin l’année suivante…

Le mirage de la menace climatique qui sert à détourner l’attention du peuple est en place.

Mirage car en fait il n’est rien ressorti de la COP 25 en Espagne la semaine dernière. Au contraire, les pays récalcitrants augmentent plutôt leurs taux de pollution.

Il y a une feuille de route et le peuple doit absolument être aveuglé pour passer brutalement au nouveau système mondialiste. C’est même le
peuple qui le demandera.

« Ce qui est bien avec Greta, c’est que nous sommes dans le catéchisme écolo, dans la religion, dans le dogme… Avec Greta, nous rentrons dans l’idéologie écologiste qui devient un dogme et dont Greta est l’une des grandes prêtresses fabriquée volontairement et sciemment. En la désignant comme personnalité de l’année, le Times envoie un signal très clair sur le fanatisme écologique… Alors le cirque de Greta ne reste qu’un vaste spectacle pour amuser la galerie, faire croire que l’on fait quelque chose, et vous forcer à avaler une bien méchante fiscalité sous forme d’urgence et de culpabilité…» (Insolentiae.com – Charles Sannat)

Voilà.

S’il y avait réellement urgence, des changements drastiques devraient avoir été conclus pour être effectifs à très court terme. Ce qui n’est pas le cas.

La vraie cible, c’est le Vatican.

Fait encore prouvé par François la semaine dernière en cette fête de Notre Dame de Guadelupe le 12 décembre où il a décrit la Sainte Vierge comme une « métissée » alors qu’elle est l’Immaculée, où il a mis en doute toutes les apparitions mariales, et où il a confirmé que Marie n’est pas co-rédemptrice alors que Pie X, Pie XI et JP II ont confirmé ce fait.

Or, Notre Dame de Guadelupe  est dessinée sur la tilma représentée comme Notre Dame de l’Apocalypse, la dame au croissant de lune sous ses pieds (voir analyses de mars et décembre 2018).

Rabaisser la Vierge de Guadelupe, c’est en sorte se moquer du Père et des ses signes donnés à travers le temps. C’est une provocation pure et simple.

Et c’est une signe que nous approchons lorsque les sbires de Satan provoquent de cette façon sans se cacher, aux yeux de tous.

L’autre signe que nous approchons dans l’échéancier est le fait que François multiplie les gestes qui laissent croire aux vaticanistes qu’il serait sur le point de démissionner à court terme (nomination du « cardinal Tagle comme préfet de la Congrégation Propaganda Fide, et l’autre à peine plus ancien, et passé relativement inaperçu en son temps, le départ annoncé pour ce mois de décembre du prélat brésilien Fabiàn Pedacchio, secrétaire particulier du Pape depuis son élection » (benoit-et-moi.fr))

La prophétie le concernant parle de fuite, mais fuite pourrait tout aussi signifier « fuir ses obligations ».

Par contre la vision de Saint Pie X décrit un pape qui doit marcher sur les cadavres de ses prêtres afin de fuir Rome. À moins que « cadavres » ne signifie ici que « morts spirituellement ».

Mais si on se réfère à la dernière parution de Chiesa Viva (lien ci-dessous), il y aurait eu cette incroyable menace de la faction judéo-maçonnique de bombarder au nucléaire Rome pendant les conclaves de Jean XXIII et Paul VI.

Qui sait s’ils ont l’intention encore de le faire?

D’autres prophéties donnent indéniablement Rome comme détruite physiquement par un quelconque cataclysme, dont Jean XXIII qui le confirme dans la prophétie concernant l’Église #11 – le 7ème sceau.

Après donc le silence d’une demi-heure, le temps de paix, qui se confirme de